Israël en guerre - Jour 237

Rechercher

Yom HaZikaron et Yom HaAtsmaout, dans l’ombre du 7 octobre et de la guerre

Pour la première fête nationale depuis les massacres du Hamas, les traditionnels feux d'artifice et survols seront remplacés par de sombres réflexions, et des protestations

La cérémonie du 75e Yom HaAtsmaout, organisée au mont Herzl, à Jérusalem, le 25 avril 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/ Flash90)
La cérémonie du 75e Yom HaAtsmaout, organisée au mont Herzl, à Jérusalem, le 25 avril 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/ Flash90)

Sept mois après l’attaque la plus meurtrière de l’histoire du pays, les Israéliens se préparent à vivre cette semaine un Yom HaZikaron – Jour du Souvenir – particulièrement sombre et un Yom HaAtsmaout – Jour de l’Indépendance – en demi-teinte.

Alors que les soldats israéliens sont toujours engagés dans des opérations de combat à Gaza et le long de la frontière libanaise, et que des dizaines de milliers de personnes sont toujours déplacées de leurs maisons au sud comme au nord, les célébrations de cette année devraient refléter l’humeur sombre du pays, le gouvernement ayant annoncé l’annulation des traditionnels survols de l’armée de l’air et des feux d’artifice.

Cette année, Yom HaZikaron commence le 12 mai, avec des cérémonies dans tout le pays le dimanche soir et dans la journée de lundi. Yom HaAtsmaout commencera ce lundi soir et se poursuivra mardi.

L’armée israélienne avait déclaré en mars que les survols et la flottille de la marine n’auraient pas lieu en raison de la priorité accordée par Tsahal à la guerre, conformément à la recommandation du chef de l’armée de l’air israélienne, le général de division Tomer Bar, et du chef de la marine, le vice-amiral David Saar Salama. Quatre avions de chasse survoleront tout de même le cimetière militaire du mont Herzl et Har HaTayassim pour marquer Yom HaZikaron.

Le mois dernier, la ministre des Transports Miri Regev, responsable de la planification des événements de Yom HaAtsmaout en Israël, a annoncé que la cérémonie annuelle du lundi soir, qui marque le passage de Yom HaZikaron à Yom HaAtsmaout, serait filmée à l’avance sans public.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui ne sera pas présent, a été invité à enregistrer une allocution vidéo, a rapporté la Douzième chaîne.

L’équipe de voltige de l’armée de l’air israélienne effectuant un survol lors des célébrations du 74e Yom HaAtsmaout d’Israël dans le parc Sacher, à Jérusalem, le 5 mai 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

L’allumage traditionnel des flambeaux par des personnalités, qui a habituellement lieu lors de la cérémonie sur le mont Herzl, a lieu à l’intérieur des communautés frontalières de Gaza attaquées le 7 octobre, ainsi que dans les bases militaires qui ont été visées par le Hamas et qui ont subi de lourdes pertes. Cette mesure vise à refléter « l’atmosphère générale de deuil, de perte et de profonde douleur du peuple d’Israël », selon un communiqué officiel.

Regev a exhorté les responsables municipaux à suivre son exemple et à annuler également la partie de leurs festivités locales consacrée aux feux d’artifice.

À Tel Aviv, le maire Ron Huldaï a déclaré qu’il n’y aurait pas de feux d’artifice et moins d’événements, la plupart d’entre eux se déroulant dans les quartiers plutôt que dans de grands rassemblements centraux.

Des célébrations discrètes sont également prévues dans de nombreuses autres villes.

Jérusalem n’aura pas de feux d’artifice cette année, a déclaré un porte-parole de la municipalité, bien que la Cinémathèque de la ville ait annoncé qu’elle poursuivrait sa tradition cinématographique avec des chants et un quiz sur le cinéma israélien mardi après-midi, un événement co-sponsorisé par la municipalité.

Le Cinéma d’art et d’essai local organisera également un quiz sur le cinéma israélien, animé par le réalisateur Alon Gur Aryeh et rédigé par le critique de cinéma Avner Shavit.

Le Premier ministre Netanyahu devait assister à une cérémonie à la mémoire des soldats tombés au combat et des victimes du terrorisme à Yad LeBanim, à Jérusalem, dimanche à 16 h 30, suivie d’un événement intitulé « Des chansons à leur mémoire » à la Knesset à 21 heures.

Il assistera à une cérémonie d’État au mont Herzl à Jérusalem lundi matin à 11 heures, suivie d’un autre événement à la mémoire des victimes du terrorisme à 13 heures.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et la ministre des Transports Miri Regev, à la Knesset, le 20 février 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les commémorations de Yom HaZikaron et Yom HaAtsmaout de cette année ont fait l’objet d’une intense controverse.

Le gouvernement désigne régulièrement des ministres pour assister aux diverses commémorations de Yom HaZikaron à travers le pays, mais sa décision de le faire cette année sans consulter les familles endeuillées a suscité une vive réaction, les critiques accusant les décideurs de faire preuve d’insensibilité à l’approche de la première journée de commémoration nationale d’Israël après le 7 octobre.

Certains hommes politiques et membres des familles des victimes des massacres perpétrés par le Hamas le 7 octobre ont demandé aux ministres du gouvernement et aux législateurs de s’abstenir de prendre la parole lors des diverses cérémonies des 12 et 13 mai, craignant que la journée ne soit entachée par la présence d’hommes politiques que beaucoup accusent d’être responsables des échecs qui ont entouré l’assaut sadique du Hamas le 7 octobre.

Plusieurs ministres avaient été accueillis par des protestations et des perturbations lors des cérémonies de Yom HaZikaron à travers le pays en 2023 – au milieu d’une intense controverse nationale sur les efforts du gouvernement de l’époque pour réformer le système judiciaire – y compris des affrontements entre des familles de soldats tombés au combat lors d’une cérémonie à laquelle assistait le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir dans un cimetière militaire à Beer Sheva.

Des barrières ont été érigées pour séparer Ben Gvir des familles endeuillées lors de la cérémonie de lundi matin au cimetière militaire d’Ashdod, a rapporté Maariv.

Cherchant à éviter des éruptions de colère similaires cette année, Netanyahu et d’autres dirigeants nationaux ont signé la semaine dernière un engagement public visant à « préserver le caractère sacré » de Yom HaZikaron.

Les appels à la dépolitisation des fêtes nationales de cette année n’ont pas empêché Regev et le président de la Knesset, Amir Ohana, de se disputer publiquement au sujet de la cérémonie annuelle du Jour de l’Indépendance de lundi soir.

Réagissant à la décision de Regev de ne pas lui permettre d’assumer le rôle traditionnel d’orateur de la Knesset, Ohana a demandé à la garde de la Knesset de ne pas coopérer aux répétitions de la cérémonie annuelle d’allumage des flambeaux, arguant que le rôle de la Knesset dans la cérémonie est essentiel pour la maintenir apolitique. Regev est finalement revenue sur sa décision.

Des partisans du ministre de la Sécurité nationale d’extrême-droite Itamar Ben Gvir se bagarrant avec un homme en deuil (au centre) au milieu des commémorations de Yom Hazikaron pour les soldats tombés au combat, au cimetière militaire de Beer Sheva, le 25 avril 2023. (Crédit : Gil Cohen-Magen/AFP)

La cérémonie de Yom HaAtsmaout comprend traditionnellement une partie au cours de laquelle douze Israéliens considérés comme des citoyens exemplaires sont choisis pour allumer une torche. Cette année, les porteurs du flambeau ont été sélectionnés pour leur « héroïsme » lors ou en relation avec le 7 octobre, lorsque des terroristes du Hamas ont infiltré Israël, tuant près de 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et en kidnappant 252 autres.

Cependant, le kibboutz Beeri, qui a été le théâtre de certaines des pires atrocités commises par le Hamas le 7 octobre, a refusé l’honneur d’avoir un représentant qui allumerait une torche lors de la cérémonie centrale de Yom HaAtsmaout, estimant que l’accent mis sur « l’héroïsme » ne reflète pas la tragédie de l’assaut.

« Nous pensons que ce format n’est ni respectueux ni approprié et c’est pourquoi nous avons décidé ensemble de ne pas participer à la cérémonie », ont déclaré les membres survivants de l’équipe de sécurité.

Idan Amedi, artiste et soldat blessé, et Nasreen Yousef, habitante de la localité de Yated, à la frontière de Gaza, ont également refusé de participer à la cérémonie.

Amedi, chanteur, a été gravement brûlé lors d’une explosion le 8 janvier alors qu’il servait en tant que commandant dans les réserves du Corps du Génie Militaire à Gaza. Six soldats y avaient été tués, qui a apparemment été causé accidentellement par les troupes.

« Il n’y a pas de plus grand honneur, mais malheureusement je ne peux pas accepter l’honneur cette année », a-t-il écrit sur Instagram en mars dernier. « Tant de héros ont été découverts lors de ce même Shabbat noir. Certains étaient mes troupes dans le passé ou dans la guerre actuelle. »

Youssef, une femme druze qui a aidé à prévenir un bain de sang à Yated le 7 octobre en utilisant sa langue maternelle, l’arabe, pour recueillir des renseignements critiques auprès des terroristes, a déclaré qu’elle n’accepterait pas l’honneur en raison des menaces pesant sur sa vie et sa famille, apparemment au sein de la communauté arabe.

Lors de sa rencontre avec les porteurs du flambeau à la Knesset dimanche, Netanyahu a déclaré qu’ils « représentaient les héros de l’esprit et de l’action de notre nation ».

Nasreen Youssef. (Crédit : Capture d’écran de la Douzième chaîne/Keshet TV ; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur les droits d’auteur)

« Nous vaincrons notre ennemi, nous n’avons pas d’autre choix. Nous sommes solidaires », a-t-il affirmé. « Nous ne pouvons le faire qu’ensemble. »

De nombreux habitants du nord d’Israël ont déclaré qu’ils marqueraient Yom HaAtsmaout par des marches, des manifestations et une sécession symbolique d’Israël pour protester contre l’incapacité du gouvernement à permettre à des dizaines de milliers de citoyens déplacés de rentrer chez eux en toute sécurité.

Environ 60 000 habitants des villes et villages situés le long de la frontière israélienne avec le Liban ont été contraints de quitter leur domicile depuis le mois d’octobre en raison des attaques incessantes du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah et « cette année, Yom HaAtsmaout est un jour de deuil dans les villes de la ligne de front ». Dans les villes de la ligne de front, il n’y a plus de vies, plus de gens, plus de familles », a déclaré Moshe Davidovich, chef du Conseil régional de Mateh Asher.

« Les drapeaux ne seront pas accrochés aux balcons » en Galilée, a déclaré Davidovich.

Le Dr. Hatam Hussein (à droite) et le professeur Avraham Rivkind (à gauche) allumant une torche lors de la 75e cérémonie de Yom HaAtsmaout, au mont Herzl, à Jérusalem, le 25 avril 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Parmi les manifestations prévues pour la 76e commémoration de l’Indépendance du pays, huit villes situées à proximité de la frontière israélo-libanaise fermeront leurs portes dans le cadre d’une action symbolique. Dans le même temps, les manifestants prévoient de bloquer les principales intersections dans le nord du pays, selon le site d’information Walla.

En outre, plus de 70 000 personnes ont signé une pétition créée par un habitant du kibboutz Nirim, près de Gaza, demandant que les médias ne diffusent pas la cérémonie nationale de Yom HaAtsmaout de cette année, parce qu’elle se tiendra dans des communautés frontalières de Gaza dont les habitants ne sont toujours pas en mesure de rentrer chez eux.

« Les otages sont toujours à Gaza et nous, les survivants du massacre, ne sommes pas rentrés chez nous. L’allumage d’une torche pour le gouvernement de négligence est un coup de poing pour nous et pour les familles des otages », stipule la pétition (en hébreu).

Le Forum des familles des otages et disparus organisera également ses propres manifestations pour Yom HaAtsmaout, notamment un rassemblement en faveur des otages sur la Place des Otages de Tel Aviv, lundi soir à 19 h 30, et un survol spécial de neuf avions affichant les photos des 132 otages restés à Gaza, mardi matin.

Il survolera la promenade de Bat Yam à 11h19, la plage de Netanya à 11h32 et la Place des Otages à Tel Aviv à 11h45.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.