Israël en guerre - Jour 150

Rechercher

Tsahal commence à combattre le Hamas dans de nouveaux quartiers de Gaza City

2 réservistes tués à Gaza ; 134 militaires tués depuis le 27 octobre ; un soldat a par ailleurs été grièvement blessé dans les combats contre le Hamas

  • Ouriel Cohen, réserviste tombé au combat à Gaza, le 20 décembre 2023. (Crédit : armée israélienne)
    Ouriel Cohen, réserviste tombé au combat à Gaza, le 20 décembre 2023. (Crédit : armée israélienne)
  • Le capitaine de réserve Lior Sivan (Crédit : Armée israélienne)
    Le capitaine de réserve Lior Sivan (Crédit : Armée israélienne)
  • Des gens passant devant des photos de civils pris en otage par des terroristes du Hamas à Gaza, sur la "Place des Otages", à Tel Aviv, le 19 décembre 2023. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)
    Des gens passant devant des photos de civils pris en otage par des terroristes du Hamas à Gaza, sur la "Place des Otages", à Tel Aviv, le 19 décembre 2023. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)
  • Des camions d’aide humanitaire attendant d'entrer à Gaza le 19 décembre 2023. (Crédit : COGAT/X)
    Des camions d’aide humanitaire attendant d'entrer à Gaza le 19 décembre 2023. (Crédit : COGAT/X)
  • Des Palestiniens inspectant les dégâts après une frappe israélienne, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 19 décembre 2023. (Crédit : Hatem Ali/AP Photo)
    Des Palestiniens inspectant les dégâts après une frappe israélienne, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 19 décembre 2023. (Crédit : Hatem Ali/AP Photo)
  • Des soldats se tiennent près d'un grand tunnel du Hamas découvert près du poste frontière d'Erez dans le nord de la bande de Gaza, dans une image publiée le 17 décembre 2023. (Crédit : armée israélienne)
    Des soldats se tiennent près d'un grand tunnel du Hamas découvert près du poste frontière d'Erez dans le nord de la bande de Gaza, dans une image publiée le 17 décembre 2023. (Crédit : armée israélienne)
  • Des soldats israéliens lors d'un exercice simulant une infiltration terroriste dans l'implantation de Beitar Illit, en Cisjordanie, le 24 octobre 2023. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)
    Des soldats israéliens lors d'un exercice simulant une infiltration terroriste dans l'implantation de Beitar Illit, en Cisjordanie, le 24 octobre 2023. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)
  • Le ministre de la Défense Yoav Gallant (au centre) visite la frontière de Gaza, le 19 décembre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
    Le ministre de la Défense Yoav Gallant (au centre) visite la frontière de Gaza, le 19 décembre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
  • Des troupes israéliennes et des chars dans la bande de Gaza sur une photo publiée le 19 décembre 2023. (Crédit : armée israélienne)
    Des troupes israéliennes et des chars dans la bande de Gaza sur une photo publiée le 19 décembre 2023. (Crédit : armée israélienne)
  • Des Palestiniens pillent un camion d'aide humanitaire qui traverse la bande de Gaza à Rafah, le 17 décembre 2023. (Crédit : AP/Fatima Shbair)
    Des Palestiniens pillent un camion d'aide humanitaire qui traverse la bande de Gaza à Rafah, le 17 décembre 2023. (Crédit : AP/Fatima Shbair)
  • Photo d'illustration : les manifestants anti-israéliens défilent à Georgetown, à Washington, le 24 novembre 2023. (Crédit : AP Photo/Susan Walsh)
    Photo d'illustration : les manifestants anti-israéliens défilent à Georgetown, à Washington, le 24 novembre 2023. (Crédit : AP Photo/Susan Walsh)

Alerte à la roquette près de Gaza, après 40 heures d’accalmie

Une sirène d’alerte à la roquette a retenti à Nirim, une localité proche de la frontière de Gaza.

Il s’agit du premier projectile tiré depuis Gaza depuis près de 40 heures, ce qui constitue de loin le plus long répit depuis le 7 octobre, hormis la semaine de trêve le mois dernier.

Israël frappe un centre de commandement du Hezbollah au Liban ; 4 roquettes en provenance de Syrie visent le Golan

L’armée israélienne affirme que des avions de combat ont frappé un centre de commandement du Hezbollah dans le sud du Liban en réponse à des attaques répétées à la frontière.

Par ailleurs, quatre roquettes ont été tirées depuis la Syrie sur le plateau du Golan, et les sirènes d’alerte ont retenti à Masade et Ein Quiniyye.

Tsahal affirme avoir frappé la source des tirs et pris pour cible une position de l’armée syrienne en représailles.

Les troupes ont également ouvert le feu sur un certain nombre de terroristes qui s’approchaient de la frontière libanaise, près de Metula, indique Tsahal.

A Eilat, Gallant s’adresse aux Houthis : Israël « ne tolère pas les menaces »

Le ministre de la Défense Yoav Gallant monte à bord de la corvette de classe Saar 6 INS Magen au port d'Eilat, le 20 décembre 2023. (Crédit : 
 Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant monte à bord de la corvette de classe Saar 6 INS Magen au port d'Eilat, le 20 décembre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense Yoav Gallant a visité une corvette de classe Saar VI de la Marine israélienne au port d’Eilat aujourd’hui, déclarant qu’Israël « ne tolérera pas les menaces et les tentatives d’attaquer Eilat », dans un message aux Houthis soutenus par l’Iran au Yémen.

« Nous ne tolérerons pas les menaces sur l’État d’Israël, s’ils continuent de nous provoquer, d’essayer d’attaquer Eilat avec des missiles ou d’autres moyens, nous saurons quoi faire », déclare Gallant.

« Nous nous préparons, les troupes ici sont prêtes pour chaque mission et chaque commande. L’État d’Israël, via la Marine et la Force aérienne, saura comment se défendre », ajoute-t-il.

Au-delà des attaques contre les navires en mer Rouge, les Houthis au Yémen ont tiré plusieurs missiles de croisière, drones et missiles balistiques sur Eilat, bien que tous aient été interceptés par les défenses aériennes israéliennes ou aient manqué leur cible.

Le vote du Conseil de sécurité de l’ONU à nouveau reporté

Le vote du Conseil de sécurité de l’ONU sur une résolution destinée à améliorer la situation humanitaire catastrophique à Gaza à de nouveau été reportée, à jeudi, a annoncé l’ambassadeur de l’Equateur, qui préside le Conseil en décembre.

« Le Conseil de sécurité s’est mis d’accord pour poursuivre aujourd’hui les négociations et donner plus de temps pour la diplomatie. Et la présidence va reprogrammer le vote pour demain matin », a déclaré José Javier De la Gasca Lopez Dominguez à la presse à l’issue de consultations à huis clos.

Tsahal a commencé à combattre le Hamas dans de nouveaux quartiers de Gaza City

Le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, indique que Tsahal commence à combattre le groupe terroriste palestinien du Hamas dans les quartiers de Daraj et Tuffah, adjacents à Shejaiya, dans la ville de Gaza, alors que l’opération terrestre dans le nord de la bande de Gaza touche à sa fin, la plupart des bataillons du groupe terroriste ayant été démantelés dans la région.

En ce qui concerne le réseau de tunnels du Hamas découvert sous la place de la Palestine à Gaza City, Hagari affirme que « des membres importants du Hamas ont géré les combats du 7 octobre [à partir de cette zone] ».

« À partir de cette infrastructure, ils ont pu se déployer dans toute la bande de Gaza. Depuis le cœur de la ville de Gaza, les hauts responsables du Hamas ont pu atteindre l’hôpital al-Shifa, le quitter dans une ambulance pour se rendre au sud, revenir à Shifa, pénétrer dans le réseau [de tunnels] et se rendre au nord à l’hôpital Rantisi », explique-t-il.

S’exprimant sur les nouveaux détails de l’enquête sur l’assassinat accidentel de trois otages à Gaza la semaine dernière, Hagari précise qu’une vidéo obtenue par un chien de l’armée, qui a enregistré les appels à l’aide des otages, mais qui n’a été trouvée qu’après leur mort, sera bientôt montrée aux familles.

Il ajoute que lorsque l’enquête sur ce drame sera terminée, « nous la présenterons aux familles – tous les documents, dont la vidéo ».

« Nous devons aux familles l’enquête et la vérité. »

Finkelman: L’armée est à une « phase significative de l’offensive, dans de nouvelles zones »

Le chef du Commandement du Sud de Tsahal, le général de division Yaron Finkelman, s'adresse aux troupes dans la bande de Gaza, le 20 décembre 2023. (Crédit : armée israélienne)
Le chef du Commandement du Sud de Tsahal, le général de division Yaron Finkelman, s'adresse aux troupes dans la bande de Gaza, le 20 décembre 2023. (Crédit : armée israélienne)

Le chef du Commandement du Sud de Tsahal, le général de division Yaron Finkelman, déclare que l’armée est à « une autre phase significative de l’offensive, dans de nouvelles zones. »

« Cette offensive va se poursuivre et avancer. Elle continuera avec une pression contre l’ennemi au-dessus du sol et sous terre », déclare-t-il lors d’une visite sur le front dans le sud de Gaza avec le commandant de la 98e division, le général de brigade Dan Goldfus.

« Nous allons continuer à progresser ici et dans d’autres zones où nous n’avons pas encore manœuvré », ajoute Finkelman.

Halevi : Israël « ne reviendra pas à la précédente situation » à la frontière nord

Le chef d'état-major de l’armée israélienne, Herzi Halevi, s'adressant à des soldats dans le nord d'Israël, le 20 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Le chef d'état-major de l’armée israélienne, Herzi Halevi, s'adressant à des soldats dans le nord d'Israël, le 20 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

En tournée dans le nord aujourd’hui, le chef d’état-major de l’armée israélienne Herzi Halevi affirme qu’Israël « ne reviendra pas à la précédente situation » à la frontière, et assurera « une autre configuration, beaucoup plus sûre » pour les résidents des communautés frontalières.

« Quelle que soit l’évolution de la situation, beaucoup de choses seront faites ici au cours de l’année à venir », poursuit-il.

Israël a de plus en plus averti que si la communauté internationale n’éloigne pas le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah de sa frontière par des moyens diplomatiques, il passera à l’action.

Jerry Seinfeld rend visite à des Israéliens blessés le 7 octobre à l’hôpital Sheba

L’humoriste américain Jerry Seinfeld poursuit sa visite de solidarité en Israël en se rendant au centre hospitalier Sheba de Ramat Gan pour rendre visite aux victimes de l’attentat du Hamas du 7 octobre.

Danny Danon : Les critiques de la guerre doivent se rappeler que des civils palestiniens ont participé à l’assaut du Hamas

Les critiques sur le nombre croissant de morts à Gaza devraient être tempérées par le fait que des civils palestiniens ont participé à l’attaque brutale du groupe terroriste palestinien du Hamas contre le sud d’Israël le 7 octobre, a estimé le député Danny Danon (Likud) devant des journalistes à Kfar Aza, plaidant pour la création d’une zone tampon de trois kilomètres de large dans la bande de Gaza.

Se tenant à côté de l’ancien gouverneur de l’Arkansas Mike Huckabee, à proximité de la bande de Gaza, Danon rappelle que si c’est le Hamas « qui a franchi la clôture », en peu de temps, des « Gazaouis soi-disant ordinaires », dont « des femmes, des enfants [et] des familles », sont « entrés en Israël, prenant part aux crimes commis ».

« Lorsque nous attaquons maintenant, nous ne visons pas les civils, mais nous devons nous rappeler que lorsque nous sommes critiqués [pour] avoir attaqué des personnes qui ne sont pas impliquées, des milliers de personnes à Gaza ont célébré ce qui s’est passé ici », déclare-t-il, se plaignant que l’Autorité palestinienne « n’ait pas encore condamné les attaques » et s’insurgeant contre ce qu’il appelle « une culture de la haine ».

Otages : Smotrich critique les négociations en vue d’un nouvel accord avec le Hamas

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich assistant à une réunion de la commission des Finances, à la Knesset, le 4 décembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre des Finances Bezalel Smotrich assistant à une réunion de la commission des Finances, à la Knesset, le 4 décembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich dénonce les négociations en vue d’un nouvel accord de libération d’otages avec le groupe terroriste palestinien du Hamas, en réponse à une information selon laquelle le cabinet de guerre aurait autorisé le chef de l’agence de renseignement du Mossad, David Barnea, à discuter de la libération de prisonniers de sécurité de haut niveau en échange de captifs israéliens détenus à Gaza.

« Le cabinet de guerre devrait envoyer le chef du Mossad pour éliminer les dirigeants du Hamas, où qu’ils se trouvent, et non pour discuter avec eux et mener des négociations », déclare Smotrich, qui est membre du cabinet de sécurité, mais pas du cabinet de guerre.

Le Likud répond en rabrouant le ministre des Finances, affirmant qu’il est « triste » que Smotrich ait posté des remarques sur « des choses qui n’ont pas de fondement ».

« Le Premier ministre Netanyahu a déjà demandé au Mossad d’éliminer les dirigeants du Hamas où qu’ils se trouvent, tout comme il a demandé au ministre des Finances d’ouvrir les robinets et de s’assurer que les fonds parviennent aux citoyens, aux entreprises, aux soldats et aux réservistes. »

Cette pique est une allusion aux critiques formulées cette semaine par le contrôleur de l’État, selon lesquelles des centaines de milliers de citoyens israéliens, en particulier les personnes évacuées du nord et du sud, se sont retrouvés dans une situation financière désastreuse en raison de l’incapacité de l’État à fournir rapidement une aide économique aux personnes évacuées.

Le chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh, est arrivé au Caire aujourd’hui pour mener des entretiens avec des responsables égyptiens qui devraient porter sur une éventuelle trêve dans la guerre entre Israël et le Hamas et sur un accord de libération de certains otages.

Un article publié aujourd’hui par Israel Hayom affirme que le cabinet de guerre a autorisé Barnea à discuter de la libération de « terroristes de qualité », bien que l’affirmation ait été supprimée après une mise à jour de l’article.

Tsahal frappe des sites du Hezbollah au Sud-Liban ; les sirènes retentissent dans le nord d’Israël

L’armée israélienne indique avoir mené une nouvelle vague de frappes sur des sites du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah dans le sud du Liban aujourd’hui.

Les cibles visées comprenaient des bâtiments militaires, des sites de lancement de roquettes, un centre de commandement et un dépôt d’armes appartenant au groupe terroriste.

Tsahal affirme avoir également procédé à des tirs de chars et d’artillerie sur des zones situées le long de la frontière libanaise afin « d’éliminer les menaces ».

Par ailleurs, des sirènes ont retenti dans le nord d’Israël après que deux missiles sol-air ont été tirés depuis le Liban sur un avion israélien. Tsahal affirme que l’avion n’a pas été touché lors de l’attaque.

Plusieurs roquettes ont également été tirées sur Israël au cours de cette attaque, et Tsahal a utilisé un missile d’interception.

Plus tôt dans la journée, des roquettes ont été tirées sur Goren et Manara, sans qu’aucun dégât ni blessé n’ait été signalé.

Dan Shapiro quitte son poste d’envoyé spécial pour les Accords d’Abraham et prend la tête du Pentagone pour le Proche-Orient

Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen, à gauche, rencontrant Dan Shapiro, le nouvel émissaire américain sur les Accords d'Abraham, à Jérusalem, le 30 juillet 2023. (Autorisation)
Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen, à gauche, rencontrant Dan Shapiro, le nouvel émissaire américain sur les Accords d'Abraham, à Jérusalem, le 30 juillet 2023. (Autorisation)

Dan Shapiro remplacera Dana Stroul en tant que plus haut responsable du Pentagone pour le Moyen-Orient, mettant fin à son rôle au Département d’État où il a été l’envoyé pour les Accords d’Abraham.

Shapiro occupera désormais le poste de secrétaire adjoint à la Défense pour la politique au Moyen-Orient, annonce le Pentagone dans un communiqué au sujet du départ de Stroul après près de trois ans.

Ancien ambassadeur des États-Unis en Israël, Shapiro n’avait rejoint l’administration qu’en juin dernier en tant qu’envoyé pour les Accords d’Abraham. Aucune annonce n’a été faite quant à la personne qui pourrait occuper à nouveau ce poste, que le Congrès s’efforce d’élever au rang d’ambassadeur.

Les efforts visant à étendre les accords se sont heurtés à un obstacle majeur avec l’arrivée d’un gouvernement de droite en Israël, aggravé par la guerre à Gaza.

Images d’une attaque contre une cellule du Hamas qui se préparait à lancer des drones kamikazes sur Israël

L’armée israélienne diffuse des images montrant une attaque contre une cellule du Hamas qui se préparait à lancer des drones chargés d’explosifs sur Israël, dans le cadre des efforts déployés contre le réseau aérien du groupe terroriste palestinien.

Le commandant du réseau aérien a été tué lors d’une frappe aérienne israélienne à la fin du mois d’octobre. Selon Tsahal, de nombreux autres membres importants du réseau ont été tués au cours de la guerre.

Au début des combats, Tsahal a indiqué avoir détruit les « capacités de détection aérienne » du Hamas.

L’armée dit avoir également déjoué des tentatives du Hamas de tirer des missiles sur des avions israéliens et des roquettes sur des troupes opérant dans la bande de Gaza, ainsi que d’avoir ciblé des sites de lancement de drones sur les toits de bâtiments civils.

Pour la première fois depuis la guerre, 24 heures sans alerte de roquettes tirées depuis Gaza

Pour la première fois depuis le 7 octobre, Israël n’a pas émis d’alerte de lancement de roquettes depuis la bande de Gaza pendant 24 heures (si l’on exclut la trêve de sept jours de fin novembre).

La dernière alerte à la roquette remonte à hier, à 15h59.

Blinken assure à la Jordanie que Washington s’engage à créer un État palestinien

Le ministre jordanien des Affaires étrangères, Ayman Safadi, s'exprimant lors de l'Assemblée générale des Nations unies au siège des Nations unies, à New York, le 26 octobre 2023. (Crédit : Eduardo Munoz Alvarez/Getty Images/AFP)
Le ministre jordanien des Affaires étrangères, Ayman Safadi, s'exprimant lors de l'Assemblée générale des Nations unies au siège des Nations unies, à New York, le 26 octobre 2023. (Crédit : Eduardo Munoz Alvarez/Getty Images/AFP)

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a réitéré l’engagement de l’administration Biden en faveur de la création d’un État palestinien lors d’un appel téléphonique hier avec son homologue jordanien Ayman Safadi, indique le Département d’État.

Au cours des deux derniers mois, Safadi s’en est pris à la politique américaine concernant la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas, refusant de coopérer aux efforts de Washington visant à déterminer qui gouvernera temporairement la bande de Gaza après la guerre, tant que les combats se poursuivront.

Toutefois, les États-Unis ont évité de s’en prendre à la Jordanie, apparemment préoccupés par la fragilité persistante du régime d’Amman.

Lors de son appel avec Safadi, Blinken « a souligné l’engagement des États-Unis à fournir et à faciliter une aide humanitaire accrue et durable à Gaza et a exprimé son appréciation pour le leadership de la Jordanie dans la fourniture de l’aide ».

Les deux hommes ont également « discuté des efforts visant à empêcher le conflit de s’étendre et de la nécessité de faire tout ce qui est possible pour protéger les civils à Gaza et mettre fin à la violence » des résidents d’implantations extrémistes en Cisjordanie.

Curieusement, l’idée de créer un État palestinien n’a pas été présentée comme un objectif commun, bien que la Jordanie soutienne depuis longtemps cet objectif.

Ces derniers jours, Blinken a tenu une série d’appels avec ses homologues arabes, avec des comptes rendus largement identiques publiés par son bureau.

Le général de brigade Yaki Dolf prend la tête de la division de Cisjordanie

Le général de brigade Yaki Dolf, à droite, le nouveau chef de la division de Cisjordanie, lors d'une cérémonie de passation de pouvoir avec le chef du Commandement du Centre, le général de division Yehuda Fox, au centre, et le chef sortant de la division, le général de brigade Avi Blot, le 20 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Le général de brigade Yaki Dolf, à droite, le nouveau chef de la division de Cisjordanie, lors d'une cérémonie de passation de pouvoir avec le chef du Commandement du Centre, le général de division Yehuda Fox, au centre, et le chef sortant de la division, le général de brigade Avi Blot, le 20 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Le général de brigade Yaki Dolf est entré dans le rôle de chef de la division de Cisjordanie de l’armée israélienne, remplaçant le général de brigade Avi Blot, qui a occupé le poste pendant plus de deux ans.

La cérémonie de passation des pouvoirs s’est déroulée à la base de la division de Judée et Samarie, dans le nord de la Cisjordanie, en présence du chef du Commandement du Centre, le général de division Yehuda Fox.

Le ministre de la Défense, qui était auparavant secrétaire militaire du ministre de la Défense, a été réprimandé pour la mort de deux soldats lors d’incidents distincts survenus au cours des dernières années.

Blot dirigera le Collège de commandement et d’état-major de Tsahal.

Netanyahu : Quiconque pense que nous allons arrêter la guerre est déconnecté de la réalité

La place de la Palestine dans le quartier de Rimal, à Gaza, le 19 décembre 2023. (Crédit : Emanuel Fabian/Times of Israel)
La place de la Palestine dans le quartier de Rimal, à Gaza, le 19 décembre 2023. (Crédit : Emanuel Fabian/Times of Israel)

« Nous poursuivons la guerre jusqu’au bout. Elle se poursuivra jusqu’à la destruction du Hamas, jusqu’à la victoire (…) jusqu’à ce que tous les objectifs que nous nous sommes fixés soient atteints : la destruction du Hamas, la libération de nos otages et l’élimination de la menace que représente la bande de Gaza », déclare à la presse le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

« Quiconque pense que nous allons nous arrêter est déconnecté de la réalité (…). Nous faisons pleuvoir le feu sur le Hamas, un feu infernal », ajoute-t-il.

« Tous les terroristes du Hamas, du premier au dernier, sont menacés de mort. Ils n’ont que deux options : se rendre ou mourir. »

Des sirènes de roquettes retentissent dans des localités de Galilée occidentale

Les sirènes de roquettes ont retenti en Galilée occidentale pour la première fois aujourd’hui.

Des alertes ont été entendues dans un certain nombre de communautés, dont Maalot-Tarshiha, Shomera, Abirim et Kfar Vradim.

L’ex-gouverneur de l’Arkansas, Mike Huckabee, au kibboutz dévasté de Kfar Aza

Mike Huckabee, au centre, se tenant aux côtés de l'ancien envoyé israélien à l'ONU Danny Danon, à Kfar Aza, le 20 décembre 2023. (Crédit : Sam Sokol)
Mike Huckabee, au centre, se tenant aux côtés de l'ancien envoyé israélien à l'ONU Danny Danon, à Kfar Aza, le 20 décembre 2023. (Crédit : Sam Sokol)

« Si nous ne nous tenons pas aux côtés d’Israël, nous soutenons le chaos », déclare l’ancien gouverneur de l’Arkansas Mike Huckabee aux journalistes au kibboutz Kfar Aza, à la frontière de Gaza, qualifiant de « coup de poing dans les tripes » l’expérience de la traversée de la communauté décimée par le groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre dernier.

En visite en Israël, dans le cadre d’une mission de solidarité avant Noël avec un certain nombre d’autres personnalités politiques évangéliques américaines à la retraite, Huckabee exprime le désir de témoigner de ce qui s’est passé là-bas, expliquant qu’il a dû voir la dévastation de ses propres yeux.

Debout devant une allée de maisons brûlées et brisées, 75 jours après l’attaque barbare du Hamas, avec en arrière-plan les détonations de l’artillerie de Gaza, Huckabee, partisan de longue date d’Israël, raconte au Times of Israel que la nièce de 22 ans d’un vieil ami faisait partie des personnes tuées le 7 octobre et qualifie les actions du Hamas ce jour-là « d’acte de barbarie auquel le monde ne devrait plus avoir à faire face ».

« Cela m’a fait l’effet d’un coup de poing de voir cela de près. En tant que gouverneur, j’ai vu des dizaines de communautés frappées par des tornades, détruites et rasées. J’avais l’habitude de voir ce genre de destruction, mais cela était dû à un phénomène météorologique qui avait frappé et causé des dégâts. Ce que je vois ici s’est produit parce que des gens qui prétendaient être des êtres humains ont agi autrement que comme des êtres humains et ont fait le mal », poursuit-il.

« Sam Brownback, ancien gouverneur du Kansas qui a également été ambassadeur itinérant des États-Unis pour la liberté religieuse internationale, se tient debout au milieu des décombres et des murs calcinés du village des jeunes du kibboutz et se dit « stupéfait ».

« Je me suis rendu en Israël à de nombreuses reprises. Je suis stupéfait par la démonstration de haine, la profondeur de la haine, que nous voyons ici. »

Coup d’œil sur les transactions d’Abdelbasit Hamza, financier soudanais du Hamas

Le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) publie une information sur Abdelbasit Hamza, financier du Hamas basé au Soudan, et sur son réseau d’intérêts commerciaux qui auraient profité au groupe terroriste palestinien.

L’article porte sur les « vastes » affaires de Hamza en Europe et sur sa participation dans une société chypriote impliquée dans l’exploitation de mines d’or en Égypte.

Hamza a été sanctionné le 18 octobre par le Département du Trésor américain, qui a cité ses « liens de longue date avec le financement du terrorisme, notamment ses liens historiques avec Al-Qaïda et des entreprises liées à Oussama Ben Laden au Soudan ».

L’ICIJ note que Hamza n’a pas été sanctionné par les autorités européennes, à l’exception du Royaume-Uni.

Hamza affirme à l’ICIJ qu’il n’a pas de liens avec le Hamas ou Al-Qaïda, mais l’article fait état de ses liens bien documentés avec l’extrémisme.

Ben Gvir exige le gel de l’autorisation accordée à 8 000 Palestiniens de travailler dans les implantations

Le ministre de la Sécurité nationale  Itamar Ben Gvir lors d'une réunion du cabinet au bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 10 septembre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)
Le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir lors d'une réunion du cabinet au bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 10 septembre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

Le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir demande au conseiller à la Sécurité nationale d’Israël, Tzahi Hanegbi, de geler une décision autorisant quelque 8 000 ouvriers palestiniens à revenir travailler dans les implantations de Cisjordanie et dans la Zone C.

En temps normal, des dizaines de milliers de Palestiniens entrent chaque jour en Israël pour y travailler, mais cette pratique a été interrompue pour des raisons de sécurité depuis les attaques du groupe terroriste palestinien du Hamas du 7 octobre et le début de la guerre à Gaza.

Les employeurs israéliens des secteurs de l’agriculture et de la construction en Cisjordanie ont demandé aux autorités israéliennes d’autoriser les ouvriers palestiniens à travailler dans les parties du territoire sous contrôle israélien, en raison d’une pénurie de main-d’œuvre.

« Permettre aux travailleurs palestiniens de l’Autorité palestinienne, qui soutient le terrorisme, d’entrer dans l’État d’Israël met en danger la vie des citoyens et ouvre la porte à une répétition des événements du 7 octobre », déclare Ben Gvir.

« Le sang des résidents de Judée et de Samarie ne vaut pas moins que celui des autres citoyens israéliens (…). Je demande que l’entrée de ces travailleurs soit immédiatement suspendue, et que le cabinet de sécurité soit convoqué d’urgence pour discuter de la question. »

Le Times of Israel avait précédemment rapporté que 8 000 ouvriers palestiniens avaient reçu l’autorisation de revenir travailler dans les implantations au début du mois.

Le PAM annonce l’arrivée à Gaza de 750 tonnes d’aide alimentaire

Des camions transportant de l'aide humanitaire arrivent du côté palestinien du poste-frontière de Kerem Shalom, dans le sud de la bande de Gaza, le 18 décembre 2023. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)
Des camions transportant de l'aide humanitaire arrivent du côté palestinien du poste-frontière de Kerem Shalom, dans le sud de la bande de Gaza, le 18 décembre 2023. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a annoncé mercredi l’arrivée à Gaza d’un convoi de 750 tonnes d’aide alimentaire, le premier en provenance de la Jordanie depuis le début de la guerre.

Ce convoi de 46 camions, organisé par le PAM et une ONG humanitaire jordanienne, la JHCO, transportait 750 tonnes d’aide alimentaire et a nécessité « des semaines de coordination avec toutes les parties », indique l’agence onusienne dans un communiqué. Il a transité par le poste frontière de Kerem Shalom, qu’Israël a rouvert.

« L’établissement d’un couloir à travers la Jordanie augmentera le flux de l’aide (…). Cela nous permettra d’assurer davantage d’aide et d’avoir plus de camions sur la route », a déclaré Samer AbdelJaber, représentant du PAM en Palestine, cité dans le communiqué.

« Nous sommes très reconnaissants envers tous ceux qui ont rendu cela possible. Il s’agit d’une étape prometteuse qui, nous l’espérons, nous permettra un accès plus durable et plus large pour atteindre plus de personnes à Gaza, plus rapidement », a-t-il ajouté.

Israël a approuvé vendredi dernier l’acheminement « temporaire » de l’aide à Gaza à travers son poste frontière de Kerem Shalom, ouvrant ainsi une nouvelle route d’approvisionnement.

« La livraison de nourriture depuis la Jordanie vers Gaza à travers le poste frontière de Kerem Shalom augmentera la quantité et la rapidité des livraisons de nourriture dans la bande de Gaza, alors que des millions de personnes risquent la famine », conclut le PAM.

Les roquettes se font discrètes alors que les chefs du Hamas entament des pourparlers de trêve

Des Palestiniens inspectant une maison touchée par une frappe israélienne, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 20 décembre 2023. (Crédit : Fatima Shbair/AP)
Des Palestiniens inspectant une maison touchée par une frappe israélienne, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 20 décembre 2023. (Crédit : Fatima Shbair/AP)

Le ciel au-dessus d’Israël a été singulièrement calme, sans une seule attaque à la roquette au cours des 17,5 dernières heures, un rare répit par rapport au flux quasi-constant de sirènes déclenchées par les lancements de roquettes et de drones depuis Gaza et le Liban.

Cette période de calme coïncide avec le fait que les dirigeants du groupe terroriste palestinien du Hamas se trouvent en Égypte pour des pourparlers portant sur une éventuelle pause dans les combats et la libération des otages.

Les importantes salves de roquettes qui ont été régulièrement tirées au cours des premières semaines de la guerre se sont espacées, les terroristes gazaouis semblant manquer de munitions et d’endroits d’où tirer, alors que l’armée israélienne poursuit son incursion terrestre dans la bande de Gaza, écrasant le Hamas et ses alliés.

Hier, le ministre de la Défense Yoav Gallant a indiqué que des opérations de déblaiement avaient lieu dans le nord de la bande de Gaza, indiquant que l’armée avait pratiquement maîtrisé la moitié de l’enclave.

Selon des informations palestiniennes, Israël aurait continué à pilonner des sites dans la bande de Gaza, avec un certain nombre de frappes signalées à Rafah et dans d’autres endroits.

Ilan Lotan : « Le Hamas pose des conditions que personne ne serait prêt à accepter »

Lior Lotan (Crédit : capture d'écran YouTube/I24 news)
Lior Lotan (Crédit : capture d'écran YouTube/I24 news)

L’ancien responsable de l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet, Ilan Lotan, a déclaré à la chaîne publique israélienne Kan que le groupe terroriste palestinien du Hamas « tente d’exercer une pression psychologique » dans le cadre des négociations en cours sur les otages et qu’il essaie de trouver les points faibles d’Israël.

« Le Hamas pose des conditions que personne ne serait prêt à accepter », affirme-t-il.

Cependant, Liran Berman, le frère des jumeaux Ziv et Gali Berman qui sont retenus en otage à Gaza, pense qu’Israël doit conclure un accord pour leur libération « à n’importe quel prix », ajoute-t-il à Kan.

Il dit que cela fait un mois qu’il n’a reçu aucune information sur ses frères et que la famille « fait tout pour les ramener ».

A LIRE – Des frères aînés d’otages se tournent vers les médias internationaux pour sauver leurs petits frères

Tsahal demande de repousser encore la rentrée universitaire, fixée pour l’instant au 31 décembre

Des soldats se tiennent près d'un grand tunnel du Hamas découvert près du poste frontière d'Erez dans le nord de la bande de Gaza, dans une image publiée le 17 décembre 2023. (Crédit : armée israélienne)
Des soldats se tiennent près d'un grand tunnel du Hamas découvert près du poste frontière d'Erez dans le nord de la bande de Gaza, dans une image publiée le 17 décembre 2023. (Crédit : armée israélienne)

Les responsables de l’armée israélienne demandent aux universités israéliennes de retarder le début de l’année universitaire jusqu’à la mi-janvier au lieu de la date actuellement prévue du 31 décembre.

Les universités seraient opposées à cette demande car elles estiment que tout retard supplémentaire pourrait potentiellement annuler toute l’année.

Le début de l’année universitaire était initialement prévu pour le 15 octobre, mais a été reporté à plusieurs reprises en raison de la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas.

L’Association des directeurs d’université indique qu’une autre possibilité serait de maintenir l’ouverture du 31 décembre mais de fixer une seconde date de début, le 20 janvier, pour les réservistes.

La demande de report de l’ouverture s’applique aux principales universités publiques de recherche israéliennes : l’Université hébraïque de Jérusalem, l’Université Bar Ilan, l’Université Ben Gurion du Néguev, l’Université de Tel Aviv, l’Université de Haïfa, l’Université Ariel et l’Institut Weizmann des Sciences.

Tsahal confirme la tentative d’attentat en Cisjordanie ; aucun blessé

L’armée confirme qu’elle a « neutralisé » un Palestinien qui a tenté de les percuter à un carrefour de Cisjordanie en périphérie de Hébron.

L’armée indique que des soldats d’un bataillon de réservistes assuraient la garde du carrefour au moment de l’attaque.

Aucun d’entre eux n’a été blessé.

L’armée annonce la mort d’un deuxième réserviste

Ouriel Cohen, réserviste tombé au combat à Gaza, le 20 décembre 2023. (Crédit : armée israélienne)
Ouriel Cohen, réserviste tombé au combat à Gaza, le 20 décembre 2023. (Crédit : armée israélienne)

L’armée israélienne annonce la mort d’un réserviste tué lors des combats dans le sud de la bande de Gaza, portant à 134 le nombre de militaires tués depuis le début de l’offensive terrestre menée contre les terroristes palestiniens du Hamas.

Il s’agit du Master Sgt. (res.) Ouriel Cohen, 33 ans, commandant en charge de la logistique pour la brigade Givati. Il était originaire de Tzur Hadassah.

Tsahal a frappé des sites du Hezbollah au sud du Liban, une rare frappe préventive

Une frappe aérienne de Tsahal a été menée contre un site du Hezbollah dans le sud du Liban en réponse à l’attaque du 19 décembre 2023. (Capture d’écran/X)
Une frappe aérienne de Tsahal a été menée contre un site du Hezbollah dans le sud du Liban en réponse à l’attaque du 19 décembre 2023. (Capture d’écran/X)

L’armée israélienne annonce avoir mené une série de frappes contre des sites du Hezbollah au Liban, dans un contexte d’escarmouches répétées avec le groupe terroriste, au niveau de la frontière.

Les cibles comprennent des sites militaires où opéraient des membres du Hezbollah et d’autres infrastructures, selon Tsahal.

Dans le contexte des affrontements en cours avec le Hezbollah, il est rare qu’Israël frappe en premier, mais ce n’est pas inédit.

Mardi, le Dôme de fer a intercepté six roquettes tirées depuis le Liban sur la région de Yiftah, dans le nord d’Israël.

Peu de temps après, un avion a frappé le lanceur et la cellule à l’origine de l’attaque à la roquette, a indiqué l’armée israélienne.

Tsahal ajoute qu’une autre frappe aérienne a été menée contre un site du Hezbollah dans le sud du Liban en réponse à l’attaque.

L’armée israélienne a également annoncé que deux réservistes ont été légèrement blessés lors d’une attaque de missile contre un poste militaire près de la communauté nord de Malkia plus tôt dans la journée.

Tsahal a frappé 300 sites du Hamas à Gaza durant la journée de mardi

L’armée israélienne affirme avoir mené des frappes contre plus de 300 cibles dans la bande de Gaza au cours de la journée de mardi.

Certaines frappes ont été dirigées par les forces terrestres contre des membres du Hamas pendant les combats.

L’armée israélienne affirme que les frappes de l’armée de l’air et de la marine au cours de la dernière journée ont tué des dizaines de membres du Hamas et détruit les infrastructures du groupe terroriste.

L’une des frappes aériennes a visé hier un lance-roquettes du Hamas utilisé pour tirer des projectiles à longue portée sur le centre d’Israël, a indiqué l’armée israélienne.

Par ailleurs, dans le sud de Gaza, Tsahal affirme que les troupes de la 55e brigade ont attaqué des sites du Hamas à Khan Younès après avoir essuyé des tirs.

Les soldats ont localisé une importante cache d’armes, comprenant des armes à feu, des munitions, des engins explosifs et une vingtaine de mortiers.

L’armée savait que Deif, du Hamas, avait encore ses jambes, selon des sources

Un prospectus apparemment lâché par les avions de chasse israéliens offre une récompense en échange d'informations sur les leaders du Hamas Yahya Sinwar, son frère Muhammed, Rafaa Salameh et Muhammad Deif. (Capture d'écran/ X/ used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)
Un prospectus apparemment lâché par les avions de chasse israéliens offre une récompense en échange d'informations sur les leaders du Hamas Yahya Sinwar, son frère Muhammed, Rafaa Salameh et Muhammad Deif. (Capture d'écran/ X/ used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)

La radio militaire a annoncé que l’armée n’avait pas été surprise par la découverte d’une vidéo montrant le leader de l’aile armée du Hamas, Mohammed Deif, avec tous ses membres intacts.

Selon la radio qui a cité deux « sources israéliennes » qui n’ont pas été identifiées, l’armée israélienne connaissait l’état de santé de Deif depuis plusieurs années, malgré l’idée populaire persistante qui avait laissé penser qu’il avait perdu ses deux jambes et un bras dans une série de frappes israéliennes, il y a plus d’une décennie, dont l’objectif était de le tuer.

Un reportage de Maariv avait suggéré que la séquence découverte par les soldats à Gaza, qui montrait Deif en train de marcher, avait pris Israël par surprise.

Les militaires israéliens sont sur la défensive concernant leurs connaissances de ce qui se passe réellement à Gaza suite aux échecs, en matière de renseignement, qui ont été révélés par l’attaque brutale qui a été commise par le Hamas dans le sud d’Israël, le 7 octobre.

Selon la radio militaire, le ministre Avi Dichter avait fait savoir, il y a 20 ans, que Deif était partiellement paralysé. Dichter avait tenu ces propos quand il avait quitté le Shin Bet, qu’il avait dirigé jusqu’en 2005. La frappe qui avait, semble-t-il, ôté à Deif l’usage de ses jambes avait eu lieu un an plus tard – mais les paroles prononcées par Dichter devaient être les dernières d’un haut-responsable israélien au sujet du terroriste.

Biden : Malgré les difficultés, Israël doit arriver à faire la différence entre Hamas et civils

Le président américain Joe Biden arrive à la Maison Blanche, à Washington, à son retour de Wilmington, dans le Delaware, le 19 décembre 2023. (Crédit : Mandel Ngan/AFP)
Le président américain Joe Biden arrive à la Maison Blanche, à Washington, à son retour de Wilmington, dans le Delaware, le 19 décembre 2023. (Crédit : Mandel Ngan/AFP)

S’exprimant lors d’un événement politique, le président Joe Biden a indiqué qu’Israël devait faire face à des difficultés uniques dans le cadre de sa guerre contre le groupe terroriste du Hamas à Gaza.

« [Israël] doit assumer des charges que peu… de pays doivent assumer… Un ennemi militaire qui dit n’avoir qu’un seul objectif : l’élimination, l’élimination – par le terrorisme – de l’État tout entier d’Israël », a-t-il dit, selon Olivia Dalton, porte-parole adjointe de la Maison Blanche.

« Le Hamas ne se préoccupe absolument pas – il ne se préoccupe de rien, d’ailleurs – de la mort éventuelle et ou de la survie de ces enfants, de ces civils. Les Israéliens doivent faire face à d’autres défis, aussi : le Hamas détient un nombre significatif d’otages et notamment un otage américain« , a-t-il ajouté.

Biden a toutefois noté que, malgré ces « fardeaux supplémentaires », l’État juif devait faire la différence entre le Hamas et les civils palestiniens, exhortant l’armée de faire en sorte de réduire le nombre de morts chez les non-combattants.

« Nous parlons à Israël et à nos partenaires arabes d’un avenir politique pour le peuple palestinien et d’une solution à deux États où la sécurité d’Israël serait garantie, où Israël profiterait de la paix, de relations normales avec ses voisins arabes », a-t-il poursuivi.

Le président américain a aussi répété que « l’une des raisons pour lesquelles le Hamas a fait ce qu’il a fait est… que je travaillais très étroitement avec les Saoudiens sur la reconnaissance formelle d’Israël ».

Michael Herzog dit qu’Israël est prêt à une pause à Gaza contre les otages

L'ambassadeur d'Israël aux États-Unis, Michael Herzog, prenant la parole lors de la réception organisée par l'ambassade d'Israël pour célébrer le 75e anniversaire de la fondation de l'État d'Israël, au National Building Museum de Washington, le 6 juin 2023. (Crédit : Saul Loeb/AFP)
L'ambassadeur d'Israël aux États-Unis, Michael Herzog, prenant la parole lors de la réception organisée par l'ambassade d'Israël pour célébrer le 75e anniversaire de la fondation de l'État d'Israël, au National Building Museum de Washington, le 6 juin 2023. (Crédit : Saul Loeb/AFP)

L’ambassadeur israélien aux États-Unis, Isaac Herzog, a annoncé qu’Israël était prêt à faire une pause dans les combats à Gaza en échange de la remise en liberté du plus grand nombre d’otages possible, a annoncé CNN.

Mais Herzog a aussi indiqué qu’il était trop tôt pour dire s’il y avait un accord, notant les demandes plus larges soumises par le Hamas au cours de la dernière trêve.

« Ils espéraient un cessez-le-feu permanent mais j’espère que sous la pression de ce que nous faisons sur le terrain, qui vient s’ajouter à la pression des Qataris, ils accepteront un accord – mais c’est prématuré à ce stade », a-t-il indiqué, selon CNN.

Mardi, le frère de Herzog, le président Isaac Herzog, avait dit à peu près la même chose.

« Je peux vous dire qu’Israël est prêt à une nouvelle pause humanitaire et à une aide humanitaire supplémentaire afin de permettre la libération des otages. Et la responsabilité incombe entièrement à [Yahya] Sinwar et aux dirigeants du Hamas »

Haniyeh rencontre le chef de la diplomatie iranienne avant de se rendre en Egypte

Le chef du Hamas, Ismail Haniyeh, lors d'un discours télévisé dans lequel il a appelé à une "solution politique" au conflit en cours avec Israël, le 1er novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de la chaîne Telegram du Hamas)
Le chef du Hamas, Ismail Haniyeh, lors d'un discours télévisé dans lequel il a appelé à une "solution politique" au conflit en cours avec Israël, le 1er novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de la chaîne Telegram du Hamas)

Avant de partir pour l’Egypte afin de négocier un cessez-le-feu et un accord pour la libération d’otages, le chef du bureau politique du Hamas a rencontré, à Doha, le ministre des Affaires étrangères iranien Hossein Amir-Abdollahian.

Un officier de réserve tué à Gaza, annonce l’armée

Le capitaine de réserve Lior Sivan (Crédit : Armée israélienne)
Le capitaine de réserve Lior Sivan (Crédit : Armée israélienne)

L’armée a annoncé qu’un nouveau soldat a été tué dans les combats contre les terroristes dans le sud de Gaza, ce qui mène le bilan, au sein de Tsahal, du nombre de morts dans le cadre de l’offensive terrestre à 133.

Il s’agissait du capitaine réserviste Lior Sivan, 32 ans, originaire de Beit Shemesh, officier au sein du 363e Bataillon de la Brigade Harel.

Un soldat d’une unité d’infanterie du bataillon Rotem, dans la Brigade Givati, a été grièvement blessé pendant la bataille dans le sud de Gaza. Il est actuellement à l’hôpital.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.