Israël en guerre - Jour 194

Rechercher
Analyse

Malgré les apparences, les résultats des municipales ne prédisent pas les tendances nationales

"Au bout du compte, la dynamique locale reste une dynamique locale", affirment les experts qui estiment que peu de conclusions peuvent être tirées à l'échelle nationale

Des bulletins avant les élections municipales dans un entrepôt de Jérusalem, le 22 février 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Des bulletins avant les élections municipales dans un entrepôt de Jérusalem, le 22 février 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Alors que les résultats préliminaires des élections municipales sont tombés mercredi matin, les partis de l’ensemble de la classe politique ont commencé à publier des déclarations vantant leurs performances, présentant les résultats des élections municipales de la veille comme une vague de soutien à leurs différents programmes.

Le parti ultra-orthodoxe Shas s’est vanté d’un « bond spectaculaire dans tout le pays », tandis que Yesh Atid, dont le candidat à la mairie de Tel Aviv a été battu par le maire sortant Ron Huldaï, s’est vanté de son « pouvoir croissant (…) dans la société israélienne et le camp libéral ».

« Israël a besoin d’un changement. Nous avons commencé par le gouvernement local et nous continuerons au niveau national », a déclaré le président de Yesh Atid, Yaïr Lapid, citant ce qu’il a appelé un « nombre sans précédent de maires et d’autorités locales de Yesh Atid à travers le pays ».

Le Likud, le parti au pouvoir du Premier ministre Benjamin Netanyahu, a tenu des propos similaires, qualifiant les élections de « grande victoire » au cours de laquelle il est parvenu à faire passer la direction des municipalités « de la gauche à la droite ».

Les initiés politiques de droite et de gauche ont insisté, lors de discussions privées avec le Times of Israel, sur le fait que leurs camps respectifs avaient reçu un mandat sans ambiguïté de la part des électeurs – et que les résultats étaient riches d’enseignements sur la manière dont les événements pouvaient se dérouler sur la scène nationale.

Un initié de la Knesset à droite a insisté sur le fait que si « tous les partis ont des gagnants et des perdants », cela n’enlève rien au fait que « dans la plupart des endroits, c’est le Likud qui a gagné ».

Le président du parti HaMahane HaMamlahti, Benny Gantz, déposant un bulletin de vote lors des élections municipales, en Israël, le 27 février 2024. (Crédit : Autorisation)

« Gantz a particulièrement échoué, ce qui est curieux pour beaucoup de gens parce qu’il est en tête des sondages » au niveau national, a déclaré la personne, accusant le chef du parti HaMahane HaMamlahti, un membre du cabinet de guerre, d’avoir choisi « de médiocres candidats sans base de soutien solide. »

« Ce que cela montre, c’est que le soutien de Gantz est très superficiel. Il n’y a pas de soutien profond et sa machine était très faible », a-t-il affirmé, ajoutant que le mouvement de protestation anti-Netanyahu n’a pas réussi à transformer son succès de rassemblement de la population avant le 7 octobre en un élan politique significatif.

La « tendance générale a été une bonne journée pour le camp libéral dans les grandes villes », a affirmé un politicien de gauche, insistant sur le fait que le parti centriste HaMahane HaMamlahti avait obtenu des résultats « épouvantables ». Dans le même temps, « le Likud a également connu une journée particulièrement mauvaise ».

« Cela en dit long sur le manque de motivation à voter pour les partis de ce gouvernement », a-t-il ajouté. « Les électeurs du Likud sont restés chez eux. [Le Premier ministre Benjamin] Netanyahu était inexistant hier. Il ne faisait tout simplement pas partie de la campagne. »

Le président de Shas, Aryeh Deri, rencontrant les candidats aux élections municipales, 28 février 2024. (Crédit : Autorisation)

Cependant, il n’était pas clair dans quelle mesure le vote municipal reflète l’attitude des électeurs à l’égard de la coalition gouvernementale de Netanyahu.

Depuis le massacre perpétré par le groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre dans le sud d’Israël, les sondages d’opinion successifs ont montré que Netanyahu et ses alliés de la ligne radicale perdaient un soutien important de l’opinion publique et que Gantz était bien placé pour former un nouveau gouvernement si des élections législatives devaient avoir lieu aujourd’hui. Mais contrairement au Likud de Netanyahu, le parti de Gantz ne dispose pas d’une machine électorale locale puissante et expérimentée.

En outre, le taux de participation aux élections municipales est toujours inférieur à celui des élections législatives et, mardi, il était encore plus faible que d’habitude, ce qui a probablement favorisé les résultats des alliés haredim de Netanyahu dans de nombreuses régions, y compris à Jérusalem, car la communauté ultra-orthodox se rend régulièrement en grand nombre aux urnes.

Les partis haredim et les candidats soutenus par les ultra-orthodoxes ont réalisé des gains significatifs dans un certain nombre de villes, dont Beit Shemesh et Jérusalem. Dans la capitale, les résultats préliminaires indiquent qu’ils pourraient obtenir un peu plus de la moitié des sièges du Conseil municipal.

Des affiches de campagne des candidats aux élections municipales, à Jérusalem, le 20 février 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Le principal problème ici était et est le mode de scrutin et il est connu depuis toujours que les haredim votent en masse alors que les autres communautés ne le font pas », a fait remarquer Laura Wharton, conseillère municipale de Jérusalem et membre du parti de gauche Meretz.

« Cette fois-ci, non seulement il y a eu les différences habituelles de participation, mais la majorité de la population israélienne souffre encore de la guerre et se rend moins aux urnes que d’habitude », a-t-elle souligné. « Pour les haredim, c’était comme d’habitude et cela a été bien plus déterminant que les données démographiques. »

Selon le ministère de l’Intérieur, seuls 31,5 % des électeurs de Jérusalem ont voté mardi.

Le maire adjoint Eliezer Rauchberger, chef de la section de la capitale du parti ultra-orthodoxe Degel HaTorah, a semblé partager cet avis, exprimant son scepticisme quant à la possibilité d’utiliser le vote actuel pour prédire les futures élections législatives et affirmant que le résultat d’un tel concours électoral dépendrait de la date à laquelle il se tiendrait.

« Il est très tôt pour prédire ce qui se passera », a-t-il averti.

« De nombreux partis nationaux tentent de présenter les résultats comme une victoire manifeste pour eux. En réalité, il est très difficile d’établir un lien entre ces résultats et les élections législatives », a déclaré Ariel Finkelstein, de l’Institut israélien de la démocratie (IDI).

« La plupart des candidats ne sont pas du tout liés à des partis nationaux, mais même lorsqu’il existe un lien formel, dans la pratique, le peuple vote principalement en fonction des capacités du chef de l’autorité. »

Le professeur Gideon Rahat, politologue à l’Université hébraïque et chercheur à l’IDI, est d’accord, insistant sur le fait que de nombreux récits sur les élections, répandus à la fois dans les médias et dans le discours politique, pourraient être trompeurs – et notamment l’affirmation selon laquelle les élections de cette année ont connu un faible taux de participation.

Des soldats déposant leurs bulletins de vote pour les élections municipales dans un site de vote dans la bande de Gaza, en pleine guerre contre le Hamas dans cette région, le 27 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)

S’il est vrai que seuls 49,5 % des électeurs éligibles se sont rendus aux urnes, ce total n’inclut peut-être pas le grand nombre de bulletins de vote dits « à double enveloppe », déposés en dehors des juridictions municipales des électeurs en raison de diverses limitations, notamment le service actif dans les rangs de l’armée israélienne, a-t-il fait remarquer.

Et même si le taux de participation reste aux alentours de 50 %, cela correspond largement aux élections israéliennes d’avant 2018 et aux « élections de second ordre » similaires à l’étranger, a expliqué Rahat.

« La politique locale en Israël n’est que partiellement ou marginalement influencée par la politique nationale », a-t-il poursuivi, notant que les élections des dernières décennies n’ont montré que peu de corrélation entre les succès des partis sur les scènes locale et nationale.

Même si « après chaque élection municipale en Israël, les partis nationaux affirment qu’ils ont remporté d’énormes victoires », le « contexte local est le contexte le plus important », a-t-il déclaré.

« Au bout du compte, la dynamique [politique] locale reste une dynamique locale. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.