Israël en guerre - Jour 230

Rechercher

Les viticulteurs du Néguev font face aux défis dans l’ombre d’une zone de guerre

Les petites caves et les vignobles des communautés de la frontière de Gaza et du Néguev qui ont toujours persévéré dans leurs activités artisanales, ont aujourd'hui besoin d'aide

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Meital Leffler, à gauche, fait partie d'une équipe de quatre bénévoles qui fabriquent du vin et de la bière au kibboutz Ein HaShlosha, qui ont tous été évacués à Eilat après les attaques du Hamas du 7 octobre 2023. (Autorisation)
Meital Leffler, à gauche, fait partie d'une équipe de quatre bénévoles qui fabriquent du vin et de la bière au kibboutz Ein HaShlosha, qui ont tous été évacués à Eilat après les attaques du Hamas du 7 octobre 2023. (Autorisation)

Boaz Dreyer n’en est pas à sa première expérience de guerre. Ce viticulteur d’origine sud-africaine a immigré en Israël avec son épouse, Rena Dreyer, au beau milieu de la Guerre du Golfe de 1990, et avait atterri à Kerem Shalom, à la frontière entre l’Égypte, Gaza et Israël.

Ils se sont ensuite installés au moshav Beer Milka, dans le désert du Néguev, et cultivent des cépages Cabernet de première qualité dans les dunes de sable pour leurs vins Shefa.

Le 7 octobre, lorsque les terroristes palestiniens du Hamas ont lancé un assaut sur les communautés et les villes frontalières de Gaza, tuant 1 200 personnes, Beer Milka n’a pas été directement touché, mais « tout s’est arrêté », a déclaré Boaz.

Les Dreyer ont deux enfants adultes qui vivent au kibboutz Ein HaShlosha et deux autres à Dekel. Il n’y avait pas de terroristes à Dekel, mais Ein HaShlosha a été attaqué et les familles ont été évacuées vers Eilat.

« Normalement, ils nous aideraient, mais ce n’est pas possible pour l’instant », a déclaré Boaz. « Nous essayons de nous rendre sur place un week-end sur deux pour les soulager un peu avec les enfants. »

Les Dreyer reçoivent généralement l’aide d’étudiants népalais et zambiens qui viennent en Israël pour des stages agricoles d’un an.

Rena et Boaz Dreyer du moshav Beer Milka dans le Néguev, dont le domaine viticole de Shefa est en difficulté après les violentes attaques du Hamas du 7 octobre 2023. (Autorisation)

Lors des attaques du 7 octobre, dix étudiants népalais ont été abattus, quatre ont été blessés et un a été enlevé dans les communautés frontalières de Gaza où les massacres du Hamas ont eu lieu.

Tous les étudiants népalais de Boaz ont été rapatriés par avion.

Le manque d’étudiants signifie que quatre mois de revenus solides « s’envolent », a déclaré Boaz. Cela signifie également qu’il n’a pas d’aide pour s’occuper de ses vignes à double treillis sur 1,4 hectare de vignobles qui produit quelque 6 000 bouteilles de vin, dont un vin entièrement naturel.

Pour l’instant, il n’y a que Rena et Boaz, qui a subi un pontage l’année dernière, et ils reçoivent un peu d’aide de l’armée, avec un groupe de soldats qui passent une fois par semaine.

Les vignobles de Shefa Winery, dont les propriétaires, les Dreyer, sont livrés à eux-mêmes à la suite des attaques vicieuses du Hamas du 7 octobre 2023, au moshav Beer Milka dans le Néguev. (Autorisation)

« Au moins, nous empêchons les mauvaises herbes de pousser », a déclaré Boaz, qui a terminé les vendanges en juillet et qui estime qu’il est en mode de survie pour le moment.

Le vin et le raisin ne sont pas nécessairement en tête de liste des pressions agricoles qui s’exercent actuellement en Israël.

Quelque 30 000 ouvriers agricoles thaïlandais étaient employés en Israël jusqu’à ce que la guerre contre le Hamas n’éclate. Environ 5 000 d’entre eux travaillaient dans des communautés proches de la bande de Gaza, où sont cultivés 75 % des légumes du pays.

Selon les estimations actuelles, 12 000 ouvriers quitteront le pays à cause de la guerre, ce qui est considéré comme un désastre pour la production alimentaire israélienne.

L’exploitation viticole Pepo’s Winery a dû fermer ses portes lorsque le kibboutz a été évacué à la suite des attaques du Hamas du 7 octobre 2023, au kibboutz Or Haner. (Autorisation)

La plupart des exploitations viticoles situées dans la zone des communautés frontalières de Gaza sont de petites entreprises communautaires. Mais la grande région du Néguev, qui compte 40 vignobles et caves, a été touchée d’une manière ou d’une autre, a déclaré Aya Dvorin, qui travaille avec la Fondation Merage Israël, une organisation philanthropique familiale basée aux États-Unis qui soutient les efforts visant à exploiter pleinement le potentiel touristique du Néguev.

Ramat Negev, l’une des plus grandes caves de la région, a vu une roquette frapper un entrepôt rempli de bouteilles neuves de la dernière récolte. Pepo’s Winery, un petit viticulteur familial du kibboutz Or Haner, a dû fermer ses portes lorsque le kibboutz a été évacué.

Le bar à vin Argaman du kibboutz Nir Am, qui appartient à la famille d’Inbal Rabin-Lieberman, la coordinatrice de la sécurité du kibboutz qui a sauvé sa communauté le 7 octobre, est également fermé. Il y a aussi des vignobles dont les viticulteurs ont été mobilisés.

« Il y a aussi moins de motivation pour acheter et boire du vin en ce moment », a déclaré Dvorin, dont le frère et la famille ont survécu à l’attaque brutale dans leur communauté du kibboutz Beeri. « Qui a envie d’ouvrir une bouteille de vin, d’entendre le bouchon sauter et de célébrer quoi que ce soit ? »

Cela dit, il est important de veiller à ce que ces jeunes vignobles de charme n’échouent pas ou ne perdent pas trop de terrain à l’avenir.

La Fondation Merage Israël est intervenue et a créé une plateforme numérique pour la vente en ligne des vins du Néguev, offrant aux Israéliens la possibilité de commander 12 bouteilles de différents domaines viticoles du Néguev jusqu’au vendredi 10 novembre, à des prix fortement réduits, et de les retirer chez une demi-douzaine de cavistes dans tout le pays.

Il est également prévu de lancer une initiative similaire aux États-Unis.

Les cavistes locaux apportent leur contribution en plaçant les vins du Néguev en tête des rayons, notamment au Delicatessen de Tel Aviv et au marché du port de Tel Aviv.

La salle de dégustation du projet de vinification communautaire, en passe de devenir une véritable entreprise, même après les attaques du Hamas du 7 octobre 2023, au kibboutz Ein HaShlosha. (Autorisation)

Au kibboutz Ein HaShlosha, un projet viticole communautaire était sur le point de devenir une véritable entreprise, avec un centre d’accueil des visiteurs, lorsque la catastrophe a frappé avec les attentats du 7 octobre.

Les terroristes du Hamas ont pillé et incendié de nombreuses maisons du kibboutz, tuant quatre résidents et prenant des otages. Depuis, les résidents ont été évacués dans un hôtel d’Eilat.

Le kibboutz, situé à trois kilomètres de Gaza, a planté sa première vigne en 2010 et a récolté ses premiers raisins trois ans plus tard.

Chaque année, il embouteille environ 1 000 bouteilles de merlot, de shiraz, d’un mélange et d’un rosé, qu’il distribue aux membres du kibboutz à l’occasion de Rosh HaShana et de Pessah, et dont il reste une partie pour la vente aux visiteurs.

« Nous aimons ce que nous faisons », déclare Meital Leffler, une habitante d’Ein HaShlosha qui est l’une des viticultrices bénévoles.

Le vin s’appelle Giva 112, en référence à l’emplacement le plus élevé du kibboutz, et ils fabriquent également la bière Sabresa, du nom du fruit épineux sabra (figue de barbarie) et du terme espagnol cerveza, ou bière, en référence à tous les Sud-Américains qui ont contribué à la création du kibboutz.

Giva 112, les vins du projet communautaire du kibboutz Ein HaShlosha, transformés en entreprise, même après les attaques du Hamas du 7 octobre 2023. (Autorisation)

Ein HaShlosha cultive également des citrons, des salades et des pommes de terre, mais ces champs sont actuellement occupés par des chars d’assaut de l’armée, a expliqué Leffler. Dans l’étable, un personnel réduit veille à ce que les vaches soient traites deux fois par jour.

Quant au vin, il vieillit dans des fûts en acier inoxydable et les collègues viticulteurs de Leffler se relaient dans l’équipe d’urgence du kibboutz.

« Quand ils sont là, ils regardent et vérifient », dit-elle. « Nous ne sommes pas vraiment inquiets, même pour les vins blancs. »

Le fait que l’un des viticulteurs soit titulaire d’un doctorat en chimie est également un atout, « nous nous en remettons donc à lui », a déclaré Leffler.

Pour l’instant, leur projet est d’apporter leur vin et leur bière à l’hôtel où vivent actuellement 240 membres d’Ein HaShlosha, afin d’honorer le personnel qui fait tout pour eux, a déclaré Leffler.

« Ils essaient simplement de faire en sorte que nous nous sentions chez nous », a-t-elle ajouté. « Et c’est notre fierté. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.