Rechercher

Alberto Fernández critiqué pour avoir comparé les décès dus au COVID à la Shoah

Des organisations juives ont condamné les commentaires répétés sur le nombre de morts du président argentin, qui a déclaré que "la pandémie a tué entre un et deux Holocaustes"

Le président argentin Alberto Fernandez, à Los Angeles, le 9 juin 2022. (Crédit : AP Photo/Marcio Jose Sanchez)
Le président argentin Alberto Fernandez, à Los Angeles, le 9 juin 2022. (Crédit : AP Photo/Marcio Jose Sanchez)

JTA – Trois grandes organisations juives ont critiqué le président argentin, Alberto Fernández, pour avoir comparé le nombre de morts dus au COVID-19 à la Shoah pour la deuxième fois en l’espace de trois mois.

Alors qu’il s’exprimait lors d’un séminaire sur la diversité et l’inclusion pour la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC) la semaine dernière, Fernández a déclaré : « Nous ne savons toujours pas combien de personnes sont mortes dans cette pandémie. Selon les Nations unies, entre 6 et 10 millions de personnes sont décédées. Nous n’avons pas le chiffre exact. Mais quoi qu’il en soit, nous savons que la pandémie a tué entre un et deux Holocaustes. Ceci représente une tonne de gens. »

Le commentaire a été immédiatement condamné par la Délégation des associations juives argentines (DAIA), l’Anti-Defamation League (ADL) et le B’nai B’rith International.

« Une fois de plus, depuis la première magistrature de la République argentine, et à la clôture du sommet de la CELAC, la pandémie et ses effets dévastateurs ont été comparés à la tragédie unique et incomparable qu’a incarné la Shoah », a tweeté la DAIA.

Le B’nai B’rith International a écrit dans un tweet que la comparaison entre la pandémie et la Shoah est « tout simplement inacceptable, et représente un manque de respect pour les victimes de l’#Holocauste ».

« Rien n’est comparable à cette tragédie unique dans l’histoire de l’humanité. »

En juillet, Fernández avait reçu Dani Dayan, président du Mémorial de Yad Vashem, à la Casa Rosada (bureau du président argentin), où les deux hommes s’étaient entretenus au sujet de la montée des discours de haine et de l’antisémitisme.

Dani Dayan, président de Yad Vashem. (Crédit : Alex Kolomoisky/Yad Vashem)

Dayan a déclaré que Fernández avait « exprimé une grande frustration » quant au fait que justice n’avait pas été rendue pour l’attentat à la bombe de l’AMIA en 1994, qui avait visé la communauté juive de Buenos Aires et tué plus de 80 personnes.

En mai, Fernández avait déclaré au journaliste juif Ernesto Tenembaum sur Radio Con Vos que « l’humanité n’a pas conscience de ce qu’elle a vécu ».

« Nous vivons une pandémie, plus de 6 millions de personnes sont mortes, presque le même nombre de personnes que nous n’oublierons jamais qui sont mortes pendant la Shoah. »

D’innombrables personnalités ont invoqué la Shoah en parlant du COVID-19, mais généralement en référence aux obligations du port du masque ou de la vaccination.

Scott Jensen, candidat républicain au poste de gouverneur du Minnesota, a invoqué la Nuit de cristal et Hitler lors d’un rassemblement contre l’obligation du port du masque mardi, et a réitéré ses propos mercredi. D’autres personnalités politiques, notamment aux États-Unis, ont fait des comparaisons similaires, comme Warren Davidson, représentant de l’Ohio, Marjorie Taylor-Greene, représentante de la Géorgie, Robert Kennedy Jr, militant anti-vax, et Vickie Paladino, conseillère municipale de New York.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...