Israël en guerre - Jour 282

Rechercher

Après la fusillade terroriste, le maire de Tel Aviv appelle les manifestants à rentrer

Les militants disent qu'Israël "est en train de s'échouer" ; plusieurs arrestations ; carrefours bloqués à travers le pays par des rassemblements

  • Un manifestant crie contre l'officier de police israélien Meir Suissa, qui a lancé une grenade incapacitante lors d'un rassemblement à Tel Aviv la semaine dernière, à Tel Aviv le 9 mars 2023. (Crédit : Carrie Keller Lynn/Times of Israel)
    Un manifestant crie contre l'officier de police israélien Meir Suissa, qui a lancé une grenade incapacitante lors d'un rassemblement à Tel Aviv la semaine dernière, à Tel Aviv le 9 mars 2023. (Crédit : Carrie Keller Lynn/Times of Israel)
  • Des milliers d'Israéliens protestant contre le projet de loi de réforme du système judiciaire controversé du gouvernement, à Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)
    Des milliers d'Israéliens protestant contre le projet de loi de réforme du système judiciaire controversé du gouvernement, à Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)
  • Des travailleurs de la high-tech manifestent contre la refonte judiciaire prévue par le gouvernement israélien, à Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
    Des travailleurs de la high-tech manifestent contre la refonte judiciaire prévue par le gouvernement israélien, à Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
  • L'entrée des bureaux du Kohelet Policy Forum qui a été bloquée par des manifestants opposés à la refonte du système judiciaire prévue par le gouvernement israélien, à Jérusalem, le 9 mars 2023. (Crédit : Flash90)
    L'entrée des bureaux du Kohelet Policy Forum qui a été bloquée par des manifestants opposés à la refonte du système judiciaire prévue par le gouvernement israélien, à Jérusalem, le 9 mars 2023. (Crédit : Flash90)
  • Des centaines de femmes vêtues de rouge marquent la Journée internationale de la femme et manifestent contre la refonte judiciaire prévue par le gouvernement israélien, sur la plage de Tel Aviv, le 8 mars 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
    Des centaines de femmes vêtues de rouge marquent la Journée internationale de la femme et manifestent contre la refonte judiciaire prévue par le gouvernement israélien, sur la plage de Tel Aviv, le 8 mars 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
  • "Obligés de s'opposer à la dictature", lit-on sur la bannière contre la refonte judiciaire prévue par le gouvernement israélien, à Ramat Gan, le 8 mars 2023. 
 (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
    "Obligés de s'opposer à la dictature", lit-on sur la bannière contre la refonte judiciaire prévue par le gouvernement israélien, à Ramat Gan, le 8 mars 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
  • Des manifestants bloquant le trafic maritime dans le port de Haïfa, pour la 2e "Journée nationale de perturbations" contre la refonte judiciaire du gouvernement, le 9 mars 2023 (Crédit : Capture d'écran utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
    Des manifestants bloquant le trafic maritime dans le port de Haïfa, pour la 2e "Journée nationale de perturbations" contre la refonte judiciaire du gouvernement, le 9 mars 2023 (Crédit : Capture d'écran utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
  • Des Israéliens protestent contre le projet de réforme judiciaire du gouvernement israélien, à Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
    Des Israéliens protestent contre le projet de réforme judiciaire du gouvernement israélien, à Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
  • Des Israéliens sur des bateaux protestant contre la réforme du système judiciaire prévue par le gouvernement, en mer au large de Haïfa, dans le nord d'Israël, le 9 mars 2023. (Crédit : Shir Torem/Flash90)
    Des Israéliens sur des bateaux protestant contre la réforme du système judiciaire prévue par le gouvernement, en mer au large de Haïfa, dans le nord d'Israël, le 9 mars 2023. (Crédit : Shir Torem/Flash90)
  • Des centaines de femmes vêtues de rouge marquant la Journée internationale de la femme et manifestant contre la refonte judiciaire prévue par le gouvernement israélien, sur la plage de Tel Aviv, le 8 mars 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)
    Des centaines de femmes vêtues de rouge marquant la Journée internationale de la femme et manifestant contre la refonte judiciaire prévue par le gouvernement israélien, sur la plage de Tel Aviv, le 8 mars 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)
  • Des manifestants bloquant une artère principale lors de manifestations contre la réforme du système judiciaire, à Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Autorisation)
    Des manifestants bloquant une artère principale lors de manifestations contre la réforme du système judiciaire, à Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Autorisation)
  • Des parents et des enfants bloquent l'artère Namir de Tel Aviv lors de manifestations contre la réforme judiciaire, le 9 mars 2023. (Autorisation)
    Des parents et des enfants bloquent l'artère Namir de Tel Aviv lors de manifestations contre la réforme judiciaire, le 9 mars 2023. (Autorisation)
  • Des travailleurs du secteur technologique manifestent contre la réforme judiciaire prévue par le gouvernement, à Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90).
    Des travailleurs du secteur technologique manifestent contre la réforme judiciaire prévue par le gouvernement, à Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90).
  • Des Israéliens manifestant contre le projet de réforme du système judiciaire largement controversé du gouvernement, à Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)
    Des Israéliens manifestant contre le projet de réforme du système judiciaire largement controversé du gouvernement, à Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)
  • Des Israéliens protestant contre la réforme du système judiciaire du gouvernement, à l'une des entrées de l'aéroport Ben Gurion, le 9 mars 2023. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
    Des Israéliens protestant contre la réforme du système judiciaire du gouvernement, à l'une des entrées de l'aéroport Ben Gurion, le 9 mars 2023. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
  • Des Israéliens protestant contre les plans du nouveau gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu visant à réformer le système judiciaire, devant les bureaux du groupe de réflexion conservateur Kohelet Policy Forum, qui a contribué à la refonte du système judiciaire israélien, à Jérusalem, le 9 mars 2023. (Crédit : Ohad Zwigenberg/AP Photo)
    Des Israéliens protestant contre les plans du nouveau gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu visant à réformer le système judiciaire, devant les bureaux du groupe de réflexion conservateur Kohelet Policy Forum, qui a contribué à la refonte du système judiciaire israélien, à Jérusalem, le 9 mars 2023. (Crédit : Ohad Zwigenberg/AP Photo)
  • Des manifestants en voiture bloquent l'entrée de l'aéroport Ben Gurion près de Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : Erik Marmor/Flash90)
    Des manifestants en voiture bloquent l'entrée de l'aéroport Ben Gurion près de Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : Erik Marmor/Flash90)
  • Des manifestants en voiture bloquent l'entrée de l'aéroport Ben Gurion près de Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : Erik Marmor/Flash90)
    Des manifestants en voiture bloquent l'entrée de l'aéroport Ben Gurion près de Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : Erik Marmor/Flash90)
  • Des réservistes contre la refonte judiciaire prévue par le gouvernement israélien, devant un poste de police à Jérusalem, le 9 mars 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
    Des réservistes contre la refonte judiciaire prévue par le gouvernement israélien, devant un poste de police à Jérusalem, le 9 mars 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
  • Goni, 13 ans, et son père, Eran, lors d'une manifestation contre la réforme judiciaire à Tel Aviv le 9 mars 2023. (Crédit : Carrie Keller Lynn/Times of Israel)
    Goni, 13 ans, et son père, Eran, lors d'une manifestation contre la réforme judiciaire à Tel Aviv le 9 mars 2023. (Crédit : Carrie Keller Lynn/Times of Israel)

Après l’attentat, Ron Huldai appelle les manifestants à dégager les rues

Le maire de Tel Aviv, Ron Huldai, prenant la parole lors d'une marche de protestation dans le cadre de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, à Tel Aviv, le 24 novembre 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Le maire de Tel Aviv, Ron Huldai, prenant la parole lors d'une marche de protestation dans le cadre de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, à Tel Aviv, le 24 novembre 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Après l’attaque terroriste, le maire de Tel Aviv, Ron Huldai, a appelé les manifestants antigouvernementaux de toute la ville à dégager les rues afin de permettre à la police de sécuriser la zone.

Herzog : la refonte judiciaire « doit être abandonnée maintenant et pour toujours »

Le président Isaac Herzog lance un appel émouvant à l’opposition et à la coalition pour qu’elles se réunissent et conviennent d’un accord de compromis sur la refonte judiciaire avant que la nation ne se déchire.

« Je n’abandonnerai pas – je paierai n’importe quel prix pour trouver une solution », a déclaré Herzog dans un discours aux heures de grande écoute alors que le Premier ministre Benjamin Netanyahu est actuellement à Rome.

Le président dit qu’il s’est réuni au cours des 10 dernières semaines, « même avec ceux qui ne sont pas d’accord avec moi, même ceux qui n’admettent pas [me rencontrer], même ceux qui ont peur de prendre leurs responsabilités ».

La législation actuelle qui progresse à la Knesset « doit être abandonnée maintenant et pour toujours », dit-il. Ces projets de loi sont « erronés, oppressifs et mettent en danger nos fondements démocratiques. Ils doivent être remplacés immédiatement par un plan différent et convenu. »

« Je ne peux pas voir ma nation se déchirer sous mes yeux », dit-il. « Ce qui se passe est une tragédie. »

« J’ai réussi à réduire considérablement les écarts » entre les deux camps, dit-il. « Il y a un accord sur la plupart des sujets – pas sur tout, mais sur la grande majorité. »

Le président dit que suffisamment de choses ont été convenues jusqu’à présent « pour abandonner cette législation actuelle » et travailler sur un compromis convenu.

Herzog dit que les législateurs de l’opposition et de la coalition doivent mettre leur ego de côté immédiatement et travailler ensemble.

« Si vous choisissez de continuer sur le chemin que vous avez parcouru jusqu’à présent, le chaos sera sur vous. L’histoire vous jugera. Prenez vos responsabilités, maintenant », conclut-il.

Lapid et Gantz fustigent Ben Gvir pour avoir évincé Eshed

Les dirigeants de l’opposition ont dénoncé le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir et le chef de la police israélienne Kobi Shabtai pour avoir évincé le chef du district de police de Tel Aviv de son poste.

« Il n’y a jamais eu une telle honte dans l’histoire du pays », a déclaré le chef de l’opposition Yair Lapid à propos de l’annonce qu’Amichai Eshed deviendrait le chef de la division de formation de la police. « Le clown de Tik Tok vire un officier de la police exceptionnel parce qu’il n’y a pas assez de sang ou de violence dans les rues. »

Ben Gvir nie qu’Eshed ait été évincé et affirme que sa nouvelle nomination était prévue à l’avance.

Le chef du parti de Hamakhane Hamamlakhti, Benny Gantz, tweete que Ben Gvir « nettoie politiquement » les commandants de police. « J’appelle Netanyahu à renvoyer Ben Gvir avant qu’il ne détruise la police et l’État de droit. »

Ben Gvir démet le chef de la police de Tel-Aviv de ses fonctions

Le sous-commissaire Ami Eshed, chef du commissariat de Tel Aviv de la police israélienne, s'adresse aux journalistes sur la place Habima, avant les grands rassemblements antigouvernementaux, le 14 janvier 2023. (Crédit : capture d'écran Ynet, utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Le sous-commissaire Ami Eshed, chef du commissariat de Tel Aviv de la police israélienne, s'adresse aux journalistes sur la place Habima, avant les grands rassemblements antigouvernementaux, le 14 janvier 2023. (Crédit : capture d'écran Ynet, utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, a démis de ses fonctions le chef de la police de Tel-Aviv et lui a confié un nouveau rôle, après une journée de manifestations.

Selon une déclaration conjointe de Ben Gvir et de la police israélienne, le chef du district de Tel-Aviv, Amichai Eshed, sera nommé à la tête de la division de formation de la police.

Ben Gvir s’est plaint que la police n’ait pas eu la main assez dure contre les manifestants qui ont bloqué à plusieurs reprises les principales autoroutes, en particulier l’autoroute Ayalon à Tel-Aviv. Selon certaines informations, Ben Gvir a fulminé contre les actions d’Eshed et a estimé que la police ne suivait pas ses ordres. Des reportages télévisés ont affirmé qu’Eshed était furieux après avoir été informé de la nouvelle.

Le chef de la police israélienne, Kobi Shabtai, a approuvé le changement – comme il le doit pour tout changement de personnel aussi important.

Eshed aurait été en vacances lors d’une grande manifestation à Tel Aviv la semaine dernière lorsque la police a utilisé des grenades assourdissantes et des canons à eau contre les manifestants ; plus tôt dans la journée, les manifestations ont été dispersées sans affrontements majeurs ni recours à l’une ou l’autre de ces mesures.

Yair Netanyahu accuse les hauts gradés de la police de « rébellion »

Yair Netanyahu, fils du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, au tribunal de Tel Aviv, le 10 décembre 2018. (Crédit : Flash90)
Yair Netanyahu, fils du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, au tribunal de Tel Aviv, le 10 décembre 2018. (Crédit : Flash90)

Yair Netanyahu, le fils aîné du Premier ministre Benjamin Netanyahu, accuse les hauts gradés de la police de se livrer à une « rébellion ».

« Il est important de comprendre que quelques milliers d’anarchistes n’ont pas la force de bloquer une seule route centrale », a écrit Yair Netanyahu sur Twitter, faisant écho au langage utilisé par le Premier ministre et les partisans du gouvernement pour décrire les manifestants.

« La police et les procureurs sont ceux qui procèdent en fait aux fermetures de routes tous les quelques jours. »

« Ils sont vraiment responsables du chaos ici », ajoute-t-il, les accusant d’agir « par méchanceté ».

Il affirme également sans preuve que la police israélienne et le bureau du procureur général « coopèrent pleinement avec les anarchistes, aux dépens de la nation israélienne ».

Herzog annonce qu’il s’adressera à la nation ce soir

Le président Isaac Herzog s'exprimant lors de la conférence annuelle de Jérusalem du groupe 'Besheva', à Jérusalem, le 21 février 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le président Isaac Herzog s'exprimant lors de la conférence annuelle de Jérusalem du groupe 'Besheva', à Jérusalem, le 21 février 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le président Isaac Herzog a annoncé qu’il prononcera un discours à la nation à 20h ce soir.

Ces dernières semaines, Isaac Herzog s’est imposé comme une figure clé en appelant et en organisant un dialogue afin de trouver un compromis sur le plan de réforme du système judiciaire du gouvernement.

En début de semaine, Herzog avait déclaré que les deux parties étaient « plus proches que jamais » de parvenir à un accord, bien que son bureau ait démenti une série de fuites sur le texte d’un prétendu accord mardi.

Les manifestants continuent de bloquer des carrefours dans tout le pays

Des manifestants se sont rendus sur des ponts et à des carrefours dans tout le pays pour protester contre le projet de réforme du système judiciaire du gouvernement, alors que la « journée de la résistance » se poursuit.

La jonction de Karkur dans le nord, une rue principale dans la ville centrale de Ness Ziona, des parties de l’autoroute côtière, une rue principale à Rehovot et d’autres artères principales ont été bloquées par des rassemblements.

Selon la police, 22 manifestants ont été arrêtés ce matin et cet après-midi à Tel Aviv et à Jérusalem.

Le député de l’opposition Kahana : « Netanyahu doit maîtriser Levin et Rothman »

Le ministre des Affaires religieuses Matan Kahana. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre des Affaires religieuses Matan Kahana. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Selon le député Matan Kahana (HaMahane HaMamlahti), le Premier ministre Benjamin Netanyahu doit contrôler les députés de sa coalition qui sont les principaux instigateurs des plans de remaniement du système judiciaire.

« Netanyahu est l’unique Premier ministre légitime en Israël. Sa photo a été accrochée dans mon bureau 10 minutes après qu’il a prêté serment », a déclaré Kahana à la radio de l’armée, dans un rejet apparent des manifestants qui considèrent Netanyahu comme un dirigeant illégitime.

« Il doit appeler Levin et Rothman et leur dire qu’ils sont en train de déchirer le pays, et que l’Histoire ne leur pardonnera pas », a ajouté Kahana à propos du ministre de la Justice Yariv Levin et du président de la commission de la Constitution, du Droit et de la Justice de la Knesset, le député Simcha Rothman.

73 groupes juifs progressistes américains s’engagent à éviter la visite de Smotrich

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich lors d'une conférence, à Jérusalem, le 21 février 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre des Finances Bezalel Smotrich lors d'une conférence, à Jérusalem, le 21 février 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

73 organisations juives progressistes des États-Unis se sont engagés par écrit à ne pas accueillir le ministre des Finances Bezalel Smotrich dans la dernière pétition en date avant la visite du chef du parti d’extrême-droite HaTzionout HaDatit à Washington la semaine prochaine pour s’exprimer lors d’une conférence sur les obligations d’Israël (Israel Bonds).

Parmi les organisations signataires de l’engagement organisé par le réseau progressiste israélien figurent l’Union du judaïsme réformé (URJ) et la United Synagogue of Conservative Judaism, qui représentent à elles deux la majorité des Juifs des États-Unis.

Les signataires se sont engagés à « fermer la porte à Smotrich à la lumière de ses virulentes positions racistes et homophobes et encouragent l’ensemble de la communauté juive à faire de même », selon un communiqué des organisateurs.

« Ce geste marque la première fois dans l’Histoire juive américaine qu’un ministre du gouvernement israélien – un membre du cabinet de sécurité – sera dénigré par un si grand nombre de membres de la communauté juive américaine organisée », ont affirmé les organisateurs.

« Il est clair que la grande majorité des Juifs américains veulent dire au ministre des Finances de Netanyahu, Bezalel Smotrich, de rentrer chez lui. Ses politiques racistes et discriminatoires, sa rhétorique extrémiste et violente, et le plan qu’il soutient pour écraser les institutions démocratiques d’Israël n’ont pas leur place ici. »

36 ex-généraux appellent les réservistes à continuer à se présenter au travail

Réservistes israéliens, anciens combattants et militants rassemblés pour manifester contre la réforme judiciaire, devant la Cour suprême à Jérusalem, le 10 février 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Réservistes israéliens, anciens combattants et militants rassemblés pour manifester contre la réforme judiciaire, devant la Cour suprême à Jérusalem, le 10 février 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

36 anciens généraux de Tsahal, dont les anciens chefs d’état-major Gabi Ashkenazi et Shaul Mofaz, ont signé une lettre contre les appels lancés aux réservistes pour qu’ils refusent de se présenter à leur poste afin de protester contre les projets de réforme du système judiciaire du gouvernement.

Dans cette lettre, les généraux ont appelé à « laisser Tsahal en dehors des désaccords politiques pour lui permettre de rester l’armée du peuple, à la lumière des défis de sécurité auxquels l’État d’Israël est confronté ».

Les généraux ont appelé les commandants et les soldats réservistes à continuer à répondre à l’appel du devoir, car « la source de la force de l’armée de réserve repose sur l’esprit de volontariat des soldats réservistes dans les moments de routine comme dans les situations d’urgence ».

Des manifestants empêchent Rothman d’assister à une réunion à Tel Aviv

Le président de la Commission de la Constitution, du droit et de la Knesset, Simcha Rothman, pendant une audience de commission, le 1er mars 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le président de la Commission de la Constitution, du droit et de la Knesset, Simcha Rothman, pendant une audience de commission, le 1er mars 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le député du parti HaTzionout HaDatit Simcha Rothman, président de la commission de la Constitution, du droit et de la justice de la Knesset et l’un des principaux architectes des projets de réforme judiciaire, a été empêché de participer à une réunion avec des avocats à Tel-Aviv.

Rothman devait y assister aux côtés du député de l’opposition Gilad Kariv, mais en raison du nombre de manifestants massés devant le bureau de l’Association du barreau israélien dans le centre de Tel-Aviv, la police a demandé au député de ne pas y assister.

Rothman participera à la place via Zoom.

Le sergent d’armes de la Knesset a demandé à Rothman de ne pas assister à la réunion en raison de menaces à son encontre et à l’encontre de sa garde rapprochée, selon le bureau du député.

A Jérusalem, 8 manifestants arrêtés, 7 déjà relâchés – police

Des manifestants contre la réforme judiciaire prévue par le gouvernement, devant la Cour suprême à Jérusalem, le 9 mars 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Des manifestants contre la réforme judiciaire prévue par le gouvernement, devant la Cour suprême à Jérusalem, le 9 mars 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Huit manifestants ont été arrêtés jusqu’à présent à Jérusalem, selon la police, mais tous sauf un ont déjà été relâchés.

Un porte-parole de la police de Jérusalem a indiqué qu’un manifestant avait été arrêté devant la Cour suprême pour avoir « attaqué un officier de police ».

Par ailleurs, sept personnes ont été arrêtées, interrogées puis relâchées à la suite d’une manifestation devant les bureaux du groupe de réflexion Kohelet – l’un des principaux acteurs du plan de restructuration judiciaire du gouvernement – au cours de laquelle elles ont placé des sacs de sable et des barbelés à l’entrée des bureaux dans le quartier de Givat Shaul.

A Tel Aviv, 15 manifestants ont été arrêtés alors que la police évacuait l’autoroute Ayalon, bloquée par des centaines de manifestants. Bien que la police ait apporté un canon à eau sur le site, elle ne l’a finalement pas utilisé.

Lapid: « les seuls anarchistes dans cette histoire sont les ministres du gouvernement »

Le chef du parti Yesh Atid, le député Yaïr Lapid, s’exprimant lors d'une réunion de sa faction à la Knesset, le 27 février 2023. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)
Le chef du parti Yesh Atid, le député Yaïr Lapid, s’exprimant lors d'une réunion de sa faction à la Knesset, le 27 février 2023. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Le leader de l’opposition Yair Lapid a accusé le Premier ministre Benjamin Netanyahu de continuer à mentir sur les efforts de dialogue entre le gouvernement et l’opposition sur ses projets de remaniement judiciaire.

« Même sur les marches de l’avion, alors qu’il s’apprête à passer un week-end inutile aux frais du pays, Netanyahou ne peut s’empêcher de mentir », a déclaré Lapid dans un communiqué, alors que le Premier ministre s’apprête à partir pour Rome.

« Le gouvernement n’a accepté aucune tentative de dialogue et continue à faire passer des lois qui nous transformeront en un pays messianique, extrémiste et antidémocratique », a ajouté Lapid. « Les seuls anarchistes dans cette histoire sont les principaux ministres du gouvernement qui tentent d’embraser le pays. »

En partance pour un week-end à Rome, Netanyahu a assuré que toutes les tentatives de dialogue du gouvernement ont été « complètement rejetées par l’opposition et ses tentatives d’entraîner le pays dans l’anarchie ».

Netanyahu accuse l’opposition de rejeter le dialogue et de vouloir « l’anarchie »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu à l'aéroport Ben Gurion sur le point d'embarquer pour Rome le 9 mars 2023. (Crédit : Lazar Berman/Times of Israel)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu à l'aéroport Ben Gurion sur le point d'embarquer pour Rome le 9 mars 2023. (Crédit : Lazar Berman/Times of Israel)

Après avoir rencontré le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que la réunion avait été « importante et approfondie ».

Il ajoute qu’il apprécie profondément l’engagement du président américain Joe Biden et d’Austin en faveur de la sécurité d’Israël.

« Si quelqu’un à Téhéran pense qu’il peut progresser vers la fabrication d’une bombe nucléaire, il se trompe », a-t-il déclaré.

Il a constaté que l’attitude des États-Unis et de l’Occident à l’égard de l’Iran avait évolué ces derniers mois vers une position plus agressive, qui doit encore s’intensifier, et il a indiqué que cette question serait au cœur de ses conversations à Rome et dans d’autres capitales européennes.

Il s’exprime également sur les protestations en cours concernant les projets de réforme du système judiciaire.

« Tous nos efforts de dialogue se sont heurtés au refus total de l’opposition et à des tentatives d’anarchie », a-t-il assuré, ajoutant qu’il ne laisserait pas l’opposition faire tomber le gouvernement démocratiquement élu d’Israël, ce qui est, selon lui, son véritable objectif.

« Nous ne laisserons personne perturber la démocratie israélienne et annuler la décision de la majorité en Israël, telle qu’elle a été exprimée lors des récentes élections », a-t-il conclu.

Des manifestants se battent avec le policier qui avait lancé une grenade incapacitante

Un manifestant crie contre l'officier de police israélien Meir Suissa, qui a lancé une grenade incapacitante lors d'un rassemblement à Tel Aviv la semaine dernière, à Tel Aviv le 9 mars 2023. (Crédit : Carrie Keller Lynn/Times of Israel)
Un manifestant crie contre l'officier de police israélien Meir Suissa, qui a lancé une grenade incapacitante lors d'un rassemblement à Tel Aviv la semaine dernière, à Tel Aviv le 9 mars 2023. (Crédit : Carrie Keller Lynn/Times of Israel)

Une foule de manifestants a crié et s’est bagarrée avec l’officier de police israélien Meir Suissa, qui a lancé une grenade incapacitante lors d’un rassemblement similaire la semaine dernière à Tel Aviv.

« Vous avez lancé des grenades incapacitantes sur des innocents, c’est une honte ! », ont crié les manifestants à l’adresse de Suissa.

La police a escorté de force un manifestant hors de la rue Menachem Begin.

L’homme, au visage rouge et essoufflé, a été autorisé à se lever brièvement et à parler à Suissa.

Réouverture de l’autoroute Ayalon : la police évacue les manifestants

Des manifestants quittent le rassemblement qui bloque l'autoroute Ayalon à Tel Aviv le 9 mars 2023. (Crédit : Carrie Keller Lynn/Times of Israel)
Des manifestants quittent le rassemblement qui bloque l'autoroute Ayalon à Tel Aviv le 9 mars 2023. (Crédit : Carrie Keller Lynn/Times of Israel)

Les manifestants quittent l’autoroute Ayalon tandis que la police disperse les dernières personnes qui bloquent la voie.

La police indique que la circulation sur l’autoroute a été rouverte dans les deux sens et que 15 manifestants ont été arrêtés pour trouble à l’ordre public.

Eitan Gozani, 35 ans, l’un des manifestants sur l’autoroute, explique que les manifestants ont libéré le passage parce que la police les a encerclés.

« Cela s’est terminé assez facilement. Une personne a menacé d’utiliser les canons à eau, mais il ne s’est rien passé », a-t-il dit.

Gilad et Bar, deux manifestants âgés d’une vingtaine d’années, affirment que la police les a poussés et a menacé d’utiliser des canons à eau.

« Ce sont ceux qui portaient des casques, sans étiquette, qui nous ont bousculés », dit Gilad, montrant une égratignure sur son biceps.

Yisrael, un manifestant d’une quarantaine d’années, explique que le blocage de la route « était une vengeance, car la semaine dernière, ils ont lancé des grenades incapacitantes ».

Son amie Yasmin, qui a participé à la manifestation avec lui, déclare que les grenades assourdissantes étaient « inappropriées et illégales » dans ces circonstances.

Le blocage de l’aéroport prend fin alors que Netanyahu s’apprête à partir pour Rome

Des manifestants en voiture bloquent l'entrée de l'aéroport Ben Gurion près de Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : Erik Marmor/Flash90)
Des manifestants en voiture bloquent l'entrée de l'aéroport Ben Gurion près de Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : Erik Marmor/Flash90)

Le blocage de l’aéroport Ben Gurion, qui visait à empêcher ou à retarder le départ du Premier ministre Benjamin Netanyahu pour l’Italie, semble avoir pris fin.

Netanyahu a quitté Jérusalem en hélicoptère pour se rendre à l’aéroport, où il a rencontré le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, qui avait changé ses plans en raison des manifestations.

Une source de l’aéroport a déclaré à la radio militaire que la matinée avait été difficile mais que tous les vols étaient partis comme prévu.

La police filmée en train d’étrangler des manifestants à Tel Aviv

Des policiers se battent avec des manifestants lors d'une manifestation contre les projets du nouveau gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu visant à réformer le système judiciaire, à Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : AP Photo/Ohad Zwigenberg)
Des policiers se battent avec des manifestants lors d'une manifestation contre les projets du nouveau gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu visant à réformer le système judiciaire, à Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : AP Photo/Ohad Zwigenberg)

Une fois de plus, des policiers de Tel-Aviv ont été filmés en train de faire usage de la force physique contre des manifestants non violents qui se rassemblaient contre le projet de réforme judiciaire du gouvernement.

Dans une séquence, on voit des policiers étrangler un manifestant et le plaquer au sol tandis que d’autres les entourent en scandant « honte ! ».

Alona Saar, actrice et fille du député de l’opposition Gideon Saar, a raconté à la chaîne publique Kan qu’elle a été frappée par des policiers lorsqu’elle a tenté d’intervenir alors qu’un policier « étranglait un manifestant ».

« Nous sommes ici aussi pour vous », chantent les manifestants, certains faisant un cœur avec leurs mains en direction des policiers, selon des journalistes de l’AFP sur place.

Aux manifestations, une adolescente craint de ne pas trouver de travail en Israël

Goni, 13 ans, et son père, Eran, lors d'une manifestation contre la réforme judiciaire à Tel Aviv le 9 mars 2023. (Crédit : Carrie Keller Lynn/Times of Israel)
Goni, 13 ans, et son père, Eran, lors d'une manifestation contre la réforme judiciaire à Tel Aviv le 9 mars 2023. (Crédit : Carrie Keller Lynn/Times of Israel)

Goni, 13 ans, a demandé à son père de venir à la manifestation d’aujourd’hui, l’une des nombreuses auxquelles elle a participé au cours des dix dernières semaines pour protester contre la réforme judiciaire envisagée par le gouvernement.

« Il s’agit de mon avenir », explique cette collégienne.

Goni dit que les politiques du gouvernement et l’affaiblissement des recours judiciaires l’inquiètent, et son père Eran, 51 ans, a laissé l’adolescente basée à Tel-Aviv sécher l’école pour manifester.

« Cette réforme me touche de très près. Avec les études, les examens de fin d’études, ce que je dois apprendre, et si je dois passer un examen sur la Torah pour obtenir mon diplôme », dit-elle.

À plus long terme, Goni est préoccupée par les droits des femmes et, voyant l’économie vaciller, elle se demande si, lorsqu’elle sera plus âgée, elle « n’aura pas de travail en Israël « .

La police positionne des canons à eau près des manifestants bloquant Ayalon

Un canon à eau positionné près des manifestants bloquant l'autoroute Ayalon, à Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : Carrie Keller Lynn/Times of Israel)
Un canon à eau positionné près des manifestants bloquant l'autoroute Ayalon, à Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : Carrie Keller Lynn/Times of Israel)

La police a positionné un canon à eau sur l’autoroute Ayalon pour dégager les manifestants qui bloquent encore la route.

Parmi la foule rassemblée sur le viaduc, il y a également plusieurs Israéliens dont le bus a été arrêté et qui sont descendus pour observer les manifestations.

« À ce moment précis ? Non, je ne pense pas qu’ils devraient l’utiliser », a déclaré Matan Cohen, 22 ans, de Kiryat Ono.

« Il n’y a plus de circulation, car la police a bloqué les tronçons inférieurs de la route. « Il n’y a aucune raison de blesser les gens. »

Cohen a toutefois souligné qu’il s’attend à ce que les manifestants laïcs et ultra-orthodoxes soient traités de la même manière, ces derniers ayant souvent dû faire face à des canons à eau.

« S’ils doivent l’utiliser, ils doivent le faire. Mais pour l’instant, non », a déclaré Cohen.

Plus de 65 000 personnes manifestent en Israël

Des milliers d'Israéliens protestent contre le projet de loi de réforme judiciaire controversé du gouvernement à Tel Aviv le 9 mars 2023. (Crédit : Jack Guez / AFP)
Des milliers d'Israéliens protestent contre le projet de loi de réforme judiciaire controversé du gouvernement à Tel Aviv le 9 mars 2023. (Crédit : Jack Guez / AFP)

Plus de 65 000 personnes manifestent dans l’ensemble du pays à la mi-journée selon une estimation de la chaîne 13 de la télévision israélienne. Ce chiffre témoigne d’une forte mobilisation à l’échelle de la population israélienne (plus de 9 millions d’habitants).

Le jeudi est une journée de travail normale en Israël.

Eliad Shraga : « L’État de droit » n’est pas à négocier avec le gouvernement

Eliad Shraga, chef du Mouvement pour un gouvernement de qualité, s'exprime lors d'une manifestation contre le remaniement devant la Cour suprême à Jérusalem le 9 mars 2023. (Crédit : Jeremy Sharon/Times of Israel)
Eliad Shraga, chef du Mouvement pour un gouvernement de qualité, s'exprime lors d'une manifestation contre le remaniement devant la Cour suprême à Jérusalem le 9 mars 2023. (Crédit : Jeremy Sharon/Times of Israel)

Eliad Shraga, chef du Mouvement pour un gouvernement de qualité (MQG), l’un des principaux mouvements de protestation contre le programme de réforme judiciaire avancé par la coalition, a affirmé que les négociations avec le gouvernement en vue d’une solution de compromis à la crise politique actuelle ne peuvent commencer que si dix conditions intransigeantes sont remplies.

Ces conditions comprennent l’adoption d’une constitution « dans l’esprit de la Déclaration d’indépendance » ; l’adoption d’une déclaration des droits pour assurer l’égalité « en droits et en devoirs » ; une séparation claire des pouvoirs et la formulation d’un système d’équilibre des pouvoirs ; une commission de sélection judiciaire indépendante qui ne serait pas contrôlée par les politiciens ; des mécanismes pour empêcher une personne en procès ou condamnée pour des crimes graves de servir dans le gouvernement ; des garanties pour l’indépendance du procureur général et des conseillers juridiques du gouvernement ; et aucun élargissement des pouvoirs des tribunaux rabbiniques.

« Il s’agit de la lutte la plus importante de l’histoire du pays. Nous ne mènerons pas de négociations sur l’État de droit et la suprématie de la loi », a déclaré Shraga lors d’une manifestation organisée devant la Cour suprême à Jérusalem.

Shraga, qui a présenté ses propositions et un projet de constitution élaboré par le MQG au président Isaac Herzog mercredi soir, rejette également plusieurs propositions de compromis faites récemment qui, selon lui, saperaient la démocratie en Israël.

L’ancienne juge de la Cour suprême Ayala Procaccia assiste à une conférence de presse du Mouvement pour un gouvernement de qualité en Israël, le 2 février 2023. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

L’ancienne juge à la Cour suprême Ayala Procaccia, également présente à l’événement, a insisté sur le fait que des négociations de bonne foi ne peuvent être menées tant que le gouvernement poursuit le processus législatif de ses réformes judiciaires radicales, mais affirme que les deux parties doivent être ouvertes aux négociations.

« Nous n’accepterons jamais de vivre dans un pays qui n’est pas juste, équitable et humain », déclare Procaccia.

Un groupe de militants LGBTQ se joint à la manifestation de Tel Aviv

Des manifestants d'une organisation LGBTQ se joignent aux manifestants anti-gouvernement, à Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : Carrie Keller Lynn/Times of Israel)
Des manifestants d'une organisation LGBTQ se joignent aux manifestants anti-gouvernement, à Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : Carrie Keller Lynn/Times of Israel)

Des militants du groupe de défense des droits LGBTQ Hoshen ont bloqué des voitures rue Menachem Begin à Tel Aviv, après avoir été empêchés par des policiers de marcher sur l’autoroute Ayalon.

Laura, une jeune femme d’une vingtaine d’années qui travaille pour Hoshen, a rejeté les critiques de certains manifestants qui se trouvaient à proximité et qui estimaient que leur présence gênait les citoyens ordinaires.

« C’est une journée de résistance. Nous l’avons annoncé la semaine dernière et tous ceux qui sont venus en voiture dans le centre de Tel-Aviv auraient dû le savoir », a-t-elle dit.

À la question de savoir pourquoi il était si important pour elle et ses collègues d’être ici aujourd’hui, Laura a répondu qu’elle s’inquiète de la composition du gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu, en particulier des membres de l’extrême-droite qui ont supprimé les droits civiques des LGBTQ.

« Cette réforme nous fait déjà du tort », a expliqué Laura, en évoquant les craintes de la communauté éducative LGBTQ, dont Hoshen est l’un des principaux acteurs.

Le chef de Noam Avi Maoz pendant une réunion à la Knesset, le 12 décembre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Faisant référence au député Avi Maoz, qui, jusqu’à récemment, devait prendre la tête d’une unité du ministère de l’Éducation supervisant les sous-traitants comme Hoshen qui fournissent du contenu aux écoles publiques, Laura a ajouté « qu’il y a des gens dans cette coalition qui ne sont pas d’accord avec l’idée d’une réforme ». « Il y a des gens dans cette coalition qui veulent empêcher spécifiquement notre organisation de venir dans les écoles. »

« Les écoles nous en demandent moins », a-t-elle affirmé. « Nous sommes ici pour protester. »

Lloyd Austin s’entretient avec Netanyahu et Gallant lors d’une réunion à l’aéroport

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu assis avec le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, et d'autres responsables israéliens et américains, à l'aéroport Ben Gurion, le 9 mars 2023. (Autorisation)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu assis avec le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, et d'autres responsables israéliens et américains, à l'aéroport Ben Gurion, le 9 mars 2023. (Autorisation)

La réunion entre le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le ministre de la Défense Yoav Gallant et le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin a débuté à proximité de l’aéroport Ben Gurion.

Austin a reporté son départ et restera à l’intérieur et aux abords de l’aéroport en raison des manifestants anti-gouvernement qui tentent de bloquer l’aéroport Ben Gurion.

Heurts entre la police et les manifestants qui affirment qu’un policier a étranglé un homme

Des Israéliens manifestant contre les projets du nouveau gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu visant à réformer le système judiciaire, à Tel Aviv, en Israël, le 9 mars 2023. (Crédit : AP Photo/Ariel Schalit)
Des Israéliens manifestant contre les projets du nouveau gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu visant à réformer le système judiciaire, à Tel Aviv, en Israël, le 9 mars 2023. (Crédit : AP Photo/Ariel Schalit)

Des manifestants ont affirmé qu’un policier a étranglé un manifestant au cours d’une bagarre lors d’un rassemblement à Tel Aviv contre la réforme du système judiciaire.

On ne sait pas exactement ce qui a précédé l’incident.

L’actrice Alona Saar, qui a été témoin de l’incident, a déclaré à la chaîne publique israélienne Kan qu’elle a été frappée au cours de l’incident.

« Il l’a vraiment étranglé », a déclaré Alona, la fille du député Gideon Saar (HaMahane HaMamlahti), anciennement ministre de la Justice.

« Je ne veux pas vivre dans une dictature. Je ne veux pas vivre dans ce putain d’Iran », s’est-elle écriée.

Le policier qui a lancé une grenade incapacitante reprend du service à Tel-Aviv

Des Israéliens manifestant contre les projets du nouveau gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu visant à réformer le système judiciaire, à Tel Aviv, en Israël, le 9 mars 2023. (Crédit : AP Photo/Ariel Schalit)
Des Israéliens manifestant contre les projets du nouveau gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu visant à réformer le système judiciaire, à Tel Aviv, en Israël, le 9 mars 2023. (Crédit : AP Photo/Ariel Schalit)

Des images diffusées lors d’une manifestation à Tel-Aviv contre la refonte du système judiciaire auraient montré le policier qui a fait l’objet d’une enquête pour avoir lancé une grenade incapacitante dans la foule lors d’une manifestation la semaine dernière.

La vidéo de l’autoroute Ayalon montre le policier en première ligne devant la foule, interagissant avec les manifestants qui tentent d’atteindre l’artère principale et de la bloquer.

Le policier a pris un congé plutôt que de surveiller le rassemblement de samedi soir, mais il a apparemment repris son service.

Une plainte avait été déposée contre l’officier après qu’une vidéo l’a montré en train de lancer une grenade au centre d’une foule de manifestants la semaine dernière, malgré le règlement qui l’interdit.

« J’irai au centre de commandement de la police quand je veux », dit Ben Gvir

Le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir à l'entrée de 'laéroport Ben Gurion, près de Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir à l'entrée de 'laéroport Ben Gurion, près de Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Au Terminal 3 de l’aéroport Ben Gurion, le ministre de la Sécurité intérieure Itamar Ben Gvir a indiqué à Zman Yisrael, le site en hébreu du Times of Israel, que les manifestants « tentent de nous faire du chantage par leurs menaces, leurs manifestations, les routes bloquées qui ne seront rouvertes que s’il n’y a pas de réforme. Peu importe. Les réformes seront adoptées d’ici la fin du mois ».

Évoquant les tentatives menées par les leaders de l’opposition visant à faire interdire sa présence au centre de commandement de la police, Ben Gvir a annoncé que « j’irai là-bas quand je veux, très exactement comme [mon prédécesseur] Omer Barlev allait au centre de commandement quand il le voulait ».

Mercredi dernier, Ben Gvir s’était rendu au siège de la police avant la « Journée de perturbations » qui était organisée le lendemain par des groupes activistes opposés au plan de refonte du système de la justice. Les critiques avaient affirmé que sa présence avait influencé les décisions politiques.

« J’ai manifesté toute ma vie, je sais ce que c’est qu’une manifestation », a dit Ben Gvir, qui a été condamné dans le passé à de multiples reprises pour son militantisme d’extrême-droite avant son entrée dans la vie politique.

« Je peux même donner des cours de manifestations à tous ces gens. Mais il y a aussi des gens qui tentent de venir à l’aéroport et on ne peut pas les en empêcher », a continué Ben Gvir.

La garde montée bloque les manifestants qui marchent vers l’autoroute Ayalon

La garde montée déployée alors que des Israéliens bloquent l’autoroute Ayalon pour protester contre les plans du nouveau gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu visant à réformer le système judiciaire, à Tel Aviv, Israël, le 9 mars 2023. (Crédit : AP Photo/Ohad Zwigenberg)
La garde montée déployée alors que des Israéliens bloquent l’autoroute Ayalon pour protester contre les plans du nouveau gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu visant à réformer le système judiciaire, à Tel Aviv, Israël, le 9 mars 2023. (Crédit : AP Photo/Ohad Zwigenberg)

Des officiers de la garde montée empêchent les manifestants, qui protestent contre la réforme du système judiciaire, de s’approcher de l’autoroute Ayalon à Tel Aviv.

La ligne des officiers de la garde montée bloque la route à l’échangeur Hashalom.

La police et le ministre de la Sécurité nationale d’extrême-droite, Itamar Ben Gvir, ont promis d’empêcher le blocage de la route principale.

Des dizaines de milliers de manifestants défilent à Tel-Aviv et dans tout le pays pour protester contre le projet du gouvernement d’affaiblir le système judiciaire.

Le vol de Netanyahu retardé pour lui permettre de rencontrer le chef du Pentagone

Des Israéliens protestant contre la réforme du système judiciaire du gouvernement, à l'une des entrées de l'aéroport Ben Gurion, le 9 mars 2023. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
Des Israéliens protestant contre la réforme du système judiciaire du gouvernement, à l'une des entrées de l'aéroport Ben Gurion, le 9 mars 2023. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Le vol du Premier ministre Benjamin Netanyahu à destination de Rome a été reporté d’une heure, et devrait donc décoller à 14h.

Le Bureau du Premier ministre a indiqué que ce retard était afin de lui permettre de rencontrer le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, qui a lui-même été contraint de modifier le programme de sa propre visite en raison des manifestations contre la réforme du système judiciaire.

Au lieu de rencontrer des fonctionnaires israéliens à Jérusalem ou au ministère de la Défense à Tel Aviv, ses réunions se tiendront au siège des Industries aérospatiales israéliennes (IAI), à proximité de l’aéroport Ben Gurion.

L’entrée de l’aéroport est actuellement très encombrée car un convoi de manifestants bloque la zone.

Les responsables des manifestations ont spécifiquement appelé les protestataires à bloquer les routes autour de l’aéroport Ben Gurion lorsque Netanyahu et son épouse arriveront pour prendre leur vol pour l’Italie.

Aéroport Ben Gurion : Un convoi tente de perturber le voyage de Netanyahu en Italie

Des Israéliens à l'entrée de l'aéroport Ben Gurion protestant contre la réforme du système judiciaire largement controversée du gouvernement, le 9 mars 2023. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
Des Israéliens à l'entrée de l'aéroport Ben Gurion protestant contre la réforme du système judiciaire largement controversée du gouvernement, le 9 mars 2023. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Un convoi de véhicules bloque l’entrée de l’aéroport Ben Gurion avant le voyage du Premier ministre Benjamin Netanyahu en Italie.

La police est sur les lieux et tente de dégager la zone. Les médias israéliens ont rapporté qu’ils ont commencé à rédiger des contraventions.

La police a déclaré qu’elle mettrait en fourrière les véhicules abandonnés dans l’intention d’entraver la circulation.

Les responsables des manifestations ont spécifiquement appelé les protestataires à bloquer les routes autour de l’aéroport Ben Gurion lorsque Netanyahu et son épouse arriveront pour prendre leur vol pour l’Italie. Le Premier ministre doit rencontrer la Première ministre italienne d’extrême-droite, Giorgia Meloni, au début de sa visite de trois jours à Rome.

Ahmad Tibi veut « qu’autant d’Arabes et de Juifs que possible manifestent »

Le député Ahmad Tibi prenant la parole en séance plénière lors d'une cérémonie commémorative marquant les 27 ans de l'assassinat du Premier ministre Yitzhak Rabin, à la Knesset, le 6 novembre 2022. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)
Le député Ahmad Tibi prenant la parole en séance plénière lors d'une cérémonie commémorative marquant les 27 ans de l'assassinat du Premier ministre Yitzhak Rabin, à la Knesset, le 6 novembre 2022. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Le député Ahmad Tibi (Hadash-Taal) a apporté son soutien aux manifestants contre la réforme du système judiciaire.

« Je souhaite que le plus grand nombre possible d’Arabes et de Juifs participent à ces manifestations », a déclaré le principal député arabe à la radio de l’armée.

Au cours des dix dernières semaines, les hommes politiques arabes se sont tenus à l’écart des manifestations publiques contre le projet de la coalition visant à réduire le pouvoir judiciaire et à accroître le pouvoir politique, mais ils se font de plus en plus entendre sur le sujet.

Gantz à Baharav-Miara : Ne laissez pas Ben Gvir entrer dans le QG de la police lors des manifestations

Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, à l'entrée de l'aéroport Ben Gurion près de Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, à l'entrée de l'aéroport Ben Gurion près de Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Le chef du parti d’opposition, le député Benny Gantz a demandé à la Procureure générale d’empêcher le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir d’entrer dans le centre de commandement de la police pendant les manifestations d’aujourd’hui, affirmant que Ben Gvir donne des ordres inappropriés.

Le ministre Ben Gvir a qualifié les manifestants « d’anarchistes » et a donné des ordres aux commandants de police de manière illicite », a écrit Gantz dans sa requête, demandant à la Procureure générale Gali Baharav-Miara d’empêcher le ministre de la Sécurité nationale de participer aux manifestations et de donner des instructions aux gradés de la police.

Ben Gvir s’est engagé à ce que des mesures soient prises contre les manifestants qui bloquent les routes, comme cela est à nouveau prévu lors des manifestations d’aujourd’hui.

La semaine dernière, la police a utilisé des canons à eau et des grenades incapacitantes à l’encontre des manifestants de Tel Aviv pour la première fois dans cette série de manifestations contre le remaniement du système  judiciaire, faisant 11 blessés.

Mercredi dernier, Ben Gvir s’est rendu au siège de la police de Tel-Aviv, avant la « Journée nationale de perturbations » organisée par les groupes d’activistes opposés à la réforme du système judiciaire. Les critiques ont allégué que sa présence avait influencé les décisions de la police.

Gantz accuse également Ben Gvir de faire « un usage politique de la police israélienne et de ses dispositifs ».

1 000 membres du Likud signent une pétition en faveur de la refonte judiciaire

Un partisan du Likud devant une vidéo de Benjamin Netanyahu lors d'un événement du parti, à Jérusalem, le 23 mars 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Un partisan du Likud devant une vidéo de Benjamin Netanyahu lors d'un événement du parti, à Jérusalem, le 23 mars 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Dans leur première déclaration publique après 10 semaines de protestation, plus de 1 000 membres du Likud ont signé une pétition soutenant le projet de réforme judiciaire de la coalition.

La pétition estime que la proposition permet d’accroître le pouvoir politique aux dépens du pouvoir judiciaire, ce qui représente, selon eux, une « occasion historique de rétablir l’équilibre rompu » entre les branches des pouvoirs.

Les signataires sont des membres du comité central du Likud, qui compte près de 4 000 membres et joue un rôle dans la prise de décision au sein du parti, ainsi que différents responsables du parti.

Dans le cadre d’une manifestation de masse qui a rassemblé des dizaines de milliers d’Israéliens dans la rue aujourd’hui pour protester contre les efforts de la coalition, la pétition appelle à la poursuite du remaniement.

Hier, le ministre de la Justice, Yariv Levin, a rencontré une équipe chargée d’élaborer un projet de compromis pour assouplir la réforme. Un groupe de réflexion et d’éminents universitaires ont vivement critiqué ce projet de compromis, affirmant qu’il adoptait la quasi-totalité des propositions du gouvernement et qu’il porterait gravement atteinte au caractère démocratique d’Israël.

Raanana: 2 manifestants arrêtés ; réouverture de l’intersection

La police a arrêté deux suspects pour trouble à l’ordre public lors de manifestations contre la réforme du système judiciaire près de Raanana.

Un porte-parole des forces de l’ordre a déclaré que les agents ont dispersé un groupe de manifestants qui bloquaient le carrefour Raanana.

« Au cours de la dispersion, la police a arrêté deux manifestants soupçonnés de troubler l’ordre public et le carrefour a été ouvert à la circulation », a déclaré le porte-parole.

La police affirme qu’elle « continuera à permettre la liberté de protester tout en maintenant l’ordre public ».

4 autres personnes arrêtées à la suite d’une manifestation au centre Kohelet Forum

L'entrée des bureaux du Kohelet Policy Forum qui a été bloquée par des manifestants opposés à la refonte du système judiciaire prévue par le gouvernement israélien, à Jérusalem, le 9 mars 2023. (Crédit : Flash90)
L'entrée des bureaux du Kohelet Policy Forum qui a été bloquée par des manifestants opposés à la refonte du système judiciaire prévue par le gouvernement israélien, à Jérusalem, le 9 mars 2023. (Crédit : Flash90)

La police a déclaré avoir arrêté quatre suspects supplémentaires pour avoir placé des sacs de sable et du fil barbelé à l’entrée des bureaux du Forum Kohelet, un groupe de réflexion conservateur très impliqué dans le projet largement controversé du gouvernement de remanier le système judiciaire du pays.

Auparavant, deux militants avaient été emmenés par la police pour être interrogés sur l’incident survenu à Jérusalem.

L’action a été menée par le groupe de protestation « Frères d’armes », qui représente des soldats et des officiers réservistes.

Mardi, Michael Sarel, chef du Kohelet Economic Forum, a averti que les propositions actuelles étaient susceptibles d’entraîner de graves conséquences pour l’économie.

Des dizaines de milliers de personnes bloquent des routes dans tout le pays

Des Israéliens manifestant contre le projet de réforme du système judiciaire largement controversé du gouvernement, à Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)
Des Israéliens manifestant contre le projet de réforme du système judiciaire largement controversé du gouvernement, à Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)

Des dizaines de milliers de manifestants se sont rassemblés dans tout le pays pour protester contre la réforme du système judiciaire.

Un certain nombre de carrefours principaux sont bloqués et au moins 10 personnes ont été arrêtées par la police jusqu’à présent.

En outre, des réservistes de la marine ont bloqué le port de Haïfa, empêchant la circulation du trafic maritime dans la région.

Des manifestants se sont également rassemblés dans le cadre de la « Journée nationale de perturbations » sur la place Habima à Tel-Aviv, où ils ont signé un exemplaire de la Déclaration d’Indépendance d’Israël.

Pour leur part, les critiques de ce plan expliquent que la refonte qui est proposée affaiblira la nature démocratique d’Israël, qu’elle fera disparaître un contre-pouvoir déterminant et qu’elle laissera les minorités et leurs droits sans protection. Ses partisans assurent, de leur côté, que la réforme est nécessaire pour freiner les ardeurs d’une justice qui, selon eux, est trop activiste.

4 arrestations pour trouble à l’ordre public lors d’une manifestation à Tel Aviv

"Obligés de s'opposer à la dictature", lit-on sur la bannière contre la refonte judiciaire prévue par le gouvernement israélien, à Ramat Gan, le 8 mars 2023. 
 (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
"Obligés de s'opposer à la dictature", lit-on sur la bannière contre la refonte judiciaire prévue par le gouvernement israélien, à Ramat Gan, le 8 mars 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

La police a arrêté quatre suspects pour trouble à l’ordre public lors d’une manifestation contre la réforme du système judiciaire à l’échangeur de Hakfar Hayarok à Tel Aviv.

Les manifestants se rassemblent dans tout le pays pour protester contre les projets largement controversés du gouvernement Netanyahu.

Des réservistes de la marine bloquent le port de Haïfa

Des manifestants bloquant le trafic maritime dans le port de Haïfa, pour la 2e "Journée nationale de perturbations" contre la refonte judiciaire du gouvernement, le 9 mars 2023 (Crédit : Capture d'écran utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Des manifestants bloquant le trafic maritime dans le port de Haïfa, pour la 2e "Journée nationale de perturbations" contre la refonte judiciaire du gouvernement, le 9 mars 2023 (Crédit : Capture d'écran utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Des manifestants bloquent le trafic maritime dans le port de Haïfa lors de la deuxième « Journée nationale de perturbations » contre le remaniement judiciaire du gouvernement Netanyahu.

Le groupe de protestation « Frères d’armes », qui représente des soldats et des officiers réservistes, affirme que « dans une dictature, la mer est fermée ».

« Depuis des dizaines d’années, nous naviguons jour et nuit et nous gardons la principale ligne de vie de l’État d’Israël », a déclaré le groupe.

« Nous, soldats de réserve, dans les navires lance-missiles et les navires de sécurité de routine, les équipages de sous-marins et les commandos de marine depuis des générations, travaillons encore aujourd’hui pour maintenir ouvertes les frontières maritimes de l’État d’Israël et ses voies de navigation », a ajouté le groupe.

« Nous avons choisi de perturber les opérations du port de Haïfa pour demander clairement au gouvernement israélien d’arrêter ce voyage incontrôlé qui fera chavirer l’État d’Israël », a expliqué le groupe.

Un certain nombre d’anciens officiers supérieurs de la marine participent également à la manifestation.

Aéroport Ben Gurion : Malgré les protestations, le service est normal avant le voyage de Netanyahu en Italie

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dirigeant une réunion du cabinet sur le budget de l'État, au Bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 23 février 2023. (Crédit : Alex Kolomoisky/Pool)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dirigeant une réunion du cabinet sur le budget de l'État, au Bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 23 février 2023. (Crédit : Alex Kolomoisky/Pool)

Bien que les manifestants aient promis de perturber les opérations autour de l’aéroport Ben Gurion – en particulier avant le vol du Premier ministre Benjamin Netanyahu qui doit décoller pour Rome à 13h – les choses sont calmes à l’intérieur des terminaux.

Les trains desservant Ben Gurion arrivent à l’heure et l’aéroport ne semble pas moins chaotique que les autres jours.

Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, est arrivé à l’aéroport pour un briefing au centre de Commandement avancé de la police.

Les responsables des manifestations ont spécifiquement appelé les protestataires à bloquer les routes autour de l’aéroport Ben Gurion lorsque Netanyahu et son épouse arriveront pour prendre leur vol pour l’Italie. Le Premier ministre doit rencontrer la Première ministre italienne d’extrême-droite, Giorgia Meloni, au début de sa visite de trois jours à Rome.

Le voyage a déjà connu des difficultés lorsque la compagnie nationale El Al n’a pas été en mesure de trouver un équipage pour le vol du Premier ministre – un problème attribué à la pénurie d’équipage, mais qui pourrait avoir été influencé par la colère croissante de l’opinion publique à l’égard du gouvernement, qui a poursuivi ses efforts pour affaiblir le système judiciaire.

L’Autorité aéroportuaire israélienne a demandé aux voyageurs quittant le pays aujourd’hui d’arriver tôt à l’aéroport Ben Gurion, en prévision d’éventuelles perturbations.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.