USA : des étudiants juifs agressés en voulant accéder à une fête sur un campus
Rechercher

USA : des étudiants juifs agressés en voulant accéder à une fête sur un campus

La fraternité Pi Kappa Phi a été suspendue après un incident violent où des étudiants auraient été visés par des insultes antisémites

Capture d'écran d'une vidéo de l'entrée de l'Université d'Indiana. (YouTube)
Capture d'écran d'une vidéo de l'entrée de l'Université d'Indiana. (YouTube)

Trois étudiants juifs de l’Université d’Indiana tentant d’entrer dans une fête organisée par une fraternité étudiante ont été attaqués physiquement et verbalement par des insultes antisémites de la part d’autres membres de la fraternité.

L’université de Bloomington a déclaré dans le communiqué qu’elle menait une « enquête approfondie » sur l’incident, au cours duquel des étudiants juifs ont été pris à parti alors qu’ils tentaient d’entrer dans le foyer de la fraternité Pi Kappa Phi vendredi soir.

Ils auraient été malmenés par un groupe de 11 membres de la fraternité.

L’université a suspendu cette dernière.

« Des officiers de police de l’université mènent l’enquête en coopération » avec la police, a fait savoir l’institution, ajoutant que Pi Kappa Phi « a été placée sous ordonnance de cessation et d’abstention, ce qui signifie que ses membres ne peuvent pas organiser ou participer à des activités de l’organisation » jusqu’à ce que l’affaire soit tirée au clair.

L’université, qui abrite l’Institut pour l’étude de l’antisémitisme contemporain, l’un des plus importants centres de recherche académique sur l’antisémitisme aux Etats-Unis, a dit « condamner tout préjugé ou violence sous toute forme et tiendra les individus ou organisations pour responsables ».

Pi Kappa Phi a nié que l’incident était de nature antisémite, déclarant au Times of Israël dans un communiqué que des « personnes non invitées ont initié une altercation physique quand des membres de Pi Kappa Phi ont tenté de les faire sortir de la maison ».

« Actuellement, notre enquête établit qu’il n’y a pas eu d’incident antisémite », a fait savoir la fraternité, ajoutant que 10 % de ses membres « s’identifient comme juifs et que l’événement était co-organisé avec une fraternité juive ».

« Si des membres sont reconnus coupables de violations des règles, ils en seront tenus responsables », assure le communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...