Rechercher

Le Prix Israël rend hommage aux personnes qui ont le plus contribué à la vie du pays

Les prix ont été décernés à la fondatrice d'un refuge pour sans-abri, aux pionniers des traitements du cancer, à un chanteur, à un acteur de théâtre et à un linguiste

Le professeur Ruth Berman, lauréate du prix Israël, à gauche, en compagnie de la ministre de l'éducation Yifat Shasha-Biton lors de la cérémonie de remise des prix à Jérusalem, le jour de l'indépendance d'Israël, le 5 mai 2022. (Crédit: Noam Revkin Fenton/Flash90)
Le professeur Ruth Berman, lauréate du prix Israël, à gauche, en compagnie de la ministre de l'éducation Yifat Shasha-Biton lors de la cérémonie de remise des prix à Jérusalem, le jour de l'indépendance d'Israël, le 5 mai 2022. (Crédit: Noam Revkin Fenton/Flash90)

Pour clôturer les célébrations du 74e Yom HaAtsmaout, le Prix Israël, la plus haute distinction civile du pays, a été décerné jeudi à dix citoyens pour leurs contributions à la société, à la culture et à la recherche.

Le groupe diversifié de lauréats comprenait un acteur, un auteur-compositeur, des chercheurs spécialisés dans le traitement du cancer et une femme qui a créé un refuge pour sans-abri.

Le président Isaac Herzog, le Premier ministre Naftali Bennett, la présidente de la Cour suprême Esther Hayut, la ministre de l’Éducation Yifat Shasha-Biton et d’autres responsables ont assisté à la cérémonie de remise des prix au International Conventions Center à Jérusalem.

« Leurs réalisations glorieuses sont un témoignage de leur diligence et de leur travail acharné, une expression de leur grand cœur et de leur soif de savoir », a déclaré Shasha-Biton. « Chacun d’entre vous est un modèle d’excellence et, ensemble, vous reflétez le visage magnifique et diversifié de la société israélienne. »

Mariuma Klein a été honorée pour avoir fondé la Shanti House en 1984, un refuge pour les adolescents sans abri et à risque à Tel Aviv, qui a aidé des milliers de personnes au fil des décennies.

Le professeur Yemima Ben Menachem, de l’Université hébraïque de Jérusalem, a été récompensé pour son travail dans l’étude de la philosophie et des sciences religieuses, tandis que le professeur Ruth Berman a reçu le prix pour son travail dans l’étude de l’hébreu et de la linguistique générale.

Ruth Berman a « formé une génération de chercheurs », a déclaré le comité de sélection du prix. « Ses recherches et les méthodes de travail qu’elle a développées servent aujourd’hui d’infrastructure à la recherche sur le développement des langues dans le monde entier. »

Le prix de l’esprit d’entreprise et de l’innovation technologique a été attribué au professeur Yoram Palti, professeur émérite de physiologie et de biophysique au Technion – Institut israélien de technologie, pour avoir contribué à la mise au point d’un traitement révolutionnaire qui combat divers types de cancers à l’aide d’impulsions électriques.

« Cette découverte a nécessité de sortir des sentiers battus et de croire en sa voie », a déclaré le comité de sélection.

Le professeur Shimon Shamir a reçu le prix pour ses recherches dans le domaine des sciences du Proche-Orient. « Shamir a posé les bases académiques de l’étude de l’histoire du Proche-Orient contemporain en Israël », a déclaré le comité.

Entre autres réalisations, Shamir a créé le Centre académique israélien au Caire et a été par le passé ambassadeur d’Israël en Égypte et en Jordanie.

La ministre de l’Éducation Yifat Shasha-Biton, à gauche, le Premier ministre Naftali Bennett et le président Isaac Herzog lors de la cérémonie du Prix d’Israël à Jérusalem, le jour de l’Indépendance, le 5 mai 2022. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Le professeur Joshua Zack a reçu le prix pour ses travaux en physique et en chimie, notamment le développement de la Zack Transform et du Zach Show, utilisés pour explorer la conduction électrique dans un champ magnétique, tandis que le professeur Musa Yodim a reçu le prix de la recherche en sciences de la vie pour ses « réalisations scientifiques révolutionnaires dans le domaine de la neuropharmacologie ».

L’acteur, metteur en scène et dramaturge de renom Oded Kotler a reçu le prix du théâtre et de danse.

« Kotler a fondé et géré des institutions révolutionnaires qui ont permis aux voix d’horizons divers de se faire entendre, ont repoussé les frontières de l’esprit israélien et permis le développement de pièces israéliennes originales », a déclaré le comité de sélection du prix.

Il évoque souvent dans son œuvre la situation politique du pays, notamment le conflit avec les Palestiniens.

Ces réflexions ont parfois fait de lui la cible de critiques de droite. Sa sélection pour le prix a été critiquée par le député d’extrême droite Itamar Ben-Gvir, du parti Sionisme religieux, qui l’a qualifiée de « honteuse ».

L’auteur-compositeur Avihu Medina a été récompensé pour avoir mené « une percée significative dans la musique israélienne, pour son excellent travail et de grande qualité ».

Le professeur Yoram Felti a remporté le prix de l’entrepreneuriat et de l’innovation technologique pour ses innovations dans les traitements non invasifs du cancer.

En outre, Izzy Shretzky, propriétaire de l’équipe de football de Kiryat Shmona, a été récompensé pour sa contribution particulière à la société et à l’État.

Décerné pour la première fois en 1953, le prix Israël est remis chaque année dans quatre catégories – les sciences humaines, la science, la culture et l’œuvre de toute une vie – et est considéré comme l’une des plus hautes distinctions du pays.

La distribution du prix d’Israël de l’année dernière a été entachée d’une controverse après que certains ministres du gouvernement, dont Shasha-Biton, se soient opposés à l’attribution du prix au professeur Oded Goldreich.

Le mathématicien Oded Goldreich a reçu, le mois dernier, le Prix Israël dans les bureaux du ministère de l’Éducation, en dépit de l’opposition de deux ministres de l’Éducation successifs et au terme d’une saga politique de près d’un an centrée sur son soutien présumé aux boycotts anti-israéliens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...