Israël en guerre - Jour 231

Rechercher

Les survivants de Beeri organisent un seder de Pessah sur la « Place des Otages »

Ce seder, réservé aux membres du kibboutz, comprendra un appel des petits-enfants à la libération des otages les plus âgés avant Pessah

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Talya Danzig avec son grand-père, l'otage Alex Danzig (en haut à gauche), Noam Safir avec son grand-père, l'otage Shlomo Mansour (en haut à droite) et l'otage Haïm Peri et son petit-fils, May Albini, en bas. (Crédit : Autorisation)
Talya Danzig avec son grand-père, l'otage Alex Danzig (en haut à gauche), Noam Safir avec son grand-père, l'otage Shlomo Mansour (en haut à droite) et l'otage Haïm Peri et son petit-fils, May Albini, en bas. (Crédit : Autorisation)

Quelque 500 membres de la communauté du kibboutz Beeri organiseront un seder de Pessah lundi soir sur la « Place des Otages » à Tel Aviv, dans un appel à la libération des personnes qui leur sont chères.

Le 7 octobre, cent membres du kibboutz Beeri ont été tués par des terroristes palestiniens du Hamas et trente ont été pris en otage à Gaza. Onze de ces otages sont toujours à Gaza, six ont été assassinés en captivité et 13 autres ont été libérés à la fin du mois de novembre. Le kibboutz comptait quelque 1 000 résidents le 6 octobre.

« Nous n’avons jamais eu un seder d’une telle ampleur », a déclaré mercredi Michal Paikin, porte-parole de Beeri. « Le plus grand que nous ayons jamais eu comptait environ 250 personnes », ajoutant que certaines familles organiseront le leur cette année, parfois à l’hôtel David de la mer Morte, où de nombreuses personnes évacuées de Beeri vivent depuis le 7 octobre.

Ce seder, réservé aux membres du kibboutz Beeri, comprendra un appel clair au gouvernement pour qu’il fasse tout ce qui est en son pouvoir pour ramener les otages à la maison et les défunts afin qu’ils puissent être enterrés.

Des otages libérés et des survivants s’adressant aux journalistes devant les restes carbonisés de la maison de Raaya et Hila Rotem, à Beeri, le 1er janvier 2024. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

Plusieurs familles de Beeri dont des proches sont toujours détenus à Gaza participeront à la fête, a indiqué Paikin, notamment les familles Gat, Or, Baruch et Ben Ami. Elles seront rejointes par les otages libérés Raaya et Hila Rotem, Alma et Noam Or, Raz Ben Ami, Amit Shani, Emily Hand et Gali Tarshansky.

« Ce seder de Pessah n’est pas une fête », a déclaré Or Gat, sœur de l’otage Carmel Gat. « Cette soirée de seder nous a laissé avec plus de quatre questions. »

Un autre membre d’une famille d’otages, Yuli Ben Ami, dont le père, Ohad Ben Ami, est détenu en captivité, a déclaré que le fait d’observer la nuit du seder sur la Place des Otages, « notre deuxième maison, est l’endroit le plus approprié ».

Trois petits-enfants des otages âgés Haïm Peri, Alex Danzig et Shlomo Mansour ont parlé à la presse de leurs grands-pères et de l’impossibilité de célébrer Pessah sans eux.

« Il ne peut y avoir de Seder sans mon grand-père », a déclaré Talya Danzig, 18 ans, dont le grand-père, âgé de 75 ans, souffre d’une maladie cardiaque. Il a été pris en otage au kibboutz Nir Oz.

« Il dirige le spectacle et raconte les histoires et les blagues », a expliqué Talya. « Cela s’appelle le seder, mais il n’y aura pas d’ordre », a ajouté Danzig, en référence à la signification hébraïque du mot seder.

Noam Safir, petite-fille de Mansour, 86 ans, l’aîné des otages du kibboutz Kissufim, a raconté les premières années de son grand-père, né en Irak, lorsque sa famille a été prise dans le pogrom de Farhoud, au cours duquel des Juifs ont été tués, violés, torturés, kidnappés et agressés, leurs maisons et leurs magasins pillés et brûlés.

« Il s’est caché sur un toit et a pleuré », a expliqué Safir. « Il a vécu une deuxième Shoah le 7 octobre. »

Safir a déclaré que son Pessah « ne sera pas le même que les années précédentes ». « Il s’agira moins d’une célébration et plus d’une fête à marquer d’une pierre blanche. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.