Un ministre néo-zélandais s’excuse pour une carte effaçant Israël
Rechercher

Un ministre néo-zélandais s’excuse pour une carte effaçant Israël

Le ministre de l'Immigration a déclaré que l'infographie sur un site officiel ne reflétait pas la position du gouvernement néo-zélandais

Une capture d'écran du site internet de l'Immigration en Nouvelle Zélande mentionne la Palestine au lieu d'Israël sur une carte. (Immigration Nouvelle Zélande via JTA)
Une capture d'écran du site internet de l'Immigration en Nouvelle Zélande mentionne la Palestine au lieu d'Israël sur une carte. (Immigration Nouvelle Zélande via JTA)

SYDNEY — Le ministre de l’Immigration néo-zélandais a écrit à l’ambassadeur israélien à Wellington pour s’excuser personnellement pour une carte figurant sur un site du gouvernement qui comprenait la Palestine, mais pas Israël.

« Je peux vous assurer que cette infographie ne reflète pas la position du gouvernement néo-zélandais », a écrit le ministre Iain Lees-Galloway dans sa lettre au Dr. Itzhak Gerberg. « Cette carte était clairement inexacte et ne mentionnait pas l’Etat d’Israël comme elle le devrait. »

Lees-Galloway a également écrit qu’il « s’excusait pour l’insulte que cela a causé » et « assure que les mesures ont été prises pour rectifier la situation ».

Le document, qui donnait des informations sur les immigrants palestiniens en Nouvelle-Zélande, a aussi identifié Jérusalem-Est comme « la capitale désignée de l’Etat de Palestine ». Il n’y avait aucune référence au terrorisme palestinien, et les informations sur la page affirmaient qu’Israël avait mené « une répression massive contre les Palestiniens » lors de la Seconde intifada.

Le ministre de l’Immigration néo-zélandais, Iain Lees-Galloway. (Crédit : Parti travailliste néo-zélandais)

Après une série de plaintes sur les réseaux sociaux, la page web a été supprimée, mais les captures d’écran ont contiuné à être partagées.

« Ce document officiel de la Nouvelle-Zélande incite à la haine de l’Etat d’Israël et à l’antisémitisme », a écrit Gerberg au début de la semaine à Lees-Galloway.

Un porte-parole du ministère de l’Immigration a déclaré au New Zealand Herald que le document était sensé donner davantage d’informations sur la situation humanitaire dans les Territoires palestiniens et sur le programme des réfugiés de Nouvelle-Zélande.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...