Rechercher

Israël supprime les taxes douanières de 40 % sur le lait importé pour 6 mois de plus

La pénurie de lait devrait durer au moins les six prochains mois ; depuis début 2023, Israël a connu une pénurie mensuelle de 1 à 1,5 million de litres de lait

Sharon Wrobel est journaliste spécialisée dans les technologies pour le Times of Israel.

Du lait et d'autres produits laitiers exposés dans un supermarché Rami Levy, à Jérusalem, le 17 juillet 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90/Dossier)
Du lait et d'autres produits laitiers exposés dans un supermarché Rami Levy, à Jérusalem, le 17 juillet 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90/Dossier)

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich a décidé lundi de prolonger de six mois un décret visant à réduire les droits de douane sur le lait importé, afin de remédier à la pénurie persistante de ce produit laitier dans les magasins de détail et les chaînes de supermarchés.

Cette prolongation intervient alors que les consommateurs continuent à trouver des rayons de lait vides dans les magasins du pays ces dernières semaines, même après que Smotrich a signé un ordre en juillet pour supprimer la taxe douanière de 40 % sur le lait importé pour une période de trois mois, qui devait durer jusqu’au 9 octobre. Le ministère des Finances s’efforce à présent de supprimer les droits de douane jusqu’au 7 avril 2024, car il s’attend à ce que la pénurie de lait dure au moins les six prochains mois.

La mesure prise en juillet visait à encourager les importations moins chères, qui n’étaient pas viables économiquement en raison des droits de douane élevés. Israël réglemente le prix d’un certain nombre de produits laitiers clés produits localement, notamment le lait, le fromage blanc et le pain de base, qui sont plus chers que dans les pays européens.

Les producteurs laitiers locaux se plaignent de l’augmentation du prix des céréales alimentaires destinées au bétail, qui représentent une part importante du coût de production des produits laitiers, ce qui entraîne une hausse des coûts. Au début de l’année, alors que les fabricants de produits laitiers cherchaient à obtenir une augmentation de 16 %, Smotrich est parvenu à un accord de dernière minute pour augmenter le prix des produits laitiers réglementés d’environ 9 %. Cette mesure rend la production de lait réglementé moins rentable pour les trois plus grandes entreprises laitières – Tnuva, Strauss et Tara Dairy – qui contrôlent plus de 90 % du marché.

Depuis le début de l’année, Israël a connu une pénurie de 1 à 1,5 million de litres de lait par mois, a déclaré le ministère, ajoutant que la suppression des droits de douane pendant trois mois a conduit à certaines importations de lait. Du lait ordinaire aurait été importé de Pologne ces dernières semaines par l’une des plus grandes chaînes de supermarchés du pays.

Une nouvelle période de six mois sans droits de douane permettra à davantage d’acteurs d’entrer sur le marché du lait importé et d’éliminer ainsi la pénurie de lait, a estimé le ministère.

Des Israéliens protestant contre la flambée des prix des logements à Tel Aviv et le coût de la vie, le 2 juillet 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

« Après avoir constaté qu’il était possible d’importer du lait ordinaire et après avoir compris que d’autres grands détaillants avaient l’intention d’importer du lait au cours de la période à venir, j’ai décidé de prolonger de six mois l’annulation de la taxe sur le lait », a déclaré Smotrich. « Cette mesure permettra de palier à la pénurie de lait dans les rayons et entraînera une nouvelle baisse des prix. »

Il reste à voir si les importateurs de lait trouveront intéressant, d’un point de vue économique et logistique, d’importer du lait pour une période limitée, étant donné que le coût de la certification casher doit être pris en compte.

Smotrich a ajouté qu’au cours des six prochains mois, son ministère, en collaboration avec le ministère de l’Agriculture, examinera des solutions alternatives pour le marché du lait, y compris une réforme et des solutions structurelles, afin de garantir un approvisionnement en lait régulier et bon marché à long-terme. Le ministère des Finances a également noté que le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est récemment prononcé en faveur de l’ouverture du marché du lait à la concurrence et de l’abolition du régime des quotas et du contrôle des prix.

Les prix des produits laitiers en Israël sont une question sensible et ont suscité des réactions qui se sont souvent transformées en manifestations de masse contre le coût élevé de la vie. En 2011, la manifestation dite du « cottage » avait déclenché des semaines d’agitation sociale, ce qui avait conduit les supermarchés à baisser le prix des produits laitiers, parallèlement à des réformes politiques visant à réduire les coûts pour les consommateurs.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.