Enquête pour antisémitisme contre un employé de l’ambassade de France en Tunisie
Rechercher

Enquête pour antisémitisme contre un employé de l’ambassade de France en Tunisie

Selon Selim Dakhlaoui, des pirates ont posté sur sa page Facebook des remarques saluant la Shoah et des commentaires anti-Israël

L'ambassade de France en Tunisie, à Tunis, le 29 septembre 2008. (Crédit : WikiCommons)
L'ambassade de France en Tunisie, à Tunis, le 29 septembre 2008. (Crédit : WikiCommons)

Un employé de l’ambassade de France en Tunisie a affirmé que des pirates avaient publié des commentaires antisémites en son nom sur Facebook, dont un au sujet de l’échec d’Adolf Hitler à « finir le travail ».

Selim Dakhlaoui, agent consulaire pour l’ambassade, répondait à un scandale déclenché par la publication sur un blog francophone de copies de messages anti-Israël à son nom, ainsi que de la phrase sur Hitler, qui a été dénoncée car antisémite.

« Regardez, mon compte a été piraté », a écrit Dakhlaoui jeudi.

Vendredi, l’ambassade a affirmé que les déclarations attribuées à Dakhlaoui étaient « inacceptables », ajoutant qu’il avait été convoqué par ses supérieurs.

Le ministère des Affaires étrangères décidera du traitement de l’affaire une fois qu’il aura déterminé si Dakhlaoui était l’auteur des remarques offensantes, a déclaré l’ambassade dans un communiqué.

En octobre, un commentaire disant « bientôt c la fin d’Israël [sic] » apparaissait sous le nom de Dakhlaoui, suivi d’une image de missile. Une semaine après, le même compte présentait le message « Aller en enfer Israël [sic] ». En début d’année, un commentaire « Hitler n’a pas terminé son travail » apparaissant dans une discussion sur l’implication présumée d’Israël dans le terrorisme islamiste.

Mercredi, le CRIF a posté au sujet de Dakhlaoui sur sa page Facebook et exhorté l’ambassade à réagir.

« Voici un commentaire odieux comme on en voit trop souvent sur les réseaux sociaux… Sauf que cette fois, l’auteur est un employé de l’ambassade de France en Tunisie. On a hâte d’entendre leur réaction ! ». Le post notait aussi que l’apologie de crimes contre l’humanité est interdite par la loi française, et punissable de cinq ans de prison et de 45 000 euros d’amende.

Les commentaires ont depuis été supprimés et le compte de Dakhlaoui a été renommé « Selim Dakhlaoui – nouveau profil ». Il a ensuite été supprimé.

Les auteurs du blog Inglorious Basterds se sont ensuite moqués de l’affirmation de Dakhlaoui sur le piratage de son compte. « Selim est entré dans la deuxième étape sur quatre : indifférence feinte, déni, regrets feints, rechute. Nous le reverrons quand il atteindra la quatrième étape. »

L’année dernière, un article du même blog sur les déclarations antisémites sur Facebook d’une stagiaire koweitienne au consulat de France à New York avait entraîné son licenciement. Elle est également exclue de Sciences Po Paris, où elle était étudiante, pour les mêmes déclarations, jusqu’à nouvel ordre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...