Netanyahu met en garde le Hamas après des attaques meurtrières en Cisjordanie
Rechercher

Netanyahu met en garde le Hamas après des attaques meurtrières en Cisjordanie

Le chef du Hamas a loué la "résistance" en Cisjordanie après ces attaques terroristes anti-israéliennes ayant causé la mort d'un bébé né prématurément et de deux soldats

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prend la parole lors d'une conférence de presse au ministère de la Défense à Tel-Aviv, le 18 novembre 2018. (Crédit : Tomer Neuberg / Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prend la parole lors d'une conférence de presse au ministère de la Défense à Tel-Aviv, le 18 novembre 2018. (Crédit : Tomer Neuberg / Flash90)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a indiqué dimanche avoir prévenu le groupe terroriste palestinien du Hamas à la tête de Gaza qu’Israël ne tolérerait pas le « terrorisme » en Cisjordanie après que le groupe terroriste islamiste y a revendiqué deux attaques terroristes meurtrières.

Dans un communiqué, le Hamas a revendiqué jeudi deux attentats en Cisjordanie , l’un a tué deux Israéliens le 7 octobre et un autre il y a une semaine ayant fait sept blessés dont une femme enceinte. Son bébé, mis au monde prématurément, n’a pas survécu, provoquant un vif émoi en Israël.

Israël avait annoncé avoir tué dans la nuit ls coupables affiliés au Hamas.

Le même jour, une troisième attaque en Cisjordanie a tué deux soldats israéliens.

Des soldats, des responsables médicaux et des policiers israéliens inspectent les lieux d’un attentat terroriste près de Givat Assaf, en Cisjordanie centrale, le 13 décembre 2018. (Hadas Parush/Flash90)

« J’ai adressé un message clair au Hamas : nous n’accepterons pas une situation de trêve à Gaza et de terrorisme » en Cisjordanie, a indiqué le Premier ministre israélien aux membres de son gouvernement réuni dimanche.

Israël et Gaza ont conclu un cessez-le-feu controversé en novembre après la plus importante escalade de violence depuis la guerre de 2014, le ministre de la Défense israélien ayant démissionné afin de protester contre cette trêve.

« Nous allons leur faire payer le prix fort », a ajouté M. Netanyahu.

Le groupe terroriste islamiste palestinien contrôle la bande de Gaza mais dispose également de membres qui vivent en Cisjordanie, qui sont muselés par l’Autorité palestinienne qui gouverne ce territoire palestinien et Israël.

Après plusieurs escalades de violence dans la bande de Gaza entre le Hamas et l’Etat hébreu, un calme précaire était restauré dans l’enclave après notamment qu’Israël a autorisé le Qatar à faire entrer de l’argent afin de payer les fonctionnaires et du fioul pour alimenter la centrale électrique.

Le chef du Hamas Ismaïl Haniyeh a salué dimanche la « résistance » palestinienne en Cisjordanie dans un discours devant des dizaines de milliers de personnes.

Le chef du Hamas Ismail Haniyeh au rassemblement marquant le 31e anniversaire de la création du groupe terroriste du Hamas, à Gaza City, le 16 décembre 2018. (Crédit : SAID KHATIB / AFP)

« Nous plaçons nos espoirs dans la Cisjordanie qui est l’endroit principal où se déroulent les événements et l’endroit le plus approprié pour résoudre le conflit avec notre ennemi sioniste », a affirmé M. Haniyeh, à l’occasion du 31e anniversaire de la fondation du Hamas dans la ville de Gaza.

« La Cisjordanie s’est dressée avec gloire, force et habileté comme si elle voulait dire à notre peuple à l’occasion de l’anniversaire glorieux qu’elle était avec la résistance, en harmonie totale », a-t-il ajouté.

Les Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du groupe terroriste islamiste à la tête de la bande de Gaza, ont défilé en tenue militaire et armés, entourés de véhicules entièrement peints en kaki.

Un rassemblement marquant le 31e anniversaire de la création du groupe terroriste du Hamas, à Gaza City, le 16 décembre 2018. (Crédit : AP/Khalil Hamra)

Des centaines d’Israéliens qui vivent dans les implantations ont protesté dimanche devant le bureau du Premier ministre pour exiger un renforcement des mesures de sécurité ainsi qu’une accélération de la construction d’implantations en Cisjordanie.

De tels gestes feront comprendre aux Palestiniens qu’ils « n’ont aucun intérêt à poursuivre les actes terroristes », a affirmé Hananel Durani, président du Conseil de Yesha, principale organisation représentant les implantations.

Plusieurs ministres dont celle de la justice, Ayelet Shaked, du parti nationaliste religieux HaBayit Hayehudi se sont joints à la manifestation.

Une commission ministérielle a voté dimanche matin en faveur d’un projet de loi proposé par Mme Shaked visant à légaliser des milliers de maisons construites en Cisjordanie sans permis des autorités israéliennes.

« Les terroristes sauront que nous sommes ici pour y rester, les attentats ne nous feront pas bouger, » a déclaré la ministre après le vote.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...