Rechercher

Des Palestiniens arrêtés porte de Damas pendant une première nuit tendue du Ramadan

Quatre individus ont été appréhendés ; les échauffourées ont été beaucoup moins répandues que l'année dernière alors que le mois sacré a débuté sur fond de vague terroriste

  • Les Palestiniens se réunissent aux abords de la porte de Damas, dans la Vieille Ville de Jérusalem, au premier soir du Ramadan, le 2 avril 2022. (Crédit :  Menahem KAHANA / AFP)
    Les Palestiniens se réunissent aux abords de la porte de Damas, dans la Vieille Ville de Jérusalem, au premier soir du Ramadan, le 2 avril 2022. (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)
  • Des Palestiniens vendent des ballons aux abords de la porte de Damas, dans la Vieille Ville de Jérusalem, au premier soir du Ramadan, le 2 avril 2022. (Crédit :  Menahem KAHANA / AFP)
    Des Palestiniens vendent des ballons aux abords de la porte de Damas, dans la Vieille Ville de Jérusalem, au premier soir du Ramadan, le 2 avril 2022. (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)
  • Des Palestiniennes se promènent dans la Vieille Ville de Jérusalem, au premier soir du Ramadan, le 2 avril 2022. (Crédit :  Menahem KAHANA / AFP)
    Des Palestiniennes se promènent dans la Vieille Ville de Jérusalem, au premier soir du Ramadan, le 2 avril 2022. (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)
  • Les Palestiniens se réunissent aux abords de la porte de Damas, dans la Vieille Ville de Jérusalem, au premier soir du Ramadan, le 2 avril 2022. (Crédit :  Menahem KAHANA / AFP)
    Les Palestiniens se réunissent aux abords de la porte de Damas, dans la Vieille Ville de Jérusalem, au premier soir du Ramadan, le 2 avril 2022. (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)

La police a arrêté quatre Palestiniens pendant des affrontements, samedi soir, à la porte de Damas, dans la Vieille Ville de Jérusalem, au cours d’une première nuit tendue du Ramadan.

Toutefois, les agents sont parvenus à contenir le petit groupe de jeunes émeutiers en utilisant une force beaucoup plus modérée que l’année dernière, quand la police avait régulièrement dû disperser des milliers de personnes de la porte de Damas pendant la période de jeûne islamique.

Une grande partie des affrontements du Ramadan, l’année dernière, avait été entraînée par l’interdiction faite par les forces de l’ordre de se regrouper Porte de Damas. Cette année, aucune barrière n’est venue diviser le secteur pour limiter les rassemblements et la majorité des policiers se sont tenus à distance de la place et de ses escaliers, où se tiennent par intermittence des milliers de personnes pendant toutes les soirées du Ramadan.

La nuit a commencé dans une ambiance de fête, avec la vente de gourmandises traditionnelles sur des étals installés dans les rues et des spectacles de clowns pour les enfants organisés par la municipalité. Toutefois, l’atmosphère s’est tendue au cours de la soirée.

Un certain nombre de jeunes hommes palestiniens ont commencé à scander des slogans nationalistes et à jeter des bouteilles sur un poste de contrôle policier installé tout en haut des escaliers de la porte de Damas, ont fait savoir les forces de l’ordre. Mais plutôt que tenter de faire partir la foule en utilisant des outils de dispersion d’émeute comme ils l’avaient fait au dernier Ramadan, les agents ont davantage ciblé leurs ripostes.

Plus tard, un suspect a lancé des pétards en direction des policiers et un autre a mis le feu à une poubelle, entraînant de nouveaux heurts.

La police a annoncé avoir arrêté quatre jeunes hommes sont soupçonnés d’avoir jeté des pierres et d’autres objets sur les forces de l’ordre.

Un cinquième suspect a été appréhendé après avoir menacé la police lors d’un direct partagé sur la plateforme de vidéos TikTok, a annoncé la police.

« Ceux qui font le choix de perturber l’ordre public, de lancer des émeutes et de s’engager dans des violences d’une forme ou d’une autre nuisent avant tout à la majorité des fidèles, aux commerçants et aux visiteurs qui, pour la plupart, souhaitent tout simplement pouvoir célébrer le Ramadan dans la paix et la sécurité tout en jouissant de leur liberté de culte », a dit la police dans un communiqué.

Après des affrontements survenus lors du dernier mois du Ramadan – des affrontements qui avaient entraîné une guerre d’onze jours entre Israël et les groupes terroristes de la bande de Gaza – les forces de sécurité ont été placées cette année en état d’alerte élevé pour tenter de prévenir une escalade similaire.

Le gouvernement, de son côté, a approuvé une série de mesures dont l’objectif est d’alléger les restrictions de déplacement habituellement lourdes qui sont imposées aux Palestiniens lors du mois sacré musulman, permettant notamment à un plus grand nombre de fidèles de se rendre dans la Vieille Ville pour y prier à la mosquée al-Aqsa.

Ces mesures avaient été mises en péril par la récente vague terroriste qui s’est abattue au sein de l’État juif et qui a fait onze morts en seulement une semaine. La dernière attaque – c’était la troisième – a été commise par un Palestinien de Cisjordanie tandis que les deux premières avaient été perpétrées par des citoyens arabes israéliens.

Dans un message adressé aux Palestiniens lors du début du ramadan, samedi, le ministre de la Défense Benny Gantz a indiqué que tout allègement des restrictions pendant la fête musulmane dépendrait « de la situation sécuritaire ».

Samedi matin, trois membres d’une cellule du Jihad islamique palestinien ont été abattus par les soldats à Arraba, près de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie. Les forces de sécurité ont fait savoir que les individus étaient sur le point de commettre un attentat terroriste.

Jeudi, au moins deux hommes armés palestiniens sont morts dans des échanges de coups de feu avec les soldats israéliens lorsque les commandos sont entrés dans Jénine au cours d’un raid rare mené en pleine journée, dans le cadre d’une opération antiterroriste à grande échelle qui a suivi les récents attentats. Au moins 14 autres Palestiniens ont été blessés dans l’incident et des dizaines de personnes ont été appréhendées dans le cadre de cette opération.

De leur côté, les prières musulmanes du vendredi, sur mont du Temple, se sont déroulées sans incident majeur.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...