Israël en guerre - Jour 228

Rechercher

Des ex-otages du Hamas témoignent du « retour de l’enfer » de Gaza

Plus d'un tiers des otages libérés se sont exprimés publiquement et ont témoigné du calvaire vécu durant leur détention pour commencer à mettre des mots sur l'indicible

Les otages israéliens libérés des geôles du Hamas après 54 jours de captivité le 30 novembre 2023 : En haut, de gauche à droite : le frère et la sœur Bilal et Aïsha Ziadna, Ilana Gritzewsky, Nili Margalit ; en bas : Shani Goren, Amit Soussana, Sapir Cohen, Mia chem. (Crédit : Times of Israel)
Les otages israéliens libérés des geôles du Hamas après 54 jours de captivité le 30 novembre 2023 : En haut, de gauche à droite : le frère et la sœur Bilal et Aïsha Ziadna, Ilana Gritzewsky, Nili Margalit ; en bas : Shani Goren, Amit Soussana, Sapir Cohen, Mia chem. (Crédit : Times of Israel)

« J’ai vécu l’enfer, j’étais affamée, assoiffée », confie Aviva Siegel, 62 ans, ex-otage du groupe terroriste palestinien du Hamas dans la bande de Gaza. Comme elle, d’autres rescapés israéliens témoignent du calvaire vécu durant leur détention pour commencer à mettre des mots sur l’indicible, six mois après le début de la guerre.

Le matin du 7 octobre, Siegel, lunettes rondes et chevelure anthracite, était avec son mari Keith lorsque des terroristes du Hamas ont fait irruption dans leur maison du kibboutz de Kfar Aza pour les enlever et les emmener dans la bande de Gaza.

Pendant 51 jours, le couple a été traîné de tunnel en tunnel dans des conditions plus que spartiates. « Ils ne nous laissaient pas parler, on n’avait pas le droit d’être debout », dit à l’AFP cette femme libérée fin novembre dans le cadre d’un accord de trêve.

253 personnes ont été enlevées le 7 octobre lors de l’attaque du Hamas qui a entraîné la mort de près de 1 200 personnes, principalement des civils.

Plus de 105 otages ont été libérés fin novembre en échange de la libération de prisonniers palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël lors de l’unique trêve dans la guerre à ce jour, cinq autres avant cet accord et deux libérés dans une opération militaire israélienne mi-février.

L’otage libérée Aviva Siegel s’exprimant lors d’un rassemblement hebdomadaire sur la « Place des Otages », à Tel Aviv, le 30 mars 2024. (Crédit : Capture d’écran YouTube ; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur les droits d’auteur)

Selon les autorités israéliennes, il reste 130 otages du 7 octobre à Gaza, dont au moins 34 sont morts.

Plus de 32 900 personnes seraient mortes à Gaza depuis le début de la guerre, selon le ministère de la Santé du Hamas. Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza. Tsahal dit avoir éliminé 13 000 terroristes palestiniens dans la bande de Gaza, en plus d’un millier de terroristes qui ont pris d’assaut Israël le 7 octobre.

Plus d’un tiers des otages libérés se sont exprimés publiquement dans des entretiens avec des médias, lors d’événements publics ou encore dans des vidéos filmées par le Forum des familles des otages et disparus, une association représentant une partie de ces familles.

« Peur permanente » 

Les otages israéliens libérés le 25 novembre 2023 : En haut de gauche à droite : Sharon Avigdori et sa fille Noam, les frères et sœurs Alma et Noam Or ; au milieu : Hila Rotem, Emily Hand, Shiri Weiss et sa fille Noga ; en bas : Adi Shoham et ses enfants Yahel et Naveh, Maya Regev, et Shoshan Haran. (Crédit : Times of Israel)

Plusieurs d’entre eux, sans détailler les conditions de leur captivité, évoquent « un enfer », comme Siegel, dont le mari est toujours retenu à Gaza.

« Même si je vous raconte ce que vivent les otages, vous ne pourrez pas imaginer ce qu’ils vivent […] Je suis revenue de l’enfer », a ainsi témoigné Maya Regev, une Israélienne libérée fin novembre après 51 jours de captivité à Gaza.¨

Cette femme de 21 ans avait été blessée par balle le 7 octobre au Festival Supernova où ont été enlevées près de 40 personnes et 364 autre ont été assassinées. « Après 8 jours, ils m’ont sorti la balle du pied et m’ont opérée, les soins étaient mauvais et méprisants, pas un traitement humain et quand je suis arrivée ici, en Israël, j’avais des infections compliquées », avait-elle confié peu après sa libération.

Aussi blessée par balles, Doron Katz-Asher, enlevée avec ses deux filles Raz, 4 ans, et Aviv, 2 ans raconte avoir été soignée « sans anesthésie avec une aiguille et un fil ».

Dans un entretien à la Douzième chaîne, Katz-Asher a témoigné d’une « peur permanente », expression qui revient dans quasiment tous les témoignages. « Nous étions dix dans une pièce de 12 mètres carrés sans lit, avec juste un lavabo et des bouteilles d’eau […], mes filles avaient de la fièvre. »

« On dort, on pleure, il ne se passe rien, chaque jour est une éternité, c’est tellement effrayant », a raconté Danielle Aloni, libérée avec sa fille de cinq ans.

Pour les femmes otages, une des angoisses est la crainte d’être violées.

Amit Soussana, 40 ans, enlevée à son domicile du kibboutz de Kfar Aza a raconté dans une longue interview au New York Times des agressions sexuelles subies en captivité. « Il m’a forcée, avec l’arme pointée sur moi, à commettre un acte sexuel », a-t-elle déclaré au quotidien américain.

L’otage libérée Sharon Aloni Cunio s’exprimant lors d’une réunion de la commission du Statut des femmes, à la Knesset, à Jérusalem, le 2 avril 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Aucune autre des otages libérées n’a jusqu’à présent témoigné de violences sexuelles subies mais Siegel a notamment évoqué le sort des femmes en captivité : « Ils ont transformé ces filles en poupées qu’ils pouvaient utiliser comme ils le voulaient. »

« Interdit de pleurer »

« Je suis témoin, j’ai vu une fille torturée […] Je voudrais repartir les protéger, j’ai vu ce que les filles ont vécu », a-t-elle ajouté. « En tant que femme, la peur d’être violée ou de subir des agressions sexuelles est permanente, être sans aucun moyen de se défendre, s’opposer c’est risquer sa vie, cette peur ne te quitte pas », a confié Yarden Roman-Gat à la chaîne publique Kann.

Sa belle-soeur Carmel Gat, 39 ans, est toujours à Gaza comme treize autres femmes.

Pour les mères enlevées avec des enfants, la peur est encore plus grande, selon les témoignages.

« C’était interdit de pleurer ou de rire ou de parler fort […], on peut pas apprendre à un enfant de 4 ans à pleurer en silence […], tout ce que tu as créé pour protéger tes enfants disparaît […] Les enfants étaient affamés, ils avaient une pita par jour, je ne souhaite à aucune maman de devoir supplier pour qu’on donne à manger à ses enfants », avait raconté Hagar Brodutch, prise avec trois enfants de 4 à 10 ans.

Liat Atzili, 49 ans, enseignante en histoire au lycée qui organise des visites guidées au mémorial de la Shoah de Yad Vashem, a appris après sa libération que son mari Aviv avait été tué le 7 octobre.

« Je suis revenue de parmi les morts », a-t-elle dit à la Douzième chaine mais « le manque de nourriture, de médicaments, les conditions d’hygiène horribles […], chaque jour est interminable, c’était le désespoir total ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.