Israël en guerre - Jour 202

Rechercher

Des foules anti-refonte manifestent avant l’épreuve de force devant les tribunaux

Plus de 100 000 personnes se sont rassemblées à Tel Aviv ; une femme a été légèrement blessée lorsqu'un véhicule a heurté les manifestants qui bloquaient Ayalon

  • Une photo fournie par un activiste anti-refonte judiciaire montrant des milliers de personnes manifestant avec une pancarte indiquant "La Cour est suprême", à Tel Aviv , le 9 septembre 2023. (Crédit : Gilad Furst)
    Une photo fournie par un activiste anti-refonte judiciaire montrant des milliers de personnes manifestant avec une pancarte indiquant "La Cour est suprême", à Tel Aviv , le 9 septembre 2023. (Crédit : Gilad Furst)
  • Des activistes manifestant contre la refonte du système judiciaire du gouvernement, à Tel Aviv, le 9 septembre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
    Des activistes manifestant contre la refonte du système judiciaire du gouvernement, à Tel Aviv, le 9 septembre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
  • Des activistes protestant ccontre la refonte du système judiciaire du gouvernement, à Tel Aviv, le 9 septembre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
    Des activistes protestant ccontre la refonte du système judiciaire du gouvernement, à Tel Aviv, le 9 septembre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
  • Des manifestants protestent contre la refonte du système judiciaire du gouvernement, à Tel Aviv, Israël, le 9 septembre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP Photo)
    Des manifestants protestent contre la refonte du système judiciaire du gouvernement, à Tel Aviv, Israël, le 9 septembre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP Photo)
  • Une photo fournie par un militant anti-refonte judiciaire montrant des manifestants dans le kibboutz de Tel Haï, dans le nord du pays, à la fin d'une "marche pour la démocratie" de trois jours, le 9 septembre 2023. (Crédit : @sha_b_p)
    Une photo fournie par un militant anti-refonte judiciaire montrant des manifestants dans le kibboutz de Tel Haï, dans le nord du pays, à la fin d'une "marche pour la démocratie" de trois jours, le 9 septembre 2023. (Crédit : @sha_b_p)
  • Une photo fournie par un militant anti-refonte judiciaire montrant des milliers de personnes manifestant à Tel Aviv, le 9 septembre 2023. (Crédit : Gilad Furst)
    Une photo fournie par un militant anti-refonte judiciaire montrant des milliers de personnes manifestant à Tel Aviv, le 9 septembre 2023. (Crédit : Gilad Furst)
  • Une photo fournie par un militant anti-refonte judiciaire montrant des dirigeants de la communauté bédouine lors d'une manifestation à Beer Sheva, le 9 septembre 2023. (Crédit : Tanya Zion-Waldoks)
    Une photo fournie par un militant anti-refonte judiciaire montrant des dirigeants de la communauté bédouine lors d'une manifestation à Beer Sheva, le 9 septembre 2023. (Crédit : Tanya Zion-Waldoks)
  • Une photo fournie par un militant anti-refonte judiciaire montrant des manifestants devant la résidence présidentielle, à Jérusalem, le 9 septembre 2023. (Autorisation)
    Une photo fournie par un militant anti-refonte judiciaire montrant des manifestants devant la résidence présidentielle, à Jérusalem, le 9 septembre 2023. (Autorisation)

Plus de cent mille manifestants se sont rassemblés samedi pour la 36e semaine consécutive contre la refonte du système judiciaire de la coalition, à quelques jours d’une épreuve de force devant la Cour suprême.

Quelque 118 000 manifestants se sont rassemblés pour la manifestation principale rue Kaplan à Tel Aviv, a rapporté la Treizième chaîne, citant des données de la société CrowdSolutions.

Des rassemblements plus restreints ont attiré des milliers de personnes dans d’autres villes et jonctions du pays.

Après la manifestation, certains manifestants ont bloqué l’autoroute Ayalon en direction du sud.

Une femme a été légèrement blessée lorsqu’un conducteur a foncé dans un groupe de manifestants sur l’autoroute. Une vidéo montre plusieurs personnes se disputant avec des manifestants sur l’autoroute, avant qu’une voiture n’accélère, renversant plusieurs d’entre eux avant de s’arrêter alors que d’autres manifestants la poursuivent.

La police a arrêté le conducteur avant de le libérer dimanche matin, les enquêteurs cautionnant son explication selon laquelle il s’agissait d’un accident et qu’il n’avait pas l’intention de heurter les manifestants.

Les organisateurs ont déclaré que les manifestations de cette semaine constitueraient une « réponse à Ohana », en référence à un discours prononcé cette semaine par le président de la Knesset, Amir Ohana (Likud), dans lequel il a laissé entendre que la coalition pourrait ne pas se conformer à une décision de la Haute cour de justice si celle-ci invalidait la loi récemment adoptée – et largement controversée – du « caractère raisonnable ». Le Premier ministre Benjamin Netanyahu semble être d’accord avec lui car il a retweeté jeudi le discours d’Ohana sur son compte X.

Cette loi, la première mesure du paquet de réformes radicales de la coalition visant à remanier en profondeur le système judiciaire, interdit à la Cour d’invalider les décisions du cabinet ou des ministres sur la base de leur « caractère raisonnable ».

Quinze juges de la Haute cour devraient entendre les recours déposés contre la loi le 12 septembre. Plusieurs ministres du gouvernement, entre autres, ont mis en garde contre le risque de chaos si la Cour invalidait la loi du « caractère raisonnable », provoquant ainsi une crise constitutionnelle potentielle.

On ignore quand la Cour rendra sa décision, et la composition élargie du panel de juges risque d’allonger la procédure.

À Tel Aviv, l’ancien chef de l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet, Yuval Diskin, a déclaré qu’Israël avait déjà atteint une crise constitutionnelle après le discours d’Ohana et le soutien ultérieur de Netanyahu à ces remarques.

« Netanyahu agit dans le cadre d’un conflit d’intérêts grave et permanent, alors qu’il est impliqué dans la législation visant à améliorer sa situation juridique et qu’il viole une décision de justice », a-t-il déclaré, en référence au procès pour corruption en cours du Premier ministre et à un accord qui lui permet de continuer à exercer ses fonctions tant qu’il ne s’implique pas dans la législation judiciaire ou dans les nominations.

À LIRE – État d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

« Il s’agit d’un gouvernement qui agit pour écraser l’infrastructure démocratique du pays, et donc chaque acte de ce gouvernement est suspect », a-t-il déclaré. Il a également exhorté les chefs de la sécurité en place à se méfier de toute instruction qui leur serait donnée par le gouvernement.

Le chanteur Shalom Hanoch, qui s’est produit cette semaine à Kaplan, a déclaré à la foule qu’il « s’ajoutait et ajoutait sa voix à la liberté et à l’égalité de tous en Israël ».

Le chanteur Shalom Hanoch se produisant lors d’un rassemblement de protestation contre la refonte judiciaire du gouvernement, à Tel Aviv, le 9 septembre 2023. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

À la fin du rassemblement rue Kaplan, les manifestants se sont rendus au domicile d’Ohana ainsi qu’à celui du ministre du Développement du Néguev et de la Galilée, Yitzhak Wasserlauf (Otzma Yehudit). Plus tôt dans la journée, la police a arrêté Yoav Anderman, un activiste soupçonné d’avoir vandalisé des biens après avoir accroché des pancartes de protestation dans le nord de Tel Aviv visant son nouveau voisin Wasserlauf. Anderman a été relâché plus tard dans la journée. Des activistes se sont rendus au domicile de Wasserlauf pour protester contre l’arrestation au cours de la journée, où ils se sont heurtés à la police. Un manifestant a été arrêté.

Outre les manifestations hebdomadaires, plusieurs milliers de personnes ont participé à une « marche pour la démocratie » de trois jours dans le nord d’Israël, de Safed à Tel Haï, près de la frontière libanaise, et dans le sud, de Kiryat Gat à Beer Sheva, pour protester contre la refonte.

Le député Moshe Yaalon (Likud), ancien ministre de la Défense, a déclaré aux manifestants à Beer Sheva que les milliers de personnes qui s’étaient « enrôlées » pour protester contre le gouvernement lui rappelaient les milliers de personnes qui avaient été appelées à combattre lors de la Guerre du Kippour de 1973, dont les 50 ans sont commémorés ce mois-ci.

« Mais au lieu de faire face à une menace extérieure, aujourd’hui, c’est à une menace intérieure d’un gouvernement déconnecté du peuple, un gouvernement destructeur [qu’il faut faire face] », a-t-il déclaré.

S’adressant à Netanyahu, Yaalon a accusé ce dernier d’avoir manqué de leadership.

« Vous aviez promis de vous occuper du coût de la vie – cette semaine, le shekel a atteint de nouveaux sommets. Vous aviez promis de vous occuper de la gouvernance – nous avons atteint un record historique pour le nombre de meurtres dans la communauté arabe. Cette semaine, les partisans du gouvernement ont battu un autre ‘record’ en brandissant des affiches ‘Kahane avait raison’ et ‘Yigal Amir avait raison’. La responsabilité vous incombe. »

Lors de la manifestation de jeudi soir devant la Cour suprême à Jérusalem, de nombreux participants arboraient des autocollants affirmant que les terroristes juifs tels que Baruch Goldstein, qui a assassiné 29 Palestiniens en prière à Hébron en 1994, Amiram Ben-Uliel, qui est en prison pour l’attentat meurtrier de 2015 contre une famille palestinienne dans le village de Douma en Cisjordanie, feu le rabbin extrémiste Meïr Kahane et l’assassin de l’ancien Premier ministre Yitzhak Rabin, Yigal Amir, « avaient raison ».

Dans son discours aux manifestants d’Herzliya, la députée Efrat Rayten (Avoda) a dénoncé l’arrestation de Anderman, le militant arrêté à Tel Aviv.

« Il semble que Yoav ait commis l’un des crimes les plus graves du livre de loi, un délit si grave que deux policiers ont dû le déranger dans sa maison pendant Shabbat, en accrochant des pancartes de protestation devant la maison du ministre Wasserlauf, qui est d’ailleurs membre du même parti que le ministre [en charge] de la police – l’ardoise la plus raciste de la Knesset », a-t-elle déclaré.

Dans son discours au rassemblement de Haïfa, l’ancien conseiller adjoint à la Sécurité nationale, Eran Etzion, a comparé le comportement du gouvernement à celui des terroristes d’Al-Qaida qui ont perpétré les attaques terroristes du 11 septembre (cette semaine marque le 22e anniversaire de la tragédie).

« Une bande de fanatiques messianiques, des criminels, dirigés par un grand méchant, ont détourné l’avion israélien des passagers et des pilotes, et ils le font naviguer jusqu’à l’écrasement de la Cour suprême », a-t-il déclaré.

Etzion a rejeté les affirmations selon lesquelles le Premier ministre était « entraîné » dans cette législation par ses partenaires d’extrême-droite et par le ministre de la Justice Yariv Levin (Likud), arguant que ces projets constituaient sa « carte de sortie de prison », en référence au procès en cours du Premier ministre pour corruption.

« Il est prêt à brûler le pays, à démanteler Tsahal et à détruire les relations stratégiques avec les États-Unis » pour y parvenir, a-t-il affirmé.

À Rehovot, le député Ram Ben Barak (Yesh Atid) a déclaré aux manifestants : « Nous respectons tout le monde, mais nous ne tolérerons pas ceux qui brisent notre démocratie. »

« Nous ne tolérerons pas le racisme, nous ne tolérerons pas que des extrémistes contrôlent notre pays. Nous ne ferons pas de compromis. Nous nous battrons et nous gagnerons parce qu’il n’y a pas de compromis sur les droits de l’Homme, la justice et la démocratie », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.