Rechercher
Le ToI Enquête

Cryptodevises : 2 nouveaux suspects dans une affaire de fraude massive révélée

Yaron Shalem et Ido Sadeh Man figurent parmi les 10 suspects arrêtés pour fraude aggravée, blanchiment d'argent et détournement de fonds

Simona Weinglass

Simona Weinglass est journaliste d'investigation au Times of Israël

Yaron Shalem, ancien vice-président de la société de capital-risque Singulariteam et ancien directeur financier de Celsius Network (Crédit : Linkedin)
Yaron Shalem, ancien vice-président de la société de capital-risque Singulariteam et ancien directeur financier de Celsius Network (Crédit : Linkedin)

Après une bataille judiciaire de trois mois menée par le Times of Israel, avec le Financial Times britannique et, séparément, par le journal Haaretz, un juge israélien a levé l’ordre de bâillonnement contre deux autres des dix suspects arrêtés le 18 novembre dans le cadre d’une prétendue escroquerie liée aux crypto-monnaies qui a touché des victimes du monde entier, auxquelles des sommes d’argent colossales ont été volées. Leurs noms sont Yaron Shalem et Ido Sadeh Man.

Aucun des deux n’a répondu à une demande de commentaire du Times of Israel. Shalem était vice-président de la société de capital-risque Singulariteam et, jusqu’à récemment, directeur financier de Celsius Network, une plateforme de prêt de crypto-monnaie de plusieurs milliards de dollars. Sadeh Man est le fondateur de la société de crypto-monnaie Saga.

Les avocats de Shalem ont déclaré au Financial Times qu’il « avait agi conformément à la loi et rejette fermement et totalement toute tentative de l’associer à un acte de fraude ». Ils ont ajouté que « notre client est certain qu’à la fin de l’enquête, il sera constaté qu’il n’a commis aucun acte répréhensible ».

Celsius Network a souligné que les infractions présumées de Shalem ne s’étaient pas produites dans le cadre de son travail pour l’entreprise ; il a déclaré qu’il avait été suspendu lorsque Celsius avait appris qu’il faisait l’objet d’une enquête et qu’il n’était plus employé par la société.

Les deux hommes, dont les noms avaient été interdits de publication par les tribunaux avant mardi, sont soupçonnés avec les huit autres de « fraude aux investisseurs par le biais d’un certain nombre d’entreprises de crypto-monnaie » et d’avoir ainsi empoché des dizaines de millions de shekels. Les accusations portées contre les dix comprennent la fraude, la fraude aggravée, le détournement de fonds, le complot en vue de commettre un crime, le blanchiment d’argent et les infractions fiscales.

L’arrestation des dix suspects le 18 novembre, dans une affaire surnommée « The Big Game » par les enquêteurs de la police, a été un événement sans précédent car la police israélienne n’a que rarement enquêté sur des cas de fraude numérique à grande échelle. Seuls deux des noms ont été rendus publics le jour de l’arrestation – ceux du propriétaire de Beitar Jerusalem Moshe Hogeg et de l’ancien PDG de Singulariteam Adi Sheleg – tandis que le nom d’un troisième suspect, Avishai Ziv, a été rendu public le 10 février.

Mais après une bataille judiciaire de trois mois, invoquant le principe d’audience publique qui est une loi israélienne fondamentale, les juges dans l’affaire ont accepté de lever l’ordre de bâillonnement contre Shalem et Sadeh Man. Cinq noms restent toujours sous l’ordre de bâillonnement. (Le Times of Israel est représenté dans la bataille judiciaire en cours par l’avocat Amir Kedari, de la firme Tal, Kadari, Shamir & Co.)

Les dix hommes arrêtés sont parmi les pionniers israéliens les plus connus, et dans certains cas internationalement salués, de la technologie des registres distribués, plus communément connue sous le nom de technologie du blockchain. Fidèles aux riches et célèbres du monde entier, certains ont dirigé des entreprises dont les valorisations en dollars se situent dans les 8, 9 ou 10 chiffres, et ont été consultés par les principaux régulateurs internationaux et ministres du gouvernement.

Leurs arrestations sont sans précédent en termes de sommes qu’ils auraient volées et du fait que leurs crimes présumés étaient basés sur Internet et visaient en grande partie des investisseurs à l’étranger. Au cours des 15 dernières années, Israël est devenu une plaque tournante de la fraude à l’investissement contre des victimes à l’étranger, ciblant à la fois les investisseurs sophistiqués et les investisseurs familiaux via le forex, les options binaires et la fraude cryptographique, la plupart de ces crimes présumés n’ayant fait l’objet d’aucune enquête ni poursuite.

Selon leurs mandats d’arrêt, les dix hommes sont soupçonnés d’avoir collecté d’énormes sommes d’argent pour une série d’entreprises de crypto-monnaie sans nom pendant une période de temps indéterminée. Au lieu d’utiliser l’argent pour développer un produit, les mandats d’arrêt allèguent qu’ils l’ont utilisé pour leurs dépenses personnelles ou leurs propres entreprises privées.

« Les investisseurs ont reçu un plan ordonné pour investir de l’argent et développer les entreprises, y compris de fausses publicités de prétendus investissements par des façonneurs de l’opinion publique », a allégué la police dans plusieurs des mandats d’arrêt. « De cette façon, les investisseurs ont été persuadés d’investir des millions de dollars dans ces entreprises. En réalité, leur argent a été jeté, car il n’a pas été investi conformément au plan qui a été présenté, mais a été volé et transféré dans les poches des suspects, qui ont utilisé cet argent pour leur usage personnel ou leurs affaires personnelles. »

Yaron Shalem, ancien vice-président de la société de capital-risque Singulariteam et ancien directeur financier de Celsius Network. (Crédit : LinkedIn)

Hogeg et les neuf autres suspects auraient travaillé ensemble pour solliciter des centaines de millions de dollars d’investissements auprès du public sur Internet et par d’autres moyens.

La plupart des suspects sont liés à Hogeg, 40 ans, le célèbre propriétaire flamboyant de l’équipe de football Beitar Jérusalem, qui est également soupçonné d’avoir commis des crimes impliquant un délit sexuel et une atteinte à la moralité. Les autres hommes sont soupçonnés de délits financiers mais pas de délits sexuels.

Une source des forces de l’ordre, qui s’est exprimée sous couvert d’anonymat, a déclaré au Times of Israel que la fraude sur Internet devient de plus en plus la principale source d’argent des criminels, mais qu’il a fallu un certain temps à la police en Israël et dans le monde pour le comprendre.

« Ce n’est pas comme un braquage de banque, où vous avez un voleur, une arme à feu et des témoins oculaires. C’est un type de crime où il n’y a aucune preuve matérielle ; cela se passe dans l’éther », a déclaré la source.

De Singulariteam à Celsius

Le suspect qui a suscité le plus d’intérêt dans le monde est Yaron Shalem, dont le nom a fuité en ligne dans les jours qui ont suivi son arrestation.

Jusqu’en mars 2018, Shalem était vice-président de la société de capital-risque Singulariteam, dont Hogeg était le président et directeur associé.

Shalem était jusqu’à récemment le directeur financier de Celsius Network, une plateforme de prêt de crypto-monnaie avec des bureaux en Israël qui a connu une croissance explosive au cours de la dernière année, et qui a récemment reçu un investissement de 750 millions de dollars dirigé par un important fonds d’actions et un fonds de pension canadien. Celsius Network a déclaré qu’il avait été suspendu lorsqu’il a appris qu’il faisait l’objet d’une enquête ; il n’est plus employé par l’entreprise.

Le 24 novembre, le vendeur à découvert Nate Anderson a demandé à un représentant de Celsius Network si le directeur financier de la société avait été arrêté, mais il n’a pas reçu de réponse concluante.

Le 26 novembre, Celsius Network a annoncé dans un tweet qu’un de ses employés faisait l’objet d’une enquête policière en Israël, mais il n’a pas nommé l’employé.

Dans un message au Times of Israel, Anderson a déclaré que l’arrestation de Shalem pourrait nuire davantage à la crédibilité de Celsius Network, qui a déjà été accusé par plusieurs États américains d’avoir enfreint les lois sur les valeurs mobilières.

« Le directeur financier est sans doute le poste le plus important dans une entreprise qui espère devenir une banque de crypto-devises établie », a déclaré Anderson.

« Beaucoup se sont déjà demandé à haute voix si Celsius fonctionnait en système pyramidal ; voir un directeur financier faire face à des allégations de fraude criminelle est un coup dur pour sa crédibilité. »

Le directeur-général de Celsius, Alex Mashinsky, sur une image apparaissant sur le site de la compagnie. (Capture d’écran)

Le fondateur de Saga, qui a « fourni ses idées » au gouvernement américain

Ido Sadeh Man est le fondateur de la société de crypto-monnaie Saga, dont le conseil consultatif comprenait des personnalités aussi illustres que le président de JPMorgan Chase International Jacob Frenkel et le lauréat du prix Nobel d’économie Myron Scholes. Son « livre blanc » de 2018 expliquait que Saga espérait réformer le système monétaire mondial de manière à assurer une « répartition plus équitable des risques et des récompenses ». En janvier 2021, le projet avait fermé et licencié ses employés restants.

En octobre 2018, Sadeh Man a été invité à une réunion prestigieuse avec le sous-secrétaire au Trésor américain Sigal Mandelker, qui était en visite en Israël dans le cadre d’une délégation du département du Trésor. Pendant son séjour, elle a dirigé une table ronde avec des entrepreneurs israéliens de la crypto-monnaie, dont Sadeh Man, qui « a donné un aperçu » de la façon dont les États-Unis pourraient réglementer l’industrie de la blockchain sans étouffer l’innovation, ont déclaré plusieurs sources au courant de la réunion au Times of Israel.

Sadeh Man avait été trié sur le volet par le ministère israélien des Finances pour assister à la réunion en tant que chef de file de l’industrie israélienne de la crypto-monnaie.

L’ancien commissaire aux comptes

Avishai Ziv, 40 ans, dont le nom a été publié le mois dernier, était le PDG de Singulariteam à partir de mai 2018 ainsi que le PDG d’Alignment Group, un incubateur d’entreprises de blockchain. Une version archivée du site Web décrit son conseil consultatif comme étant composé de Hogeg, du PDG de CoinTree Uriel Peled et de l’architecte du projet Bancor, Eyal Herzog.

Avishai Ziv en 2018. (Capture d’écran Facebook)

Avant de rejoindre Singulariteam, Ziv avait travaillé chez Ernst and Young Israel en tant qu’auditeur senior spécialisé dans les entreprises de haute technologie, selon sa biographie en ligne.

Adi Sheleg, 47 ans, dont le nom a été autorisé à être publié avec Hogeg le jour de leur arrestation en novembre, était un cadre de Singulariteam qu’il a quitté en 2018 après une relation amoureuse avec une collègue, a déclaré son avocat lors de son audience de renvoi. Sheleg est actionnaire des deuxième et troisième fonds de Singulariteam.

Lors de son renvoi d’audience du 18 novembre, un enquêteur de la police a décrit Sheleg comme « un axe central » de la fraude présumée, « je dirais même un initiateur des crimes majeurs dans l’affaire ».

Quelles entreprises étaient impliquées ?

Moshe Hogeg et ses collègues du centre de blockchain Alignment étaient à l’origine de nombreuses entreprises de crypto-monnaie, notamment Sirin Labs, Stx Technologies Limited (Stox), Leadcoin et PumaPay.

Les mandats d’arrêt n’indiquent pas quelles entreprises auraient participé à la fraude. Cependant, les mandats d’arrêt font écho aux allégations portées lors d’un procès intenté en mai 2021 par d’anciens employés de Singulariteam contre Sirin Labs, Stx Technologies Limited (Stox) et Leadcoin. Le procès est l’un des nombreux procès intentés par d’anciens investisseurs contre des sociétés de crypto-monnaie dirigées par Hogeg qui ont collecté des fonds grâce à des offres publiques de jetons, ou ICO. La plupart ont été réglés à l’amiable. Selon les documents judiciaires dans cette affaire, la police a gelé les comptes bancaires de Singulariteam, Sirin Technologies, Webydo et Alignment.

Capture d’écran de Floyd Mayweather faisant la promotion de l’ICO de Stox, en juillet 2017. (Crédit : Capture d’écran)

Une ICO (Initial coin offering, offre publique de jetons) est une méthode de levée de fonds utilisée pour les start-ups de la blockchain. Au cours d’une ICO, un court film sur les activités de la start-up, une biographie de ses fondateurs et un « livre blanc » expliquant de manière plus détaillée la technologie et le plan commercial de la firme sont présentés aux investisseurs. Si ces derniers sont suffisamment convaincus et séduits, ils peuvent alors acheter des tokens – des jetons. Ces tokens leur permettent d’accéder au produit et, si le produit s’avère être une réussite commerciale, les jetons gagnent en valeur sur le marché secondaire.

Nouveau shérif en ville ?

L’affaire contre Hogeg et les neuf autres est sans précédent en termes de montant d’argent qui aurait été volé et du nombre d’individus de haut niveau arrêtés.

Au cours des 15 dernières années, alors qu’Israël est devenu une plaque tournante de la fraude à l’investissement contre les victimes à l’étranger, la police et les responsables de la justice ont été critiqués pour avoir rarement poursuivi les suspects.

Ce manque d’action a été mis en évidence récemment par une série de raids très médiatisés contre des fraudeurs à l’investissement israéliens présumés, à l’instigation des forces de l’ordre allemandes, autrichiennes et américaines, et menées en Israël et dans un certain nombre de pays européens. Parmi les personnes arrêtées figurait un ancien collègue de Hogeg de la révolue startup de réseautage social MobliGuy Grinberg, qui est soupçonné de crimes liés à la crypto-monnaie.

La mannequin portugaise Sara Sampaio faisant la publicité du téléphone Solarin de Sirin Labs. (Crédit : Capture d’écran)

Le ministère américain de la Justice a récemment annoncé qu’il renforçait sa répression des crimes liés aux crypto-monnaies et qu’il avait dédié une unité entière à cette mission.

Interrogé par le Times of Israel lors des audiences de renvoi du 18 novembre de Hogeg et de ses collègues si le FBI était impliqué dans l’enquête, le commissaire de police Ariel Friedman, l’enquêteur principal dans l’affaire, n’a fait « aucun commentaire ».

Certains observateurs ont affirmé que la présence médiatique démesurée de Hogeg faisait de lui un « fruit à portée de main » pour que les forces de l’ordre prennent des mesures attendues depuis longtemps.

Le surintendant Ariel Friedman, enquêteur principal dans l’affaire « The Big Game », au tribunal de première instance de Rishon Lezion, le 6 décembre 2021. (Crédit : Simona Weinglass/Times of Israel)

« Où est passée l’autorité israélienne chargée du blanchiment d’argent ? », a déclaré Maya Zehavi, une entrepreneuse israélienne de crypto-monnaie, au Times of Israel par téléphone après que la nouvelle des arrestations a été rendue publique. Zehavi a également déploré ce qu’elle percevait comme la main lourde de l’autorité israélienne de lutte contre le blanchiment d’argent contre les commerçants de crypto ordinaires alors qu’elle n’a pas enquêté sur les crimes réels.

« Au lieu de punir les petits investisseurs locaux qui veulent déposer de la crypto dans les banques israéliennes, pourquoi ne s’en prennent-ils pas aux personnes qui ont réellement volé l’argent de l’ICO ? »

Un expert israélien du crime organisé, qui s’est entretenu avec le Times of Israel sur le fond, a émis l’hypothèse que les arrestations pourraient être le produit du nouveau gouvernement israélien. Le ministre israélien de la Sécurité publique depuis juin, Omer Barlev (Travailliste), s’est engagé à plusieurs reprises à renforcer l’application de la loi et l’État de droit, notamment contre le crime organisé et le blanchiment d’argent.

Le Ministre de la Sécurité Publique Omer Barlev assiste à une cérémonie de la police israélienne pour le Nouvel an juif au Quartier général de la police israélienne, à Jerusalem, le 5 septembre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Barlev et son vice-ministre Yoav Segalovitz ont refusé de commenter l’affaire lorsqu’ils ont été approchés par le Times of Israel.

D’anciens employés de sociétés de crypto-monnaie lancées par Hogeg ont décrit leurs bureaux comme élégants et coûteux – une mezouza à l’extérieur du bureau de Hogeg aurait coûté des dizaines de milliers de shekels, selon un ancien employé d’une société de crypto-monnaie appartenant à Singulariteam. Hogeg et sa femme possédaient une Ferrari, deux Mercedes et une Bentley.

Les employées, y compris celles occupant des postes de direction, ont ressenti la pression de la direction pour avoir l’air jeune et attirante, a déclaré une ancienne employée au Times of Israel. Les blagues sur le sexe ou les commentaires sur l’apparence des femmes étaient monnaie courante, a déclaré l’employée, bien qu’elle n’ait personnellement été témoin d’aucun crime sexuel plus grave.

Le 3 décembre, un tribunal a levé l’ordre de bâillonnement sur les crimes sexuels présumés de Hogeg. Il est soupçonné de trafic sexuel, d’actes indécents, de harcèlement sexuel, d’exploitation d’un lieu à des fins de prostitution, d’atteinte à la vie privée et d’avoir amené un individu à la prostitution. Il est également soupçonné d’avoir fourni de la drogue et de l’alcool à des mineures.

Les autres suspects de l’affaire « The Big Game » ne sont pas soupçonnés de crimes sexuels.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...