L’armée ferme le magasin de bonbons de la famille du terroriste de Jérusalem
Rechercher

L’armée ferme le magasin de bonbons de la famille du terroriste de Jérusalem

Après la participation de ses proches aux festivités qui ont suivi l’attentat mortel de dimanche, l’armée a scellé l’entrée du magasin

Les troupes israéliennes dans le village d'A-Ram, au nord de Jérusalem, vont fermer le magasin de bonbons possédé par la famille du terroriste qui a tué deux Israéliens dimanche matin à Jérusalem, le 11 octobre 2016. (Crédit : capture d'écran d'une vidéo fournie par l'unité des porte-paroles de l'armée israélienne)
Les troupes israéliennes dans le village d'A-Ram, au nord de Jérusalem, vont fermer le magasin de bonbons possédé par la famille du terroriste qui a tué deux Israéliens dimanche matin à Jérusalem, le 11 octobre 2016. (Crédit : capture d'écran d'une vidéo fournie par l'unité des porte-paroles de l'armée israélienne)

Des ingénieurs de l’armée israélienne ont fermé mardi un magasin de bonbons du village d’A-Ram, au nord de Jérusalem, qui appartient à la famille du terroriste qui a tué deux Israéliens pendant une attaque à main armée dimanche matin dans la capitale.

Les soldats ont soudé des barres de fer au travers de l’entrée du magasin, situé au rez-de-chaussée de la maison familiale. Cette mesure intervient après ce que les autorités ont décrit comme une implication profonde de la famille pour célébrer l’attentat après sa réalisation, et pour inciter à d’autres attaques.

L’homme armé, dont l’identité est toujours sous embargo, a ouvert le feu dimanche matin sur les passants et les personnes qui attendaient à un arrêt de tramway proche de la colline des munitions, au nord de la capitale.

Levana Malihi, 60 ans, employée retraitée de la Knesset, et le premier sergent Yosef Kirma, 29 ans, ont été tués dans l’attaque, et six autres personnes ont été blessées avant que le terroriste ne soit abattu par l’unité d’élite de la police de Kirma, l’unité Yasam.

Le tireur a filmé une vidéo avant l’attaque dans le magasin de bonbons, dans laquelle il accusait Israël de tenter de voler la mosquée Al-Aqsa, située au sommet du mont du Temple.

Les troupes israéliennes dans le village d'A-Ram, au nord de Jérusalem, scellent le magasin de bonbons possédé par la famille du terroriste qui a tué deux Israéliens dimanche matin à Jérusalem, le 11 octobre 2016. (Crédit : capture d'écran d'une vidéo fournie par l'unité des porte-paroles de l'armée israélienne)
Les troupes israéliennes dans le village d’A-Ram, au nord de Jérusalem, scellent le magasin de bonbons possédé par la famille du terroriste qui a tué deux Israéliens dimanche matin à Jérusalem, le 11 octobre 2016. (Crédit : capture d’écran d’une vidéo fournie par l’unité des porte-paroles de l’armée israélienne)

La fermeture du magasin a été ordonnée par le général Roni Numa, qui dirige le Commandement du Centre de l’armée israélienne.

Levana Malihi, 60 ans, à gauche, et le policier Yosef Kirma, 29 ans, ont été tués pendant une attaque terroriste à Jérusalem, le 9 octobre 2016. (Crédit : porte-parole de la police israélienne)
Levana Malihi, 60 ans, à gauche, et le policier Yosef Kirma, 29 ans, ont été tués pendant une attaque terroriste à Jérusalem, le 9 octobre 2016. (Crédit : porte-parole de la police israélienne)

Selon le site d’informations Ynet, l’opération matinale pour sceller le bâtiment a déclenché des affrontements avec les habitants, et les troupes ont retenu les émeutiers jusqu’au matin.

Les autorités israéliennes ont annoncé que la fusillade avait été suivie par une explosion de célébrations dans Jérusalem Est, et d’appels à d’autres attaques terroristes.

Un ingénieur de l'armée israélienne soude des barres de fer à l'entrée du magasin de bonbons possédé par la famille du terroriste qui a tué deux Israéliens dimanche matin à Jérusalem, dans le village d'A-Ram, au nord de Jérusalem, le 11 octobre 2016. (Crédit : capture d'écran d'une vidéo fournie par l'unité des porte-paroles de l'armée israélienne)
Un ingénieur de l’armée israélienne soude des barres de fer à l’entrée du magasin de bonbons possédé par la famille du terroriste qui a tué deux Israéliens dimanche matin à Jérusalem, dans le village d’A-Ram, au nord de Jérusalem, le 11 octobre 2016. (Crédit : capture d’écran d’une vidéo fournie par l’unité des porte-paroles de l’armée israélienne)

En différents endroits de Jérusalem Est, des habitants ont été vus en train de distribuer des douceurs aux passants pour fêter l’attaque, et les médias palestiniens ont affirmé que les membres de la famille du terroriste avaient pris part aux festivités.

La police a dispersé par la force une manifestation de soutien au terroriste, empêché la famille de place une tente de deuil devant sa maison, et arrêté 15 personnes pour incitation au terrorisme, a annoncé Ynet.

La page Facebook du tireur a également été fermée quand les autorités y ont trouvé beaucoup de posts de soutien et d’incitation à la violence après l’attaque.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...