Rechercher

Un petit garçon d’Elad a alerté les gardes: « Il y a des terroristes, mon père est mort »

L' oncle a fait l’éloge du fils de Yonatan Havakuk, ce héros qui a couru chercher de l’aide. Un proche de l'un des blessés assure que les enfants sont traumatisés

Yonatan Havakuk a été tué dans l’attentat terroriste à Elad, le 5 mai 2022 (Crédit : Courtoisie)
Yonatan Havakuk a été tué dans l’attentat terroriste à Elad, le 5 mai 2022 (Crédit : Courtoisie)

Le fils de 6 ans de Yonatan Havakuk, l’un des trois hommes tués à Elad la semaine dernière, a couru dire aux gardes de sécurité que son père était mort et qu’un attentat terroriste était en cours, a déclaré dimanche l’oncle de l’enfant.

Meir Illuz a indiqué au radiodiffuseur public Kan que, même si son neveu s’était conduit en héros, il aurait besoin de soins après avoir été témoin de telles violences.

« Après tout, ce n’est qu’un enfant », a rappelé Illuz. « C’est un héros… Il ne s’est pas contenté de rester là. Il a laissé son père, est allé trouver les gardes de sécurité et leur a dit : « Mon père est mort, il y a des terroristes. » C’est un héros, et son père est un héros. »

À la radio de l’armée, la veuve de Havakuk a rapporté les propos de son fils selon lesquels son père avait choisi de ne pas s’enfuir pendant l’attentat.

« Mon fils a vu tout ce qui s’est passé », a confié Limor Havakuk. « Il a dit que son père aurait pu s’enfuir, mais il a décidé de rester. »

Limor a rappelé vendredi que son défunt mari avait lutté âprement contre son agresseur, permettant à d’autres de s’échapper.

Des personnes endeuillées se rassemblent pour les funérailles de Yonatan Havakuk et Boaz Gol, le lendemain de l’attentat à l’arme blanche qui leur a coûté la vie, dans la ville israélienne d’Elad, le 6 mai 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Le beau-frère d’un homme encore dans un état critique dimanche a déclaré que les enfants de ce dernier étaient traumatisés après avoir été témoins de l’attaque.

« Ses quatre jeunes enfants ont tout vu », a déclaré Netanel Yakovov, le beau-frère de Shai Ben Shlomo, à la radio militaire.

« Ils n’arrivent pas à dormir, ils rêvent de leur père. Quand ils l’ont attaqué, les enfants se sont enfuis et le bébé de 2 ans dans la poussette est resté et a tout vu.

Elle nous a dit : « Maman, papa, frappe », a confié Yakovov. « C’est un cauchemar. »

Yakovov a ajouté que Ben Shlomo se trouvait toujours dans un état critique et inconscient.

« Les deux terroristes l’ont grièvement blessé à la tête. Il n’est pas encore hors de danger », a précisé Yakovov.

Les trois hommes tués dans l’attaque – Havakuk, Boaz Gol et Oren Ben Yiftah – laissent 16 orphelins.

Trois autres personnes ont été grièvement blessées lors de l’attentat au couteau et à la hache, perpétré jeudi soir à la fin de la fête de l’indépendance dans la ville à prédominance haredi d’Elad, dans le centre du pays.

Les deux terroristes palestiniens ont été interpellés dimanche, moins de 72 heures après l’attentat.

L’attentat d’Elad prolonge une vague d’attentats terroristes perpétrés en Israël et en Cisjordanie ces dernières semaines et les menaces répétées de groupes terroristes palestiniens sur le mont du Temple, à Jérusalem.

Il porte à 19 le nombre de victimes mortes du terrorisme en Israël et en Cisjordanie depuis le 22 mars de cette année.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...