Rechercher

Selon le conseiller juridique de la Knesset, la loi Deri revêt un « aspect personnel »

Selon Gur Blai, le projet de loi permettant permettant à une personne condamnée d'être ministre constituerait une modification de la loi existante, et non une simple clarification

Carrie Keller-Lynn est la correspondante politique et juridique du Times of Israël.

Le leader du Shas, Aryeh Deri, à droite, s'entretenant avec le chef du Likud, Benjamin Netanyahu, en haut à gauche, et le député du Likud, Yariv Levin, en bas à gauche, lors de l'élection de ce dernier au poste de président de la Knesset, le 13 décembre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le leader du Shas, Aryeh Deri, à droite, s'entretenant avec le chef du Likud, Benjamin Netanyahu, en haut à gauche, et le député du Likud, Yariv Levin, en bas à gauche, lors de l'élection de ce dernier au poste de président de la Knesset, le 13 décembre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Un conseiller juridique de la Knesset a déclaré mercredi que le projet de loi de la coalition entrante visant à modifier la « loi Deri », loi portant sur les personnes éligibles au poste de ministre a un « aspect personnel » et constituerait un changement substantiel de la loi actuelle, plutôt qu’une simple clarification comme le soutiennent ses partisans.

Le projet de loi vise à permettre au chef du Shas, Aryeh Deri, d’être nommé ministre malgré sa condamnation avec sursis pour fraude fiscale – une demande de Deri pour rejoindre la nouvelle coalition dirigée par Benjamin Netanyahu.

La loi actuelle interdit à une personne d’occuper un poste de ministre si elle a été condamnée à une peine de prison au cours des sept dernières années. Il n’est pas précisé si cela s’applique uniquement aux peines d’emprisonnement ferme ou également aux peines avec sursis, et la Procureur générale a recommandé que le chef de la commission centrale électorale se prononce sur la question.

L’amendement modifierait la loi pour préciser que seules les peines d’emprisonnement ferme empêchent une nomination ministérielle.

Il est actuellement préparé par une commission spécialement constituée pour sa première lecture, après avoir passé sa lecture préliminaire mardi soir.

Le conseiller juridique de la commission spéciale, Gur Blai, a déclaré à la commission d’examen que le projet de loi « est un amendement constitutionnel qui vise à réduire une limite constitutionnelle concernant la norme requise pour la pureté morale de certains des ‘acteurs’ du système politique, et il n’est pas proposé d’être appliqué à l’avenir, mais immédiatement ».

Blai a déclaré que le projet de loi « a donc un aspect ‘personnel’ conséquent qui rend difficile pour la commission de discuter ‘derrière un voile d’ignorance’, et la discussion sera naturellement influencée par l’identité des parties que l’amendement affectera ».

« Nous savons exactement quel ‘acteur’ cela affectera directement », a ajouté la procureure générale adjointe Avital Sompolinsky.

Dans le cadre de son accord de coalition avec Netanyahu, Deri devrait devenir ministre de l’Intérieur et de la Santé au sein du gouvernement. Il y a un an, lorsqu’il a signé un accord de négociation de peine dans le cadre de son affaire de fraude fiscale, il a déclaré au tribunal qu’il se retirait de la vie publique et qu’il n’avait aucune intention de rester en politique.

L’amendement fait partie d’un effort législatif du Likud de Netanyahu pour apaiser ses partenaires du gouvernement sur plusieurs points, et qu’il espère conclure la semaine prochaine, quelques jours avant l’expiration de son mandat de formation du gouvernement, le 21 décembre.

Le chef du Likud, Benjamin Netanyahu, à droite, s’entretenant avec le député Yariv Levin lors de l’élection de ce dernier au poste de président de la Knesset, le 13 décembre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Blai a également déclaré au panel qu’il était d’avis que la loi actuelle s’applique à la fois aux peines d’emprisonnement ferme et aux peines avec sursis, et donc que le changement proposé est une modification, plutôt qu’une clarification.

« Notre position est que l’expression ’emprisonnement’ dans la section 6(c)(1) de La loi fondamentale, le gouvernement comprend à la fois l’emprisonnement effectif et les peines avec sursis. Donc le projet de loi proposé n’est pas un amendement de clarification mais plutôt une modification de la loi », a déclaré le conseiller juridique.

Les conseillers juridiques des commissions fournissent des avis et des conseils juridiques aux groupes qui préparent les projets de loi, mais leurs décisions n’ont pas le même poids contraignant qu’une décision du conseiller juridique de la Knesset, selon un porte-parole du département juridique de la Knesset.

En vertu de la loi actuelle, Deri devrait faire appel à la commission centrale électorale pour décider si ses délits fiscaux comportent une turpitude morale, ce qui déterminerait s’il peut aussi rapidement reprendre des fonctions ministérielles. Le nouveau projet de loi vise à priver la commission centrale électorale du pouvoir de bloquer Deri.

Le chef du parti Shas, Aryeh Deri, quitte le tribunal de première instance de Jérusalem après avoir plaidé coupable pour des accusations de délits fiscaux dans le cadre d’une négociation de peine, le 25 janvier 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Amir Fuchs, chercheur principal à l’Institut israélien de la démocratie, a déclaré au panel qu’il était « clair que nous parlons d’un changement » et que ce changement signifierait que « toutes les lois sur la forme ne s’appliquent pas vraiment ».

« La Knesset va enregistrer le message que les règles ne sont qu’une suggestion », a averti Fuchs.

Me Ziv Maor, un avocat qui soutient le changement juridique, a déclaré à la commission que cela soutiendrait la « démocratie » car « les citoyens veulent Aryeh Deri comme ministre ».

Le parti Shas de Deri a remporté 12 sièges lors des élections législatives du 1er novembre.

« Le public savait très bien pour qui il votait », a ajouté Moshe Arbel, député du Shas. « Deri était en tête de notre liste. Il a été élu. Il y a un désir très clair qu’il devienne un ministre du gouvernement. »

Lundi, le parti Yesh Atid du Premier ministre sortant Yair Lapid a envoyé une lettre au conseiller juridique de la Knesset demandant d’empêcher Deri et trois autres législateurs de la coalition – dont Netanyahu – de voter sur l’amendement, arguant que les quatre, tous sous le coup d’une mise en examen criminelle, avaient un conflit d’intérêt à voter sur un tel projet.

Le blocage du vote de ces quatre personnes pourrait empêcher l’adoption du projet de loi, étant donné que le bloc dirigé par le Likud ne dispose que de quatre voix d’avance à la Knesset.

Yesh Atid n’a pas répondu à une demande visant à préciser si le conseiller juridique de la Knesset avait répondu.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.