Israël en guerre - Jour 253

Rechercher

Les bataillons nord du Hamas proches de l’effondrement, selon Gallant

Gallant affirme que certains des hommes qui se sont rendus racontent des "choses intéressantes" * Un homme blessé par une roquette dans le centre d'Israël * Des combats acharnés dans le sud de Gaza

  • Yoav Gallant lors d'une déclaration à la presse, à Tel Aviv, le 2 décembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de la Douzième chaîne ; utilisée conformément à la cause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
    Yoav Gallant lors d'une déclaration à la presse, à Tel Aviv, le 2 décembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de la Douzième chaîne ; utilisée conformément à la cause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
  • Des troupes israéliennes dans la bande de Gaza, sur une photo non datée publiée le 11 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
    Des troupes israéliennes dans la bande de Gaza, sur une photo non datée publiée le 11 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
  • Les forces de sécurité et de secours israéliennes sur les lieux où une roquette tirée depuis la bande de Gaza par des terroristes palestiniens a frappé et causé des dégâts à Holon, le 11 décembre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
    Les forces de sécurité et de secours israéliennes sur les lieux où une roquette tirée depuis la bande de Gaza par des terroristes palestiniens a frappé et causé des dégâts à Holon, le 11 décembre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
  • Soldats de Tsahal tués dans la bande de Gaza le 10 décembre 2023 : En haut, de gauche à droite, le sergent-major (res.) Etay Perry, le caporal (res.) Eliya Yanovsky, le sergent-chef (res.) Ari Yehiel Zenilman ; en bas, le sergent-major (res.) Gideon Ilani, le maj : Le Sgt (res.) Gideon Ilani, le Cdt (res.) Eviatar Cohen, le Cdt Gal Becher et le Cdt (res.) Roman Bronshtein. (Photos : autorisation ; montage : Times of Israel)
    Soldats de Tsahal tués dans la bande de Gaza le 10 décembre 2023 : En haut, de gauche à droite, le sergent-major (res.) Etay Perry, le caporal (res.) Eliya Yanovsky, le sergent-chef (res.) Ari Yehiel Zenilman ; en bas, le sergent-major (res.) Gideon Ilani, le maj : Le Sgt (res.) Gideon Ilani, le Cdt (res.) Eviatar Cohen, le Cdt Gal Becher et le Cdt (res.) Roman Bronshtein. (Photos : autorisation ; montage : Times of Israel)
  • Des Palestiniens vérifiant une maison détruite lors d'une frappe israélienne, à Rafah, dans la bande de Gaza, le 11 décembre 2023. (Crédit : Fatima Shbair/AP Photo)
    Des Palestiniens vérifiant une maison détruite lors d'une frappe israélienne, à Rafah, dans la bande de Gaza, le 11 décembre 2023. (Crédit : Fatima Shbair/AP Photo)
  • Les troupes israéliennes dans la bande de Gaza, sur une photo non-datée diffusée le 11 décembre. (Crédit : Armée israélienne)
    Les troupes israéliennes dans la bande de Gaza, sur une photo non-datée diffusée le 11 décembre. (Crédit : Armée israélienne)
  • Les soldats israéliens dans la bande de Gaza, sur une photo non-datée diffusée le 11 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
    Les soldats israéliens dans la bande de Gaza, sur une photo non-datée diffusée le 11 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Egypte: des ambassadeurs auprès de l’ONU près du point de passage vers Gaza

Des ambassadeurs auprès du Conseil de sécurité des Nations unies se sont rendus lundi en Egypte au poste-frontière de Rafah, point de passage vers la bande de Gaza, après un veto américain à une résolution en faveur d’un cessez-le-feu.

Cette visite informelle d’une journée a été organisée par les Emirats arabes unis et l’Egypte.

Une dizaine d’ambassadeurs de pays comme la Russie et le Royaume-Uni ont participé à la visite. Mais les Etats-Unis n’ont pas envoyé de représentant, tout comme la France.

Les diplomates se sont ensuite rendus au point de passage de Rafah, en empruntant un tronçon de route bordé de camions d’aide immobilisés qui attendent l’autorisation d’entrer dans l’étroit territoire palestinien où une grave crise humanitaire plonge la population dans le désespoir.

Au début de la visite, Lana Nusseibeh, émissaire des Emirats arabes unis auprès du Conseil de sécurité, avait déclaré que les ambassadeurs participaient à ce voyage « à titre personnel ».

Cette visite a pour but de les aider à « comprendre non seulement la souffrance et les destructions vécues par les habitants de Gaza, mais aussi leur espoir et leur force », a-t-elle ajouté.

Des élus français demandent au gouvernement d’aider à l’évacuation des journalistes AFP à Gaza

Une centaine de députés français, pour la plupart de gauche, ont adressé un courrier à la Première ministre Elisabeth Borne, réclamant de « tout mettre en œuvre » pour permettre « l’évacuation des journalistes de l’AFP bloqués dans la bande de Gaza ».

Dans ce courrier, daté du 7 décembre et diffusé lundi sur X (ex-Twitter) par plusieurs parlementaires, les signataires, essentiellement des députés de la France insoumise (gauche radicale), des écologistes et des communistes, soulignent que des journalistes de l’Agence France Presse dont plusieurs « ont perdu des proches, des membres de leurs familles », sont « parqués près de Rafah avec un accès difficile à l’eau, à l’électricité et à l’essence, ayant dû fuir le nord de la bande de Gaza ».

Les parlementaires demandent à Elisabeth Borne de « tout mettre en œuvre afin d’organiser (leur) évacuation », soulignant que l’Agence France Presse est « une des seules agences de presse au monde à travailler dans la bande de Gaza », avec neuf  journalistes qui y « collaborent sans relâche pour donner une information de terrain objective au risque de leur vie ».

Les journalistes « sont un pilier essentiel de notre démocratie, quelles que soient nos opinions, et nos tendances politiques », insistent les auteurs du courrier, écrit à l’initiative de deux députés écologistes.

Dans une lettre ouverte jeudi dernier, les syndicats CGT, SNJ, SUD, FO et CFE-CGC ainsi que la Société des journalistes (SDJ) de l’AFP ont aussi appelé le gouvernement français « à faire d’urgence tout le nécessaire auprès des autorités israéliennes et égyptiennes » pour permettre l’évacuation de la bande de Gaza de leurs collègues gazaouis et de leurs familles, « et les accueillir pour ceux qui le désirent sur le sol français en leur délivrant des visas ».

Netanyahu: les accords d’Oslo ont causé autant de morts que les attaques du 7 octobre – médias

Un certain nombre de médias israéliens rapportent qu’au cours de la réunion de la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que les accords d’Oslo ont causé autant de morts que les attaques du Hamas du 7 octobre, « bien que sur une période plus longue ».

Le site d’information Ynet indique que la cheffe du parti travailliste Merav Michaeli a tenter de l’interrompre pour protester contre cette comparaison, mais que le président de la commission, Yuli Edelstein, l’a fait taire.

Washington juge « troublantes » les images de suspects palestiniens dévêtus à Gaza

Le département d’État américain a déclaré qu’il avait trouvé « profondément troublantes » les images de suspects palestiniens déshabillés à Gaza ces derniers jours et qu’il cherchait à obtenir davantage d’informations.

Lors d’une conférence de presse, le porte-parole Matthew Miller a déclaré que les États-Unis souhaitaient obtenir davantage d’informations « à la fois sur la nature des images et, bien sûr, sur la raison pour laquelle elles sont publiques en premier lieu ».

Kerem Shalom ouvre pour inspecter l’aide vers Gaza, mais pas pour le transit

Illustration: Un camion de carburant entrant dans la bande de Gaza par le point de passage de Kerem Shalom avec Israël, le 8 août 2022. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)
Illustration: Un camion de carburant entrant dans la bande de Gaza par le point de passage de Kerem Shalom avec Israël, le 8 août 2022. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)

Tsahal et le COGAT, l’organe de liaison de l’armée avec les Palestiniens, annoncent officiellement que le point de passage de Kerem Shalom sera ouvert mardi pour l’inspection de l’aide humanitaire entrant dans la bande de Gaza en provenance d’Égypte. Jusqu’à présent, les camions d’aide entrant dans la bande de Gaza étaient examinés par les autorités israéliennes au point de passage de Nitzana, plus au sud, entre Israël et l’Égypte, ce qui entraînait des retards dans l’acheminement de nourriture, d’eau et de fournitures médicales vers la bande de Gaza.

Kerem Shalom sera utilisé pour inspecter les camions d’aide en plus de Nitzana, afin d’accélérer le processus.

Aucune aide ne sera acheminée directement d’Israël à Gaza. Tous les camions seront inspectés en Israël à Kerem Shalom et à Nitzana, puis se rendront au poste-frontière égyptien de Rafah pour entrer dans la bande de Gaza.

Le Hezbollah tire des missiles antichars sur une maison à Metula

Une photo prise du côté libanais de la frontière montre de la fumée s'élevant sur des collines près de la ville israélienne de Metula à la suite d'une frappe provenant du Liban, le 11 novembre 2023. (Crédit : Hassan FNEICH / AFP)
Une photo prise du côté libanais de la frontière montre de la fumée s'élevant sur des collines près de la ville israélienne de Metula à la suite d'une frappe provenant du Liban, le 11 novembre 2023. (Crédit : Hassan FNEICH / AFP)

Le groupe terroriste du Hezbollah affirme avoir tiré un certain nombre de missiles antichars depuis le sud du Liban sur une maison de la ville de Metula, dans le nord d’Israël.

Dans un communiqué, le groupe terroriste affirme que l’attaque est une réponse à la mort du maire du village libanais de Taybeh, Hussein Ali Mansour, qui aurait été tué dans un bombardement de Tsahal plus tôt, dans un contexte d’attaques transfrontalières répétées du Hezbollah.

Le Hezbollah affirme que la maison de Metula qu’il a frappée était utilisée par l’armée israélienne.

L’attaque n’a pas fait de blessés.

Les habitants de Metula ont, pour la plupart, été évacués en raison des attaques du Hezbollah.

Les forces israéliennes affirment qu’elles répondent par des tirs d’artillerie à la source des tirs.

Des efforts pour négocier un nouvel accord partiel sur les otages pourrait être imminent -média

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, s'entretenant avec le chef de l'agence de renseignement du Mossad, David Barnea, au siège de Tsahal, à Tel Aviv, le 15 octobre 2023. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, s'entretenant avec le chef de l'agence de renseignement du Mossad, David Barnea, au siège de Tsahal, à Tel Aviv, le 15 octobre 2023. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

La Douzième chaîne cite une source israélienne senior anonyme qui suggère prudemment que le début d’un effort pour négocier un nouvel accord partiel sur les libérations d’otages pourrait être proche.

« Les conditions sont réunies pour la mise en place d’un cadre dans lequel il est possible de commencer à rédiger de nouveaux accords, du point de vue du Hamas et d’Israël », aurait déclaré la source.

Un tel accord serait désigné comme « humanitaire », indique le reportage, expliquant que la « catégorie » d’otages qu’un tel accord pourrait inclure les femmes, les blessés, les malades et les personnes âgées. Il y aurait 15 femmes non soldates parmi les otages, et deux enfants – Ariel Bibas, 5 ans, et son petit frère Kfir.

Le reportage indique que le chef de l’agence de renseignement du Mossad, David Barnea, et le responsable de Tsahal, Nitzan Alon, ont été « chargés d’entendre ce que les intermédiaires proposent », mais pas d’initier de propositions. « Si les Qataris veulent être entendus, nous les écouterons », affirme la source anonyme.

L’évaluation est qu’aucun nouvel accord n’est prévu dans la semaine à venir, mais Israël veut ouvrir la porte à un accord possible au milieu de la pression militaire croissante de Tsahal sur le groupe terroriste palestinien du Hamas, de sorte que si Yahya Sinwar s’avère prêt, les termes seront en place – comme ce fut le cas avec la trêve d’une semaine à la fin du mois de novembre.

Parmi les facteurs de complication signalés figurent l’effritement des hiérarchies de commandement et de contrôle du Hamas, le fait que certains dirigeants du groupe terroriste palestinien qui se trouvaient au Qatar sont partis, que certains des terroristes du Hamas qui transmettaient les propositions entre le Qatar et Gaza ont été tués et que le déploiement de l’armée israélienne sur le terrain dans le nord et le sud de Gaza entrave les communications du Hamas à l’intérieur de la bande de Gaza.

Au cours de la trêve d’une semaine, 105 civils ont été libérés des geôles du Hamas, en échange de 240 femmes et prisonniers mineurs palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël : 81 Israéliens, 23 Thaïlandais et un Philippin. Tsahal affirme que 138 otages sont toujours détenus par le Hamas.

Borrell: La destruction de Gaza peut-être proportionnellement pire que celle de l’Allemagne de la Seconde Guerre mondiale

Le chef de la politique étrangère de l'Union européenne, Josep Borrell, faisant sonner une cloche pour indiquer le début d'une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE dans le bâtiment du Conseil européen, à Bruxelles, le 13 novembre 2023. (Crédit : Virginia Mayo/AP Photo)
Le chef de la politique étrangère de l'Union européenne, Josep Borrell, faisant sonner une cloche pour indiquer le début d'une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE dans le bâtiment du Conseil européen, à Bruxelles, le 13 novembre 2023. (Crédit : Virginia Mayo/AP Photo)

La situation à Gaza est « apocalyptique » pour les populations civiles, a averti lundi le patron de la diplomatie européenne Josep Borrell, pour qui le niveau de destruction dans le territoire palestinien est supérieur à celui de l’Allemagne lors de la Seconde guerre mondiale.

La réponse militaire d’Israël aux attaques du groupe terroriste palestinien du Hamas du 7 octobre a fait « un nombre incroyable de victimes civiles », déclare Borrell après avoir présidé une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE.

Tout en notant que les attaques sanglantes du Hamas ont cimenté sa place sur la liste des organisations terroristes de l’UE, Borrell indique clairement qu’il considère l’opération militaire d’Israël comme disproportionnée en termes de morts de civils et de dommages causés aux biens et infrastructures civils.

« Les souffrances humaines constituent un défi sans précédent pour la communauté internationale », déclare Borrell. « Les victimes civiles représentent entre 60 et 70 % de l’ensemble des décès », selon les chiffres du ministère de la Santé de Gaza, contrôlé par le Hamas, et « 85 % de la population est déplacée à l’intérieur du pays ».

Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza.

« Le niveau de destruction des immeubles à Gaza est plus ou moins, voire supérieur aux destructions dont ont souffert les villes allemandes pendant la seconde guerre mondiale », prise proportionnellement, a affirmé Borrell.

Médecin : Les otages ont subi de « terribles abus » ; certains ont des pensées suicidaires

Illustration : Des terroristes du Hamas et du Jihad islamique palestinien surveillant alors qu'un véhicule de la Croix-Rouge transporte des otages récemment libérés à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 28 novembre 2023. (Crédit : Flash90)
Illustration : Des terroristes du Hamas et du Jihad islamique palestinien surveillant alors qu'un véhicule de la Croix-Rouge transporte des otages récemment libérés à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 28 novembre 2023. (Crédit : Flash90)

Les otages enlevés à Gaza lors de l’attaque du groupe terroriste palestinien du Hamas contre Israël le 7 octobre ont été drogués pour rester dociles en captivité et soumis à des abus psychologiques et sexuels, a affirmé une spécialiste.

« Je n’ai jamais rien vu de tel » en 20 ans de traitement de victimes de traumatismes, a déclaré Renana Eitan, directrice de la division psychiatrique de l’hôpital Ichilov de Tel Aviv.

« Les sévices physiques, sexuels, mentaux, psychologiques infligés à ces otages qui sont revenus sont tout simplement terribles », a-t-elle ajouté. « Nous devons réécrire le manuel. »

Le centre hospitalier a admis 14 ex-otages libérés des geôles du Hamas, dont certains ont signalé avoir été drogués, notamment avec ce que les médecins pensent être des benzodiazépines, une classe d’anti-dépresseurs à effet sédatif qui comprend des médicaments comme le Valium.

« Ils voulaient contrôler les enfants, et il est parfois difficile de contrôler de jeunes enfants, des adolescents. Et ils savent que s’ils les droguent, ils seront tranquilles », a-t-elle précisé.

« L’une des filles a reçu de la kétamine pendant quelques semaines », a-t-elle poursuivi, en faisant référence à un puissant anesthésique dissociatif connu pour donner au receveur un sentiment de détachement de son environnement. « C’est incroyable de faire ça à un enfant. »

Eitan a raconté qu’une patiente a déclaré qu’elle et d’autres personnes ont été maintenues dans l’obscurité totale pendant plus de quatre jours. « Elles sont devenues psychotiques, elles ont eu des hallucinations », a raconté Eitan.

Des informations font également état d’automutilations parmi les otages en captivité, a-t-elle noté, tandis que certains rapatriés ont depuis avoué avoir des pensées suicidaires.

« Mais c’est notre mission, faire en sorte que de telles choses ne se produisent pas. »

Des vidéos de Gaza montrent la lutte pour l’entrée de l’aide humanitaire à Gaza

Des vidéos en provenance de Gaza montrent la lutte autour de l’aide humanitaire limitée qui entre dans le territoire.

Une vidéo montre un homme armé au sommet d’un camion, tandis que des civils se précipitent pour s’emparer des fournitures laissées dans la rue. Certains articles de presse affirment que le groupe terroriste palestinien du Hamas a volé le camion.

Une autre vidéo montre des habitants en train de piller un camion alors qu’il se dirige vers sa destination.

Tsahal a arrêté plus de 500 terroristes palestiniens à Gaza au cours du mois dernier

Des suspects palestiniens détenus par l’armée israélienne dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 11 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Des suspects palestiniens détenus par l’armée israélienne dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 11 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Selon Tsahal et le Shin Bet, les forces ont arrêté plus de 500 terroristes dans la bande de Gaza au cours du mois dernier. Ils ont été emmenés pour être interrogés par l’unité 504 du Directorat des Renseignements militaires de Tsahal et par l’agence de sécurité intérieure.

Selon la déclaration commune, plus de 140 de ces terroristes ont été arrêtés depuis la fin du cessez-le-feu le 1er décembre.

« Les terroristes ont été arrêtés au cours des batailles de ces derniers jours par les troupes de Tsahal. Certains d’entre eux se sont rendus volontairement et ont été emmenés par les interrogateurs de terrain […] pour un complément d’enquête », a indiqué Tsahal.

L’armée a précisé que certains des terroristes ont été arrêtés alors qu’ils se cachaient dans des bâtiments civils, notamment des écoles et des abris pour les civils.

Il a déclaré que sur les 500 terroristes arrêtés au cours du mois dernier, environ 350 d’entre eux étaient affiliés au Hamas, et 120 autres au Jihad islamique palestinien.

L’armée a publié des photos de suspects détenus dans la bande de Gaza. Contrairement à d’autres photos récentes provenant de Gaza, les suspects sur les photos sont entièrement vêtus.

Des suspects palestiniens détenus par l’armée israélienne dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 11 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Les chefs de Tsahal et du Shin Bet rencontrent les troupes à Khan Younès

Le chef d'état-major de l’armée israélienne, le lieutenant-général Herzi Halevi, à gauche, et le chef du Shin Bet, Ronen Bar, tenant une évaluation avec des officiers supérieurs dans le sud de Gaza, à Khan Younès, le 11 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Le chef d'état-major de l’armée israélienne, le lieutenant-général Herzi Halevi, à gauche, et le chef du Shin Bet, Ronen Bar, tenant une évaluation avec des officiers supérieurs dans le sud de Gaza, à Khan Younès, le 11 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Le chef d’état-major de l’armée israélienne, le lieutenant-général Herzi Halevi, et le chef de l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet, Ronen Bar, ont tenu une évaluation à Khan Younès, dans le sud de Gaza, aujourd’hui, alors que Tsahal poursuit son incursion terrestre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Dans une vidéo publiée par Tsahal, Halevi a déclaré : « Nous approfondissons l’exploit dans le nord de la bande de Gaza, dans le sud et sous le sol », en faisant référence au réseau de tunnels du Hamas dans la bande.

Bar a déclaré qu’il était « heureux de rencontrer ici dans les rues de Khan Younès à la fois les coordinateurs [du Shin Bet] et nos troupes qui travaillent avec vous ».

« Aucune force ne peut s’opposer à cette combinaison », a-t-il ajouté.

Halevi et Bar ont tenu une évaluation avec le chef du Commandement du sud de Tsahal, le général de division Yaron Finkelman, le commandant de la 98e division, le général de brigade Dan Goldfus, et le commandant de la Brigade Commando, le colonel Omer Cohen.

Tsahal frappe une cellule terroriste libanaise qui tirait des roquettes sur Israël

L’armée israélienne a annoncé avoir frappé une cellule du sud du Liban qui a tiré des roquettes sur la région de Shtula, dans le nord d’Israël, ainsi qu’un lanceur utilisé pour lancer des projectiles sur la région de Yiftah un peu plus tôt.

Un mortier a également été tiré sur Shtula peu de temps auparavant, et a atterri dans une zone ouverte.

Tsahal a publié des images des frappes.

Yoav Gallant jure que la guerre prendra fin lorsqu’Israël aura atteint ses objectifs

Le ministre de la Défense Yoav Gallant a juré que la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas dans la bande de Gaza se terminera lorsqu’Israël aura atteint ses objectifs, malgré les pressions internationales apparentes pour que l’opération se termine rapidement.

« La guerre se terminera lorsque ses objectifs seront atteints. Je prends en considération tout ce que les États-Unis demandent et disent, et je prends au sérieux, avec tous les membres du cabinet, ce que fait l’Amérique », a répondu Gallant à une question.

« Nous trouverons un moyen d’aider les Américains à nous aider », a-t-il ajouté.

Répondant à une autre question sur un éventuel nouvel échange d’otages avec le Hamas, Gallant a déclaré : « Je crois que si nous augmentons la pression militaire, il y aura des offres pour d’autres otages. Et s’il y a des offres, nous les prendrons en considération. »

Gallant : Certains des terroristes du 7 octobre se rendent et révèlent des choses intéressantes

Yoav Gallant lors d'une déclaration à la presse, à Tel Aviv, le 2 décembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de la Douzième chaîne ; utilisée conformément à la cause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Yoav Gallant lors d'une déclaration à la presse, à Tel Aviv, le 2 décembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de la Douzième chaîne ; utilisée conformément à la cause 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Le ministre de la Défense Yoav Gallant a déclaré que les Bataillons Jabaliya et Shejaiya du groupe terroriste palestinien du Hamas dans le nord de la bande de Gaza étaient « sur le point d’être démantelés ».

« Nous avons encerclé les derniers bastions du Hamas à Jabaliya et Shejaiya, les bataillons qui étaient considérés comme invincibles, qui se sont préparés pendant des années à nous combattre, sont sur le point d’être démantelés », a indiqué Gallant lors d’une conférence de presse.

Il a ajouté que des centaines de terroristes du Hamas s’étaient rendus aux troupes israéliennes ces derniers jours, ce qui, selon lui, « montre ce qui est en train d’arriver » au groupe terroriste palestinien.

« Quiconque se rend – sa vie est épargnée », a affirmé Gallant, ajoutant que, parmi les personnes qui ont été arrêtées par Tsahal, se trouvent des terroristes qui ont participé au terrible assaut du 7 octobre contre des communautés israéliennes.

« Ils nous disent des choses très intéressantes », a-t-il noté.

Gallant a également menacé le chef du Hamas, Yahya Sinwar.

« Son sort et celui de tout autre haut commandant du Hamas, et le sort du terroriste [de bas rang] est le même : se rendre ou mourir. Il n’y a pas de troisième option. »

La Maison Blanche va examiner l’utilisation présumée de phosphore blanc par Israël au Liban

Le porte-parole de la Maison Blanche, John Kirby, a déclaré aux journalistes que Washington était « préoccupé » par les informations faisant état de l’utilisation par Israël d’obus au phosphore blanc de fabrication américaine au Liban, et qu’il allait demander des informations sur les circonstances.

« Il va de soi que chaque fois que nous fournissons des articles comme le phosphore blanc à une autre armée, c’est avec la ferme conviction qu’ils seront utilisés conformément à ces objectifs légitimes et à la loi sur les conflits armés », a souligné Kirby.

Raïssi visé par une plainte pour « crimes contre l’humanité » avant sa visite en Suisse 

Le président iranien Ebrahim Raïssi lors d'une interview avec la chaîne de télévision publique qatarie Al-Jazeera, à Téhéran, le 28 octobre 2023. (Crédit : Présidence iranienne/AFP)
Le président iranien Ebrahim Raïssi lors d'une interview avec la chaîne de télévision publique qatarie Al-Jazeera, à Téhéran, le 28 octobre 2023. (Crédit : Présidence iranienne/AFP)

Le président iranien risque une arrestation lorsqu’il atterrira en Suisse cette semaine pour être inculpé de crimes contre l’humanité liés à une purge de dissidents en 1988, selon une plainte déposée aujourd’hui.

La plainte demande au procureur fédéral suisse Andreas Muller de veiller à l’arrestation et à la poursuite du président iranien Ebrahim Raïssi « pour sa participation à des actes de génocide, de torture, d’exécutions extrajudiciaires et d’autres crimes contre l’humanité ».

Raïssi devrait venir en Suisse pour participer au Forum mondial des Nations unies sur les réfugiés, qui débutera mercredi à Genève.

La plainte judiciaire contre lui a été déposée par trois victimes présumées lors de la répression des dissidents par l’Iran dans les années 1980.

Les groupes de défense des droits de l’Homme font depuis longtemps campagne pour que justice soit faite concernant les exécutions extrajudiciaires présumées de milliers de personnes, principalement des jeunes, dans les prisons iraniennes en l’espace de quelques mois au cours de l’été 1988, juste au moment où la guerre avec l’Irak s’achevait. Les personnes tuées étaient principalement des partisans de l’Organisation des moudjahidines du peuple iranien (MEK ou OMPI), un groupe interdit en Iran qui avait soutenu Bagdad pendant le conflit.

Les requérants à l’origine de la plainte de lundi affirment pouvoir identifier personnellement Raïssi comme figurant sur une commission qui a envoyé des milliers d’opposants emprisonnés à la mort pendant la répression.

Tsahal trouve un site d’entraînement du Hamas dans une mosquée dans le nord de Gaza

Un site d'entraînement du Hamas découvert par l’armée israélienne à l'intérieur d'une mosquée, dans le nord de Gaza, à Jabaliya, le 11 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Un site d'entraînement du Hamas découvert par l’armée israélienne à l'intérieur d'une mosquée, dans le nord de Gaza, à Jabaliya, le 11 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Les troupes de la Brigade d’infanterie Nahal ont découvert un site d’entraînement du groupe terroriste palestinien du Hamas à l’intérieur d’une mosquée dans le nord de Gaza, à Jabaliya.

Des images publiées par l’armée israélienne montrent un officier faisant visiter la mosquée, révélant au troisième étage une salle utilisée par le Hamas pour des simulations de combat. Une mitrailleuse et un lance-roquettes ont été découverts dans la pièce, ainsi qu’un ordinateur et un projecteur.

Dans une pièce adjacente, Tsahal dit avoir trouvé du matériel utilisé pour fabriquer des engins explosifs.

Plusieurs armes à feu, des grenades et du matériel de guerre ont également été trouvés dans la mosquée.

Les Palestiniens font grève en Cisjordanie pour protester contre la guerre à Gaza

Les commerces, les écoles et les bureaux du gouvernement sont restés fermés dans toute la Cisjordanie et à Jérusalem-Est aujourd’hui alors que les Palestiniens ont organisé une grève générale pour protester contre la guerre d’Israël contre le groupe terroriste palestinien du Hamas dans la bande de Gaza.

Les manifestants ont appelé à une grève de solidarité avec le territoire, englobant les entreprises, les fonctionnaires et le secteur de l’éducation.

De nombreux Palestiniens y ont participé et des rassemblements ont été organisés en Cisjordanie, selon Essam Abu Baker, qui coordonne les factions palestiniennes à Ramallah.

Il a décrit la manifestation comme faisant partie d’un effort mondial visant à faire pression sur Israël pour qu’il arrête la guerre, signalant des grèves ayant eu lieu également dans certaines parties de la Jordanie et du Liban.

« La grève d’aujourd’hui n’est pas seulement en solidarité avec Gaza, mais aussi contre les États-Unis qui ont utilisé leur droit de veto au Conseil de sécurité contre une trêve », a déclaré Abu Baker à Ramallah, faisant référence au rejet par les États-Unis d’une résolution sur le cessez-le-feu vendredi.

Gantz à Blinken : Israël devra éliminer la menace du Hezbollah dans le nord du pays

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken rencontrant le ministre Benny Gantz, à Tel Aviv, le 3 novembre 2023. (Crédit : Département d'État)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken rencontrant le ministre Benny Gantz, à Tel Aviv, le 3 novembre 2023. (Crédit : Département d'État)

Le ministre du cabinet de guerre Benny Gantz s’est entretenu avec le secrétaire d’État américain Antony Blinken, le remerciant pour le veto américain à une résolution de cessez-le-feu au Conseil de sécurité de l’ONU et l’informant de la situation militaire à Gaza.

Selon un compte rendu du bureau de Gantz, il a également dit à Blinken qu’Israël devra éliminer la menace posée par le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah le long de la frontière nord.

Netanyahu : L’Autorité palestinienne, comme le Hamas, veut nous détruire – mais par étapes

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré à la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset que l’Autorité palestinienne (AP) voulait détruire Israël « par étapes », selon des fuites de la réunion à huis clos publiées dans les médias israéliens.

« La différence entre le Hamas et l’AP est seulement que le Hamas veut nous détruire ici et maintenant et que l’AP veut le faire par étapes », aurait-il déclaré.

Netanyahu a déclaré à maintes reprises qu’il ne considérait pas l’AP comme une option viable pour gouverner Gaza après la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas, citant son soutien indirect au terrorisme à travers l’éducation et le versement d’allocations aux terroristes et à leurs familles.

L’administration Biden, en revanche, envisage une AP « revitalisée » jouant un rôle central dans la Gaza d’après-guerre.

Tsahal a déjoué une attaque du Hamas contre un campement militaire de Gaza

Les réservistes de la Brigade de Jérusalem ont déjoué une tentative d’attaque du Hamas contre leur campement dans la bande de Gaza la semaine dernière, a annoncé l’armée israélienne.

Les forces du 9207e bataillon de la Brigade de Jérusalem ont reçu une alerte de renseignement concernant une attaque planifiée par le groupe terroriste palestinien dans la nuit de dimanche à lundi. Les troupes ont libéré leur campement et se sont mises en état de préparation pour l’attaque attendue du Hamas.

L’armée de l’air a effectué des frappes dans la zone et les troupes au sol ont ouvert le feu sur les hommes armés du Hamas qui sortaient d’un tunnel, a indiqué Tsahal. Selon l’armée, au milieu de la fusillade et des frappes, un engin explosif a explosé à l’intérieur du tunnel du Hamas, entraînant plusieurs explosions secondaires.

Tsahal a ensuite détruit l’entrée du tunnel utilisée pour mener la tentative d’attaque, ainsi que d’autres infrastructures de tunnel trouvées dans la zone.

Tsahal a frappé un complexe du Hezbollah au Liban en riposte à des tirs de roquettes

L’armée israélienne a affirmé avoir mené une frappe aérienne contre un complexe armé du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah dans le sud du Liban en réponse à des tirs de roquettes sur la Galilée plus tôt dans la journée.

En outre, Tsahal a indiqué que plusieurs roquettes avaient été tirées depuis le Liban sur des positions de Tsahal le long de la frontière.

Aucun blessé n’a été signalé.

Les troupes ont riposté par des tirs d’artillerie aux sources des tirs.

3 femmes libérées racontent à une ex-otage avoir été abusées sexuellement à Gaza

Une femme récemment libérée de Gaza dit avoir rencontré trois otages qui lui avaient dit avoir été agressées sexuellement par leurs ravisseurs, et qu’elle avait entendu des récits similaires au sujet d’une quatrième.

« Trois témoignages nous ont été confiés par les victimes elles-mêmes et une autre histoire nous a été racontée », a déclaré Chen Goldstein-Almog à la chaîne de télévision publique Kan. « Il s’agit de faits qui se sont déroulés quelques semaines après leur arrivée à Gaza. Elles sont physiquement blessées. »

« Elles ne savent pas comment elles vont se remettre de ces agressions sexuelles et de la façon dont leurs corps ont été profanés », a-t-elle ajouté. « Si elles avaient été libérées plus tôt, elles auraient été épargnées. Nous avons également vu un homme qui a été battu », a-t-elle ajouté.

« Il faut tout faire pour les sortir de là », a ajouté Goldstein-Almog.

De nombreux témoignages font état de viols et d’agressions sexuelles de femmes et d’enfants par des terroristes du Hamas le 7 octobre, et au moins dix des civils israéliens libérés par le Hamas – hommes et femmes – ont été agressés sexuellement ou ont subi des sévices pendant leur captivité.

Goldstein-Almog, 48 ans, et trois de ses quatre enfants, Agam, 17 ans, Gal, 11 ans, et Tal, 9 ans, ont été libérés le 26 novembre dans le cadre d’un accord de cessez-le-feu temporaire. Son mari Nadav et sa fille aînée Yam ont été assassinés le 7 octobre.

Lapid dénonce le « budget politique et corrompu » du gouvernement

Le leader de l'opposition et chef du parti Yesh Atid, Yaïr Lapid, s'exprime lors d'une réunion de faction à la Knesset, à Jérusalem, le 20 novembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le leader de l'opposition et chef du parti Yesh Atid, Yaïr Lapid, s'exprime lors d'une réunion de faction à la Knesset, à Jérusalem, le 20 novembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le chef de l’opposition, Yair Lapid, a critiqué le gouvernement pour avoir inclus des sommes importantes pour des affectations politiques dans le budget 2023, lequel est actuellement amendé à la Knesset pour couvrir les coûts de la guerre contre le Hamas dans la bande de Gaza.

« Smotrich et Netanyahu sont en train de transférer 4,9 milliards de shekels dans les fonds de la coalition cette année, en 2023, et prévoient des milliards supplémentaires pour l’année prochaine », a déclaré Lapid au début d’une réunion de faction de son parti Yesh Atid.

S’exprimant plus tôt devant la commission des Finances de la Knesset, où le budget est en cours de préparation, Lapid avait affirmé que les professionnels du ministère des Finances étaient opposés au budget, le qualifiant de « partage du butin » entre les partis politiques de la coalition, et de « budget corrompu et politique qui nous mènera droit dans le mur en pleine guerre, lancée en réponse à la plus grande catastrophe de l’histoire du pays ».

Lors de la réunion de la faction Yesh Atid, Lapid a également critiqué le gouvernement pour ses autres politiques, et en particulier pour ses opérations à Jérusalem et en Cisjordanie, qui, selon lui, créent « un cycle de violence », ainsi que pour son incapacité à supprimer ce qu’il considère comme des ministères redondants, tels que le ministère des Implantations et des Projets nationaux, le ministère du Patrimoine, et le ministère de Jérusalem.

« La guerre a commencé il y a deux mois et l’État d’Israël n’a toujours pas de plan d’après-guerre, aucune initiative diplomatique n’a été lancée pendant la guerre, il n’y a pas de système unifié de diplomatie publique, il n’y a pas de plan économique structuré pour faire face aux dommages subis par l’économie. Personne ne s’occupe des réservistes. Bref, il n’y a pas de gouvernement », a accusé Lapid.

Israël nie tout responsabilité au blocage de l’aide ; les USA pourraient faire pression

Des camions transportant de l'aide humanitaire près du poste-frontière de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 10 décembre 2023. (Crédit : Mohammed ABED / AFP)
Des camions transportant de l'aide humanitaire près du poste-frontière de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 10 décembre 2023. (Crédit : Mohammed ABED / AFP)

Lors d’un entretien accordé au Times of Israel, un haut responsable israélien a admis que Jérusalem risquait, dans un avenir proche, de faire face à de nouvelles pressions de la part des États-Unis au sujet du volume de l’aide humanitaire entrant dans la bande de Gaza.

Washington insiste pour que cette aide dépasse les quelque 200 camions qui entraient chaque jour dans la bande de Gaza pendant la trêve de sept jours du mois dernier. Le volume de l’aide a diminué depuis, avec seulement 100 camions entrant dans la bande de Gaza hier, selon les Nations unies (ONU).

Mais ce ralentissement ne serait pas imputable à Israël, qui inspecte des centaines de camions chaque jour, a déclaré le haut fonctionnaire israélien, arguant que l’aide avait été ralentie en raison des efforts déployés par le Hamas pour la voler et l’empêcher d’atteindre les populations civiles. Le COGAT, le service de liaison militaire israélien, a également critiqué l’ONU et l’Égypte pour leur incapacité à suivre le rythme. Le fonctionnaire a ajouté qu’Israël avait mis en place des pauses tactiques et des couloirs humanitaires afin que l’aide puisse être acheminée en toute sécurité.

Les acteurs internationaux ont rejeté ces accusations, insistant sur le fait que la distribution de l’aide n’était pas viable compte tenu de la campagne de bombardement israélienne en cours à Gaza, qui se concentre désormais davantage sur le sud, à proximité de l’endroit où l’aide est censée entrer et être distribuée à plus d’un million de Palestiniens déplacés.

Pour sa part, le responsable israélien a indiqué que, selon les dernières évaluations de Tsahal, le risque d’une épidémie imminente à Gaza était inexistant, et que la question continuait à être suivie de près.

Le chef de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a néanmoins affirmé hier qu’il y avait des « signaux inquiétants de maladies épidémiques » à Gaza alors que les combats se poursuivent.

Tedros a expliqué au conseil exécutif de l’OMS que les « conditions idéales » étaient réunies pour que les maladies se propagent dans l’enclave. « Il y a en moyenne une douche pour 700 personnes et une toilette pour 150 personnes », a-t-il déclaré, soulignant les niveaux élevés de diarrhée sanglante, de jaunisse et d’infections respiratoires.

Un responsable israélien nie tout désaccord avec Washington sur la guerre contre le Hamas

Les troupes israéliennes dans la bande de Gaza, sur une photo non-datée diffusée le 11 décembre. (Crédit : Armée israélienne)
Les troupes israéliennes dans la bande de Gaza, sur une photo non-datée diffusée le 11 décembre. (Crédit : Armée israélienne)

Un haut responsable israélien a démenti l’idée de plus en plus répandue selon laquelle il y aurait un désaccord entre Jérusalem et Washington au sujet de la poursuite par Tsahal de sa guerre contre le Hamas dans la bande de Gaza.

« Les États-Unis soutiennent à 100 % nos objectifs de guerre, tant en public qu’en privé », a affirmé le haut fonctionnaire israélien au Times of Israel lors d’un briefing.

Le haut fonctionnaire israélien a également défendu les opérations de Tsahal dans le sud de la bande de Gaza, expliquant qu’elles se déroulaient dans des zones très spécifiques, contrairement à ses opérations dans le nord de Gaza. L’armée avait invité les civils à évacuer vers des zones sûres avant d’entrer dans ces zones.

Les groupes de défense des droits de l’homme ont rejeté ce mode opératoire, arguant que les civils restaient la cible de tirs même après avoir été évacués et que Tsahal n’avait pas encore émis de directives permettant aux civils de retourner dans les zones qu’ils avaient été appelés à évacuer, réduisant ainsi la quantité de territoire disponible pour une population de 2,3 millions d’habitants.

Le haut fonctionnaire israélien a souligné les « conditions incroyablement difficiles » auxquelles sont confrontées les troupes de Tsahal, car le Hamas se cache parmi les civils et utilise des tunnels, ce qui crée des conditions de combat dans les zones urbaines très différentes des conditions de combat classiques.

Les États-Unis se seraient néanmoins montrés conciliants en privé et le message de Washington serait plus nuancé à huis clos, a insisté le haut responsable israélien.

« Nous sentons clairement le soutien à tous les niveaux », a déclaré le responsable, rappelant le veto américain à une résolution « hostile » au Conseil de sécurité de l’ONU le week-end dernier, qui appelait à un cessez-le-feu immédiat dans la bande de Gaza sans condamner le Hamas. « Le soutien que les États-Unis nous ont apporté est tout simplement extraordinaire. »

« Le ministre Gallant et le secrétaire d’État Austin ont des échanges permanents et la transparence est totale entre eux », a déclaré le haut fonctionnaire, en faisant aussi référence aux chefs d’état-major israélien et américain.

Il a en outre déclaré que la durée de la phase actuelle de la guerre était « moins liée au temps qu’aux résultats obtenus sur le terrain. Nous devons atteindre certains objectifs avant de pouvoir passer à la phase suivante ».

En ce qui concerne les plans d’après-guerre, le représentant reconnaît qu’Israël n’en est qu’à ses débuts : « Mais nous savons que ce ne sera ni Israël ni le Hamas qui gouverneront Gaza. Nous n’avons aucune intention de réoccuper Gaza. »

« C’est un point de départ très important, et la suite se fera à partir de ce point », a précisé le haut responsable israélien.

Un journal américain indique qu’Israël a utilisé du phosphore blanc au Liban

Le Washington Post a rapporté qu’Israël avait utilisé du phosphore blanc fourni par les États-Unis lors d’une frappe récente au Liban, notant que plusieurs civils avaient été blessés au cours de l’incident et qu’Amnesty avait réclamé une enquête pour crime de guerre.

Le reportage, qui s’est basée sur des investigations menées sur le terrain par le journal, affirme que les obus contenant ce matériau incendiaire ont été utilisés dans le village frontalier de Dhayra en date du 16 octobre. Quatre maisons ont brûlé et au moins neuf personnes ont été blessées.

Le journal a indiqué de manière erronée qu’Israël avait fait la promesse, en 2013, de ne plus utiliser de phosphore blanc. En réalité, l’armée avait déclaré qu’elle allait limiter son utilisation, passant largement à d’autres moyens de créer des écrans de fumée pour les soldats. Elle avait toutefois noté qu’elle se réservait le droit d’utiliser de tels obus dans des cas particuliers, qui n’avaient pas été détaillés, dans des circonstances approuvées par la Cour suprême (ces usages n’avaient pas été rendus publics pour des raisons de sécurité).

Le droit international n’interdit pas l’utilisation du phosphore blanc. Toutefois, la légalité de son usage, comme avec tous les autres armements, dépend des circonstances.

Moscou s’entretient avec le Hamas et demande la libération des otages de Gaza

Des manifestants se rassemblent avec des pancartes montrant les portraits des otages israéliens détenus à Gaza depuis le massacre du 7 octobre par le Hamas, lors d'une manifestation appelant à leur libération sur la place des Otages à Tel Aviv, le 9 décembre 2023. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)
Des manifestants se rassemblent avec des pancartes montrant les portraits des otages israéliens détenus à Gaza depuis le massacre du 7 octobre par le Hamas, lors d'une manifestation appelant à leur libération sur la place des Otages à Tel Aviv, le 9 décembre 2023. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)

Un jour après l’entretien du président russe Vladimir Poutine avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le vice-ministre russe des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov s’est entretenu avec des représentants du Hamas et a exigé la libération des otages détenus à Gaza.

L’agence de presse russe TASS indique que Bogdanov a discuté avec le vice-président du bureau politique du Hamas, Mousa Abu Marzouk, le secrétaire général de l’Union démocratique palestinienne, Saleh Rafat, et un haut responsable du Front populaire de libération de la Palestine, Maher Taher.

« Au cours des entretiens, une série de questions liées à la forte escalade du conflit israélo-palestinien ont été discutées, avec un accent particulier sur la situation militaire et humanitaire émergente dans la bande de Gaza », a déclaré le ministère des Affaires étrangères russe, selon l’agence de presse TASS.

« Dans le même temps, la Russie a confirmé sa position de principe sur la nécessité d’une cessation des hostilités et d’une solution immédiate à tous les problèmes humanitaires actuels, y compris la libération des otages », précise le communiqué.

Netanyahu a discuté avec Poutine pendant près d’une heure hier. Il a critiqué l’alliance de Moscou avec l’Iran et a exprimé son mécontentement quant à la position de Moscou sur la guerre d’Israël contre le Hamas.

Depuis le début de la guerre, le 7 octobre, la Russie émet régulièrement des critiques à l’égard d’Israël, y compris devant le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies (ONU). En outre, la visite des leaders du groupe terroriste Hamas dans le pays a été largement perçu comme une extension de ses liens de plus en plus étroits avec l’Iran.

Trois otages russes ont précédemment été libérés par le groupe terroriste en signe de « gratitude » envers Poutine.

Paris appelle à éviter « tout embrasement régional » en mer Rouge

Le ministère français des Affaires étrangères a appelé lundi « à éviter tout embrasement régional » après qu’une frégate française a abattu en mer Rouge deux drones provenant du nord du Yémen, territoire sous contrôle des rebelles Houthis qui menacent de perturber cette voie maritime stratégique dans le cadre du conflit entre Israël et le Hamas.

« Nous condamnons toutes les atteintes à la liberté de navigation », indique le Quai d’Orsay dans un communiqué, qui assure suivre « de très près l’évolution de la situation en mer Rouge et dans la zone du détroit de Bab el Mandeb ».

582 soldats ont été blessés depuis le début de l’opération terrestre à Gaza – Tsahal

Des soldats israéliens blessés arrivant à l'hôpital Hadassah Ein Kerem, à Jérusalem, le 7 octobre 2023. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)
Des soldats israéliens blessés arrivant à l'hôpital Hadassah Ein Kerem, à Jérusalem, le 7 octobre 2023. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

L’armée israélienne met à jour le bilan des soldats blessés depuis le début de l’incursion terrestre dans la bande de Gaza, qui a débuté fin octobre. 582 soldats ont été blessés, en plus des 104 qui ont été tués.

Parmi les soldats blessés, on compte 133 blessés graves, 218 blessés modérés et 231 blessés légers.

Depuis le 7 octobre, 433 soldats ont été tués et 1 645 ont été blessés, dont 261 grièvement, 456 modérément et 928 légèrement.

Selon les données de Tsahal, il y a actuellement 34 soldats hospitalisés dans un état grave, 210 dans un état modéré et 149 dans un bon état.

Israël presse l’ONU de « faire mieux » dans l’acheminement de l’aide à Gaza

Le ministère de la Défense, responsable des affaires civiles palestiniennes, a déclaré que les Nations unies devaient impérativement redoubler d’efforts dans leur gestion de l’aide à Gaza. Il a critiqué l’organisation pour la lenteur avec laquelle les fournitures humanitaires parviennent dans la bande.

« Nous avons renforcé notre capacité pour inspecter l’aide acheminée à Gaza. Kerem Shalom va être ouvert, ce qui doublera le nombre d’inspections. Mais l’aide attend toujours à l’entrée de Rafah », a écrit COGAT sur le site X.

« L’ONU doit faire mieux – l’aide est là et la population en a besoin », ajoute le COGAT.

Afin de faciliter l’augmentation du nombre de camions fournissant de l’aide entrant chaque jour dans la bande de Gaza, Israël a annoncé la semaine dernière qu’il ouvrirait le point de passage de Kerem Shalom avec Gaza pour l’inspection des camions d’aide humanitaire avant qu’ils n’entrent dans la bande de Gaza par le point de passage de Rafah, en Égypte.

Les hommes armés du Hamas ont ouvert le feu sur les troupes depuis une école de Gaza

L’armée israélienne diffuse des images montrant des frappes aériennes par des hélicoptères d’attaque et des avions de chasse au cours d’affrontements entre le 8111e bataillon de la 5e brigade et des terroristes du Hamas dans la région de Khan Younès.

Les hommes armés du Hamas avaient ouvert le feu sur les troupes depuis une école.

Cinq soldats du 8111e bataillon ont été tués et quatre autres ont été blessés après qu’un engin explosif a explosé près d’eux au cours des combats.

Les membres du Hamas ont été tués et les infrastructures de la zone ont été détruites, selon l’armée israélienne.

Réunion de l’Assemblée générale de l’ONU mardi sur la guerre Israël-Hamas

Le dirigeant de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, brandissant un graphique à la 77e session de l'Assemblée générale des Nations unies, au siège de l'ONU à New York, le 23 septembre 2022. (Crédit : Spencer Platt/Getty Images/AFP)
Le dirigeant de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, brandissant un graphique à la 77e session de l'Assemblée générale des Nations unies, au siège de l'ONU à New York, le 23 septembre 2022. (Crédit : Spencer Platt/Getty Images/AFP)

Après le véto américain à une résolution du Conseil de sécurité appelant à un « cessez-le-feu humanitaire » dans les combats entre Israël et le groupe terroriste islamiste palestinien à Gaza mais sans condamner les atrocités du 7 octobre, l’Assemblée générale de l’ONU prendra le relais mardi avec une réunion spéciale, a annoncé dimanche la porte-parole du président de l’Assemblée.

La réunion qui aura lieu mardi après-midi a été réclamée par les représentants de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) et du groupe arabe, a-t-elle précisé dans un email.

Selon des sources diplomatiques, l’Assemblée générale, dont les résolutions ne sont pas contraignantes, pourrait se prononcer sur un texte.

Le projet de texte consulté par l’AFP dimanche reprend en grande partie la résolution rejetée vendredi par le Conseil de sécurité en raison du véto américain.

Le texte, s’inquiétant de la « situation humanitaire catastrophique dans la bande de Gaza », « exige un cessez-le-feu humanitaire immédiat ».

Il réclame également la protection des civils, l’accès humanitaire, et la libération « immédiate et inconditionnelle » de tous les otages.

Un blessé léger par un tir de roquette depuis Gaza vers Holon

Le site de l'impact d'une roquette à Holon, le 11 décembre 2023. Crédit : Magen David Adom)
Le site de l'impact d'une roquette à Holon, le 11 décembre 2023. Crédit : Magen David Adom)

Une roquette lancée depuis la bande de Gaza lors du dernier tir de barrage contre le centre d’Israël a touché la ville de Holon, blessant une personne et causant des dégâts, selon les secouristes.

Des images de la scène montrent les dommages causés à une route et à plusieurs véhicules.

Le service d’ambulance Magen David Adom dit qu’il a pris en charge un homme de 45 ans dans un état bon à modéré qui a été blessé par des éclats d’obus.

« Ferme ta gueule » de Larcher à Mélenchon: Braun-Pivet a « une autre tactique », le « mépris »

La présidente de l'Assemblée nationale Yael Braun-Pivet (g) et le président du Sénat Gerard Larcher avant une interview surTF1, le 8 novembre 2023. (Crédit : Ludovic MARIN / AFP)
La présidente de l'Assemblée nationale Yael Braun-Pivet (g) et le président du Sénat Gerard Larcher avant une interview surTF1, le 8 novembre 2023. (Crédit : Ludovic MARIN / AFP)

La présidente de l’Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet (Renaissance) a expliqué lundi avoir « choisi une autre tactique », « le mépris tout simplement » face aux attaques de Jean-Luc Mélenchon (LFI), mais « comprend » le « ferme ta gueule ! » lancé par le président du Sénat la semaine dernière.

Interrogée sur RTL à propos de l’injonction lancée mercredi par Gérard Larcher (LR) au leader de La France insoumise, Yaël Braun-Pivet a répondu « je le pense, mais je ne le dis pas parce que moi, j’ai choisi une autre tactique qui est de ne pas répondre à ses outrances ».

« Je ne réponds plus à Jean-Luc Mélenchon parce qu’il vit de cela aujourd’hui, il ne fait que vivre des polémiques, il ne fait que vivre de ses outrances sur les médias ou sur les réseaux sociaux », a détaillé la présidente de l’Assemblée.

Elle a défendu le principe d’être « simplement silencieuse et de mépriser » les « attaques » de l’ancien candidat à la présidentielle qui la « visaient personnellement ».

Elle a néanmoins assuré que « ce type de mots, je les utilise comme tous les Français ». « Je comprends parfaitement que le président du Sénat les ait prononcés ».

Mais pour elle, « le mépris tout simplement parce que ce n’est que ça que cela mérite ».

Interrogé mercredi sur un message au vitriol de M. Mélenchon traitant la journaliste Ruth Elkrief de « manipulatrice » et affirmant que « si on n’injurie pas les musulmans, cette fanatique s’indigne », publié sur le réseau social X, Gérard Larcher avait vertement critiqué l’ancien sénateur.

Puis avait finalement résumé le fond de sa pensée en une formule: « Ferme ta gueule ! ».

Après avoir vertement réagi le jour même, Jean-Luc Mélenchon a finalement ironisé le lendemain sur « la déformation professionnelle » de son « vieux pote véto ».

Tsahal annonce la mort de trois autres soldats à Gaza

L’armée israélienne annonce la mort de trois autres soldats du 8111e bataillon de la 5e brigade, qui ont été tués au cours de combats dans le sud de la bande de Gaza hier, ce qui porte à 104 le nombre de soldats tués dans le cadre de l’offensive terrestre contre le Hamas.

Il s’agit de :

  • Major (res.) Roman Bronshtein, 46 ans, de Bat Yam.
  • Caporal (res.) Eliya Yanovsky, 24 ans, de Jérusalem.
  • Sergent-chef (res.) Ari Yehiel Zenilman, 32 ans, de Jérusalem.

Plus tôt, Tsahal a annoncé la mort de deux autres soldats du 8111e bataillon.

Les cinq soldats ont été tués par un engin explosif dans la région de Khan Younès. Quatre autres soldats ont été blessés, dont un dans un état grave.

Barrage de roquettes tiré sur Tel Aviv et le centre d’Israël

Un barrage de roquettes en provenance de Gaza est tiré sur la région de Tel Aviv.

Les sirènes d’alerte retentissent à Tel Aviv, Holon, Or Yehuda, Bat Yam et dans les communautés environnantes.

Les sirènes retentissent également à Rishon Lezion, Palmachim et Beit Dagan.

Tsahal largue des équipements aux troupes à Gaza pour la première fois depuis 2006

Tsahal déclare avoir largué environ sept tonnes d’équipement à des centaines de soldats de la Brigade Commando de la 98e Division qui opèrent dans la région de Khan Younès, dans le sud de Gaza.

C’est la première fois depuis la deuxième guerre du Liban en 2006 que l’armée israélienne largue du matériel à des troupes.

Une vidéo publiée par Tsahal montre un avion de transport C-130J du 103e escadron de l’armée de l’air israélienne en train de larguer l’équipement.

Le Hezbollah annonce avoir perdu cent hommes depuis le début de la guerre à Gaza

De la fumée noire s'élève après une frappe israélienne aux abords de Yaroun, un village libanais à la frontière du sud du Liban, le 10 décembre 2023. (Crédit : Hassan Ammar/ AP)
De la fumée noire s'élève après une frappe israélienne aux abords de Yaroun, un village libanais à la frontière du sud du Liban, le 10 décembre 2023. (Crédit : Hassan Ammar/ AP)

Le groupe terroriste du Hezbollah a identifié deux de ses membres tués dans des frappes israéliennes – ce qui amène le nombre total de ses hommes ayant perdu la vie depuis le début de la guerre dans la bande de Gaza à 100.

Un bilan qui comprend des terroristes du Hezbollah qui ont été tués par l’armée de l’air israélienne dans le sud du Liban, en riposte aux attaques répétées perpétrées à la frontière. Plusieurs hommes ont par ailleurs trouvé la mort en Syrie.

Les responsables israéliens de la Défense estiment que ce chiffre est plus élevé et que le Hezbollah cache le nombre réel de victimes dans ses rangs.

Tsahal: Des dizaines d’hommes du Hamas ont été tués au cours des dernières 24 heures

Les soldats israéliens dans la bande de Gaza, sur une photo non-datée diffusée le 11 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Les soldats israéliens dans la bande de Gaza, sur une photo non-datée diffusée le 11 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée de l’air israélienne, avec les directives des troupes au sol, a tué des dizaines de terroristes du Hamas au cours des dernières 24 heures, selon Tsahal.

L’armée a notamment indiqué que les troupes de la Brigade Bislamach et de la 636e Unité de Collecte de renseignement de combat avaient identifié des hommes armés du groupe à Shejaiya, à Gaza City, lançant une frappe au drone.

Tsahal a diffusé des images de la frappe.

Les troupes de la 7e Brigade des blindés ont également identifié des membres du Hamas qui sortaient d’un dispensaire, ordonnant une frappe.

De plus, l’armée a indiqué que les soldats de la 460e Brigade des blindés avaient découvert des explosifs et des armes dans une habitation de Jabaliya, dans le nord de Gaza.

Certains de ces armements étaient cachés à l’intérieur de sacs portant le logo de l’UNRWA.

Les militaires ont aussi trouvé un camion rempli de roquettes à longue portée près d’une école, dans le même secteur.

De son côté, la 551e Brigade a découvert un site de lancement de roquettes à Jabaliya avec une cinquantaine de lanceurs, certains chargés, a noté Tsahal.

Le Hamas « a sous-estimé » les représailles du 7 octobre, dit Yoav Gallant

Le ministre de la Défense Yoav Gallant s'adressant aux troupes, dans le sud d'Israël, le 27 novembre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant s'adressant aux troupes, dans le sud d'Israël, le 27 novembre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense Yoav Gallant a indiqué que le groupe terroriste du Hamas « a sous-estimé les représailles israéliennes » au massacre du 7 octobre.

« Il est difficile d’amener les démocraties à faire la guerre mais une fois que nous en menons une, nous sommes bien plus forts parce que nous combattons pour défendre nos valeurs », a expliqué Gallant au Daily Mail, le journal britannique.

Gallant a également déclaré que les aides collectées par les activistes propalestiniens étaient détournées à des fins terroristes dans le monde entier.

« La propagande du Hamas influence les universités et les mouvements de protestation et l’argent qui est versé est investi dans l’activation des réseaux terroristes du monde entier », a-t-il dit.

L’armée israélienne annonce la mort de quatre soldats

En haut à gauche, dans le sens des aiguilles d'une montre : le major Gal Becher, le major (res.) Eviatar Cohen, le sergent. Le major (res.) Etay Perry et le Sgt. Major (res.) Gideon Ilani. Cohen, Ilani et Perry ont été tués au combat à Gaza le 10 décembre 2023. Becher a été tué dans un accident de la route militaire dans le sud d'Israël. (Crédit : armée israélienne)
En haut à gauche, dans le sens des aiguilles d'une montre : le major Gal Becher, le major (res.) Eviatar Cohen, le sergent. Le major (res.) Etay Perry et le Sgt. Major (res.) Gideon Ilani. Cohen, Ilani et Perry ont été tués au combat à Gaza le 10 décembre 2023. Becher a été tué dans un accident de la route militaire dans le sud d'Israël. (Crédit : armée israélienne)

L’armée israélienne annonce la mort de quatre soldats, dont trois ont été tués hier lors des combats dans le sud de la bande de Gaza, portant à 101 le nombre de soldats tués depuis le début de l’incursion terrestre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Il s’agit de :

Le sergent. Major (de réserve) Gideon Ilani, 35 ans, du 2855e bataillon de la 55e brigade de parachutistes de réserve, originaire de l’implantation d’Asa’el en Cisjordanie.

Le sergent. Major (de réserve) Etay Perry, 36 ans, du 8111e bataillon de la 5e brigade, originaire de Modiin.

Le major (de réserve) Eviatar Cohen, 42 ans, du 8111e bataillon de la 5e brigade, originaire de Kfar Saba.

Le major Gal Becher, 34 ans, de la 36e division, d’Oranit, a été tué dans un accident de la route d’origine militaire dans le sud d’Israël.

Un troisième réserviste du 8111e Bataillon a été grièvement blessé, précise l’armée.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.