Covid : Hadassah Israël aspire à devenir un pôle régional pour le vaccin russe
Rechercher

Covid : Hadassah Israël aspire à devenir un pôle régional pour le vaccin russe

L'hôpital de Jérusalem soutient vivement le "Spoutnik V", suscitant les critiques de certains; un expert en vaccins se dit "malheureux" que l'hôpital puisse faire des profits

Des travailleurs médicaux prélèvent le sang de volontaires participant à un essai d'un vaccin contre le coronavirus à l'hôpital militaire principal de Budenko, près de Moscou, en Russie, le 15 juillet 2020. (Service de presse du ministère russe de la Défense via AP)
Des travailleurs médicaux prélèvent le sang de volontaires participant à un essai d'un vaccin contre le coronavirus à l'hôpital militaire principal de Budenko, près de Moscou, en Russie, le 15 juillet 2020. (Service de presse du ministère russe de la Défense via AP)

Alors que le gouvernement israélien entame des discussions avec la Russie sur l’achat de son vaccin contre le coronavirus, le centre médical Hadassah de Jérusalem a déjà obtenu une commande de 1,5 million de doses de « Spoutnik V » – et a déclaré qu’il envisageait de devenir un distributeur régional pour ce vaccin.

Le projet pourrait également aider à résoudre certains des problèmes financiers de l’institution, qui appartient à Hadassah, l’Organisation des femmes sionistes d’Amérique, [Women’s Organization of America]. Elle a fait face à un effondrement financier en 2014 et a été sauvée par l’organisation basée aux États-Unis et le gouvernement israélien.

Le directeur de l’hôpital, Zeev Rotstein, est devenu un grand adepte de ce vaccin, dont l’efficacité n’a pas encore été prouvée, ce qui a fait sourciller certains membres de la communauté médicale.

« Nous avons signé un protocole d’accord, et maintenant un contrat, ce qui signifie que nous serons un centre de distribution pour le vaccin – peut-être pas seulement en Israël, mais aussi dans la région », a déclaré Rotstein au Times of Israel, précisant qu’il faisait allusion à l’Autorité palestinienne et à « certains autres pays ».

Rotstein tient également à lancer une initiative inhabituelle : faire approuver le vaccin par Israël sans attendre les organismes internationaux que Jérusalem suit normalement, en particulier la Food and Drug Administration (FDA) américaine.

Un travailleur médical russe administre une dose du vaccin expérimental russe contre le coronavirus Spoutnik V à Moscou, en Russie, le 15 septembre 2020. (Crédit : Alexander Zemlianichenko Jr/AP)

Rotstein a déjà commencé à déposer des demandes auprès du ministère de la Santé. « Le temps, c’est la vie », a-t-il dit, en parlant de la nécessité d’agir rapidement.

Un hôpital russe qui fonctionne sous la supervision de Hadassah, et sous sa marque, a été impliqué dans des essais cliniques en Russie. Selon M. Rotstein, cela a fait naître la confiance.

Le professeur Zeev Rotstein, PDG de l’hôpital Hadassah, s’exprime lors d’une conférence de presse à l’hôpital Hadassah Ein Karem à Jérusalem, le 1er novembre 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

« Hadassah est représenté à Moscou. Nous avons participé à la phase 3 de l’essai, et notre équipe a vu de ses propres yeux que les gens ne se transformaient pas en monstres », a-t-il déclaré.

Il prévoit que son hôpital, qui appartient au secteur privé mais dont les patients sont principalement financés par les deniers publics, fournira des vaccins aux organisations de maintien de la santé en Israël, et éventuellement aux prestataires de soins de santé à l’étranger. Et dans un plan qui risque de susciter la controverse parmi les spécialistes de l’éthique médicale, il a déclaré que si la « première priorité » sera de vacciner ceux qui en ont le plus besoin, y compris les Israéliens à haut risque et le personnel hospitalier, après cela, une partie du vaccin pourrait être mise à la disposition du public sur la base d’un paiement au coup par coup.

L’hôpital insiste sur le fait que l’achat prévu, qui sera financé par des investisseurs et n’affectera pas les coûts de fonctionnement, a été motivé par des considérations sanitaires.

« Nous vivons dans un pays capitaliste. Nous devons financer ce que nous faisons, et le vaccin constituera une autre activité médicale », a déclaré M. Rotstein.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est entretenu lundi avec le président russe Vladimir Poutine au sujet de la possibilité pour le gouvernement de sécuriser les vaccins, cinq jours après la publication de données initiales suggérant que le vaccin est efficace à 92 % pour protéger la population contre la COVID-19.

Le président russe Vladimir Poutine (à droite) rencontre le Premier ministre Benjamin Netanyahu au Kremlin à Moscou, le 30 janvier 2020. (MAXIM SHEMETOV / POOL / AFP)

« Jusqu’à présent, personne en Israël ne voulait entendre parler du vaccin russe », a déclaré M. Rotstein, ajoutant qu’il y a quelque temps, il avait « anticipé une situation où la Russie serait la première », et avait décidé que comme le gouvernement ne négociait pas pour les vaccins, il serait avantageux de conclure un arrangement privé. Il a ajouté que si le gouvernement voulait maintenant reprendre le contrat, il se retirerait volontiers.

Si Rotstein insiste pour qu’Israël acquière le vaccin russe, c’est en partie parce qu’il s’agit d’un vaccin « vecteur », c’est-à-dire qu’il utilise la technologie traditionnelle pour transposer les instructions génétiques d’un virus animal inoffensif afin de les transmettre aux cellules humaines. Les deux autres principaux vaccins candidats actuels, ceux de Pfizer et de Moderna, utilisent la technologie révolutionnaire – mais jusqu’à présent non éprouvée – de l’ARNm. M. Rotstein estime qu’Israël devrait disposer d’un stock diversifié de vaccins, comprenant à la fois des technologies connues et des technologies de pointe.

En supposant que Hadassah conserve le contrat, il a dit qu’il attendra l’autorisation du ministère de la Santé avant de distribuer les vaccins Spoutnik V.

Rotstein a déclaré que ses motivations sont pures et que l’hôpital n’a subi aucune pression de qui que ce soit pour conclure l’accord. « On nous accuse de vouloir gagner de l’argent ou de faire de la publicité, mais en réalité, nous nous occupons des gens », a-t-il dit.

Mais l’expert en vaccins Manfred Green a déclaré que cet accord semble inapproprié.

Green est le directeur du programme international de maîtrise en santé publique de l’Université de Haïfa, et a précédemment dirigé la Direction de la santé publique de l’armée israélienne. Il est le directeur fondateur du Centre israélien pour le contrôle des maladies, [ICDC – Israel Center for Disease Control].

Il a déclaré au Times of Israel : « Je serais malheureux de savoir qu’un hôpital en Israël fait la promotion d’un vaccin et réalise des bénéfices. Un hôpital devrait être à peu près neutre [sur la préférence pour un vaccin]. Je n’ai jamais entendu parler d’une telle chose auparavant ».

Le personnel médical du Magen David Adom devant l’unité coronavirus de l’hôpital Hadassah Ein Karem à Jérusalem, le 19 octobre 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Moscou a déclaré la semaine dernière que son vaccin est efficace à 92 %. Le résultat a été obtenu grâce à des tests supervisés par Crocus Medical, une société d’essais cliniques dont le siège est aux Pays-Bas. Cette annonce fait suite à celle de Pfizer qui a indiqué une efficacité de 90 % pour son vaccin – depuis, elle a été actualisée à 95 % – et juste avant que Moderna ne fasse état d’un chiffre de 94,5 %.

Le résultat de la Russie était basé sur un instantané du test, avec 20 cas de COVID-19, alors que les résultats de Pfizer et Moderna sont arrivés à un stade plus avancé, avec 94 et 95 cas respectivement, ce qui a suscité quelques critiques concernant le bilan de la Russie.

« Je crains que ces données n’aient été publiées à la hâte à la suite de l’annonce de Pfizer/BioNTech », a déclaré l’immunologiste Eleanor Riley, qui siège à un conseil qui fournit des recommandations au gouvernement britannique sur les vaccins. « Il ne s’agit pas d’une compétition. Nous avons besoin que tous les essais soient réalisés selon les normes les plus élevées possibles et il est particulièrement important que les critères préétablis pour la divulgation des données des essais soient respectés, afin d’éviter une sélection rigoureuse des données ».

Ses commentaires ont fait suite à la sonnette d’alarme d’il y a deux mois, lorsque l’équipe russe a publié des résultats antérieurs sur le vaccin dans le journal médical, The Lancet. Cela a donné lieu à une lettre ouverte signée par des dizaines d’experts qui ont déclaré que le rapport soulevait « plusieurs préoccupations qui nécessitent l’accès aux données originales pour une enquête approfondie ».

La décision prise par la Russie en août d’approuver l’utilisation généralisée du vaccin avant la fin des essais a été largement tournée en dérision, notamment par le spécialiste des vaccins de Houston, Peter Hotez, qui l’a qualifiée de « contraire à l’éthique » ainsi que de « téméraire et insensée ».

Les scientifiques russes avaient espéré que l’annonce de l’efficacité du vaccin la semaine dernière mettrait fin au scepticisme, mais les critiques continuent.

Dr. Tomer Hertz. (Autorisation)

« Je ne pense pas que la communauté scientifique s’intéresse autant à ce vaccin, car les données sont rares et peu approfondies », a déclaré le professeur Tomer Hertz, qui dirige un laboratoire d’immunologie systémique à l’université Ben Gurion du Néguev. « Ils ne gèrent pas les choses comme le font les autres pays ».

« Les données publiées jusqu’à présent n’ont pas montré qu’elles reposent sur des bases solides », a déclaré M. Hertz. « Il y a beaucoup de très bonnes données scientifiques russes, mais aussi une tradition de manque de transparence qui devrait vous inciter à être plus prudent sur la base des données actuelles ».

Mais M. Hertz a souligné que ses doutes ne devraient pas exclure Spoutnik V de la liste des candidats vaccins, affirmant qu’il peut encore faire ses preuves, et que les processus scientifiques d’examen, d’évaluation par les pairs et autres obstacles avant l’approbation permettront de tout dévoiler.

« S’ils disposent de données convaincantes, je ne vois pas de raison d’écarter ce vaccin simplement parce qu’il a été fabriqué en Russie », a-t-il déclaré, arguant qu’il n’y a rien de mal dans le projet de Hadassah, puisqu’il s’agit d’un hôpital privé.

Prof. Gabi Barbash, ancien directeur général du Centre médical Sourasky de Tel Aviv, le 7 avril 2020. (Douzième chaîne)

Gabi Barbash, ancien directeur général du ministère de la Santé israélien, a adopté un point de vue similaire. Il a déclaré que le vaccin russe ne répondait pas aux critères occidentaux, mais si Hadassah veut investir dans ce vaccin et espère que ses résultats seront acceptés par les régulateurs israéliens, cela est acceptable.

« C’est leur propre décision commerciale », a-t-il dit. « S’ils veulent risquer leur argent, c’est leur décision. »

Hertz a dit : « Dans l’état où nous sommes, et considérant qu’il est peu probable qu’Israël reçoive beaucoup de doses de vaccin dans un avenir proche, malgré ce que dit [Netanyahu], s’il y a un moyen d’apporter un vaccin sûr et efficace qui a été évalué par les pairs et réglementé par le ministère de la Santé, c’est une bonne idée.

L’expert en vaccins Green, qui a testé des vaccins pour le ministère de la Santé, n’est pas d’accord. « Nous n’avons pas besoin d’un autre vaccin », a-t-il déclaré. « Il y en a assez sur le marché maintenant. Je ne vois aucune raison de prendre un vaccin qui n’a pas été soumis au même processus ».

Prof. Manfred Green. (Autorisation)

Il est préoccupé par le scénario possible selon lequel Israël autoriserait le vaccin indépendamment de l’approbation de la FDA ou d’un organisme européen. « Je voudrais un essai de phase 3 qui passe par un organisme de réglementation européen ou américain », a-t-il déclaré, ajoutant qu’Israël n’a pas l’expérience nécessaire pour assumer cette tâche.

« Il ne suffit pas qu’Israël envoie une ou deux personnes. Il faut des experts de haut niveau en matière de vaccins et nous n’avons ni les personnes ni l’expérience nécessaires ».

M. Green a mis en garde dès le début de la pandémie contre la ruée vers les vaccins. Il a prédit en mars qu’un vaccin prendrait 18 mois et a déclaré « Si un vaccin est développé dans les prochains mois, vous pouvez imaginer qu’il y ait une réaction indésirable sur 1 000 ou sur 10 000 – cela pourrait être très problématique si vous le donnez à des millions de personnes ».

En parlant de Spoutnik V mardi, M. Green a déclaré : « La Russie produit de bons vaccins et je ne m’inquiète pas de leur capacité, mais je m’inquiète de la rapidité du processus et je crains que nous n’ayons pas de bonnes données ».

Professeur Jonathan Gershoni, de l’École de biologie cellulaire moléculaire et de biotechnologie de la Faculté George S. Wise des sciences de la vie de l’Université de Tel Aviv. (Zman)

Le professeur Jonathan Gershoni, un expert en vaccins de l’université de Tel Aviv, a déclaré que le vaccin russe pourrait avoir des avantages distincts sur les autres, dénonçant « l’arrogance et le snobisme » des personnes qui rejettent Spoutnik V parce qu’il est russe.

Gershoni a déclaré qu’il fallait tracer une ligne entre la posture et la politique du régime russe et la science de ses laboratoires.

« Bien sûr, c’est tout à fait politique qu’ils prétendent avoir le premier vaccin et qu’ils l’appellent Spoutnik, mais cela ne devrait pas impliquer de préoccupation quant à la qualité du vaccin, et nous ne devrions pas supposer qu’il est développé sans surveillance adéquate », a-t-il déclaré.

« Chacun de nous est sensible à la conspiration, donc nous accusons les autres d’être moins minutieux et moins intelligents, mais nous devrions être plus humbles et donner du crédit aux autres », a-t-il dit.

Le premier avantage, selon Gershoni, est l’utilisation d’une technologie mieux établie que celle employée par Pfizer et Moderna. « Les vaccins à l’ARN sont encore inconnus, alors que la technologie russe est un peu plus éprouvée, et donc [Rotstein] essaie d’avoir accès à ce vaccin qui est remarquable ».

Et Gershoni a fait valoir que d’ici à ce que Spoutnik V arrive en Israël, il pourrait être plus éprouvé que tout autre vaccin sur le marché – car la Russie devrait vacciner un grand nombre de personnes dans le cadre d’un déploiement limité, avant même que les essais ne soient terminés.

Un flacon du vaccin expérimental russe contre le coronavirus Spoutnik V, à Moscou, Russie, le 15 septembre 2020. (Alexander Zemlianichenko Jr/AP)

« Cela ne doit pas être considéré comme un manque de rigueur ou un manque d’efficacité, mais plutôt comme une approche différente », a-t-il déclaré, ajoutant que les autorités russes avaient décidé que les avantages de l’utilisation du vaccin l’emportaient sur les problèmes éventuels. « Les Chinois font de même. Avec Moderna et Pfizer, les effets secondaires sont testés sur un total de 74 000 personnes, tandis qu’en Russie, le vaccin sera bientôt utilisé sur des centaines de milliers de personnes et nous aurons de bonnes connaissances que nous n’aurions pas autrement ».

La décision de Moscou n’est « pas abusive – c’est une culture différente ». Et elle ne peut que profiter aux personnes extérieures à la Russie, a-t-il déclaré. Nous ne devons certainement pas nous considérer comme des « cobayes », mais plutôt comprendre que lorsque le vaccin sera disponible, il aura été administré à de nombreuses personnes en Russie et dans d’autres pays ».

Hertz, quant à lui, estime que, comme les vaccins à l’ARN semblent donner de bons résultats, il n’y a aucun avantage à opter pour le vaccin plus conventionnel. Il rejette l’idée que l’utilisation généralisée du vaccin en Russie profitera aux Israéliens, car il n’y a aucune garantie que les effets indésirables seront découverts et enregistrés et qu’ils ne seront pas occultés.

« Si les personnes auxquelles le vaccin est administré ne font pas l’objet d’une étude, leur vaccination n’est pas pertinente », a-t-il déclaré.

Gershoni, l’expert en vaccins de l’université de Tel Aviv, estime que l’une des principales préoccupations actuelles en matière d’approvisionnement en vaccins n’est pas de savoir quel vaccin spécifique Israël adopte et quel vaccin il rejette. Il pense plutôt qu’il faut se concentrer suffisamment sur l’obtention de vaccins étrangers dans un avenir prévisible et ne pas se fier au vaccin israélien, dont les essais viennent de commencer.

Il craint que la promotion d’un vaccin israélien à usage mondial ne détourne les dirigeants de leur principale tâche, qui est d’assurer la sécurité de la population israélienne.

« Notre problème est de savoir comment protéger 10 millions de personnes, pas comment être un phare pour le monde », a-t-il déclaré. « Tout ce dont nous avons besoin, c’est de 20 millions de doses ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...