Israël en guerre - Jour 263

Rechercher

Un suspect qui aurait agressé un Israélien à Times Square, inculpé de crimes de haine

Selon l'acte d'accusation déposé par le procureur de Manhattan, Yehia Amin a harcelé 4 Juifs, disant que le Hamas "devrait tuer plus de Juifs", et a frappé une de ses victimes

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Selon l'acte d'accusation déposé par le procureur de Manhattan, Yehia Amin a harcelé 4 Juifs, disant que le Hamas "devrait tuer plus de Juifs", avant d'en frapper un
Selon l'acte d'accusation déposé par le procureur de Manhattan, Yehia Amin a harcelé 4 Juifs, disant que le Hamas "devrait tuer plus de Juifs", avant d'en frapper un

New York Jewish Week via JTA – Le bureau du procureur du district de Manhattan a inculpé pour crimes de haine un suspect accusé d’avoir attaqué un touriste israélien près de Times Square le 18 octobre.

L’acte d’accusation, déposé mardi, fait suite à la publication par la police de New York de statistiques sur les crimes de haine révélant une augmentation soutenue des incidents antisémites depuis l’attaque meurtrière du Hamas contre Israël, le 7 octobre.

Selon ce document, lors de l’incident survenu à Times Square 11 jours après l’attaque du Hamas, le prévenu Yehia Amin, 28 ans, aurait harcelé et frappé un Israélien juif de 23 ans qui se promenait la avec quatre amis vers 21 h 30. Les quatre hommes portaient une kippa lorsqu’ils ont croisé Amin, lequel les a identifiés comme étant juifs et s’est mis à les poursuivre.

Amin a nargué le groupe, leur disant : « Le Hamas devrait tuer davantage d’entre vous », « Qu’Allah tue tous les Juifs » et « Tous les Juifs devraient mourir », selon le bureau du procureur. Tout en poursuivant les Israéliens, Amin diffusait sur son haut-parleur Bluetooth de la musique qu’il a identifiée par la suite comme étant de la « musique du Hamas ».

Le groupe juif a tenté de signaler Amin à un agent de sécurité, avant de se diriger vers une gare pour quitter Times Square, mais Amin a continué à les suivre en leur disant « Tous les juifs sont des pleurnichards » et « Je veux vous tuer pour Gaza », selon l’acte d’accusation. Après une dizaine de minutes de harcèlement, Amin s’est précipité derrière la victime et lui a donné un coup de poing à l’arrière de la tête, lui causant une douleur importante et des blessures légères.

Amin s’est alors enfui et le touriste israélien et ses amis l’ont poursuivi. Un policier s’est joint à la poursuite, a rattrapé Amin et l’a arrêté. Lors de son arrestation, Amin a continué à tenir des propos antisémites, notamment « Que Dieu tue tous les Juifs », a déclaré le bureau du procureur.

Amin a été inculpé de harcèlement au premier degré pour crime de haine, d’agression au troisième degré pour crime de haine et de harcèlement au troisième degré pour crime de haine. Il a également été inculpé de harcèlement aggravé au second degré. L’affaire est entendue par la Cour suprême de l’État de New York.

« La violence résultant de la haine et de la discrimination ne sera pas tolérée », a déclaré Alvin Bragg, procureur du district de Manhattan, dans un communiqué annonçant les accusations.

Il s’agit de la dernière des nombreuses accusations portées par le bureau de Bragg pour des crimes de haine contre les juifs. À la fin du mois dernier, deux femmes ont été accusées d’avoir attaqué un passant qui les avait interpellées alors qu’elles arrachaient des affiches d’otages israéliens détenus à Gaza. La semaine suivant le début de la guerre, un homme de 19 ans a été inculpé pour avoir attaqué un Israélien sur le campus de l’université de Columbia.

Mardi également, la police de New York a publié des données sur les crimes de haine pour le mois dernier, indiquant que l’augmentation déjà documentée des crimes antisémites dans la ville depuis le 7 octobre ne faiblissait pas.

En novembre, 62 crimes de haine antisémites ont été signalés à la police, soit en moyenne plus de deux incidents par jour. Le nombre d’incidents antisémites du mois dernier représente une augmentation de 32 % par rapport à la même période de l’année dernière et est similaire aux 69 attaques antisémites signalées en octobre. Les incidents anti-juifs représentaient 65 % de tous les crimes de haine signalés à la police le mois dernier. Il y a eu sept crimes de haine anti-musulmans.

Depuis le 1er janvier, il y a eu 294 crimes de haine contre les juifs, selon la police de New York. Au cours des 11 premiers mois de l’année dernière, alors que le nombre total de crimes de haine contre tous les groupes était plus élevé, il y a eu 253 incidents antisémites. Les groupes de sécurité juifs ont indiqué qu’il était fort probable qu’un grand nombre d’attaques antisémites ne soient pas signalées. Les incidents récents comprennent des graffitis, des agressions physiques et des menaces. Les groupes juifs ont également signalé un pic d’antisémitisme depuis le 7 octobre dans l’ensemble du pays.

Avant le déclenchement de la guerre, le précédent record d’incidents antisémites de l’année avait été atteint en mars, lorsque 32 incidents antisémites avaient été signalés à la police.

La guerre a éclaté entre Israël et le Hamas après les massacres du 7 octobre, au cours desquels quelque 3 000 terroristes ont déferlé sur Israël depuis la bande de Gaza par voie terrestre, aérienne et maritime, tuant quelque 1 200 personnes et prenant 240 otages de tous âges sous le couvert d’un barrage de milliers de roquettes tirées sur les villes israéliennes. La grande majorité des personnes tuées lorsque des terroristes armés se sont emparés de communautés frontalières étaient des civils, notamment des bébés, des enfants et des personnes âgées. Des familles entières ont été exécutées dans leurs maisons et plus de 360 personnes ont été massacrées au cours d’une rave en plein air, ces massacres étant souvent accompagnés d’actes de brutalité intolérables perpétrés par les terroristes.

Le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, affirme que la campagne militaire israélienne a tué plus de 16 000 personnes, pour la plupart des femmes et des enfants. Ces chiffres ne peuvent être vérifiés de manière indépendante et incluraient à la fois des terroristes du Hamas et des civils, ainsi que des personnes tuées à la suite d’attaques à la roquette ratées par les groupes terroristes eux-mêmes. Selon les estimations militaires, quelque 5 000 membres du Hamas ont été tués dans la bande de Gaza, en plus des plus de 1 000 terroristes tués en Israël lors de l’assaut du 7 octobre. De hauts responsables militaires israéliens ont indiqué le 4 décembre qu’il y aurait environ deux civils morts pour chaque terroriste du Hamas tué dans la bande de Gaza.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.