Rechercher

Tsahal doit faire preuve de « fermeté » à l’égard des résidents d’implantations- Galon

La cheffe du Meretz a demandé à Gantz de déclarer les "Jeunes des collines" comme groupe terroriste, ajoutant que Ben Gvir serait "prêt à payer le prix du sang" pour des photos

La cheffe du Meretz, Zehava Galon, s'exprimant devant ses partisans après l'annonce des résultats des primaires du parti de gauche à Tel Aviv, le 23 août 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
La cheffe du Meretz, Zehava Galon, s'exprimant devant ses partisans après l'annonce des résultats des primaires du parti de gauche à Tel Aviv, le 23 août 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

La cheffe du parti du Meretz, Zehava Galon, a appelé samedi le ministre de la Défense, Benny Gantz, à exiger des soldats plus de retenue dans leur traitement des Palestiniens. Elle a ajouté que les résidents d’implantations devaient faire l’objet de plus de fermeté de la part des autorités.

« Le ministre de la Défense doit à la fois contenir et modérer les soldats de Tsahal », a déclaré la responsable du parti de gauche lors d’un événement culturel organisé à Petah Tikva.

« Il y a une terrible augmentation du nombre de Palestiniens tués. Il y a eu un relâchement dans les règles d’engagement qui régissent les tirs », a-t-elle ajouté.

« Les résidents d’implantation se déchaînent dans les [zones] palestiniennes et cela crée une escalade », a-t-elle continué. « L’armée assure la sécurité des résidents d’implantations lors de toutes sortes de marches, ce qui constitue une provocation. »

Mardi, le sergent-chef Ido Baruch a été tué dans une fusillade près de l’implantation de Shavei Shomron, dans le nord de la Cisjordanie, alors qu’il assurait la sécurité d’un défilé réunissant des résidents d’implantations et qui avait été organisé aux abords de la ville palestinienne adjacente de Sebastia. Cette manifestation voulait dénoncer une série de fusillades récentes en Cisjordanie.

« Tous ceux qui proposent d’envoyer davantage de soldats [israéliens] en Cisjordanie entraîneront une escalade inutile dans la région », a-t-elle déclaré, avant d’ajouter « qu’il faut adopter une attitude plus ferme à l’égard des résidents d’implantations ».

Les forces de police opérant à Jérusalem-Est, le 13 octobre 2022. (Crédit : Police israélienne)

Les propos tenus par la dirigeante du Meretz sont intervenus dans un contexte marqué par plusieurs jours d’affrontements violents à Jérusalem-Est et par une recrudescence de la violence en Cisjordanie, ainsi que dans le sillage d’un certain nombre d’incidents qui ont été très médiatisés ces derniers mois. À différentes occasions, des soldats ont ainsi été vus en train d’appuyer des violences perpétrées par des résidents d’implantations contre des Palestiniens et des militants de gauche, restant parfois à l’écart lors de ces heurts.

Dans un tweet posté samedi soir, Gantz a exhorté « les élus à faire preuve de responsabilité dans leurs déclarations ».

« Face à une réalité complexe sur le terrain, les commandants et les soldats de Tsahal et les agents de toutes nos forces de sécurité ont tout le soutien nécessaire pour mener à bien leurs activités, et pour assurer la sécurité des citoyens israéliens avec détermination et professionnalisme. »

Jeudi, des dizaines de résidents de l’implantation de Yitzhar, dont certains étaient armés de bâtons, sont entrés dans la ville de Huwara, en Cisjordanie, et ont affronté des Palestiniens en réponse à des attaques commises contre des véhicules israéliens dans la région.

Sur des images, des soldats israéliens apparaissent aux côtés des résidents d’implantations alors qu’ils s’en prennent violemment à des Palestiniens à Huwara. L’un d’entre eux tire des coups de semonce.

Les tensions ont fortement augmenté en Cisjordanie, les forces de l’ordre israéliennes ayant intensifié les raids d’arrestation et autres efforts de lutte contre le terrorisme en Cisjordanie depuis qu’une série d’attaques terroristes contre des Israéliens a fait 19 morts, au printemps dernier.

Plus de 100 Palestiniens ont été tués lors de ces opérations israéliennes, la plupart lors d’attaques ou d’affrontements avec les forces de l’ordre, mais certains n’étaient pas impliqués dans ces violences.

De plus, ces derniers mois, des hommes armés palestiniens ont attaqué à plusieurs reprises des postes militaires, des soldats déployés le long de la barrière de sécurité en Cisjordanie, des implantations israéliennes ou encore des civils sur les routes.

Trois soldats ont été tués dans des attaques au cours des dernières semaines.

Galon s’en est également pris au législateur d’extrême-droite Itamar Ben Gvir, qui a brandi une arme lors d’une visite du quartier Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est, en proie à d’intenses affrontements qui ont opposé les Israéliens et les Palestiniens jeudi soir.

« C’est une brute et un provocateur. Il est venu à Jérusalem accompagné de ‘Jeunes des collines’. Le ministre de la Défense devrait les déclarer ‘organisation terroriste’ et demander la suppression de l’immunité [parlementaire] de Ben Gvir pour avoir encouragé les incitations à la violence et le terrorisme », a-t-elle déclaré.

« Ben Gvir est prêt à payer le prix du sang des Juifs et des Arabes afin de pouvoir prendre des photos pour sa campagne. Il a même dit à la police : ‘Tirez sur eux à balles réelles !' », a déclaré Galon.

« Comment en est-on arrivé là ? », s’est interrogée Galon.

L’incident est survenu alors que le député du parti d’extrême-droite Otzma Yehudit, Ben Gvir, visitait le quartier de Sheikh Jarrah. Des Palestiniens et des Juifs israéliens se sont violemment opposés alors que des affrontements se poursuivaient dans plusieurs quartiers de Jérusalem-Est.

Le député Itamar Ben Gvir brandissant une arme à feu lors d’affrontements à Jérusalem-Est, le 13 octobre 2022. (Crédit : Twitter)

Bien que Ben Gvir n’ait pas utilisé l’arme dégainée alors qu’il était à l’abri derrière un camion, il a demandé à la police de procéder à des tirs à balles réelles sur des Arabes qui lançaient des pierres. La veille, il avait menacé, en hurlant, de « faucher » un groupe de Palestiniens lors d’une visite au même endroit.

Sheikh Jarrah, dont certaines parties sont connues, dans l’histoire, sous le nom de Shimon Hatzadik, est devenu l’un des quartiers les plus tendus de Jérusalem. Les nationalistes juifs cherchent à en expulser les résidents palestiniens dans le cadre de batailles juridiques qui durent depuis des décennies – des tentatives qui ont contribué à déclencher une guerre de 11 jours entre Israël et le groupe terroriste du Hamas, dans la bande de Gaza, l’année dernière.

L’homme politique extrémiste, qui se rend fréquemment dans ce quartier lors des périodes de frictions accrues, a été accusé d’attiser les tensions.

L’incident est survenu quelques semaines avant que les Israéliens ne retournent aux urnes. Selon les prévisions, HaTzionout HaDatit – qui a fusionné avec Otzma pour les élections législatives – devrait être l’un des trois plus grands partis. Si Benjamin Netanyahu, du Likud, reprenait le pouvoir, Ben Gvir devrait recevoir un portefeuille ministériel conséquent.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...