Israël en guerre - Jour 232

Rechercher

Tsahal a frappé des sites souterrains du Hamas où se cachaient des haut-commandants

Biden : la guerre prendra fin lorsque le Hamas n'aura plus la capacité d'assassiner des Israéliens * Des cibles du Hezbollah sont frappées * Tsahal détruit la maison de Haniyeh, en exil au Qatar

  • La scène d'un attentat au poste de contrôle de la Cisjordanie au sud de Jérusalem le 16 novembre 2023. (Crédit : MDA)
    La scène d'un attentat au poste de contrôle de la Cisjordanie au sud de Jérusalem le 16 novembre 2023. (Crédit : MDA)
  • Le soldat Asaf Master, 22 ans, à gauche, et le soldat Kfir Itzhak Franco, 22 ans, qui ont été tués en combattant les terroristes du Hamas dans la bande de Gaza le 15 novembre 2023. (Crédit : armée israélienne)
    Le soldat Asaf Master, 22 ans, à gauche, et le soldat Kfir Itzhak Franco, 22 ans, qui ont été tués en combattant les terroristes du Hamas dans la bande de Gaza le 15 novembre 2023. (Crédit : armée israélienne)
  • Les troupes de Tsahal opèrent dans la bande de Gaza, dans une image publiée par l'armée le 16 novembre 2023. (Crédit : Tsahal)
    Les troupes de Tsahal opèrent dans la bande de Gaza, dans une image publiée par l'armée le 16 novembre 2023. (Crédit : Tsahal)
  • Des soldats israéliens marchant dans la zone de l'hôpital al-Shifa dans la ville de Gaza, sur une photo diffusée le 15 novembre 2023. (Crédit : Capture d’écran de l'armée israélienne via AP)
    Des soldats israéliens marchant dans la zone de l'hôpital al-Shifa dans la ville de Gaza, sur une photo diffusée le 15 novembre 2023. (Crédit : Capture d’écran de l'armée israélienne via AP)
  • La scène d'un attentat au poste de contrôle de la Cisjordanie au sud de Jérusalem le 16 novembre 2023. Illustration (Crédit : police israélienne)
    La scène d'un attentat au poste de contrôle de la Cisjordanie au sud de Jérusalem le 16 novembre 2023. Illustration (Crédit : police israélienne)
  • Photo d'illustration : Les familles des otages détenus par des groupes terroristes à Gaza, ainsi que des centaines de sympathisants, marchent vers Jérusalem le 16 novembre 2023 (Crédit : Gilad Pirset)
    Photo d'illustration : Les familles des otages détenus par des groupes terroristes à Gaza, ainsi que des centaines de sympathisants, marchent vers Jérusalem le 16 novembre 2023 (Crédit : Gilad Pirset)

Netanyahu : Israël a eu de « fortes indications » que les otages du Hamas étaient détenus à Shifa

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prend la parole lors d'une conférence de presse, le 11 novembre 2023. (Crédit : Marc Israel Sellem/POOL)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prend la parole lors d'une conférence de presse, le 11 novembre 2023. (Crédit : Marc Israel Sellem/POOL)

Dans une interview accordée à la chaîne CBS, le Premier ministre Benjamin Netanyahu déclare qu’Israël disposait de « fortes indications » selon lesquelles au moins certains des otages étaient détenus dans le principal hôpital Shifa de Gaza, « ce qui est l’une des raisons pour lesquelles nous sommes entrés dans l’hôpital ».

Toutefois, poursuit-il, « s’ils y étaient, ils n’y sont plus ».

Il affirme qu’Israël dispose de « renseignements sur les otages ».

Mais, note-t-il, « moins j’en dirai, mieux ce sera ».

Zelensky : La guerre Israël-Hamas a ralenti des livraisons d’obus à l’Ukraine

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'exprimant lors d'une conférence de presse avec la présidente de la Commission européenne Ursula Von der Leyen, à Kiev, le 9 mai 2023. (Crédit : Sergeï Supinsly/AFP)
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'exprimant lors d'une conférence de presse avec la présidente de la Commission européenne Ursula Von der Leyen, à Kiev, le 9 mai 2023. (Crédit : Sergeï Supinsly/AFP)

La guerre entre Israël et le Hamas a ralenti la livraisons d’obus à l’Ukraine, a déclaré jeudi le président ukrainien Volodymyr Zelensky à un petit groupe de médias dont l’AFP.

« Au Moyen-Orient, que pensez-vous qu’ils aient commencé à acheter en premier? Les (obus de) calibre 155. Nos approvisionnements ont diminué », a-t-il déclaré.

« Ce n’est pas comme si les États-Unis avaient dit : nous ne donnons rien à l’Ukraine. Non! Nous avons des relations sérieuses, très puissantes », a assuré M. Zelensky.

« C’est normal, tout le monde se bat pour survivre », a-t-il poursuivi. « Je ne dis pas que c’est une chose positive, mais c’est la vie et nous devons défendre ce qui est à nous ».

Tweetant depuis la réunion du cabinet de sécurité, Smotrich reproche au cabinet de négocier sur les otages

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich participant à une conférence de presse, à Jérusalem, le 19 octobre 2023. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)
Le ministre des Finances Bezalel Smotrich participant à une conférence de presse, à Jérusalem, le 19 octobre 2023. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich a tweeté depuis la réunion du cabinet de sécurité et écrit qu’il est clair qu’Israël ne va pas « dans la bonne direction » dans la guerre actuelle contre le Hamas.

Le député d’extrême droite écrit sur X que « le fait qu’après 41 jours, [le chef du Hamas Yahya] Sinwar soit encore capable de mener des négociations pour fixer les conditions de la libération des otages montre que nous ne sommes pas dans la bonne direction ».

Smotrich, tout en participant à la réunion du cabinet de sécurité, déclare que « le moment est venu pour le cabinet de sécurité de commencer à montrer sa force, de couper le contact et de faire comprendre clairement à ce nazi et à son protecteur qatari qu’à partir de maintenant, c’est nous qui fixons les conditions ».

Le ministre ajoute que depuis un certain temps, « nous aurions dû être ceux qui refusent de mener des négociations et qui ne parlent que de feu et de soufre… c’est la seule façon de ramener tous les otages et de restaurer la sécurité de l’État d’Israël. »

Netanyahu dirige une réunion du cabinet de sécurité à Tel Aviv

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) et le chef de l'armée israélienne Herzi Halevi au début d'une réunion du cabinet de sécurité à Tel Aviv, le 16 novembre 2023. (Crédit : Haim Zach/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) et le chef de l'armée israélienne Herzi Halevi au début d'une réunion du cabinet de sécurité à Tel Aviv, le 16 novembre 2023. (Crédit : Haim Zach/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu tient actuellement une réunion du cabinet de sécurité au siège du ministère de la Défense à Tel Aviv.

Le chef d’état-major de Tsahal, Herzi Halevi, le chef du Conseil de sécurité nationale, Tzahi Hanegbi, et d’autres ministres du cabinet de sécurité assistent à la réunion.

Hagari esquive une question sur l’enlèvement de corps de l’hôpital Shifa

Des soldats israéliens dans le quartier de l'hôpital al-Shifa dans la ville de Gaza, sur une image tirée d'une vidéo publiée par Tsahal le 15 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne via AP)
Des soldats israéliens dans le quartier de l'hôpital al-Shifa dans la ville de Gaza, sur une image tirée d'une vidéo publiée par Tsahal le 15 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne via AP)

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a esquivé la question d’un journaliste sur les affirmations selon lesquelles Tsahal a pris des corps de l’hôpital Shifa de la ville de Gaza au cours des opérations d’aujourd’hui.

Plus tôt dans la journée, le directeur de Shifa, Muhammad Abu Salmiya, et les autorités sanitaires du Hamas à Gaza ont affirmé dans une interview accordée à Al Jazeera que les troupes israéliennes avaient retiré de nombreux corps de la morgue de l’hôpital.

Dans le même temps, Tsahal a déclaré avoir récupéré le corps de l’otage Yehudit Weiss dans un bâtiment proche de Shifa aujourd’hui.

En réponse à la question, Hagari déclare que l’armée israélienne « travaille à l’hôpital Shifa depuis 48 heures. C’est une opération complexe. C’est un grand complexe. »

« Il s’agit d’une opération ciblée et précise… au cours de l’opération, nous avons trouvé des [infrastructures] souterraines, des armes, et nous avons trouvé des informations relatives aux otages, et à côté de l’hôpital, nous avons trouvé Yehudit Weiss », ajoute-t-il.

« Nous continuerons à faire des mises à jour lorsque nous aurons des informations confirmées sur tous les autres résultats de l’opération, et nous espérons qu’il y en aura d’autres », ajoute Hagari. « D’ici là, nous devons attendre et être patients. »

Tsahal frappe des sites du Hezbollah dans le sud du Liban à la suite d’un tir de missile

De la fumée s'élève après des tirs d'artillerie israéliens aux abords du village de Kfarshuba, le long de la frontière sud du Liban avec le nord d'Israël, le 16 novembre 2023. (Crédit :AFP)
De la fumée s'élève après des tirs d'artillerie israéliens aux abords du village de Kfarshuba, le long de la frontière sud du Liban avec le nord d'Israël, le 16 novembre 2023. (Crédit :AFP)

L’armée israélienne annonce que des avions de combat ont frappé plusieurs autres sites du Hezbollah dans le sud du Liban, en réponse aux attaques menées aujourd’hui à la frontière nord.

Tsahal indique que des missiles guidés antichars ont été tirés sur un certain nombre de postes de l’armée à la frontière, près de la base de Biranit et de la communauté de Rosh Hanikra, dans le nord du pays.

Ces attaques n’ont pas fait de blessés.

« Il était trop tard pour elle, il n’est pas trop tard pour les autres otages », dit la famille de Yehudit Weiss

Un panneau d'affichage avec les portraits d'otages israéliens pris par des terroristes palestiniens lors de l'attaque du 7 octobre dans le sud d'Israël, est affiché lors d'une manifestation appelant à leur libération, à Tel Aviv, le 15 novembre 2023. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
Un panneau d'affichage avec les portraits d'otages israéliens pris par des terroristes palestiniens lors de l'attaque du 7 octobre dans le sud d'Israël, est affiché lors d'une manifestation appelant à leur libération, à Tel Aviv, le 15 novembre 2023. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

La famille de Yehudit Weiss, l’otage dont le corps a été retrouvé à Gaza, supplie les autorités de ramener chez eux les autres captifs détenus par les groupes terroristes dans la bande de Gaza.

« Il est important pour nous de dire que nous nous sommes battus, que nous avons lutté par tous les moyens possibles pour ramener maman, grand-mère Yehudit à la maison », déclare sa fille.

« Pour nous, il est trop tard, mais il est important que nous soutenions toutes les familles des otages et que nous disions au monde entier de les ramener à la maison maintenant, afin qu’il ne soit pas trop tard pour eux, comme cela l’a été pour nous.

Son fils Ohad raconte qu’ils avaient « l’espoir, beaucoup d’espoir, qu’elle reviendrait à la maison. Nous avons souhaité, nous avons espéré, et malheureusement pour nous, il est trop tard ».

Ses enfants disent qu’ils venaient juste de terminer la période de deuil de 30 jours pour leur père, Shmulik, qui a été assassiné le 7 octobre par le Hamas, lorsqu’ils ont appris la nouvelle concernant leur mère.

Amman se retire de l’accord sur l’énergie et l’eau conclu entre la Jordanie, les EAU et Israël

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan, deuxième à droite, le ministre jordanien des Affaires étrangères Ayman Safadi, à droite, et le secrétaire d'État américain Antony Blinken, devant à gauche, assistant à la réunion ministérielle pour la Coalition mondiale pour vaincre l'État islamique, en marge d'une séance de photos, à l'hôtel Intercontinental de Ryad, en Arabie saoudite, le 8 juin 2023. (Crédit : Ahmed Yosri/Pool Photo via AP)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan, deuxième à droite, le ministre jordanien des Affaires étrangères Ayman Safadi, à droite, et le secrétaire d'État américain Antony Blinken, devant à gauche, assistant à la réunion ministérielle pour la Coalition mondiale pour vaincre l'État islamique, en marge d'une séance de photos, à l'hôtel Intercontinental de Ryad, en Arabie saoudite, le 8 juin 2023. (Crédit : Ahmed Yosri/Pool Photo via AP)

Le ministre jordanien des affaires étrangères, Ayman Safadi, annonce que la Jordanie se retire de l’accord conclu avec les Émirats arabes unis, qui prévoyait que la Jordanie fournisse de l’énergie solaire à Israël en échange d’eau dessalée.

Un accord préliminaire a été signé en novembre 2021 et a été largement considéré comme le fruit de l’accord de normalisation des accords d’Abraham qu’Israël a signé avec les Émirats arabes unis en 2020 sous les auspices de l’administration Trump.

Safadi déclare à l’agence de presse qatarie Al Jazeera qu’Israël « pousse toute la région vers l’enfer [et] devra en supporter les conséquences. »

« Nous faisons tout ce que nous pensons pouvoir aider à soutenir le peuple palestinien », ajoute-t-il.

La Jordanie, dont la population serait composée d’au moins 50 % de Palestiniens, a condamné à plusieurs reprises la campagne militaire menée par Israël contre le Hamas à Gaza.

En rappelant l’ambassadeur d’Amman en Israël le 1er novembre, Safadi a déclaré que cette mesure était « l’expression de la position jordanienne de rejet et de condamnation de la guerre israélienne qui fait rage à Gaza, tuant des innocents et provoquant une catastrophe humanitaire sans précédent ».

Tsahal cible des sites souterrains du Hamas où se cachaient des haut-commandants

Une photo prise depuis Sderot montre de la fumée s'élever de la bande de Gaza pendant des frappes israéliennes, le 3 novembre 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)
Une photo prise depuis Sderot montre de la fumée s'élever de la bande de Gaza pendant des frappes israéliennes, le 3 novembre 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)

Le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, annonce que l’armée a effectué deux frappes aériennes majeures sur les infrastructures souterraines du Hamas dans la bande de Gaza au cours des derniers jours.

Dans l’une d’entre elles, un certain nombre de hauts commandants du Hamas étaient cachés, notamment Ahmed Ghandour, le commandant de la brigade nord du Hamas à Gaza, et Ayman Siam, le chef du réseau de tir de roquettes du Hamas, indique Hagari.

Dans un autre site souterrain, Hagari affirme que des membres importants du bureau politique du Hamas se cachaient, notamment Rawhi Mushtaha, Essam al-Dalis et Sameh al-Siraj.

« Le Hamas tente de dissimuler les résultats de la frappe », affirme-t-il.

Hagari dit qu’il ne peut pas donner plus de détails sur la frappe, mais qu' »on peut dire avec certitude que le souterrain où ils se trouvaient a été très gravement endommagé ».

L’armée confirme que Yehudit Weiss a été tuée par les terroristes du Hamas

Yehudit Weiss, prise en par des terroristes du Hamas a son domicile, au kibboutz Beeri  le 7 octobre 2023, a été retrouvée morte à Gaza le 16 novembre 2023. (Autorisation)
Yehudit Weiss, prise en par des terroristes du Hamas a son domicile, au kibboutz Beeri le 7 octobre 2023, a été retrouvée morte à Gaza le 16 novembre 2023. (Autorisation)

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré que Yehudit Weiss, dont le corps a été retrouvé par les troupes de Tsahal, a été tuée par des terroristes du Hamas dans la bande de Gaza.

« Nous n’avons pas pu la retrouver à temps », a déclaré Hagari lors de son allocution en direct quotidienne.

Tsahal découvre l’entrée d’un tunnel du Hamas et des armes dans le complexe de l’hôpital Shifa

Un tunnel du Hamas découvert par Tsahal dans le complexe de l'hôpital Shifa à Gaza, le 16 novembre 2023. (Crédit : Tsahal)
Un tunnel du Hamas découvert par Tsahal dans le complexe de l'hôpital Shifa à Gaza, le 16 novembre 2023. (Crédit : Tsahal)

L’armée israélienne annonce avec découvert l’entrée d’un tunnel du Hamas dans le complexe de l’hôpital Shifa.Les Forces de défense israéliennes affirment avoir découvert un tunnel du Hamas dans le complexe de l’hôpital Shifa.

Elle publie une vidéo montrant l’entrée.

Des images diffusées par Tsahal montrent le tunnel entre les bâtiments de l’hôpital.

Les armes du Hamas découvertes à l’hôpital Shifa à Gaza City, selon l’armée israélienne le 16 novembre 2023. (Crédit : Tsahal)

L’armée précise que les troupes ont également localisé à proximité une camionnette du Hamas contenant des armes similaires à celles utilisées par le groupe terroriste lors des attaques du 7 octobre.

L’armée publie également une image montrant des armes découvertes par les troupes à l’intérieur de l’hôpital Al-Quds de la ville de Gaza.

Les armes du Hamas découvertes à l’hôpital Al-Quds à Gaza City, selon l’armée israélienne le 16 novembre 2023. (Crédit : Tsahal)

Une autre série d’images publiées par Tsahal montre l’intérieur d’un tunnel du Hamas à l’intérieur de l’hôpital Rantisi.

Le nombre de démocrates soutenant le cessez-le-feu à Gaza passe de 13 à 24 en un mois

La représentante Alexandria Ocasio-Cortez, démocrate de New York, parle avec la représentante Rashida Tlaib, démocrate du Michigan, et Ayanna S. Pressley, démocrate du Minnesota, pendant une commission de la Chambre, le 12 juillet 2019 à Washington (Crédit : Win McNamee/Getty Images/AFP)
La représentante Alexandria Ocasio-Cortez, démocrate de New York, parle avec la représentante Rashida Tlaib, démocrate du Michigan, et Ayanna S. Pressley, démocrate du Minnesota, pendant une commission de la Chambre, le 12 juillet 2019 à Washington (Crédit : Win McNamee/Getty Images/AFP)

Le nombre de démocrates progressistes de la Chambre des représentants des États-Unis appelant à un cessez-le-feu a presque doublé au cours du mois dernier.

Vingt-quatre législateurs ont signé hier une déclaration organisée par les représentants Alexandria Ocasio-Cortez, Betty McCollum et Mark Pocan, qui appelle à un cessez-le-feu, s’alarme des « graves violations contre les enfants » à Gaza et prévient que la guerre entre Israël et le Hamas risque « d’entraîner les États-Unis dans un conflit dangereux et imprudent avec des groupes armés dans toute la région. »

La lettre exprime la condamnation sans équivoque par les législateurs du massacre du 7 octobre perpétré par le Hamas, mais ne mentionne pas l’utilisation continue de boucliers humains par le groupe terroriste et les tirs de roquettes sur Israël. Elle condamne la prise d’otages du 7 octobre mais n’appelle pas expressément à la libération des quelque 240 personnes retenues en captivité à Gaza.

Le 16 octobre, le nombre de progressistes de la Chambre des représentants ayant signé une résolution appelant à un cessez-le-feu n’était que de 13. La liste des démocrates signant de telles déclarations reste confinée à l’extrême gauche du parti, qui critique depuis longtemps la politique d’Israël à l’égard des Palestiniens.

Linda Thomas-Greenfield sommée d’expliquer son abstention sur un résolution à l’ONU

L'ambassadrice des États-Unis auprès des Nations Unies, Linda Thomas-Greenfield, s'adressant à l'Assemblée générale des Nations unies, au siège de l'ONU, le 27 octobre 2023. (Crédit : Bebeto Matthews/AP Photo)
L'ambassadrice des États-Unis auprès des Nations Unies, Linda Thomas-Greenfield, s'adressant à l'Assemblée générale des Nations unies, au siège de l'ONU, le 27 octobre 2023. (Crédit : Bebeto Matthews/AP Photo)

L’ambassadrice des États-Unis auprès des Nations unies, Linda Thomas-Greenfield, est sommée d’expliquer pourquoi les États-Unis ont permis l’adoption d’une résolution du Conseil de sécurité demandant une pause humanitaire à Gaza et la libération de tous les otages, alors qu’ils avaient opposé leur veto à une résolution il y a un mois qui contenait ces deux mêmes demandes.

« Plus de 7 000 Palestiniens sont morts depuis que le Brésil a présenté sa résolution le mois dernier. Les États-Unis regrettent-ils de ne pas s’être abstenus plus tôt ? demande-t-on à Thomas-Greenfield lors d’une conférence de presse à l’ONU.

« Nous avons pris une décision sur cette résolution parce qu’elle ne prévoyait pas le droit d’Israël à l’autodéfense », répond Thomas-Greenfield.

Un journaliste revient à la charge, notant que la dernière résolution ne mentionne pas non plus le droit d’Israël à l’autodéfense, mais que les États-Unis se sont abstenus et ont permis son adoption hier.

Il s’agit d’une résolution qui aborde spécifiquement les besoins humanitaires, ce qui n’est pas le cas des autres résolutions », explique Thomas. Les autres résolutions ne l’ont pas fait », rétorque Mme Thomas-Greenfield.

Les résolutions d’hier et du mois dernier ont toutes deux détaillé les besoins humanitaires à Gaza.

Halevi: l’armée est sur le point d’éliminer l’infrastructure du Hamas dans le nord de la bande de Gaza

Le chef d'état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi (au centre), dans la bande de Gaza, le 16 novembre 2023. (Crédit : Tsahal)
Le chef d'état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi (au centre), dans la bande de Gaza, le 16 novembre 2023. (Crédit : Tsahal)

Le chef d’état-major de l’armée israélienne, le général Herzi Halevi, a déclaré aujourd’hui, lors d’une visite dans la bande de Gaza, que l’armée était « proche » d’éliminer le « système militaire » du Hamas dans la partie nord du territoire.

« Nous sommes sur le point de détruire le système militaire [du Hamas] qui existait dans le nord de la bande de Gaza », déclare Herzi Halevi aux commandants dans une vidéo publiée par Tsahal.

« Nous l’achèverons, il nous reste quelques finitions à faire, mais nous nous en approchons à grands pas », ajoute-t-il.

Il ajoute que Tsahal va poursuivre ses activités dans la bande de Gaza, tant qu’elle en aura l’autorisation, « dans des zones de plus en plus nombreuses, et qu’elle va tuer les commandants et les agents [du Hamas] et détruire l’infrastructure ».

Tsahal a découvert à Gaza le corps de Yehudit Weiss, prise en otage le 7 octobre

Yehudit Weiss, prise en par des terroristes du Hamas a son domicile, au kibboutz Beeri  le 7 octobre 2023, a été retrouvée morte à Gaza le 16 novembre 2023. (Autorisation)
Yehudit Weiss, prise en par des terroristes du Hamas a son domicile, au kibboutz Beeri le 7 octobre 2023, a été retrouvée morte à Gaza le 16 novembre 2023. (Autorisation)

Les forces israéliennes déclarent avoir retrouvé le corps de Yehudit Weiss, 65 ans, qui avait été capturée par le Hamas le 7 octobre, dans un bâtiment près de l’hôpital Shifa dans la bande de Gaza.

Les troupes du 603e bataillon de la 7e brigade blindée ont trouvé le corps, ainsi que du matériel militaire du Hamas, notamment des fusils d’assaut et des lance-roquettes.

Le corps a été transporté en Israël pour identification, après quoi l’armée et la police ont informé la famille de Weiss de son décès.

Tsahal ne fournit pas d’autres détails sur la cause du décès de Weiss, ni sur la date à laquelle elle a été tuée.

Weiss avait été capturée dans le kibboutz Beeri le 7 octobre. Son mari, Shmulik Weiss, a été retrouvé assassiné dans la chambre forte.

Retraitée, elle travaillait avec les enfants de maternelle et dans le réfectoire du kibboutz et était traitée par radiothérapie pour un cancer du sein.

« Tsahal adresse ses plus sincères condoléances à la famille », déclare-t-elle dans un communiqué. « La mission nationale… est de retrouver les disparus et de ramener les otages chez eux.

« L’armée israélienne opèrent aux côtés des institutions nationales et de sécurité concernées et en totale coordination avec elles afin de mener à bien ces tâches. Nous ne cesserons pas notre mission jusqu’à ce qu’elle soit achevée », ajoute Tsahal.

Gallant : Les habitants de certaines villes proches de Gaza pourront revenir dès janvier

Vue de la destruction causée par le massacre terroriste du Hamas, au kibboutz Kfar Aza, dans le sud d'Israël, le 15 octobre 2023. (Crédit : Edi Israel/Flash90)
Vue de la destruction causée par le massacre terroriste du Hamas, au kibboutz Kfar Aza, dans le sud d'Israël, le 15 octobre 2023. (Crédit : Edi Israel/Flash90)

Le ministre de la Défense Yoav Gallant dit qu’il s’attend à ce que certains résidents des communautés de la frontière de Gaza dévastées lors de l’attaque du groupe terroriste palestinien du Hamas du 7 octobre puissent rentrer chez eux au début de l’année 2024.

Dans un communiqué de son bureau, Gallant indique qu’une réunion a eu lieu avec de hauts responsables du ministère de la Défense sur la manière de permettre à ceux qui vivent à une distance de 4 à 7 kilomètres de la frontière de Gaza de rentrer chez eux au début de 2024 « après la réhabilitation des villes et la création des conditions de sécurité requises ».

« Toute personne qui ne peut pas retourner chez elle continuera à recevoir le soutien et l’appui total du gouvernement », affirme Gallant, soulignant que cela s’applique aussi bien à ceux du sud qu’à ceux qui vivent le long de la frontière septentrionale.

« Nous travaillons actuellement pour parvenir à une situation dans laquelle certaines villes seront de nouveau habitables à partir du 1er janvier, celles qui se trouvent à une distance de 4 à 7 kilomètres » de Gaza, ajoute Gallant, précisant que toutes les données en matière de sécurité pointent vers une telle possibilité.

Images de commandos de Tsahal lors de raids contre le Hamas dans le camp d’al-Shati à Gaza

Des troupes de la brigade Commando de l’armée israélienne dans une position de tireur d'élite dans le nord de la bande de Gaza, sur une photo publiée le 16 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Des troupes de la brigade Commando de l’armée israélienne dans une position de tireur d'élite dans le nord de la bande de Gaza, sur une photo publiée le 16 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne diffuse des images de la Brigade Commando combattant dans la bande de Gaza.

Tsahal indique que les troupes commando ont fait une incursion dans le camp al-Shati de la ville de Gaza, avec des chars, des ingénieurs de combat et un soutien aérien.

Les forces de la Brigade Commando ont dirigé 54 frappes aériennes, des frappes navales et des tirs d’artillerie, selon Tsahal, au cours desquels des terroristes du Hamas ont été tués et des infrastructures appartenant au groupe terroriste palestinien ont été détruites.

Tsahal indique que les Commandos ont également effectué un raid sur un hôtel piégé dans le nord de la bande de Gaza, découvrant un dépôt d’armes qui a été détruit par la suite.

Le 7/10, Soroka a utilisé l’IA pour identifier des blessés sans papiers d’identités

Le personnel de l’hôpital Soroka à Beer Sheva. (Crédit : Soroka)
Le personnel de l’hôpital Soroka à Beer Sheva. (Crédit : Soroka)

L’hôpital Soroka de Beer Sheva – le seul centre de traumatologie de niveau 1 dans le sud du pays – explique qu’un grand nombre des centaines de blessés qui y ont été transportés à la suite des terribles attentats perpétrés par le groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre n’avaient pas de papiers d’identité.

Grâce à une combinaison de recherches sur Internet et d’intelligence artificielle (IA), des dizaines de ces personnes ont été rapidement identifiées.

Dès que les blessés ont commencé à affluer, une équipe de travailleurs sociaux, d’étudiants en médecine et de photographes de l’hôpital s’est immédiatement mise au travail. Comme dans tous les cas d’accidents de masse, les photographes ont pris des photos des personnes non identifiées. Parallèlement, l’équipe a parcouru toutes les plateformes de réseaux sociaux pour rassembler des centaines d’images de personnes disparues après les attaques.

L’hôpital a également annoncé et diffusé une adresse électronique à laquelle les membres des familles pouvaient envoyer des photos et des détails d’identification de leurs proches.

Alors que l’équipe travaillait avec le département des systèmes informatiques et de données de l’hôpital pour faire correspondre les photos, la société israélienne Corsight AI, spécialisée dans la reconnaissance faciale, s’est portée volontaire pour aider et accélérer le processus.

« Le spectacle déchirant de dizaines, voire de centaines de membres de familles arrivant à la recherche de leurs proches n’a laissé aucun doute sur le fait que nous devions agir de toutes les manières possibles afin que personne ne reste non identifié et que nous puissions informer les familles – pour le meilleur ou pour le pire – dès que possible si nous avions des informations sur leurs proches », déclare le Dr. Dror Dolfin, directeur adjoint de l’hôpital Soroka.

Yesh Din : Tsahal a saccagé des maisons palestiniennes en Cisjordanie lors d’un raid

La maison d'une famille palestinienne dans le village d'al-Mughayyir dans le centre de la Cisjordanie après qu'elle a été prétendument saccagée par les troupes de l'armée israélienne, le 16 novembre 2023. (Crédit : Yesh Din)
La maison d'une famille palestinienne dans le village d'al-Mughayyir dans le centre de la Cisjordanie après qu'elle a été prétendument saccagée par les troupes de l'armée israélienne, le 16 novembre 2023. (Crédit : Yesh Din)

Hier soir, l’armée israélienne a perquisitionné des dizaines de maisons dans le village palestinien d’al-Mughayyir, dans le centre de la Cisjordanie, laissant un grand nombre d’entre elles complètement saccagées et semblant apposer un autocollant portant la mention « Je me tiens aux côtés d’Israël » sur au moins l’une d’entre elles, indique le groupe de défense des droits Yesh Din.

Tsahal affirme que ses raids sont menés à des fins de lutte contre le terrorisme, mais n’a pas immédiatement répondu à une demande concernant la conduite des troupes lors de cette opération particulière.

« Les mots ne peuvent pas décrire l’humiliation et la frustration de ces hommes, femmes et enfants dont les maisons ont été prises pour cible », déclare Yesh Din.

Le panel de sélection des juges établit un calendrier pour la nomination des juges

La présidente de la Cour suprême, Esther Hayut, et le ministre de la Justice, Yariv Levin, assistant à l'inauguration du tribunal de première instance de Safed, dans le nord du pays, le 27 septembre 2023. (Crédit : David Cohen/Flash90)
La présidente de la Cour suprême, Esther Hayut, et le ministre de la Justice, Yariv Levin, assistant à l'inauguration du tribunal de première instance de Safed, dans le nord du pays, le 27 septembre 2023. (Crédit : David Cohen/Flash90)

La commission de sélection judiciaire se réunit pour la première fois depuis avril 2022 et établit un calendrier pour les futures auditions afin de pourvoir des dizaines de postes ouverts dans les tribunaux du pays, y compris à la Cour suprême.

La commission établit des sous-commissions qui examineront les candidats pour les dizaines de sièges vacants dans les tribunaux qui doivent être remplis, et convient de se réunir à nouveau le 20 février, le 25 février et le 17 avril pour faire avancer le processus de sélection et éventuellement procéder à des nominations.

Une réunion préliminaire de la commission se tiendra dans les trois semaines pour délibérer sur la possibilité de pourvoir le siège vacant à la Cour suprême et de nommer un président de la Cour suprême.

L’ancienne juge de la Cour suprême, Esther Hayut, a pris sa retraite le 16 octobre, mais le ministre de la Justice, Yariv Levin, s’était montré réticent à organiser un vote pour désigner un successeur, étant donné que la coalition ne disposait que de trois votes garantis sur les neuf membres de la commission.

Levin avait refusé de convoquer la commission de sélection des juges depuis son entrée en fonction en raison de son désir de modifier sa composition afin de donner au gouvernement le contrôle des nominations. À la suite de la guerre déclenchée par le massacre du 7 octobre perpétré par le Hamas, Levin a semblé céder et a finalement accepté d’aller de l’avant.

Gilad Erdan : « Il est temps pour l’ONU de voir les images du massacre du 7 octobre »

L'ambassadeur d'Israël aux Nations unies, Gilad Erdan, parlant des otages israéliens détenus par le Hamas devant le siège de l'ONU, à New York, le 24 octobre 2023. (Crédit : Seth Wenig/AP Photo)
L'ambassadeur d'Israël aux Nations unies, Gilad Erdan, parlant des otages israéliens détenus par le Hamas devant le siège de l'ONU, à New York, le 24 octobre 2023. (Crédit : Seth Wenig/AP Photo)

L’ambassadeur d’Israël auprès des Nations unies, Gilad Erdan, déclare qu’il organisera la semaine prochaine une projection des images macabres recueillies le 7 octobre à l’intention des émissaires des Nations unies à New York.

L’événement devrait avoir lieu le lundi 20 novembre et Erdan indique qu’il a invité des émissaires du monde entier ainsi que des fonctionnaires de l’ONU à assister à la projection.

« Le temps est venu pour l’ONU déformée, qui établit des équivalences immorales entre Israël et le Hamas, de voir de ses propres yeux le type de meurtres barbares dont elle s’inquiète et peut-être de comprendre à quel point elle a trahi sa mission initiale », déclare Erdan dans un communiqué.

Conformément à la réglementation applicable aux autres projections de ce type, les participants ne seront pas autorisés à apporter des téléphones ou des appareils d’enregistrement afin de respecter les familles des victimes.

Paris met en garde l’Iran contre toute escalade dans la guerre Israël/Hamas

La cheffe de la diplomatie française Catherine Colonna « a mis en garde jeudi avec fermeté » son homologue iranien Hossein Amir-Abdollahian « contre toute escalade ou extension du conflit » Israël/Hamas, notamment au Liban, a annoncé le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

« Entretien aujourd’hui avec mon homologue iranien en forme de mise en garde: l’extension du conflit en cours à Gaza ne profiterait à personne, et l’Iran aurait une lourde responsabilité », a déclaré Catherine Colonna dans un message sur X (anciennement Twitter) parallèlement à la publication du communiqué du Quai d’Orsay.

La communauté internationale redoute une extension du conflit à la frontière entre Israël et le Liban, où les échanges de tirs sont quotidiens, voire au-delà dans la région impliquant des milices pro-Iran, ennemi numéro un d’Israël et soutien clé du groupe terroriste islamiste palestinien Hamas.

L’entretien entre les deux chefs de la diplomatie s’est déroulé, à Genève, à la demande du ministre iranien, a précisé le Quai d’Orsay.

« La ministre a rappelé la nécessité qui s’impose à tous de condamner avec la plus grande fermeté les attaques terroristes menées par le Hamas contre Israël et sa population », a ajouté le ministère, soulignant qu’il ne pouvait y avoir « d’ambiguïté à ce sujet ».

Les actes de terreur contre les civils sont « injustifiables et inacceptables », a-t-elle fait savoir.

Catherine Colonna a également réitéré l’attachement de la France au droit d’Israël à se défendre et à défendre sa population mais « de façon ciblée et proportionnée, conformément au droit international humanitaire ».

La France martèle que toutes les mesures doivent être prises « pour épargner les civils » et garantir les accès humanitaires.

La ministre française a enfin appelé Téhéran à libérer immédiatement les quatre ressortissants français « toujours détenus arbitrairement en Iran et dont la situation est extrêmement préoccupante ».

Tsahal annonce la mort d’un soldat lors d’une fusillade ce matin près de Jérusalem

Des officiers israéliens sécurisant la scène après une attaque par des terroristes armés à un point de contrôle gardant l'accès aux tunnels routiers reliant la Cisjordanie et Jérusalem, le 16 novembre 2023. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
Des officiers israéliens sécurisant la scène après une attaque par des terroristes armés à un point de contrôle gardant l'accès aux tunnels routiers reliant la Cisjordanie et Jérusalem, le 16 novembre 2023. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

L’armée israélienne annoncé la mort d’un soldat qui a été grièvement blessé dans une fusillade au point de contrôle de la « route des tunnels » en Cisjordanie, près de Jérusalem, plus tôt dans la journée.

Il s’agit du caporal Avraham Fetena, 20 ans, un soldat de la police militaire, originaire de Haïfa.

Cinq autres personnes ont été blessées dans l’attaque. Les trois terroristes palestiniens qui ont attaqué le checkpoint ont été tués.

Washington confirme les renseignements montrant que le Hamas exploite l’hôpital Shifa

Le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, porte-parole militaire israélien, montrant un gilet pare-balles avec un écusson du Hamas trouvé avec des armes derrière une machine d'IRM, à l'hôpital al-Shifa dans la ville de Gaza, sur une image tirée d'une vidéo diffusée le 15 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne via AP)
Le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, porte-parole militaire israélien, montrant un gilet pare-balles avec un écusson du Hamas trouvé avec des armes derrière une machine d'IRM, à l'hôpital al-Shifa dans la ville de Gaza, sur une image tirée d'une vidéo diffusée le 15 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne via AP)

Le porte-parole du Conseil de Sécurité Nationale (NSC) de la Maison Blanche, John Kirby, déclare que les États-Unis sont « toujours convaincus du bien-fondé de [leurs] renseignements » qui ont révélé que l’hôpital al-Shifa a été utilisé par le Hamas et d’autres groupes terroristes comme centre de commandement et de contrôle.

Gallant : Tsahal a nettoyé l’ouest de Gaza City et passe à la « phase suivante »

Le ministre de la Défense Yoav Gallant, au centre de commandement de la 36e division dans le sud d'Israël, le 16 novembre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant, au centre de commandement de la 36e division dans le sud d'Israël, le 16 novembre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense Yoav Gallant déclare que l’armée israélienne a  localisé des « découvertes significatives » à l’hôpital al-Shifa, alors qu’elle passe à la « phase suivante » de l’incursion terrestre.

Gallant n’a pas fourni de détails sur les découvertes faites à l’intérieur de l’hôpital.

« L’opération se poursuit et elle est menée de manière précise, sélective, mais très, très déterminée », a-t-il déclaré lors d’une visite au centre de commandement de la 36e division.

Selon lui, Tsahal a achevé la capture de la partie ouest de la ville de Gaza, et débarrassé la zone de tout terroriste et de tout équipement du Hamas.

« La phase suivante a [déjà] commencé », ajoute Gallant.

Arrestation de trois résidents de Jérusalem-Est soupçonnés d’être affiliés à l’EI

Des documents pro-État islamique trouvés lors d'une arrestation à Jérusalem-Est, sur une photo diffusée le 16 novembre 2023. (Crédit : Police israélienne)
Des documents pro-État islamique trouvés lors d'une arrestation à Jérusalem-Est, sur une photo diffusée le 16 novembre 2023. (Crédit : Police israélienne)

Trois résidents de Jérusalem-Est sont arrêtés parce qu’ils sont soupçonnés d’avoir rejoint l’État islamique (EI).

Dans un communiqué commun, la police et l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet indiquent que les trois suspects, tous âgés d’une vingtaine d’années, sont des résidents du quartier d’Umm Tuba dans le sud-est de Jérusalem.

Du matériel pro-EI et une importante somme d’argent ont été trouvés lors d’une perquisition au domicile des trois hommes, qui auraient pris contact avec des membres de l’EI à l’étranger sur les réseaux sociaux, prêté allégeance au groupe terroriste et s’apprêtaient à quitter le pays pour rejoindre ses rangs à l’étranger.

Les suspects ont été placés en détention en attendant la fin de l’enquête ; le bureau du procureur devrait les mettre en examen dans les prochains jours.

Tomer Bar : L’armée de l’air a frappé des « milliers de terroristes » depuis le 7 octobre

Le chef de l'armée de l'air israélienne, Tomer Bar, faisant une déclaration à la presse, le 16 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de l'armée de l'ait)
Le chef de l'armée de l'air israélienne, Tomer Bar, faisant une déclaration à la presse, le 16 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de l'armée de l'ait)

Le chef de l’armée de l’air israélienne, le général de division Tomer Bar, jure qu’Israël s’en prendra à tous les terroristes du Hamas.

Dans une déclaration aux médias, il affirme que depuis le 7 octobre, date à laquelle « nous n’avons pas rempli nos obligations », l’armée de l’air travaille « sans relâche ».

« Nous frappons le Hamas au sol et sous terre, nous avons frappé des milliers de terroristes et nous les atteindrons tous », déclare Bar.

« L’armée de l’air, en tant que bras stratégique de l’État d’Israël, est prête et opère dans tout le Moyen-Orient, dans tous les domaines nécessaires, n’importe où », ajoute-t-il.

Les communications « totalement coupées » avec Gaza faute de carburant

De la fumée s'élevant au-dessus des bâtiments lors d'une frappe israélienne sur la partie nord de l'enclave palestinienne, sur une photo prise du côté israélien de la frontière avec la bande de Gaza, le 10 novembre 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)
De la fumée s'élevant au-dessus des bâtiments lors d'une frappe israélienne sur la partie nord de l'enclave palestinienne, sur une photo prise du côté israélien de la frontière avec la bande de Gaza, le 10 novembre 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)

Tous les services de communication sont interrompus dans la bande de Gaza en raison du manque de carburant, selon l’opérateur de télécommunications palestinien Paltel.

Paltel indique que la connexion fixe, le réseau mobile et la connexion internet à Gaza ont tous été interrompus.

Le patron de l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) a imputé cette coupure à un manque de carburant, lors d’un point de presse à Genève.

« Gaza souffre à nouveau d’une panne totale de communications, et (…) c’est parce qu’il n’y a pas de carburant », a déclaré Philippe Lazzarini à la presse juste après avoir informé les pays membres de l’ONU de vive voix de la situation à Gaza .

Tsahal dit avoir de « preuves concrètes » liant l’hôpital Shifa aux otages à Gaza

Une photo de l'otage secourue la soldate Ori Megidish sur un ordinateur portable trouvé par l’armée israélienne à l'hôpital al-Shifa, le 16 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de l’armée israélienne)
Une photo de l'otage secourue la soldate Ori Megidish sur un ordinateur portable trouvé par l’armée israélienne à l'hôpital al-Shifa, le 16 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de l’armée israélienne)

Tsahal affirme disposer de « renseignements clairs » prouvant l’existence d’un lien entre les activités du Hamas à l’hôpital Shifa et les otages, ainsi que de « nouvelles découvertes » indiquant l’existence d’un réseau de tunnels du Hamas sous le complexe hospitalier.

L’armée israélienne a déclaré qu’elle était en train de procéder à des recherches sur des ordinateurs portables et autres appareils technologiques trouvés dans l’hôpital.

Contrairement à ce qu’un porte-parole de Tsahal avait déclaré à la BBC, affirmant qu’un ordinateur portable contenait des photos et des vidéos d’otages prises après leur enlèvement à Gaza, Tsahal précise que les photos ne datent en fait pas d’après leur enlèvement.

L’armée indique que sur l’un des ordinateurs portables, un fond d’écran montrait une photo disponible publiquement de la soldate Ori Megidish avant qu’elle ne soit capturée.

Tsahal a déclaré qu’au cours des recherches menées aujourd’hui, « de nouvelles découvertes ont été faites, indiquant une importante infrastructure souterraine au sein de l’hôpital… nos forces s’efforcent de les mettre au jour ».

Le Hamas a été accusé par Israël d’avoir établi son principal centre de commandement sous l’hôpital Shifa.

La police autorise le rassemblement à Tel Aviv pour un cessez-le-feu

Photo d'illustration : des manifestants appellent au cessez-le-feu pendant un rassemblement en faveur de la libération des otages retenus par les terroristes palestiniens depuis le 7 octobre, près du siège du ministère de la Défense à Tel Aviv, le 28 octobre 2023. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)
Photo d'illustration : des manifestants appellent au cessez-le-feu pendant un rassemblement en faveur de la libération des otages retenus par les terroristes palestiniens depuis le 7 octobre, près du siège du ministère de la Défense à Tel Aviv, le 28 octobre 2023. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)

La police a donné son accord à la tenue d’une manifestation appelant à un cessez-le-feu à Gaza à Tel Aviv ce samedi soir, après le dépôt par l’Association pour les droits civils (ACRI) en Israël d’une requête auprès de la Haute Cour de justice exigeant de la police qu’elle délivre le permis nécessaire à la tenue du rassemblement.

Le département de la police de Tel Aviv avait initialement refusé d’autoriser l’événement, organisé par le parti Hadash, à prédominance arabe, au motif qu’il pourrait entraîner des troubles civils, porter atteinte à la sensibilité des personnes évacuées du sud d’Israël résidant actuellement à Tel Aviv, et que les effectifs de la police n’étaient pas suffisants pour assurer la sécurité du rassemblement.

ACRI a fait valoir dans sa requête que les droits à la liberté d’expression et à la liberté de protestation doivent être respectés même en période d’urgence et de guerre, et que la crainte de troubles à l’ordre public et d’offense ne peut être une raison pour entraver la liberté en matière de manifestation.

L’organisation a également fait valoir que le refus d’accorder un permis pour cette manifestation s’inscrivait dans le cadre d’un comportement « systématique et constant » de la police depuis le début de la guerre en cours, de refuser tout rassemblement qui divergerait du large consensus de l’opinion publique.

La police a accepté, lors de l’audience d’aujourd’hui, d’autoriser la manifestation, mais à un endroit différent de celui prévu à l’origine et avec un nombre limité de participants.

La manifestation se déroulera dans le parc Charles Clore et limitera à 700 le nombre de manifestants appelant à un cessez-le-feu et à un accord « d’échange d’otages ».

La mère d’une soldate morte en captivité : « La bataille pour ramener Noa n’est pas finie »

Des membres de la famille Marciano réunis avec des membres de familles d'otages marchant vers Jérusalem, à Modiin, le 16 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran)
Des membres de la famille Marciano réunis avec des membres de familles d'otages marchant vers Jérusalem, à Modiin, le 16 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran)

La famille et les amis des otages et des disparus de Gaza sont passés par Modiin pour y rencontrer les parents de la soldate de Tsahal Noa Marciano, qui a été tuée en captivité.

Adi et Avi Marciano, les parents de Noa, sont sortis dans un parc en face de leur maison pour saluer et embrasser les autres familles.

« Merci à ma nouvelle famille du Forum des disparus et des captifs », a déclaré Adi Marciano. « J’étais censée participer à la marche, mais vous m’avez épargné quelques kilomètres et vous êtes venus dans notre ville de Modiin. »

Adi a décrit Noa comme une fille merveilleuse, une passionnée de musique et de livres, au cœur immense, et une grande sœur très aimée de ses trois frères et sœurs plus jeunes. Elle et sa sœur cadette, Yuval, étaient comme des jumelles, avec seulement dix-neuf mois d’écart, a ajouté Marciano.

Elle était une leader discrète qui marquait son entourage, a raconté Adi Marciano, au bord des larmes.

« Il est important pour moi que tout le monde sache que la bataille pour Noa et pour la ramener à la maison n’est pas finie », a affirmé Adi Marciano. « Je n’ai pas de tombe pour Noa, il n’y a pas eu de funérailles. Le corps de Noa est toujours à Gaza. »

« Je tiens à vous dire que nous sommes ici avec vous pour le combat de notre vie », a-t-elle souligné. « Dès la fin de la shiva, je reviendrai à Tel Aviv pour être avec vous. »

Avi Marciano, le mari d’Adi et le père de Noa, a mentionné les rumeurs sur l’imminence d’un accord concernant les otages. « Nous exigeons de Bibi [Netanyahu], [Benny] Gantz, [Yoav] Gallant et du reste du cabinet de guerre, qu’ils passent d’abord par nous », dit-il. « Nous ne sommes pas n’importe qui, nos enfants sont là. Vous passez un accord ? Parlez-nous en. »

« Le temps des civilités est révolu, ne prenez plus de gants, vous devriez avoir honte », a-t-il ajouté.

Tsahal bombarde des sites au Liban suite aux tirs de roquettes sur Israël

Un panache de fumée s’élevant après des tirs d'artillerie israéliens en réponse à des tirs en provenance du Liban, dans la banlieue d'Alma al-Shaab, le 13 novembre 2023. (Crédit : AFP)
Un panache de fumée s’élevant après des tirs d'artillerie israéliens en réponse à des tirs en provenance du Liban, dans la banlieue d'Alma al-Shaab, le 13 novembre 2023. (Crédit : AFP)

Tsahal affirme que plusieurs missiles ont été tirés depuis le Liban vers des communautés du nord d’Israël récemment, déclenchant des sirènes de raid aérien.

L’armée précise que ces missiles sont probablement tombés dans une zone ouverte, et que Tsahal bombarde la source des tirs en réponse.

L’armée a également indiqué que des terroristes libanais avaient tiré un missile guidé antichar en direction d’un poste de Tsahal à Dovev, sans faire de blessés.

Tsahal montre une vidéo révélant des roquettes stockées dans le lit d’une fillette

Des roquettes stockées à l'intérieur du lit d'une fillette à Beit Hanoun, à Gaza, sur une photo diffusée le 16 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de l’armée israélienne)
Des roquettes stockées à l'intérieur du lit d'une fillette à Beit Hanoun, à Gaza, sur une photo diffusée le 16 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de l’armée israélienne)

Tsahal a annoncé la découverte par les troupes de sa 551e brigade de réservistes de roquettes du Hamas stockées dans le lit d’une petite fille dans une maison de la ville de Beit Hanoun, au nord de la bande de Gaza.

Dans une vidéo, l’armée israélienne montre des roquettes dissimulées dans une unité de stockage située sous le lit d’une chambre portant l’inscription « baby girl » à l’entrée.

Près de là, Tsahal montre plusieurs armes qu’elle dit avoir découvertes dans la maison, dont des missiles, des engins explosifs et des matériaux explosifs. Tsahal a déclaré avoir détruit ces armes.

L’armée a également publié un enregistrement audio de ce qu’elle dit être un appel téléphonique intercepté entre terroristes palestiniens du Jihad islamique, dans lequel ils décrivent la manière dont ils transportent des armes dans une poussette.

Après que Tsahal a révélé la présence d’armes dans le service d’IRM de Shifa, le Hamas affirme qu’Israël a « détruit » le service radiologie

Le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, porte-parole militaire israélien, montrant une cache d'armes que l'armée israélienne a trouvée dans un centre d'IRM à l'hôpital al-Shifa dans la ville de Gaza, sur une image diffusée le 15 novembre 2023. (Crédit : Capture d’écran de l'armée israélienne)
Le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, porte-parole militaire israélien, montrant une cache d'armes que l'armée israélienne a trouvée dans un centre d'IRM à l'hôpital al-Shifa dans la ville de Gaza, sur une image diffusée le 15 novembre 2023. (Crédit : Capture d’écran de l'armée israélienne)

Le ministère de la Santé contrôlé par le Hamas a affirmé jeudi que l’armée israélienne avait perquisitionné plusieurs services de l’hôpital al-Chifa, à Gaza-ville, où se trouvent des centaines de patients, de personnels et de civils et « détruit » des infrastructures de radiologie.

Les forces israéliennes « ont détruit le service de radiologie et bombardé le service des grands brûlés et des dialyses » de cet hôpital, le plus grand de Gaza, a affirmé à l’AFP le porte-parole du ministère Ashraf al-Qidreh.

La nuit dernière, Tsahal a révélé que des armes avaient été trouvées dans l’unité d’IRM de l’hôpital et ont fourni des images vidéo de ces découvertes. Il n’est pas clair s’il s’agit du service de radiologie auquel Al-Qudra faisait référence.

Tsahal a déclaré ce matin que leurs troupes continuaient à effectuer des recherches « ciblées » dans l’hôpital et qu’aucun soldat ou membre du personnel de l’hôpital n’avait été blessé jusqu’à présent.

Le panel de sélection des juges réunit pour la 1e fois depuis l’entrée en fonction de Levin

La commission de sélection des juges se réunissant pour la première fois depuis plus de 18 mois, à Jérusalem, le 16 novembre 2023. (Crédit : GPO)
La commission de sélection des juges se réunissant pour la première fois depuis plus de 18 mois, à Jérusalem, le 16 novembre 2023. (Crédit : GPO)

La commission de sélection des juges se réunit pour la première fois depuis avril 2022 après que son président, le ministre de la Justice Yariv Levin, a refusé de convoquer le groupe depuis sa prise de fonction.

Le refus de Levin s’inscrit dans le cadre du plan de refonte du système judiciaire du gouvernement, qui a bouleversé le pays, les opposants accusant le gouvernement de saper le pouvoir judiciaire et le système israélien de contrôle et d’équilibre des pouvoirs.

La commission ne s’occupe toutefois que de questions de procédure et ne pourra pas procéder à des nominations puisqu’elle ne peut délibérer sur des candidats à des postes de juges que si leur candidature a été publiée dans le journal officiel de l’État 45 jours avant l’audition de la commission, ce qui n’a pas été le cas.

Il y a actuellement des dizaines de postes vacants dans les tribunaux du pays – l’administration des tribunaux israéliens affirme qu’il y aura 53 postes de juges vacants d’ici la fin de l’année – ce qui a augmenté la pression sur Levin pour qu’il convoque la commission.

« Les juges israéliens croulent sous la charge de travail, ce qui augmente le temps nécessaire à la tenue des audiences », explique Karin Elharar, membre de la commission et représentante de l’opposition au sein de Yesh Atid.

« J’espère que le ministre de la Justice prendra conscience de l’urgence de la situation et agira en coopération avec tous les membres de la commission afin de nommer des juges professionnels et indépendants pour tous les citoyens d’Israël », ajoute Elharar.

La commission est composée de neuf membres : Levin, la ministre des Implantations Orit Strouk, le député Yitzhak Kroizer, Elharar, le président par intérim de la Cour suprême Uzi Vogelman, les juges de la Cour suprême Isaac Amit et Daphne Barak-Erez, ainsi que les représentants de l’Association du barreau israélien Muhamad Naamneh et Ilana Saker.

Vingt-cinq otages thaïlandais aux mains du Hamas sont « saufs », dit un négociateur

Le gouvernement thaïlandais dit avoir reçu l’assurance du Hamas que 25 de ses ressortissants retenus en otage par le groupe terroriste islamiste palestinien sont « saufs », a déclaré jeudi un membre de l’équipe de négociation du royaume chargée de la libération des otages.

« Les ressortissants thaïlandais en captivité sont saufs », a déclaré Lepong Sye, précisant qu’ils ne pourraient être libérés que si un cessez-le-feu était annoncé.

Le Hamas a assuré à Bangkok que ces otages « retourneraient bientôt dans leur patrie », a ajouté le responsable politique thaïlandais. « J’espère que ce sera dans moins de dix jours, ou même dans quelques jours », a-t-il aussi avancé.

L’équipe de négociation, composée essentiellement de musulmans thaïlandais, a été en contact permanent avec le groupe terroriste.

« Nous avons insisté pour que les Thaïlandais soient libérés rapidement », a relevé M. Lepong, président d’une association d’amitié thaïlando-iranienne.

Macron évoque les divisions de l’Europe sur le conflit Israël/Hamas

Le président français Emmanuel Macron s'exprime lors d'une conférence publique en présence du président suisse à l'Université de Lausanne, sur les grands défis sociaux actuels de l'Europe, à Lausanne, le 16 novembre 2023.(Crédit : Bertrand GUAY / AFP)
Le président français Emmanuel Macron s'exprime lors d'une conférence publique en présence du président suisse à l'Université de Lausanne, sur les grands défis sociaux actuels de l'Europe, à Lausanne, le 16 novembre 2023.(Crédit : Bertrand GUAY / AFP)

Emmanuel Macron a défendu jeudi en Suisse l’Europe comme « réponse » aux crises géopolitiques, mais a dû reconnaitre que le Vieux Continent est profondément divisé face au conflit entre l’Etat d’Israël et le groupe terroriste du Hamas, au cœur d’une petite manifestation hostile au président français.

Ni drapeaux ni banderoles, et un débat policé. La seule question sur le sujet est posée par écrit. « Nous avons beaucoup de mal à comprendre vos positionnements », relaie le modérateur, déclenchant des applaudissements.

Malgré la « position d’unité » affichée par l’Union européenne, « il y a beaucoup de différences sur ce sujet entre les pays » qui la composent, admet d’emblée Emmanuel Macron, soulignant que, partout, ce conflit relève à la fois de la diplomatie et de la politique intérieure.

Comme la veille devant la presse, il « assume totalement » sa position, qui suscite des critiques, parfois pour des raisons opposées, en France comme dans la région: « le droit d’Israël à se défendre ne justifie pas de bombarder des civils et d’avoir des enfants, des familles qui sont tués dans ces bombardements ».

« Ca ne peut pas être la guerre totale, sans règles », insiste encore le président français, applaudi assez franchement par l’auditoire.

Pour cela, il plaide pour une « trêve immédiate conduisant à un cessez-le-feu humanitaire », mais convient que « là, il n’y a pas une position unie, pour être honnête, au niveau européen ».

Afrique du Sud: l’ANC favorable à la fermeture de l’ambassade israélienne

L’ANC au pouvoir en Afrique du Sud a déclaré jeudi qu’il soutiendrait une motion parlementaire examinée dans la journée et visant à fermer l’ambassade d’Israël à Pretoria pour protester contre la guerre opposant l’Etat hébreu au groupe terroriste islamiste palestinien du Hamas à Gaza.

Le Congrès national africain (ANC) a déclaré soutenir aussi les appels lancés au gouvernement pour qu’il suspende toute relation diplomatique avec Israël jusqu’à ce que ce pays accepte un cessez-le-feu et s’engage dans des négociations contraignantes, facilitées par l’ONU.

Pretoria est depuis longtemps un fervent défenseur de la cause palestinienne, l’ANC dressant souvent des parallèles avec sa propre lutte historique contre l’apartheid.

« Nous ne pouvons pas rester les bras croisés face aux actions génocidaires du régime israélien », a déclaré Mahlengi Bhengu-Motsiri, porte-parole de l’ANC. « Le Congrès national africain approuvera une motion parlementaire demandant au gouvernement de fermer l’ambassade d’Israël en Afrique du Sud. »

La motion parlementaire examinée jeudi a été présentée par les Combattants pour la liberté économique (EFF), un parti d’opposition de gauche radicale. Elle n’est pas contraignante et devra être approuvée par le gouvernement pour être mise en œuvre.

Tsahal continue ses recherches ciblées à l’hôpital Shifa

Le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, porte-parole militaire israélien, montrant une cache d'armes que l'armée israélienne a trouvée dans un centre d'IRM à l'hôpital al-Shifa dans la ville de Gaza, sur une image diffusée le 15 novembre 2023. (Crédit : Capture d’écran de l'armée israélienne)
Le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, porte-parole militaire israélien, montrant une cache d'armes que l'armée israélienne a trouvée dans un centre d'IRM à l'hôpital al-Shifa dans la ville de Gaza, sur une image diffusée le 15 novembre 2023. (Crédit : Capture d’écran de l'armée israélienne)

Tsahal indique que l’unité d’élite Shaldag et les forces de la 36e division continuent d’opérer dans le complexe de l’hôpital Shifa.

Les opérations dans l’hôpital sont « ciblées », les forces spéciales se déplaçant d’un bâtiment à l’autre et scrutant chaque étage.

Bien qu’il y ait encore des patients et du personnel à l’hôpital, Tsahal affirme opérer avec « discrétion, patience et minutie ».

Aucun soldat ou membre du personnel de l’hôpital n’a été blessé jusqu’à présent.

« Nous opérons en sachant qu’il y a beaucoup plus d’infrastructures terroristes dans la zone du complexe, qui sont bien cachées », déclare Tsahal.

Jusqu’à présent, après avoir fouillé certains des bâtiments, les troupes ont trouvé des armes et du matériel de renseignement, y compris des informations relatives aux attaques du Hamas du 7 octobre.

Tsahal précise que les troupes ont trouvé des ordinateurs contenant des informations et des images relatives aux otages.

Le Shin Bet affirme que le Hamas est à l’origine de l’attaque du poste de contrôle

Le service de renseignement Shin Bet a identifié les trois terroristes qui ont attaqué un poste de contrôle en Cisjordanie, juste au sud de Jérusalem, blessant six personnes, en déclarant qu’ils étaient des membres du Hamas et originaires de Hébron.

Deux des trois terroristes ont été identifiés comme étant Abed el-Khader Kawasme, 26 ans, le fils d’Abdallah Kawasma, le chef de l’aile militaire du Hamas à Hébron qui a été tué en 2003 ; Hassan Mamoun Qafisha, 28 ans, un membre du Hamas, dont l’oncle était un membre du Hamas expulsé vers la Turquie en 2011.

Le Shin Bet a déclaré qu’il n’avait pas encore finalisé l’identification du troisième terroriste, mais les médias palestiniens l’ont identifié comme étant Nasser Kawasme.

Un militant des implantations écope de quatre mois de détention administrative

Un habitant des implantations israéliennes, vraisemblablement originaire d’un avant-poste illégal de Cisjordanie, est arrêté et placé en détention administrative pour quatre mois, car il est soupçonné de constituer une menace pour la sécurité de l’État ou la sécurité publique.

Le jeune homme, âgé de 22 ans, est décrit par le service d’aide juridique Honenu qui le représente comme « un berger du district de Binyamin » en Cisjordanie, indiquant qu’il vient probablement de ce qui est connu sous le nom d’avant-postes agricoles, des habitations illégales établies par les résidents d’implantations en Cisjordanie dans le but d’étendre leur contrôle sur le territoire de la zone C de la Cisjordanie.

L’ordre de détention est valable jusqu’au 14 mars et a été approuvé aujourd’hui par le ministre de la Défense Yoav Gallant.

Des habitants d’implantations l’ont identifié comme étant Amitzur Ben Yosef.

La détention administrative permet de maintenir un suspect en détention pour des périodes renouvelables allant jusqu’à six mois, sur la base de preuves secrètes qui ne sont accessibles qu’à un juge militaire.

C’est la deuxième fois qu’un Israélien juif est placé en détention administrative depuis le 7 octobre.

Le mois dernier, Ariel Danino, résident de Kumi Ori, a été placé en détention administrative, soupçonné lui aussi de constituer une menace pour la sécurité de l’État ou de la population.

Le recours que Danino a introduit auprès de la Cour suprême contre sa détention administrative a été rejeté mardi.

Les violences des habitants des implantations contre les Palestiniens se sont multipliées depuis les atrocités commises par le Hamas le 7 octobre.

Mardi, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies avait recensé 244 incidents depuis le 7 octobre, au cours desquels des habitants des implantations avaient attaqué des Palestiniens ou vandalisé leurs biens.

Tsahal dit avoir touché des terroristes qui tirait des missiles antichars sur le nord

L’armée israélienne affirme avoir attaqué une cellule terroriste au Liban qui lançait des missiles antichars de l’autre côté de la frontière.

L’armée confirme également que plusieurs projectiles ont été lancés sur un poste de Tsahal dans la région de Misgav Am, à la frontière.

L’armée affirme qu’il n’y a pas de victimes et que l’artillerie de Tsahal bombarde les zones d’où provenaient les tirs.

Tsahal a publié une vidéo de son attaque contre la cellule terroriste.

Enterrement séparé d’une victime du Hamas: le rabbinat va baisser la barrière du cimetière

Alina Plahti. (Autorisation)
Alina Plahti. (Autorisation)

La barrière qui sépare les tombes du cimetière de Beit Shean sera baissée et recouverte de végétation suite au tollé provoqué par l’enterrement séparé d’une victime du Hamas que le Grand Rabbinat ne considère pas comme juive, a affirmé le représentant municipal du Rabbinat.

L’annonce faite par Avi Pahima, chef du conseil religieux de Beit Shean, a été faite après l’enterrement d’Alina Plahti, le 30 octobre, dans une enceinte séparée du nouveau cimetière de la ville.

Alina Plahti, qui avait 23 ans lorsqu’elle a été assassinée par des terroristes du Hamas à la rave Supernova, près de la frontière avec Gaza, a été enterrée dans une section séparée du cimetière, réservée aux personnes qui ne sont pas considérées comme juives selon l’interprétation orthodoxe de la halakha, la loi religieuse juive.

Sa famille a exprimé le souhait qu’elle soit enterrée dans la section centrale.

« Suite au tollé, j’ai réfléchi à une solution humaine et juste, qui ne compromettrait pas la halakha mais répondrait à la douleur de la famille », a déclaré le représentant administratif du Grand Rabbinat à Beit Shean au Times of Israel.

La mère de Plahti, Olga, qui a fait part lundi à une commission de la Knesset de sa douleur et de sa frustration face à la décision d’enterrer sa fille séparément, déclare aujourd’hui à Ynet que l’abaissement de la clôture « est une étape importante. Je me sentirai mieux de savoir qu’Alina est proche de tous les autres et non pas séparée derrière une haute clôture ».

Lors de la réunion de la commission de l’immigration en Israël, de l’absorption et des affaires de la diaspora qui s’est tenue lundi, son président, le député Oded Forer, faisait partie des législateurs qui se sont excusés et ont condamné la façon dont Plahti a été enterrée.

Les autorités et les interprètes halakhiques ont formulé différents édits sur l’enterrement mixte de Juifs et de non-Juifs, qui vont du rejet absolu de cette possibilité à l’autorisation de le faire si cela contribue à maintenir un climat de paix.

Tsahal: des photos d’otages après leur capture trouvées sur un ordinateur à Shifa

L’armée israélienne révèle à un journaliste de la BBC, le premier journaliste étranger admis à l’hôpital Shifa de Gaza, que parmi les objets découverts par les troupes se trouvait un ordinateur portable contenant des photos et des vidéos d’otages, prises après leur enlèvement à Gaza.

Le journaliste apprend également, sans que cela lui soit montré, que l’ordinateur portable contient également des séquences récemment diffusées, partagées par la police israélienne, de leurs interrogatoires de terroristes du Hamas arrêtés après l’assaut du 7 octobre.

Selon le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, cela suggère que le Hamas était à l’hôpital « au cours des derniers jours ».

« En fin de compte, ce n’est que la partie émergée de l’iceberg », ajoute-t-il. « Le Hamas n’est pas ici parce qu’il a vu que nous allions arriver. C’est probablement ce qu’ils ont été forcés de laisser derrière eux. Nous pensons qu’il y a beaucoup plus. »

Les EAU mettent en place trois usines de dessalement d’eau potable à Gaza

Des pièces pour une usine de dessalement qui sera mise en place dans la bande de Gaza sont chargées sur des camions aux Émirats, le 16 novembre 2023 (Crédit : WAM)
Des pièces pour une usine de dessalement qui sera mise en place dans la bande de Gaza sont chargées sur des camions aux Émirats, le 16 novembre 2023 (Crédit : WAM)

Les Émirats arabes unis vont mettre en place trois usines de dessalement de l’eau dans la bande de Gaza, indique l’agence de presse publique émiratie WAM.

Les usines seront installées dans le sud de la bande de Gaza.

« La capacité de production de chaque usine est de 750 000 litres par jour, soit un total de 2 275 000 litres, profitant ainsi à 300 000 personnes par jour », précise l’agence de presse WAM.

L’agence n’a pas précisé combien de temps il faudrait pour que les usines soient opérationnelles.

Troisième jour de marche des familles d’otages vers Jérusalem

Les familles des otages détenus par des groupes terroristes à Gaza, ainsi que des centaines de sympathisants, marchent vers Jérusalem le 16 novembre 2023 (Crédit : Gilad Pirset)
Les familles des otages détenus par des groupes terroristes à Gaza, ainsi que des centaines de sympathisants, marchent vers Jérusalem le 16 novembre 2023 (Crédit : Gilad Pirset)

Les membres des familles des personnes disparues et retenues en otage à Gaza marchent aux côtés de centaines d’Israéliens au troisième jour de leur marche de Tel Aviv vers le bureau du Premier ministre à Jérusalem, qu’ils prévoient d’atteindre samedi après-midi.

Jeudi, ils se rendront à la shiva de la famille Marciano à Modiin, qui pleure la perte de sa fille Noa Marciano, la soldate morte en captivité aux mains du Hamas.

Les représentants de la famille ont demandé aux membres du cabinet de guerre du gouvernement de se joindre à eux sur la route.

« Nous avons marché 37 kilomètres et le cabinet de guerre n’a même pas décroché le téléphone pour fixer une heure de rendez-vous », a regretté Merav Leshem Ronen, mère de Romi Gonen, otage du Hamas.

« Nous leur avons demandé de nous rencontrer », a déclaré Leshem Ronen. « Si nous pouvons marcher jusqu’à eux, ils peuvent monter dans des voitures et venir nous parler. Nous savons qu’ils participent activement aux négociations. Venez nous parler ! »

Trois missiles antichars tirés sur une communauté israélienne à la frontière libanaise

Les médias libanais rapportent que trois missiles antichars ont été tirés de l’autre côté de la frontière sur la communauté israélienne de Misgav Am.

Tsahal n’a pas communiqué sur cette attaque.

Ces informations interviennent après qu’Israël a déclaré que des avions de guerre avaient frappé un certain nombre de cibles du Hezbollah dans le sud du Liban plus tôt dans la journée.

Le cabinet de guerre se réunira ce soir

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu regardant les affiches des otages de Gaza, le 14 novembre 2023. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu regardant les affiches des otages de Gaza, le 14 novembre 2023. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

Le cabinet de guerre doit se réunir à 20 h 30.

Selon les médias israéliens, cette décision intervient alors que les efforts pour parvenir à un accord sur la libération des otages détenus par le Hamas et d’autres groupes terroristes à Gaza auraient progressé.

Tsahal annonce la mort d’un officier à Gaza ; le bilan de l’opération terrestre grimpe à 51

Le capitaine Shlomo Ben Nun, 22 ans, tué lors de combats dans la bande de Gaza le 16 novembre 2023. (Crédit : armée israélienne)
Le capitaine Shlomo Ben Nun, 22 ans, tué lors de combats dans la bande de Gaza le 16 novembre 2023. (Crédit : armée israélienne)

Tsahal annonce la mort d’un autre soldat dans les combats de Gaza, ce qui porte à 51 le nombre de morts dans l’offensive terrestre dans la bande de Gaza.

L’armée indique que le capitaine Shlomo Ben Nun, 22 ans, originaire de Modiin, a été tué dans les combats qui se sont déroulés cette nuit dans le nord de Gaza.

Ben Nun était commandant adjoint d’une compagnie du 202e bataillon de la brigade parachutiste. En outre, un réserviste du 75e bataillon de la 7e brigade et un réserviste du 9215e bataillon de la 205e brigade ont été grièvement blessés lors des combats dans le nord de la bande de Gaza.

Les combattants ont été évacués pour recevoir un traitement médical dans un hôpital et leurs familles ont été informées, indique l’armée.

Des avions de combat israéliens frappent des cibles du Hezbollah dans le sud du Liban

Des avions de combat israéliens frappent plusieurs cibles du Hezbollah au Liban, selon Tsahal.

Ces cibles comprennent plusieurs postes utilisés par les terroristes du Hezbollah.

Tsahal déclare également avoir attaqué un agent du Hezbollah qui opérait le long de la frontière, en face de la ville israélienne de Shlomi.

L’armée israélienne publie des images des frappes.

Le droit international n’est pas « un pacte suicidaire », fait valoir Israël à l’ONU

Meirav Eilon Shahar, ambassadrice d'Israël auprès des Nations unies et des organisations internationales à Genève. (Crédit : Mission d'Israël auprès des Nations unies et des organisations internationales à Genève)
Meirav Eilon Shahar, ambassadrice d'Israël auprès des Nations unies et des organisations internationales à Genève. (Crédit : Mission d'Israël auprès des Nations unies et des organisations internationales à Genève)

Israël dénonce vivement les critiques de l’ONU sur les violations présumées lors de la guerre qui l’oppose au Hamas, soulignant que le droit international n’était pas un « pacte suicidaire ».

Si un Etat ne peut se défendre « ou s’il est critiqué pour le faire conformément au droit international, alors des organisations terroristes vont inévitablement s’enhardir de plus en plus et continuer à utiliser leurs méthodes, sûres de bénéficier d’un soutien international constant », a déclaré Meirav Eilon Shaha, l’ambassadrice israélienne à l’ONU à Genève après une intervention du Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme.

L’armée israélienne dit avoir pris le « contrôle opérationnel » du port de Gaza

Tsahal annonce que les forces du commando naval Shayetet 13, appuyées par des chars et des ingénieurs de combat, ont pris le contrôle de la zone principale du port de Gaza, aux mains du Hamas.

L’armée précise que les forces ont découvert et détruit une dizaine de puits de tunnel et pris le contrôle de quatre bâtiments utilisés par le Hamas pour abriter son infrastructure.

« Les forces ont éliminé 10 terroristes et nettoyé tous les bâtiments dans la zone des docks », indique Tsahal.

Après la fusillade en Cisjordanie, Ben Gvir appelle à traiter l’AP comme le Hamas à Gaza

Le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir visitant le sud de Tel Aviv, le 3 septembre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir visitant le sud de Tel Aviv, le 3 septembre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, a déclaré que l’Autorité palestinienne et le Hamas en Cisjordanie devraient être traités de la même manière que le Hamas à Gaza, suite à l’attaque terroriste de ce matin à un point de contrôle au sud de Jérusalem.

« Nous devons nous occuper du Hamas en Cisjordanie et de l’Autorité palestinienne qui a des positions similaires à celles du Hamas et dont les dirigeants se sont identifiés au massacre perpétré par le Hamas, exactement comme nous nous occupons de Gaza », a déclaré Ben Gvir, appelant ainsi essentiellement à l’élimination de l’Autorité palestinienne.

Israël-Hamas : l’ONU veut une enquête internationale sur allégations de violations du droit humanitaire

Le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Volker Turk, s'exprime lors d'une conférence de presse au Caire, le 8 novembre 2023. (Crédit : Khaled DESOUKI / AFP)
Le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Volker Turk, s'exprime lors d'une conférence de presse au Caire, le 8 novembre 2023. (Crédit : Khaled DESOUKI / AFP)

Le Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme a fait état jeudi d' »allégations extrêmement graves » de violations du droit international dans la guerre entre Israël et le Hamas et demandé une enquête internationale.

« Les allégations extrêmement graves de violations multiples et sérieuses du droit international humanitaire, quels que soient leurs auteurs, exigent une enquête rigoureuse et l’établissement des responsabilités », a déclaré Volker Türk, lors d’un briefing des pays membres sur son récent voyage au Proche-Orient, ajoutant qu' »une enquête internationale est nécessaire ».

Oded Revivi : le poste de contrôle où a eu lieu la fusillade est un piège mortel 

Des officiers israéliens sécurisant la scène après une attaque par des terroristes armés à un point de contrôle gardant l'accès aux tunnels routiers reliant la Cisjordanie et Jérusalem, le 16 novembre 2023. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
Des officiers israéliens sécurisant la scène après une attaque par des terroristes armés à un point de contrôle gardant l'accès aux tunnels routiers reliant la Cisjordanie et Jérusalem, le 16 novembre 2023. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Oded Revivi, chef du conseil local d’Efrat, déclare que le poste de contrôle entre le sud de Jérusalem et la région de Gush Etzion en Cisjordanie, où a eu lieu l’attaque terroriste de ce matin, est devenu « un piège mortel » en raison du goulot d’étranglement qu’il provoque dans la circulation.

De nombreux habitants d’Efrat se rendent chaque jour à Jérusalem par ce point de contrôle pour y travailler.

« Nous avertissons que le poste de contrôle est devenu un piège mortel en raison du goulot d’étranglement qu’il provoque et qui met en danger les résidents qui font la queue sur toute la longueur de la route pendant trop longtemps, et de l’encombrement [des véhicules sur la route] qui n’offre aucune solution en cas d’événement tragique », a déclaré Revivi à la suite de l’attentat.

« La nécessité opérationnelle des contrôles est évidente. Cependant, la création d’un embouteillage aussi important, qui résulte d’un manque de gardes, d’un manque de stations d’inspection et d’autres problèmes, met en danger des vies et crée des cibles faciles pour les terroristes.

« Il est effrayant de penser à ce qui se passerait si des terroristes ouvraient le feu sur un groupe de voitures dans l’embouteillage, et à l’incapacité physique des véhicules des services d’urgence de les atteindre. Il faut trouver une solution immédiate pour sauver des vies ».

Gantz parle à Trudeau après son appel lancé à Israël de « ne plus tuer des bébés à Gaza »

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau s'exprime devant les responsables lors de l'ASEAN-Indo-Pacific Forum (AIPF) en marge du sommet de l' Association of the Southeast Asian Nations (ASEAN) Summit à Jakarta, en Indonésie, le 6 septembre 2023. (Crédit : Adek Berry/Pool Photo via AP)
Le Premier ministre canadien Justin Trudeau s'exprime devant les responsables lors de l'ASEAN-Indo-Pacific Forum (AIPF) en marge du sommet de l' Association of the Southeast Asian Nations (ASEAN) Summit à Jakarta, en Indonésie, le 6 septembre 2023. (Crédit : Adek Berry/Pool Photo via AP)

Le ministre du cabinet de guerre Benny Gantz a expliqué au Premier ministre canadien Justin Trudeau que le Hamas continuait à utiliser la population de Gaza comme autant de boucliers humains pendant la campagne militaire que mène actuellement Israël contre le groupe terroriste, lors d’un échange entre les deux hommes qui a eu lieu hier dans la soirée.

Dans un entretien téléphonique qui visait à informer le Premier ministre canadien de l’évolution de la guerre menée par Tsahal à Gaza, Gantz a aussi insisté sur le fait que la guerre était cruciale pour garantir la sécurité d’Israël.

Une conversation qui a suivi de dures critiques de Trudeau qui s’est insurgé face au nombre de civils palestiniens qui ont perdu la vie pendant l’opération israélienne. Le leader canadien avait appelé, mardi, Israël à cesser de tuer « ces femmes, ces enfants, ces bébés » dans la bande de Gaza.

Selon le bureau de Gantz, ce dernier a souligné que le groupe terroriste à la tête de Gaza utilisait les Palestiniens comme boucliers humains et il a aussi mis l’accent sur les efforts livrés par Israël pour « changer la réalité sur le terrain, dans la région ».

Il a aussi insisté sur l’importance de l’opération militaire qui, selon lui, est nécessaire pour garantir à la fois la sécurité des civils israéliens et la stabilité régionale « contre un ennemi qui a massacré des femmes, des personnes âgées, des enfants avec cruauté ; contre un ennemi qui retient des nouveau-nés en otage tout en empêchant les Gazaouis d’évacuer vers des zones sûres où des aides humanitaires et des soins médicaux sont mis à leur disposition ».

Selon le bureau de Gantz, Trudeau, de son côté, a évoqué « des années de soutien à Israël et à son droit à l’auto-défense » et la nécessité de ramener les otages.

Trudeau a estimé que la livraison d’aides humanitaires aux résidents de Gaza était déterminante pour préserver la possibilité d’un avenir meilleur dans la région toute entière.

Gantz et Trudeau et ont aussi discuté de la recrudescence de l’antisémitisme dans le monde et de leur « obligation conjointe » de combattre le phénomène.

Une ex-ministre du Likud fustige Netanyahu dans un échange privé

La ministre de la Diplomatie publique, Galit Distel Atbaryan, à la Knesset, à Jérusalem, le 16 août 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
La ministre de la Diplomatie publique, Galit Distel Atbaryan, à la Knesset, à Jérusalem, le 16 août 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

L’ex-ministre de la Diplomatie publique, Galit Distel Atbaryan, a critiqué avec violence le Premier ministre Benjamin Netanyahu, disant qu’elle nourrissait une forte colère à son encontre et que les jours de son gouvernement étaient comptés.

Distel Atbaryan a tenu ces propos dans un échange, sur WhatsApp, avec un activiste appartenant au mouvement qui s’oppose au gouvernement – un échange qui a été ultérieurement publié sur les réseaux sociaux.

« Je suis très en colère à l’encontre de Netanyahu, c’est une fureur qui me brûle de l’intérieur », écrit-t-elle dans un message. « Les jours de ce gouvernement sont comptés, c’est totalement évident ».

Distel Atbaryan, une députée provocatrice qui était considérée comme étant farouchement loyale à l’égard de Netanyahu, avait démissionné de son ministère cinq jours après le début de la guerre déclenchée par l’attaque meurtrière perpétrée, le 7 octobre, dans le sud d’Israël par le Hamas, un assaut qui avait fait 1200 morts côté israélien – des civils en majorité. Ce jour-là, 240 personnes avaient été enlevées par le groupe terroriste et elles sont dorénavant retenues en captivité dans la bande de Gaza.

Elle avait indiqué avoir démissionné parce que le gouvernement avait marginalisé son ministère.

La politicienne du Likud avait été âprement critiquée depuis son entrée au gouvernement – notamment parce qu’elle avait utilisé sa fonction pour faire la promotion du plan de refonte radicale du système judiciaire israélien, un projet très controversé, et qu’elle avait eu des paroles incendiaires à plusieurs reprises. Elle avait aussi été mise en cause pour son inefficacité lorsqu’Israël avait connu la pire attaque sur son territoire à s’être produite depuis des décennies, le 7 octobre.

Toutefois, dans sa conversation avec l’activiste, Distel Atbaryan déclare qu’elle a démissionné pour exprimer son mécontentement contre la politique sécuritaire de Netanyahu qui a permis, dit-elle, au Hamas de se développer aux côtés du groupe terroriste du Hezbollah, au Liban.

« Vous n’imaginez pas combien Netanyahu m’a brisée, et je ne dirai rien pour le moment. A la minute où cette guerre se terminera, je dirai tout mais pour le moment, la période actuelle nous impose la retenue », note-t-elle dans un message. « Cela fait plusieurs mois que je garde pour moi toute la colère que j’éprouve à l’encontre de Netanyahu. La fureur face aux monstres qui ont pu se développer à leur aise au sud et au nord sous ses différents gouvernements, c’est ça qui m’a poussé à bout et qui m’a amenée à présenter ma démission. »

« Jusqu’à ce Shabbat noir, j’étais sûre qu’il était Monsieur Sécurité. Netanyahu est une grande personnalité, une personnalité complexe ; il n’est pas le diable que vous décrivez mais il s’avère qu’il n’est pas non plus l’ange que je croyais qu’il était. Avec tous ses défauts, il est le seul actuellement à pouvoir supporter cette pression folle sans s’effondrer et il a des capacités, à l’international, que personne d’autre n’a au sein de l’arène politique, et c’est quelque chose de déterminant maintenant », continue-t-elle dans l’échange.

3 terroristes ont ouvert le feu lors de l’attaque au poste de contrôle

La scène d'un attentat au poste de contrôle de la Cisjordanie au sud de Jérusalem le 16 novembre 2023. (Crédit : police israélienne)
La scène d'un attentat au poste de contrôle de la Cisjordanie au sud de Jérusalem le 16 novembre 2023. (Crédit : police israélienne)

La police affirme que l’attaque du poste de contrôle de Cisjordanie au sud de Jérusalem a été menée par une cellule de trois hommes armés qui sont arrivés en voiture et ont ouvert le feu.

La police affirme que les trois hommes ont été tués par les forces israéliennes sur les lieux de l’attaque.

Un grand nombre de policiers, de membres de la police des frontières et de soldats de Tsahal quadrillent la zone, a indiqué la police, et des démineurs opérent également sur les lieux.

La route qui relie Jérusalem aux implantations du sud de la Cisjordanie est fermée.

Le Magen David Adom rapporte que quatre personnes blessées sur les lieux ont été transportées à l’hôpital.

La scène d’un attentat au poste de contrôle de la Cisjordanie au sud de Jérusalem le 16 novembre 2023. (Crédit : MDA)

Il s’agit d’un homme d’une vingtaine d’années dans un état critique, de deux personnes – une jeune femme d’une vingtaine d’années et un homme de 32 ans – dans un état modéré, et d’un jeune homme légèrement blessé.

Tous les quatre ont été blessés par balle.

En outre, trois personnes présentes sur les lieux sont en état de choc et ont été prises en charge par MDA.

Fusillade terroriste à Jérusalem: 4 blessés, dont 1 grièvement ; le terroriste neutralisé

Au moins quatre personnes ont été blessées dans une attaque terroriste au point de contrôle de la « route des tunnels » au sud de Jérusalem, selon la police et les médecins.

Le service de secours Magen David Adom indique que les secouristes soignent les blessés, dont l’un est dans un état critique. Les quatre autres sont conscients.

MDA a d’abord fait état de 5 blessés, mais a ensuite indiqué que 4 d’entre eux avaient été blessés par des tirs d’armes à feu.

La police indique que le terroriste a été neutralisé.

Tsahal trouve et détruit des armes des forces navales du Hamas

De l'équipement appartenant aux forces navales du Hamas, saisi par Tsahal dans le camp al-Shati à Gaza City, le 16 novembre 2023. (Crédit : armée israélienne)
De l'équipement appartenant aux forces navales du Hamas, saisi par Tsahal dans le camp al-Shati à Gaza City, le 16 novembre 2023. (Crédit : armée israélienne)

L’armée israélienne annonce que les troupes de l’unité de reconnaissance de la brigade Nahal ont trouvé et détruit des armes et des équipements appartenant aux forces navales du Hamas dans le camp al-Shati de la ville de Gaza.

La cache d’armes comprenait du matériel de plongée, des armes à feu et des engins explosifs.

Tsahal indique que l’unité des parachutistes a également localisé d’autres armes et explosifs dans le nord de la bande de Gaza au cours de la nuit, à la suite d’un échange de coups de feu avec des agents du Hamas.

Les forces ont trouvé des gilets suicide, d’autres engins explosifs, des lance-grenades, des missiles antichars et des documents de renseignement.

Un avion israélien bombarde la maison de Gaza d’Ismail Haniyeh, chef du Hamas en exil en Qatar

Un avion de chasse israélien a bombardé la maison du chef du Hamas, Ismail Haniyeh, qui vit au Qatar, dans la bande de Gaza cette nuit.

L’armée israélienne explique que la maison était « utilisée comme infrastructure terroriste et, entre autres, comme lieu de rencontre pour les hauts responsables de l’organisation ».

L’armée diffuse des images montrant la frappe aérienne.

Le Hamas avait déjà affirmé que les forces israéliennes avaient frappé deux maisons appartenant à Haniyeh et à sa famille, mais il s’agit de la première frappe confirmée par l’armée.

Allemagne: vaste opération de police contre une association pro-Hezbollah

Des perquisitions visant une association islamiste soupçonnée de soutenir le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah ont été menées dans sept régions d’Allemagne, a annoncé jeudi le ministère de l’Intérieur.

« A une époque où de nombreux Juifs se sentent particulièrement menacés », « nous ne tolérons généralement pas la propagande islamiste ni les incitations antisémites et hostiles à Israël », a déclaré dans un communiqué la ministre de l’Intérieur Nancy Faeser à propos d’une opération de police visant le « Centre islamique de Hambourg » et cinq autres organisations soupçonnées de lui être rattachées.

Linda Thomas-Greenfield: Washington « ne pouvait pas voter oui » à la résolution du Conseil de sécurité

Expliquant la décision des États-Unis de s’abstenir lors du vote au Conseil de sécurité de l’ONU d’une résolution appelant à une pause humanitaire à Gaza et à la libération immédiate des otages, l’ambassadrice américaine auprès de l’ONU, Linda Thomas-Greenfield, a déclaré que l’administration Biden soutenait essentiellement ce qui figurait dans le projet, mais qu’elle ne pouvait pas le soutenir activement en raison de ce qui n’y était pas mentionné.

« En fin de compte, les États-Unis ne pouvaient pas voter en faveur d’un texte qui ne condamnait pas le Hamas ou ne réaffirmait pas le droit de tous les États membres de protéger leurs citoyens contre les attaques terroristes », explique Thomas-Greenfield.

L’envoyée américain reconnaît que la résolution seule ne fera pas de différence sur le terrain. C’est pourquoi l’administration Biden travaille avec les acteurs internationaux pour répondre à la crise, obtenir la libération des otages et éviter que le conflit ne s’étende.

Cela signifie également qu’il faut planifier dès maintenant ce à quoi ressemblera Gaza après la guerre, explique Mme Thomas-Greenfield, qui réitère l’appel des États-Unis en faveur d’une Cisjordanie et d’une bande de Gaza unifiées et gouvernées par l’Autorité palestinienne, sur la voie d’une solution à deux États.

Biden : l’opération à Gaza prendra fin lorsque le Hamas ne sera plus en mesure d’assassiner des Israéliens

Le président américain Joe Biden a déclaré que l’opération israélienne à Gaza, déclenchée par le massacre choquant du 7 octobre dans les communautés du sud d’Israël, « prendra fin lorsque le Hamas n’aura plus la capacité d’assassiner, de maltraiter et de faire des choses horribles aux Israéliens ».

Lors d’une conférence de presse télévisée donnée à l’issue de sa rencontre très attendue avec le président chinois Xi Jinping, M. Biden a déclaré que l’armée israélienne avait « l’obligation de faire preuve de la plus grande prudence possible lorsqu’elle s’attaque à ses cibles. Le Hamas a déclaré qu’il prévoyait d’attaquer à nouveau les Israéliens, ce qui constitue un terrible dilemme. »

L’administration Biden a continué à rejeter les appels au cessez-le-feu, affirmant qu’Israël avait le droit de se défendre contre le Hamas après le massacre du 7 octobre, tout en prônant des pauses humanitaires à court terme et en affirmant qu’elle attendait d’Israël qu’il respecte les règles de la guerre lors des combats à Gaza.

Biden a déclaré qu’Israël prenait des risques en opérant autour de l’hôpital al-Shifa dans la ville de Gaza, mais « une chose a été établie : le Hamas a des quartiers généraux, des armes, du matériel, sous cet hôpital, et – je le soupçonne – d’autres ».

Le président affirme que des responsables américains ont discuté avec les Israéliens, leur demandant d’être « extrêmement prudents » dans les mouvements militaires autour des hôpitaux de l’enclave palestinienne.

Biden a ajouté qu’il avait « un léger espoir » qu’un accord soit conclu pour libérer les quelque 240 otages détenus par le Hamas à Gaza. »Je ne veux pas m’avancer car je ne sais pas ce qui s’est passé au cours des quatre dernières heures, mais nous avons bénéficié d’une grande coopération de la part des Qataris », a-t-il déclaré lorsqu’on l’a interrogé sur les progrès réalisés en vue de la libération des otages pris le 7 octobre, lorsque les terroristes du Hamas ont également tué 1 200 personnes, dont une majorité de civils.

Le Qatar a mené des efforts de médiation pour la libération des otages.

Tsahal annonce la mort de deux soldats tombés à Gaza, soit 50 au total

Le soldat Asaf Master, 22 ans, à gauche, et le soldat Kfir Itzhak Franco, 22 ans, qui ont été tués en combattant les terroristes du Hamas dans la bande de Gaza le 15 novembre 2023. (Crédit : armée israélienne)
Le soldat Asaf Master, 22 ans, à gauche, et le soldat Kfir Itzhak Franco, 22 ans, qui ont été tués en combattant les terroristes du Hamas dans la bande de Gaza le 15 novembre 2023. (Crédit : armée israélienne)

L’armée israélienne annonce que deux soldats ont été tués au combat mercredi dans le nord de la bande de Gaza, ce qui porte à 50 le nombre de morts dans l’offensive terrestre contre le Hamas.

Il s’agit de :

Le Capitaine Asaf Master, 22 ans, du Kibboutz Bahan dans le centre d’Israël, commandant de peloton dans le 601e bataillon de la 401e brigade (qui fait partie du corps de génie de combat).

Le Capitaine Kfir Itzhak Franco, 22 ans, de Jérusalem, commandant de section dans le 52e bataillon de la 401e brigade.

En outre, Tsahal indique qu’un officier de réserve de la Brigade du Néguev a été gravement blessé au cours des combats à Gaza hier, et qu’un militaire de réserve de la Division de Gaza a été gravement blessé au cours d’une activité opérationnelle dans la zone frontalière de Gaza.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.