Rencontre entre Rivlin et Ban Ki-Moon
Rechercher

Rencontre entre Rivlin et Ban Ki-Moon

Le président a souligné que le Hamas refuse toujours de donner, même à la Croix Rouge, des informations sur le sort des Israéliens détenus à Gaza

Le président Reuven Rivlin (à droite) reçoit le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon, en visite en Israël, à la résidence présidentielle de Jérusalem, le 27 juin 2016. (Crédit : Mark Neiman/GPO)
Le président Reuven Rivlin (à droite) reçoit le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon, en visite en Israël, à la résidence présidentielle de Jérusalem, le 27 juin 2016. (Crédit : Mark Neiman/GPO)

Le président Reuven Rivlin a accueilli le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon pendant sa visite en Israël à la résidence présidentielle à Jérusalem.

Rivlin a accueilli son invité et parlé de sa fierté de la contribution d’Israël à la communauté internationale, et l’attribution récente à Israël de la présidence de la commission des affaires juridiques de l’Assemblée générale de l’ONU.

Il a déclaré qu’Israël « est fier du rôle qu’il joue dans la communauté internationale ; de la technologie à la médecine, de la recherche à la culture. Israël est fier de l’aide qu’il offre par Mashav [agence de coopération et de développement international du pays] et par d’autres programmes humanitaires qui aident à construire un monde meilleur. »

Il a ajouté qu’Israël « est fier du rôle qu’il joue aux Nations unies, le forum international le plus important. Nous sommes fier de détenir la présidence de la commission des affaires juridiques de l’Assemblée générale, et j’ai félicité l’ambassadeur Danny Danon pour cette réussite historique. »

Le président s’est exprimé sur les préoccupations d’Israël sur le destin de deux soldats israéliens et de deux citoyens israéliens qui sont retenus par le Hamas dans la bande de Gaza, et a demandé à Ban Ki-Moon d’intervenir sur le sujet.

Les soldats de Tsahal Oron Shaul (à gauche) et Hadar Goldin (à droite) (Crédit : Flash90)
Les soldats de Tsahal Oron Shaul (à gauche) et Hadar Goldin (à droite) (Crédit : Flash90)

Il a déclaré que « le Hamas refuse toujours de donner, même à la Croix Rouge, des informations sur le destin de nos deux soldats, Hadar Goldin et Oron Shaul. Dans le même temps, nous sommes très inquiets du sort de deux citoyens israéliens, qui souffrent tous deux de problèmes mentaux, un musulman et un juif. Ils sont détenus par le Hamas depuis qu’ils sont entrés dans Gaza il y a deux ans. Encore une fois, le Hamas a refusé de donner des informations sur leur bien-être ou leur lieu de détention. Je vous demande de faire tout ce que vous pouvez pour mettre fin à cette douleur. »

Parlant ensuite de la situation dans la région, et de l’amélioration des relations avec la Turquie, Rivlin a déclaré qu’il existait une coopération croissante enter Israël et beaucoup de ses voisins. Il pense qu’il « y a un désir régional de mettre fin au conflit avec les Palestiniens. »

Il a ajouté qu’il saluait « la chance de renouveler nos relations avec la Turquie. Nous avons une longue histoire de coopération, et je pense que nous avons un futur prometteur de coopération. Je comprends que beaucoup d’Israéliens soient en désaccord ou se sentent blessés par l’accord, mais nos dirigeants élus ont la responsabilité d’agir dans le meilleur intérêt du pays. Il n’y a pas de raccourci au Moyen Orient. La haine se répand bien plus vite que l’espoir, et le seul moyen d’avancer est par des négociations directes. »

Le président a conclu en remerciant le secrétaire général pour son « dévouement à notre région et aux peuples du monde entier. Vous serez toujours le bienvenu ici, en tant qu’ami réel d’Israël, même si nous pouvons avoir des désaccords, un ami qui connaît l’importance d’un Israël fort. »

Le président Reuven Rivlin (à droite) reçoit le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon, en visite en Israël, à la résidence présidentielle de Jérusalem, le 27 juin 2016. (Crédit : Mark Neiman/GPO)
Le président Reuven Rivlin (à droite) reçoit le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon, en visite en Israël, à la résidence présidentielle de Jérusalem, le 27 juin 2016. (Crédit : Mark Neiman/GPO)

A son tour, le secrétaire général de l’ONU a remercié le président pour sa chaleureuse hospitalité et de son espoir de mettre fin au terrorisme. « Un lendemain meilleur signifie aussi un futur libéré de la violence. Le dernier attentat terroriste épouvantable à Tel Aviv en est un exemple éclatant. »

Après avoir présenté ses condoléances aux victimes et à leur famille, il a déclaré que « les attaques au couteau, à arme à feu, et à la bombe ne réussiront rien car la violence n’est jamais une solution. De tels actes sont précisément conçus pour engendrer la peur et l’incertitude. Ils rongent la confiance et l’espoir, et éloignent encore Israéliens et Palestiniens, et retirent tout sens de l’empathie pour l’autre. »

Il a ajouté que « les dirigeants des deux partis devaient urgemment prendre des mesures concrètes pour restaurer l’espoir et un horizon politique pour que les peuples israélien et palestinien voient un chemin vers la paix, pas un enlisement de violence récurrente. »

Ban Ki-Moon s’est dit encouragé par les récents engagements internationaux et régionaux.

Special Envoy to the Quartet of Middle East Peacemakers Tony Blair, attends a press conference in the West Bank city of Ramallah, March 8, 2010. (photo credit: by Issam Rimawi/Flash90.)
Tony Blair, ancien Premier ministre britannique et envoyé du Quartet pour la paix. (Crédit : Issam Rimawi/Flash90)

En parlant du rapport qui sera bientôt publié par le Quartet, il a déclaré qu’il encourageait « les dirigeants israéliens et palestiniens à s’engager avec le Quartet sur ses recommandations et sur la création des conditions de reprise de négociations sensées. » Il a assuré le président du soutien des Nations unies à tout effort visant à réussir cet objectif.

Le secrétaire général a ensuite remercié Rivlin pour sa position contre le racisme et la discrimination. « Vos mots et vos actions reflètent votre engagement profond pour assurer que tous les Israéliens, de toutes les origines, sont traités avec dignité et respect », a-t-il déclaré.

Il a conclu en ajoutant qu’il saluait l’annonce de l’accord de normalisation des relations entre Israël et la Turquie. « C’est un signal important pour la stabilité de la région. »

Pendant leur rencontre, Rivlin a parlé de ses réunions à l’Union européenne la semaine dernière, et de sa déception devant les mots prononcés par le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, pendant son discours devant le parlement européen.

Le président a souligné que le refus de Mahmoud Abbas d’une initiative européenne pour organiser une rencontre entre eux deux pendant qu’ils étaient à Bruxelles représente un prolongement de la crise de confiance qui existe entre Israéliens et Palestiniens.

De plus, Rivlin et Ban ont parlé de la situation régionale, en particulier à la frontière nord d’Israël avec la Syrie, et à la frontière avec la bande de Gaza.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...