Rechercher

La « viande » imprimée en 3D par l’Israélien Redefine Meat arrive en Europe

La startup israélienne dévoile aussi ses premiers "morceaux entiers" pour des restaurants haut de gamme au Royaume-Uni, en Allemagne et aux Pays-Bas

Ricky Ben-David est journaliste au Times of Israël

La société israélienne Redefine Meat a développé des produits à base de plantes comme alternative à la viande. (Redefine Meat)
La société israélienne Redefine Meat a développé des produits à base de plantes comme alternative à la viande. (Redefine Meat)

La startup israélienne Redefine Meat va commencer à proposer des produits à base de « viande » végétale imprimée en 3D dans certains restaurants haut de gamme en Europe, a annoncé la société mardi, dévoilant également ce qu’elle appelle « les premiers » morceaux entiers au monde qui ressemblent à des morceaux d’agneau et de bœuf.

Avec ces nouveautés, la société a affirmé avoir « percé le Saint Graal de l’industrie de la viande alternative », qui produit essentiellement des produits hachés qui n’ont souvent pas la texture fibreuse de la viande animale.

La gamme de produits de Redefine Meat, appelée New Meat, comprend désormais les morceaux entiers, ainsi que des hamburgers, des saucisses, des brochettes d’agneau et du bœuf haché, car l’entreprise espère devenir « la plus grande entreprise de viande du monde en proposant tous les morceaux de viande d’une vache ». Les plats préparés avec ces produits seront disponibles dans des établissements tels que Marco Pierre White’s Steak Houses au Royaume-Uni, une chaîne de 22 restaurants créée par le célèbre chef Marco Pierre White ; le restaurant indien Brigadiers, également au Royaume-Uni ; et les restaurants étoilés au Michelin Ron Gastrobar aux Pays-Bas, créés par le chef néerlandais et personnalité de la télévision Ron Blaauw.

En Israël, les plats préparés avec les produits de Redefine Meat sont vendus dans environ 150 restaurants et établissements, selon la société, dont le Coffee Bar et l’hôtel Montefiore à Tel Aviv.

L’entreprise travaille à un lancement aux États-Unis et en Asie.

Fondée par les entrepreneurs Eshchar Ben-Shitrit et Adam Lahav, Redefine Meat (anciennement JetEat) a produit son premier steak végétal imprimé en 3D en 2018. L’entreprise affirme que sa technologie brevetée de fabrication numérique à l’échelle industrielle parvient à reproduire intégralement la structure musculaire du bœuf. Les produits, composés d’un mélange de protéines de pois, de soja, de betterave, de pois chiches et de graisse de noix de coco, sont riches en protéines, n’ont pas de cholestérol, et respectent l’apparence, la cuisson, la sensation et le goût de la vraie viande, selon la startup.

Redefine Meat utilise des imprimantes 3D et de l' »encre » pour « imprimer » les steaks. L’entreprise vise à vendre les imprimantes et les cartouches aux distributeurs de viande du monde entier, qui imprimeront et distribueront la viande une fois produite.

La technologie de Redefine Meat permet de produire des morceaux entiers. (Redefine Meat)

L' »encre » est composée d’ingrédients d’origine végétale similaires à ce que mange une vache. Elle contient des protéines provenant de légumineuses et de céréales, pour créer la texture musculaire de la viande alternative ; elle contient également des graisses provenant des plantes, pour imiter la graisse de bœuf, ainsi que des arômes et des couleurs naturels, pour imiter le caractère sanglant et juteux de la viande.

Plus tôt cette année, Redefine Meat a réalisé un tour de table de 29 millions de dollars mené par la société de capital-risque Happiness Capital, basée à Hong Kong, et Hanaco Ventures, basée à Tel Aviv et à New York. La société a déclaré à l’époque que les fonds serviraient au lancement commercial et à la croissance internationale de l’entreprise, qui achève la construction d’une ligne pilote de production à grande échelle pour ses imprimantes 3D de viande alternative.

En janvier, la société a annoncé son premier accord stratégique avec le distributeur israélien de viande Best Meister pour distribuer ses produits aux restaurants et aux bouchers en Israël, après une dégustation à l’aveugle réussie de viande alternative lors d’un événement co-organisé par les deux sociétés, qui a démontré un taux d’acceptation de 90 % parmi les mangeurs de viande.

« Nous avons atteint un niveau de supériorité en termes de goût et de texture qui a surpris même certains des chefs les plus reconnus au monde, et nos capacités technologiques uniques nous permettent de remplacer chaque partie de la vache pour la première fois », a déclaré Ben-Shitrit dans un communiqué mardi.

Alternative beef burgers made from plant-based materials by Redefine Meat. (Courtesy, Redefine Meat)

White a déclaré qu’il était « époustouflé » par le goût des produits. « Le monde a besoin de manger moins de viande, mais la réalité est que, jusqu’à présent, les produits carnés à base de plantes sont loin d’offrir la qualité et la polyvalence nécessaires à nos menus. Les produits New-Meat de Redefine Meat sont du pur génie, ils vous offrent tous les avantages des produits à base de plantes en terme de durabilité et de santé, sans compromis sur le goût et la texture », a-t-il déclaré.

Blaauw a ajouté : « Pour moi, cela change la donne, car nous pouvons désormais servir à nos clients une autre variété de viande de haute qualité, qui se trouve être fabriquée à partir d’ingrédients d’origine végétale. Même maintenant, j’ai encore la tête qui tourne avec les possibilités que cette viande crée pour notre menu. »

Au-delà de son attachement à la qualité, Redefine Meat affirme également se soucier de l’environnement.

« Au cours des dernières semaines, lors de la COP26, nous avons vu les dirigeants mondiaux s’engager à atteindre des objectifs historiques tels que l’élimination de toute déforestation d’ici 2030, ce qui nécessite une réduction significative de la consommation mondiale de viande », a déclaré Ben-Shitrit.

« Redefine Meat a les yeux fixés sur le vrai problème – non pas la viande, mais la façon dont elle est produite. Nous avons une véritable solution qui, aujourd’hui, et non en 2030, préserve tous les aspects culinaires de la viande que nous connaissons et aimons, mais élimine le bétail comme moyen de production », a-t-il déclaré.

Le marché mondial des substituts de viande devrait atteindre 8,1 milliards de dollars d’ici 2026, selon la société de données Allied Market Research, car les consommateurs cherchent à réduire leur consommation de viande pour des raisons de santé, de bien-être animal et d’environnement.

Les entreprises qui ont fait les gros titres dans ce secteur sont Beyond Meat Inc, basée à Los Angeles, un producteur de substituts de viande à base de plantes, coté au Nasdaq, dont les produits simulent le poulet, le bœuf et la saucisse de porc et sont disponibles dans la plupart des épiceries aux États-Unis et dans les chaînes de restaurants.

Une autre entreprise est Impossible Foods Inc, une société californienne qui sélectionne des protéines et des nutriments provenant de plantes pour recréer l’expérience et la nutrition des produits carnés. La firme a lancé Impossible Burger en 2016, disponible dans les épiceries aux États-Unis ; son produit de saucisse à base de plantes est disponible chez Starbucks aux États-Unis.

En Israël, Aleph Farms a créé une gamme de produits cultivés en laboratoire à partir de cellules de viande, qui, selon elle, ont l’apparence et la sensation de la viande mais sont produites sans tuer d’animaux. La société a récemment obtenu un investissement de 105 millions de dollars, l’un des investisseurs n’étant autre que l’acteur et défenseur de l’environnement Leonardo DiCaprio.

Shoshanna Solomon a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...