Israël en guerre - Jour 254

Rechercher

France : LR, RN et Reconquête rejettent toute « équivalence » entre le Hamas et Israël

Paris a notamment indiqué, via son ministère des Affaires étrangères, qu'elle "soutient la CPI"

Francois-Xavier Bellamy, qui dirigeait la liste Les Républicains aux élections européennes, votant, à Versailles, le 26 mai 2019. (Crédit : Jacques Demarthon/AFP)
Francois-Xavier Bellamy, qui dirigeait la liste Les Républicains aux élections européennes, votant, à Versailles, le 26 mai 2019. (Crédit : Jacques Demarthon/AFP)

Les responsables des principaux partis de droite et d’extrême droite français ont dénoncé mardi une « équivalence insupportable » et un « parallèle honteux » après que le procureur de la Cour pénale internationale a réclamé des mandats d’arrêts contre des dirigeants du Hamas et du gouvernement israélien.

Ces réquisitions visent précisément le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et son ministre de la Défense Yoav Gallant d’une part, et les trois plus hauts chefs du groupe terroriste palestinien du Hamas (Ismaïl Haniyeh, Mohammed Deif, Yahya Sinouar) d’autre part, à l’origine des massacres barbares commis le 7 octobre en Israël.

La France a notamment indiqué, via son ministère des Affaires étrangères, qu’elle « soutient la CPI ». Une position dont le vice-président du Rassemblement national, Sébastien Chenu, s’est dit « très étonné », expliquant sur RTL « qu’on ne peut pas mettre ce signe égal » entre « un état démocratique agressé et des terroristes ».

« Cette équivalence est proprement insupportable », a renchéri le patron des sénateurs Républicains Bruno Retailleau sur Sud Radio, défendant le « droit d’Israël à se défendre » même si sa riposte à Gaza est « sans doute mal proportionnée ».

Le chef du groupe LR au Sénat français Bruno Retailleau au Conseil national des partis républicains (LR), le 27 janvier 2018 à Paris (Crédit : PHOTO AFP / GEOFFROY VAN DER HASSELT)

La tête de liste de son parti aux élection européennes, François-Xavier Bellamy, a lui pointé sur Public Sénat la « partialité manifeste » du procureur de la CPI, dont la position « ressemble à une forme de militantisme inquiétant ».

« Faire un parallèle entre les dirigeants israéliens et le Hamas (…) est une honte », a tranché sur CNews et Europe1 sa rivale d’extrême droite Marion Maréchal (Reconquête!), qui « réfute totalement ce qui est insinué à travers cette poursuite, à savoir qu’il y aurait un génocide à Gaza ».

A l’inverse, les chefs de file de la gauche française – de l’insoumis Jean-Luc Mélenchon au socialiste Olivier Faure, en passant par le communiste Fabien Roussel – étaient manifestement ravis lundi de l’annonce du procureur de la CPI, – en particulier à l’encontre de M. Netanyahu.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.