Israël en guerre - Jour 263

Rechercher

De violents combats signalés à Gaza ; des frappes près de Damas attribuées à Israël

Tirs de roquettes vers le sud d'Israël * Tsahal effectue des frappes aériennes dans l'enclave palestinienne après des salves, et vise aussi des sites du Hezbollah au Liban

  • Illustration : Le système de défense aérienne israélien Dôme fer tirant pour intercepter une roquette tirée depuis la bande de Gaza, à Ashkelon, en Israël, le 1er décembre 2023. (Crédit : Tsafrir Abayov/AP Photo)
    Illustration : Le système de défense aérienne israélien Dôme fer tirant pour intercepter une roquette tirée depuis la bande de Gaza, à Ashkelon, en Israël, le 1er décembre 2023. (Crédit : Tsafrir Abayov/AP Photo)
  • Des personnes rassemblées avec des ballons jaunes appelant à la libération des Israéliens enlevés par les terroristes du Hamas à Gaza, au village d'artistes d'Aniam, sur le plateau du Golan, le 1er décembre 2023. (Crédit : Michael Giladi/Flash90)
    Des personnes rassemblées avec des ballons jaunes appelant à la libération des Israéliens enlevés par les terroristes du Hamas à Gaza, au village d'artistes d'Aniam, sur le plateau du Golan, le 1er décembre 2023. (Crédit : Michael Giladi/Flash90)
  • De la fumée s’élevant après une frappe aérienne israélienne dans la bande de Gaza, vue depuis le sud d'Israël, le 1er décembre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP)
    De la fumée s’élevant après une frappe aérienne israélienne dans la bande de Gaza, vue depuis le sud d'Israël, le 1er décembre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP)
  • Un hélicoptère Apache israélien tirant des fusées éclairantes au-dessus de la bande de Gaza, le 1er décembre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP)
    Un hélicoptère Apache israélien tirant des fusées éclairantes au-dessus de la bande de Gaza, le 1er décembre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP)
  • Des fusées éclairantes israéliennes illuminant le ciel au-dessus de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le 1er décembre 2023. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)
    Des fusées éclairantes israéliennes illuminant le ciel au-dessus de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le 1er décembre 2023. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)

De nouvelles images montrent une attaque maritime du Hamas, le 7 octobre

Illustration : Des commandos débarquent d'un bateau gonflable lors d'un exercice militaire du Hamas et des autres groupes terroristes palestiniens à Gaza City, dans la bande de Gaza, le 20 décembre 2020. (Crédit :  MAHMUD HAMS / AFP)
Illustration : Des commandos débarquent d'un bateau gonflable lors d'un exercice militaire du Hamas et des autres groupes terroristes palestiniens à Gaza City, dans la bande de Gaza, le 20 décembre 2020. (Crédit : MAHMUD HAMS / AFP)

De nouvelles images prises par des caméras de surveillance, publiées en ligne, montrent le moment où les terroristes du Hamas ont réussi à s’infiltrer en Israël par la mer le 7 octobre dernier.

La courte vidéo montre six membres des forces navales du Hamas en train de débarquer sur la plage de Zikim à bord d’un canot pneumatique, courir et ouvrir le feu.

La marine israélienne est parvenue à déjouer la progression de la plupart des embarcations et plongeurs du Hamas qui tentaient de s’infiltrer depuis la mer, ce matin-là, mais certains terroristes ont manifestement réussi à débarquer, tuant au moins 17 civils et une vingtaine de soldats sur la plage et la base militaire voisine.

Lloyd Austin : « on ne peut gagner une guerre urbaine que si l’on protège les civils »

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, prononçant un discours lors de la réunion du groupe consultatif sur la sécurité en Ukraine à la base aérienne de Ramstein, à Ramstein, en Allemagne, le 26 avril 2022. (Crédit : AP Photo/Michael Probst)
Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, prononçant un discours lors de la réunion du groupe consultatif sur la sécurité en Ukraine à la base aérienne de Ramstein, à Ramstein, en Allemagne, le 26 avril 2022. (Crédit : AP Photo/Michael Probst)

Le ministre américain de la Défense Lloyd Austin a appelé samedi Israël, qui a repris ses frappes de représailles contre le groupe terroriste palestinien du Hamas qui contrôle la bande de Gaza, à protéger les civils palestiniens, condition selon lui d’une victoire sur le terrain contre le Hamas.

L’ancien général de l’armée de terre, qui a notamment combattu en Irak et en Afghanistan et avait dirigé la lutte contre le groupe Etat islamique (EI), a expliqué qu’il avait retenu « une ou deux choses sur le combat urbain », lors d’un discours au Forum sur la défense nationale de l’Institut Reagan, en Californie.

« La leçon à retenir n’est pas qu’on est assuré de gagner une guerre urbaine si l’on protège les civils. La leçon c’est qu’on ne peut gagner une guerre urbaine que si l’on protège les civils », a-t-il souligné.

« Dans ce type de combat, le centre de gravité c’est la population civile. Et si vous la poussez dans les bras de l’ennemi, vous remplacez une victoire tactique par une défaite stratégique », a-t-il ajouté, en estimant que « comme le Hamas, l’EI était profondément implanté dans des zones urbaines ».

Un porte-avions américain intercepte un drone iranien au Moyen-Orient

L’armée américaine affirme avoir intercepté un drone iranien « opérant de manière dangereuse et non professionnelle » dans le golfe Persique.

Dans un tweet, le Commandement central des États-Unis (CENTCOM) indique que des avions de l’escadre aérienne de porte-avions Dwight D. Eisenhower, dépêchée dans la région pour dissuader les adversaires d’Israël, ont intercepté le drone au cours d’opérations de vol sur porte-avions.

« La marine américaine continuera à voler et à naviguer là où le droit international le permet », est-il précisé.

Un drone iranien avait volé mardi près d’un porte-avions américain dans le Golfe, avait affirmé mercredi Washington, qui avait dénoncé une action « dangereuse » et « irresponsable » dans le contexte de la guerre au Proche-Orient.

L’USS Eisenhower et ses navires d’escorte font partie, avec un autre groupe aéronaval placé en Méditerranée, des moyens déployés par les Etats-Unis après le début de la guerre entre le groupe terroriste palestinien du Hamas et Israël, dans le but de prévenir toute escalade militaire dans la région.

Le drone iranien s’était rapproché jusqu’à environ 1 300 mètres de l’immense porte-avions mardi, ignorant plusieurs alertes et violant l’instruction de ne pas s’approcher de l’USS Eisenhower, avait fait savoir le vice-amiral Brad Cooper, chef des forces navales américaines au Moyen-Orient.

« Cette conduite dangereuse, non-professionnelle et irresponsable de l’Iran met des vies américaines et de nations partenaires en danger, et doit cesser immédiatement », avait-il déclaré dans un communiqué.

« Les forces navales américaines demeurent vigilantes et vont continuer de voler, naviguer et opérer partout où le droit international le permet, tout en défendant la sécurité maritime dans la région », avait-il ajouté.

Un habitant de Holon légèrement blessé par des éclats de roquettes

Un jeune homme de Holon a été légèrement blessé par la chute d’éclats d’obus à la suite d’un tir de roquette sur le centre d’Israël, selon les secouristes.

Le service de secours du Magen David Adom (MDA) indique que le jeune homme de 22 ans a été blessé à la tête.

Les images des caméras de surveillance de la communauté de Netiv HaAsara, dans le sud du pays, montrent qu’au moins 10 roquettes ont été tirées depuis Gaza au cours de l’attaque.

Le groupe terroriste palestinien du Hamas revendique la salve de roquettes.

Tsahal : Le terroriste gazaoui responsable de la mort d’Oron Shaul en 2014 tué par une frappe

Le porte-parole de l'armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, donnant une conférence de presse, le 11 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran)
Le porte-parole de l'armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, donnant une conférence de presse, le 11 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran)

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré que l’armée avait tué Wissam Farhat, le commandant du bataillon Shejaiya du Hamas, lors d’une frappe aérienne dans la bande de Gaza aujourd’hui.

« Les soldats de Tsahal se battent actuellement dans la bande de Gaza et progressent conformément à ce qui était précu », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse en soirée.

Hagari a rappelé que Farhat était responsable d’une attaque contre les soldats Golani, dans le quartier de Shejaiya, dans la ville de Gaza, pendant la guerre de 2014. Sept soldats avaient été tués lors de ce que l’histoire a retenu sous le nom de catastrophe de l’APC. Oron Shaul était l’un de ses hommes et sa dépouille est aux mains du Hamas depuis lors.

« C’est Farhat qui a organisé et envoyé les terroristes, le 7 octobre dernier, au kibboutz Nahal Oz et au poste de l’armée, pour y perpétrer le cruel massacre que l’on sait », a déclaré Hagari.

Selon lui, l’offensive terrestre a fait pression sur le Hamas, qui a accepté de libérer certains otages.

« Nous sommes déterminés à continuer à nous battre, pour démanteler le Hamas et libérer tous les otages », a ajouté M. Hagari.

Les ex-otages font souffler un vent de joie sur le rassemblement de Tel-Aviv

Des manifestants participent à un rassemblement en faveur de la libération des otages détenus à Gaza depuis l’attaque du 7 octobre, à Tel Aviv, le 2 décembre 2023. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)
Des manifestants participent à un rassemblement en faveur de la libération des otages détenus à Gaza depuis l’attaque du 7 octobre, à Tel Aviv, le 2 décembre 2023. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)

Lors du rassemblement en faveur des otages sur la place éponyme, à Tel Aviv, des milliers de personnes ont brandi leur téléphone portable et autres lumières au moment de chanter l’Hatikvah, l’hymne national.

Il s’agit à n’en pas douter de la toute première manifestation de joie depuis le début des rassemblements pour les otages kidnappés par Gaza le 7 octobre dernier. Sont en effet montés sur scène, ce samedi, d’ex-otages, libérés au titre de la trêve d’une semaine entre le groupe terroriste palestinien du Hamas et Israël, qui a pris fin vendredi, ou leurs proches.

« Quand j’aurai fini de vous parler, je pourrai embrasser et serrer contre moi Erez et Sahar », a déclaré Hadas Calderon aux milliers de personnes venues l’écouter. Elle n’a pas pour autant passé sous silence la peur, la terreur que ses enfants ont vécues et racontées. Son mari, Ofer, est toujours à Gaza et vit cette terreur, a-t-elle dit à la foule.

Raz Ben-Ami, enlevé à Beeri le 7 octobre dernier, a remercié le public, dans un vidéo, en leur disant : « Merci de m’avoir redonné vie. »

Des ex-otages témoignent : la captivité, c’était « l’enfer », un « film d’horreur »

L'ex-otageYaffa Adar, 85 ans, plaide en faveur de la libération des otages dans un clip diffusé le 2 décembre 2023 (Capture d'écran vidéo)
L'ex-otageYaffa Adar, 85 ans, plaide en faveur de la libération des otages dans un clip diffusé le 2 décembre 2023 (Capture d'écran vidéo)

Un clip diffusé lors du rassemblement en faveur des otages de Gaza, à Tel Aviv, a permis de voir plusieurs femmes libérées par le Hamas ces derniers jours.

Yaffa Adar, 85 ans, dit que les otages ont vécu « l’enfer » en captivité.

« J’implore les décideurs, faites libérer les enfants, tout le monde… Je me fais la voix de plusieurs mères et grands-mères pour vous demander : ‘Libérez les enfants maintenant.’ Je veux les voir maintenant. Pas quand je serai dans un cercueil. »

Le petit-fils d’Adar, Tamir Adar, est toujours détenu à Gaza.

Danielle Aloni, 44 ans, libérée avec sa fille de 5 ans, raconte : « Nous avons été brutalement kidnappées chez nous. Nos filles ont vu des choses qu’elles n’auraient jamais dû voir. Je tremble rien qu’à en parler. C’était digne d’un film d’horreur. On n’avait aucune notion du temps. On dormait, on pleurait. Chaque jour durait une éternité. »

Après avoir rappelé qu’elle avait plusieurs de ses proches encore à Gaza, elle a dit : « Les gens peuvent mourir juste parce qu’ils en décident ainsi. »

Des manifestants brandissent des pancartes avec la photo d’Omer Shem Tov, 21 ans, lors d’une manifestation pour demander la libération des otages détenus à Gaza depuis l’attaque du 7 octobre, à Tel Aviv, le 2 décembre 2023. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)

Ditza Heiman, 84 ans, a déclaré que quelques jours avant sa libération, « il y avait de moins en moins de nourriture. On n’était pas loin de la famine. C’est mortel… et les risques psychologiques. Il faut les libérer immédiatement. »

Yocheved Lifshitz, 85 ans, libérée par le Hamas en octobre, avant l’accord de trêve, dit « craindre qu’ils se vengent sur nos otages » des méfaits de la guerre.

« J’ai peur que les personnes âgées et les plus jeunes ne supportent pas la pression. Le gouvernement a l’obligation morale de les libérer », a-t-elle affirmé.

Son mari, Oded Lifshitz, 83 ans, est toujours otage à Gaza.

La guerre est perdue si tous les otages ne sont pas libérés – ex-général qui a défendu Nahal Oz

Le général à la retraite Noam Tibon. (Capture d'écran de la chaîne 12, utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)
Le général à la retraite Noam Tibon. (Capture d'écran de la chaîne 12, utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)

La guerre d’Israël contre le groupe terroriste palestinien du Hamas sera considérée comme un échec si tous les otages restants ne sont pas libérés, déclare Noam Tibon, un général de division dans les réserves qui a sauvé son fils et sa famille des terroristes à Nahal Oz.

« Tous les autres objectifs passent en second plan », a déclaré Tibon aux milliers de personnes rassemblées samedi soir sur la « Place des Otages » à Tel Aviv. « Si nous ne ramenons pas tous les otages, nous ne gagnerons pas la guerre contre le Hamas. Et nous voulons gagner la guerre contre le Hamas. C’est pourquoi nous devons faire tout notre possible pour les ramener. Il s’agit de vies humaines. Cela n’a pas de prix », déclare Tibon, qui, le 7 octobre, s’est introduit avec plusieurs camarades dans le kibboutz assiégé de Nahal Oz, a extrait son fils Amir et sa famille de leurs maisons et a aidé à sauver plusieurs autres personnes tout en échangeant des coups de feu avec les terroristes.

La trêve d’une semaine, suivie de la reprise des combats vendredi, prouve « que l’armée israélienne peut arrêter les combats et les reprendre, pour récupérer nos otages », dit Tibon.

Guerre à Gaza: le FMI revoit ses prévisions de croissance à la baisse pour la région

Le conflit entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas vient peser sur une économie régionale qui tourne déjà au ralenti, a estimé vendredi le Fonds monétaire international (FMI), qui a abaissé ses prévisions de croissance, sans pour autant préciser l’ampleur de la révision.

« L’impact sur la région est largement incertain et dépendra de la durée, de l’intensité et du risque de propagation du conflit », ont estimé dans un article de blog John Bluedorn et Taline Koranchelian, directeurs adjoints pour la région Moyen-Orient et Asie centrale, mais « il concernera l’ensemble du Proche-Orient et de l’Afrique du Nord ».

Au-delà de l’impact économique évident pour Israël et les territoires palestiniens, les pays voisins subissent d’ores et déjà les conséquences du conflit estime le FMI, notamment d’un point de vue touristique, secteur qui représente entre 35 et 50 % des exportations de biens et services des pays avoisinants, avant la pandémie de Covid-19.

Le Liban a ainsi vu son taux d’occupation hôtelière chuter de 45 % par rapport à la même période en 2022, avec d’importantes conséquences sur sa croissance.

L’impact sur les prix de l’énergie est en revanche nul pour l’instant, avec un prix du baril du pétrole inférieur aux niveaux observés avant l’attaque meurtrière du Hamas dans le sud d’Israël.

De même, les conséquences sur les investissements étrangers sont pour l’heure minimes, cependant « le niveau élevé d’incertitude sur la trajectoire que pourrait prendre le conflit vient réduire la confiance des consommateurs et des entreprises, ce qui pourrait conduire à une baisse des dépenses et investissements ».

L’otage Hersh Goldberg-Polin « naturellement heureux », rappelle l’une de ses profs

Dafna Novik s'adressant à un rassemblement au nom des otages détenus à Gaza, à Jérusalem, le 2 décembre 2023. (Crédit : Jessica Steinberg/ Times of Israel)
Dafna Novik s'adressant à un rassemblement au nom des otages détenus à Gaza, à Jérusalem, le 2 décembre 2023. (Crédit : Jessica Steinberg/ Times of Israel)

Des centaines de personnes se rassemblent à Jérusalem pour une veillée hebdomadaire en faveur des otages organisée par Shomrim Al Habayit Hameshutaf (Sauvegardons notre foyer commun), sur la Place de Paris, près de la résidence officielle du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Dafna Novik, ancienne directrice du programme de préparation à l’armée – ou mehina en hébreu – de Lachish, fréquenté par Hersh Goldberg-Polin, parle de son ancien élève, otage à Gaza depuis huit semaines.

Elle se souvient d’un élève « naturellement heureux » qui n’avait pas peur de lever la main, d’aller à la rencontre des autres ou d’exprimer sa curiosité naturelle.

Vers la fin de l’année, il avait demandé la permission d’assister à un rassemblement pour Iyad Halak, un Palestinien autiste tué par la police israélienne en 2020.

Elle avait autorisé Goldberg-Polin à y aller. Lorsqu’il en était revenu, il s’était adressé au reste de la mehina, leur disant que « le deuil est grand et intense ».

Les proches des citoyens américains disparus depuis l’assaut du 7 octobre ; à l’extrême-droite, Rachel Goldberg, mère de Hersh Goldberg-Polin, 23 ans, et Jonathan Polin, père de Hersh assistant à une conférence de presse, à Tel Aviv, en Israël, le 10 octobre 2023. (Crédit : Maya Alleruzzo/AP Photo)

Novik qualifie les parents de Goldberg-Polin de « combattants pour la justice », alors qu’ils mènent une campagne mondiale pour sensibiliser l’opinion publique et faire pression pour ramener leur fils à la maison.

Citant le leader sioniste A.D. Gordon, elle dit que « nous devons renforcer la lumière, et non combattre l’obscurité », ajoutant que la lumière s’est éteinte dans de nombreux foyers en Israël et que le gouvernement doit contribuer à la rallumer.

Égypte : Les pourparlers de trêve se poursuivent, les Qataris sont encore en Israël – média

Des responsables égyptiens ont déclaré au Wall Street Journal que les pourparlers de trêve se poursuivaient malgré le départ des négociateurs israéliens du Qatar.

Selon des responsables anonymes cités par le journal, les responsables qataris restent en Israël et les Égyptiens sont à Gaza pour maintenir les lignes de communication ouvertes.

« Nous continuons à parler et à partager des mises à jour toutes les heures. Les négociations ne s’effondrent que lorsque les parties cessent de se parler. Ce n’est pas ce qui se passe ici », aurait déclaré un haut fonctionnaire égyptien.

Le Wall Street Journal rapporte que les membres de la délégation israélienne ont annoncé aux autres médiateurs présents à Doha vendredi soir qu’ils partiraient le lendemain.

Israël affirme que le groupe terroriste palestinien du Hamas a refusé de libérer 17 femmes et enfants, violant ainsi les termes de la trêve.

Le chef politique adjoint du Hamas, Saleh al-Arouri, après avoir signé un accord de réconciliation avec un haut responsable du Fatah, Azzam al-Ahmad, lors d’une courte cérémonie au complexe des services de renseignement égyptiens au Caire, en Égypte, le 12 octobre 2017. (Crédit : Nariman El-Mofty/AP)

Le numéro 2 du Hamas, Saleh al-Arouri, déclare à la chaîne Al-Jazeera que les otages restants sont des hommes, « qui ont tous servi dans l’armée [israélienne] ».

Une ex-otage depuis la « Place des Otages » : « Sans vous tous, je ne serais pas ici »

Des parents et des amis d'otages détenus dans la bande de Gaza par le groupe terroriste Hamas appelant à leur libération, sur la "Place des Otages", au Musée d'art de Tel Aviv, le 2 décembre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP Photo)
Des parents et des amis d'otages détenus dans la bande de Gaza par le groupe terroriste Hamas appelant à leur libération, sur la "Place des Otages", au Musée d'art de Tel Aviv, le 2 décembre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP Photo)

Yelena Trufanova, qui a été libérée des geôles du Hamas la semaine dernière, a pris la parole lors du rassemblement sur la « Place des Otages » à Tel Aviv.

« Sans vous tous, je ne serais pas ici. »

S’exprimant en hébreu et en russe, elle demande la libération de son fils Alexandre Trufanov et du reste des otages.

Elle dirige le rassemblement de quelque 10 000 personnes en scandant « maintenant, maintenant, maintenant ».

Également présente au rassemblement, Hadas Calderon partage la joie des retrouvailles avec ses deux enfants et l’absence douloureuse de leur père, Ofer, qui est toujours présumé être retenu en otage à Gaza.

« Quand Sahar et Erez m’ont vue, ils m’ont dit : ‘Maman, tu es vivante.’ Car telle est l’incertitude des personnes retenues en otage », dit Calderon, dont la fille Sahar, 16 ans, et le fils Erez, 12 ans, ont été libérés le 28 novembre.

Mais leur père, Ofer, « vit toujours cette obscurité ».

« C’est un homme merveilleux qui vit au grand air. Il doit être libéré maintenant, tous nos otages doivent être libérés. Il n’y a pas de prix pour leur liberté », déclare Calderon, incitant la foule à scander « tous maintenant ».

Des ex-otages prennent la parole devant une grande foule rassemblée à Tel Aviv

De grandes foules se rassemblent sur la « Place des Otages » à Tel Aviv pour un rassemblement appelant à la libération des derniers otages détenus par le Hamas et d’autres groupes terroristes palestiniens dans la bande de Gaza.

Plusieurs des otages libérés des geôles du Hamas au cours de la trêve d’une semaine qui s’est effondrée ce vendredi doivent s’exprimer en personne, et d’autres doivent s’adresser à la foule par liaison vidéo.

Des parents de certaines personnes encore détenues à Gaza prendront également la parole.

La Douzième chaîne estime que des dizaines de milliers de personnes sont présentes.

Les représentants des familles ont supplié les décideurs de faire tout leur possible pour faciliter la libération du reste des otages.

Suite à l’effondrement de la trêve, que le groupe terroriste palestinien du Hamas a violée en refusant de libérer les femmes et les enfants restants, les familles ont cherché à rencontrer ce soir les membres du cabinet de guerre.

La Douzième chaîne rapporte que les ministres Benny Gantz et Gadi Eisenkot – respectivement membre et observateur du cabinet de guerre – ont accepté de les rencontrer, mais qu’il n’y a pas encore eu de réponse de la part du Premier ministre Netanyahu ni du ministre de la Défense Gallant.

Kamala Harris remercie le Qatar et appelle à « accélérer » les efforts de paix

La vice-présidente américaine Kamala Harris prend la parole au Capitole américain, le 6 janvier 2022, à l'occasion de l'anniversaire de l'assaut du Capitole à Washington, DC. (Crédit : Greg Nash / POOL / AFP)
La vice-présidente américaine Kamala Harris prend la parole au Capitole américain, le 6 janvier 2022, à l'occasion de l'anniversaire de l'assaut du Capitole à Washington, DC. (Crédit : Greg Nash / POOL / AFP)

Alors qu’Israël a rappelé ses négociateurs d’otages du Qatar et que les discussions sur une trêve à Gaza sont dans l’impasse, la vice-présidente américaine Kamala Harris appelle l’émir de Doha, le cheikh Tamim Bin Hamad al-Thani, pour le remercier des efforts qu’il a déployés pour obtenir une pause d’une semaine, qui a permis la libération de plus de 100 otages.

« La vice-présidente a souligné que les États-Unis resteraient déterminés à poursuivre sans relâche la libération de tous les otages en étroite coopération avec le Qatar et d’autres partenaires régionaux », indique un communiqué de la Maison Blanche, qui précise qu’elle a blâmé le groupe terroriste palestinien du Hamas pour la rupture de la trêve.

Les deux hauts responsables ont également « discuté de l’importance de planifier le jour suivant la fin des combats à Gaza. »

Lors d’un discours sur la guerre entre Israël et le Hamas prononcé en marge du sommet COP28 à Dubaï, Harris affirme qu’elle et le président américain Joe Biden ont entamé des discussions avec les équipes de sécurité nationale sur l’après-guerre à Gaza peu après le 7 octobre, appelant à l’adhésion de la région et au soutien des Palestiniens.

« Nous devons accélérer les efforts pour construire une paix durable », dit-elle. « Les voix et les aspirations palestiniennes doivent être au centre de ce travail. »

Harris dit avoir parlé aux dirigeants arabes à Dubaï de la réhabilitation de Gaza, et de la mise en œuvre d’arrangements pour soutenir l’Autorité palestinienne (AP), notamment en renforçant les forces de sécurité de l’AP, affirmant qu’en attendant « il doit y avoir des arrangements de sécurité acceptables pour Israël, la population de Gaza, l’Autorité palestinienne et les partenaires internationaux ».

Elle réitère également les critiques américaines sur le bilan civil de l’incursion militaire israélienne en affirmant que « trop de Palestiniens innocents ont été tués ».

Harris dit s’être entretenue avec des dirigeants palestiniens, musulmans et arabes aux États-Unis, ainsi qu’avec des Américains qui ont quitté Gaza ou qui y ont de la famille. « C’est vraiment déchirant », dit-elle.

« Alors qu’Israël poursuit ses objectifs militaires à Gaza, nous pensons qu’il doit faire plus pour protéger les civils innocents », dit-elle.

Gallant : Nous avons repris les combats là où nous les avions laissés à Gaza

Le ministre de la Défense Yoav Gallant s'exprimant lors d'une conférence de presse, le 4 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/Bureau de presse du gouvernement)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant s'exprimant lors d'une conférence de presse, le 4 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/Bureau de presse du gouvernement)

Le ministre de la Défense, Yoav Gallant, a déclaré que l’armée avait « repris le combat avec vigueur », après la violation par le Hamas de l’accord de cessez-le-feu.

Il dit avoir ordonné que les tirs reprennent vendredi matin suite au refus du Hamas de libérer 15 femmes et deux enfants dans le cadre de la trêve.

« Nous reprenons exactement là où nous nous étions arrêtés », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

Il dit avoir survolé Gaza et s’être rendu dans la zone frontalière, ces deux derniers jours, qualifiant la reprise de l’offensive de Tsahal de « très impressionnants ».

« Des milliers de terroristes ont été éliminés, des dizaines de quartiers généraux ont été détruits, des centaines de téraoctets d’informations sont entre nos mains, des centaines de terroristes ont été capturés et sont interrogés en Israël », a-t-il déclaré.

« Nous avons accompli l’exploit d’obtenir la libération de 110 otages vivants. Cela, aucune armée au monde n’y était jamais parvenue face à une organisation terroriste. Nous y sommes parvenus grâce à la force de Tsahal », a conclu Gallant.

Tsahal trouve un tunnel du Hamas dans la cour d’une école à Gaza avant la trêve

Tsahal affirme qu’avant la pause dans les combats, les troupes de sa 551e brigade de réserve avaient trouvé et détruit un puits de tunnel du Hamas dans la cour d’une école du secteur de Beit Lahiya, dans le nord de la bande de Gaza.

Elle indique que la 551e brigade a maintenant terminé ses opérations dans la zone entourant Jabaliya.

Au cours de ces opérations, la brigade a tué plusieurs terroristes palestiniens du Hamas et saisi des armes, précise Tsahal.

Les proches des Bibas toujours otages « ne se laisseront pas briser »

Yifat Zailer, cousine de Shiri Bibas, s'adressant aux journalistes, le 2 décembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de la Douzième chaîne ; utilisée conformément à la cause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Yifat Zailer, cousine de Shiri Bibas, s'adressant aux journalistes, le 2 décembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de la Douzième chaîne ; utilisée conformément à la cause 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Les proches de la famille Bibas refusent d’être « brisés » par une affirmation du groupe terroriste palestinien du Hamas selon laquelle la mère otage Shiri Bibas et ses jeunes enfants Ariel Bibas, 4 ans, et Kfir Bibas, 10 mois, ont été tués dans un bombardement israélien à Gaza, affirme une cousine.

Les trois otages, enlevés à Gaza le 7 octobre dans le kibboutz Nir Oz, devaient être libérés la semaine dernière, selon Tsahal. Shiri fait partie des quelques mères encore détenues à Gaza ; Ariel et Kfir sont les seuls jeunes enfants encore retenus en otage.

Le père Yarden a également été enlevé, mais il a été emmené séparément dans la bande de Gaza.

« Nous ne les laisserons pas nous briser. Nous continuons à nous battre pour leur libération et pour les ramener à la maison », déclare Yifat Zeilar, une cousine de Shiri, dans une déclaration à la presse au nom de la famille, en marge d’un rassemblement en faveur des otages à Tel Aviv.

« Nous devrions aussi pouvoir les embrasser, et cela arrivera », ajoute-t-elle. « Ne nous oubliez pas, ne les oubliez pas. »

Tenant Guy, son petit garçon, Zeiler note qu’il a fêté ses neuf mois aujourd’hui. « Il est né deux mois après Kfir. Il a l’âge qu’avait Kfir quand il a été enlevé. Ils ont le droit de grandir ensemble. »

Shiri Bibas, au centre, et ses fils Ariel, 4 ans, et Kfir, dix mois, enlevés au kibboutz Nir Oz par des terroristes du Hamas, le 7 octobre 2023. (Autorisation)

Zeiler dit à Douzième chaîne que la famille a vécu « 10 jours inquiétants », depuis le début d’une trêve le 24 novembre qui devait voir la maman et les enfants libérés.

Tsahal et le Shin Bet approuvent de nouveaux plans de bataille

De gauche à droite : le chef du Shin Bet, Ronen Bar, le chef d'état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, un officier inconnu, et le chef du Commandement du Sud, le général de division Yaron Finkelman, lors d'une réunion, le 2 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
De gauche à droite : le chef du Shin Bet, Ronen Bar, le chef d'état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, un officier inconnu, et le chef du Commandement du Sud, le général de division Yaron Finkelman, lors d'une réunion, le 2 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne déclare que le chef d’état-major, le lieutenant-général Herzi Halevi, et le chef de l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet, Ronen Bar, ont tenu une évaluation aujourd’hui au Commandement du Sud à Beer Sheva, et ont approuvé les plans de bataille pour l’incursion terrestre d’Israël à Gaza.

« Nous nous concentrons sur la poursuite du démantèlement du Hamas, et sur la création de conditions pour le retour d’otages supplémentaires », déclare Halevi dans des remarques fournies par Tsahal.

Des jets israéliens frappent encore des sites du Hezbollah dans le sud du Liban

Tsahal affirme que des avions de combat ont frappé plusieurs autres sites du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah dans le sud du Liban en réponse aux tirs répétés de roquettes sur le nord d’Israël aujourd’hui.

Au cours de la dernière heure, plusieurs roquettes ont été tirées depuis le Liban sur la zone frontalière, indique Tsahal, qui répond par des tirs d’artillerie aux sources des tirs.

L’armée a déclaré plus tôt avoir bombardé et effectué des frappes aériennes contre des sites du Hezbollah dans le sud du Liban.

Netanyahu répondra ce soir aux questions de la presse israélienne

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprime lors d'une conférence de presse au siège du ministère de la Défense à Tel Aviv, le 22 novembre 2023. (Crédit :Chaim Goldberg/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprime lors d'une conférence de presse au siège du ministère de la Défense à Tel Aviv, le 22 novembre 2023. (Crédit :Chaim Goldberg/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu tiendra une conférence de presse télévisée à 20h15 ce soir, annonce son bureau.

Durant la conférence, le Premier ministre répondra aux questions de la presse israélienne, ce qui est rare.

Il apparaîtrait seul, sans le ministre de la Défense Yoav Galant ni le ministre de la Guerre Benny Gantz.

La trêve finie, ex-otages et familles d’otages exigent de rencontrer Netanyahu

Des proches d'Israéliens retenus en otage par les terroristes du Hamas à Gaza depuis le massacre du 7 octobre tenant une conférence de presse, à Tel Aviv, le 29 novembre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Des proches d'Israéliens retenus en otage par les terroristes du Hamas à Gaza depuis le massacre du 7 octobre tenant une conférence de presse, à Tel Aviv, le 29 novembre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Les familles des otages toujours détenus à Gaza, dont plusieurs de ceux qui ont été libérés ces derniers jours, ont exigé samedi de rencontrer le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Un communiqué du Forum des familles des otages et disparus indique qu’elles veulent cette rencontre « ce soir » après qu’une trêve d’une semaine ayant permis de récupérer certains des otages a pris fin en raison des violations commises par le groupe terroriste palestinien et qu’Israël a annoncé qu’il se retirait des pourparlers.

« La fin de la trêve et la reprise des combats obligent à faire immédiatement le point avec les familles des otages », indique le forum. « Les otages qui sont revenus exigent de rencontrer ce soir le Premier ministre et les membres du cabinet de guerre, ainsi que toutes les familles de ceux qui sont encore captifs. »

« Chaque jour pourrait être le dernier, nous ne pouvons pas les laisser là-bas », dit le communiqué.

Au cours de la trêve d’une semaine, 105 civils ont été libérés des geôles du Hamas : 81 Israéliens, 23 Thaïlandais et 1 Philippin.

Plusieurs des personnes libérées ont des maris et des pères toujours détenus à Gaza.

136 personnes se trouvaient encore entre les mains des factions terroristes de Gaza quand la trêve a été rompue : 114 hommes, 20 femmes et deux enfants. Dix de ces personnes retenues en captivité sont âgés de 75 ans et plus. La vaste majorité d’entre elles, 125, sont de nationalité israélienne. Onze sont des ressortissants étrangers dont huit sont des ressortissants thaïlandais.

Gallant met en garde les chefs du Hamas : Tsahal frappe de nouvelles zones à Gaza

Le ministre de la Défense Yoav Gallant rencontrant des réservistes près de la frontière de Gaza, le 2 décembre 2023. (Crédit : Elad Malka/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant rencontrant des réservistes près de la frontière de Gaza, le 2 décembre 2023. (Crédit : Elad Malka/Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense Yoav Gallant déclare que l’armée frappe dans des zones de Gaza qu’elle n’avait pas encore ciblées depuis le début de la guerre, et met en garde les hauts commandants du Hamas dans la partie sud de la bande.

« Au cours des deux derniers jours, nous opérons également dans des zones où nous n’avions pas opéré le mois dernier et cela va s’intensifier. Cette action atteindra toutes les zones qui nécessitent d’être atteintes. Nous allons vers l’élimination complète du groupe du Hamas », déclare Gallant à des réservistes près de la frontière de Gaza.

« Nous avons obtenu de très bons résultats au cours du premier mois », ajoute-t-il.

Gallant affirme que les commandants des bataillons du Hamas dans le nord de Gaza « savent déjà très bien ce dont Tsahal est capable ».

« Mais les commandants des bataillons du Hamas à Khan Younès et Rafah comprennent aussi très bien ce qui est arrivé aux autres », prévient-il, alors que Tsahal devrait étendre ses opérations terrestres dans le sud de la bande de Gaza.

Sirènes d’alerte à la roquette à Ashdod et à Rehovot

Une puissante salve de roquettes est tirée sur le sud et le centre d’Israël.

Des sirènes d’alerte retentissent à Ashdod et dans les communautés environnantes. Des sirènes retentissent également à Rehovot, Gan Shlomo et Kfar Bilu.

Des explosions se font entendre.

Aucun blessé ou dommage n’a été signalé dans l’immédiat.

Macron : « la bonne lutte contre le terrorisme n’est pas le bombardement systématique et permanent »

Le président français Emmanuel Macron lors d'un événement au sommet du climat de la COP28, à Dubaï, aux Émirats arabes unis, le 2 décembre 2023. (Crédit : AP Photo/Peter Dejong)
Le président français Emmanuel Macron lors d'un événement au sommet du climat de la COP28, à Dubaï, aux Émirats arabes unis, le 2 décembre 2023. (Crédit : AP Photo/Peter Dejong)

Le président français, Emmanuel Macron, a déclaré samedi que « la bonne lutte contre le terrorisme n’est pas le bombardement systématique et permanent » au sujet de la guerre entre le groupe terroriste palestinien du Hamas et Israël.

Pour le président français, l’objectif d’Israël d’une « destruction totale du Hamas », mouvement terroriste islamiste palestinien à Gaza, doit être « précisé », car il risque d’engendrer « dix ans » de guerre.

« La destruction totale du Hamas, qu’est-ce que c’est ? Est-ce que quelqu’un pense que c’est possible ? Si c’est ça, la guerre durera dix ans et je crois que personne ne sait définir sérieusement cet objectif. Donc il faut que cet objectif soit précisé », a exhorté M. Macron lors d’une conférence de presse en marge de la COP28 à Dubaï.

L’armée attaque des positions du Hezbollah après des tirs de roquettes

L’armée a fait savoir qu’elle menait des frappes aériennes et qu’elle procédait à des tirs d’artillerie contre des sites du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, dans le sud du Liban, en réponse à des attaques qui ont pris aujourd’hui pour cible le nord d’Israël.

Plusieurs roquettes viennent aussi d’être tirées vers des postes situés le long de la frontière, a précisé Tsahal.

Les sirènes d’alerte à la roquette n’ont pas été activées.

Les soldats ont mené des frappes contre la source des tirs.

Le groupe terroriste du Hezbollah a revendiqué la responsabilité de plusieurs attaques commises dans le nord d’Israël, aujourd’hui.

Alerte aux roquettes à Ashkelon et dans les communautés frontalières de Gaza

Les sirènes d’alerte aux roquettes retentissent dans la ville d’Ashkelon et dans les communautés proches de la frontière de Gaza.

Aucun dégât ni blessé n’a encore été signalé.

Macron appelle à « redoubler d’efforts pour parvenir à un cessez-le feu durable »

Le président français Emmanuel Macron assiste à une réunion lors du sommet des Nations Unies sur le climat de la COP28 à Dubaï le 2 décembre 2023.(Crédit : Ludovic MARIN / AFP)
Le président français Emmanuel Macron assiste à une réunion lors du sommet des Nations Unies sur le climat de la COP28 à Dubaï le 2 décembre 2023.(Crédit : Ludovic MARIN / AFP)

Le président français, Emmanuel Macron, a appelé samedi à « redoubler d’efforts pour parvenir à un cessez-le-feu durable » dans la bande de Gaza, après l’expiration vendredi d’une trêve avec le mouvement terroriste islamiste palestinien du Hamas.

« La reprise des combats dans la bande de Gaza (…) est un sujet d’inquiétude qui a été dans beaucoup de discussions » lors de la COP28 à laquelle participe M. Macron à Dubaï.

« Cette situation exige de redoubler d’efforts pour parvenir à un cessez-le feu-durable, pour obtenir la libération de tous les otages encore détenus par le Hamas et apporter à la population de Gaza l’aide dont elle a urgemment besoin, et de donner à Israël la certitude que sa sécurité est rétablie », a souligné le chef d’Etat lors d’une conférence de presse.

Samedi soir, Macron, qui auprès de ses homologues égyptien Abdel Fattah al-Sissi et émirati Mohammed ben Zayed al-Nahyane, ou avec le roi Abdallah II de Jordanie, a insisté sur la nécessité de condamner clairement le Hamas, doit faire escale au Qatar pour un dîner avec cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, l’émir de ce pays au coeur des négociations pour la trêve et la libération d’otages.

L’influent prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, qui avait donné rendez-vous à Emmanuel Macron à Dubaï, n’est finalement pas venu aux Emirats voisins. Et une rencontre espérée de plusieurs dirigeants arabes réunis simultanément autour du président français, qui aurait pu décupler son message, n’a pas pu se tenir.

Tentative d’attentat à l’arme blanche déjouée en Cisjordanie ; le suspect abattu – Tsahal

Un couteau présumé utilisé par un Palestinien pour tenter de poignarder des soldats dans le nord de la Cisjordanie, le 2 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Un couteau présumé utilisé par un Palestinien pour tenter de poignarder des soldats dans le nord de la Cisjordanie, le 2 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne déclare que les troupes ont déjoué une tentative d’attaque à l’arme blanche près de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie, tuant l’assaillant présumé.

Selon Tsahal, les troupes du 7037e bataillon de réserve, opérant à un poste de contrôle près de la ville cisjordanienne, ont identifié le suspect qui s’approchait d’eux.

Alors que les soldats tentaient de l’interroger, l’homme a sorti un couteau et a commencé à s’approcher des troupes, indique Tsahal.

Les soldats ont réagi en ouvrant le feu, tuant l’homme.

Tsahal indique qu’aucun soldat n’est blessé.

Gaza: Tsahal trouve des dizaines de roquettes sous des boîtes semblant appartenir à l’UNRWA

Des dizaines de roquettes trouvées par les troupes israéliennes à l'intérieur d'une maison résidentielle dans le nord de Gaza, le 2 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Des dizaines de roquettes trouvées par les troupes israéliennes à l'intérieur d'une maison résidentielle dans le nord de Gaza, le 2 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne déclare que les troupes opérant dans le nord de la bande de Gaza ont localisé des dizaines de roquettes cachées sous des boîtes portant le logo de l’UNRWA dans une maison résidentielle, ainsi que d’autres armes appartenant au groupe terroriste palestinien du Hamas.

Les troupes du 7007e bataillon de réserve fouillaient une maison dans un quartier lorsqu’elles ont trouvé une pièce remplie de boîtes portant le label de l’agence controversée de l’ONU pour les réfugiés palestiniens.

Sous les boîtes, des dizaines de roquettes, de mortiers et d’autres explosifs ont été trouvés, indique Tsahal.

En outre, les troupes de la 414e unité du Corps de Collecte de Renseignements opérant dans une maison au nord de Gaza ont trouvé des grenades, des pièces d’armes et d’autres équipements militaires à l’intérieur de la chambre d’un enfant, indique Tsahal.

Le CGRI annonce la mort de 2 de ses officiers en Syrie dans une frappe attribuée à Israël

Des membres du Corps des Gardiens de la révolution islamique d'Iran (CGRI) lors du défilé militaire annuel marquant l'anniversaire du déclenchement de la guerre dévastatrice de 1980-1988 avec l'Irak de Saddam Hussein, à Téhéran, le 22 septembre 2018. (Crédit : Stringer/AFP)
Des membres du Corps des Gardiens de la révolution islamique d'Iran (CGRI) lors du défilé militaire annuel marquant l'anniversaire du déclenchement de la guerre dévastatrice de 1980-1988 avec l'Irak de Saddam Hussein, à Téhéran, le 22 septembre 2018. (Crédit : Stringer/AFP)

Le Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI) annonce que deux de ses officiers ont été tués en Syrie.

Cette annonce survient après une frappe aérienne en Syrie qui a été imputée à Israël.

Le CGRI déclare que Mohammad Ali Atai Shoorcheh et Panah Taghizadeh ont été, selon lui, « martyrisés » alors qu’ils effectuaient une mission de conseil en Syrie, accusant les « sionistes » d’être à l’origine de leur mort.

Des frappes aériennes israéliennes auraient touché plusieurs sites à la périphérie de Damas cette nuit, provoquant des dégâts, selon les médias d’État syriens.

L’agence de presse étatique SANA, citant un responsable militaire anonyme, indique que les frappes provenaient de la direction du plateau du Golan et que les défenses aériennes syriennes ont abattu la plupart des missiles. Les frappes n’ont entraîné que des « pertes matérielles », précise le communiqué.

Israël n’a fait aucun commentaire.

Les aides humanitaires ont recommencé à entrer à Gaza, dit le Croissant rouge

Photo d'illustration : Des camions d'aide humanitaires arrivent à Rafah, dans la bande de Gaza, le 27 novembre 2023. (Crédit : AP /Hatem Ali)
Photo d'illustration : Des camions d'aide humanitaires arrivent à Rafah, dans la bande de Gaza, le 27 novembre 2023. (Crédit : AP /Hatem Ali)

Le Croissant rouge palestinien a fait savoir qu’il venait « tout juste de recevoir des camions transportant des aides par le biais du poste-frontière de Rafah » de la part de ses homologues égyptiens.

L’entrée des aides, à travers la frontière égyptienne, avait été temporairement arrêtée, vendredi, après la reprise des combats entre Israël et les factions terroristes de Gaza, le Hamas ayant contrevenu aux termes d’un accord de trêve temporaire qui aura duré une semaine.

2 mortiers tirés sur Shomera, à la frontière nord ; Tsahal cible la source des tirs

Deux mortiers ont été tirés depuis le Liban sur la communauté de Shomera, dans le nord du pays, il y a peu de temps, indique l’armée.

Les deux projectiles ont atterri dans des zones ouvertes, sans faire de blessés.

Tsahal a indiqué cibler la source des tirs avec de l’artillerie.

Tsahal a frappé plus de 400 cibles à Gaza hier, dont plus de 50 autour de Khan Younès

L’armée israélienne affirme avoir mené des frappes aériennes contre plus de 400 cibles dans la bande de Gaza au cours de la journée de vendredi, depuis que le groupe terroriste palestinien du Hamas a violé la trêve et que les combats ont repris.

Tsahal affirme que les avions de chasse ont attaqué plus de 50 cibles dans la région de Khan Younès lors de frappes « étendues » dans la partie sud de l’enclave.

Les troupes au sol dans le nord de Gaza ont mené des frappes aériennes sur un certain nombre de cibles, notamment sur une mosquée utilisée par le groupe terroriste du Jihad islamique palestinien comme quartier général opérationnel.

Les forces navales ont également mené des frappes sur les infrastructures du Hamas dans le sud, notamment sur des équipements maritimes utilisés par le Hamas.

L’armée a également déclaré qu’un certain nombre de cellules terroristes avaient été éliminées et que les cibles touchées comprenaient un dépôt de munitions.

Deux terroristes du Hezbollah tués lors de frappes en Syrie attribuées à Israël – OSDH

L’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) affirme que des frappes aériennes attribuées à Israël en Syrie dans la nuit ont tué deux membres affiliés au groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah et en ont blessé sept autres.

« Deux combattants syriens travaillant pour le Hezbollah ont été tués et sept autres combattants travaillant pour le groupe ont été blessés lors de frappes aériennes israéliennes sur des sites du Hezbollah près de Sayyida Zeinab », déclare Rami Abdel Rahman, qui dirige l’OSDH basé en Grande-Bretagne.

Il n’y a pas eu de confirmation indépendante.

L’OSDH, contrôlé par une seule personne et dont le financement reste flou, a régulièrement été accusé par les analystes de la guerre syrienne de faire de faux rapports et de gonfler le nombre de victimes.

Arrestation de 6 personnes manifestant devant le domicile de Netanyahu à Césarée

Six personnes ont été arrêtées par la police alors qu’elles manifestaient devant le domicile du Premier ministre Benjamin Netanyahu à Césarée, ont déclaré les organisateurs de la manifestation.

Les manifestants demandent à Netanyahu de démissionner suite aux échecs qui ont conduit à l’assaut du Hamas du 7 octobre sur le sud d’Israël.

Une vidéo de la scène montre plusieurs manifestants se tenant sur des dunes de sable surplombant sa maison, l’interpellant avec un mégaphone, avant d’être confrontés à la police. La police leur a rappelé qu’ils n’avaient pas l’autorisation de manifester sur le site.

Une manifestation bien plus importante est prévue samedi soir dans la ville côtière.

La dernière image de son mari Oded Lifshitz, otage du Hamas, « après 63 ans de mariage »

L'otage israélienne libérée Yocheved Lifshitz parle à la presse, avec sa fille à ses côtés, à l'hôpital Ichilov à Tel Aviv, le 24 octobre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
L'otage israélienne libérée Yocheved Lifshitz parle à la presse, avec sa fille à ses côtés, à l'hôpital Ichilov à Tel Aviv, le 24 octobre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Le 7 octobre, des terroristes du Hamas ont envahi la maison de Yocheved Lifshitz, 85 ans, blessant par balle son mari Oded à la main avant de la jeter sur une moto pour l’entraîner vers les tunnels de Gaza, a expliqué son petit-fils après sa libération.

Selon Daniel Lifshitz, sa grand-mère « a contracté une infection de l’estomac, elle a perdu près de dix kilos. Elle serait morte si elle était restée là-bas ».

Yocheved Lifshitz a été libérée fin octobre avec une autre femme âgée, mais son mari Oded, 83 ans, reste captif. Le Hamas affirme que les deux femmes ont été relâchées pour raisons humanitaires.

L’octogénaire n’a plus vu son mari depuis le jour de leur enlèvement, selon Daniel.

« La dernière vision que ma grand-mère a de lui, c’est quand elle était sur la moto. C’est ça l’image [qui lui reste], après 63 ans de mariage ».

La famille Lifshitz a décrit Oded comme un défenseur acharné des droits humains qui allait régulièrement chercher des malades palestiniens de Gaza pour les emmener dans des hôpitaux en Israël.

Nouvelle carte : Tsahal demande aux Palestiniens de quitter plusieurs zones du nord de Gaza

L’armée israélienne commence à utiliser une carte d’évacuation pour les Palestiniens de la bande de Gaza, afin qu’ils évitent les zones de combat actives.

Le porte-parole de Tsahal en langue arabe, le lieutenant-colonel Avichay Adraee, déclare sur X que les Palestiniens qui se trouvent dans un certain nombre de zones du nord de la bande de Gaza, Jalabiya, Shujayya et Zeitoun, doivent évacuer vers des « abris connus » dans les zones de Daraj et Tuffah de la ville de Gaza.

Il demande également aux Palestiniens de plusieurs zones du sud de la bande de Gaza, Khirbat Ikhza’a, Abasan, Bani Suheila et Maan, de se diriger vers des abris à Rafah.

La carte divise la bande de Gaza en centaines de petites zones, et l’armée a appelé les Palestiniens à faire attention au numéro de leur zone, et à suivre les futures mises à jour de Tsahal.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.