Israël réprimande l’envoyé de Belgique après la rencontre entre Michel et des ONG de gauche
Rechercher

Israël réprimande l’envoyé de Belgique après la rencontre entre Michel et des ONG de gauche

Le Premier ministre belge a vu des responsables de Breaking the Silence et B’Tselem, considérées par Netanyahu comme “hostiles” au pays

Le Premier ministre belge Charles Michel pendant une visite du musée mémorial de l'Holocauste de Yad Vashem, à Jérusalem, le 7 février 2017. (Crédit : Gali Tibbon/AFP)
Le Premier ministre belge Charles Michel pendant une visite du musée mémorial de l'Holocauste de Yad Vashem, à Jérusalem, le 7 février 2017. (Crédit : Gali Tibbon/AFP)

Israël a officiellement protesté après une rencontre du Premier ministre belge Charles Michel mercredi avec les responsables de deux importantes associations de gauche, malgré une demande personnelle du Premier ministre Benjamin Netanyahu de cesser le soutien aux associations israéliennes qui nuisent, selon lui, au pays.

« Le gouvernement belge doit choisir : changer de voie ou poursuivre une ligne anti-israélienne », a déclaré dans un communiqué le bureau du Premier ministre, indiquant que l’ambassadeur belge, Olivier Belle, serait convoqué jeudi au ministère des Affaires étrangères pour une réprimande.

La directrice générale adjointe pour l’Europe, Rodica Radian Gordon, a réprimandé jeudi l’ambassadeur, Olivier Belle, qui « a pris note et transmettra à Bruxelles », a indiqué le porte-parole des Affaires étrangères israéliennes, Emmanuel Nahshon, dans un communiqué.

Michel, qui est en visite officielle en Israël, a rencontré les directeurs de Breaking the Silence et de B’Tselem.

« En Israël, nous considérons avec gravité la rencontre du Premier ministre belge avec les dirigeants de Breaking the Silence et de B’Tselem lors de son séjour en Israël. Des initiatives sont menées par le procureur de l’Etat belge pour juger des responsables israéliens, dont Tzipi Livni et des officiers de Tsahal », a ajouté le communiqué du bureau de Netanyahu.

Le Premier ministre a de plus « ordonné qu’une législation soit proposée pour empêcher le financement par des gouvernements étrangers des ONG qui nuisent aux soldats israéliens », a précisé le communiqué.

Breaking the Silence est une association controversée qui collecte des témoignages d’anciens soldats israéliens portant sur des violations présumées des droits de l’Homme dont ils auraient été témoins pendant leur service militaire dans les territoires palestiniens.

Pendant sa rencontre, Michel a discuté avec les deux associations des politiques d’Israël en Cisjordanie, a annoncé la Dixième chaîne.

Interrogé par l’AFP, un responsable de Breaking the Silence a confirmé qu’un responsable de l’organisation ainsi qu’un dirigeant de B’Tselem avaient rencontré le Premier ministre belge à Jérusalem.

« Nous lui avons expliqué ce que nous faisons et en quoi la poursuite de l’occupation des territoires palestiniens met aussi en danger Israël », a-t-il ajouté sous couvert de l’anonymat.

Cette réunion a eu lieu au lendemain d’une rencontre entre Michel et Netanyahu, dans laquelle ce dernier lui a explicitement demandé de ne pas financer des associations décrites par le Premier ministre comme anti-Israël ou nuisibles aux soldats israéliens.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) avec le Premier ministre belge Charles Michel lors d'une conférence de presse à Jérusalem, le 7 février 2017. (Crédit : GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) avec le Premier ministre belge Charles Michel lors d’une conférence de presse à Jérusalem, le 7 février 2017. (Crédit : GPO)

La Knesset a approuvé en juillet une loi controversée qui oblige les ONG qui reçoivent la plus grande partie de leur financement de gouvernements étrangers à le déclarer.

Ce texte cible en priorité, selon ses détracteurs, les associations de gauche faisant campagne pour les droits des Palestiniens et s’opposant aux implantations de Cisjordanie.

Outre La Paix Maintenant, sont notamment visés B’Tselem, qui défend les droits de l’Homme dans les territoires palestiniens, Breaking the Silence, qui recueille les témoignages de soldats israéliens opérant dans ces Territoires, ou Adalah, une organisation qui défend les droits des Arabes israéliens.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...