Syrie, Irak, Liban : la lutte d’Israël contre l’Iran et ses alliés
Rechercher

Syrie, Irak, Liban : la lutte d’Israël contre l’Iran et ses alliés

La confrontation indirecte entre Israël et l'Iran, jusque-là limitée au conflit syrien, menace de déborder sur deux autres fronts

Les forces de sécurité libanaises près du site du crash d'un drone israélien présumé dans un bastion du Hezbollah libanais, dans la banlieue sud de Beyrouth au Liban, le 25 août 2019. (Crédit : AP/Bilal Hussein)
Les forces de sécurité libanaises près du site du crash d'un drone israélien présumé dans un bastion du Hezbollah libanais, dans la banlieue sud de Beyrouth au Liban, le 25 août 2019. (Crédit : AP/Bilal Hussein)

Frappes israéliennes en Syrie, mais aussi accusations d’attaques au drone au Liban et en Irak : la confrontation indirecte entre Israël et l’Iran, jusque-là limitée au conflit syrien, menace de déborder sur deux autres fronts.

Que s’est-il passé ?

L’armée israélienne a annoncé dimanche avoir mené la veille une frappe dans le village syrien d’Aqraba, situé au sud de Damas, afin de prévenir une attaque de drone orchestrée par l’Iran depuis la Syrie, selon elle.

Après ce premier incident, le groupe terroriste chiite du Hezbollah libanais a accusé Israël d’avoir mené dimanche avant l’aube une attaque au drone contre son bastion au sud de Beyrouth. Le chef de la puissante formation chiite, Hassan Nasrallah, a présenté cette attaque comme « le premier acte d’agression » d’Israël au Liban depuis la guerre qui a opposé les deux camps en 2006.

Le dirigeant du Hezbollah Hassan Nasrallah fait une déclaration le 29 juin 2018 (capture d’écran YouTube)

Puis, dans un troisième incident, le Hachd al-Chaabi, une puissante force paramilitaire irakienne elle aussi favorable à l’Iran et à Damas, a accusé Israël d’avoir mené une attaque de drones ayant tué l’un de ses combattants en Irak, près de la frontière syrienne.

L’armée israélienne a refusé de commenter les allégations en provenance du Liban et d’Irak.

Qu’est-ce qui a changé ?

L’Iran est l’ennemi juré d’Israël, qui craint de voir la République islamique se doter de l’arme nucléaire.

Depuis le début du conflit en Syrie en 2011, l’armée israélienne a mené des centaines de frappes sur le sol syrien contre des cibles qu’elle dit être de l’Iran et du Hezbollah, deux alliés du régime de Bachar al-Assad.

Israël ne reconnaît pas souvent la paternité de ces frappes comme elle l’a fait dimanche.

L’Etat hébreu avait affirmé avoir abattu en février 2018 un drone iranien ayant pénétré son espace aérien. Mais c’est la première fois que l’Etat hébreu accuse l’Iran d’avoir préparé une attaque au drone armé depuis la Syrie.

Pourquoi l’Irak ?

Selon de nombreux analystes israéliens, l’Iran semble avoir transféré certaines de ses activités vers l’Irak afin de se prémunir contre les frappes israéliennes en Syrie.

« Tout pays qui permet que son territoire serve à des agressions contre Israël devra en subir les conséquences », a prévenu récemment le Premier ministre Benjamin Netanyahu suggérant ainsi que son pays pouvait mener des attaques ailleurs qu’en Syrie.

Yaakov Amidror, ancien conseiller à la sécurité nationale, en octobre 2013. (Crédit : Flash90)

Pour Yaakov Amidror, du centre d’analyse du Jerusalem Institute for strategy and security, « l’Irak, en tant que pays souverain, doit prendre en considération qu’il est devenu une rampe de lancement pour l’Iran ».

« Vous ne pouvez pas faire partie de la stratégie de l’Iran, de ses infrastructures et rester hors-jeu. Si vous en faites partie, vous en faites partie », avance-t-il.

Y-a-t-il risque d’escalade ?

A ce stade, selon Amos Yadlin, un ancien chef du renseignement militaire israélien, le risque de représailles pour Israël est de voir des soldats de l’allié américain pris pour cibles en Irak.

Amos Yadlin, former director of military intelligence, Jan 2012. (photo credit: Gideon Markowicz/FLASH90)
Amos Yadlin (Crédit : Gideon Markowicz/Flash90)

Le chef du Hezbollah a, lui, promis une réaction. « Je dis à l’armée israélienne aux frontières. Dès cette nuit, préparez-vous, et attendez-nous un jour, deux, trois, quatre », a martelé Hassan Nasrallah.

La dernière guerre entre Israël et le mouvement chiite à l’été 2006 a fait, en 33 jours, 1.200 morts côté libanais et 160 côté israélien.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...