Savoir si Tree of Life est une synagogue n’a pas d’importance, dit David Lau
Rechercher

Savoir si Tree of Life est une synagogue n’a pas d’importance, dit David Lau

Le grand-rabbin d'Israël affirme qu'il est évident que les victimes ont été tuées parce que juives, dans un lieu "au caractère juif marqué", et parle de son "désaccord idéologique"

Le grand rabbin d'Israël David Lau lors d'une cérémonie spéciale pour les nouveaux immigrants d'Amérique du Nord au nom de l'organisation Nefesh BNefesh, à l'aéroport Ben Gurion dans le centre d'Israël le 15 août 2017 (Crédit : Miriam Alster / Flash90)
Le grand rabbin d'Israël David Lau lors d'une cérémonie spéciale pour les nouveaux immigrants d'Amérique du Nord au nom de l'organisation Nefesh BNefesh, à l'aéroport Ben Gurion dans le centre d'Israël le 15 août 2017 (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

Le grand-rabbin ashkénaze d’Israël David Lau a condamné dimanche l’attentat contre la synagogue massorti Tree of Life de Pittsburgh, mais n’a pas pu se résoudre à qualifier le lieu de culte de synagogue, et l’a défini comme « un lieu à caractère juif marqué ».

Lau, un ultra-orthodoxe et un ennemi juré des courants libéraux du judaïsme, a, l’an dernier, avec son homologue séfarade le rabbin Yitzhak Yosef, contribué à rejeter l’accord sur la création d’un espace de prière égalitaire au mur Occidental.

« Je ne dirais qu’une chose : le meurtre d’un Juif, où que ce soit dans le monde, parce qu’il est juif, est quelque chose d’impardonnable, c’est un crime qui, sous aucune circonstance, ne peut-être ignoré », a déclaré Lau au journal Makor Rishon.

Cependant, interrogé sur l’attitude des Juifs ultra-orthodoxes à l’égard de leur coreligionnaires conservateurs en Israël, Lau a déclaré que ces derniers étaient indéniablement juifs, mais a refusé de qualifier Tree of Life de synagogue.

Un agent du FBI aux abords de la synagogue Tree of Life de Pittsburgh, où onze Juifs sont morts suite à une fusillade dans le quartier Squirrel Hill, le 27 octobre 2018 (Crédit : Brendan Smialowski / AFP)

Le journaliste qui a interviewé Lau lui a demandé d’expliquer pourquoi, « dans les médias ultra-orthodoxes, ils refusaient de qualifier Tree of Life de synagogue conservatrice, mais, dans le meilleur des cas, évoquaient un ‘centre juif' ».

Lau a répondu que l’appellation du lieu de l’attaque n’avait pas d’importance.

Le journaliste a alors dit : « mais c’était une synagogue » ?

« Ils ont été tués parce qu’ils étaient Juifs. La question de leur synagogue ou de leur tradition liturgique n’importe pas. »

« Nous parlons de Juifs », a répliqué Lau. « Nous n’avons pas à faire de problèmes dans des moments douloureux. »

« J’ai un profond désaccord idéologique avec eux, au sujet du judaïsme, sur son passé et sur les conséquences pour le futur du peuple juif pour les générations à venir. Alors quoi ? Ils ne sont pas Juifs pour autant ? », a-t-il ajouté.

« Des Juifs ont été tués dans un endroit qui, pour le tueur, était un lieu au caractère juif très marqué. Un endroit avec des rouleaux de Torah, des Juifs enveloppés dans des talith (châles de prière), avec des livres de prière, il y a des gens qui y étaient pour se rapprocher de Dieu », a-t-il dit. « Parce que le tueur est allé spécifiquement là-bas, et nulle part ailleurs. C’est pour cela qu’il y a de la douleur et de la colère. »

Les autorités ont indiqué que Robert Bowers, 46 ans, a tué huit hommes et femmes au sein de la synagogue Tree of Life samedi matin, durant l’office, avant qu’une équipe policière ne le blesse. Bowers s’expose à des poursuites d’Etat et fédérales.

Le docteur Karl Williams, médecin légiste en chef du comté d’Allegheny, en Pennsylvanie, a identifié les 11 victimes. Il s’agit de Joyce Feinberg, âgée de 75 ans, Richard Gottfried, âgé de 65 ans, Rose Mallinger, âgé de 97 ans, Jerry Rabinowitz, âgé de 66 ans, Cesil Rosenthal, âgé de 59 ans, David Rosenthal, âgé de 54 ans, Bernice Simon, âgée de 84 ans, Sylvan Simon, âgé de 86 ans, Daniel Stein, âgé de 71 ans, Melvin Wax, âgé de 88 ans et Irving Younger, âgé de 69 ans.

Une femme dépose des fleurs devant la synagogue Tree of life, du quartier de Squirell Hill, à Pittsburgh, après un attentat la veille dans unes synagogue qui a fait 11 morts, le 28 octobre 2018. (Crédit ! Brendan Smialowski / AFP)

Le tireur a crié « tous les Juifs doivent mourir », en entrant dans la synagogue, et a commencé à tirer. Un échange de tirs a eu lieu entre les policiers et le tireur, avant que ce dernier ne se barricade dans la synagogue, et se rende.

Lau avait déjà, dans le passé, rejeté les préoccupations des Juifs américains, dont la majorité est affiliée à des courants libéraux du judaïsme.

L’an dernier, après avoir torpillé le compromis du mur Occidental, il avait rejeté la colère suscitée par le gel du projet, affirmant que les Juifs américains ne se préoccupaient pas du lieu saint, et que 85 % d’entre eux n’étaient jamais venus en Israël.

Pour lui, le plus grand problème des Juifs américains n’était pas le mur Occidental, ni le projet de loi sur les conversions, mais les mariages inter-communautaires et l’apathie à l’égard de l’Etat hébreu.

Des membres du mouvement réformé avec des rouleaux de la Torah au mur Occidental, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 16 novembre 2017. (Crédit : Noam Rivkin Fenton,/Flash90)

Dimanche, le président de l’Union sioniste Avi Gabbay s’est fait l’écho du vice-ministre Michael Oren et appelé à la reconnaissance des courants libéraux du judaïsme, à la suite de cette fusillade.

« Les Juifs libéraux étaient suffisamment juifs pour être assassinés mais leur courant n’est pas suffisamment juif pour être reconnu par l’Etat d’Israël », a écrit Oren sur Twitter.

« Le meurtre fragilisera les communautés qui sont d’ores et déjà en lutte avec l’assimilation. Israël doit renforcer les communautés en resserrant les liens entretenus avec elles », a-t-il dit.

« J’appelle le ministre Bennett à ne pas se contenter de condoléances mais à reconnaître les courants libéraux et à créer l’union », a-t-il ajouté dans un second tweet en hébreu.

Il s’adressait fait que le ministre de l’Education Naftali Bennett, qui détient également le portefeuille du ministère des Affaires de la Diaspora, s’est envolé vers Pittsburgh quelques heures après la fusillade, pour se rendre à la synagogue, rencontrer la communauté juive locale et assister aux funérailles des victimes.

Le chef du parti d’opposition Yesh Atid, Yair Lapid, s’est également fait l’écho de Gabbay et d’Oren, appelant à la reconnaissance des courants libéraux du judaïsme.

« Si vous êtes tués parce que vous êtes Juifs, alors vous l’êtes », a-t-il dit dans une déclaration samedi soir. « Les conservateurs et les réformés sont nos frères. Ils sont notre famille. »

Le ministre des Affaires de la Diaspora Naftali Bennett s’adresse aux médias à la synagogue Tree of Life du quarter de Squirell hill, à Pittsburgh, le 28 octobre 28, 2018. (Crédit : AP /Matt Rourke)

« C’est une bonne chose que le ministre de l’Education se soit rendu à Pittsburgh pour consoler et renforcer, mais la relation avec la majorité des Juifs américains ne peut pas être basée sur les condoléances et le chagrin », a déclaré Lapid. « Nous ne pouvons pas ramener les morts, mais nous avons le devoir de réparer notre relation avec les vivants. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...