Rechercher

L’un des hommes tués dans un raid avait annoncé « quelque chose de gros » en Israël

Selon la Douzième chaîne, Abu Libdeh, l'un des 3 Palestiniens tués dans une opération, était sur le radar du Shin Bet depuis qu'il avait ouvert le feu vers les soldats , mardi

Des soldats israéliens opérant en Cisjordanie, le 2 avril 2022. (Crédit : Armée israélienne)
Des soldats israéliens opérant en Cisjordanie, le 2 avril 2022. (Crédit : Armée israélienne)

Un membre d’une cellule du Jihad islamique palestinien tué pendant un raid des forces de sécurité israéliennes, samedi matin, était sous le radar du Shin Bet depuis qu’il avait ouvert le feu sur des soldats en Cisjordanie au début de semaine, a fait savoir une chaîne de télévision israélienne.

Saif Abu Libdeh, résident de Tulkarem âgé de 25 ans, avait tiré plus de 50 balles sur des soldats israéliens qui patrouillaient sur la « ligne de jonction » dans la journée de mardi, selon la Douzième chaîne. Il n’y avait pas eu de blessé du côté israélien.

La chaîne a précisé que le Shin Bet suivait depuis les faits et gestes d’Abu Libdeh et que l’homme avait été remarqué pendant un rassemblement qui avait été organisé à Jénine, vendredi, où il était apparu armé d’un fusil M-16.

« Vous entendrez bientôt parler de moi », aurait-il déclaré. « Je vais faire quelque chose de très gros en Israël. »

La chaîne – qui n’a pas cité ses sources – a déclaré que les responsables de la sécurité pensaient qu’il avait eu l’intention de commettre une attaque à l’arme à feu, sur le modèle des récents attentats qui ont été perpétrés à Beer Sheva, Hadera et à Bnei Brak, qui ont fait onze morts au total.

Deux autres suspects — Khalil Twalba, 24 ans, originaire de Jénine et Saeb Abahara, 30 ans, qui habitait le village voisin de Yamun – ont été tués pendant les échanges de coups de feu avec les forces israéliennes qui ont fait quatre blessés du côté des soldats. Un militaire se trouve actuellement dans un état grave mais stable.

Un quatrième membre présumé de la cellule a été appréhendé samedi dans la ville palestinienne de Shuweika, située à proximité de Tulkarem, en Cisjordanie.

Les forces israéliennes ont diffusé des vidéos montrant les troupes entourant l’habitation du suspect avant qu’il ne tente de fuir. Les militaires ont annoncé qu’un fusil M-16 et des munitions avaient été saisis pendant le raid.

Les officiels ont expliqué que la cellule était sur le point de commettre un attentat au sein de l’État juif au moment de l’opération. Avant une rencontre qui a eu lieu samedi soir avec de hauts-responsables du Shin Bet, le Premier ministre Naftali Bennett a estimé que les forces de sécurité avaient déjoué « une bombe à retardement ».

« Notre hypothèse, assurément, est qu’il y aura un grand nombre encore de tentatives d’attentats supplémentaires et nous œuvrons actuellement à les prévenir », a dit Bennett.

En réponse aux attaques récentes, les forces de sécurité israéliennes ont été placées en état d’alerte renforcé et des troupes supplémentaires ont été envoyées en Cisjordanie, à la ligne de jonction et dans les villes majeures. Cette escalade survient alors que le mois sacré du ramadan – qui est souvent une période de tensions accrues en Israël et en Cisjordanie – vient tout juste de commencer.

Les responsables israéliens ont tenté de bloquer les tensions en amont du Ramadan, craignant des violences susceptibles d’entraîner le même type d’agitations qui avaient frappé Israël au mois de mai 2021, quand le Hamas avait lancé des roquettes sur le territoire de l’État juif – ce qui avait marqué le début d’une guerre d’onze jours entre Israël et les groupes terroristes de Gaza, ainsi que d’un cycle de violences interethniques entre Arabes et Juifs en Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...