Outre la COVID-19 et l’effondrement économique, Israël connaît une 3e crise
Rechercher
Opinion

Outre la COVID-19 et l’effondrement économique, Israël connaît une 3e crise

Les Israéliens ne font plus confiance à leurs dirigeants dans la gestion de la pandémie. Le nouveau plan d'aide universelle de Netanyahu ne fera que creuser le fossé

David est le fondateur et le rédacteur en chef du Times of Israel. Il était auparavant rédacteur en chef du Jerusalem Post et du Jerusalem Report. Il est l’auteur de « Un peu trop près de Dieu : les frissons et la panique d’une vie en Israël » (2000) et « Nature morte avec les poseurs de bombes : Israël à l’ère du terrorisme » (2004).

Des agents de la police des frontières affrontent des manifestants lors d'une manifestation contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu devant sa résidence à Jérusalem, le 14 juillet 2020. (Yonatan sindel/FLASH90)
Des agents de la police des frontières affrontent des manifestants lors d'une manifestation contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu devant sa résidence à Jérusalem, le 14 juillet 2020. (Yonatan sindel/FLASH90)

Les chiffres augmentent, apparemment inexorablement : Au moment où nous écrivons ces lignes, Israël compte près de 25 000 cas « actifs » de COVID-19, contre seulement 2 000 il y a huit semaines. Le nombre de décès est passé de 281 à 380 au cours de cette période. Plus frappant encore, le nombre de cas graves est passé de 37 il y a huit semaines à 56 il y a seulement deux semaines, pour arriver à 204 à l’heure où nous écrivons ces lignes.

On aurait pu croire que nous avions battu la COVID-19. Ce n’est pas le cas.

Parallèlement à la crise sanitaire, nous luttons contre l’effondrement économique. Le chômage, inférieur à 4 % en mars, a atteint 25 % il y a trois mois, puis est retombé à quelque 20 %, mais il est à présent à nouveau en hausse. De nombreuses entreprises n’ont pas réussi à traverser la « première vague ». Beaucoup d’entre elles, qui espéraient voir une lumière au bout du tunnel lorsque le gouvernement a commencé à rouvrir l’économie il y a huit semaines, ont été frappées par la nouvelle vague de COVID.

Mais Israël est désormais confronté à une troisième crise, qui entrave profondément l’effort national visant à lutter contre cette pandémie exaspérante : une crise de confiance.

Dès le début de la bataille, les Israéliens ont vu les experts médicaux et les monstres économiques se disputer sur nos écrans de télévision sur la manière de trouver un équilibre entre la nécessité d’éviter que notre service de santé ne soit submergé par une masse de patients COVID-19 et celle de réduire l’impact catastrophique de la fermeture de l’économie. Et nous avons vu le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui avait repéré très tôt les dangers du COVID-19, chercher à orienter ce qui nous a semblé être une voie intermédiaire prudente.

Aujourd’hui, cependant, la confiance des Israéliens dans l’ensemble de la gestion de cette bataille s’est effondrée.

Des Israéliens participent à une manifestation respectant la distanciation sociale contre la situation économique et sociale, au parc Charles Clore, en bord de mer à Tel Aviv, le 14 juillet 2020. (Tomer Neuberg/Flash90)

Pour une partie du public, on ne peut jamais faire confiance à Netanyahu lui-même. Les milliers d’Israéliens qui ont protesté, dont certains violemment, devant la résidence du Premier ministre et ailleurs mardi soir, exprimaient une colère antérieure au COVID-19 – leur opposition à ce qu’il devienne Premier ministre, étant donné qu’il est accusé de corruption. Leurs rangs n’ont pu qu’être gonflés par l’insistance entêtée du Premier ministre, au plus fort de la crise, pour que la commission des Finances de la Knesset consacre une séance de trois heures le mois dernier à sa tentative réussie d’obtenir près d’un million de shekels de rabais et d’avantages fiscaux.

Mais la crise de confiance s’étend bien, – bien au-delà de cela.

Elle est en partie motivée par ces chiffres – les statistiques dures et sévères – qui montrent qu’Israël, ayant « aplati la courbe », plonge maintenant plus profondément dans la deuxième vague de COVID.

Des plans multiples, une stratégie minimale

Elle est alimentée par l’incapacité persistante des autorités à fournir une aide financière au quart environ de la main-d’œuvre israélienne qui ne peut plus gagner sa vie. Un plan économique après un autre a été dévoilé de façon grandiose, par Netanyahu, son ministre des Finances Israel Katz et leurs différents responsables. Et tous les plans économiques ont raté leur cible, en raison de la bureaucratie, de la trop grande attention accordée aux secteurs de l’économie qui ne le méritent pas et de la trop faible attention accordée à ceux qui en ont le plus besoin.

La dernière idée, dévoilée par Netanyahu lors d’une apparition à la télévision mercredi soir, peut être bien intentionnée ou relever d’une économie électorale cynique, mais elle constitue certainement une abdication de responsabilité. Le Premier ministre a l’intention de distribuer immédiatement 6 milliards de NIS à tous les Israéliens, quels que soient leurs besoins, en faisant valoir que cette distribution d’argent sans discernement est essentielle pour relancer l’économie. S’il introduisait des réserves et des clauses dans le document, a-t-il dit, les querelles commenceraient, la paperasserie s’accumulerait et rien ne serait fait. « Nous devons maintenant apporter un soutien universel à tout le monde afin de remettre le véhicule en mouvement et pour que personne ne tombe entre les mailles du filet », a-t-il affirmé.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’adresse aux médias lors d’une conférence de presse à Jérusalem, le 15 juillet 2020. (Capture d’écran)

Mais les Israéliens relativement riches ne dépenseront pas plus parce que le Premier ministre a mis 750 NIS sur leurs comptes bancaires. Il n’est certainement pas hors de portée de l’administration fiscale, de la Caisse d’Assurance Nationale et des autres organismes étatiques concernés de synchroniser leurs données, et pour le Premier ministre et son équipe de calibrer au moins largement les documents. Un certain nombre d’initiatives sont déjà en cours pour que les Israéliens qui n’ont pas besoin de cet argent en fassent don à ceux qui en ont besoin – des efforts admirables qui visent à corriger l’erreur de la tactique du Premier ministre, mais qui seront beaucoup moins efficaces qu’un plan initial plus responsable.

Pour ne citer qu’un exemple, les travailleurs sociaux israéliens, surmenés et sous-payés, sont en grève depuis des jours ; leurs représentants affirment que 1 000 emplois d’État dans leur domaine sont inoccupés en raison de leur faible rémunération. Et pourtant, le gouvernement a choisi d’ignorer les demandes d’une partie vitale et manifestement sous-financée de la population active, préférant nous verser à tous de l’argent liquide – une fortune divisée en paiements qui ne signifieront rien pour les riches, et ne feront presque rien pour les pauvres. « C’est une décision surréaliste de donner de l’argent à des gens qui n’en ont pas besoin, au lieu de le donner à des gens qui crient », a déclaré Roee Cohen, le directeur de Lahav, la Chambre des organisations et entreprises indépendantes d’Israël. « Assez de populisme à bas prix… Nous avons besoin de vraies solutions ».

Ils ne comprennent tout simplement pas

La confiance de l’opinion publique israélienne dans ses dirigeants est encore aggravée par l’incapacité résolue de certains politiques et fonctionnaires à intérioriser que la main-d’œuvre maltraitée – les travailleurs sociaux, les infirmières (qui doivent faire grève la semaine prochaine), les petits entrepreneurs, ceux qui occupent des emplois relativement subalternes et qui ont été particulièrement touchés – souffrent vraiment ; qu’un nombre croissant d’Israéliens ne savent vraiment pas comment ils pourront payer leur loyer ou nourrir leur famille.

La députée Likud Osnat Mark lors d’une réunion de commission de la Knesset, le 21 mai 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)

Non, Osnat Mark (une politicienne du Likud qui a perdu son siège à la Knesset lors des élections de mars mais qui a retrouvé le chemin du Parlement pour remplacer Gilad Erdan, notre nouvel ambassadeur à l’ONU), ces milliers d’Israéliens qui se sont rassemblés à Tel Aviv samedi soir pour protester contre la gestion de l’économie ne sont pas « seulement des gauchistes et des radicaux de gauche qui sont venus et n’ont dit qu’une chose : ‘A bas Bibi’ « .

La crise de confiance est également exacerbée par l’obstination des autorités à infliger des milliers d’amendes aux travailleurs israéliens qui tentent frénétiquement de se frayer un chemin vers une sorte de revenu à travers le réseau déconcertant, parfois illogique, souvent changeant, de restrictions et de directives.

Avi Haimov, propriétaire d’un restaurant à Tel Aviv, se plaint à des inspecteurs au sujet d’une amende au milieu des difficultés économiques causées par le COVID-19, le 13 juillet 2020. (Capture d’écran : Twitter)

En témoigne Avi Haimov, propriétaire d’un petit restaurant de shnitzel à Tel Aviv, qui s’est littéralement mis à genoux lundi pour supplier des inspecteurs de la ville de ne pas lui infliger une deuxième amende de 475 NIS (118 euros). Son crime : il avait placé ses tables « illégalement » sur le trottoir à l’extérieur – sans même être utilisées par les clients, mais empilées les unes sur les autres. En fait, a-t-il expliqué, il avait demandé le permis correspondant, mais ne l’avait pas encore reçu, et on lui avait assuré qu’il ne serait pas verbalisé. Ce même Avi Haimov a participé la semaine dernière à un appel Zoom initié par Netanyahu, dans lequel il a imploré le Premier ministre de « verser les fonds de l’Etat » au public. Ce même Avi Haimov s’était déjà heurté dans un studio de télévision au conseiller économique de Netanyahu, qui se moquait de l’idée que Haimov n’avait pas de pain à manger.

Ou regardez le boulanger Tal Calderon, de Jérusalem, raconter mardi que lui et son personnel ont été frappés jusqu’ici de sept amendes, 500 NIS chacune, pour ne pas avoir porté correctement leurs masques dans la chaleur brûlante de leur boulangerie de la rue Jaffa. Notant qu’il a reçu l’ordre de fermer pendant 48 heures en guise de punition, et qu’il a été emmené au quartier général de la police Russian Compound pour être interrogé, Calderon, dont la boulangerie a survécu et prospéré pendant près de 40 ans, a déclaré à une équipe de télévision de la Douzième chaîne que « je ne peux tout simplement plus » – alors même que son équipe poursuivait résolument et avec détermination son travail dans la boulangerie située derrière lui.

Meir Spiegler, directeur général de la Caisse d’Assurance Nationale. (Yonatan Sindel/Flash90)

Cette déconnexion entre les autorités et le peuple a été résumée dans une explosion extraordinaire lundi par le directeur de la Caisse d’Assurance Nationale d’Israël, Meir Spiegler – une explosion qui était dirigée contre un certain Shaul Meridor, le directeur du département des budgets du ministère des Finances, mais qui aurait également pu être adressée à l’ensemble de l’administration financière d’Israël ces dernières semaines. Après que Meridor a critiqué les allocations du gouvernement comme « incitation négative » au travail, Spiegler a tout simplement craqué : « Comment a-t-il pu dire une chose pareille ? » a-t-il déclaré. « A-t-il déjà été au chômage dans sa vie ? Sait-il ce que c’est que d’être dans une situation où il ne peut pas respecter les engagements financiers qu’il a pris ? Sait-il ce que cela signifie de voir son salaire réduit de moitié ? »

Shaul Meridor, directeur du budget du ministère des Finances. (Yonatan Sindel/Flash90)

Spiegler a accusé le Trésor de faire dérailler tous les efforts pour aider le public à traverser la crise et a poursuivi : « D’abord, [Meridor] devrait sortir et apprendre, et ensuite il peut revenir et prendre des décisions qui concernent l’autre côté de la barricade – le peuple d’Israël et le public. Croyez-moi, le public veut travailler ».

(Soit dit en passant, Netanyahu voudrait maintenant renvoyer Meridor, qui s’oppose à son projet d’argent comptant pour tous. Meridor, dans le débat bruyant qui a précédé la présentation de son plan par Netanyahu, aurait averti le Premier ministre : « nous devons faire attention à ne pas devenir le Venezuela » – qui a le taux d’inflation le plus élevé au monde et qui a du mal à lever des fonds sur les marchés financiers en raison d’irrégularités financières. « Ce n’est pas la première fois que je me dispute avec des bureaucrates », a noté Netanyahu lors de sa conférence de presse, en disant qu’il avait transformé l’économie israélienne au cours du dernier quart de siècle, en déclarant qu’il n’avait pas besoin de « leçons » du ministère des Finances ou de qui que ce soit d’autre, et en faisant valoir que son plan était en accord avec la pensée d’urgence COVID-19 des « économistes les plus progressistes du monde »).

Un agent de santé prélève des échantillons auprès d’un Israélien pour vérifier s’il a été infecté par le coronavirus, à Modiin, le 7 juillet 2020. (Yossi Aloni/FLASH90)

Rétablir la confiance

Il n’y a, de toute évidence, pas de solution miracle pour lutter contre le COVID-19. Il s’agit d’une maladie soi-disant simple, qui s’avère en fait impossible à cerner. Il n’existe pas non plus de solution économique rapide. Mais la crise de confiance qui afflige Israël peut être résolue.

Un point de départ devrait être la nomination par Netanyahu d’un administrateur non partisan chargé de superviser la gestion stratégique de la crise par Israël – pour coordonner les différents ministères, avec leurs priorités contradictoires, et tracer la voie à suivre, sous la responsabilité du Premier ministre mais sans aucune tache politique. Un tel individu – expérimenté dans la gestion des urgences nationales, respecté par ses pairs – peut être difficile à trouver, mais pas impossible. Un ou deux anciens chefs des différents organes de sécurité d’Israël ou de ses grands hôpitaux viennent à l’esprit.

Dans l’état actuel des choses, la chute de la confiance dans nos autorités – née des chamailleries au sein de la ‘hyper-coalition’, de l’incohérence de ses décisions et de la performance globale chancelante, parfois irresponsable – engendre à la fois une colère croissante et une dangereuse réticence à suivre les directives et les restrictions.

Il y a quelques mois, nous avons regardé à l’étranger et nous avons parfois été surpris de voir les dirigeants et leurs citoyens si contradictoires dans la gestion de la pandémie. Nous nous sommes dit, et nous avons même écrit, combien il était encourageant de voir qu’Israël, régulièrement divisé, tenait si bien le coup.

Aujourd’hui ? Pas vraiment.

___

Une version antérieure de ce billet éditorial a été envoyée mercredi dans le courriel de mise à jour hebdomadaire du ToI aux membres de la communauté du « Times of Israel ». Pour recevoir ces éditoriaux au fur et à mesure de leur parution, rejoignez la communauté du ToI ici.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...