Israël en guerre - Jour 146

Rechercher

Une frappe attribuée à Israël aurait tué le fils d’un chef du Hezbollah en Syrie

Ali Mussa Dakdouk serait responsable des opérations du groupe terroriste chiite libanais dans le sud de la Syrie ; 3 soldats blessés à la frontière libanaise ; Tsahal riposte

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Une foule en deuil marchant avec les corps de trois terroristes du Hezbollah tués dans le sud-ouest de la Syrie, le long du plateau du Golan, lors des funérailles dans la banlieue sud de Beyrouth, le 9 décembre 2023. (Crédit : Ibrahim Amro/AFP)
Une foule en deuil marchant avec les corps de trois terroristes du Hezbollah tués dans le sud-ouest de la Syrie, le long du plateau du Golan, lors des funérailles dans la banlieue sud de Beyrouth, le 9 décembre 2023. (Crédit : Ibrahim Amro/AFP)

L’armée israélienne a mené de multiples frappes contre des cibles terroristes au Liban vendredi et samedi, alors que les attaques menées par le Hezbollah sur la frontière nord d’Israël se poursuivent.

Le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah a déclaré que l’un des trois membres tués vendredi lors d’une frappe de drone attribuée à Israël en Syrie était Hassan Ali Dakdouk – le fils d’Ali Mussa Dakdouk, qui serait en charge des opérations du groupe terroriste dans le sud de la Syrie, a rapporté la chaîne publique israélienne Kan.

Selon la chaîne, Ali Mussa Dakdouk était chargé de former des milices pro-iraniennes en Irak dans le but d’attaquer les forces américaines.

Il a été détenu par les forces américaines en Irak en 2007, mais a été libéré par la suite.

Des responsables médicaux ont déclaré samedi soir que trois soldats avaient été blessés lors d’attaques du Hezbollah à la frontière nord la veille. Ils n’ont pas fourni de détails sur ces attaques.

L’hôpital Rambam de Haïfa a déclaré qu’un soldat avait été amené au centre hospitalier vendredi matin dans un état léger, après avoir été blessé par des éclats d’obus. Plus tard dans la journée, deux soldats sont arrivés à l’hôpital après avoir été blessés lors d’une autre attaque. L’un d’entre eux a d’abord été classé dans l’état grave, puis dans l’état modéré. Le second soldat est dans un état léger à modéré.

Des volutes de fumée suite à un bombardement israélien autour du village d’Aita al-Shaab, dans le sud du Liban, sur une photo prise du côté israélien de la frontière avec le Liban le 8 décembre 2023. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)

L’Association des arbitres de la Fédération israélienne de football a déclaré que le soldat grièvement blessé était Niv Steif, un arbitre de football de la première ligue israélienne actuellement en service de réserve. L’association a indiqué qu’il avait été blessé par un missile antichar.

Plusieurs roquettes ont visé des communautés frontalières israéliennes tout au long de la journée de samedi, sans faire de blessés. Les troupes au sol ont répondu par des tirs d’artillerie sur les sources des tirs. Dans un cas, l’armée a déclaré que des chars avaient bombardé une zone près de la ville de Metoula, dans le nord du pays, « pour éliminer une menace ».

Tsahal a mené diverses frappes dans le sud du Liban, ciblant des sites, des cellules et des centres de commandement du groupe terroriste chiite libanais.

Les attaques menées par le Hezbollah le long de la frontière nord avec le Liban sont constantes depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, le 7 octobre, lorsque des milliers de terroristes palestinien ont massacré 1 200 personnes, pour la plupart des civils, en Israël et pris plus de 240 otages. Les échanges de tirs quotidiens avec le Hezbollah, le Hamas et d’autres groupes terroristes font craindre une conflagration plus importante.

Vendredi a vu plusieurs roquettes être tirées sur des postes de Tsahal, et le Dôme de fer a intercepté une « cible aérienne suspecte » qui a pénétré dans l’espace aérien israélien, déclenchant des sirènes dans plusieurs communautés de Haute Galilée, a indiqué l’armée. L’un des postes situés près de moshav Mattat a subi des dommages lors de l’attaque à la roquette, et un certain nombre de blessés ont été signalés sur les lieux.

Les troupes ont répondu par des tirs d’artillerie sur les sources des tirs et sur d’autres cibles terroristes dans le sud du Liban, a déclaré l’armée.

En outre, Tsahal a déclaré avoir effectué une frappe de drone sur un groupe de terroristes dans la zone contestée du mont Dov, à la frontière du Liban, au cours de la nuit.

Les escarmouches à la frontière ont entraîné la mort de quatre civils du côté israélien, ainsi que celle de six soldats de Tsahal. Un certain nombre de roquettes en provenance de Syrie ont également été tirées, sans faire de blessés.

Du côté libanais, plus de 120 personnes ont été tuées, selon un décompte de l’AFP. Ce bilan comprend 98 terroristes du Hezbollah – dont certains ont été tués en Syrie -, 16 terroristes palestiniens, au moins 14 civils et trois journalistes.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.