Israël en guerre - Jour 260

Rechercher

Netanyahu rencontre (enfin) les familles des otages sur fond de rumeurs d’un accord

La salle de réunion étant trop petite, bon nombre de familles ont dû attendre à l’extérieur, dans le froid ; Joe Biden dit croire qu'un accord serait sur le point d'être finalisé

Des proches d’otages israéliens détenus par le Hamas à Gaza tiennent une conférence de presse à Tel Aviv, le 19 novembre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Des proches d’otages israéliens détenus par le Hamas à Gaza tiennent une conférence de presse à Tel Aviv, le 19 novembre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Alors que des informations circulent sur la possibilité d’un accord de libération, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rencontré lundi soir les familles des otages détenus par le Hamas et d’autres groupes terroristes dans la bande de Gaza depuis les atrocités commises le 7 octobre dans le sud d’Israël.

La réunion s’est tenue au quartier général militaire de Kirya, à Tel Aviv, mais a d’abord donné lieu à des scènes chaotiques en raison d’une altercation avec certaines des familles qui s’étaient initialement vues refuser l’entrée à la réunion.

Les familles ont déclaré avoir fourni à l’avance une liste de 107 représentants au bureau du Premier ministre, mais à leur arrivée, beaucoup se sont vu répondre qu’il n’y avait pas assez de place dans l’auditorium réservé à la réunion pour qu’ils puissent tous y assister.

Certaines familles ont attendu dehors dans le froid pendant plus d’une heure. Tous les représentants ont finalement été autorisés à assister à la réunion.

Plus tôt dans la journée de lundi, certains parents avaient assisté à une séance houleuse d’une commission de la Knesset sur l’adoption d’une loi prévoyant la peine de mort pour les actes de terrorisme, suppliant les membres de la Knesset de ne pas l’avancer, craignant les répercussions graves qu’une telle loi pourrait avoir sur leurs proches en captivité.

Les familles ont organisé des manifestations, des rassemblements et des marches pour faire pression sur le gouvernement afin d’obtenir la libération de leurs proches. Samedi, des familles d’otages et des milliers d’autres personnes qui les soutiennent ont manifesté sur la place des otages de Tel Aviv lors d’un rassemblement axé en particulier sur les quelque 40 enfants retenus à Gaza.

Des proches des otages enlevés par des terroristes du Hamas, à une audience de la commission de la Sécurité nationale de la Knesset, à Jérusalem, le 20 novembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le bureau de Netanyahu a mis en garde à plusieurs reprises contre les diverses informations diffusées par les médias concernant les négociations sur les otages, ajoutant qu’il informerait officiellement le peuple dans le cas où un accord serait réellement conclu.

Selon de récentes informations, des responsables américains et qataris ont indiqué qu’Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas se rapprochaient d’un accord prévoyant une libération de certains otages détenus à Gaza. Les détails d’un potentiel accord sont encore vagues, compte tenu des informations contradictoires sur la réelle volonté des parties de sceller un échange.

Selon un article publié cette semaine par le Washington Post, l’accord envisagé prévoirait la libération de dizaines de femmes et d’enfants retenus en otage par des terroristes à Gaza, en échange d’une pause de cinq jours dans les combats.

Lundi, le président américain Joe Biden s’est vu demander à la Maison Blanche, lors d’une cérémonie en amont de la fête de Thanksgiving, si un accord sur les otages était sur le point d’être conclu, ce à quoi il a répondu : « Je le crois…oui. »

Il a ajouté qu’il ne pouvait pas en parler publiquement et il a ensuite levé la main pour montrer qu’il croisait les doigts dans l’espoir qu’un accord serait bientôt conclu.

Le président américain Joe Biden graciant les dindes de Thanksgiving, Liberty et Bell, lors d’une cérémonie à la Maison Blanche, à Washington, le 20 novembre 2023. (Crédit : Andrew Harnik/AP Photo)

Peu après, le porte-parole du Conseil de sécurité nationale (NSC) de la Maison Blanche, John Kirby, a déclaré : « Nous sommes plus proches maintenant d’un accord sur les otages que nous ne l’avons jamais été auparavant », refusant de fournir plus de détails.

La Douzième chaîne a rapporté lundi que, suite à la remarque de Biden, les responsables pensent « qu’une opportunité est de nouveau sur la table et que les prochains jours seront cruciaux ».

Le reportage a rapporté qu’Israël voulait, en substance, progresser sur un accord pour la libération de dizaines d’enfants et de femmes otages. La Douzième chaîne a noté que le Hamas exigeait la libération de 100 prisonniers, hommes et femmes, une pause de cinq jours dans les combats et l’engagement d’Israël de ne pas utiliser ses drones d’observation pendant ces cinq jours pour surveiller ce que fait le groupe terroriste palestinien.

La chaîne a cité une source diplomatique israélienne de haut rang qui a déclaré que « les jours à venir seront difficiles ».

« Le Hamas fera tout pour nuire au peuple israélien. L’accord ne peut pas être finalisé du jour au lendemain ; la libération des otages prendra plusieurs jours. »

Dimanche, la Douzième chaîne a rapporté qu’alors qu’Israël exige la libération de tous les enfants otages et de leurs mères – soit environ 53 personnes – le Hamas affirme ne pas savoir où ils se trouvent tous, les otages étant détenus par diverses factions et cellules, et avoir donc besoin d’une pause dans les combats pour déterminer où ils sont tous.

Des familles et des sympathisants des quelque 240 otages détenus par le Hamas à Gaza achevant la dernière étape d’une marche de solidarité de cinq jours appelant à leur retour, de Tel Aviv au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 18 novembre 2023. (Crédit : Mahmoud Illean/AP)

L’article publié dimanche par le Washington Post fait état d’un « accord détaillé de six pages », selon lequel Israël et le Hamas gèleront toutes les hostilités pendant au moins cinq jours, tandis qu’une « première cinquantaine ou plus » des otages « seront libérés par groupe toutes les 24 heures ».

L’article prévoit également une « augmentation significative de l’aide humanitaire, notamment du carburant » qui entrerait dans la bande de Gaza.

Jusqu’à présent, les efforts du Qatar ont abouti à la libération de quatre des otages. Une cinquième otage, une soldate, a été secouru lors d’une opération militaire israélienne.

Lundi également, la présidente du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Mirjana Spoljaric, a rencontré le chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh, au Qatar, a indiqué son bureau dans un communiqué.

« Le CICR n’a cessé de réclamer la libération immédiate des otages. Le CICR insiste pour que nos équipes soient autorisées à rendre visite aux otages afin de vérifier leur état de santé et leur livrer des médicaments, et pour que les otages puissent communiquer avec leurs familles. Des accords doivent être conclus pour permettre au CICR de mener à bien ce travail en toute sécurité. Le CICR ne peut pas pénétrer de force dans les lieux de détention des otages, et nous ne savons pas non plus où ils se trouvent », précise le communiqué.

« Le CICR ne participe pas aux négociations menant à la libération des otages. En tant qu’intermédiaire humanitaire neutre, nous restons prêts à faciliter toute libération future convenue par les parties au conflit, comme le personnel du CICR l’a déjà fait à deux reprises », ajoute le texte.

Les familles israéliennes ont critiqué la Croix-Rouge qui, jusqu’à présent, n’a pas réussi à accéder aux otages.

Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen et les familles des otages de Gaza rencontrant la cheffe du CICR Mirjana Spoljaric Egger à Genève, en Suisse, le 14 novembre 2023. (Crédit : Croix-Rouge internationale)

Les otages ont été capturés lors de l’assaut du Hamas, le 7 octobre, sur des communautés du sud d’Israël, lorsque 3 000 terroristes ont franchi la frontière et assassiné 1 200 personnes, dont une majorité de civils, massacrés dans leurs maisons et lors d’un festival de musique en plein air.

Israël a alors lancé une incursion aérienne et terrestre dans le but d’éliminer le groupe terroriste dans la bande de Gaza.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.