Si Téhéran et Washington s’accordent, Israël a besoin d’une nouvelle approche
Rechercher
Analyse

Si Téhéran et Washington s’accordent, Israël a besoin d’une nouvelle approche

Les actions secrètes contre le programme nucléaire iranien risquent de provoquer une rupture avec Biden, tout en ne pouvant empêcher l'accord auquel les deux pays aspirent

Lazar Berman

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

A gauche : Le président américain Joe Biden parle de la Russie dans la salle Est de la Maison Blanche, jeudi 15 avril 2021, à Washington. (AP Photo/Andrew Harnik) ; à droite : Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prend la parole lors d'une cérémonie à la mémoire des soldats tombés au combat à la maison Yad LeBanim, à la veille du Yom HaZikaron, à Jérusalem, le mardi 13 avril 2021. (Debbie Hill/Pool Photo via AP)
A gauche : Le président américain Joe Biden parle de la Russie dans la salle Est de la Maison Blanche, jeudi 15 avril 2021, à Washington. (AP Photo/Andrew Harnik) ; à droite : Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prend la parole lors d'une cérémonie à la mémoire des soldats tombés au combat à la maison Yad LeBanim, à la veille du Yom HaZikaron, à Jérusalem, le mardi 13 avril 2021. (Debbie Hill/Pool Photo via AP)

Des notes optimistes – bien que quelque peu tempérées – ont été émises cette semaine à Vienne, alors que l’Iran et les États-Unis tentent de trouver un accord sur un retour à l’accord nucléaire de 2015.

« Après des jours de discussions intenses, a tweeté le négociateur nucléaire iranien, Abbas Araghchi, il semble que nous soyons maintenant sur la bonne voie. Mais le chemin à parcourir reste difficile. »

« Des progrès ont été réalisés », selon le diplomate de l’Union européenne Enrique Mora.

La Russie et la Chine se sont également dites satisfaites de l’orientation des discussions.

Un accord final est probable car toutes les parties le souhaitent. La prétendue campagne secrète de sabotage d’Israël contre le programme nucléaire iranien – qui a remporté quelques succès très médiatisés – n’est pas susceptible d’arrêter le train qui avance lentement et pourrait contrarier l’administration Biden qui ne semble pas particulièrement amicale envers Israël sous la direction du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Accélérer ou ralentir ?

Bien qu’elle ait besoin de conclure un accord pour sauver son économie, certaines pressions poussent la République islamique à ralentir les négociations.

Abbas Araghchi, adjoint politique au ministère iranien des Affaires étrangères, quitte le « Grand Hotel Wien » après des négociations nucléaires à huis clos à Vienne, le 16 avril 2021, où les diplomates de l’UE, de la Chine, de la Russie et de l’Iran tiennent leurs discussions. (JOE KLAMAR / AFP)

« Nous devons prendre l’optimisme avec des pincettes car nous l’entendons principalement de la part des Iraniens et des Russes et un peu de la part des Chinois », a déclaré Henry Rome, analyste principal à l’Eurasia Group.

Les États-Unis et les E3 – les trois pays européens qui ont signé le plan d’action global conjoint de 2015 – ont été plus circonspects dans leurs déclarations.

« Je pense que la tâche qui nous attend est très difficile, et si vous lisez vraiment entre les lignes de ce qu’Araghchi et d’autres disent, c’est que les choses progressent, mais nous ne sommes pas à l’aube d’une percée ni d’une rupture », a déclaré M. Rome.

La principale préoccupation de l’Iran est d’obtenir des États-Unis qu’ils suppriment les sanctions paralysantes réimposées par le président américain Donald Trump. Sous le coup de ces sanctions, Téhéran ne peut accéder à des milliards de dollars d’actifs placés dans des banques étrangères, l’inflation et le chômage ont augmenté, et les exportations de pétrole ont chuté de façon spectaculaire.

Pourtant, les négociateurs iraniens ne se pressent pas.

« Les Iraniens veulent lever les sanctions mais ils ne se sentent pas sous pression », a déclaré Raz Zimmt, chargé de recherche à l’Institute for National Security Studies de Tel Aviv. « Si la plupart de leurs demandes sont satisfaites – au centre se trouve bien sûr la suppression totale des sanctions – ils ne verront aucun problème à revenir à leurs engagements dans l’accord nucléaire. »

Le président américain Donald Trump brandit un décret signé visant à augmenter les sanctions contre l’Iran, dans le bureau ovale de la Maison Blanche, le 24 juin 2019, à Washington. Trump est accompagné du secrétaire au Trésor Steve Mnuchin, (à gauche), et du vice-président Mike Pence. (AP Photo/Alex Brandon)

Depuis que l’Iran a commencé à ignorer ouvertement ses responsabilités dans le cadre du JCPOA en juillet 2019, il a toujours indiqué qu’il serait prêt à revenir sur ses actions si les sanctions étaient entièrement levées.

« Leur économie n’est pas dans une position durable où ils peuvent continuer comme ça indéfiniment », a expliqué Rome. « D’autre part, bien sûr, les dirigeants sont très sensibles à l’idée de paraître faibles ou d’essayer d’abandonner tout levier de négociation en agissant de manière désespérée. »

« Nous ne devrions pas être surpris que les Iraniens ne se présentent pas chapeau en main, en suppliant pour cet allégement. Ils sont très habiles dans ce genre de négociations, et savent très bien jouer même avec une mauvaise main. Cela aide à expliquer pourquoi ils ne se montrent pas particulièrement nécessiteux à ce stade, même si la situation économique pourrait suggérer le contraire. »

Le facteur Chine

Certains ont suggéré que l’accord de partenariat stratégique que l’Iran a signé avec la Chine en mars a donné à Téhéran une marge de manœuvre dans les négociations en offrant des échanges et des investissements importants, même si les sanctions américaines restent en place.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, (à gauche), rencontre son homologue chinois Wang Yi, (à droite), dans la capitale Téhéran, le 27 mars 2021. L’Iran et la Chine ont signé ce que la télévision d’État a appelé un « pacte de coopération stratégique de 25 ans », alors que les rivaux américains se rapprochent. (AFP)

Il s’agit d’une interprétation fondamentalement erronée de ce qu’est réellement le partenariat stratégique global Iran-Chine.

« Ce n’est pas vraiment un accord », a déclaré Jason Brodsky, analyste principal chez Iran International. « C’est une feuille de route… il y a beaucoup de battage autour de cet accord mais dans la pratique, la Chine a été vraiment prudente avec les investissements iraniens. Je ne suis pas si sûr que cela ait un impact énorme sur les négociations. »

En fait, l’accord avec la Chine pousse l’Iran vers un accord avec les États-Unis, ce qui est le résultat souhaité par Pékin.

« Je pense que l’accord avec la Chine définit en fait pour l’Iran ce que pourrait être une relation économique avec Pékin, qui ne peut exister qu’en l’absence de sanctions américaines », a déclaré M. Rome.

Au cours des administrations Obama et Trump, la Chine – critique acerbe de la politique américaine à l’égard de l’Iran – a montré qu’elle était largement réticente à contester les sanctions américaines. Les sociétés d’État chinoises étaient plus intéressées par la protection de leur accès aux investissements et aux marchés américains.

« Pour ce qui est d’affecter leur capacité à résister aux sanctions à long terme, a déclaré M. Rome, je pense que cela ne fait pas grand-chose et que c’est une façon pour les Chinois de s’affirmer, en essayant d’inciter l’Iran à revenir à l’accord nucléaire en disant : « Regardez tous ces domaines de coopération qui sont disponibles si les sanctions américaines sont levées ».

Élections

Des considérations de politique intérieure influent également sur la rapidité avec laquelle l’Iran souhaite faire avancer les pourparlers. L’Iran organise ses élections présidentielles en juin, et les partisans de la ligne dure ont toutes les chances de triompher d’un candidat réformateur issu du camp du président sortant Hassan Rouhani.

Le président iranien Hassan Rouhani s’exprime lors d’une conférence de presse à Téhéran, en Iran, le 14 décembre 2020. (Bureau de la présidence iranienne via AP)

Le Guide suprême iranien Ali Khamenei, l’autorité suprême en matière de politique nucléaire du pays, soutient le JCPOA et les négociations en cours, sinon les négociateurs iraniens ne seraient pas à Vienne. Dans le même temps, il souhaite voir un candidat conservateur remplacer Rouhani, et pourrait bien attendre la fin des élections pour finaliser un accord.

« S’il y a un accord rapide, cela pourrait permettre à Rouhani de terminer son mandat sur une note très élevée et de donner du pouvoir à ses alliés lors des élections », a déclaré M. Rome. « Les conservateurs et les partisans de la ligne dure veulent priver le gouvernement Rouhani de ce genre de succès final et s’assurer que Rouhani et [le ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad] Zarif quittent leurs fonctions avec un accord encore en lambeaux. Et cela laisse à celui qui viendra ensuite le soin de ramasser les morceaux. »

Les élections ne vont pas affecter les résultats de Khamenei, a souligné M. Brodsky, mais elles pourraient avoir un impact sur le calendrier d’un accord. « Le chef suprême va être le décideur suprême sur le dossier nucléaire, avant et après l’élection présidentielle. La rapidité ou la lenteur des négociations, le rythme des négociations, seront affectés par ses calculs sur les élections iraniennes. »

Il se peut également que Khamenei préfère que ce soient des négociateurs plus durs qui concluent l’accord final, et qu’il veuille suspendre tout progrès réel jusqu’à ce qu’un candidat conservateur prenne ses fonctions en août.

Dans le même temps, les élections imminentes créent un élan au sein du gouvernement iranien pour un accord rapide. Les réalisations de Rouhani et Zarif renforceraient la position des camps pragmatiques si de réels progrès sont réalisés dans les pourparlers avant le scrutin de juin.

L’Iran avance

Les violations délibérées et très publiques par l’Iran de ses responsabilités dans le cadre du JCPOA compliquent encore les pourparlers. En 2019, l’Iran a commencé à suspendre lentement son respect de certaines parties de l’accord, et a accéléré ses violations cette année. En janvier 2021, Téhéran a révélé qu’il prenait des mesures pour produire de l’uranium métal, quelques jours après avoir repris l’enrichissement de l’uranium à 20 % de pureté dans l’installation souterraine de Fordo. Le mois suivant, Téhéran a officiellement suspendu sa mise en œuvre du protocole additionnel du traité de non-prolifération, qui donnait aux inspecteurs nucléaires un accès accru au programme nucléaire iranien, y compris la possibilité d’effectuer des inspections inopinées sur des sites non déclarés.

Le président iranien Hassan Rouhani visite la centrale nucléaire de Bushehr, aux abords de Bushehr, en Iran, le 13 janvier 2015. (Crédit : AP Photo/Bureau de la présidence iranienne, Mohammad Berno, File)

Une semaine après l’explosion survenue le 11 avril dans l’installation souterraine d’enrichissement de Natanz – dont on pense généralement qu’elle est l’œuvre d’Israël – qui a provoqué une panne d’électricité et endommagé des centrifugeuses, l’Iran a annoncé qu’il portait ses niveaux d’enrichissement à 60 %, ce qui représente une courte étape technique par rapport à la pureté nécessaire pour fabriquer des armes nucléaires et une violation importante de l’accord nucléaire de 2015.

Les violations sont destinées à créer un sentiment d’urgence autour du retour à l’accord nucléaire, a déclaré M. Rome. « Je pense qu’il s’agit de créer un effet de levier, pas une bombe. »

« Je pense que l’objectif ici est de dire que oui, nous avons eu une quantité assez importante de notre capacité nucléaire mise hors service, et nous devons compenser d’une manière ou d’une autre et montrer que nous ne sommes pas sur la défensive. »

Même si les violations sont conçues principalement pour influencer les négociations nucléaires, l’Iran fait toujours des progrès significatifs vers la capacité d’armement nucléaire. « Toutes les mesures prises par les Iraniens depuis l’été 2019 ont considérablement réduit le temps de rupture », a déclaré Zimmt, soulignant que cela ne concerne que la matière fissile, et non les autres éléments d’une arme comme un détonateur.

Des images de l’installation nucléaire de Natanz diffusées par la télévision d’État iranienne, le 17 avril 2021. (Capture d’écran/Twitter)

« Personne ne sait faire la différence entre un message et une étape tangible », a soutenu Joab Rosenberg, ancien analyste en chef adjoint à la direction du renseignement militaire de l’armée israélienne. « En réalité, ils se rapprochent de la bombe. Avec la situation fragile actuelle, c’est extrêmement dangereux. »

Les observateurs sont particulièrement préoccupés par l’expertise acquise par les scientifiques iraniens au cours des deux dernières années. « Je pense qu’il y a une inquiétude en raison des connaissances techniques que l’Iran acquiert avec un taux d’enrichissement plus élevé », a déclaré Brodsky. « Il est très difficile de défaire ces connaissances techniques ».

« Téhéran cherche à être prêt à fabriquer des armes nucléaires dans les plus brefs délais, ce qui signifie qu’il doit acquérir des compétences techniques à toutes les étapes de ce processus complexe », a déclaré Andrea Stricker, chargée de recherche à la Fondation pour la défense des démocraties. « Téhéran peut rapidement réduire son programme d’enrichissement, mais les connaissances qu’il acquiert grâce à cette nouvelle étape sont irréversibles. L’Iran a déjà pris une variété d’avancées nucléaires qui fournissent des gains de connaissances irréversibles pour une arme nucléaire pour les jours de pluie. »

Israël seul

La campagne secrète d’Israël contre l’Iran complique encore les discussions. Alors qu’Israël a mené une « campagne d’entre-deux-guerres » efficace contre l’Iran et ses alliés en Syrie et en Irak, ces dernières semaines, la lutte s’est intensifiée en mer. Les forces soutenues par l’Iran sont accusées de cibler des navires civils appartenant à Israël avec des missiles et des mines, tandis qu’Israël aurait répondu en minant un navire du Corps des Gardiens de la Révolution iranienne en mer Rouge.

Des militaires se tiennent près du cercueil de Mohsen Fakhrizadeh recouvert du drapeau iranien, un scientifique nucléaire qui a été tué vendredi, lors d’une cérémonie funéraire à Téhéran, en Iran, le 30 novembre 2020. (Ministère de la Défense iranien via AP)

Les services de sécurité israéliens ont également intensifié leur campagne contre le programme nucléaire iranien. Une série d’explosions en juin et juillet 2020 – dont une attaque à Natanz qui aurait fait reculer le programme iranien de deux ans – a endommagé des sites nucléaires et des missiles iraniens.

En novembre, le père du nucléaire iranien Mohsen Fakhrizadeh circulait sur une autoroute à l’extérieur de la capitale lorsqu’il a été tué par ce qui a été décrit comme une mitrailleuse télécommandée.

L’explosion du 11 avril, imputée à Israël, à l’usine de Natanz aurait causé des dommages considérables, notamment à ses différents types de centrifugeuses d’enrichissement de l’uranium.

Au-delà de l’entrave au programme nucléaire iranien, de nombreux experts estiment qu’Israël tente de faire tout ce qu’il peut pour faire dérailler les négociations de Vienne.

Sur cette image réalisée à partir d’une vidéo du 17 avril 2021, publiée par la télévision d’État Islamic Republic Iran Broadcasting, IRIB, diverses machines à centrifuger sont alignées dans un hall de l’installation d’enrichissement d’uranium de Natanz, en Iran. (IRIB via AP, File)

« Israël essaie de provoquer l’Iran pour qu’il riposte d’une manière qui perturberait les négociations », a déclaré Rome, « ou pour convaincre d’un point de vue de politique intérieure qu’il est tout simplement trop inacceptable d’envisager des concessions à l’Occident à un moment où nous sommes frappés chez nous. Je pense qu’il y a un lien direct avec le fait d’essayer de faire dérailler les progrès des négociations. »

L’administration Biden semble s’inquiéter de ce résultat. Washington a fait savoir à Israël, dans des termes très clairs, que les « rumeurs » sur son implication présumée dans l’explosion de la semaine de Natanz devaient cesser, en l’avertissant que cela était dangereux, préjudiciable et embarrassant pour l’administration pendant les négociations nucléaires.

« Je pense que c’est certainement un jeu risqué que d’essayer de saper ouvertement un objectif clair de la politique étrangère américaine ici », a déclaré M. Rome.

Cette approche se démarque nettement de celle employée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu en 2013-2015, lors de l’élaboration du JCPOA. Alors que Netanyahu et les ministres israéliens ont mené une campagne politique concertée et très controversée aux États-Unis contre les efforts d’Obama pour conclure l’accord, Israël s’est surtout abstenu d’attaquer le programme nucléaire iranien. Avec Biden au pouvoir, Israël n’essaie pas ouvertement d’influencer les législateurs américains, mais poursuit au contraire une campagne secrète agressive en Iran.

Le président américain Joe Biden s’exprime dans l’auditorium South Court sur le campus de la Maison Blanche, à Washington, le 7 avril 2021. (Evan Vucci/AP)

Néanmoins, il est difficile d’imaginer que les opérations secrètes d’Israël parviennent à saboter un accord que l’Iran et les États-Unis souhaitent tous les deux conclure. « Cela déstabilise le programme pendant une courte période », a déclaré Rome. « Mais je pense que ce n’est pas durable ».

La campagne pourrait même renforcer la position des Iraniens qui veulent convaincre Khamenei de se doter de l’arme nucléaire. « C’est quelque chose qu’ils n’ont pas réussi à faire au cours des 20 dernières années », a déclaré Rosenberg.

Bien qu’il soit peu probable qu’Israël perturbe un accord, la campagne secrète pourrait souligner à l’administration Biden que les préoccupations d’Israël doivent être prises plus au sérieux qu’en 2015.

« Les préoccupations israéliennes sont importantes ici et si les États-Unis ne trouvent pas un moyen de rendre la diplomatie à l’épreuve des balles, alors nous aurons un vrai problème », a déclaré Brodsky.

Certaines des préoccupations d’Israël pourraient être satisfaites si les « clauses de caducité » – des limites aux activités d’enrichissement qui disparaissent progressivement entre 2026 et 2031 – du JCPOA sont prolongées. En janvier 2026, l’Iran sera autorisé à enrichir à l’aide de centrifugeuses avancées. Cinq ans plus tard, il sera libre d’enrichir de l’uranium à des niveaux supérieurs à 3,67 % et de stocker plus de 300 kilogrammes d’uranium enrichi.

La Haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères Federica Mogherini (à gauche) et le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif (au centre) participent à une réunion ministérielle du Plan d’action global (JCPOA) sur l’accord nucléaire iranien le 6 juillet 2018, à Vienne, en Autriche. (AFP/APA/Hans Punz)

En outre, en vertu de l’annexe B de la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies, les restrictions sur les transferts d’armes vers l’Iran ont pris fin en octobre 2020, tandis que l’interdiction de fournir à l’Iran les composants nécessaires à la fabrication d’un missile à capacité nucléaire prend fin en octobre 2023. La prolongation de ces deux limites contribuera grandement à atténuer l’opposition israélienne.

Néanmoins, si Israël veut façonner efficacement un accord, ses dirigeants devront formuler une stratégie plus large qu’une campagne secrète de sabotage.

Le prochain voyage aux États-Unis du chef du Mossad, Yossi Cohen, du conseiller à la sécurité nationale, Meir Ben-Shabbat, et du chef d’état-major de l’armée israélienne, Aviv Kohavi, en début de semaine prochaine, pourrait indiquer qu’Israël reconnaît que ses efforts doivent être réorientés. Selon le radiodiffuseur public Kan, les responsables feront pression pour une plus grande surveillance internationale des sites nucléaires iraniens.

« ‘Nous ne laisserons jamais l’Iran se doter d’une arme nucléaire’ n’est pas une stratégie », a déclaré Rosenberg. « C’est juste de la vantardise ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...