Israël en guerre - Jour 230

Rechercher

Accord sur les otages : Israël devra prendre des « décisions difficiles », dit Gallant

Une cinquantaine d'enfants, de mères et de femmes pourraient être libérés par le Hamas au cours des 4 à 5 prochains jours * Bilan des opérations terrestres de Tsahal : 68 soldats tués

  • Le sergent-chef Ilya Senkin (à gauche) et le soldat Arnon Moshe Avraham Benvenisti Vaspi, qui ont été tués en combattant les terroristes du Hamas dans la bande de Gaza le 20 novembre 2023. (Crédit : Tsahal)
    Le sergent-chef Ilya Senkin (à gauche) et le soldat Arnon Moshe Avraham Benvenisti Vaspi, qui ont été tués en combattant les terroristes du Hamas dans la bande de Gaza le 20 novembre 2023. (Crédit : Tsahal)
  • Le chef du Hamas, Ismail Haniyeh, lors d'un discours télévisé dans lequel il a appelé à une "solution politique" au conflit en cours avec Israël, le 1er novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de la chaîne Telegram du Hamas)
    Le chef du Hamas, Ismail Haniyeh, lors d'un discours télévisé dans lequel il a appelé à une "solution politique" au conflit en cours avec Israël, le 1er novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de la chaîne Telegram du Hamas)
  • Les soldats israéliens dans la bande de Gaza, le 20 novembre 2023. (Crédit : GIL COHEN-MAGEN / AFP)
    Les soldats israéliens dans la bande de Gaza, le 20 novembre 2023. (Crédit : GIL COHEN-MAGEN / AFP)
  • Les soldats israéliens dans la bande de Gaza, le 21 novembre 2023. (Crédit : armée israélienne)
    Les soldats israéliens dans la bande de Gaza, le 21 novembre 2023. (Crédit : armée israélienne)

Des alarmes dans les kibboutzim du nord ; Tsahal assure que l’alerte est terminée

Le commandement du Front intérieur de Tsahal a affirmé que deux infiltrations présumées de drones à Hanita et Rosh Hanikra « avaient pris fin », après que des sirènes d’avertissement ont été activées dans les deux kibboutzim le long de la frontière libanaise.

L’armée n’a pas donné plus de détails sur ces infiltrations présumées de drones.

L’ancien maire de Johannesburg publie des photos tenant un fusil, faisant l’éloge du Hamas

Une capture d'écran du 21 novembre 2023 montrant des images publiées par un ancien maire de Johannesburg, Thapelo Amad, avec un fusil, et une légende faisant l'éloge du groupe terroriste du Hamas. (Capture d'écran, utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Une capture d'écran du 21 novembre 2023 montrant des images publiées par un ancien maire de Johannesburg, Thapelo Amad, avec un fusil, et une légende faisant l'éloge du groupe terroriste du Hamas. (Capture d'écran, utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Un ancien maire de Johannesburg, en Afrique du Sud, a publié en ligne une photo de lui tenant un fusil d’assaut accompagnée des mots « nous sommes aux côtés du Hamas », avant de la retirer rapidement du site.

Le message de Thapelo Amad, supprimé depuis, disait : « Nous sommes aux côtés du Hamas, le Hamas est à nos côtés, ensemble nous sommes Palestin [sic], et la Palestin [sic] sera libre. Avec notre âme et notre sang, nous conquerrons Al AQSA », montrent des captures d’écran.

Al-Aqsa est le nom d’une mosquée située sur le Mont du Temple à Jérusalem. C’est le troisième lieu saint de l’Islam.

Amad, dont le bref mandat de maire n’a duré que trois semaines au printemps, a supprimé son post suite à l’intérêt des médias pour le message belliqueux.

Amad n’a pas répondu à une question du Times of Israel lui demandant pourquoi il avait supprimé son message.

Lior Haiat, porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, a déclaré au Times of Israel : « Il s’agit d’une démonstration ignoble de soutien à une organisation terroriste. Cela me donne mal au ventre. C’est du pur antisémitisme de la pire espèce. »

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a récemment accusé Israël de perpétrer un « génocide ».

Musk : X fera don des revenus des publicités « associées » à la guerre à Gaza aux hôpitaux israéliens et à la Croix-Rouge

Elon Musk, le PDG critiqué de X (anciennement Twitter), a affirmé que sa société « fera don de tous les revenus de la publicité et des abonnements associés à la guerre à Gaza aux hôpitaux en Israël et à la Croix-Rouge/Croissant-Rouge à Gaza ».

En réponse à la question d’un utilisateur sur la manière dont X garantira que l’argent n’atteindra pas le groupe terroriste palestinien du Hamas, il a répondu : « Nous suivrons la manière dont les fonds sont dépensés et passeront par la Croix-Rouge/le Croissant-Rouge. De meilleures idées sont les bienvenues. Nous devons nous soucier des innocents, indépendamment de leur race, de leurs croyances, de leur religion ou de toute autre chose. »

Cette publication intervient alors que les annonceurs fuient le site, inquiets de voir leurs publicités apparaître à côté de contenus pro-nazis – et de discours de haine sur le site en général – tandis que le propriétaire milliardaire Musk a attisé les tensions avec ses propres messages approuvant une théorie du complot antisémite.

IBM, NBCUniversal et sa société mère Comcast ont déclaré la semaine dernière qu’ils avaient arrêté de faire de la publicité sur X après qu’un article de Media Matters ait indiqué que leurs publicités apparaissaient à côté de matériel faisant l’éloge des nazis. Il s’agit là d’un nouveau revers, alors que la plateforme tente de reconquérir les grandes marques et leurs fonds publicitaires, principale source de revenus de X.

X a intenté une action en justice contre Media Matters.

Les annonceurs se montrent réticents à l’égard de X depuis le rachat de Musk il y a plus d’un an.

Musk a également suscité un tollé ce mois-ci avec ses propres messages répondant à un utilisateur qui accusait les Juifs de haïr les Blancs. « Vous avez dit la vraie vérité », avait tweeté Musk dans une réponse mercredi dernier.

Musk a été accusé de tolérer les messages antisémites sur la plateforme, et le contenu de X a fait l’objet d’une surveillance accrue depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas le 7 octobre, lorsque le groupe terroriste a mené une attaque dévastatrice qui a tué plus de 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et pris quelque 240 otages.

Les premiers otages pourraient être libérés dès jeudi – Douzième chaine

Ce soir, les ministres présents à la réunion du Conseil des ministres consacrée à l’accord sur les otages ont été informés qu’un premier groupe d’otages pourrait être libéré dès ce jeudi, a indiqué la Douzième chaine.

Selon certains détails de l’accord en question, une cinquantaine d’otages israéliens – femmes et enfants – seront libérés en échange de 4 à 5 jours de cessez-le-feu, de la libération de 150 à 300 prisonniers palestiniens – femmes et mineurs – et de l’entrée de carburant et d’autres vivres à Gaza.

La libération devrait se faire par étapes, à raison d’une douzaine d’otages libérés par jour.

Le Conseil des ministres, qui se réunit actuellement pour examiner l’accord, devrait donner son feu vert.

Si, comme prévu, l’accord est approuvé par l’ensemble du Conseil des ministres ce soir, Israël publiera la liste des prisonniers palestiniens qui seront libérés, a déclaré une source gouvernementale.

Conformément à la loi, la population disposera de 24 heures pour former un recours contre la libération de tel ou tel prisonnier.

Merav Michaeli déclare que son parti soutient le projet d’accord sur les otages

La chef du Parti travailliste, la députée Merav Michaeli, a déclaré que sa faction d’opposition soutenait l’accord sur les otages en cours de discussion au sein du cabinet israélien.

Elle a dit que l’opposition d’extrême droite d’Otzma Yehudit et d’HaTzionut HaDatit à l’accord « révélait l’arnaque de longue date de [ces partis] » visant à créer un État juif théologique.

Le processus de libération des otages comprendra 5 étapes – Douzième chaine

La Douzième chaîne a rapporté que le bureau du Premier ministre avait élaboré un processus défini par lequel les otages seraient libérés et transférés en Israël, dans le cadre de l’accord sur les otages en cours de discussion au sein du cabinet.

Premièrement, le Hamas devrait remettre les otages à la Croix-Rouge, après quoi ils seront transférés aux représentants de Tsahal. Les otages subiront ensuite un premier examen médical par les autorités, puis seront emmenés dans l’un des cinq centres médicaux isolés d’Israël pour rencontrer leurs proches.

Dans une quatrième étape, les autorités médicales et de défense détermineront ensemble si au moins certains des otages peuvent être débriefés.

Dans la dernière étape du mécanisme, les otages subiront en effet un débriefing avec les responsables de la sécurité.

Netanyahu : La guerre continuera jusqu’à ce que tous les objectifs soient atteints

Netanyahu a affirmé que la guerre contre le Hamas à Gaza se poursuivra jusqu’à ce que tous les objectifs d’Israël soient atteints, à savoir éliminer le groupe terroriste qui dirige Gaza, obtenir la libération de tous les otages et garantir qu’il n’y ait plus aucune menace en provenance de Gaza pour la sécurité d’Israël.

Le Premier ministre s’est exprimé ce soir avant une réunion du cabinet pour discuter d’un accord qui prévoit le retour d’au moins 50 otages – des enfants, des mères et des femmes – en échange d’un cessez-le-feu de 4 à 5 jours et de la libération de 150 à 300 prisonniers palestiniens.

« Nous sommes en guerre, et la guerre continuera jusqu’à ce que tous nos objectifs soient atteints », a-t-il dit.

Le retour des otages est une « priorité sacrée et j’y suis attaché », a-t-il ajouté.

« Nous avons devant nous une décision difficile à prendre, mais c’est la bonne », a-t-il ajouté. « Nous ne nous reposerons pas tant que tout le monde ne sera pas revenu. La guerre comporte des étapes et le retour des otages comportera des étapes. »

Le ministre de la Défense Gallant a déclaré que les ministres devront peser « des décisions importantes » au cours des « prochaines heures et jours ».

Gallant a affirmé que l’offensive terrestre d’Israël à Gaza était un facteur clé pour « intensifier la pression » sur le Hamas afin qu’il négocie et libère certains des 240 otages enlevés en Israël le 7 octobre.

« Sans la pression continue [sur le Hamas], il n’y aura aucune chance » d’obtenir la libération des prochains groupes d’otages, a-t-il dit, promettant qu’une fois le cessez-le-feu de 4 à 5 jours terminé, les opérations israéliennes à Gaza se poursuivront de « pleine force ».

Benny Gantz, ministre du cabinet de guerre, a déclaré que l’accord sur les otages proposé « constitue la base pour poursuivre les efforts opérationnels nécessaires [à Gaza], y compris dans le sud et éventuellement dans d’autres zones ».

« Je dirai honnêtement que cet [accord d’otages] est une ébauche difficile, douloureuse, mais elle est également juste », a déclaré Gantz.

Israël frappe des cibles du Hezbollah au Liban en réponse à des attaques répétées

L’armée israélienne a publié des images de ses dernières frappes contre des cibles du Hezbollah dans le sud du Liban, en réponse à des attaques répétées de roquettes, de missiles et de drones contre le nord d’Israël.

Elle a indiqué que les sites comprennaient un centre de commandement et d’autres infrastructures appartenant au groupe terroriste soutenu par l’Iran.

Tsahal intercepte son propre drone au-dessus de la Galilée en raison d’un dysfonctionnement

L’armée israélienne affirme avoir intercepté l’un de ses propres aéronefs sans pilote au-dessus de la Basse Galilée, après un dysfonctionnement technique.

« Le lancement [du missile intercepteur] a été effectué de manière contrôlée et il n’y a aucune crainte d’incident de sécurité », a affirmé l’armée israélienne.

L’incident a déclenché des sirènes à Bu’eine Nujeidat, un conseil local à l’ouest de Tibériade.

Netanyahu veut que l’accord sur les otages inclue l’accès de la Croix-Rouge aux autres otages

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a clairement indiqué ce soir lors des discussions du cabinet sur le projet d’accord sur les otages qu’un point de l’accord en préparation devrait être l’accès de la Croix-Rouge aux personnes enlevées qui resteront otages à Gaza, ainsi que la fourniture de médicaments, a indiqué son bureau.

Un député arabe demande la libération de 6 citoyens bédouins de Gaza

Un député du parti arabe islamiste Raam a demandé au gouvernement d’inclure dans l’accord d’otages actuellement discuté six citoyens bédouins qui ont été kidnappés le 7 octobre par le Hamas.

L’accord envisagé concerne actuellement uniquement les enfants, leurs mères et une douzaine de femmes.

L’un de ces six citoyens bédouins est mineur.

Une alarme à la roquette retentit dans un conseil local arabe du nord d’Israël

Une alarme à la roquette a retenti dans le conseil local arabe de Bu’eine Nujeidat, en basse Galilée, à l’ouest de Tibériade.

La cause de l’alarme n’est pas encore claire.

L’accord prévoit la libération de 30 enfants, 8 mères et 12 femmes de Gaza – 12e chaine

La Douzième chaîne a rapporté que l’accord de libération d’otages en cours permettrait la libération de 30 enfants, 8 mères et 12 femmes détenus par le Hamas à Gaza.

Le Hamas a affirmé qu’il ne pouvait pas localiser dans l’immédiat une dizaine d’enfants supplémentaires enlevés en Israël lors des attentats du 7 octobre.

Le Hamas a déclaré détenir 210 des quelque 240 otages enlevés le mois dernier, dont environ 40 enfants. Le Jihad islamique détiendrait la plupart des otages restants.

Israël pense que le Hamas pourrait s’avérer capable de localiser et de libérer jusqu’à 30 femmes et enfants israéliens supplémentaires.

Plus tôt, une source gouvernementale avait déclaré que l’accord sur les otages comprendrait une deuxième étape au cours de laquelle le Hamas agirait pour localiser les femmes et les enfants détenus par d’autres factions terroristes à Gaza avant leur éventuelle libération.

Eli Cohen met en garde le Conseil de sécurité de l’ONU contre une guerre régionale

Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen a prévenu le Conseil de sécurité de l’ONU qu’une guerre régionale plus large était probable si la résolution 1701, qui appelle au désarmement du groupe terroriste du Hezbollah, n’était pas pleinement mise en œuvre.

« Pour le bien de la stabilité régionale et pour éviter une nouvelle escalade, la prochaine session du Conseil de sécurité de l’ONU doit adopter une approche totalement différente afin de mettre fin aux violations dangereuses du Hezbollah et d’autres groupes terroristes à la frontière », a écrit Cohen au Conseil de sécurité, a rapporté la Douzième chaine.

Le Hezbollah, le Hamas et d’autres groupes terroristes du sud du Liban tirent régulièrement des roquettes sur des villes israéliennes et attaquent les forces de Tsahal à la frontière israélo-libanaise depuis les massacres commis par le Hamas le 7 octobre.

En conséquence, Tsahal a attaqué des membres et des positions du Hezbollah, tuant des dizaines de ses combattants.

La résolution 1701 du Conseil de sécurité de l’ONU a mis fin à la Seconde Guerre du Liban en 2006 et a appelé au désarmement de toutes les forces armées non étatiques au Liban, ainsi qu’à la libération de la région située entre la frontière israélo-libanaise et le fleuve Litani de toutes les forces armées autres que l’armée libanaise et la mission de maintien de la paix de l’ONU, la FINUL.

Ces clauses de la résolution n’ont jamais été appliquées et le Hezbollah est devenu une milice terroriste lourdement armée. Elle affirme disposer de dizaines de milliers de combattants et posséderait un arsenal de quelque 150 000 roquettes et missiles de différents types.

Le cabinet de 38 ministres de Netanyahu réuni pour discuter de l’accord sur les otages

Le cabinet de guerre et le cabinet de sécurité ont achevé leurs discussions sur l’accord de libération des otages, et le cabinet au complet, composé de 38 ministres, se réunit désormais.

Aucun vote n’a eu lieu lors des réunions précédentes, Netanyahu ayant demandé aux ministres présents lors de ces sessions d’attendre la réunion plénière du cabinet pour un débat détaillé et pour le vote, a rapporté la Douzième chaîne.

La chaine a également indiqué que les chefs spirituels du parti Judaïsme unifié de la Torah avaient demandé aux ministres du parti de voter en faveur de l’accord.

Maison Blanche : Wagner se prépare à fournir une défense aérienne au « Hezbollah ou à l’Iran »

La Maison Blanche a déclaré que le groupe mercenaire russe Wagner se préparait à renforcer les défenses aériennes du groupe terroriste libanais du Hezbollah ou du régime de Téhéran, dans le cadre d’une « coopération de défense sans précédent » entre les deux ennemis des États-Unis.

« Nos informations… indiquent que Wagner, sous la direction du gouvernement russe, se préparait à fournir une capacité de défense aérienne soit au Hezbollah, soit à l’Iran », a déclaré aux journalistes le porte-parole du Conseil de sécurité nationale, John Kirby.

Washington exhorte Israël à ne pas étendre ses opérations à Gaza sans plan pour protéger les civils déplacés

Le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby, a réitéré l’opposition de l’administration Biden à ce qu’Israël étende son incursion militaire dans le sud de Gaza à moins que l’armée ne démontre comment elle protégera les civils palestiniens auxquels elle a ordonné d’évacuer vers cette région depuis le nord.

Kirby a déclaré lors d’un point presse qu’Israël devait avoir « un plan clairement articulé sur la manière dont il va protéger la vie des centaines de milliers de personnes qui sont arrivés là parce que les Israéliens leur ont demandé de partir. Il y a une obligation pour [Israël] d’en tenir compte dans sa planification ».

Les responsables de Biden ont fait valoir ce point publiquement depuis dimanche après avoir exhorté en privé Israël à limiter les frappes dans le sud de Gaza pendant des semaines, a déclaré un responsable américain au Times of Israel.

Si l’armée a effectivement exhorté les Gazaouis à évacuer le nord de la bande de Gaza, elle affirme qu’elle continuera à opérer contre le Hamas dans toutes les zones de l’enclave.

L’armée israélienne a également noté qu’elle continuait de prendre des mesures pour avertir les civils avant de mener des frappes aériennes, tandis que le Hamas continue d’utiliser les Gazaouis comme boucliers humains.

Tsahal indique que l’accord sur les otages n’aura pas d’impact sur l’objectif d’éliminer le Hamas

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a laissé entendre que l’accord d’otages qui se dessine, qui comprendra un cessez-le-feu temporaire dans la bande de Gaza, n’aurait pas d’impact sur l’objectif principal de l’armée, à savoir éliminer le groupe terroriste du Hamas.

« L’objectif du retour des otages est important. Même si cela entraîne une réduction de certains autres éléments, nous saurons comment restaurer nos acquis opérationnels », a répondu Hagari en réponse à une question.

S’exprimant sur les informations faisant état de l’accord, Hagari a déclaré que l’armée informerait d’abord les familles des otages, puis le public.

« Je recommande d’écouter uniquement les informations provenant de sources officielles. Nous mettrons la vérité à jour auprès du public lorsque nous aurons les faits », a-t-il dit.

Le Démocrate pro-Israël Ritchie Torres soutient la démission de Smotrich et Ben Gvir

Le démocrate pro-Israël Ritchie Torres a tweeté qu’il « encourageait » la démission du ministre d’extrême droite Bezalel Smotrich et d’Itamar Ben Gvir.

Les deux ministres ont annoncé que leurs partis ne voteraient pas en faveur d’un accord qui garantirait la libération d’une cinquantaine d’otages en échange d’un cessez-le-feu de quatre jours et de la libération de centaines de femmes et de mineurs palestiniens emprisonnés par Israël.

Le député sioniste religieux Ohad Tal a déclaré que son parti d’extrême droite dirigé par Smotrich envisageait de quitter la coalition si l’accord était approuvé. Ben Gvir n’a pas encore indiqué s’il ferait de même.

Même si Torres est l’un des membres du Congrès les plus pro-Israël, il n’a pas hésité à critiquer les éléments d’extrême droite du gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu, qualifiant Ben Gvir de « démagogue méprisable, dégoûtant et dangereux » en septembre.

Le parti Hadash-Taal affirme que l’accord sur les otages doit aider à mettre fin au « cycle de tueries »

Le parti d’opposition à majorité arabe Hadash-Taal a affirmé que l’accord sur les otages proposé en échange d’un court cessez-le-feu et de la libération de prisonniers palestiniens « devait être le début du processus de fin de la guerre ».

Hadash-Ta’al a dénoncé la guerre en cours entre Israël et le Hamas après les atrocités du 7 octobre, et sa déclaration indique que l’accord devrait faire partie de « l’arrêt du cycle des tueries et du lancement d’un processus politique avec les Palestiniens ».

Washington envisage de redésigner les Houthis soutenus par l’Iran au Yémen comme groupe terroriste

Les Houthis, au Yémen, soutenus par l'Iran, ont publié une vidéo montrant comment le groupe avait détourné un navire de transport lié à Israël dans la mer Rouge, le 20 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/X)
Les Houthis, au Yémen, soutenus par l'Iran, ont publié une vidéo montrant comment le groupe avait détourné un navire de transport lié à Israël dans la mer Rouge, le 20 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/X)

Le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby, a déclaré que les États-Unis avaient « entamé une étude » pour déterminer s’ils devraient redésigner les Houthis soutenus par l’Iran au Yémen comme organisation terroriste après le détournement par le groupe d’un navire lié à un citoyen israélien dans la mer Rouge et après la série d’attaques de missiles qu’il a lancées contre Israël depuis le déclenchement de la guerre à Gaza.

Kirby affirme que l’examen a été lancé suite à « des attaques récentes contre des civils par les Houthis » et à « la piraterie d’un navire dans les eaux internationales ».

« Les Houthis devraient libérer ce navire immédiatement ainsi que son équipage, et sans condition », a déclaré Kirby.

Le président américain Joe Biden avait retiré la désignation de groupe terroriste au sujet des Houthis peu après son entrée à la Maison Blanche, sous la pression des groupes de défense des droits qui ont déclaré que cela entravait les efforts visant à fournir de l’aide aux civils au Yémen.

Kirby a ajouté lors d’un point presse que les États-Unis avaient identifié une augmentation de la coopération entre l’Iran et la Russie contre Israël et l’Ukraine.

« Nos informations indiquent en outre que [le] groupe Wagner, sous la direction du gouvernement russe, se préparait à fournir une capacité de défense aérienne soit au Hezbollah, soit à l’Iran », a déclaré Kirby.

Kirby a ajouté que l’Iran envisageait également de fournir à la Russie des missiles balistiques destinés à être utilisés contre l’Ukraine.

Tsahal force la porte blindée d’un tunnel du Hamas sous l’hôpital al-Shifa à Gaza City

Des images publiées par Tsahal le 21 novembre 2023 montrant l'intérieur d'un tunnel du Hamas découvert sous l'hôpital al-Shifa de Gaza. (Crédit : Armée israélienne)
Des images publiées par Tsahal le 21 novembre 2023 montrant l'intérieur d'un tunnel du Hamas découvert sous l'hôpital al-Shifa de Gaza. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne a rapporté avoir forcé une porte blindée à l’extrémité d’un tunnel du Hamas découvert par les forces la semaine dernière sous l’hôpital al-Shifa de Gaza.

Elle a publié deux images, l’une montrant la porte ouverte et l’autre plus à l’intérieur du tunnel.

Plus tôt cette semaine, Tsahal avait publié des images montrant l’ouverture du tunnel et une partie du tunnel. Après environ 55 mètres, le tunnel se terminait par une porte anti-souffle, protégeant probablement les ressources souterraines du Hamas.

L’armée israélienne affirme depuis des semaines qu’un important réseau de tunnels et de bunkers existe sous al-Shifa.

L’ouverture du tunnel se trouvait dans l’enceinte de l’hôpital, sous un auvent, où les troupes de Tsahal avaient également trouvé une camionnette du Hamas contenant des armes, similaires à celles utilisées par le groupe terroriste lors des attaques du 7 octobre.

Outre al-Shifa, Israël accuse le Hamas d’utiliser d’autres hôpitaux de la bande de Gaza à des fins terroristes.

Le gouvernement aura la majorité pour un accord sur les otages malgré l’opposition de l’extrême droite

Le gouvernement disposera d’une majorité au sein du cabinet de 38 membres pour approuver un accord sur les otages, malgré l’opposition des partis d’extrême droite HaTzionut HaDatit et Otzma Yehudit qui comptent six voix au sein du cabinet.

Le cabinet de guerre soutient l’accord et rassemblera vraisemblablement 19 voix détenues par le parti Likud du Premier ministre Benjamin Netanyahu et cinq voix appartenant au parti Unité nationale du ministre de la guerre Benny Gantz.

Le parti ultra-orthodoxe Shas votera en faveur de l’accord sur les otages, a déclaré un porte-parole du parti.

Le chef du Shas, Aryeh Deri, a consulté les conseillers religieux du parti ultra-orthodoxe, qui lui ont « demandé » que les six sièges gouvernementaux du parti soutiennent l’accord afin de « libérer les otages qui courent un grave danger ».

Deri a été démis du cabinet plus tôt cette année, mais siège en tant qu’observateur au sein du cabinet de guerre.

Le parti Judaïsme unifié de la Torah, qui détient deux sièges, n’a pas encore exprimé publiquement sa position, mais il serait prêt à soutenir l’accord selon la presse.

Un responsable US dit qu’Israël va mettre en place un « mécanisme de déconfliction » à Gaza

L'envoyé américain pour la situation humanitaire à Gaza, David Satterfield, lors d'un webinaire organisé par le site d'information Al-Monitor, le 21 novembre 2023. (Capture d'écran/Zoom)
L'envoyé américain pour la situation humanitaire à Gaza, David Satterfield, lors d'un webinaire organisé par le site d'information Al-Monitor, le 21 novembre 2023. (Capture d'écran/Zoom)

L’envoyé de l’administration Biden pour la situation humanitaire à Gaza a déclaré qu’Israël avait répondu à une demande américaine visant à créer un « mécanisme de déconfliction » pour mieux garantir que les travailleurs humanitaires soient protégés dans le contexte des frappes en cours de Tsahal à Gaza.

« Nous avons réalisé et nous avons fait comprendre à Israël qu’il fallait faire davantage. Qu’il fallait un mécanisme unique, coordonné et fonctionnel, de résolution des conflits. Cela se produit dans d’autres zones de conflit et cela doit se produire maintenant », a déclaré David Satterfield lors d’un webinaire organisé par le site d’information Al-Monitor.

« Israël a pris ces mesures et je crois que le mécanisme de déconfliction entrera en action très prochainement. Il est tragique qu’il ait dû y avoir des morts avant que cela ne soit fait, mais l’important est qu’Israël reconnaisse ce besoin et soit actif », a dit Satterfield.

Tsahal intercepte des « cibles aériennes suspectes » lancées depuis le Liban

L’armée israélienne a affirmé avoir lancé des missiles intercepteurs sur un certain nombre de « cibles aériennes suspectes » – apparemment des drones – qui sont entrés dans l’espace aérien israélien depuis le Liban, déclenchant des sirènes en Galilée occidentale.

Elle a indiqué que l’incident était terminé, sans donner plus de détails.

Plus tôt, Tsahal avait déclaré avoir frappé une position de lancement de missile antichar dans le sud du Liban.

L’armée israélienne a affirmé qu’elle frappait désormais d’autres sites du Hezbollah dans le sud du Liban.

Ces incidents surviennent au milieu d’attaques répétées du Hezbollah et de factions palestiniennes alliées depuis le sud du Liban contre le nord d’Israël.

HaTzionut HaDatit ne soutiendra pas l’accord sur les otages, « mauvais pour la sécurité d’Israël »

Le parti HaTzionut HaDatit, dirigé par le ministre des Finances Bezalel Smotrich, a déclaré qu’il ne pouvait pas accepter l’accord sur le retour de quelque 50 otages détenus par le Hamas à Gaza qui sera proposé au cabinet ce soir.

Dans une déclaration à la presse, le parti, membre de la coalition gouvernementale, a qualifié l’accord de « mauvais pour la sécurité d’Israël, mauvais pour les otages et mauvais pour les soldats de Tsahal ».

Le parti a affirmé qu’il souhaitait que tous les otages soient ramenés chez eux, mais que l’accord actuel « abandonnera » certains des captifs pour une période de temps indéterminée, augmentera le prix de leur libération future et donnera au Hamas l’opportunité de se réorganiser et de résister face à l’opération militaire de Tsahal plus longtemps.

Il a également affirmé que les forces de Tsahal seraient exposées aux attaques du Hamas pendant les pauses proposées dans les combats, au cours desquelles les otages seraient libérés, sans avoir la capacité de répondre pleinement.

« La seule façon de restituer tous les otages est de poursuivre la pression militaire incessante sur le Hamas jusqu’à la victoire totale », a déclaré HaTzionut HaDatit dans son communiqué.

« HaTzionut HaDatit est pour la poursuite de la guerre jusqu’à la destruction totale du Hamas, le retour de tous les otages et l’élimination de la menace posée par Gaza aux citoyens israéliens. »

Le parti d’extrême droite Otzma Yehudit déclare qu’il s’opposera au projet d’accord sur les otages

Le parti d’extrême droite Otzma Yehudit, présent dans le gouvernement, a déclaré qu’il « s’opposerait » à l’accord d’otages en passe d’être décidé, poussant plutôt l’armée israélienne à poursuivre sa pression militaire sur le Hamas.

« L’approbation du Hamas sur l’accord indique que Tsahal mène une frappe efficace, qu’il est nécessaire de continuer à frapper l’ennemi et de l’amener à un accord dans des conditions dictées par Israël et non dans des conditions très problématiques qui mettent en danger les forces de Tsahal et [qui fait des] distinctions parmi les personnes enlevées », peut-on lire dans un communiqué du parti.

Avant que les détails du cessez-le-feu proposé de quatre jours et que le nombre de libérations de prisonnières palestiniennes mineures ne soient divulgués, le chef du parti Itamar Ben Gvir a déclaré plus tôt dans la journée qu’un accord d’otages pourrait nous entraîner vers « un désastre ».

Le parti du ministre de la Sécurité nationale a ajouté que l’accord, qui nécessite également une pause quotidienne de six heures pour les drones chargés de collecter du renseignement à Gaza, « mettrait en danger les forces terrestres combattant à Gaza et saperait l’effort de guerre ».

En plus de donner la préférence aux enfants civils et à leurs mères par rapport aux autres otages, l’accord, dit Otzma Yehudit, « réduira considérablement les chances de retour des personnes enlevées restantes détenues par le Hamas, y compris nos soldats ».

Le parti affirme plutôt vouloir un accord qui libérerait la totalité des quelque 240 otages détenus à Gaza.

Le cabinet se réunit ce soir pour discuter de l’accord proposé.

Le Parlement sud-africain appelle le gouvernement à fermer l’ambassade d’Israël

Le parlement sud-africain a adopté une résolution exhortant le gouvernement à fermer l’ambassade d’Israël, que la résolution qualifie d’« État d’apartheid ».

Une majorité de 248 membres de l’Assemblée nationale ont voté en faveur de la résolution non contraignante intitulée « Fermeture de l’ambassade d’Israël en Afrique du Sud et suspension de toutes les relations diplomatiques avec Israël » du législateur Julius Malema, du parti d’opposition EFF.

Le parlement sud-africain appelle « le gouvernement à fermer l’ambassade d’Israël en Afrique du Sud jusqu’à ce qu’un cessez-le-feu soit accepté par Israël et qu’Israël s’engage à mener des négociations contraignantes facilitées par les Nations unies dont le résultat doit être une paix juste, durable et pérenne », peut-on lire dans la motion. Elle affirme également que les Palestiniens ont subi « l’apartheid » de la part d’Israël.

Le Congrès national africain au pouvoir a voté en faveur de la résolution. Mais 91 députés des partis d’opposition ont voté contre.

Ce gouvernement n’est pas légalement obligé de donner suite à la motion.

Le vote fait suite à une détérioration significative des relations bilatérales entre Israël et l’Afrique du Sud, dont le président, Cyril Ramaphosa, a qualifié les actions d’Israël à Gaza de « génocide ». Pretoria a ainsi rappelé tous ses diplomates d’Israël. Lundi, le ministère israélien des Affaires étrangères a déclaré qu’il avait également rappelé son ambassadeur à Pretoria pour des consultations.

Le pays accueille une réunion virtuelle des BRICS – un groupe de grandes économies émergentes comprenant le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud – visant à élaborer une réponse commune à la guerre entre Israël et le Hamas.

L’AFP a contribué à cet article.

Biden déclare qu’un accord pour la libération des otages à Gaza est « désormais très proche »

Le président américain Joe Biden a déclaré que « nous étions désormais très proches » de parvenir à un accord pour libérer certains des quelque 240 otages détenus par le Hamas et d’autres factions terroristes à Gaza.

« Nous sommes désormais très proches, très proches. Nous pourrions ramener certains de ces otages chez eux très bientôt », a déclaré Biden dans une allocution aux journalistes à la Maison Blanche.

« Mais je ne veux pas entrer dans les détails car rien n’est fait tant que ce n’est pas fait », a-t-il ajouté. « Les choses se présentent bien en ce moment. »

Des alarmes à la roquette retentissent dans le centre d’Israël ; le Dôme de fer intervient

Des sirènes de roquettes ont retenti dans le centre d’Israël, suite à des tirs de roquettes depuis la bande de Gaza.

Les alertes ont été activées à Be’er Yaakov, Ness Ziona, Rishon LeZion, Rehovot et dans d’autres petites communautés.

Des missiles intercepteurs sont intervenus au-dessus de la zone.

Le groupe terroriste du Hamas a revendiqué la responsabilité de l’attaque.

Il n’est pas prévu que les Palestiniens puissent retourner dans le nord de Gaza tandis que l’opération s’étend au sud

L’armée israélienne n’a pas l’intention de permettre aux Palestiniens de retourner dans le nord de Gaza alors que l’armée étend son offensive terrestre dans la partie sud de la bande de Gaza.

Le Times of Israel a appris que Tsahal envisageait plutôt de diriger la population civile vers des zones éloignées de l’offensive terrestre prévue dans le sud de Gaza, afin de réduire les pertes civiles.

La population pourrait se déplacer dans le sud de Gaza, mais pas vers le nord, selon les sources consultées par le Times of Israel.

Jusqu’à présent, l’armée israélienne a déclaré la petite zone d’al-Mawasi, sur la côte sud de Gaza, comme « zone de sécurité » au milieu de l’offensive terrestre dans le nord et des frappes aériennes à travers la bande.

L’armée israélienne estime que la situation humanitaire à Gaza est raisonnable compte tenu des circonstances et souhaite éviter une crise majeure qui nuirait à la légitimité d’Israël à poursuivre ses opérations dans la bande de Gaza.

Tsahal enquête sur des alarmes d’infiltration de drones dans le nord d’Israël

Une alarme d’infiltration de drones a retenti dans plusieurs communautés de Galilée occidentale.

Les alertes se sont activées à Shlomi, Rosh HaNikra, Metzuba, Betzet, Lehman et dans la zone industrielle d’Achziv Miluot.

Des sirènes de roquettes ont retenti au même moment à Shlomi et Betzet.

L’armée israélienne enquête sur la cause de ces alarmes.

Les prisonniers palestiniens reconnus coupables de meurtre ne seront pas libérés

Une source gouvernementale israélienne a affirmé qu’Israël avait insisté sur certaines conditions dans l’accord d’otages avec le Hamas, notamment qu’aucun prisonnier palestinien reconnu coupable de meurtre ne soit libéré dans le cadre de l’accord.

Immédiatement après l’achèvement des phases de libération des otages, la campagne militaire israélienne contre le Hamas à Gaza reprendra, a indiqué la source.

Selon l’accord en cours, le Hamas libérera au moins 50 otages israéliens, principalement des femmes et des enfants, en échange d’un cessez-le-feu de quatre jours, de la libération de 150 à 300 prisonniers palestiniens et de l’entrée de carburant et d’autres biens à Gaza.

Environ 12 à 13 otages seront libérés chaque jour à mesure que le cessez-le-feu sera en vigueur, a indiqué la source, ajoutant qu’Israël libérera de son côté des femmes palestiniennes et des prisonniers mineurs, chacun retournant dans la ville où il vivait avant son emprisonnement, y compris en Cisjordanie et à Jérusalem Est.

La source a également indiqué que l’accord comprendra également une deuxième étape lors de laquelle le Hamas agira pour localiser les femmes et les enfants détenus par d’autres factions terroristes à Gaza avant leur libération.

L’arrêt des combats pourrait être prolongé de jours supplémentaires en échange de 10 libérations supplémentaires pour chaque nouvelle journée, a précisé la source. Israël pense que le Hamas pourrait s’avérer capable de localiser et de libérer jusqu’à 30 autres femmes et enfants israéliens.

La source a affirmé que d’autres gouvernements pourraient travailler sur des accords distincts, concernant des libérations d’otages non-israéliens.

Si, comme prévu, l’accord est approuvé par l’ensemble du cabinet ce soir, Israël publiera ensuite les détails sur les prisonniers palestiniens à libérer, a indiqué la source. Selon la loi, le public disposera de 24 heures pour déposer une pétition contre l’une de ces libérations de prisonniers prévues.

Selon la source, les services de sécurité israéliens sont favorables à l’accord imminent.

La source a également indiqué que, dans le cadre de l’accord, du carburant entrera à Gaza, mais uniquement pendant le cessez-le-feu.

Même s’il y aura six heures par jour pendant lesquelles Tsahal n’utilisera pas de drones pour recueillir des renseignements sur les activités dans la bande de Gaza, Tsahal et le Shin Bet conserveront la capacité de continuer à recueillir des renseignements, même pendant la pause dans les combats, a indiqué la source.

De plus, Israël ne permettra pas aux Gazaouis de retourner dans la partie nord de l’enclave où opère Tsahal.

Le Hamas a déclaré détenir 210 des quelque 240 otages enlevés à Israël lors des atrocités du 7 octobre. Le Jihad islamique détiendrait la plupart des otages restants.

Halevi affirme que la pression militaire sur le Hamas crée de « meilleures conditions » pour un accord sur les otages

Le chef d'état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, s'entretient avec des troupes dans la bande de Gaza, le 21 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Le chef d'état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, s'entretient avec des troupes dans la bande de Gaza, le 21 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Le chef d’état-major de Tsahal, le général Herzi Halevi, a déclaré que la pression militaire sur le Hamas créait de « meilleures conditions » pour une libération d’otages détenus par le groupe terroriste dans la bande de Gaza, et que cette pression se poursuivra.

Lors d’une visite dans la bande de Gaza aujourd’hui, Halevi a déclaré aux troupes qu’elles faisaient un « excellent travail, c’est vraiment très impressionnant ». Mais il a ajouté que « le chemin est encore long ».

« Nous sommes déterminés à suivre cette voie et à apporter un maximum de réalisations. Il s’agit également de démanteler le Hamas – militairement et gouvernementalement –, d’assurer la sécurité dans la région, dans les communautés de la [zone entourant Gaza], et également de rendre les otages », a déclaré Halevi.

« Toutes ces choses fonctionnent ensemble… La manœuvre crée également de meilleures conditions pour le retour des otages. Cela porte des coups au Hamas, cela crée de la pression, et nous continuerons cette pression », a-t-il ajouté.

Regev soutient la proposition d’inscrire le statut de la communauté druze dans la Loi fondamentale

La ministre Miri Regev (Likud) s’est engagée en faveur de l’amendement d’une loi controversée qui fait d’Israël l’État-nation du peuple juif. Ses propos ont été tenus lors d’une rencontre avec de hauts responsables de la communauté druze.

« Les Druzes et les Juifs se battent ensemble pour notre maison », a déclaré Regev lors d’une réunion avec le chef spirituel druze Muwafaq Tarif et les anciens de la communauté.

« La loi sur l’État-nation doit être modifiée pour exprimer le lien profond de la communauté avec l’État d’Israël – l’État du peuple juif », a déclaré la ministre des Transports.

En reconnaissance des six soldats druzes tombés depuis le 7 octobre, Regev a dit qu’Israël devrait montrer sa « gratitude » envers une communauté « frère ».

Les hommes druzes sont les seuls parmi la communauté arabe d’Israël à participer au service militaire obligatoire.

« Les membres de la communauté contribuent à la défense de la patrie à un pourcentage plus élevé que leur part de la population », a-t-elle dit. « Les mesures que nous prenons sont un peu de la gratitude que nous avons. »

L’UE poursuivra son aide au développement pour les Palestiniens, avec plus de contrôle

L’Union européenne a donné mardi son feu vert à la poursuite de son aide au développement en faveur des Palestiniens, après un réexamen qui a montré qu’aucun fond n’avait bénéficié au Hamas, mais a souligné que des contrôles plus stricts seraient mis en place à l’avenir.

Le réexamen, ordonné après l’attaque du Hamas contre Israël, « n’a identifié aucun élément » montrant que des fonds de l’UE auraient « directement ou indirectement bénéficié à l’organisation terroriste Hamas », a déclaré le vice-président de la Commission européenne Valdis Dombrovskis.

Le bloc des 27 nations est le plus grand fournisseur d’aide internationale aux Palestiniens de Gaza et de Cisjordanie, avec près de 1,2 milliard d’euros affectés à l’aide entre 2021 et 2024.

Des propagandistes russes utilisent le logo du Times of Israël pour propager des fakes news contre l’Ukraine

Des propagandistes russes ont utilisé le logo et la marque du Times of Israel pour propager des fausses nouvelles contre l’Ukraine, selon un reportage publié hier.

Tout contenu publié par le Times of Israel peut être consulté sur notre site web.

L’accord sur les otages prévoit la libération d’au moins 50 otages israéliens

L’accord qui se dessine pour la libération des otages détenus par le Hamas et d’autres terroristes à Gaza prévoit la libération d’au moins 50 Israéliens enlevés dans les prochains jours, selon la Douzième chaîne.

L’accord actuel, qui devrait être finalisé aujourd’hui, selon des informations en Israël, se concentre sur les otages israéliens, principalement des femmes et des enfants, les discussions sur la libération des otages étrangers n’étant pas à l’ordre du jour pour le moment.

Le Hamas et d’autres factions terroristes de Gaza ont enlevé quelque 240 personnes en Israël lors des massacres du 7 octobre, dont une quarantaine d’enfants, des personnes âgées et des dizaines de ressortissants thaïlandais et népalais.

L’AFP rapporte que deux sources ayant connaissance de l’accord provisoire ont déclaré qu’entre 50 et 100 otages civils israéliens seraient libérés dans le cadre de l’accord, mais pas de personnel militaire.

Le transfert s’étalerait sur plusieurs jours, 10 otages et 30 prisonniers palestiniens devant être libérés chaque jour.

Selon les mêmes sources, l’accord prévoit un « cessez-le-feu complet » sur le terrain pendant quatre à cinq jours.

La Douzième chaîne indique que l’accord sur les otages comprendra la libération de 150 à 300 prisonniers palestiniens en Israël, dont des femmes et des mineurs.

L’accord prévoit également l’entrée à Gaza de 100 à 300 camions de nourriture et d’aide médicale, ainsi que de carburant, ont indiqué les sources à l’AFP.

La Douzième chaîne indique que les libérations d’otages pourraient commencer jeudi ou vendredi. La chaîne précise que le cessez-le-feu pourrait être prolongé pour permettre la libération d’autres otages après la cinquantaine initiale.

Accord sur les otages: Israël devra prendre des « décisions difficiles », dit Gallant

Le ministre de la Défense Yoav Gallant (à droite) tient une réunion d'évaluation avec des responsables militaires à la base de la division de Gaza de Tsahal dans le sud d'Israël, le 21 novembre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant (à droite) tient une réunion d'évaluation avec des responsables militaires à la base de la division de Gaza de Tsahal dans le sud d'Israël, le 21 novembre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense, Yoav Gallant, déclare qu’Israël devra prendre des « décisions difficiles » en ce qui concerne les otages détenus par le groupe terroriste Hamas dans la bande de Gaza.

« Nous avançons pas à pas vers la défaite totale du Hamas et nous nous rapprochons du retour des otages à la maison », a déclaré Gallant à l’issue d’une évaluation avec des responsables militaires à la base de la division de Gaza, dans le sud d’Israël.

« Je pense que nous aurons tous à prendre des décisions difficiles et importantes dans les jours à venir », ajoute-t-il. « Il n’y a pas un seul moment de cette campagne – 45 jours – où je ne pense pas aux otages », ajoute Gallant.

Le cabinet se réunira ce soir pour discuter de l’accord sur les otages qui se dessine par l’intermédiaire du médiateur, le Qatar.

Tsahal riposte des tirs d’artillerie et de chars à des tirs de missiles en provenance du Liban

Tsahal confirme qu’un certain nombre de roquettes ont été tirées depuis le Liban sur Kiryat Shmona en Haute Galilée et sur Yaara et Hanita en Galilée occidentale.

Aucun blessé n’a été signalé.

L’armée israélienne répond par des tirs d’artillerie et de chars contre le Sud-Liban.

Le groupe terroriste du Hezbollah affirme avoir ciblé la communauté de Manara, dans le nord du pays, avec deux missiles antichars en réponse à la mort de deux journalistes et d’autres civils lors de frappes apparentes de Tsahal un peu plus tôt.

Il revendique également quatre autres attaques à la roquette et au missile au cours de la journée.

Lapid reçoit un briefing de sécurité avant la réunion du cabinet sur la prise d’otages

Le leader de l’opposition Yair Lapid reçoit un briefing de sécurité de la part du secrétaire militaire du premier ministre, selon le bureau de Lapid.

La réunion a lieu quelques heures avant que le cabinet de guerre, le cabinet de sécurité élargi et l’ensemble des membres du cabinet ne discutent des développements liés à l’accord sur les otages, qui devrait inclure un cessez-le-feu de plusieurs jours et la libération d’au moins 150 – et jusqu’à 300 selon l’AFP – prisonniers palestiniens détenus en Israël, y compris des prisonnières et des mineurs.

Ben Gvir va convoquer une réunion du parti Otzma Yehudit sur l’accord des otages en gestation

Le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir va convoquer son parti d’extrême droite Otzma Yehudit afin de déterminer sa position vis-à-vis d’un éventuel accord sur les otages, a annoncé le parti dans un communiqué.

Ben Gvir est l’un des membres du gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu les plus radicaux et a déclaré plus tôt aujourd’hui qu’il craignait qu’Israël se dirige vers un accord qui « nous mènerait au désastre ».

Israël-Hamas: le président chinois Xi Jinping plaide pour un cessez-le-feu et la libération des civils

Le président chinois Xi Jinping a appelé mardi à un cessez-le-feu immédiat et à « libérer les détenus civils » dans le conflit entre Israël et le Hamas, lors d’un sommet extraordinaire virtuel des pays émergents des Brics.

« Toutes les parties du conflit doivent immédiatement cesser le feu et les hostilités, mettre fin à toutes les violences et attaques visant les civils, et libérer les détenus civils afin d’éviter de nouvelles pertes en vies humaines et de nouvelles souffrances », a-t-il déclaré, selon des propos rapportés par l’agence d’Etat Chine Nouvelle.

Gantz : le retour des otages aidera Israël à gagner la guerre

Le ministre du cabinet de guerre, Benny Gantz, a déclaré que le retour des otages enlevés par le Hamas et d’autres factions terroristes le 7 octobre est un facteur clé qui aidera Israël à « gagner la guerre ».

« Nous vivons des jours extrêmement sensibles pour la société israélienne », a-t-il déclaré lors d’une tournée militaire dans le nord d’Israël.

« Le retour des otages est un ordre moral et fait partie intégrante de la résilience qui nous permettra de gagner la guerre. Il est important de dire que, surtout ces jours-ci, la société israélienne dans son ensemble, à droite comme à gauche, prie et souhaite le retour des [otages] sains et saufs. »

« Nous mettons tout en œuvre pour qu’ils reviennent le plus rapidement possible. Parallèlement, nous continuerons à nous battre et à monter la garde jusqu’à ce que nous parvenions à changer la réalité sécuritaire dans le sud – et cela prendra le temps qu’il faudra », ajoute-t-il.

Le Qatar est « très optimiste » sur l’accord de libération des otages détenus à Gaza

Le Qatar se dit « très optimiste » quant à la finalisation d’un accord visant à libérer des dizaines d’otages israéliens retenus en captivité par des terroristes à Gaza depuis le 7 octobre.

Majed Al Ansari, porte-parole du ministère qatari des Affaires étrangères, a déclaré dans un message sur X : « Nous travaillons à la conclusion d’un accord et nous n’avons jamais été aussi proches d’un tel accord. Nous sommes très optimistes, nous avons beaucoup d’espoir, mais nous tenons aussi beaucoup à ce que cette médiation aboutisse à une trêve humanitaire. »

Il a déclaré qu’il ne pouvait pas faire d’autres commentaires sur les détails de l’accord et qu’il attendait qu’il soit finalisé.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu devrait réunir le cabinet ce soir pour approuver l’accord, selon de nombreuses informations.

Des élus  furieux que Ben Gvir retire le responsable du port d’arme du groupe d’experts de la Knesset

Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, a exclu le chef de l’autorité israélienne de délivrance des permis de port d’armes d’une réunion de la commission de surveillance de la Knesset, provoquant un tollé parmi les législateurs qui demandent des réponses sur les procédures accélérées de délivrance des permis de port d’armes en temps de guerre en Israël.

Yisrael Avisar, qui dirige le département des licences d’armes à feu qui dépend duministère de la Sécurité nationale, interrompt brusquement ses remarques et quitte la commission, déclarant que Ben Gvir lui a demandé de cesser de parler.

Avisar le fait peu après que le président de la commission de contrôle de l’État, Mickey Levy, a temporairement exclu l’un des conseillers de Ben Gvir de la réunion, après plusieurs avertissements selon lesquels l’assistant législatif perturbait la réunion.

La demande de Levy invitant Avisar à terminer ses remarques est rejetée, et Levy qualifie l’incident d’exemple de « honte et de mépris » pour la Knesset.

« Un ministre incapable de faire face au contrôle de la Knesset et qui empêche ses représentants de se présenter devra le faire par la force de la loi, avec la prochaine citation à comparaître que nous émettrons à leur intention », menace M. Levy.

Des groupes de femmes craignent que les armes à feu se retrouvent entre les mains d’agresseurs non déclarés, et l’organisation de soutien à la violence domestique Naamat a déclaré mardi que plusieurs femmes ont exprimé leur inquiétude quant à l’obtention d’une arme à feu par leur partenaire grâce à la facilité d’accès en temps de guerre.

Les organisations de femmes ont déclaré à la commission que « certaines personnes n’ont pas le temps d’attendre – il s’agit de leur vie », selon un compte-rendu du porte-parole de la commission.

Le cabinet se réunira à 20h pour approuver l’accord sur la libération d’otages

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprimant lors d'une conférence de presse au ministère de la Défense, à Tel Aviv, le 28 octobre 2023. (Crédit : Dana Kopel/POOL
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprimant lors d'une conférence de presse au ministère de la Défense, à Tel Aviv, le 28 octobre 2023. (Crédit : Dana Kopel/POOL

Le cabinet doit se réunir à 20 heures aujourd’hui pour approuver un accord de libération d’otages avec le Hamas, selon plusieurs médias.

Avant cette réunion, le cabinet de guerre et le cabinet de sécurité se réuniront également pour approuver l’accord.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui a rencontré les réservistes dans le sud d’Israël, a déclaré que « nous avançons » vers un accord. « Je ne pense pas devoir en dire trop, même maintenant, mais j’espère que nous aurons bientôt de bonnes nouvelles. »

Un peu plus tôt, la Douzième chaîne avait cité un haut fonctionnaire israélien qui avait déclaré que « nous sommes très proches d’un accord ».

Notant qu’il restait des questions techniques à résoudre, le responsable a déclaré qu’un accord avait été conclu pour la libération d’au moins 50 personnes, tandis que des dizaines d’autres pourraient être libérées en échange de la prolongation du cessez-le-feu prévu au-delà des quelques jours initiaux.

Les personnes qui seront libérées devraient être des enfants, leurs mères et d’autres femmes, selon le reportage.

Israël affirme que l’OMS a ignoré les activités terroristes à l’hôpital Shifa de Gaza

Des terroristes du Hamas amenant un otage à l'hôpital al-Shifa, comme en atteste une image d'une caméra de vidéosurveillance enregistrée le 7 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Des terroristes du Hamas amenant un otage à l'hôpital al-Shifa, comme en atteste une image d'une caméra de vidéosurveillance enregistrée le 7 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Le ministre de la Santé, Uriel Busso, et le directeur général du ministère de la Santé, Moshe Bar Siman Tov, envoient une lettre à l’Organisation mondiale de la santé pour protester contre les activités terroristes du Hamas à l’hôpital Shifa, dans la ville de Gaza.

La lettre mentionne en particulier que le département du porte-parole de Tsahal a publié des images de vidéosurveillance de Shifa montrant des activités terroristes – y compris la prise d’otages – dans les zones non-souterraines de l’hôpital. La lettre rappelle à l’OMS que de telles activités sont contraires à l’éthique et à toutes les règles de la guerre.

« Le 2 novembre, le Dr Michael Ryan, directeur du programme d’urgence sanitaire de l’OMS, a déclaré qu’il savait ce qui se passait ‘au dessus du sol’ à Shifa et qu’il était conscient que l’utilisation d’installations médicales à des fins militaires est interdite par le droit international. Dans le même temps, il a affirmé qu’il doutait que des activités terroristes aient lieu à Shifa », indique la lettre.

S’appuyant sur les images de vidéosurveillance, le ministère de la santé accuse M. Ryan d’avoir fourni à la communauté internationale une description incorrecte et trompeuse de la situation à Shifa.

« Il est maintenant évident que l’OMS a ignoré l’utilisation des installations médicales comme boucliers humains et le refus du Hamas d’autoriser l’évacuation des civils… Le fait que l’OMS n’ait pas abordé ces questions équivaut à sa contribution à la poursuite d’un conflit qui cause beaucoup de souffrances à tant de personnes », indique la lettre.

Le ministère de la Santé fait également référence dans la lettre aux terroristes qui, selon Israël, se cachent sous Shifa, sous d’autres hôpitaux et dans des écoles à Gaza, en violation du droit international.

« L’OMS doit exiger l’arrêt immédiat de l’utilisation de boucliers humains et d’établissements de santé à des fins terroristes. Elle doit également exiger l’évacuation de toutes les populations civiles vers des zones sûres et la libération immédiate et inconditionnelle de tous les otages », indique la lettre du ministère.

Un hôpital alerte sur la hausse des symptômes de crise cardiaque chez des mères de soldats déployés à Gaza

De la fumée s'élevant au-dessus de bâtiments lors d'une frappe israélienne sur la bande de Gaza, sur une photo prise depuis le sud d'Israël, le 19 novembre 2023. (Crédit : Kenzo Tribouillard/AFP)
De la fumée s'élevant au-dessus de bâtiments lors d'une frappe israélienne sur la bande de Gaza, sur une photo prise depuis le sud d'Israël, le 19 novembre 2023. (Crédit : Kenzo Tribouillard/AFP)

Le centre hospitalier Hillel Yaffe de Hadera signale une forte augmentation du nombre de femmes quinquagénaires qui se présentent aux urgences avec des symptômes de crise cardiaque. Dans la plupart des cas, ces symptômes sont causés par le stress ressenti par ces femmes, dont les fils ou filles font la guerre.

« C’est la première fois que nous avons plus de femmes que d’hommes dans notre unité de soins intensifs cardiaques », explique le professeur Ariel Rogin, chef du service de cardiologie de l’hôpital, à Doctors Only, publication en ligne destinée à la communauté médicale israélienne.

Dans certains cas, ces femmes souffrent de véritables crises cardiaques ou d’une sorte de problème artériel. Mais nombre d’entre elles souffrent de cardiomyopathie de Takotsubo, également connue sous le nom de « syndrome du cœur brisé ». Cela se produit lorsqu’un stress psychologique sévère augmente les niveaux d’adrénaline et provoque un ralentissement temporaire du fonctionnement du muscle cardiaque.

Toute personne qui ressent une douleur ou une pression thoracique, des difficultés respiratoires, une transpiration excessive, des étourdissements ou évanouissements suite à des événements ou des nouvelles stressants doit être immédiatement vue par des médecins des urgences.

Des proches des otages vont rencontrer le pape

Le pape François prononce une bénédiction lors de la prière de midi de l'Angélus sur la place Saint-Pierre, au Vatican, le dimanche 5 novembre 2023. (Crédit : AP Photo/Gregorio Borgia)
Le pape François prononce une bénédiction lors de la prière de midi de l'Angélus sur la place Saint-Pierre, au Vatican, le dimanche 5 novembre 2023. (Crédit : AP Photo/Gregorio Borgia)

Les proches de 12 otages enlevés par le Hamas le 7 octobre dernier et actuellement détenus à Gaza rencontreront aujourd’hui le pape François au Vatican, a annoncé le ministère des Affaires étrangères.

Au total, ce sont 20 personnes qui vont rencontre le souverain pontife, avant de s’entretenir avec de hauts responsables du gouvernement italien et de donner des interviews à la presse italienne.

Quelque 240 otages sont détenus par le Hamas, qui leur refuse les visites du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) ou toute autre visite humanitaire.

Barak provoque un tollé en disant sur CNN qu’Israël a aidé à construire des tunnels sous Shifa

L'ancien Premier ministre Ehud Barak, lors d'un entretien avec les médias, à Tel Aviv, le 30 septembre 2019. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)
L'ancien Premier ministre Ehud Barak, lors d'un entretien avec les médias, à Tel Aviv, le 30 septembre 2019. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

L’ex-Premier ministre Ehud Barak a soulevé la polémique en affirmant au micro de Christiane Amanpour, sur CNN, qu’Israël avait aidé à construire certains tunnels situés sous l’hôpital Shifa de Gaza.

Au cours d’une interview, Barak a déclaré que les bunkers utilisés par le Hamas pour leurs activités terroristes avaient à l’origine été construits par des Israéliens.

Amanpour, surprise, a réagi : « En disant qu’ils ont été construits par des ingénieurs israéliens, vous êtes-vous mal exprimé ? »

Barak a répondu : « Non, non, vous savez, il y a plusieurs dizaines d’années, nous contrôlions les lieux… Nous les avons donc aidés… Aidés à construire ces bunkers afin de libérer de l’espace pour le bon fonctionnement de l’hôpital. »

Amanpour a répliqué : « C’est un peu déstabilisant ».

La vidéo a fait le tour de la toiile, les opposants à Israël en faisant la preuve criante qu’Israël avait menti sur le fait que le Hamas avait construit des tunnels sous Shifa et utilisé l’établissement hospitalier pour se protéger des attaques.

De hauts responsables israéliens ont déclaré que si le Hamas s’était initialement approprié les sous-sols de l’hôpital – construits par Israël lorsqu’il dirigeait Gaza – le groupe terroriste a depuis lors creusé de nouvelles galeries et ajouté des tunnels de façon à faire des lieux une plaque tournante de son vaste réseau souterrain.

Les propos de Barak ne contredisent en rien à la position d’Israël, à savoir que le Hamas a utilisé ces espaces situés sous l’hôpital à des fins terroristes.

Tsahal publie des images de l’unité d’élite Maglan à Gaza

Des soldats de l'unité de reconnaissance Maglan participent à un exercice d'entraînement à Chypre en octobre 2018. (Armée israélienne)
Des soldats de l'unité de reconnaissance Maglan participent à un exercice d'entraînement à Chypre en octobre 2018. (Armée israélienne)

L’armée israélienne a publié des images de l’unité d’élite Maglan dans la bande de Gaza, en train de faire usage de missiles Spike et d’obus de mortier guidés Iron Sting.

Selon Tsahal, cette unité a identifié et atteint près de 70 cibles du Hamas dans le cadre de l’offensive terrestre, postes d’observation, bases de lancement de missiles et cellules terroristes.

Les soldats de Maglan, ainsi que d’autres commandos, ont trouvé des armes dans la maison d’un membre du Hamas, dans le camp de Shati à Gaza, et attaqué une école à côté de laquelle ont été trouvées deux entrées de tunnels.

Le porte-parole d’Ichilov démissionne suite à la conférence de presse avec l’otage libérée

Avi Shoshan quitte ses fonctions de porte-parole de l’hôpital Ichilov de Tel Aviv à la suite de la controverse suscitée par une conférence de presse qui s’y est tenue le 24 octobre et au cours de laquelle l’otage libérée Yocheved Lifshitz a critiqué les échecs d’Israël et parlé en bien de ses ravisseurs. L’événement a été perçu comme une victoire de propagande pour le Hamas.

Lifshitz, âgée de 85 ans, avait été prise en otage par des terroristes dans sa maison du kibboutz Nir Oz le 7 octobre, lors de l’attaque brutale du Hamas contre les communautés israéliennes proches de la bande de Gaza. Le mari de Lifshitz, Oded, a également été kidnappé et est toujours retenu en captivité.

Le Hamas avait annoncé la libération de Lifshitz et d’une autre otage, Nurit Cooper, âgée de 79 ans, et leur retour en Israël le 23 octobre pour des raisons humanitaires.

La conférence de presse du 24 octobre dans le hall de l’hôpital semblait précipitée et désorganisée. Certains ont critiqué le gouvernement pour ne pas avoir supervisé l’événement, et d’autres ont reproché à l’hôpital de l’avoir organisé.

Shoshan, qui a été le porte-parole d’Ichilov pendant 13 ans, a été convoqué à une audience préalable au licenciement, conformément à la législation israélienne sur l’emploi. Il a annoncé aujourd’hui sur les réseaux sociaux qu’il n’était plus employé par l’hôpital.

Susan Sarandon critiquée pour ses propos sur les Juifs américains

L’actrice Susan Sarandon a été vivement critiquée pour avoir déclaré, lors d’un récent rassemblement pro-palestinien, que les Juifs américains qui craignent pour leur sécurité en raison de la montée de l’antisémitisme « ont maintenant un aperçu de ce que l’on ressent en tant que musulman dans ce pays ».

Sarandon s’est montrée extrêmement critique à l’égard d’Israël depuis le début de la guerre, publiant à plusieurs reprises des accusations de génocide, d’atrocités et de crimes de guerre qui selon elle auraient été commis par Israël, diffusant des informations mensongères, niant les preuves des massacres perpétrés par le Hamas dans les communautés israéliennes, et qualifiant le Hamas « d’organisation de résistance » et non pas de groupe terroriste.

L’auteure Asra Nomani, une Indienne-Américaine d’origine musulmane, a écrit sur X : « Laissez-moi vous donner un petit aperçu de ce que l’on ressent lorsqu’on est musulman en Amérique : mon père n’a pas été contraint de devenir un serviteur de seconde classe de l’un des nombreux tyrans des pays musulmans… quant à ma mère, le fait d’être musulmane en Amérique lui a permis de vivre librement, les cheveux au vent… Pensez-vous que la dictature musulmane du Qatar permette aux esclaves musulmans, aux serviteurs musulmans ou aux musulmans palestiniens d’accéder à la citoyenneté ? Bien sûr que non… »

« Ne minimisez pas l’expérience des Juifs américains en aseptisant l’enfer que vivent les musulmans dans les pays musulmans et en vilipendant l’Amérique pour la vie – et les libertés – qu’elle offre aux musulmans comme ma famille. »

Otages : les négociateurs n’ont « jamais été aussi proches d’un accord », selon le Qatar

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères du Qatar, Majed al-Ansari, s'adresse au forum de Doha le 6 décembre 2018. (Capture d'écran/YouTube)
Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères du Qatar, Majed al-Ansari, s'adresse au forum de Doha le 6 décembre 2018. (Capture d'écran/YouTube)

Les négociations pour libérer les otages retenus captifs depuis l’assaut terroriste du Hamas dans la bande de Gaza le 7 octobre en Israël n’ont « jamais été aussi proches d’un accord », et se trouvent dans la « phase finale », a déclaré mardi un représentant du Qatar, médiateur dans ce dossier.

« Nous n’avons jamais été aussi proches d’un accord », a déclaré le porte-parole du ministère qatari des Affaires étrangères, Majed Al-Ansari, ajoutant que les négociations avaient atteint une « phase finale ».

Liban: deux journalistes et un autre civil tués par une frappe attribuée à Israël

Deux journalistes et un autre civil ont été tués mardi au Liban par une frappe israélienne dans la région de Tayr Harfa (sud), a indiqué l’agence de presse officielle Ani.

« Trois citoyens – deux journalistes et un autre civil – ont été tués dans un bombardement ennemi » dans la région de Tayr Harfa, selon l’Ani. La chaîne de télévision libanaise pro-iranienne Mayadeen TV a dans la foulée annoncé que sa correspondante Farah Omar et son cadreur Rabih Maamari avaient été tués « par une frappe israélienne ».

Tsahal a déclaré avoir frappé des cibles du Hezbollah, notamment des escadrons de lancement de missiles et d’autres sites militaires. Elle n’a pas commenté les affirmations libanaises jusqu’à présent.

« Nous ne devons pas laisser passer cette chance de conclure un accord », dit la mère d’otages

Hadas Calderon devant le quartier général de l'armée, le 21 novembre 2023. (Crédit : Times of Israel)
Hadas Calderon devant le quartier général de l'armée, le 21 novembre 2023. (Crédit : Times of Israel)

La mère de deux enfants retenus captifs à Gaza veille devant le quartier général de Tsahal à Tel Aviv.

Les enfants de Hadas Calderon, Erez, 12 ans, et Sahar, 16 ans, ont été kidnappés dans la bande de Gaza avec son ex-mari Ofer le 7 octobre.

« Nous ne devons pas laisser passer cette chance de conclure un accord », a déclaré Hadas Calderon, alors que des informations font état d’un accord potentiel qui pourrait permettre la libération de certains otages.

« J’appelle toutes les mères à venir à l’entrée de la Kirya et à se tenir à mes côtés », dit-elle en utilisant le nom de la base du quartier général.

« Nous devons les ramener à la maison.

Tsahal frappe des escadrons antichars et des sites du Hezbollah au Liban

Tsahal déclare avoir frappé trois escadrons de missiles antichars du Hezbollah dans le sud du Liban, et des avions de combat ont frappé des sites appartenant au groupe terroriste en réponse à des attaques répétées sur le nord d’Israël.

Plusieurs mortiers ont été tirés plus tôt depuis le Liban sur un poste de l’armée à la frontière, sans faire de blessés, selon l’armée israélienne.

L’armée israélienne répond par des tirs d’artillerie sur les sources de ces tirs dans le sud du Liban.

Ben Gvir met en garde contre un potentiel accord sur les otages « désastreux »

Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, lors d'un événement organisé par la police, à Jérusalem, le 17 août 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, lors d'un événement organisé par la police, à Jérusalem, le 17 août 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, a publié une déclaration mettant en garde contre un accord pour la libération d’otages qui serait en train de se mettre en place.

« Je suis très inquiet parce qu’il est question d’un accord… on nous cache [les détails] et on ne nous dit pas la vérité », déclare-t-il. « Les rumeurs disent qu’Israël va à nouveau commettre une erreur majeure, dans la même veine que l’accord Shalit [de 2011]. »

Il se dit préoccupé par « un accord qui pourrait entraîner un désastre », citant la possible libération de prisonniers palestiniens, ainsi que l’autorisation de l’entrée de carburant dans la bande de Gaza.

Israël a formé une « zone de sécurité » au sud de la frontière nord, accuse le maire de Metula

Le chef de Metula, dans le nord du pays, près de la frontière libanaise, a dénoncé le fait que les communautés de sa région se soient vidées en raison de la menace du Hezbollah.

« En effet, Israël a formé une zone de sécurité à 5 kilomètres au sud de la frontière », a déclaré le maire David Azoulay selon Walla news, faisant référence à l’ancienne « zone de sécurité » qu’Israël détenait autrefois au Sud-Liban.

« Je demande à Israël de former une zone [de sécurité] de 4 à 5 kilomètres au nord de la frontière », ajoute-t-il.

« On nous dit que [le chef du Hezbollah Hassan] Nasrallah ne déclenchera pas de guerre, mais nous sommes déjà en guerre. »

NBC licencie une pigiste palestinienne arrêtée qui aurait salué les attaques du Hamas

La chaîne d’information NBC a décidé de rompre ses liens avec une journaliste palestinienne qui travaillait pour elle après avoir été arrêtée par les autorités israéliennes qui la soupçonnaient d’incitation au terrorisme. Marwat Al-Azza, qui réside à Jérusalem-Est, est accusée d’avoir célébré sur les réseaux sociaux l’enlèvement d’Israéliens le 7 octobre.

Dans un message, elle aurait écrit au sujet d’une femme âgée emmenée à Gaza : « Ça me tue, c’est une comédie noire, la vieille femme a l’air heureuse, un peu d’action avant de mourir ».

Dans une publication, elle a aurait écrit : « Des sirènes tout le temps, les Juifs se cachent et les Arabes boivent du café sur leurs balcons ».

La chaîne NBC a déclaré dans un communiqué que « l’enquête sur Mme Azza n’est pas liée à NBC News. Elle est basée sur ses publications personnelles sur Facebook qui sont antérieures à la période où elle travaillait pour nous en tant que pigiste. Nous n’avions pas connaissance de ces messages avant d’engager Mme Azza il y a quatre semaines. Elle ne contribuera plus à notre couverture médiatique à l’avenir ».

Les parties « très proches » d’un accord sur les otages, selon un haut fonctionnaire israélien

La Douzième chaîne israélienne cite un haut responsable israélien qui déclare que « nous sommes très proches d’un accord » pour la libération de certains otages à Gaza.

Tout en soulignant qu’il reste encore des questions techniques à résoudre, le responsable affirme qu’un accord a été conclu pour la libération d’au moins 50 personnes, tandis que des dizaines d’autres pourraient être libérées en échange d’une prolongation du cessez-le-feu au-delà des quelques jours initialement prévus.

Les personnes qui seront libérées devraient être des enfants, leurs mères et d’autres femmes, selon le reportages.

L’armée israélienne déclare avoir achevé l’encerclement de Jabaliya, à Gaza

La 162e division de l’armée israélienne a achevé l’encerclement de Jabaliya, au nord de Gaza, et est prête à intensifier les combats.

Le 215e régiment d’artillerie et l’armée de l’air ont effectué des frappes lourdes à Jabaliya pour « préparer le terrain à la bataille ».

A la périphérie de Jabaliya, trois entrées de tunnel, avec des agents du Hamas à l’intérieur, ont été frappées, dit Tsahal.

L’armée indique que des troupes de la 401e brigade blindée et de la brigade d’infanterie Nahal ont combattu des agents du Hamas à la périphérie de Jabaliya, avec un soutien aérien. Les forces ont également trouvé et détruit des lance-roquettes dans la région.

Les troupes de la 551e brigade de réserve et d’autres forces spéciales ont opéré dans la partie nord de Jabaliya, s’efforçant d’ouvrir une voie de manœuvre pour la division, indique Tsahal. Les troupes ont tué plusieurs tireurs du Hamas, saisi des armes et détruit des tunnels.

 

Missiles antichars tirés du Liban vers Metula ; aucun blessé

Trois missiles guidés antichars ont été tirés depuis le Liban vers la région de Metula, dans le nord d’Israël, il y a peu de temps.

L’attaque, apparemment menée par le Hezbollah, qui a revendiqué des centaines d’attaques de missiles, de roquettes et de drones sur le nord ces dernières semaines, n’a pas fait de blessés.

L’armée israélienne a indiqué qu’elle répondait par des tirs d’artillerie.

En ce qui concerne la sirène d’infiltration d’un drone qui a retenti plus tôt dans le nord d’Israël, Tsahal déclare que l’incident est terminé, sans donner plus de détails.

Une vidéo d’enfants israéliens chantant « l’anéantissement » des ennemis de la nation suscite l’indignation

Une organisation israélienne se faisant appeler Le Front civil a suscité la controverse sur les réseaux sociaux en produisant une chanson dans laquelle des enfants se réjouissent de la « destruction » de Gaza et affirment qu’il n’y restera « plus rien » dans un an.

Un clip de la chanson met ostensiblement en scène des enfants évacués des communautés proches de la bande de Gaza, et a fait l’objet de critiques tant en Israël qu’à l’étranger pour ses paroles et le fait qu’elles soient chantées par des enfants.

La vidéo est un hommage à la chanson classique israélienne « HaReout », écrite par le poète Haim Gouri sur les événements de la guerre d’indépendance de 1948. L’original, qui est un pilier des journées de commémoration, est une douce ode à ceux qui ont perdu la vie dans les horreurs de la guerre. La nouvelle version, quant à elle, adopte un ton beaucoup plus militant, avec des phrases telles que « Tsahal franchit la frontière pour éliminer les porteurs de la croix gammée », « Nous les éliminerons tous » et « Nous montrerons au monde comment nous détruisons nos ennemis ».

La chanson a été partagée par des militants pro-palestiniens sur les réseaux sociaux, avec des commentaires tels que « Les enfants israéliens chantent une chanson génocidaire sur Gaza » et « C’est comme ça qu’ils élèvent leurs enfants ? »

En Israël, certains utilisateurs ont salué la nouvelle version comme étant « émouvante » et donnant « la chair de poule », mais la plupart des réactions ont été fortement négatives.

« Nauséabond. Êtes-vous capables de faire autre chose que de profaner l’original, de le souiller avec du kahanisme et de nuire aux relations publiques d’Israël ? D’autres ont qualifié le clip de « fou » et de « summum du mauvais goût ».

Gouri lui-même, militant de gauche depuis toujours, aurait certainement été mécontent des nouvelles paroles.

Un utilisateur de Twitter a commenté : « J’espère vraiment que les héritiers […] vous poursuivront en justice et que vous serez obligé de retirer ce truc ».

Tsahal déclare avoir frappé un lance-roquette du Hamas à Gaza

Tsahal affirme avoir ciblé cette nuit un lance-roquettes du Hamas qui avait tiré sur le centre d’Israël hier.

L’armée indique que le lanceur était positionné à côté d’un immeuble résidentiel et qu’après la frappe, les femmes et les enfants qui s’y trouvaient ont fui la zone.

Les forces israéliennes affirment avoir mené des frappes aériennes contre 250 autres cibles du Hamas au cours de la journée écoulée, y compris des agents, des lance-roquettes et des infrastructures.

Pendant ce temps, des réservistes de la Brigade Harel ont trouvé une cache d’armes au domicile d’un membre des forces Nukhba du Hamas, et la 14ème Brigade a trouvé un missile antichar caché sous le lit d’un enfant, dans le nord de la bande de Gaza, indique Tsahal.

2 soldats tués lors des combats à Gaza, portant le bilan des opérations terrestres à 68

Le sergent-chef Ilya Senkin (à gauche) et le soldat Arnon Moshe Avraham Benvenisti Vaspi, qui ont été tués en combattant les terroristes du Hamas dans la bande de Gaza le 20 novembre 2023. (Crédit : Tsahal)
Le sergent-chef Ilya Senkin (à gauche) et le soldat Arnon Moshe Avraham Benvenisti Vaspi, qui ont été tués en combattant les terroristes du Hamas dans la bande de Gaza le 20 novembre 2023. (Crédit : Tsahal)

L’armée israélienne annonce la mort de deux autres soldats tués lors de combats dans le nord de la bande de Gaza, ce qui porte à 68 le nombre de morts dans l’opération terrestre contre le Hamas.

Il s’agit du :

Capitaine Arnon Moshe Avraham Benvenisti Vaspi, 26 ans, de Yesud HaMaala, officier dans le bataillon de reconnaissance de la brigade Givati.

Sergent-chef Ilya Senkin, 20 ans, de Nof Hagalil, soldat dans le bataillon Rotem de la brigade Givati.

L’armée indique que deux réservistes et trois autres soldats ont également été gravement blessés au cours des combats.

Haniyeh: le Hamas est sur le point de conclure un accord de « trêve » avec Israël

Le chef du Hamas, Ismail Haniyeh, lors d'un discours télévisé dans lequel il a appelé à une "solution politique" au conflit en cours avec Israël, le 1er novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran, chaîne Telegram du Hamas)
Le chef du Hamas, Ismail Haniyeh, lors d'un discours télévisé dans lequel il a appelé à une "solution politique" au conflit en cours avec Israël, le 1er novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran, chaîne Telegram du Hamas)

Ismail Haniyeh, chef du bureau politique du Hamas, affirme qu’Israël et le groupe terroriste palestinien sont proches d’un accord sur une « trêve » dans le cadre de la guerre à Gaza.

Dans une déclaration publiée sur Telegram, Haniyeh, basé à Doha, affirme que le Hamas a donné sa réponse au Qatar et à d’autres médiateurs, sans donner plus de détails.

Un haut responsable des services de renseignement aurait averti Netanyahu des risques de posés par les tensions liées à la refonte

Le général de brigade Amit Saar, chef du département de recherche des renseignements militaires, à la conférence de Gazit à Tel Aviv, le 5 décembre 2022. (Capture d'écran/Youtube)
Le général de brigade Amit Saar, chef du département de recherche des renseignements militaires, à la conférence de Gazit à Tel Aviv, le 5 décembre 2022. (Capture d'écran/Youtube)

Selon le quotidien Haaretz, un haut responsable des services de renseignement a averti à deux reprises le Premier ministre Benjamin Netanyahu au début de l’année que les tensions internes liées aux projets de refonte du système judiciaire de son gouvernement encourageaient l’Iran, le Hezbollah et le Hamas à entreprendre potentiellement une action militaire contre Israël.

Le journal indique que le général de brigade Amit Saar, chef du département de recherche du renseignement militaire de Tsahal, a fait appel à Netanyahu pour la première fois le 19 mars, une semaine avant que la Knesset n’approuve un projet de loi de réforme et que le premier ministre ne limoge le ministre de la Défense Yoav Gallant pour avoir demandé une pause dans le remaniement judiciaire (il a été réintégré par la suite).

La seconde lettre aurait été envoyée le 16 juillet, une semaine avant que la Knesset n’approuve le projet de loi sur la « raisonnabilité », qui réduit les pouvoirs de contrôle du pouvoir judiciaire.

« Tous les acteurs du système [de sécurité] constatent qu’Israël traverse une crise grave et sans précédent, qui menace sa cohésion et l’affaiblit. Pour nos principaux ennemis – l’Iran, le Hezbollah et le Hamas – cette faiblesse est l’expression d’un processus linéaire qui se termine par l’effondrement d’Israël, et la situation actuelle est une occasion d’accélérer et d’aggraver ses difficultés », aurait écrit Saar dans la première lettre.

Saar aurait également averti que les divisions politiques en Israël conduisaient le pays « à essayer de s’abstenir d’une escalade sécuritaire, et à laisser les risques contre lui s’accroître ».

Un État palestinien, garantie pour la sécurité d’Israël, selon Borrell

Josep Borrell, haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, s'adressant à la presse après avoir participé au sommet international sur la paix dans la nouvelle capitale administrative de l'Égypte (NAC), à environ 45 kilomètres à l'est du Caire, le 21 octobre 2023. (Crédit : Khaled Desouki/AFP)
Josep Borrell, haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, s'adressant à la presse après avoir participé au sommet international sur la paix dans la nouvelle capitale administrative de l'Égypte (NAC), à environ 45 kilomètres à l'est du Caire, le 21 octobre 2023. (Crédit : Khaled Desouki/AFP)

La création d’un Etat palestinien est le meilleur moyen d’assurer la sécurité d’Israël, a déclaré lundi le chef de la diplomatie de l’UE Josep Borrell après une réunion avec les 27 ministres des Affaires étrangères.

« La meilleure garantie pour la sécurité d’Israël est la création d’un État palestinien », a déclaré M. Borrell dans un résumé écrit d’une visioconférence avec les 27 ministres après avoir effectué une tournée au Moyen-Orient.

C’est « une conclusion politique fondamentale » de ses discussions dans la région, a fait valoir le plus haut diplomate de l’UE.

M. Borrell a insisté sur le fait qu’Israël ne devrait pas retourner à Gaza après la fin du conflit et que le contrôle du territoire devrait être transféré à l’Autorité palestinienne. Israël s’est unilatéralement retiré de la bande de Gaza en 2005.

« Malgré les énormes défis, nous devons faire avancer nos réflexions sur la stabilisation de Gaza et le futur Etat palestinien », a-t-il souligné.

À court terme, il existe dans la région un « sentiment d’urgence » face à la situation humanitaire désespérée de Gaza, a ajouté M. Borrel après avoir visité une série d’États arabes.

« La résolution du Conseil de sécurité des Nations unies appelant à des pauses humanitaires immédiates est un grand pas en avant, mais nous devons veiller à sa mise en œuvre rapide », a déclaré le fonctionnaire européen.

Une autre crainte majeure est que le conflit n’enflamme davantage la situation explosive en Cisjordanie et n’entraîne d’autres acteurs au Moyen-Orient.

« Compte tenu de l’augmentation de la violence des extrémistes et des colons à l’encontre des Palestiniens, il existe un risque réel d’escalade de la situation », a estimé M. Borrell.

« Les informations faisant état d’un navire détourné par les Houthis sont un autre signe inquiétant d’un risque de débordement régional.

 

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.