Israël en guerre - Jour 198

Rechercher

José Andres, le célèbre chef WCK a contourné la bureaucratie pour apporter de l’aide à Gaza

L'Américano-espagnol a amené sa World Central Kitchen dans l'enclave à l'invitation du gouvernement chypriote, nourrissant ainsi 350 000 Palestiniens par jour

Jose Andres s'exprimant sur scène lors du sommet Climate Forward 2023 du New York Times, au Times Center, à New York, le 21 septembre 2023. (Crédit : Bennett Raglin/Getty Images via AFP)
Jose Andres s'exprimant sur scène lors du sommet Climate Forward 2023 du New York Times, au Times Center, à New York, le 21 septembre 2023. (Crédit : Bennett Raglin/Getty Images via AFP)

MADRID – Le mépris du célèbre chef Jose Andres pour la paperasserie est l’une des raisons pour lesquelles son organisation caritative s’est retrouvée à coordonner l’effort humanitaire à Gaza lorsque sept de ses employés ont été tués par une frappe aérienne israélienne.

Les travailleurs humanitaires de World Central Kitchen (WCK) ont été tués lundi en fin de journée lorsque leur convoi a été touché peu après avoir supervisé le déchargement de 100 tonnes de nourriture acheminées à Gaza par voie maritime.

Israël a assumé la responsabilité de l’attaque, le Premier ministre Benjamin Netanyahu reconnaissant qu’il s’agissait d’un incident « tragique » et « non-intentionnel » et s’engageant à « tout faire » pour éviter qu’un tel incident ne se reproduise.

Le mois dernier, WCK a commencé à acheminer de l’aide alimentaire aux populations affamées du nord de la bande de Gaza via un corridor maritime au départ de Chypre, en collaboration avec l’organisation caritative espagnole Open Arms.

Cette décision fait suite au refus d’Israël d’autoriser l’Office controversé de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) à livrer de la nourriture dans le nord de la bande de Gaza, après des accusations selon lesquelles douze de ses employés avaient participé à l’assaut barbare mené par le groupe terroriste palestinien du Hamas contre le sud d’Israël le 7 octobre, et que de très  nombreux autres avaient des liens avec le Hamas et d’autres groupes terroristes de la bande de Gaza.

Oscar Camps, directeur d’Open Arms, a déclaré lors d’un entretien avec Reuters que la voie maritime entre Chypre et Gaza était ouverte depuis le 20 décembre, mais qu’aucune organisation ne l’avait empruntée.

Des gens autour des restes d’une voiture utilisée par le groupe d’aide américain World Central Kitchen, qui a été touchée par une frappe israélienne la veille, à Deir al-Balah, dans le centre de la bande de Gaza, le 2 avril 2024. (Crédit : AFP)

Les travailleurs humanitaires ont construit une jetée de fortune à partir de décombres et ont déchargé l’aide à quelques mètres seulement des bombardements, alors qu’Israël avait prévenu qu’il ne pouvait pas garantir leur sécurité.

Andres, qui est espagnol et américain, a déclaré le 26 mars qu’il avait décidé de s’impliquer dans la livraison d’aide par voie maritime à la suite d’une invitation du gouvernement chypriote, en espérant que d’autres fournisseurs d’aide feraient de même.

Le 26 mars, il a déclaré que soixante-sept cuisines de WCK œuvraient à Gaza et alimentaient 350 000 personnes par jour. Les opérations sont désormais suspendues suite à la frappe aérienne israélienne sur le convoi de WCK.

Au début du conflit, WCK s’était associé à des restaurants et à des hôpitaux en Israël pour nourrir les personnes déplacées ou blessées par le Hamas le 7 octobre, avant de passer en février à l’aide au parachutage de l’aide au-dessus de la bande de Gaza.

Tomer Goldberg, un entrepreneur israélien, a déclaré que WCK avait joué un rôle essentiel dans le financement et la distribution de repas aux Israéliens déplacés après l’assaut du Hamas, en aidant le réseau de bénévoles « Frères d’armes » qui organisait les secours civils. « Ce sont des gens extraordinaires », a-t-il déclaré à la radio de l’armée mardi soir, saluant l’efficacité, l’intérêt et la nature apolitique de WCK. « Ils n’ont pas d’agenda politique », a-t-il ajouté. « Ils aident à nourrir les réfugiés affamés, un point c’est tout. »

La guerre a éclaté le 7 octobre lorsque le Hamas a mené une attaque barbare contre Israël, qui a fait près de 1 200 morts, pour la plupart des civils, et 253 otages. Israël a répondu par une incursion militaire visant à anéantir le groupe terroriste palestinien, à renverser le régime de Gaza et à libérer les otages, dont 130 sont toujours en captivité, certains étant décédés.

Le Hamas affirme que quelque 32 000 habitants de Gaza auraient été tués au cours de la guerre. Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza. Tsahal dit avoir éliminé 13 000 terroristes palestiniens dans la bande de Gaza, en plus d’un millier de terroristes qui ont pris d’assaut Israël le 7 octobre. 256 soldats de l’armée israélienne ont été tués dans la bande de Gaza.

Adaptation

Fondée par Andres en 2010 après s’être rendu en Haïti pour apporter son aide à la suite d’un tremblement de terre qui a fait plus de 300 000 morts, WCK est rapidement devenue l’un des principaux fournisseurs d’aide d’urgence sur les lieux de catastrophes naturelles ou de conflits humains.

L’ONG se décrit comme « la première à arriver en première ligne », utilisant une approche « entrepreneuriale qui s’adapte » pour « privilégier le fait de nourrir les gens rapidement plutôt que de demander la permission ou de suivre des systèmes et une bureaucratie qui manquent d’urgence et de flexibilité ».

« Pendant d’autres évaluent la situation, nous sommes déjà en train de nourrir les gens et, ce faisant, nous apprenons ce qui se passe, et non l’inverse », a déclaré Andres lors d’une récente interview accordée à l’édition espagnole de Vanity Fair.

L’organisation caritative affirme être entrée en Ukraine cinq jours après l’invasion russe de février 2022 et avoir ouvert des restaurants dans cinq villes.

Jose Andres, chef américano-espagnol et fondateur de World Central Kitchen, déchargeant les colis de nourriture humanitaire livrés par le camion de WCK, à Kherson. (Crédit : Efrem Lukatsky/AP)

Né en 1969 dans une ville minière du nord de l’Espagne, dans la région des Asturies, Andres a travaillé comme apprenti au restaurant expérimental El Bulli de Ferran Adria, non loin de Barcelone, avant de s’installer aux États-Unis en 1991, où il a créé le restaurant de tapas Jaleo.

Sa société ThinkFoodGroup possède aujourd’hui plus de vingt restaurants, dont un doté de deux étoiles Michelin.

Il a cultivé des relations avec certaines des personnes les plus puissantes des États-Unis, recevant un don de 100 millions de dollars du fondateur d’Amazon, Jeff Bezos, en 2021, et nouant des relations avec l’ancien président des États-Unis, Barack Obama.

En 2014, le gouvernement d’Obama l’a nommé « Outstanding American by Choice », un prix décerné aux citoyens américains naturalisés qui ont accompli des choses extraordinaires, puis lui a décerné la National Humanities Medal en 2015.

Ses relations avec le successeur d’Obama, Donald Trump, ont été moins cordiales.

Les deux hommes sont parvenus à un accord en 2017 après que Trump a poursuivi Andres pour rupture de contrat lorsque le chef a annulé les plans d’un restaurant dans l’hôtel de Trump à Washington à la suite des propos que le candidat à la présidence de l’époque avait tenus sur les Mexicains, les qualifiant de « violeurs » et de « meurtriers ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.