Rechercher

National Jewish Book Awards: 1er prix à la biographie de la fondatrice de Hadassah

Parmi les autres auteurs primés, figurent Joshua Cohen, Dara Horn, Jai Chakrabarti, Judy Batalion et Esther David

"The Netanyahus", "A Play for the End of the World", "People Love Dead Jews" et la biographie de Dvora Hacohen sur la fondatrice d'Hadassah, Henriette Szold, figurent parmi les lauréats des National Jewish Book Awards 2021. (Crédit : National Jewish Book Awards via JTA)
"The Netanyahus", "A Play for the End of the World", "People Love Dead Jews" et la biographie de Dvora Hacohen sur la fondatrice d'Hadassah, Henriette Szold, figurent parmi les lauréats des National Jewish Book Awards 2021. (Crédit : National Jewish Book Awards via JTA)

JTA — La biographie de la fondatrice de Hadassah, Henrietta Szold, de Dvora Hacohen, a été primée en deux catégories, dont le Jewish Book of the Year dans le palmarès du Jewish Book Council (JBC) pour 2021.

To Repair a Broken World: The Life of Henrietta Szold, Founder of Hadassah,[réparer un monde brisé : la vie de Henrietta Szold, fondatrice de Hadassah], avec une préface de Ruth Bader Ginsburg, a remporté également le prix de la meilleure biographie. Les National Jewish Book Awards de 2021 ont été annoncés jeudi par le JBC.

« Hacohen raconte la passion sans limites de Szold, qui a consacré sa vie à créer des opportunités pour des femmes juives ainsi que pour des personnes désavantagées. Dans sa recherche de l’autonomie pour la femme juive, Szold tenait également à nourrir un esprit de cohésion sociale et d’égalité, » lit-on dans le communiqué de presse du JBC.

Parmi les auteurs primés, figurent Joshua Cohen, Dara Horn, Jai Chakrabarti, Judy Batalion et Esther David.

A LIRE : « Les gens aiment les Juifs morts », titre Dara Horn

The Netanyahus: An Account of a Minor and Ultimately Even Negligible Episode in the History of a Very Famous Family, [Les Netanyahu : le récit d’un épisode mineur, voire insignifiant dans la vie d’une famille très célèbre] une œuvre satirique de Cohen, la chronique de la vie en Amérique de la famille du futur Premier ministre israélien, a remporté, le prix du JBC pour une œuvre de fiction. Se confiant au site de la JTA l’an dernier, Cohen a dit qu’il voulait explorer ce que c’est d’être, étrangement, exclu de l’Histoire.

Chakrabarti a eu le prix du JBC pour une œuvre de fiction débutante pour son roman, A Play for the End of the World [Une pièce pour la fin du monde], une version romanesque de la vie réelle de l’éducateur humanitaire Janusz Korczak dans le Ghetto de Varsovie avec les enfants de l’orphelinat qu’il dirigeait.

Le recueil d’essais de Dara Horn, People Love Dead Jews: Reports From a Haunted Present {On aime les juifs morts : comptes rendus d’un présent hanté], une réflexion sur l’antisémitisme et les communautés juives disparus, a été primé dans la catégorie « Contemporary Jewish Life and Practice » [Vie et pratiques juives actuelles].

Le livre de recettes de Esther David Bene Appétit : The Cuisine of Indian Jews, a emporté le prix du meilleur livre de cuisine. David, qui appartient à la toute petite communauté juive Bene Indienne, explore, à travers les recettes, les pratiques culinaires d’une population juive indienne estimée à 5 000 âmes.

Le prix du livre de jeunesse 2021 du JBC a été accordé à Nancy Chumin pour le texte et Bethany Stancliffe pour les images de Dear Mr. Dickens [Cher monsieur Dickens], un récit d’historique où une jeune fille juive demande des comptes à Charles Dickens pour les stéréotypes antisémites dans son œuvre.

Le prix du Meilleur livre pour jeunes adultes a été décerné à Rebel Daughter [Fille rebelle], un roman de Lori Banov Kaufmann, situé à l’époque de la destruction de Jérusalem en 70 avant l’ère commune.

Le prix du meilleur livre de poésie est allé au The Book of Anna [Le livre d’Anna] de Joy Ladin, professeur au Stern College de la Yeshiva University for Women et premier professeur ouvertement transgenre de la faculté.

Plusieurs livres d’histoire ont été également primés : le prix des Women’s Studies à Batalion, pour The Light of Days: The Untold Story of Women Resistance Fighters in Hitler’s Ghettos [La lumière des jours : l’histoire inconnue des combattantes féminins de la résistance dans les ghettos de Hitler], qui bénéficie d’une option pour une adaptation cinématographique de Steven Spielberg.

James McAuley, ancien correspondant à Paris du Washington Post, a reçu le prix pour un livre d’histoire The House of Fragile Things: Jewish Art Collectors and the Fall of France [La maison des objets fragiles : des collectionneurs d’art juifs et la chute de la France], l’histoire des collectionneurs d’art juifs entre 1870 et la fin de la deuxième guerre mondiale, sur fond de l’antisémitisme en France.

Les auteurs primés seront honorés lors d’une cérémonie virtuelle prévue en avril.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...