Tsahal révise sa stratégie anti-terroriste en Cisjordanie après les attentats
Rechercher

Tsahal révise sa stratégie anti-terroriste en Cisjordanie après les attentats

L'armée utilisera des technologies de pointe et entraînera mieux les soldats pour les aider à prévenir les attentats terroristes et à y réagir plus efficacement

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

A titre d'illustration. Des soldats israéliens participent à des opérations en Cisjordanie. (Armée israélienne)
A titre d'illustration. Des soldats israéliens participent à des opérations en Cisjordanie. (Armée israélienne)

L’armée israélienne a dévoilé dimanche des plans pour améliorer les opérations de sa division de Cisjordanie, notamment en augmentant le niveau de collecte et d’échange de renseignements, et en préparant mieux les soldats avant leurs déploiements dans la région.

Ces changements sont intervenus après une série d’attentats terroristes en Cisjordanie à la fin de 2018 et au début de 2019, au cours desquels des terroristes ont ouvert le feu sur des civils et des soldats, prenant les soldats par surprise et en laissant les hommes armés quitter les lieux.

L’armée s’attend à ce que les mois à venir soient potentiellement instables en Cisjordanie, en raison des efforts déployés pour élaborer le plan de paix ou « accord du siècle » par les Etats-Unis, qui a suscité la colère de l’Autorité palestinienne et des groupes terroristes.

Le 9 décembre, un terroriste a ouvert le feu sur un arrêt d’autobus à l’extérieur de l’implantation d’Ofra dans le nord de la Cisjordanie, touchant sept personnes, dont une femme enceinte dont le fœtus a été tué. Quatre jours plus tard, le frère du terroriste d’Ofra a tiré sur un arrêt de bus près de l’avant-poste de Givat Assaf, tuant deux soldats et blessant grièvement deux personnes. Le 17 mars, un père israélien de 12 enfants a été tué dans une fusillade près de l’implantation d’Ariel dans laquelle le terroriste a utilisé une arme qu’il avait volée à un soldat qu’il avait poignardé à mort au cours de la journée.

Dans tous ces cas, les tireurs ont pu fuir les lieux et, pour deux d’entre eux, ont pu mener d’autres attentats.

Afin de prévenir de futurs attentats terroristes inopinés et de mieux réagir à ceux qui se produisent, l’armée prévoit de déployer davantage de caméras de surveillance et d’autres capteurs en Cisjordanie – en particulier autour des carrefours routiers – et d’utiliser des algorithmes informatiques avancés pour examiner les images et repérer les menaces imminentes. Les soldats seront alertés des risques grâce à des montres intelligentes et d’autres ordinateurs portables, a indiqué l’armée.

A titre d’illustration. Des soldats israéliens dans un centre de commandement participent à des opérations en Cisjordanie. (Armée israélienne)

« Le système sait identifier… et prévenir les activités terroristes violentes. De cette façon, il fournit aux soldats un avertissement rapide d’une menace imminente », a déclaré Tsahal.

Le plan axé sur la technologie est connu sous le nom de « Digital Regional Brigade » et est le résultat d’un effort de collaboration entre les unités du renseignement, de la technologie et des forces terrestres de l’armée.

Il est déjà à l’essai dans la brigade régionale de Samarie de la division de Cisjordanie.

Au-delà des améliorations technologiques et infrastructurelles prévues pour la Cisjordanie, l’armée israélienne a également l’intention de mieux former et de mieux déployer ses effectifs dans cette zone souvent instable dans le cadre du programme appelé « Operational Edge ».

A titre d’illustration. Des soldats israéliens participent à des opérations en Cisjordanie. (Armée israélienne)

L’armée a déclaré que sa nouvelle stratégie de déploiement des soldats d’infanterie met l’accent sur cinq questions centrales : l’amélioration des techniques de tir et de combat au corps à corps, la préparation « mentale » des soldats aux menaces auxquelles ils sont exposés en Cisjordanie, la formation des soldats pour opérer selon une série de techniques unifiées mieux adaptée à la région, améliorer les centres de formation et établir des normes et des mesures à l’échelle de la division pour évaluer avec précision l’efficacité et le succès.

Pour moderniser ses centres de formation, l’armée s’appuie de plus en plus sur des casques et commandes de réalité virtuelle qui sont conçus pour simuler des lieux réels.

A titre d’illustration. Un soldat israélien effectue un exercice d’entraînement au moyen d’un décor de réalité virtuelle. (Armée israélienne)

L’armée a également déclaré qu’elle était en train d’élaborer une nouvelle stratégie consistant à utiliser des « équipes de combat mixtes » lors d’attaques terroristes au cours desquelles l’assaillant fuit la scène, « ce qui permettra de surveiller de vastes étendues de la zone durant une chasse à l’homme ».

Ces équipes comprendront l’infanterie, les services de renseignement sur le terrain, les forces spéciales et d’autres services de sécurité pour suivre un terroriste en fuite.

A titre d’illustration. Des soldats israéliens participent à des opérations en Cisjordanie. (Armée israélienne)

Si ces nouvelles mesures proposées pour la division Cisjordanie peuvent être attribuées aux enseignements tirés des attentats terroristes de 2018 et 2019, elles constituent également une réponse à la tendance générale des attentats terroristes contre des loups solitaires qui ont commencé fin 2015.

Ces attaques, pour la plupart des attaques à coups de couteau et de voiture-bélier, n’ont pas été menées par des groupes terroristes établis, qui auraient pu être infiltrés et suivis par les forces de sécurité israéliennes, mais par des individus laissant généralement beaucoup moins d’indices quant à leurs intentions.

« Pour faire face à la croissance de la population [de Cisjordanie] et à la diminution du temps d’alerte, la division [de Cisjordanie] devait trouver une solution adaptée à la situation actuelle dans la région », a ajouté l’armée.

L’armée a déclaré que certains aspects de ses propositions ont déjà été mis en œuvre au cours des derniers mois dans le cadre de « dizaines d’exercices d’entraînement » pour les soldats sur le point d’être déployés en Cisjordanie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...