Rechercher

Une roquette tirée de Gaza vers Israël

À 3 800 bulletins près, le Meretz n'intégrera pas la 25e Knesset La chef du parti Avoda, Merav Michaeli, est tenue responsable car elle avait refusé de fusionner avec Meretz

  • Des employés de la commission centrale électorale compte les derniers bulletins de vote à la Knesset le 3 novembre. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
    Des employés de la commission centrale électorale compte les derniers bulletins de vote à la Knesset le 3 novembre. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
  • MONTAGE - Le leader du Likud Benjamin Netanyahu et le Premier ministre Yair Lapid. (Crédits : RONALDO SCHEMIDT etJACK GUEZ / AFP)
    MONTAGE - Le leader du Likud Benjamin Netanyahu et le Premier ministre Yair Lapid. (Crédits : RONALDO SCHEMIDT etJACK GUEZ / AFP)
  • Des employés de la commission centrale électorale compte les derniers bulletins de vote à la Knesset le 3 novembre. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
    Des employés de la commission centrale électorale compte les derniers bulletins de vote à la Knesset le 3 novembre. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
  • Des employés de la commission centrale électorale compte les derniers bulletins de vote à la Knesset le 3 novembre. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
    Des employés de la commission centrale électorale compte les derniers bulletins de vote à la Knesset le 3 novembre. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
  • Des employés de la commission centrale électorale compte les derniers bulletins de vote à la Knesset le 3 novembre. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
    Des employés de la commission centrale électorale compte les derniers bulletins de vote à la Knesset le 3 novembre. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Une roquette tirée de Gaza vers Israël

Une roquette de la bande de Gaza a été tirée jeudi soir vers le territoire israélien, avant d’être interceptée par le système antimissile, a indiqué l’armée israélienne dans un communiqué.

Ce tir, le premier depuis les hostilités ayant opposé en août l’armée israélienne au Jihad islamique dans la bande de Gaza, intervient peu de temps après l’annonce des résultats des législatives en Israël ayant donné la victoire à l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Des sirènes d’alerte à la roquette retentissent dans les villes proches de Gaza

Des sirènes d’alerte à la roquette retentissent dans les villes proches de la frontière avec la bande de Gaza.

Les sirènes sonnent à Ein HaShlosha, Kissufim et Nirim.

L’armée israélienne a déclaré que la cause des alarmes était en cours d’examen.

Les riverains disent avoir entendu une explosion après le déclenchement de l’alerte.

Bennett va démissionner de son poste dans les prochains jours

Le Premier ministre Naftali Bennett prend la parole à la conférence de la Semaine de la cybersécurité à Tel-Aviv, le 28 juin 2022. (Crédit : Capture d’écran Youtube)
Le Premier ministre Naftali Bennett prend la parole à la conférence de la Semaine de la cybersécurité à Tel-Aviv, le 28 juin 2022. (Crédit : Capture d’écran Youtube)

Le Premier ministre suppléant Naftali Bennett notifie au Premier ministre Yair Lapid son intention de démissionner de son poste dans les prochains jours.

Il souhaite bonne chance au nouveau gouvernement.

« Le gouvernement que j’ai dirigé a géré une politique nationale avec concertation et consentement », dit-il.

« J’espère que le nouveau gouvernement agira de manière responsable et avec le plus large consentement possible du public. »

Le Premier ministre indien Modi félicite Netanyahu pour sa victoire aux élections

Le Premier ministre indien Narendra Modi arrivant pour dévoiler la statue du héros de l'indépendance indienne Subhas Chandra Bose près de l'India Gate, à New Delhi, le 8 septembre 2022. (Crédit : Money Sharma/AFP)
Le Premier ministre indien Narendra Modi arrivant pour dévoiler la statue du héros de l'indépendance indienne Subhas Chandra Bose près de l'India Gate, à New Delhi, le 8 septembre 2022. (Crédit : Money Sharma/AFP)

Le Premier ministre indien Narendra Modi félicite « mon ami » Benjamin Netanyahu pour sa victoire électorale.

« Je suis impatient de poursuivre nos efforts conjoints pour approfondir le partenariat stratégique Inde-Israël », a-t-il déclaré.

Modi remercie également le Premier ministre sortant Yair Lapid « pour [avoir donné une] priorité au partenariat stratégique Inde-Israël ».

L’ADL prévient qu’elle n’hésitera pas à critiquer le gouvernement israélien

Jonathan Greenblatt, PDG et directeur national de l'Anti-Defamation League, s'exprimant au Capitole, à Washington, le 2 mai 2017. (Crédit : Carolyn Kaster/AP)
Jonathan Greenblatt, PDG et directeur national de l'Anti-Defamation League, s'exprimant au Capitole, à Washington, le 2 mai 2017. (Crédit : Carolyn Kaster/AP)

L’Anti-Defamation League (ADL) exprime son inquiétude devant « l’intégration probable d’extrémistes » au sein du prochain gouvernement israélien.

L’ADL félicite le chef du Likud Benjamin Netanyahu tout en notant que la coalition « comprendra probablement des représentants des partis Otzma Yehudit et HaTzionout HaDatit, dont leurs dirigeants Itamar Ben Gvir et Bezalel Smotrich », qui « ont tous deux un long historique de comportements racistes, anti-arabes, homophobes et autres comportements haineux ».

« Nous pensons que l’inclusion de ces individus et de ces partis d’extrême droite dans un gouvernement israélien irait à l’encontre des principes fondateurs d’Israël et aurait un impact sur sa position, même auprès de ses plus fervents partisans. »

L’ADL dit qu’elle « n’hésitera pas à dénoncer les expressions et les politiques du gouvernement israélien et des dirigeants israéliens qui sont haineuses, racistes, anti-arabes, homophobes et anti-démocratiques ».

L’ambassadeur des États-Unis en Israël a félicité Netanyahu

L'ambassadeur américain en Israël Thomas (Tom) Nides visite le mémorial et musée de l'Holocauste Yad Vashem à Jérusalem le 2 décembre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
L'ambassadeur américain en Israël Thomas (Tom) Nides visite le mémorial et musée de l'Holocauste Yad Vashem à Jérusalem le 2 décembre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

L’ambassadeur des États-Unis en Israël, Tom Nides, a déclaré qu’il venait d’appeler le chef du Likud, Benjamin Netanyahu, pour le féliciter de sa victoire aux élections de mardi.

Nides « a dit avoir hâte de travailler ensemble pour maintenir le lien incassable », a écrit l’envoyé sur Twitter.

Nides est le premier responsable américain à parler avec Netanyahu depuis sa victoire électorale.

Le 7e sur la liste d’Avoda critique Merav Michaeli

Yair Fink remercie ses soutiens après la diffusion des résultats des primaires Travaillistes à Tel Aviv, le 11 février 2019 (Crédit :Gili Yaari/Flash90)
Yair Fink remercie ses soutiens après la diffusion des résultats des primaires Travaillistes à Tel Aviv, le 11 février 2019 (Crédit :Gili Yaari/Flash90)

Dans une réprimande adressée à Merav Michaeli, la chef de son parti, le numéro 7 du parti travailliste, Yair Fink, affirme que le parti a eu tort de refuser de fusionner avec Meretz avant les élections.

« Les dirigeants font des erreurs. Un leader doit assumer ses responsabilités et ne pas blâmer les autres. » Michaeli a plus tôt attaqué Yair Lapid, affirmant que c’était de sa faute si Meretz n’entrait pas à la Knesset alors que Michaeli avait refusé à maintes reprises de sceller une alliance avec Meretz.

Il ajoute : « Je ne suis peut-être que septième, mais si les autres ne le disent pas, je le ferais : nous avons fait une erreur en ne sauvant pas Meretz, et j’en suis désolé. »

Pour Michaeli, c’est la faute de Lapid si Meretz n’entre pas à la Knesset

La ministre des Transports Merav Michaeli arrivant à la réunion hebdomadaire du cabinet au bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 18 septembre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
La ministre des Transports Merav Michaeli arrivant à la réunion hebdomadaire du cabinet au bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 18 septembre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Dans ses premiers commentaires suivant l’élection, la dirigeante travailliste Merav Michaeli a vivement attaqué le Premier ministre Yair Lapid pour sa campagne qui, selon elle, « a détruit le Meretz et a failli détruire le parti travailliste ».

Elle dit que le public « a cru que Lapid devait être renforcé et non nous. Il n’y avait aucune raison pour que les travaillistes et Meretz ne passent pas, mais Yesh Atid a travaillé contre nous, en particulier le jour des élections ».

Michaeli ajoute que « malheureusement pour nous tous, Zehava Galon avait raison » sur le danger pour le Meretz avant le vote.

« Je porte la responsabilité du résultat faible [Avoda a remporté 4 sièges alors qu’aux élections de 2021, il en avait 7] et nous envisagerons d’organiser des primaires », dit-elle.

Elle ajoute que le Parti travailliste « se battra depuis l’opposition contre une coalition qui a plus d’actes d’accusation que de représentants ».

La chef d’Avoda avait refusé à maintes reprises de sceller une alliance avec Meretz, comme Lapid et Galon le lui avaient demandé.

Gideon Saar : « nous n’avons pas d’autre pays »

Le ministre de la Justice, Gideon Saar, arrive pour une réunion du gouvernement sous la direction du Premier ministre, à Jérusalem, le 22 mai 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Le ministre de la Justice, Gideon Saar, arrive pour une réunion du gouvernement sous la direction du Premier ministre, à Jérusalem, le 22 mai 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

S’exprimant à l’Université Bar Ilan, Gideon Saar (HaMahane HaMamlahti), le ministre sortant de la Justice, a déclaré : « Un système judiciaire fort et indépendant est un atout pour Israël et son peuple. » alors que le bloc de Benjamin Netanyahu (droite, religieux et extrême droite) veut adopter une loi visant à contourner la Haute cour et supprimer le délit pénal d’abus de confiance.

Le système « doit être amendé, mais pas politisé », selon cet ancien du Likud, car ce serait sinon « un grand danger ».

« Bientôt, un nouveau gouvernement sera formé en Israël conformément à la volonté du peuple. Je lui souhaite bonne chance de tout mon cœur, car nous n’avons pas d’autre pays. »

Pour comprendre les différences, lisez cet article : Deux camps de la droite, deux réformes opposées du système judiciaire

Lapid « souhaite bonne chance à Netanyahu pour le bien du peuple d’Israël »

Un panneau d'affichage de campagne électorale pour le Likud qui montre un portrait de son chef, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et du chef de l'opposition Yair Lapid. Le portrait de Netanyahu est dégradé par l'hébreu qui dit « rentre chez toi » à Ramat Gan, en Israël, dimanche 21 mars 2021. (Crédit : AP / Oded Balilty)
Un panneau d'affichage de campagne électorale pour le Likud qui montre un portrait de son chef, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et du chef de l'opposition Yair Lapid. Le portrait de Netanyahu est dégradé par l'hébreu qui dit « rentre chez toi » à Ramat Gan, en Israël, dimanche 21 mars 2021. (Crédit : AP / Oded Balilty)

Le Premier ministre israélien sortant Yaïr Lapid a félicité jeudi soir son rival Benjamin Netanyahu pour sa « victoire » aux élections législatives de mardi, a indiqué son porte-parole dans un communiqué.

« Le Premier ministre Lapid a félicité M. Netanyahu pour sa victoire aux élections et a informé le chef de l’opposition qu’il avait donné les instructions pour préparer une transition ordonnée », souligne ce communiqué.

« L’État d’Israël est au-dessus de toute considération politique », dit Lapid. « Je souhaite bonne chance à Netanyahu pour le bien du peuple d’Israël et de l’Etat d’Israël. »

Les projets du chef de la faction homophobe Noam

Le député Avi Maoz s'exprime en séance plénière de la Knesset, le 15 décembre 2021. (Crédit : Arie Leib Abrams/Flash90)
Le député Avi Maoz s'exprime en séance plénière de la Knesset, le 15 décembre 2021. (Crédit : Arie Leib Abrams/Flash90)

Le député anti-LGBT et chef de la faction Noam, Avi Maoz, a déclaré à la radio militaire que « le public a parlé » et « il veut un État juif ».

Il dit que son parti veut autoriser « des conseils psychologiques pour ceux qui ne veulent pas être homosexuels » – en référence à ce qu’on appelle une soi-disante thérapie de conversion, une méthode largement dénoncée. Le ministère de la Santé sous l’actuel ministre Nitzan Horowitz a interdit aux professionnels de la santé de pratiquer cette soi-disante thérapie.

Maoz a également parlé de renverser la réforme des règles de certification casher du gouvernement actuel, et a ajouté que le parti chercherait à faire progresser « l’éducation juive ».

Viktor Orban félicite Benjamin Netanyahu

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban félicite Benjamin Netanyahu pour son retour attendu au pouvoir avec un « Mazel tov ! »

« Quelle belle victoire pour Benjamin Netanyahu en Israël ! a-t-il écrit sur Twitter. « Les temps difficiles exigent des dirigeants forts. Bienvenue de nouveau ! »

HaTzionout Hadatit ne « martyrisera » pas les LGBT, mais veut « ramener l’ordre »

Orit Strock, députée HaTzionout HaDatit sur la Douzième chaîne. (Capture d'écran)
Orit Strock, députée HaTzionout HaDatit sur la Douzième chaîne. (Capture d'écran)

La députée du parti HaTzionout HaDatit Orit Strock a déclaré que les gauchistes, les Arabes et les membres de la communauté LGBT ne doivent pas craindre la montée de l’extrême droite lors des élections de cette semaine.

« Nous n’allons martyriser personne », a-t-elle dit. « Nous servirons tous les citoyens, y compris ceux qui ne pensent pas comme nous et dont le mode de vie est différent. »

Cependant, elle a affirmé que son parti cherchera à « ramener l’ordre dans l’espace public », en référence apparente à l’opposition aux événements de la Gay Pride.

« Indépendamment de la question des fiertés, il ne devrait pas y avoir de défilés de personnes marchant dans la rue nues ou à moitié nues », a déclaré Strock.

« Le problème, ce sont les efforts déployés pendant des années, pas seulement ici mais dans le monde entier, pour imposer des choses au public. »

Galon : La chute du Meretz est « un désastre » pour le parti et le pays

La cheffe du Meretz, Zehava Galon, s'exprimant devant ses partisans après l'annonce des résultats des primaires du parti de gauche à Tel Aviv, le 23 août 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
La cheffe du Meretz, Zehava Galon, s'exprimant devant ses partisans après l'annonce des résultats des primaires du parti de gauche à Tel Aviv, le 23 août 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

La cheffe du parti Meretz, Zehava Galon, s’est exprimée à propos de l’échec de son parti à entrer à la Knesset.

« C’est un moment très difficile pour moi et mes amis du Meretz », a-t-elle confié.

« Le résultat de ce scrutin est un désastre pour le Meretz, un désastre pour le pays et c’est vrai, un désastre pour moi aussi. »

Elle a indiqué que le résultat relevait pour elle d’un véritable scénario « catastrophe ».

« J’ai tenté d’obtenir une fusion avec [la cheffe d’Avoda] Merav Michaeli, et ces derniers temps, j’avais averti le Premier ministre Yair Lapid et ses soutiens du risque qu’il y avait à jouer avec le feu [en allant à la pêche aux voix de gauche]. Que si nous ne faisions pas attention, non seulement le Meretz, mais tout le camp, en paierait le prix. »

Elle estime que « la victoire de la droite, avec ses partenaires racistes et répressifs, n’est pas vraiment une victoire. Il y a un nombre égal d’Israéliens de chaque côté » et s’est engagée à poursuivre son combat pour les valeurs du parti.

« Nous finirons par l’emporter », a-t-elle assuré.

« Même si l’hiver est rude, il n’empêchera pas la venue du printemps. »

Le bloc Netanyahu passe à 64 sièges ; Liberman passe à 6, HaTzionout HaDatit à 15

Le bloc de Netanyahu à la Knesset a perdu un siège, passant à 64, avec 99 % des votes comptabilisés, selon la Douzième chaîne.

Le parti Yisrael Beytenu d’Avigdor Liberman a gagné un siège, passant de 5 à 6.

Au sein du bloc de droite, le parti HaTzionout HaDatit a également gagné un siège, passant à 15.

C’est officiel : le Meretz n’intègrera pas la 25e Knesset

La cheffe du parti Meretz, Zehava Galon, s'exprime lors d'une conférence à Tel Aviv, le 5 septembre 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
La cheffe du parti Meretz, Zehava Galon, s'exprime lors d'une conférence à Tel Aviv, le 5 septembre 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Pour la première fois depuis sa formation en 1992, le parti de gauche Meretz n’a pas réussi à entrer à la Knesset.

Les chiffres sont désormais officiels, le parti se situant juste en dessous du seuil électoral. Selon La Douzième chaîne, il ne manquait à Meretz que 3 800 bulletins pour le franchir.

Le refus de Merav Michaeli, cheffe du parti travailliste, de fusionner sa liste avec celle de Meretz apparaît désormais comme une erreur de calcul catastrophique.

La chute spectaculaire de Meretz renforce le bloc de Netanyahu et semble lui assurer pas moins de 64 sièges de soutien pour son bloc, composé de son parti, le Likud, des partis religieux et de l’alliance d’extrême droite.

Shtayyeh : les partis israéliens sont aussi différents que Pepsi et Coca

Le Premier ministre de l'Autorité palestinienne Mohammad Shtayyeh lors d'une conférence de presse à l'Association de la presse étrangère dans la ville de Ramallah en Cisjordanie, le 9 juin 2020. (Abbas Momani/Pool Photo via AP)
Le Premier ministre de l'Autorité palestinienne Mohammad Shtayyeh lors d'une conférence de presse à l'Association de la presse étrangère dans la ville de Ramallah en Cisjordanie, le 9 juin 2020. (Abbas Momani/Pool Photo via AP)

Le Premier ministre de l’Autorité palestinienne, Mohammed Shtayyeh, a affirmé que la montée de l’extrême droite en Israël « est le résultat naturel de la manifestation croissante de l’extrémisme et du racisme dans la société israélienne, dont notre peuple souffre depuis des années », selon le Middle East Monitor.

« Nous ne nous faisions aucune illusion sur le fait que l’élection israélienne produirait un partenaire pour la paix », a-t-il ajouté

« L’identité du vainqueur de l’élection israélienne n’a pas d’importance, car la différence entre les partis israéliens est la même que la différence entre Pepsi-Cola et Coca-Cola. »

 

Aryeh Deri, condamné pour délits fiscaux, pourrait devenir ministre des Finances

Des partisans du parti Shas avec Aryeh Deri réagissent à l'annonce des résultats des élections israéliennes, à Tel Aviv, le 1er novembre 2022. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)
Des partisans du parti Shas avec Aryeh Deri réagissent à l'annonce des résultats des élections israéliennes, à Tel Aviv, le 1er novembre 2022. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)

Le leader du Shas, Aryeh Deri, dont le parti est un membre clé du bloc de droite de Benjamin Netanyahu, pourrait être « récompensé » pour sa loyauté par le poste de ministre des Finances s’il en fait la demande, selon le site d’information Ynet.

Shas a fait de la hausse du coût de la vie un élément clé de son programme.

Le reportage a indiqué que les négociations de coalition, dirigées par le député du Likud Yariv Levin, viseront à assurer la stabilité du gouvernement en satisfaisant les partenaires politiques de Netanyahu.

Alors que le parti HaTzionout HaDatit devrait obtenir le troisième plus grand nombre de sièges aux élections, l’alliance entre les députés Bezalel Smotrich et Itamar Ben GVir était une union technique, ce qui signifie que même si les deux législateurs d’extrême droite maintiennent leur coopération sur leurs positions, leurs discussions avec le Likud se dérouleront séparément.

Par conséquent, Deri négociera en tant que chef du deuxième plus grand parti du bloc.

Deri a admis avoir commis des infractions fiscales au début de l’année – sa deuxième condamnation pénale – et a démissionné de la Knesset dans le cadre d’un accord de plaidoyer. Il devrait toutefois revenir au Parlement israélien, son parti devant détenir 11 sièges, selon le dernier décompte.

Elections : Londres appelle au « respect des minorités »

Londres a appelé jeudi au « respect des minorités » à l’approche du résultat final des élections en Israël et a exclu tout transfert de son ambassade de Tel Aviv à Jérusalem, a déclaré Downing Street.

« Nous appelons tous les partis israéliens à s’abstenir de tout langage incendiaire et à faire preuve de tolérance et de respect envers les groupes minoritaires », a déclaré un porte-parole du Premier ministre Rishi Sunak.

Touma-Sliman : la « réalité politique » en Israël « devrait effrayer tout le monde »

La députée de la Liste arabe unie Aida Touma-Sliman à la Knesset à Jérusalem le 8 juin 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
La députée de la Liste arabe unie Aida Touma-Sliman à la Knesset à Jérusalem le 8 juin 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

La députée Aida Touma-Sliman a déclaré que la nouvelle réalité politique au lendemain des élections devrait être « effrayante pour tout le monde » et qu’une période d’introspection est nécessaire.

« Nous sommes confrontés à une réalité politique qui devrait effrayer tout le monde », déclare la députée, dont le parti Hadash-Taal devrait obtenir cinq sièges.

« C’est une réalité dans laquelle nous avons une aile de droite, et pas seulement la droite ‘classique’ habituelle que nous connaissons, mais une aile de droite prête à utiliser la violence, l’incitation à la violence et un racisme profond. Cette réalité devrait être un signal d’alarme pour tout le monde », a-t-elle déclaré au site d’information Ynet.

« Quiconque parle de la possibilité que [le député d’extrême droite Itamar] Ben Gvir soit devenu plus modéré, essaie de faire l’autruche et de ne pas affronter la réalité », dit-elle.

« Il doit y avoir un examen de conscience et nous devons examiner sérieusement les résultats et leurs conséquences politiques », a-t-elle ajouté.

La semaine dernière, Touma-Sliman a qualifié de « martyrs » cinq membres d’un groupe terroriste palestinien, dont son chef, qui ont été tués lors d’une opération des forces israéliennes, et a affirmé que leur « résistance » était une réponse à « l’occupation ». Ses déclarations ont suscité une série de critiques.

Touma-Silman a déjà fait des déclarations incendiaires similaires par le passé et a été menacée de sanctions après avoir modifié sa déclaration sous serment à la Knesset l’année dernière pour y inclure un vœu de « lutte contre l’occupation ».

Le bloc du leader du Likud Benjamin Netanyahu devrait remporter 65 sièges, donnant à l’ancien Premier ministre une majorité confortable pour former un gouvernement à la Knesset, qui compte 120 sièges, avec des alliés d’extrême droite et haredi, dont les ultra-radicaux Ben Gvir et Bezalel Smotrich.

Avec 93% des votes comptabilisés, le Meretz reste en dehors de la Knesset

Avec 93 % des votes maintenant comptés, le parti de gauche Meretz reste sous le seuil de 3,25 % nécessaire pour entrer à la Knesset.

Le parti de gauche détient actuellement 3,15 % des votes exprimés.

En l’état actuel des choses, le Likud recevra 32 sièges, Yesh Atid 24, HaTzionout HaDatit14, HaMahane HaMamlahti 12, Shas 11 et Yahadout HaTorah 8. Raam a obtenu cinq sièges, tout comme Hadash-Ta’l et Yisrael Beytenu, et les travaillistes recevront quatre sièges au Parlement israélien.

Les US espèrent que le prochain gouvernement « respectera nos valeurs partagées »

De gauche à droite : le leader d’Otzma Yehudit, le député Itamar Ben Gvir, le chef de l’opposition et leader du Likud, Benjamin Netanyahu, et le chef de HaTzionout HaDatit, le député Bezalel Smotrich. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
De gauche à droite : le leader d’Otzma Yehudit, le député Itamar Ben Gvir, le chef de l’opposition et leader du Likud, Benjamin Netanyahu, et le chef de HaTzionout HaDatit, le député Bezalel Smotrich. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Les Etats-Unis ont dit mercredi espérer que le prochain gouvernement israélien continue de respecter les droits des minorités, au moment où l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu semble en mesure de retourner au pouvoir grâce à l’extrême-droite.

Interrogé sur la position des États-Unis concernant les résultats des élections israéliennes par la presse, le porte-parole du département d’Etat, Ned Price, a d’abord réitéré la déclaration publiée plus tôt dans la journée par l’ambassadeur américain en Israël, Tom Nides, qui a déclaré qu’il était encore trop tôt pour tirer des conclusions quant à la composition du prochain gouvernement, mais a ajouté qu’il se réjouissait de travailler avec la personne au pouvoir, quelle qu’elle soit, pour faire avancer les valeurs et les intérêts communs des États-Unis et d’Israël.

Price a déclaré que « ce qui rend cette relation si forte – et ce qui l’a rendue si forte depuis l’indépendance d’Israël jusqu’à aujourd’hui – c’est que cette relation a toujours été fondée sur nos intérêts communs, mais surtout sur nos valeurs communes. »

« Nous espérons que tous les responsables gouvernementaux israéliens continueront de partager les valeurs d’une société ouverte, démocratique et porteuse de tolérance et de respect pour toute la société civile, en particulier les groupes minoritaires », a déclaré le porte-parole.

« Nous avons certains intérêts et certaines valeurs qui nous sont propres. Vous nous avez entendu parler de notre engagement en faveur d’une future solution à deux États et de mesures égales de sécurité, de liberté, de justice et de prospérité pour les Israéliens comme pour les Palestiniens », a-t-il dit.

La relation israélo-américaine « a toujours été fondée sur nos intérêts communs, mais aussi, de façon importante, sur nos valeurs partagées », a-t-il ajouté.

S’abstenant de commenter les résultats électoraux de Benjamin Netanyahu, dont les relations avec les démocrates américains ont pu être tendues, il a indiqué ne pas vouloir « spéculer à propos d’un gouvernement qui n’a pas encore été présenté ».

« Mais quoi qu’il en soit, nous avons une relation proche et durable avec Israël. »

Pour HaTzionout HaDatit, la gauche tente de provoquer une ingérence américaine

Le leader d'Otzma Yehudit, Itamar Ben Gvir, visite le marché de Mahane Yehuda à Jérusalem, le 28 octobre 2022, avant les prochaines élections à la Knesset. (Crédit : Olivier Ftoussi/Flash90)
Le leader d'Otzma Yehudit, Itamar Ben Gvir, visite le marché de Mahane Yehuda à Jérusalem, le 28 octobre 2022, avant les prochaines élections à la Knesset. (Crédit : Olivier Ftoussi/Flash90)

Après qu’un reportage a affirmé que les États-Unis envisageaient de boycotter le député d’extrême droite Itamar Ben Gvir, membre du parti HaTzionout HaDatit, qui devrait obtenir un poste ministériel dans le gouvernement du président du Likud Benjamin Netanyahu, la faction Otzma Yehudit de Ben Gvir a accusé la gauche israélienne d’être impliquée dans cette affaire.

« La campagne antidémocratique que la gauche israélienne a menée se poursuit », a déclaré le parti dans un communiqué. « Nous savons très bien qui, en Israël, essaie d’inciter les Américains à s’ingérer dans la démocratie israélienne et quels sont leurs intérêts. »

La même accusation a été lancée contre le parti Yesh Atid après que deux législateurs démocrates américains ont mis en garde les Israéliens contre le fait de donner du pouvoir à Ben Gvir au vu de ses politiques et de ses opinions extrémistes.

Un groupe US démocrate pro-Israël met en garde contre HaTzionout HaDatit

Le député Itamar Ben Gvir, à droite, et le député Bezalel Smotrich, à gauche, lors d'un événement de campagne électorale à Sderot, le 26 octobre 2022. (Crédit : Flash90)
Le député Itamar Ben Gvir, à droite, et le député Bezalel Smotrich, à gauche, lors d'un événement de campagne électorale à Sderot, le 26 octobre 2022. (Crédit : Flash90)

Le groupe Majorité démocratique pour Israël (Democratic Majority for Israel ou DMFI) a exprimé son inquiétude face à la forte progression du parti HaTzionout HaDatit lors des élections du 1er novembre.

« Nous ne pouvons nous empêcher d’être profondément troublés par le fait qu’un parti anti-démocratique et extrémiste dirigé par les kahanistes Itamar Ben-Gvir et Bezalel Smotrich va prendre davantage pied à la Knesset », déclare le groupe.

« Bien que ce parti ne représente qu’environ 10 % des électeurs israéliens, il peut exercer une influence politique démesurée, car l’ancien Premier ministre [Benjamin] Netanyahu ne peut mettre en place une coalition gouvernementale qu’avec son soutien. »

« Le DMFI a réitéré à plusieurs reprises sa conviction que ce parti ne devrait pas avoir sa place dans la coalition gouvernementale israélienne », a déclaré le groupe, tout en affirmant que les relations américano-israéliennes « survivront à la présence de kahanistes à la Knesset. »

Le groupe a également souligné son respect pour la démocratie robuste d’Israël, qui comprend « des partis allant de l’extrême gauche à l’extrême droite ».

Formation du gouvernement : Herzog rencontrera les élus la semaine prochaine

Le président Isaac Herzog s'exprime lors de la cérémonie d'accueil du président américain Joe Biden à l'aéroport, le 13 juillet 2022. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)
Le président Isaac Herzog s'exprime lors de la cérémonie d'accueil du président américain Joe Biden à l'aéroport, le 13 juillet 2022. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

Le bureau du président Isaac Herzog a indiqué qu’il commencera à rencontrer la semaine prochaine les représentants des différents partis de la prochaine Knesset afin de déterminer quel législateur sera chargé de former le futur gouvernement.

Les consultations commenceront dès que les résultats finaux seront officiellement présentés au président dans une semaine. Herzog disposera d’une semaine supplémentaire, jusqu’au 16 novembre, pour annoncer quel député il chargera de former un gouvernement.

Ce député aura 28 jours pour former un gouvernement, mais il est autorisé à demander une prolongation de 14 jours.

Après que son bloc (droite, religieux et extrême droite) a fait des progrès significatifs lors des élections d’hier, le président du Likud, Benjamin Netanyahu, devrait être chargé de cette tâche. Il ne devrait pas avoir beaucoup de difficultés à constituer une coalition, son bloc ayant obtenu une majorité relativement confortable et homogène.

Avec 91% des votes comptabilisés, aucun changement dans la répartition des sièges

Illustration : Des Israéliens déposant leur bulletin de vote pour les élections législatives, dans un bureau de vote à Jérusalem, le 1er novembre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Illustration : Des Israéliens déposant leur bulletin de vote pour les élections législatives, dans un bureau de vote à Jérusalem, le 1er novembre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

La commission centrale électorale a annoncé que 91 % des votes avaient été dépouillés, ce qui éloigne légèrement le Meretz du seuil de 3,25 % nécessaire pour entrer à la Knesset.

En l’état actuel du décompte, le Likud recevra 32 sièges, Yesh Atid en aura 24, HaTzionout HaDatit 14, HaMahane HaMamlahti 12, Shas 11 et Yahadout HaTorah en aura 8.

Raam a obtenu cinq sièges, Hadash-Taal aura également cinq législateurs, Yisrael Beytenu en aura cinq et les travaillistes recevront quatre sièges au Parlement israélien.

Le parti de gauche Meretz et le parti arabe dur Balad n’intègrent pas, pour le moment, la Knesset.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...