Un Hassidique met en garde Netanyahu contre l’interdiction du pèlerinage d’Ouman
Rechercher

Un Hassidique met en garde Netanyahu contre l’interdiction du pèlerinage d’Ouman

"Chaque jour, il y aura du bruit et il nous sentira et nous entendra" a lancé le manifestant, qui était présent à la mobilisation anti-Netanyahu samedi soir à Jérusalem

Des Juifs ultra-orthodoxes du mouvement hassidique Breslev manifestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu, demandant une solution pour voyager à Ouman à Rosh HaShana, le 29 août 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)
Des Juifs ultra-orthodoxes du mouvement hassidique Breslev manifestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu, demandant une solution pour voyager à Ouman à Rosh HaShana, le 29 août 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Un juif hassidique qui a protesté à Jérusalem la nuit dernière contre les efforts déployés par le Premier ministre Benjamin Netanyahu de les empêcher d’assister au pèlerinage de Rosh HaShana à Ouman, a averti celui-ci dimanche « [qu’]il n’y aura pas de répit » tant qu’ils n’auront pas été autorisés à se rendre dans la ville ukrainienne.

« Nous voulons informer le Premier ministre Netanyahu qu’il y a des milliers de Hassidim qui attendent d’atteindre Ouman. Il n’y aura pas de répit. Chaque jour, il y aura du bruit et il nous sentira et nous entendra », a assuré le manifestant, identifié par son prénom Eliyahu, à la radio de l’armée.

Netanyahu a déclaré samedi qu’il nommait une équipe ministérielle chargée d’examiner la possibilité d’autoriser les vols vers Ouman pour le nouvel an juif, quelques jours après que l’Ukraine a annoncé qu’elle fermait ses frontières à tous les voyageurs étrangers au cours du mois de septembre.

Cette annonce a été faite alors qu’un groupe de 200 juifs hassidiques protestant contre l’interdiction a rejoint un rassemblement hebdomadaire anti-Netanyahu devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem. Certains de ses alliés politiques haredim se sont également prononcés contre l’interdiction.

Le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri, chef du parti ultra-orthodoxe Shas, a affirmé qu’il s’efforce de trouver une solution pour permettre le pèlerinage à Ouman.

« Mais il faut comprendre que nous sommes dans une période d’épidémie et que même le glorieux rassemblement à Ouman cette année ne peut pas avoir lieu dans son format [normal] et qu’il faut un format limité », a-t-il expliqué à la station de radio.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...