Israël en guerre - Jour 257

Rechercher

Deux soldats de Tsahal tués au combat ; un responsable du Hamas tué lors d’une frappe nocturne

Des alertes à la roquette retentissent dans un kibboutz à la frontière de Gaza * Ron Dermer montre des images de l'attaque du Hamas à ses collègues ambassadeurs * 32 soldats tués depuis le début de l'opération terrestre

Les forces terrestres de Tsahal se déploient dans le nord de la bande de Gaza, sur cette photo publiée le 7 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Les forces terrestres de Tsahal se déploient dans le nord de la bande de Gaza, sur cette photo publiée le 7 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Les Etats-Unis frappent un site lié à l’Iran en Syrie – Pentagone

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, prononçant un discours lors de la réunion du groupe consultatif sur la sécurité en Ukraine à la base aérienne de Ramstein, à Ramstein, en Allemagne, le 26 avril 2022. (Crédit : AP Photo/Michael Probst)
Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, prononçant un discours lors de la réunion du groupe consultatif sur la sécurité en Ukraine à la base aérienne de Ramstein, à Ramstein, en Allemagne, le 26 avril 2022. (Crédit : AP Photo/Michael Probst)

Les Etats-Unis ont frappé mercredi une « installation de stockage d’armes » en Syrie liée, selon eux, à l’Iran, en réponse à des attaques contre le personnel américain, a déclaré le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin.

« Les forces militaires américaines ont mené une frappe d’autodéfense sur un site dans l’est de la Syrie utilisée par le Corps des gardiens de la révolution islamique et des groupes affiliés », a précisé le chef du Pentagone dans un communiqué.

Fusillade en Cisjordanie ; 2 blessés ; les terroristes en fuite

Des policiers et des secouristes sur les lieux d'une fusillade à Bnei Brak, le 29 mars 2022. (Crédit : Magen David Adom)
Des policiers et des secouristes sur les lieux d'une fusillade à Bnei Brak, le 29 mars 2022. (Crédit : Magen David Adom)

Un couple et leur bébé ont essuyé des tirs à proximité de l’implantation de Itamar, en Cisjordanie, à bord de leur voiture. Les terroristes, également en voiture, ont pris la fuite.

Des militaires présents sur place et le personnel de Magen David Adom ont prodigué les premiers soins.

L’homme âgé de 23 ans est gravement blessé, sa femme âgée de 21 ans est dans un état modéré. Ils ont été héliportés vers un hôpital.

Leur bébé, une petite fille âgée de 5 mois n’a pas été blessée.

L’armée israélienne a bouclé des axes de circulation dans la région et lance une chasse à l’homme pour retrouver les terroristes.

Selon MDA, le couple a continué à rouler jusqu’au moshav Gitit, situé à cheval entre la Cisjordanie et la vallée du Jourdain.

Netanyahu à Biden: les accusations contre les résidents d’implantations sont « injustifiées »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, recevant le président américain Joe Biden, à Tel Aviv, le 18 octobre 2023. (Crédit : Brendan Smialowski/AFP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, recevant le président américain Joe Biden, à Tel Aviv, le 18 octobre 2023. (Crédit : Brendan Smialowski/AFP)

Après la publication par le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu d’un communiqué dans lequel il affirmait avoir dénoncé, lors d’une rencontre avec des dirigeants d’implantations, la « petite poignée d’extrémistes [juifs] » qui ont mené des attaques contre des Palestiniens en Cisjordanie, son bureau publie une deuxième communiqué de la réunion, visant manifestement à prévenir les réactions négatives des dirigeants d’implantations suite aux déclarations faites plus tôt.

« J’ai dit au Président Biden que les accusations contre le mouvement d’implantation étaient injustifiées », aurait dit Netanyahu aux résidents d’implantations, selon le deuxième extrait publié par le bureau de Netanyahu.

« Il y a une petite minorité extrémiste qui par ailleurs n’est pas issue du mouvement des implantations. Nous les condamnons et nous les traiterons avec toute la sévérité de la loi », aurait déclaré Netanyahu à Biden.

Or, toutes les personnes arrêtées à la suite d’actes de violence commis par des résidents d’implantations sont bel et bien des résidents d’implantations. Le suspect arrêté pour le meurtre d’un agriculteur palestinien le mois dernier est originaire de l’implantation de Rehelim, dans le nord de la Cisjordanie.

Ripostant à des roquettes, l’armée de l’air a frappé des sites du Hebzollah au Liban

Des avions de chasse de Tsahal frappent un certain nombre de sites du Hezbollah dans le sud du Liban en réponse aux récentes attaques de roquettes et de missiles à la frontière, le 8 novembre 2023. (Crédit : TSAHAL)
Des avions de chasse de Tsahal frappent un certain nombre de sites du Hezbollah dans le sud du Liban en réponse aux récentes attaques de roquettes et de missiles à la frontière, le 8 novembre 2023. (Crédit : TSAHAL)

L’aviation israélienne a frappé plusieurs sites du Hezbollah dans le sud du Liban en réponse à de récentes attaques de roquettes et de missiles sur la frontière.

Les sites comprenaient plusieurs postes du Hezbollah et des sites abritant des « actifs technologiques. »

Séparément, Tsahal dit avoir frappé une cellule dans le sud du Liban qui se préparait à mener une attaque près du camp de Biranit.

Lipstadt avertit d’une montée d’antisémitisme sur les réseaux sociaux chinois

L'envoyée spéciale des États-Unis pour combattre et surveiller l'antisémitisme, Deborah Lipstadt, s'exprimant lors d'une conférence sur les interdictions de l'abattage rituel qui ont été proposées et approuvées dans les pays européens, à Bruxelles, le 20 octobre 2022. (Crédit : Département d'État américain)
L'envoyée spéciale des États-Unis pour combattre et surveiller l'antisémitisme, Deborah Lipstadt, s'exprimant lors d'une conférence sur les interdictions de l'abattage rituel qui ont été proposées et approuvées dans les pays européens, à Bruxelles, le 20 octobre 2022. (Crédit : Département d'État américain)

L’envoyée américaine chargée de la lutte contre l’antisémitisme, Deborah Lipstadt, tire la sonnette d’alarme sur ce qu’elle appelle la « propagation de tropes antisémites et de théories du complot ces dernières semaines, et notamment leur recrudescence sur les plus grandes plates-formes de réseaux sociaux » en Chine

« Alors que les États-Unis soutiennent pleinement la liberté d’expression, nous déplorons et condamnons l’imagerie et la rhétorique antisémites qui prolifèrent en ligne, aux États-Unis, en [République populaire de Chine] et dans le monde entier », a tweeté Lipstadt.

À la fin du mois dernier, le Wall Street Journal a rapporté que les recherches et les mentions impliquant l’expression « antijuif » avaient grimpé en flèche sur l’application chinoise WeChat.

Des influenceurs s’identifiant comme juifs sur les réseaux sociaux chinois ont été harcelés par des foules en ligne, selon le quotidien.

Syrie: trois combattants pro-iraniens tués par des raids attribués à Israël près de Damas

Trois combattants pro-iraniens ont été tués mercredi dans des frappes aériennes israéliennes ayant visé des positions du Hezbollah libanais, allié de Damas et du groupe terroriste palestinien Hamas, a rapporté l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).

« Trois combattants pro-iraniens non syriens ont été tués lors de frappes israéliennes sur des fermes et d’autres sites appartenant au Hezbollah près d’Akraba et de Sayeda Zeinab », a indiqué Rami Abdel Rahman directeur de l’OSDH, basée au Royaume Uni et qui dispose d’un vaste réseau de sources en Syrie. Israël a également frappé des sites syriens de défense anti-aérienne dans le sud du pays, selon la même source.

La police de Detroit arrête un suspect pour le meurtre de Samantha Woll

Samantha Woll, présidente du conseil d'administration de la synagogue Isaac Agree Downtown Synagogue à Detroit, le 13 octobre 2022. (Crédit : David Guralnick/Detroit News via AP)
Samantha Woll, présidente du conseil d'administration de la synagogue Isaac Agree Downtown Synagogue à Detroit, le 13 octobre 2022. (Crédit : David Guralnick/Detroit News via AP)

La police de Détroit a arrêté un suspect pour le meurtre, le mois dernier, de Sam Woll, une figure importante de la communauté juive de la ville.

Un communiqué du chef de la police de Détroit, James White, indique « qu’un suspect a été placé en garde à vue pour le meurtre de Samantha Woll ».

White précise qu’il s’agit d’un « développement encourageant », mais que cela « ne conclut pas notre travail », et ajoute que les détails de l’enquête resteront confidentiels.

Samantha Woll a été retrouvée poignardée à l’extérieur de son domicile il y a plus de deux semaines. Malgré une flambée d’antisémitisme liée à la guerre entre Israël et le Hamas, la police a déclaré qu’il ne s’agirait pas d’un crime de haine.

Violences dans les implantations: 7 sénateurs veulent plus de pression sur Israël

Le président américain Joe Biden lève le pouce en quittant l'église catholique romaine St. Edmond à Rehoboth Beach, Delaware, le 4 novembre 2023. (Crédit : Brendan Smialowski/AFP)
Le président américain Joe Biden lève le pouce en quittant l'église catholique romaine St. Edmond à Rehoboth Beach, Delaware, le 4 novembre 2023. (Crédit : Brendan Smialowski/AFP)

Sept sénateurs démocrates ont envoyé une lettre au président américain Joe Biden pour l’exhorter à intensifier les efforts de Washington visant à contrer la recrudescence des violences commises par les habitants des implantations, affirmant que la stabilité en Cisjordanie ainsi que les intérêts plus larges de la sécurité nationale des États-Unis sont menacés par ce mouvement meurtrier.

Le groupe de défense des droits de l’homme Yesh Din a déclaré vendredi avoir recensé plus de 172 incidents de violence et de harcèlement commis par des habitants des implantations à l’encontre de Palestiniens dans au moins 84 villes et communautés palestiniennes de Cisjordanie depuis l’attaque terroriste du Hamas le 7 octobre.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a lui-même averti ce soir les habitants des implantations qu’il y aurait une tolérance zéro à l’égard des résidents d’implantations qui agissent de manière violente.

Les sénateurs qui ont écrit à Biden reconnaissent les efforts de son administration sur la question, mais disent que davantage peut être fait en raison de la menace que représente, selon eux, les violences perpétrées par les habitants des implantations.

« Nous exhortons votre administration à renforcer ses efforts diplomatiques pour prévenir de nouvelles violences », ont écrit les législateurs américains dans la lettre, préparée par le sénateur Jon Ossoff et communiquée en exclusivité au Times of Israel.

Ossoff est rejoint par les Sens. Mark Warner (D-VA), Jack Reed, président de la commission du Renseignement, John Hickenlooper, président de la commission des Forces armées, Martin Heinrich, Tim Kaine et Chris Van Hollen.

« Alors qu’Israël fait face aux atrocités des attaques du Hamas du 7 octobre et aux menaces en provenance de Gaza et du sud du Liban, il est essentiel que les politiques américaine et israélienne viennent renforcer la stabilité et la sécurité de la Cisjordanie », ont déclaré les sénateurs. « Les incidents alarmants de violence impliquant des résidents d’implantations israéliennes contre des Palestiniens constituent un risque aigu de déstabilisation qui doit être contenu afin d’éviter un conflit plus étendu dans la région. »

« Si aucune mesure supplémentaire n’est prise pour empêcher ces attaques violentes, nous craignons que les civils et les intérêts de sécurité nationale des États-Unis ne subissent de graves préjudices », précise la lettre, soulignant la probabilité de voir la colère exacerbée en Cisjordanie et dans l’ensemble du monde arabe.

Netanyahu: Nous ne tolérerons que des extrémistes des implantations « fassent la loi »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre les dirigeants des implantations le 8 novembre 2023. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre les dirigeants des implantations le 8 novembre 2023. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Lors d’une réunion avec les dirigeants des conseils locaux des implantations de Cisjordanie, le Premier ministre Benjamin Netanyahu avertit que les actes violents perpétrés par une minorité d’extrémistes pourraient conduire à une escalade dans la région.

Il y a une « poignée d’extrémistes qui ne représentent pas le groupe assis ici et qui sont en train de faire beaucoup de tort à l’État d’Israël », a déclaré Netanyahu aux dirigeants des implantations.

Selon Netanyahu, si la plupart des habitants des implantations de Cisjordanie sont des gens respectueux de la loi qui apportent beaucoup au pays, « il y a une toute petite poignée de gens (…) qui ont pris la loi entre leurs mains ».

« Nous n’allons pas le tolérer », a-t-il ajouté, « et nous nous y opposerons de toutes les manières possibles. Cela cause un énorme préjudice international à l’État d’Israël et ces individus ne sont pas représentatifs des gens qui siègent ici. »

Depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas le 7 octobre, plusieurs incidents violents commis par des implantations contre des Palestiniens en Cisjordanie ont été signalés, faisant notamment de multiples morts.

Washington: Israël aura probablement une présence « sécuritaire » à Gaza après la guerre

Le porte-parole du Conseil national de sécurité des États-Unis, John Kirby, s'exprimant lors du briefing quotidien à la Maison Blanche, à Washington, le 26 octobre 2023. (Crédit : Susan Walsh/AP Photo)
Le porte-parole du Conseil national de sécurité des États-Unis, John Kirby, s'exprimant lors du briefing quotidien à la Maison Blanche, à Washington, le 26 octobre 2023. (Crédit : Susan Walsh/AP Photo)

L’administration Biden semble se rapprocher de la position israélienne selon laquelle Tsahal devrait maintenir un certain degré de contrôle sécuritaire sur Gaza après sa guerre visant à éliminer le Hamas.

« Il me semble évident qu’une fois le conflit terminé, Israël devrait maintenir une présence à Gaza pendant un certain temps et y assumer certaines responsabilités en matière de sécurité », a déclaré John Kirby, porte-parole du Conseil national de sécurité des États-Unis, à CNN.

C’est la première reconnaissance officielle d’un responsable américain, et elle intervient deux jours après que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré qu’Israël devrait maintenir un contrôle global de la sécurité à Gaza pour une période indéfinie.

Au départ, les responsables israéliens avaient déclaré qu’ils n’avaient pas l’intention de réoccuper la bande de Gaza. Les remarques de Netanyahu ont suscité la crainte qu’il ne soit en train de suggérer une réoccupation de la bande de Gaza. Cela a entraîné une série de réactions de la part de hauts responsables américains, qui ont réaffirmé leur opposition à ce qu’Israël reprenne la bande de Gaza.

Kirby a déclaré à CNN que les États-Unis estimaient qu’une réoccupation de la bande de Gaza par Israël serait une « erreur ».

« Mais il est encore trop tôt pour dire combien de temps, où, à quelle échelle et dans quelle mesure [cette présence aura lieu] », a déclaré Kirby.

Ce dernier a précisé que les États-Unis mettaient l’accent sur l’élaboration d’une structure de gouvernance à long terme pour Gaza à la fin du conflit actuel, mais il a ajouté qu’à ce jour, il y avait peu de chances qu’un plan viable soit mis en place.

« Je pense que nous avons beaucoup de questions et peu de réponses », a-t-il déclaré. « Nous savons ce que nous ne voulons pas voir à Gaza après le conflit, nous ne voulons pas voir le Hamas au pouvoir et nous ne voulons pas voir une réoccupation par Israël. »

Braun-Pivet et Larcher annoncent qu’ils « ne défileront pas à côté » du RN

Les présidents du Sénat Gérard Larcher et de l’Assemblée Yaël Braun-Pivet ont annoncé mercredi qu’ils « ne défileront pas à côté du Rassemblement national » mais seront « en tête du cortège » dimanche lors de la marche qu’ils ont initiée contre l’antisémitisme.

« Le président Larcher et moi nous défilerons en tête de ce cortège, nous ne défilerons pas à côté du Rassemblement national », a déclaré Mme Braun-Pivet sur TF1. « Ce n’est pas un rassemblement politique, ce n’est pas un meeting », a insisté la présidente de l’Assemblée, appelant à ne « pas salir le message » de cette marche « avec des polémiques stériles ».

Le Mossad confirme avoir aidé à déjouer un attentat du Hezbollah au Brésil

Un communiqué de l’agence d’espionnage Mossad indique qu’elle a participé à une opération au Brésil avec les forces de sécurité locales pour déjouer un projet d’attentat terroriste par des agents du Hezbollah contre des cibles juives et israéliennes.

Le Mossad remercie les autorités brésiliennes d’avoir arrêté une cellule du Hezbollah qui préparait un attentat et était financée par l’Iran.

Le Hezbollah travaille dans le monde entier avec le soutien de l’Iran pour mener des attaques contre des cibles israéliennes, juives et occidentales, ajoute le Mossad, notant qu’il s’efforce de contrecarrer toutes ces tentatives « partout où c’est nécessaire ».

Netanyahu rejette les « rumeurs vaines » concernant l’imminence d’une libération d’otages

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprimant lors d'une conférence de presse, au ministère de la Défense, à Tel Aviv, le 28 octobre 2023. (Crédit : Dana Kopel/POOL)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprimant lors d'une conférence de presse, au ministère de la Défense, à Tel Aviv, le 28 octobre 2023. (Crédit : Dana Kopel/POOL)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu réaffirme la position israélienne selon laquelle il n’y aura pas de pause humanitaire dans les combats à Gaza sans la libération des otages.

« Je veux mettre de côté toutes sortes de rumeurs vaines que nous entendons de toutes parts, et répéter une chose claire : il n’y aura pas de cessez-le-feu sans la libération de nos otages ».

Netanyahu semble rejeter de multiples informations émanant du Qatar, de l’Égypte et du Hamas lui-même, selon lesquelles un accord est imminent pour la libération de 10 à 15 otages israéliens en échange d’une pause de plusieurs jours dans les combats.

Les commentaires du Premier ministre n’indiquent pas clairement si la libération d’un nombre significatif d’otages serait suffisante pour qu’une pause ait lieu.

Tsahal intercepte un appel dans lequel un membre du Hamas dit pouvoir « sortir avec n’importe quelle ambulance »

Des ambulances à l'entrée du service des urgences de l'hôpital Al-Shifa dans la ville de Gaza, le 15 octobre 2023. (Crédit : Dawood NEMER / AFP)
Des ambulances à l'entrée du service des urgences de l'hôpital Al-Shifa dans la ville de Gaza, le 15 octobre 2023. (Crédit : Dawood NEMER / AFP)

L’armée israélienne publie l’enregistrement d’un appel téléphonique qui constituerait une preuve supplémentaire de l’utilisation d’ambulances par le Hamas à des fins terroristes.

Dans cet appel, on peut entendre un homme, vraisemblablement membre du Hamas parler à un habitant de Gaza et lui dire qu’il « peut partir avec l’ambulance qu’il veut ».

On ignore dans quel contexte cet appel a eu lieu.

https://x.com/cogatonline/status/1722314028402225325

Le Shin Bet publie également des citations tirées de l’interrogatoire de plusieurs membres du Hamas qui ont participé à l’assaut du 7 octobre et ont été capturés.

« Al-Qassam possède ses propres ambulances, dont certaines sont situées sur la base militaire. L’apparence de ces ambulances est similaire à celle des ambulances civiles afin qu’elles n’éveillent pas les soupçons et qu’elles ne soient pas bombardées par Israël », explique un terroriste du Hamas.

Un autre terroriste du Hamas affirme que « pendant les combats, les ambulances sont utilisées, entre autres, pour évacuer les combattants, les commandants et les agents. Elles servent également à transporter de la nourriture, des marchandises et des armes, car c’est le moyen le plus sûr de les transporter ».

Brésil: Arrestation d’agents du Hezbollah qui auraient planifié des attentats anti-Juifs

SAO PAULO, Brésil – La police fédérale brésilienne a lancé une opération visant à perturber ce qu’elle estime être les premières étapes d’un complot terroriste sur le territoire national.

Les enquêteurs fédéraux affirment avoir découvert un projet qui impliquerait le recrutement de citoyens brésiliens par le Hezbollah pour orchestrer des attaques contre la communauté juive brésilienne.

Les cibles visées seraient notamment des synagogues.

Cette opération antiterroriste a déjà conduit à l’arrestation de deux individus à Sao Paulo, l’État le plus peuplé du Brésil, qui abrite la plus grande communauté juive locale. L’un d’eux a été appréhendé à l’aéroport international Guarulhos de Sao Paulo alors qu’il venait d’arriver du Liban.

Daniel Bialski, vice-président du Conib, la principale organisation juive du Brésil, fait part de sa profonde inquiétude face à cette menace, mais se dit rassuré par le fait que la police fédérale prenne des mesures préventives.

Tsahal déclare que la sirène à la frontière libanaise était une fausse alerte

Dans un communiqué, l’armée israélienne affirme qu’aucun avion hostile n’a pénétré dans l’espace aérien israélien depuis le Liban, après que les sirènes ont retenti dans les communautés de Baram, Avivim et Yir’on.

Dans une autre déclaration apparemment non coordonnée, le commandement du front intérieur de Tsahal affirme qu’un « avion hostile » a été intercepté et que le feu vert a été donné aux résidents pour quitter les abris.

L’alarme pour infiltration de drones retentit dans les communautés de Haute Galilée

De la fumée s'élève après que des roquettes ont été tirées du Liban vers le nord d'Israël, le 22 octobre 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)
De la fumée s'élève après que des roquettes ont été tirées du Liban vers le nord d'Israël, le 22 octobre 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)

L’alarme signalant une infiltration présumée de drones retentit dans un certain nombre de communautés de Haute Galilée, près de la frontière libanaise.

L’alerte « avion non reconnu » retentit à Baram, Avivim et Yir’on.

Tsahal ne fournit pas immédiatement d’autres détails.

Tsahal dit avoir détruit un tunnel du Hamas à proximité d’une école de l’UNRWA à Gaza

Des fillettes palestiniennes posent pour une photo de groupe dans une école appartenant à l'UNRWA à Gaza City durant une visite du commissaire général de l'agence d'aide aux réfugiés palestiniens (Crédit : AFP PHOTO / MAHMUD HAMS)
Des fillettes palestiniennes posent pour une photo de groupe dans une école appartenant à l'UNRWA à Gaza City durant une visite du commissaire général de l'agence d'aide aux réfugiés palestiniens (Crédit : AFP PHOTO / MAHMUD HAMS)

L’armée israélienne affirme avoir localisé et détruit un tunnel du Hamas adjacent à une école de l’UNRWA dans le nord de la bande de Gaza.

Les troupes de la 551e brigade et du génie de combat d’élite Yahalom ont trouvé l’entrée du tunnel dans la zone de Beit Hanoun, et l’ont ensuite démoli.

Depuis des années, Israël accuse le Hamas d’utiliser les terrains des écoles de l’UNRWA pour des activités terroristes, notamment des tunnels.

Antisémitisme: l’Eglise « représentée » à la marche de dimanche mais ne donne pas de consignes

L’Eglise catholique sera représentée à la marche contre l’antisémitisme prévue dimanche, sans toutefois donner de consigne aux fidèles sur leur participation, a expliqué mercredi le président de la Conférence des évêques de France (CEF) Eric de Moulins-Beaufort.

« La Conférence des évêques sera représentée, au moins par le directeur du service des relations avec le judaïsme », a-t-il affirmé lors d’une conférence de presse à l’issue de l’assemblée plénière de la CEF à Lourdes.

Mais « chaque citoyen est capable de se déterminer tout seul, je suis toujours assez réticent à donner des consignes politiques comme si les citoyens étaient des mineurs », a-t-il ajouté.

Soulignant l' »appel très fort pour que chacun résiste à l’antisémitisme ou aux propos ou attitudes antimusulmanes » lancé par les évêques à Lourdes, il a affirmé que « les catholiques sont armés pour se déterminer par eux-mêmes sur le mode d’actions qu’ils veulent avoir pour que la société résiste à ces extrêmes ».

« Nous apportons une contribution très forte pour guérir notre société de l’antisémitisme et cela me paraît plus décisif que d’appeler à participer à une manifestation », a-t-il ajouté.

L’armée affirme que toute sa 252e division de réserve opère à l’intérieur de Gaza

Les troupes de la 252e division de réserve dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 8 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Les troupes de la 252e division de réserve dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 8 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne a publié de nouvelles informations sur les opérations de la 252e division de réserve dans la bande de Gaza, menées dans le cadre de l’offensive terrestre israélienne.

Alors que la 252e division combat à Gaza, c’est la première fois depuis la première guerre du Liban de 1982 qu’une division entière de réserve de Tsahal manœuvre en territoire ennemi.

L’armée israélienne a affirmé que, ces derniers jours, la division avait capturé la région de Beit Hanoun, dans le nord de Gaza, tout en s’engageant dans des combats avec des terroristes du Hamas et en démolissant les infrastructures du groupe terroriste, notamment les tunnels. Elle indique que, depuis le début des combats, la 252e Division avait tué des centaines de membres du Hamas, y compris des membres de haut rang, à Beit Hanoun et Jabaliya.

Les forces de la division ont également détruit des complexes du Hamas, des positions de lancement et des réseaux de tunnels, parmi quelque 300 cibles qui ont été touchées la semaine dernière, selon Tsahal.

Le commandant de la division, le général de brigade Moran Omer, a affirmé qu’il s’agissait d’un « moment déterminant » pour la 252e division et l’armée de réserve de Tsahal.

« Nous nous y préparons depuis des années, il est désormais de notre devoir de restaurer la paix et la sécurité de nos citoyens », a-t-il dit. « Nos réservistes et leurs proches sont l’expression de notre unité, de notre volonté de défendre notre peuple… et de notre volonté d’obtenir un seul résultat : vaincre l’ennemi à chaque rencontre, jusqu’à la victoire. »

La Cour suprême se prononce contre l’organisation d’une manifestation contre la guerre

Des manifestants pro-palestiniens à New York, le 8 octobre 2023. (Crédit : Luke Tress/Times of Israel)
Des manifestants pro-palestiniens à New York, le 8 octobre 2023. (Crédit : Luke Tress/Times of Israel)

La Haute Cour de justice israélienne a rejeté une requête demandant d’approuver une manifestation contre la guerre dans les villes arabo-israéliennes d’Um al-Fahm et de Sakhnin, se rangeant du côté de la police, selon laquelle un tel événement détournerait des forces essentielles alors que le pays fait face à des défis sécuritaires intenses.

Le parti politique Hadash et de hauts responsables du Parti communiste avaient déposé une requête auprès de la Haute Cour pour permettre que de telles manifestations aient lieu malgré la vive opposition de la police, et notamment du commissaire de police Kobi Shabbtai.

Dans une décision unanime, les juges Isaac Amit, Yael Wilner et Ruth Ronen ont rappelé que le pays était confronté à une guerre sans précédent, face au Hamas au sud et au Hezbollah au nord, et au cours de laquelle le front intérieur a subi des tirs massifs de roquettes et d’autres attaques.

Les juges ont accepté l’argument de la police selon lequel, en raison de ces menaces à la sécurité et du lourd fardeau qui pèse actuellement sur la police, elle ne pouvait pas actuellement consacrer d’effectifs à la protection de l’ordre public et à la sécurité lors d’une grande manifestation politique.

« De nombreux policiers seraient détournés à cette fin au détriment des missions d’urgence qui sauvent des vies », a écrit Amit dans son avis. Il a cependant ajouté que « les portes des protestations, des manifestations et des cortèges sont ouvertes également en temps de guerre » et que la décision concernait la demande spécifique formulée par les pétitionnaires.

Amit a écrit que la police devait ainsi continuer à évaluer chaque demande de manifestation selon ses propres appréciations et en fonction des circonstances du moment.

L’armée nomme un autre soldat tué lors de l’opération terrestre à Gaza

Le sergent d'état-major Noam Yosef Abou. (Autorisation)
Le sergent d'état-major Noam Yosef Abou. (Autorisation)

L’armée israélienne a annoncé la mort du sergent d’état-major Noam Yosef Abou, du 931e bataillon de la brigade Nahal. Il a été tué aujourd’hui en combattant les terroristes du Hamas dans le nord de la bande de Gaza.

Abou, 20 ans, était originaire de Dimona, une ville du sud du pays.

Sa mort porte à 33 le nombre de soldats tués dans l’offensive terrestre israélienne à Gaza, pour un total de 351 depuis le 7 octobre.

Par ailleurs, deux autres soldats du 7107e bataillon du Corps du génie de combat, un soldat du 198e bataillon de la 460e brigade et un soldat du 196e bataillon de la 460e brigade ont été grièvement blessés aujourd’hui lors de batailles distinctes à Gaza.

Le Premier ministre néerlandais de retour en Israël après des réunions à Doha

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) rencontre le Premier ministre néerlandais Mark Rutte dans son bureau à Jérusalem, le 23 octobre 2023. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) rencontre le Premier ministre néerlandais Mark Rutte dans son bureau à Jérusalem, le 23 octobre 2023. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte est en route pour Israël afin de rencontrer le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour la deuxième fois depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas.

Les Pays-Bas ont également annoncé leur intention d’envoyer un navire de la marine rempli de biens humanitaires à Gaza « lorsque cela sera possible ». Le navire de patrouille côtière MS Holland pourrait partir à la mi-novembre et arriver à proximité de Chypre d’ici la fin du mois.

Chypre cherche du soutien afin de mettre en place un corridor maritime afin d’acheminer de l’aide à Gaza depuis l’île de la Méditerranée orientale.

Plus tôt dans la journée, Rutte s’est entretenu avec les dirigeants qataris à Doha.

Rutte a écrit sur X qu’il « avait parlé des otages détenus par l’organisation terroriste du Hamas depuis des semaines » lors de ses réunions au Qatar, pays qui joue un rôle majeur dans ces négociations.

« Ils doivent être libérés le plus rapidement possible et retrouver leurs proches », a ajouté Rutte. « Les Pays-Bas sont très reconnaissants envers le Qatar pour les efforts qu’il a déployés pour rendre cela possible. »

Benny Gantz : Pas de « limite » dans le temps pour les opérations terrestres à Gaza

Le ministre Benny Gantz s'exprimant lors d'une conférence de presse sur la guerre contre le Hamas, le groupe terroriste au pouvoir à Gaza, le 28 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran YouTube ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)
Le ministre Benny Gantz s'exprimant lors d'une conférence de presse sur la guerre contre le Hamas, le groupe terroriste au pouvoir à Gaza, le 28 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran YouTube ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)

Le ministre Benny Gantz a déclaré aux journalistes ce mercredi qu’Israël n’avait pas fixé de limite dans le temps pour son opération terrestre actuelle à Gaza visant à éliminer le Hamas.

« Sur la question de la durée de l’opération, il n’y a aucune limite », a déclaré Gantz, qui a rencontré des journalistes à Tel Aviv plus tôt dans la journée.

L’ancien ministre de la Défense et ancien chef de Tsahal, actuellement membre du cabinet de guerre restreint, a affirmé que la guerre actuelle était une guerre existentielle, à la fois en termes de sécurité israélienne et de préservation des valeurs sionistes et démocratiques de l’État.

« La guerre ici est menée pour notre existence et pour le sionisme, et je ne peux donc pas donner une estimation de la durée de chaque étape de la guerre et des combats qui s’ensuivront ensuite. Nous ne pouvons pas reculer devant notre objectif stratégique », a déclaré Gantz, ajoutant que le Hamas menaçait « les concepts sionistes et démocratiques ».

Meir Mouyal, 55 ans, civil tué dans l’attaque du Hezbollah contre Kiryat Shmona

Meir Mouyal. (Autorisation)
Meir Mouyal. (Autorisation)

Le civil tué plus tôt cette semaine à Kiryat Shmona par un missile antichar tiré par le Hezbollah au Liban s’appelait Meir Mouyal, âgé de 55 ans.

Mouyal, un habitant de Kiryat Shmona, travaillait « pour le compte de l’État et de Tsahal », a indiqué la municipalité, sans donner plus de précisions.

Il devrait être enterré lors d’une cérémonie réservée à la famille afin de respecter les règlements du Commandement du Front intérieur.

Antisémitisme: la marche de dimanche « pas de nature à rassembler », selon le CFCM

Mohammed Moussaoui (L), président du Conseil français du culte musulman (CFCM) signe une "charte de principes" aux côtés du président français Emmanuel Macron, le 18 janvier 2021 au palais de l'Elysée à Paris. (Crédit : Ludovic Marin/Pool/AFP)
Mohammed Moussaoui (L), président du Conseil français du culte musulman (CFCM) signe une "charte de principes" aux côtés du président français Emmanuel Macron, le 18 janvier 2021 au palais de l'Elysée à Paris. (Crédit : Ludovic Marin/Pool/AFP)

La marche contre la recrudescence des actes antisémites prévue dimanche à l’appel des présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat « n’est malheureusement pas de nature à rassembler », estime mercredi le Conseil français du culte musulman, qui laisse donc « à ses concitoyens la libre appréciation » à y participer.

« Cette marche qui a comme objectif exclusif de dénoncer l’antisémitisme sans un mot sur l’islamophobie n’est malheureusement pas de nature à rassembler. Elle peut en outre être interprétée par les islamophobes comme un signe d’impunité », écrit le CFCM dans un communiqué.

Cette organisation « a toujours lutté et continuera de lutter contre l’antisémitisme » car « ce dernier est un poison et une déchéance de l’esprit qu’il faut combattre sans relâche ». Mais « il doit en être de même pour toutes les autres formes de haine et de racisme qui sévissent actuellement, notamment à l’encontre des citoyens de confession musulmane ».

Le CFCM « partage » la « souffrance » et l' »angoisse » des « otages innocents détenus à Gaza » mais « il est insoutenable de ne pas appeler en même temps à l’arrêt des bombardements aveugles, qui non seulement font des milliers de victimes dont une majorité d’enfants et de femmes, mais mettent aussi en danger la vie des otages ».

Il « rappelle aussi que lors de la marche contre l’islamophobie du 19 novembre 2019, des responsables politiques et de cultes avaient refusé de défiler contre l’islamophobie au prétexte que figureraient dans le cortège des ‘islamistes' ». Il « comprend donc la réticence des Français de confession musulmane à défiler aujourd’hui aux côtés de racistes anti musulmans déclarés et assumés », ajoute-t-il.

130 entrées de tunnel du Hamas découverts et détruits par Tsahal à Gaza

Des soldats de Tsahal à Gaza exposant l'entrée d'un tunnel du Hamas, novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/Tsahal)
Des soldats de Tsahal à Gaza exposant l'entrée d'un tunnel du Hamas, novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/Tsahal)

L’armée israélienne indique que les troupes ont découvert et détruit quelque 130 puits menant à des tunnels dans la bande de Gaza depuis le début de l’opération terrestre le mois dernier.

Les troupes du génie de combat sont chargées de dégager des routes pour permettre aux forces terrestres de manœuvrer, de localiser et de détruire les installations du Hamas, notamment les tunnels et les lance-roquettes.

Tsahal a déclaré que les troupes de la 460e brigade et les forces du génie ont trouvé un bon nombre d’entrées de tunnels à proximité d’une structure comportant des batteries de voitures, qui seraient reliées au système de filtration d’air du tunnel.

Les forces de la brigade d’infanterie du Nahal ont en outre capturé un camp d’entraînement du Hamas dans le nord de la bande de Gaza.

Tsahal affirme que les troupes ont trouvé un lieu de rassemblement dans le camp, où les agents du Hamas avaient préparé des armes et de la nourriture en vue d’une attaque. Dans le camp, plusieurs entrées de tunnels ont également été trouvées.

Tous les tunnels ont été détruits, précise Tsahal.

Kiev souligne les liens entre la Russie et le Hamas ; des dizaines d’Ukrainiens quittent Gaza

« La Russie se range du côté du Hamas », a souligné l’ambassade d’Ukraine en Israël dans une publication sur Facebook.

« C’est incontestable », a écrit l’ambassade, « ils accueillent les dirigeants du Hamas. Ils n’ont pas condamné le terrible massacre du 7 octobre. Ils font des déclarations contre Israël ».

L’ambassade a également rappelé la tentative de lynchage de Juifs au Daghestan la semaine dernière.

« Israël est confronté au terrorisme et l’Ukraine est confrontée au terrorisme. Le terrorisme est le terrorisme, peu importe où et contre qui – nous ne pouvons pas permettre qu’il se développe ! » poursuit la publication.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a publié sur X que 43 ressortissants ukrainiens avaient pu quitter la bande de Gaza. Il a ajouté que les diplomates ukrainiens avaient également aidé 36 citoyens moldaves à se mettre à l’abri en Égypte.

« Nos ambassades en Israël et en Égypte, ainsi que d’autres organismes compétents, travaillent d’arrache-pied pour permettre à un plus grand nombre de nos concitoyens de quitter la bande de Gaza », déclare-t-il.

Une école pour les déplacés du Sud ouvre ses portes près des hôtels de la mer Morte

Le ministre de l'Éducation Yoav Kisch, à droite, serre la main d'Amichai Has, directeur de l'éducation du Conseil régional d'Eshkol, lors de l'ouverture d'une nouvelle école pour les évacués de la région de Gaza près de la Mer Morte, le 8 novembre 2023. (Crédit : Bureau du porte-parole du ministère de l'Éducation)
Le ministre de l'Éducation Yoav Kisch, à droite, serre la main d'Amichai Has, directeur de l'éducation du Conseil régional d'Eshkol, lors de l'ouverture d'une nouvelle école pour les évacués de la région de Gaza près de la Mer Morte, le 8 novembre 2023. (Crédit : Bureau du porte-parole du ministère de l'Éducation)

Le ministère de l’Éducation a inauguré la première de plusieurs nouvelles écoles destinées à accueillir la population des enfants évacués.

L’école, dont le nom sera déterminé ultérieurement par les élèves et le personnel, est située dans le Conseil régional de Tamar, au bord de la mer Morte.

« Le nouveau complexe scolaire, prévu pour 400 élèves, comprend 15 nouvelles salles de classe : six sont destinées aux élèves de la première à la sixième année, et neuf sont destinées aux élèves de la septième à la douzième année », explique le ministère dans un communiqué. Il précise que l’école est située à proximité du complexe d’hôtels où les résidents du conseil régional d’Eshkol ont été évacués.

Au moins deux autres écoles devraient ouvrir prochainement, dans le désert du Neguev et à Eilat.

Depuis le début de la guerre, le 7 octobre, toutes ces régions ont connu un afflux massif de personnes évacuées de la région frontalière de Gaza, contraintes de quitter leurs maisons.

La ville d’Eilat, en particulier, a vu sa population doubler.

Macron : « s’en prendre à un juif », « c’est toujours chercher à atteindre la République »

Le président français Emmanuel Macron à Jérusalem, le 24 octobre 2023. (Crédit : Christophe Ena/AFP)
Le président français Emmanuel Macron à Jérusalem, le 24 octobre 2023. (Crédit : Christophe Ena/AFP)

Emmanuel Macron a mis en garde mercredi ceux qui « prétendent soutenir nos compatriotes de confession juive en confondant le rejet des musulmans et le soutien des juifs », dans une allusion claire à l’extrême droite.

« S’en prendre à un juif », « c’est toujours chercher à atteindre la République », a aussi dit le chef de l’Etat dans un discours devant le Grand Orient de France, principale obédience française de francs-maçons.

Le Hamas accuse l’ONU de « collusion » avec Israël dans le « déplacement forcé » de civils

Des Palestiniens fuient Gaza City en direction du sud de la bande, le 7 novembre 2023. (Crédit : AP Photo/Abed Khaled)
Des Palestiniens fuient Gaza City en direction du sud de la bande, le 7 novembre 2023. (Crédit : AP Photo/Abed Khaled)

Le Hamas accusé l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) de « collusion » avec Israël dans le « déplacement forcé » de la population du nord de la bande de Gaza vers le sud.

« L’UNRWA et ses responsables portent la responsabilité de cette catastrophe humanitaire » car ils se sont « pliés dès le premier instant aux diktats de l’occupation, quittant leurs positions et renonçant à leur responsabilité envers des centaines de milliers d’habitants » du nord de Gaza, a affirmé dans un communiqué le chef du service de presse du gouvernement du Hamas, Salameh Maarouf, dénonçant « une collusion claire » de l’agence onusienne avec « l’occupation (Israël, NDLR) et ses plans de déplacement forcé ».

Depuis des semaines, Israël exhorte les habitants de la partie nord de la bande de Gaza à se diriger vers le sud, en prévision de son opération terrestre désormais intense. Ces derniers jours, Tsahal a sécurisé des couloirs humanitaires pour permettre aux habitants de se diriger vers le sud en toute sécurité, ce qui a exaspéré le Hamas.

Eli Cohen au Parlement européen: la guerre contre le Hamas est « la guerre du monde libre »

Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen lors d'une interview au ministère des Affaires étrangères, à Jérusalem, le 12 juin 2023. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)
Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen lors d'une interview au ministère des Affaires étrangères, à Jérusalem, le 12 juin 2023. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

La guerre menée par Israël pour éliminer le Hamas à Gaza est « la guerre du monde libre », a déclaré le ministre israélien des affaires étrangères, Eli Cohen, aux législateurs de l’UE à Bruxelles.

M. Cohen ajoute qu’Israël a été attaqué non seulement par le Hamas, mais aussi par d’autres groupes terroristes de la région soutenus par l’Iran, qu’il qualifie de « premier bailleur de fonds de la terreur dans le monde ».

Le Qatar négocie une libération d’otages en échange d’un cessez-le-feu à Gaza

Le Qatar négocie la libération d’une dizaine d’otages détenus par le Hamas dans la bande de Gaza en échange d’un cessez-le-feu dans ce territoire aux mains du groupe terroriste palestinien, a affirmé mercredi à l’AFP une source proche des discussions.

Le pays du Golfe mène une médiation « en coordination avec les Etats-Unis (…) pour obtenir la libération de 10 à 15 otages en échange d’un cessez-le-feu d’un à deux jours », a indiqué cette source sous couvert d’anonymat.

Deux soldats blessés dans une attaque antichar en provenance du Liban

L’armée israélienne a déclaré que deux soldats ont été blessés par un missile antichar tiré depuis le Liban sur des troupes dans la région de la communauté de Dovev, au nord du pays.

Les deux soldats ont été emmenés à l’hôpital pour des soins supplémentaires et sont en bonne condition.

Tsahal indique que deux autres roquettes ont également été tirées sur les zones de Shtula et de Yiftah, à la frontière.

Les troupes répondent par des tirs d’artillerie sur les sources de ces tirs.

Par ailleurs, Tsahal a frappé un certain nombre de positions de lancement antichars dans le sud du Liban.

Le Hezbollah a mené des dizaines d’attaques de missiles et de roquettes contre le nord d’Israël au cours des dernières semaines.

Le gouvernement dépense des milliards pour la guerre et les efforts de redressement

Le déficit budgétaire d’Israël s’est creusé à 2,6 % du PIB, soit 22,9 milliards de shekels, en octobre par rapport aux 12 mois précédents, contre 1,5 % le mois précédent, en raison de l’augmentation des dépenses publiques due à la guerre en cours avec le groupe terroriste palestinien du Hamas et de la baisse des recettes fiscales, selon les chiffres préliminaires publiés par le ministère des Finances.

Le ministère des Finances indique que ce déficit « anormal » est dû à une augmentation « significative » des dépenses du gouvernement depuis le déclenchement de la guerre le 7 octobre, y compris l’avancement des paiements aux fournisseurs et aux autorités locales.

Les dépenses publiques ont atteint 54,9 milliards de shekels en octobre, contre 41,9 milliards de shekels au cours du même mois de l’année dernière.

Les chiffres d’octobre montrent que les recettes de l’État se sont élevées à 32 milliards de shekels, contre 36 milliards de shekels en septembre, soit une baisse de 11 % d’un mois sur l’autre, due en partie à l’octroi de reports d’impôts et en partie aux dommages subis par l’économie pendant la période de guerre. En octobre, les recettes fiscales ont chuté de 15,2 % en glissement annuel.

Même avant le déclenchement de la guerre, le déficit d’Israël avait dépassé l’objectif budgétaire du gouvernement pour cette année, qui était d’environ 1,1 %, en raison de l’augmentation des dépenses publiques et de la baisse des recettes.

En 2022, le gouvernement avait affiché le premier excédent budgétaire en 35 ans, soit 0,6 % du PIB, les recettes de l’État ayant augmenté de 4,8 % pour atteindre 468,5 milliards de shekels, bénéficiant d’une augmentation exceptionnellement élevée de la collecte des recettes fiscales.

Une vidéo de Tsahal montre des frappes sur un groupe antichar du Hamas

L’armée israélienne affirme avoir frappé une position de lancement de missiles antichars du groupe terroriste palestinien du Hamas dans la bande de Gaza, tuant dans une seconde frappe les terroristes qui tentaient de s’enfuir.

Les troupes de la 7e Brigade blindée ont identifié un certain nombre de membres du Hamas à la position, qui, selon Tsahal, est liée à un dépôt d’armes par un tunnel.

Les troupes ont fait appel à une frappe aérienne sur le site. Certains des terroristes qui ont réussi à s’échapper sur le toit du bâtiment ont été touchées lors d’une seconde frappe aérienne, selon Tsahal.

« Il n’y a nulle part où fuir », déclare un commandant de la 7e brigade dans une déclaration vidéo. « Tout terroriste qui rencontre la brigade sera éliminé, et tout terroriste qui tente de s’échapper échouera. »

En outre, Tsahal dit avoir frappé une escouade de lanceurs de mortiers dans la bande de Gaza peu après qu’elle a tiré des projectiles sur Israël.

Tsahal prolonge d’une heure l’ouverture du corridor de Gaza, alors que les populations fuient vers le sud

Tsahal prolonge d’une heure l’ouverture d’un couloir permettant aux habitants de Gaza vivant dans le nord de l’enclave de se diriger vers le sud, en raison de la demande croissante.

Le corridor devait fermer à 14 heures, mais il restera ouvert jusqu’à 15 heures, a déclaré le porte-parole Avichay Adraee dans un tweet en langue arabe.

Il explique que cette décision est « en réaction à la réponse importante [des habitants de Gaza] » à l’appel lancé par Israël pour qu’ils utilisent le corridor afin de fuir le nord, où les combats sont les plus intenses ».

Marche contre l’antisémitisme à Paris: EELV demande l’exclusion de l’extrême droite

Les Ecologistes ont annoncé mercredi qu’ils participeraient à la marche contre l’antisémitisme dimanche, mais ont exhorté Yaël Braun-Pivet et Gérard Larcher, à l’initiative de l’événement, à en exclure les partis d’extrême droite.

« Les Ecologistes ont toujours été présents aux marche contre l’antisémitisme et le dimanche 12 novembre n’y fera pas exception », assurent-ils dans un communiqué, mais « la simple annonce par le Rassemblement national de sa présence suscite un rejet compréhensible ».

Les Ecologistes « exhortent » Yaël Braun-Pivet et Gérard Larcher à « dire publiquement que Reconquête! (le parti d’Eric Zemmour, NDLR) et le RN n’y sont pas les bienvenus », jugeant que les deux partis d’extrême droite « font du 12 novembre une étape supplémentaire de leur stratégie de dédiabolisation ».

« Cette instrumentalisation participe malheureusement à faire passer au second plan l’objet initial de la manifestation, ce qui est dramatique », ajoute le parti.

« Que les organisateurs de cette marche ne soient pas capables de garantir la cohérence d’une telle initiative nous est insupportable », poursuit le parti dirigé par Marine Tondelier, qui estime du « devoir » des présidents de l’Assemblée et du Sénat « d’affirmer très clairement que leur présence n’est pas souhaité ».

« Ne pas le faire serait une faute historique majeure dont ils auraient pleinement la responsabilité », insistent Les Ecologistes, disant travailler avec le PS et le PCF pour que leurs militants puissent « participer à cette initiative indispensable, sans qu’en aucun cas leur présence puissent être interprétée comme une quelconque acceptation de la présence du RN et de Reconquête! ».

Cleverly : Une direction palestinienne pacifique à Gaza, la meilleure issue possible

Au Japon, le ministre britannique des Affaires étrangères, James Cleverly, a déclaré « qu’à court terme, il est inévitable qu’Israël (…) doive assumer une responsabilité en matière de sécurité » à Gaza.

Ces commentaires font écho à une déclaration du Premier ministre Benjamin Netanyahu selon laquelle Israël devra avoir « une responsabilité globale en matière de sécurité » à Gaza pour une « période indéterminée », commentaire qui a fait l’objet d’un rapport de la Commission européenne.

Cleverly affirme cependant que « dès que possible, une évolution vers un leadership palestinien pacifique est le résultat le plus souhaitable ».

Menaces envers l’humoriste Guillaume Meurice: prochaine émission sans public

La prochaine émission où doit intervenir l’humoriste Guillaume Meurice, dimanche sur France Inter, sera enregistrée sans public en raison des menaces de mort qu’il a reçues après des propos polémiques sur le Premier ministre israélien, a indiqué le groupe public mercredi.

« Face aux menaces proférées à l’encontre d’un des humoristes, l’émission ne se tiendra exceptionnellement pas en public ce dimanche 12 novembre pour la sécurité des équipes du Grand dimanche soir », l’émission de Charline Vanhoenacker, est-il expliqué sur le site de Radio France. L’émission est habituellement filmée depuis la Maison de la Radio, et diffusée en direct.

Malgré les menaces de mort il n’y a pas de changement concernant l’organisation de la tournée de l’humoriste en France avec son spectacle « Meurice 2027 », a précisé sa société de production à l’AFP.

Le Hamas dit au NYT qu’il espère une guerre « permanente » et ne se soucie pas de la gestion de Gaza

Dans des interviews accordées au New York Times, les hauts responsables du Hamas déclarent que leur objectif avec les attaques du 7 octobre était de « changer toute l’équation » et de renouveler l’attention sur la cause palestinienne, selon les termes de Khalil al-Hayya, membre du politburo du groupe terroriste au Qatar.

« Ce qui pouvait changer l’équation, c’était un grand acte et, sans aucun doute, on savait que la réaction à ce grand acte serait importante », explique-t-il.

« Nous devions dire aux gens que la cause palestinienne ne mourrait pas. »

Al-Hayya et d’autres membres du Hamas cités rejettent l’idée qu’ils veulent gouverner Gaza, exprimant plutôt leur soutien à un conflit sans fin.

« J’espère que l’état de guerre avec Israël deviendra permanent sur toutes les frontières et que le monde arabe sera à nos côtés », a déclaré Taher El-Nounou, conseiller médiatique du Hamas, au journal.

« L’objectif du Hamas n’est pas de gérer Gaza et de lui fournir de l’eau, de l’électricité, etc.

« Cette bataille n’a pas eu lieu parce que nous voulions du carburant ou des travailleurs », ajoute-t-il. « Elle ne visait pas à améliorer la situation à Gaza. Cette bataille vise à renverser complètement la situation. »

Des milliers de Gazaouis empruntent le corridor en direction du sud – Tsahal

L’armée israélienne affirme que des milliers de Palestiniens évacuent le nord de la bande de Gaza en empruntant un couloir humanitaire sur la route de Salah a-Din.

Tsahal publie des images vidéo montrant le mouvement des civils vers le sud. Certains munissent des drapeaux blancs et tiennent leurs mains en l’air.

Le volume de la foule semble correspondre à celle observée hier, lorsqu’environ 15 000 personnes se sont déplacées vers le sud, selon l’ONU.

Le corridor restera ouvert jusqu’à 14h.

La Knesset adopte la loi interdisant le visionnage de contenus terroristes

La loi interdisant le visionnage systématique de contenus terroristes a été adoptée par la Knesset.

La législation interdit aux individus de consulter du contenu terroriste, si la manière dont le contenu est visionné suggère que l’individu s’identifie aux organisations terroristes mentionnées dans la législation, à savoir le Hamas et l’État islamique.

Toute personne reconnue coupable de cette infraction sera passible d’une peine d’emprisonnement d’un an.

La loi stipule qu’elle ne s’applique pas à une personne qui regarde de tels contenus « au hasard, de bonne foi ou pour un motif légitime, notamment pour fournir des informations au public, prévenir des attaques terroristes ou à des fins de recherche », des conditions qui ont apaisé les inquiétudes des groupes de défense des droits civils qui estimaient que le texte était trop vaste.

La loi a été adoptée en tant que mesure temporaire valable pour deux ans, mais elle pourra être prorogée par la Knesset à la fin de cette période.

La loi est conçue pour prévenir le phénomène du terrorisme des « loups solitaires », où des individus qui n’appartiennent à aucun groupe terroriste particulier sont radicalisés en consommant des contenus terroristes, ce qui les conduit à commettre eux-mêmes des actes de terrorisme.

Le Hamas affirme que plus de 10 500 personnes ont été tuées depuis le 7 octobre

Les autorités sanitaires de Gaza, contrôlées par le Hamas, affirment que les représailles israéliennes auraient fait 10 569 morts, dont 4 324 enfants et 2 823 femmes.

Les chiffres publiés par le groupe terroriste ne peuvent pas être vérifiés de manière indépendante, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza.

Une infirmière américaine, qui a quitté Gaza, décrit des enfants brûlés et affamés

Emily Callahan, une infirmière américaine qui se trouvait à Gaza avec Médecins Sans Frontières (MSF), décrit la réalité du sud de la bande de Gaza telle qu’elle l’a vécue avant qu’elle ne parvienne à traverser Rafah pour entrer en Égypte, il y a une semaine.

Elle a été évacuée vers Khan Younès, où elle a partagé un abri avec 35 000 personnes déplacées dans un complexe unique.

« Il y avait des enfants avec d’énormes brûlures au visage, au cou, sur tous les membres », raconte-t-elle à CNN.

Callahan explique que la nourriture et l’eau manquaient cruellement et que l’équipe de MSF a dû comptabiliser les calories à la fin. « Nous serions morts de faim ou aurions été à cours d’eau sans le personnel local », dit-elle.

Il y avait quatre toilettes pour les dizaines de milliers de Gazaouis, ajoute-t-elle.

Callahan affirme que sa sécurité personnelle a été compromise, car des habitants en colère l’ont accusée, ainsi que son personnel local, d’être des Israéliens ou des traîtres.

« Mon cœur est à Gaza. Il restera à Gaza. »

Tout le monde « a intérêt » à une amélioration humanitaire à Gaza, « y compris Israël », selon la présidence française

La France a estimé mercredi que tout le monde avait « intérêt à ce que la situation humanitaire s’améliore à Gaza, y compris Israël », à la veille de la conférence qu’elle organise à Paris sur le sujet.

Le gouvernement israélien ne sera pas présent à cette « conférence humanitaire » jeudi matin à l’Elysée, mais le président français Emmanuel Macron s’est entretenu mardi avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu et lui reparlera à l’issue de cet événement, a déclaré la présidence française à des journalistes.

Véran: Borne « participera » à la marche contre l’antisémitisme malgré la présence du RN

La Première ministre Élisabeth Borne « participera » à la marche contre l’antisémitisme prévue dimanche à l’appel des présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat, malgré la présence annoncée du Rassemblement national qui « n’a pas sa place » dans un tel défilé, a annoncé mercredi le porte-parole du gouvernement Olivier Véran.

« A mon sens, le Rassemblement national n’a pas sa place dans cette manifestation, c’est une manifestation publique à laquelle chacun est libre, en conscience, de participer », a déclaré le ministre lors du compte-rendu du Conseil des ministres, ne se prononçant pas sur une éventuelle présence du président Emmanuel Macron.

France: feu vert à l’expulsion d’une militante du FPLP

Mariam Abou Daqqa. (Crédit : capture d’écran YouTube / Ivan Marin)
Mariam Abou Daqqa. (Crédit : capture d’écran YouTube / Ivan Marin)

Le Conseil d’Etat, la plus haute juridiction administrative française, a donné son feu vert mercredi à l’expulsion de la militante palestinienne Mariam Abou Daqqa, infirmant une décision du tribunal administratif de Paris qui avait suspendu l’arrêté d’expulsion du ministère de l’Intérieur à son encontre.

« Le ministre de l’Intérieur est fondé à soutenir que c’est à tort que la juge des référés du tribunal administratif de Paris a suspendu l’expulsion » de la militante du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), une organisation de gauche radicale qualifiée de « terroriste » par Israël et l’Union européenne, a estimé le Conseil d’Etat pour justifier son annulation de la suspension.

Un soldat de l’unité d’élite de l’armée de l’air tué dans les combats de Gaza

Jonathan Chazor. (Autorisation)
Jonathan Chazor. (Autorisation)

L’armée israélienne annonce que le sergent de première classe Jonathan Chazor, un soldat de l’unité d’élite Shaldag de l’armée de l’air, a été tué en combattant les terroristes du Hamas dans le nord de la bande de Gaza hier.

Chazor, 22 ans, était originaire de la communauté de Katzir, au nord de la bande de Gaza.

Sa mort porte à 32 le nombre de soldats tués lors de l’offensive terrestre israélienne à Gaza, et à 350 le nombre de soldats tués depuis le 7 octobre.

Netanyahu prévoit de rencontrer les dirigeants du sud du pays après avoir été fustigé pour avoir d’abord parlé aux chefs d’implantations

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu aurait prévu de rencontrer les dirigeants des communautés de la région frontalière de Gaza, sa première réunion depuis les attaques du Hamas du 7 octobre et le déclenchement de la guerre.

Cette rencontre intervient après que le Premier ministre a été vivement critiqué pour avoir prévu une réunion avec les dirigeants des implantations aujourd’hui, alors qu’il n’avait pas accordé le même temps de parole aux hommes politiques du sud du pays.

Dans une déclaration du bureau du Premier ministre citée par le journaliste de la Treizième chaîne Almog Boker sur X, Netanyahu affirme avoir déjà parlé au téléphone avec tous les dirigeants du sud et avoir rencontré certains d’entre eux.

Il nie également que la réunion prévue avec eux était une réponse aux critiques.

« Hier, avant que cela ne soit rendu public, le Premier ministre a invité tous les chefs des conseils régionaux de la région frontalière de Gaza à une réunion ce vendredi », a déclaré son bureau, selon le tweet.

Le bureau précise que la réunion avec les dirigeants des implantations est organisée dans le cadre des consultations du cabinet de guerre avec le commandement central de l’armée israélienne « étant donné les avertissements des responsables de la sécurité concernant une grave détérioration de la sécurité en Cisjordanie ».

Pas de blocus ou d’occupation israélienne dans le Gaza d’après-guerre – Blinken

Lors d’une conférence de presse organisée suite à la rencontre du G7 à Tokyo, le secrétaire d’État Antony Blinken a expliqué comment les États-Unis envisageaient l’après-guerre à Gaza. Il a exhorté Israël à ne pas réoccuper la bande mais il a reconnu qu’il devrait y avoir « une période de transition ».

« La seule façon de garantir que tout cela ne se reproduira jamais est de mettre en place les conditions nécessaires pour une paix et pour une sécurité durables », a-t-il commenté.

Blinken a ensuite énuméré les éléments qui, selon les États-Unis, sont indispensables pour mettre en œuvre une telle paix et une telle sécurité : « Pas de déplacement forcé des Palestiniens de Gaza, pas maintenant et pas dans l’après-guerre. Pas d’utilisation de Gaza comme plateforme du terrorisme et autres attaques violentes. Pas de réoccupation de Gaza à la fin du conflit. Pas de tentative de blocus ou de siège de Gaza. Pas de réduction du territoire à Gaza. Nous devons aussi garantir qu’aucune menace terroriste n’émergera de la Cisjordanie », a-t-il indiqué.

Il faut « une gouvernance palestinienne, une bande de Gaza unie à la Cisjordanie, sous le contrôle de l’Autorité palestinienne… un mécanisme durable de reconstruction à Gaza et une voie ouverte » vers la solution à deux États, a-t-il ajouté.

Interrogé sur les paroles prononcées par le Premier ministre Benjamin Netanyahu qui a évoqué la possibilité qu’Israël assume la responsabilité de la sécurité dans la bande de Gaza pour une durée indéterminée, Blinken a admis qu’il « pourrait y avoir besoin d’une période de transition ».

L’armée diffuse les images d’une frappe contre une cache d’armes du Hezbollah

L’armée israélienne diffuse des images montrant une forte explosion après une frappe aérienne menée sur un entrepôt contenant des armes du Hezbollah dans le sud du Liban, dans la nuit de lundi à mardi.

Ce bombardement a eu lieu en réponse à des tirs de roquette en direction du nord d’Israël.

Un certain nombre de sites du Hezbollah ont aussi été pris pour cible.

Cisjordanie: Plus de 30 personnes arrêtées dans des raids, dit l’armée

L’armée israélienne a annoncé que les soldats avaient placé en détention 37 Palestiniens qui étaient recherchés et notamment 10 membres du Hamas pendant des opérations qui ont eu lieu dans toute la Cisjordanie, dans la nuit de lundi à mardi.

Au cours d’un raid à Birzeit, Tsahal a déclaré que les troupes avaient saisi du matériel du Hamas dans un entrepôt situé aux abords de l’université – attirail qui était utilisé par la faction universitaire du groupe terroriste lors de défilés.

Depuis le 7 octobre, les militaires ont précisé avoir arrêté environ 1 430 Palestiniens qui étaient recherchés dans toute la Cisjordanie. Plus de 900 étaient affiliés au Hamas.

Selon le ministère de la Santé placé sous le contrôle de l’Autorité palestinienne, plus de 155 Palestiniens ont été tués par les forces israéliennes ou, dans certains cas, par des résidents d’implantation, depuis le 7 octobre en Cisjordanie.

L’armée rouvre le corridor pour les civils qui évacuent Gaza

Des Palestiniens fuient Gaza City en direction du sud de la bande, le 7 novembre 2023. (Crédit : MAHMUD HAMS / AFP)
Des Palestiniens fuient Gaza City en direction du sud de la bande, le 7 novembre 2023. (Crédit : MAHMUD HAMS / AFP)

L’armée annonce qu’elle rouvrait un corridor permettant aux civils, à Gaza, de quitter le nord de l’enclave pour se rendre vers le sud où les combats sont plus limités.

« Le secteur du nord de la bande est dorénavant une zone de combat féroce et il reste peu de temps pour évacuer », a expliqué le porte-parole arabophone de Tsahal, Avichay Adraee, dans une publication sur X. Il a appelé les Gazaouis « à rejoindre les centaines de milliers » de personnes qui sont déjà parties en empruntant le corridor.

Le passage sera ouvert de dix heures du matin à 14 heures, a-t-il ajouté.

Les civils qui utilisent ce corridor, le long de la rue Salah al-Din, ont été particulièrement nombreux ces derniers jours, a annoncé l’ONU. Ils ont été 15 000 à évacuer dans la journée de mardi seulement.

Un grand nombre craignait les attaques d’Israël au cours de leur déplacement, selon des informations.

Les combats se sont intensifiés dans le nord de Gaza et les troupes sont entrées au cœur de Gaza City, a noté l’armée, lundi.

Marche contre l’antisémitisme: LFI « ne participera pas à cette manifestation »

La France insoumise (LFI) et ses députés « ne participeront pas » à la marche contre l’antisémitisme prévue dimanche à l’appel des présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat, a fait savoir mercredi le parti de la gauche radicale en dénonçant la présence annoncée du Rassemblement national.

« Lutter contre l’antisémitisme et contre toutes les formes de racisme est impraticable aux côtés d’un parti qui trouve ses origines dans l’histoire de la collaboration avec le nazisme », a affirmé LFI dans un communiqué, estimant que « l’ambiguïté des objectifs » de cette manifestation « permet les soutiens les plus insupportables ».

Le G7 soutient le droit d’Israël à se défendre et l’instauration de « pauses et couloirs humanitaires »

De gauche à droite, James Cleverly, ministre britannique des affaires étrangères, Annalena Baerbock, ministre allemande des affaires étrangères, Antony Blinken, secrétaire d'État américain, Yoko Kamikawa, Josep Borrell, haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité.De gauche à droite, le ministre britannique des Affaires étrangères, James Cleverly, la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, le secrétaire d'État américain, Antony Blinken, la ministre japonaise des Affaires étrangères, Yoko Kamikawa, le haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, la ministre canadienne des Affaires étrangères, Mélanie Joly, le ministre italien des Affaires étrangères, Antonio Tajani, et la ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, au début de la session 1 de la réunion des ministres des Affaires étrangères du G7 à la maison d'hôtes Iikura du ministère des Affaires étrangères, à Tokyo, le 8 novembre 2023. (Crédit : Toshifumi Kitamura/Pool Photo via AP)
De gauche à droite, James Cleverly, ministre britannique des affaires étrangères, Annalena Baerbock, ministre allemande des affaires étrangères, Antony Blinken, secrétaire d'État américain, Yoko Kamikawa, Josep Borrell, haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité.De gauche à droite, le ministre britannique des Affaires étrangères, James Cleverly, la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, le secrétaire d'État américain, Antony Blinken, la ministre japonaise des Affaires étrangères, Yoko Kamikawa, le haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, la ministre canadienne des Affaires étrangères, Mélanie Joly, le ministre italien des Affaires étrangères, Antonio Tajani, et la ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, au début de la session 1 de la réunion des ministres des Affaires étrangères du G7 à la maison d'hôtes Iikura du ministère des Affaires étrangères, à Tokyo, le 8 novembre 2023. (Crédit : Toshifumi Kitamura/Pool Photo via AP)

Les ministres des Affaires étrangères des pays du G7 ont exprimé mercredi leur soutien à des « pauses et couloirs humanitaires » à Gaza, afin notamment de permettre l’acheminement « urgent » d’aide humanitaire sur le territoire palestinien et l’évacuation des civils de la bande de Gaza.

Réunis à Tokyo, ils ont affirmé qu’Israël avait « le droit de se défendre dans le respect du droit international », tout en soulignant « l’importance de protéger les civils ». Les ministres du G7 ont également exhorté l’Iran à ne pas soutenir le Hamas et le Hezbollah et à ne rien faire qui puisse « déstabiliser le Moyen-Orient ».

Marche contre l’antisémitisme: Roussel (PCF) « ne défilera pas aux côtés du RN »

Fabien Roussel (Crédit : capture d'écran YouTube)
Fabien Roussel (Crédit : capture d'écran YouTube)

Le Rassemblement national « n’a pas sa place » dans la marche contre l’antisémitisme prévue dimanche, a estimé mercredi le numéro un du parti communiste, Fabien Roussel, qui n’entend « pas être absent » de cet événement mais « ne défilera pas aux côtés » du parti d’extrême droite.

« Qu’il y ait une marche contre l’antisémitisme, c’est important », a déclaré M. Roussel sur France 2, au lendemain de l’annonce d’une manifestation par les présidents de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, et du Sénat, Gérard Larcher.

Mais « il faut qu’ils précisent les contours de ce rassemblement », a ajouté le leader communiste, qui « ne comprendrai(t) pas que le RN participe à une telle marche » car ce parti « descend du Front national » fondé par Jean-Marie Le Pen « plusieurs fois condamné pour propos antisémites » et par des hommes qui avaient collaboré avec l’Allemagne nazie.

« Ce sont leurs descendants avec qui nous devrions défiler ? Qu’est-ce qu’on va renvoyer comme image aux enfants de déportés (et) de résistants? », s’est indigné M. Roussel, pour qui « le RN, au regard de son histoire, n’a pas sa place dans un tel rassemblement ».

« En tout cas, pour ma part, je ne défilerai pas à ses côtés », a-t-il ajouté, précisant que pour les communistes « il ne s’agit pas d’être absent d’une marche contre l’antisémitisme ».

« Nous défilerons peut-être à un autre endroit, mais pas avec eux », a-t-il insisté, indiquant qu’il en discuterait avec « les autres responsables de forces de gauche républicaines ».

Mais a priori pas avec le leader insoumis Jean-Luc Mélenchon qui a rejeté dès mardi soir un « rendez-vous » des « amis du soutien inconditionnel au massacre » à Gaza. Des « propos excessifs » comme « à chaque fois », a déploré M. Roussel, qui n’a plus de contact avec lui: « C’est fini, on a coupé avec Jean-Luc Mélenchon, je ne (lui) parle plus ».

Marche contre l’antisémitisme: Le Pen appelle « l’ensemble des électeurs » RN à venir dimanche

Marine Le Pen a appelé mercredi l’ensemble des électeurs du Rassemblement national (RN) à se joindre dimanche à la marche contre l’antisémitisme organisée par les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat pour protester contre la multiplication des actes antisémites en France depuis l’attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre.

« J’appelle l’ensemble de nos adhérents et de nos électeurs à venir se joindre à cette marche », a déclaré l’ancienne candidate d’extrême droite à la présidentielle sur RTL, jugeant qu' »il est temps que le peuple français (…) exprime son rejet absolument total de l’augmentation spectaculaire des actes visibles, en fait, d’antisémitisme ».

Le film montrant les atrocités commises par le Hamas a été projeté 70 fois dans le monde

Les autorités israéliennes ont projeté une compilation de 47 minutes montrant certaines des pires atrocités commises le 7 octobre quelque 70 fois dans 30 pays, selon le site d’information Ynet.

Quatre projections ont été organisées pour la rédaction du New York Times, y compris dans les bureaux à l’étranger, selon Ynet, ainsi que deux pour le personnel de la Maison Blanche. Les chefs de la CIA et du MI5, ainsi que les dirigeants d’autres agences d’espionnage occidentales, figurent parmi les personnes qui verront le film. Quelque 1 000 personnes l’ont déjà visionné, selon le reportage.

Le film, constitué en grande partie d’images de caméras corporelles récupérées sur des terroristes décédés, est utilisé dans le cadre de la campagne de relations publiques d’Israël pour expliquer sa réaction brutale à Gaza et la nécessité d’éliminer le groupe terroriste du Hamas.

Capture d’écran de la caméra corporelle du Hamas montrant des terroristes tirant sur un véhicule israélien lors de l’attaque menée par l’organisation terroriste le 7 octobre dans le sud d’Israël, diffusée par l’armée israélienne et le cabinet du Premier ministre. (Crédit : Capture d’écran)

Alors que le Premier ministre Benjamin Netanyahu envisage de rendre le film public, certaines familles se sont prononcées contre ce projet, selon Ynet.

Parmi elles, Sabine Taasa, dont le mari apparaît dans le film en train de sauter sur une grenade pour sauver ses enfants. Gil Taasa a été tué, ainsi que leur fils Or.

« Je ne veux pas que cela sorte. Je ne l’accepterai jamais », déclare-t-elle au site d’information. « Je commémore leur vie, pas leur mort. »

Tsahal élimine un membre du Hamas à l’origine de la production de roquettes

L’armée israélienne annonce avoir tué l’un des principaux responsables de l’appareil de production d’armes du Hamas lors d’un bombardement nocturne.

L’armée et le Shin Bet affirment que Muhsin Abu Zina était « l’un des responsables de la production d’armes » pour le Hamas, et qu’il était spécialisé dans la fabrication « d’armes stratégiques et de roquettes ».

Il est considéré comme le chef de la division « industries et armement » du groupe terroriste.

Au cours d’opérations distinctes menées dans la nuit, les forces israéliennes ont indiqué que les troupes au sol avaient ordonné à un avion de frapper une équipe de missiles antichars du Hamas, et qu’une frappe aérienne avait tué plusieurs membres d’une équipe chargée de lancer des roquettes sur Israël.

 

La police indique que 843 victimes civiles des massacres ont été identifiées

Les autorités israéliennes ont identifié les dépouilles de 843 civils tués lors des attaques du 7 octobre dans le sud d’Israël, soit neuf de plus que lundi.

Fin octobre, la police a déclaré que 826 victimes avaient été identifiées, et qu’il restait environ 150 victimes dans 400 sacs mortuaires au camp de Shura, où un effort massif d’identification des morts est en cours depuis un mois.

On pense que certaines des dépouilles qui se trouvent dans le camp appartiennent à des terroristes.

Les autorités estiment qu’un millier de civils ont été tués dans les massacres perpétrés par le Hamas, ainsi qu’environ 400 membres des forces de sécurité.

Selon la Douzième chaîne mardi, 25 personnes sont toujours portées disparues – ni mortes ni enlevées – dont 15 étrangers, qui seraient principalement des ouvriers agricoles thaïlandais.

Le Bangkok Post rapporte que sept corps de victimes thaïlandaises devraient être transportés par avion vers la Thaïlande aujourd’hui.

La police confirme l’envoi de centaines de policiers et de soldats dans le camp de Shuafat

La police confirme l’envoi de centaines de policiers, de membres de la police des frontières et de soldats de Tsahal dans le camp de réfugiés de Shuafat, près de Jérusalem, pour raser la maison de Muhammad Zalbani, victime d’une agression à l’arme blanche en février.

Dans un communiqué, la police indique que le chef de la police de Jérusalem, Doron Turgeman, a approuvé l’opération cette semaine, après qu’un appel contre l’action a été rejeté par un tribunal en août.

Aucun affrontement n’a été signalé dans le camp de réfugiés, qui a été le théâtre des troubles dans le passé à la suite d’opérations de la police israélienne.

Des troupes entrent à Shuafat pour raser la maison d’un jeune terroriste

Des sites d’information palestiniens rapportent qu’un grand nombre de forces israéliennes se trouvent dans le camp de réfugiés de Shuafat, au nord de Jérusalem, où elles procèdent à la démolition de la maison familiale d’un adolescent accusé d’avoir poignardé un garde-frontière au début de l’année.

Des vidéos montrent de nombreux soldats entrant à pied dans le camp à l’aube et encerclant un bâtiment, qui serait la maison de Muhammad Zalbani, 14 ans, qui a poignardé l’officier de la police des frontières, le sergent-chef Asil Sawaed, 22 ans, alors qu’il inspectait un bus au point de passage de Shuafat en février.

Les Palestiniens affirment que les troupes ont bouclé la zone et se préparent à raser la maison ou à la rendre inutilisable.

L’armée et la police israéliennes n’ont pas fait de commentaire dans l’immédiat, car elles ne communiquent généralement ce type d’opération qu’après les faits.

Un soldat de Tsahal tué lors de combats dans le nord de la bande de Gaza

Le sergent de première classe (réserviste) Yaacov Ozeri, qui a été tué en combattant les terroristes du Hamas dans le nord de la bande de Gaza. (Crédit : armée israélienne)
Le sergent de première classe (réserviste) Yaacov Ozeri, qui a été tué en combattant les terroristes du Hamas dans le nord de la bande de Gaza. (Crédit : armée israélienne)

L’armée israélienne annonce que le sergent de première classe (res.) Yaacov Ozeri de la 401e brigade blindée a été tué en combattant les terroristes du Hamas dans le nord de la bande de Gaza.

Ozeri, 28 ans, était originaire de Kfar Shamai, un moshav dans le nord d’Israël.

Il est le 31ème soldat tué depuis qu’Israël a lancé une manœuvre terrestre en réponse aux massacres du Hamas le 7 octobre.

En outre, Tsahal indique que trois soldats du 13e bataillon de la brigade Golani, du 601e bataillon de la 401e brigade et du 890e bataillon des parachutistes ont été grièvement blessés au cours des combats qui se sont déroulés hier dans le nord de la bande de Gaza.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.