Israël en guerre - Jour 234

Rechercher

L’armée s’empare d’un centre de commandement sous un hôpital de Gaza, où auraient été retenus des otages

Le bilan des opérations terrestres grimpe à 44 ; L'UE dénonce l'utilisation par le Hamas de civils comme boucliers humains ; Tsahal découvre des caches d'armes du Hamas dans des écoles, des mosquées et des maisons

  • Les troupes israéliennes en opération dans le nord de la bande de Gaza sur une photo diffusée le 13 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
    Les troupes israéliennes en opération dans le nord de la bande de Gaza sur une photo diffusée le 13 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
  • Les troupes israéliennes en opération dans le nord de la bande de Gaza sur une photo diffusée le 13 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
    Les troupes israéliennes en opération dans le nord de la bande de Gaza sur une photo diffusée le 13 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
  • Les troupes israéliennes en opération dans le nord de la bande de Gaza sur une photo diffusée le 13 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
    Les troupes israéliennes en opération dans le nord de la bande de Gaza sur une photo diffusée le 13 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
  • Les troupes israéliennes en opération dans le nord de la bande de Gaza sur une photo diffusée le 13 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
    Les troupes israéliennes en opération dans le nord de la bande de Gaza sur une photo diffusée le 13 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
  • Cette photo prise depuis une position près de Sderot le long de la frontière israélienne avec la bande de Gaza, tôt le 13 novembre 2023, montre des fusées éclairantes larguées par les forces israéliennes au-dessus de l'enclave côtière au milieu des batailles en cours entre Israël et le groupe terroriste palestinien Hamas. (Crédit : Fadel SennaAFP)
    Cette photo prise depuis une position près de Sderot le long de la frontière israélienne avec la bande de Gaza, tôt le 13 novembre 2023, montre des fusées éclairantes larguées par les forces israéliennes au-dessus de l'enclave côtière au milieu des batailles en cours entre Israël et le groupe terroriste palestinien Hamas. (Crédit : Fadel SennaAFP)
  • Les troupes israéliennes en opération dans le nord de la bande de Gaza sur une photo diffusée le 13 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
    Les troupes israéliennes en opération dans le nord de la bande de Gaza sur une photo diffusée le 13 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
  • Le major Isachar Natan, 28 ans, de Kiryat Malachi, à gauche, et le sergent-chef Itay Shoham, 21 ans, de Rosh Ha'ayin. Tous deux, membres de la brigade Commando, ont été tués lors de combats dans la bande de Gaza le 12 novembre 2023. (Autorisation)
    Le major Isachar Natan, 28 ans, de Kiryat Malachi, à gauche, et le sergent-chef Itay Shoham, 21 ans, de Rosh Ha'ayin. Tous deux, membres de la brigade Commando, ont été tués lors de combats dans la bande de Gaza le 12 novembre 2023. (Autorisation)
  • Les troupes israéliennes en opération dans le nord de la bande de Gaza sur une photo diffusée le 12 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
    Les troupes israéliennes en opération dans le nord de la bande de Gaza sur une photo diffusée le 12 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée informe la famille de l’otage Noa Marciano que le Hamas a diffusé une vidéo d’elle

Noa Marciano. (Autorisation)
Noa Marciano. (Autorisation)

L’armée israélienne a affirmé avoir envoyé des représentants auprès de la famille de Noa Marciano, détenue par le Hamas dans la bande de Gaza, après que le groupe terroriste a publié une vidéo d’elle plus tôt dans la soirée.

« Nos pensées vont à la famille Marciano, dont la fille, Noa, a été brutalement kidnappée par l’organisation terroriste du Hamas », a déclaré l’armée israélienne dans un communiqué.

Les militaires s’engagent à continuer de soutenir la famille Marciano, ainsi que les proches des autres otages.

« Nous travaillons par tous les moyens, tant en matière de renseignement qu’opérationnels, afin de ramener les otages chez eux », a affirmé l’armée israélienne.

Elle a indiqué qu’un représentant de Tsahal s’était rendu au domicile de Noa Marciano pour les informer de la publication de la vidéo du Hamas.

« Le Hamas continue de recourir à la terreur psychologique et se comporte de manière inhumaine, à travers des vidéos et des photos d’otages, comme il l’a fait par le passé », a ajouté l’armée israélienne.

Des centaines de personnes rassemblées pour la libération des otages près des bureaux de l’ONU à Jérusalem

Un rassemblement près des principaux bureaux de l’ONU à Jérusalem, exigeant que davantage soit fait pour libérer les otages détenus par les groupes terroristes à Gaza, le 13 novembre 2023. (Autorisation : Charlie Kalech)
Un rassemblement près des principaux bureaux de l’ONU à Jérusalem, exigeant que davantage soit fait pour libérer les otages détenus par les groupes terroristes à Gaza, le 13 novembre 2023. (Autorisation : Charlie Kalech)

Plusieurs centaines de manifestants ont organisé ce lundi soir un rassemblement pour la libération des otages retenus en captivité à Gaza près des principaux bureaux de l’ONU, dans le quartier Armon Hanatziv à Jérusalem.

Pendant la manifestation, Pascal Soto, haut responsable du Bureau du Coordonnateur spécial des Nations unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, est sorti pour s’adresser à la foule.

« Je suis touché d’être celui qui vous reçoit », a dit Soto. « Je vis en Israël depuis longtemps maintenant. Je ne peux pas imaginer la peur et la douleur des otages et des proches, votre douleur et votre peur. »

Un représentant du groupe a remis une lettre adressée au secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres.

Soto a affirmé que le secrétaire général de l’ONU n’avait cessé, depuis le 7 octobre, d’appeler à la libération inconditionnelle des quelque 240 otages en captivité à Gaza.

« Il a rencontré les familles et s’est engagé à faire tout son possible pour obtenir leur libération », a expliqué Soto.

Soto a ajouté que Guterres avait été en contact avec le Qatar pour négocier la libération des otages.

« Je ne sais pas si je peux vraiment être plus précis », a déclaré Soto. « C’est tout ce que je peux dire à ce stade. »

L’un des parents des otages, Yoav Engel – père d’Ofir Engel, 18 ans, du kibboutz de Ramat Rachel – a expliqué qu’il « était juste venu demander l’aide de l’ONU. Mon enfant est là depuis 38 jours avec 238 autres personnes, bébés, enfants, adolescents, adultes, hommes malades. Et personne ne sait comment ils vont ».

Israël propose d’inclure l’aide à Gaza dans le programme de sécurité américain pour Israël

Le président américain Joe Biden s'exprimant au sujet des guerres en Israël et en Ukraine dans le bureau ovale de la Maison Blanche, à Washington, le 19 octobre 2023. (Crédit : Jonathan Ernst/Pool via AP)
Le président américain Joe Biden s'exprimant au sujet des guerres en Israël et en Ukraine dans le bureau ovale de la Maison Blanche, à Washington, le 19 octobre 2023. (Crédit : Jonathan Ernst/Pool via AP)

Israël soutient l’inclusion par le président américain Joe Biden de l’aide humanitaire pour Gaza au sein du plan de sécurité nationale de 106 milliards de dollars qu’il a présenté au Congrès le mois dernier pour financer le soutien sécuritaire de Washington à Israël et à l’Ukraine, a déclaré un haut responsable israélien au Times of Israel.

Le responsable a cependant précisé que ce soutien de Jérusalem était conditionné à ce que l’aide réponde à des critères spécifiques, discutés par Israël avec des législateurs américains qui tentent de faire avancer le programme d’aide.

Il s’agira notamment de faire la différence entre l’aide d’urgence à court terme, qui doit être entièrement coordonnée avec Israël, et le financement de la réhabilitation de Gaza après la guerre. Israël demande également un financement d’après-guerre pour inclure une aide qui contribuera à renforcer la frontière égyptienne avec Gaza afin de garantir que l’enclave ne soit pas remilitarisée dans un « Gaza post-Hamas », a indiqué le haut responsable israélien.

Les commentaires du haut responsable constituent la première fois qu’Israël se prononce publiquement sur le programme d’aide présenté le mois dernier par Biden au Congrès.

Les Républicains de la Chambre ont rejeté la proposition et ont proposé un paquet alternatif qui comprenait les mêmes 14 milliards de dollars d’aide à la sécurité pour Israël, mais qui laissait de côté les 61 milliards de dollars pour l’Ukraine, ainsi que les 9 milliards de dollars d’aide humanitaire. La majorité démocrate du Sénat et la Maison Blanche se sont engagées à ne pas adopter la version du Parti républicain, qui prévoyait des coupes massives dans les imports américains, conduisant à une impasse qui persiste depuis.

Le haut responsable israélien a pris soin de ne pas se prononcer sur le débat entre Démocrates et Républicains, mais a affirmé que Jérusalem n’était pas opposée à ce que l’aide américaine à la sécurité d’Israël soit liée à l’aide à l’Ukraine.

Une femme enlevée à Gaza le 7 octobre a probablement accouché en captivité – responsables

Les responsables israéliens ont autorisé la publication de cette information : l’une des otages kidnappées lors de l’attaque du Hamas du 7 octobre a probablement accouché en captivité.

La femme, qui en était à son neuvième mois de grossesse, est présumée avoir accouché sur la base du temps écoulé depuis, et non sur la base d’informations concrètes, ont souligné les responsables.

Eli Cohen mardi à Genève où il rencontrera les chefs de la Croix-Rouge et de l’OMS

Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen se rendra demain en Suisse avec plusieurs proches des otages détenus à Gaza, pour une visite diplomatique éclair.

Le bureau de Cohen a annoncé qu’il rencontrerait à Genève la présidente de la Croix-Rouge, Mirjana Spoljaric Egger, ainsi que le chef de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Il informera également les ambassadeurs étrangers des efforts internationaux visant à libérer les quelque 240 otages détenus par les terroristes à Gaza.

Les USA travaillent « 24h/24 » pour libérer les otages détenus à Gaza, dit Jake Sullivan

Le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a déclaré que l’administration Biden travaillait « 24 heures sur 24 » pour obtenir la libération des quelque 240 otages détenus par les groupes terroristes de Gaza et qu’il rencontrerait à nouveau des représentants des familles des otages plus tard dans la journée.

Comme la Maison Blanche l’a souligné dans son communiqué suite à l’appel du président américain Joe Biden hier avec l’émir du Qatar et comme l’a rappelé Sullivan, se trouvent parmi les otages Abigail Edan, une petite fille de 3 ans, citoyenne américaine dont les parents ont été tués lors de l’attaque terroriste du Hamas du 7 octobre.

Sullivan a ajouté que neuf Américains étaient actuellement portés disparus, ainsi que le titulaire d’une Green Card américaine. Il a refusé de donner davantage d’informations sur le statut des otages, mais a affirmé que les États-Unis « avaient des informations… sur certains des otages ».

« Il y a un nombre important d’otages qui sont non seulement vivants, mais qui pourraient potentiellement participer à une libération d’otages », a poursuivi Sullivan. « Mais je ne peux pas vous donner une idée exacte du nombre d’Américains qui seraient inclus dans cela. C’est quelque chose sur lequel nous devrons travailler au fur et à mesure que nous poursuivons ces négociations… Nous ne le saurons pas avec certitude tant que nous n’aurons pas effectivement libéré ces otages. »

Sullivan a rappelé que les États-Unis menaient également des efforts visant à accroître le flux d’aide humanitaire vers Gaza. « Même si nous avons réalisé certains progrès, il faut faire beaucoup plus de toute urgence pour alléger les souffrances de la population civile de Gaza », a-t-il dit.

Le principal collaborateur de Biden a noté l’accord d’Israël la semaine dernière visant à mettre en œuvre des pauses humanitaires localisées dans les combats de Tsahal dans le nord de Gaza et a déclaré que les États-Unis continueront à discuter de la mise en œuvre de pauses supplémentaires de ce type, qui permettront l’arrivée d’aide supplémentaire, le passage en toute sécurité de civils palestiniens et d’aider à la libération des otages.

« Nous pensons que les pauses ne devraient pas être dictées par un calendrier strict », a déclaré Sullivan. Il a noté que les pauses humanitaires acceptées par Israël pourraient devoir durer plus de quatre heures et a ajouté que Tsahal avait également reconnu cela, en prolongeant récemment l’une des pauses à sept heures pour assurer le passage en toute sécurité de civils.

« En fin de compte, nous aimerions voir des pauses considérablement plus longues [pendant] des jours, et non des heures, dans le contexte d’une libération d’otages », a ajouté Sullivan.

Sullivan a déploré la perte de civils dans le conflit, mais a souligné qu’Israël luttait contre un groupe terroriste dont les dirigeants se sont engagés à perpétrer de nouveaux massacres comme celui du 7 octobre et à rester en état de guerre permanent avec Israël tant que le pays existerait.

Le président indonésien exhorte Biden à « en faire davantage pour mettre fin aux atrocités » à Gaza

Le président indonésien Joko Widodo a exhorté, lors d’une visite à la Maison Blanche lundi, son homologue américain Joe Biden à « en faire davantage pour mettre fin aux atrocités » à Gaza et instaurer un cessez-le-feu entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas.

« L’Indonésie appelle les Etats-Unis à en faire davantage pour mettre fin aux atrocités à Gaza. Un cessez-le-feu est indispensable pour le bien de l’humanité », a déclaré Joko Widodo lors de sa rencontre avec Joe Biden dans le Bureau ovale

Des alertes d’infiltration de drones dans les villes du nord près de la frontière libanaise

Des alarmes présumées d’infiltration de drones ont retenti à Yiron, Avivim, Dovev, Sassa, Baram et Matat, des communautés du nord du pays, situées près de la frontière libanaise.

Ces alertes surviennent suite à des attaques répétées du groupe terroriste du Hezbollah et de factions palestiniennes alliées, bien qu’il y ait également eu plusieurs fausses alertes.

Pour Lula, la réponse d’Israël est « aussi grave » que l’attaque du Hamas

Le président brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva, à Brasilia, le 10 novembre 2023. (Crédit : EVARISTO SA / AFP)
Le président brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva, à Brasilia, le 10 novembre 2023. (Crédit : EVARISTO SA / AFP)

Le président brésilien Lula a accusé lundi Israël de « tuer des innocents sans aucun critère » dans la bande de Gaza, jugeant la réponse de l’État hébreu « aussi grave » que les attaques du Hamas. « Après les actes de terrorisme du Hamas, les conséquences, la solution d’Israël s’est avérée aussi grave que celle du Hamas. Ils tuent des innocents sans aucun critère », a affirmé Luiz Inacio Lula da Silva lors d’une cérémonie officielle à Brasilia.

Le président du plus grand pays d’Amérique latine a également accusé Israël de « lancer des bombes là où il y a des enfants, comme sur des hôpitaux, sous prétexte que des terroristes s’y trouveraient ». « C’est inexplicable. D’abord, il faut sauver les femmes et les enfants, après vous vous battez avec qui vous voulez », a insisté Lula.

Lula va accueillir lundi soir dans une base aérienne de Brasilia 22 citoyens brésiliens et dix membres de leurs familles qui vivaient à Gaza et qui ont pu être évacués dimanche en traversant la frontière égyptienne, après plus d’un mois d’attente.

Jeudi, Celso Amorim, proche conseiller de Lula qui représentait le Brésil à une conférence humanitaire sur Gaza à Paris, s’est déclaré en faveur d’un « cessez-le-feu », estimant que la mort de milliers d’enfants palestiniens dans des bombardements israéliens faisait penser à « un génocide ».

L’armée dit avoir trouvé le centre de commandement du Hamas sous l’hôpital de Gaza

Des armes trouvées par les forces israéliennes dans un centre de commandement du Hamas sous l'hôpital Rantisi de la ville de Gaza, sur une photo publiée par l'armée le 13 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Des armes trouvées par les forces israéliennes dans un centre de commandement du Hamas sous l'hôpital Rantisi de la ville de Gaza, sur une photo publiée par l'armée le 13 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré que l’unité commando d’élite Shayetet 13 de la marine et la 401e brigade blindée avaient attaqué l’hôpital Rantisi de la ville de Gaza, où étaient retranchés des membres du Hamas.

« Sous l’hôpital, au sous-sol, nous avons trouvé un centre de commandement et de contrôle du Hamas, des vestes explosives, des grenades, des fusils d’assaut AK-47, des engins explosifs, des RPG et d’autres armes », a déclaré Hagari lors d’une conférence de presse en anglais.

« Nous avons également trouvé des signes indiquant que le Hamas avait gardé des otages ici », a-t-il dit, ajoutant que cela faisait toujours l’objet d’une enquête, mais que Tsahal disposait de renseignements permettant de le vérifier.

« De plus, nous avons trouvé des preuves selon lesquelles des terroristes du Hamas étaient revenus du massacre du 7 octobre vers cet hôpital, entre autres, après avoir tué des Israéliens dans leurs maisons », a-t-il dit.

« Le Hamas se cache dans les hôpitaux. Aujourd’hui, nous allons exposer cela au monde », a-t-il dit.

Hagari a affirmé que Tsahal avait œuvré afin de permettre l’évacuation en toute sécurité des patients de Rantisi au cours de la semaine dernière, ainsi que d’autres hôpitaux du nord de Gaza.

« Israël a aidé les directeurs de l’hôpital à évacuer les patients vers un hôpital plus sûr », a-t-il dit, ajoutant que Tsahal avait été informé que les 18 derniers patients de Rantisi avaient été évacués en toute sécurité.

« C’est parce que notre guerre se fait contre le Hamas, pas contre la population de Gaza. Surtout pas les malades, les femmes et les enfants », a-t-il dit.

« Notre guerre se fait contre le Hamas, qui les utilise comme boucliers humains », a ajouté Hagari.

Biden appelle à une « action moins intrusive » à l’hôpital de Gaza

Le président américain Joe Biden a exhorté Israël à protéger le principal hôpital de Gaza, alors que de violents combats entre les forces israéliennes et le Hamas font rage autour du complexe.

« J’espère et je m’attends à des actions moins intrusives à propos de l’hôpital », a déclaré Biden aux journalistes dans le Bureau ovale après qu’il lui a été demandé s’il avait exprimé ses inquiétudes à Israël sur cette question. « L’hôpital doit être protégé », a-t-il ajouté.

En direct : Le porte-parole de Tsahal révèle comment le Hamas utilise un hôpital de Gaza

Le porte-parole de Tsahal, Daniel Hagari, tient actuellement une conférence de presse en anglais suite à une opération au cours de laquelle des armes ont été trouvées à l’hôpital Rantisi à Gaza.

Il a montré des images du sous-sol de l’hôpital et affirmé qu’Israël disposait de preuves indiquant que des otages y avaient été détenus.

Des soldats de Tsahal à l’intérieur du Parlement de Gaza avec des drapeaux israéliens

Des soldats de la Brigade Golani de l’armée israélienne, dans le Parlement de Gaza, après la capture du site, le 13 novembre 2023. (Crédit : Réseaux sociaux ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Des soldats de la Brigade Golani de l’armée israélienne, dans le Parlement de Gaza, après la capture du site, le 13 novembre 2023. (Crédit : Réseaux sociaux ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Une image circulant sur les réseaux sociaux montre des troupes de la Brigade Golani de Tsahal à l’intérieur du bâtiment du Parlement de Gaza, dans la ville de Gaza, après avoir pris le contrôle du site.

Le bâtiment du Conseil législatif palestinien à Gaza sert les législateurs du Hamas depuis la prise de contrôle de la bande par le groupe terroriste en 2007.

L’inhumation d’une victime du 7 octobre dans un carré non-juif suscite la colère, le rabbinat défend la décision

Alina Plahti. (Autorisation)
Alina Plahti. (Autorisation)

Le rabbin de la ville de Beit Shean a défendu la décision d’enterrer une victime de l’attaque du Hamas du 7 octobre séparément des tombes juives dans un cimetière municipal.

Alina Plahti, 23 ans, n’était pas Juive selon la loi juive orthodoxe et aurait abandonné un programme auquel elle participait pour se convertir au judaïsme. Elle ne peut donc pas être enterrée autour de Juifs au cimetière, a déclaré le rabbin Yosef Yitzhak Lasri au Times of Israël lundi.

La réaction de Lasri fait suite à un débat au sein de la commission des affaires de l’Alyah, de l’Intégration et de la Diaspora de la Knesset, au cours duquel plusieurs députés ont fustigé la décision d’enterrer séparément Plahti, qui fait partie des quelque 1 200 personnes assassinées par les terroristes du Hamas en Israël le 7 octobre.

La Hevra Kaddisha de Beit Shean, qui dépend du bureau local du grand rabbinat, a enterré Plahti le 30 octobre, en dehors du périmètre où sont enterrés les Juifs.

« Nous partageons la douleur de la famille, mais des procédures claires sont en place : les non-Juifs ne sont pas enterrés avec les Juifs, conformément à la décision du grand rabbinat », a expliqué Lasri.

Olga Plahti, la mère d’Alina, âgée de 49 ans, avait déclaré plus tôt au comité : « Alina est morte parce que les terroristes cherchaient à tuer des Juifs. Ils n’ont pas regardé qui était chrétien. »

Sa fille aurait dû être enterrée comme Juive « parce qu’elle avait décidé de l’être », a déclaré Olga Plahti au Times of Israël. Elle pense que sa fille étudiait pour se convertir au judaïsme lorsqu’elle est décédée, dit Olga. Elle ne sait pas dans quel cadre ces études se sont déroulées, a-t-elle précisé. « Cela nous fait mal et nous déçoit profondément qu’elle n’ait pas été enterrée conformément à qui elle était », a ajouté Olga.

Lors de la réunion de la Knesset, Oded Forer, président de la commission et député du parti d’opposition Yisrael Beytenu, a déclaré : « J’ai honte pour l’État d’Israël et je m’excuse pour cette façon de traiter cela. »

« Je m’excuse au nom du judaïsme, qui n’est pas représenté par ce qui s’est passé ici », a déclaré Elazar Stern, un autre député d’opposition du parti Yesh Atid.

Il existe différentes interprétations de ce que dit la loi juive orthodoxe concernant l’enterrement des non-Juifs avec les Juifs. Alors que le Rabbinat suit une politique de séparation, certaines interprétations autorisent des enterrements mixtes, notamment pour ceux qui sont morts en combattant avec ceux considérés comme Juifs selon la loi juive.

Le chef de Tsahal affirme que des projets sont en préparation pour restaurer la sécurité dans le nord

Le chef d'état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi (à droite), et le chef du commandement du nord, le général de division Ori Gordin, au commandement du nord à Safed, le 13 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Le chef d'état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi (à droite), et le chef du commandement du nord, le général de division Ori Gordin, au commandement du nord à Safed, le 13 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, effectue une évaluation au commandement du nord à Safed, s’engageant à rétablir la sécurité des résidents du nord d’Israël face aux attaques répétées de roquettes et de missiles du Hezbollah et de factions palestiniennes alliées.

« Nous nous préparons fortement avec des plans d’action pour le nord. Notre mission est d’apporter la sécurité. La situation sécuritaire ne peut pas rester telle que les habitants du nord ne se sentent pas en sécurité pour rentrer chez eux », a déclaré Halevi.

L’armée israélienne a affirmé que Halevi avait approuvé les plans d’action et demandé au commandement du nord de maintenir un haut niveau de préparation.

Des roquettes de Gaza ciblent le centre d’Israël pour la première fois depuis vendredi

Des sirènes à la roquette ont retenti dans le centre d’Israël, notamment à Tel Aviv.

Il s’agit des premières attaques à la roquette à longue portée menées depuis la bande de Gaza depuis vendredi.

Des sirènes ont également retenti à Ashkelon et dans d’autres régions du sud d’Israël.

Aucun blessé ou dommage n’a été signalé dans l’immédiat.

Le Hamas a « perdu le contrôle de Gaza », déclare le ministre israélien de la Défense

Le ministre de la Défense Yoav Gallant visite la base de la 91e Division dans le nord d'Israël, le 11 novembre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant visite la base de la 91e Division dans le nord d'Israël, le 11 novembre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense Yoav Gallant a déclaré que le Hamas avait perdu le contrôle de la bande de Gaza, alors que Tsahal s’apprête à s’emparer entièrement de la ville de Gaza.

« Aucune force du Hamas n’est capable d’arrêter Tsahal. L’armée israélienne progresse sur tous les points. L’organisation du Hamas a perdu le contrôle de Gaza. Les terroristes fuient vers le sud. Les civils pillent les bases du Hamas. Ils n’ont aucune confiance dans le gouvernement de Gaza », a déclaré Gallant, après un bilan des combats.

Il a affirmé que les forces israéliennes avançaient « conformément aux plans et accomplissaient leurs tâches avec précision et de manière mortelle ».

Selon Gallant, Tsahal a « intensifié » ses activités contre les tunnels du Hamas ces derniers jours.

« Nous travaillons selon les tâches à effectuer. Nous n’avons pas de chronomètre. Nous avons des objectifs. Nous atteindrons nos objectifs », a déclaré Gallant, en référence à l’indication faite plus tôt par le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen selon laquelle la pression internationale pourrait contraindre Israël à modifier ses actions à Gaza.

Des journalistes disent avoir été visés par des frappes israéliennes au sud du Liban, un caméraman d’Al Jazeera blessé

Des journalistes se trouvant dans le sud du Liban affirment avoir été visés par des frappes israéliennes qui, selon la chaîne qatarie Al Jazeera, auraient légèrement blessé leur photographe. Un maire local et les médias d’État libanais corroborent le récit des journalistes sur cet incident transfrontalier.

Contactée par l’AFP, l’armée israélienne n’a pas voulu commenter dans l’immédiat ces frappes. L’armée israélienne a déclaré avoir répondu par des tirs d’artillerie contre des sources d’attaques de missiles et de roquettes sur le nord d’Israël.

Une dizaine de journalistes de plusieurs médias ont déclaré qu’ils se trouvaient sur place pour inspecter les dégâts causés par les bombardements israéliens, et qu’ils assuraient leur couverture médiatique depuis la ville frontalière de Yarun lorsque les frappes ont eu lieu.

Al Jazeera a affirmé que son photographe Issam Mawasi avait été « légèrement blessé par les bombardements israéliens ».

« Le véhicule de diffusion d’Al Jazeera a également été endommagé lors de l’attaque. La frappe a eu lieu alors qu’un groupe de journalistes parcourait la région », indique un reportage sur le site Internet de la chaîne qatarie anti-israélienne.

Le chef du bureau d’Al Jazeera au Liban, Mazen Ibrahim, a accusé Israël d’avoir « ciblé directement » le groupe, ajoutant que les journalistes se trouvaient dans une zone dégagée.

« Les forces d’occupation israéliennes n’hésitent pas à s’en prendre directement aux journalistes », a-t-il accusé.

L’unité de recherche et de sauvetage 669 a effectué plus de 60 évacuations et 200 opérations pendant la guerre

L'unité 669 effectue une évacuation médicale de la bande de Gaza pendant l'offensive terrestre israélienne, dans une image publiée le 13 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
L'unité 669 effectue une évacuation médicale de la bande de Gaza pendant l'offensive terrestre israélienne, dans une image publiée le 13 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’unité d’élite 669 de recherche et de sauvetage héliportée de l’armée de l’air israélienne a effectué plus de 60 évacuations médicales depuis l’intérieur de la bande de Gaza au cours de l’offensive terrestre de l’armée, transportant des soldats blessés vers des hôpitaux en Israël.

L’unité 669 est composée de spécialistes du sauvetage, de médecins de combat et de pilotes d’hélicoptère.

Outre les évacuations médicales, l’unité a mené 200 autres opérations depuis le 7 octobre, lors des combats dans le sud d’Israël au cours des premières semaines de la guerre.

L’armée israélienne a publié de nouvelles images montrant un hélicoptère de l’unité 669 volant dans la bande de Gaza via la mer, arrivant dans une zone près de la côte et récupérant deux soldats blessés alors qu’ils combattaient le Hamas.

« Depuis le début de l’opération au sol, l’escadron d’hélicoptères de sauvetage a évacué des dizaines de blessés dans des conditions de terrain complexes, sous le feu et dans des situations extrêmes », a expliqué le commandant du 123e escadron, qui exploite les hélicoptères Black Hawk de l’Unité 669, le lieutenant-colonel « Ayin » – qui ne peut être identifié que par son grade et sa première initiale en hébreu.

« Le réseau d’hélicoptères de sauvetage travaille en étroite coopération avec l’unité 669 et les forces terrestres, ce qui permet de sauver des vies », a-t-il expliqué. « L’objectif est d’apporter des secours sûrs et rapides, et d’arriver le plus rapidement possible à un centre médical. »

La Knesset adopte une loi autorisant Israël à déclarer des ressortissants étrangers comme terroristes

La Knesset a adopté une loi permettant au ministre de la Défense de déclarer des individus non israéliens comme terroristes, dans le cadre de sa campagne de guerre.

La nouvelle loi, qui a été adoptée lors du vote final avec le soutien de 17 députés et contre l’opposition d’un député, vient modifier la loi antiterroriste actuelle d’Israël.

Auparavant, les individus non israéliens ne pouvaient être considérés comme des terroristes que si une entité internationale qualifiée en faisait d’abord la désignation.

La loi élargit également la définition du terme « agent terroriste », pour inclure les individus qui versent des fonds à de telles organisations, mais qui n’en sont pas des membres directs officiels.

Les notes explicatives accompagnant la loi lors de son vote final indiquent que l’exigence antérieure de s’appuyer sur des désignations étrangères qualifiées constituait « une réelle limitation dans la lutte contre le terrorisme en général et contre le financement du terrorisme en particulier ».

En plus de cette loi, la Knesset a proposé une mesure visant à accorder la citoyenneté honoraire aux étrangers morts en combattant au sein des services de sécurité israéliens.

Un membre de la famille immédiate pourrait toujours demander au ministère de l’Intérieur d’annuler l’octroi de cette citoyenneté israélienne s’il le souhaite, et celle-ci serait alors annulée « comme si elle n’avait pas été accordée du tout », selon un communiqué du porte-parole de la Knesset.

Cette citoyenneté honoraire n’accorderait aucun droit aux membres de la famille de la victime.

Eli Cohen déclare qu’Israël « n’arrêtera pas les combats » avant d’avoir atteint ses objectifs

Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen a semblé minimiser sa remarque précédente selon laquelle Israël ne disposait que de deux ou trois semaines avant que la pression internationale sur la guerre contre le Hamas ne devienne significative.

Cohen a tweeté qu’« en ce qui nous concerne, il n’y a pas de compte à rebours [diplomatique] – nous n’arrêterons pas de nous battre tant que nous n’aurons pas éliminé le Hamas et ramené tous les otages ».

La procureure générale exige une saisie au bureau de Netanyahu

La procureure générale Gali Baharav-Miara a écrit au conseiller à la sécurité nationale Tzachi Hanegbi afin d’exiger la confiscation immédiate de documents classifiés envoyés au bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu après le début de la guerre, en violation du protocole.

Cette demande urgente intervient après que le quotidien Haaretz a rapporté que le chef de cabinet de Netanyahu, Tzachi Braverman, avait demandé ces dernières semaines à des responsables des rapports protocolaires classifiés de réunions du cabinet de sécurité tenues par le gouvernement actuel et les gouvernements précédents, susceptibles de servir de base à la bataille d’après-guerre de Netanyahu pour que l’opinion publique adhère à sa défense.

Tsahal frappe des cibles du Hezbollah responsables d’attaques transfrontalières

L’armée israélienne a affirmé avoir frappé un site de lancement du Hezbollah dans le sud du Liban, ainsi qu’un membre qui avait tiré des projectiles sur Israël plus tôt.

Dans le même temps, un char de Tsahal a également bombardé une cellule de missiles antichar près de Shtula, selon l’armée.

Tout au long de la journée, des membres du Hezbollah ont lancé des missiles et des mortiers sur le nord d’Israël, ciblant principalement les postes militaires adjacents à la frontière.

L’armée israélienne affirme avoir répondu par des bombardements d’artillerie en direction des sources des tirs à chaque incident.

https://twitter.com/idfonline/status/1724098515817705651

Tsahal affirme avoir tué le commandant de la brigade antichar du Hamas et d’autres terroristes de haut rang

L’armée israélienne a affirmé avoir tué un certain nombre de commandants du Hamas lors de frappes aériennes dans la bande de Gaza au cours de la dernière journée.

Parmi ces officiers supérieurs tués se trouve Yakub Ashur, le commandant du réseau de missiles guidés antichar du Hamas, qui opérait au sein de la brigade Khan Younis, selon Tsahal.

L’armée israélienne a affirmé qu’Ashur, « dans le cadre de son rôle, a participé à la conduite et à la direction d’offensives contre les forces de Tsahal ».

Des frappes distinctes ont également tué Hamis Dababash, un membre vétéran du groupe terroriste et ancien chef de la division des renseignements du Hamas ; Tahsin Maslam, chef de la compagnie de soutien au combat pour les opérations spéciales du Hamas à Beit Lahia ; Jihad Azam, un officier des renseignements du Hamas dans le quartier Zeitoun de la ville de Gaza ; et Munir Harb, chef de l’information de la brigade de Rafah.

Selon l’armée israélienne, Dababash a récemment occupé le poste de secrétaire du chef des relations nationales au sein du bureau politique du Hamas et était le représentant du Hamas au sein du rassemblement des factions nationales et islamiques dans la bande de Gaza.

Elle a ajouté que Dababash avait également été impliqué dans une attaque terroriste meurtrière contre l’implantation d’Atzmona dans la bande de Gaza en 2002, au cours de laquelle cinq Israéliens ont été tués.

L’armée détaille les « coups importants » portés au Hamas dans le nord de Gaza

L’armée israélienne a détaillé ses efforts visant à éliminer sur le terrain les commandants du Hamas et à perturber les opérations du groupe terroriste contre les forces israéliennes dans la bande de Gaza.

Selon Tsahal, avant le 7 octobre, le Hamas comptait quelque 30 000 combattants dans la bande de Gaza, répartis en cinq brigades régionales, 24 bataillons et quelque 140 compagnies.

Chaque brigade du Hamas dispose d’un réseau de missiles antichar, d’équipes de tireurs d’élite et d’ingénieurs, de défenses aériennes et d’un réseau de tir de roquettes, indique l’armée israélienne. Chaque brigade dispose également d’un certain nombre d’avant-postes et de bastions dans leurs régions respectives.

L’armée israélienne a affirmé s’être concentrée sur l’assassinat des commandants des brigades et des bataillons, en particulier ceux du nord de Gaza, où l’armée mène son offensive terrestre.

Selon Tsahal, les bataillons du Hamas dans le nord de Gaza ont subi des « coups importants » et nombre d’entre eux ont désormais du mal à mener des attaques organisées à grande échelle, leurs commandants ayant été tués lors d’opérations israéliennes.

L’armée israélienne a affirmé que le bataillon du Hamas du camp de Shati et les bataillons Daraj-Tuffah avaient été les plus durement touchés.

Le commandant adjoint du bataillon du camp de Shati, plusieurs commandants de compagnie et 200 autres membres ont été tués lors de frappes aériennes et d’opérations terrestres israéliennes. Certains des principaux bastions du bataillon ont été capturés par Tsahal. Ce bataillon est également chargé du principal centre de commandement du groupe terroriste, situé sous l’hôpital Shifa selon l’armée.

Parallèlement, le bataillon Daraj-Tuffah a également subi de lourdes pertes lors des opérations de Tsahal. L’armée affirme avoir tué l’ensemble de ses hauts responsables, y compris le commandant du bataillon, son adjoint et plusieurs commandants de compagnie, ainsi que 260 membres.

Eli Cohen : Israël a 2 à 3 semaines avant que la pression internationale ne devienne significative

Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen s'exprime lors d'une réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies sur le conflit Israël-Hamas, au siège de l'ONU à New York, le 24 octobre 2023. (Crédit : Timothy A. Clary/AFP)
Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen s'exprime lors d'une réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies sur le conflit Israël-Hamas, au siège de l'ONU à New York, le 24 octobre 2023. (Crédit : Timothy A. Clary/AFP)

Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen a déclaré que la pression diplomatique sur Israël avait commencé à augmenter et que, même si elle n’était pas particulièrement élevée à l’heure actuelle, elle était en hausse.

S’exprimant lors d’un point de presse avec les journalistes, Cohen a déclaré que ses homologues diplomatiques avaient mis l’accent sur les questions humanitaires au cours des conversations qu’il a eues avec eux et que certains – qui ne l’ont pas fait publiquement – avaient demandé qu’Israël recherche un cessez-le-feu.

Le ministre des Affaires étrangères a estimé que la « fenêtre diplomatique » était d’environ deux ou trois semaines jusqu’à ce que la pression internationale commence sérieusement à augmenter. Il n’a pas précisé de quelle manière cette pression pourrait augmenter.

Cohen a affirmé que la question des quelque 240 otages détenus par le Hamas à Gaza était un « élément central » donnant à Israël la légitimité pour poursuivre le combat, et que « le monde acceptait qu’Israël ne s’arrêterait pas tant que les captifs n’auront pas libérés ».

Hommage aux victimes française du Hamas par Macron quand le bilan sera certain

Celine Ben David et son bébé, citoyenne franco-israélienne portée disparue depuis le 7 octobre, date à laquelle elle se trouvait au festival Supernova, qui a été pris d'assaut par des terroristes du Hamas. (Autorisation)
Celine Ben David et son bébé, citoyenne franco-israélienne portée disparue depuis le 7 octobre, date à laquelle elle se trouvait au festival Supernova, qui a été pris d'assaut par des terroristes du Hamas. (Autorisation)

Le président français Emmanuel Macron a fait savoir lundi qu’il rendrait un hommage aux victimes françaises de l’attaque du Hamas en Israël dès que « leur nombre et leur identité seront établis avec certitude ».

« Ainsi que je l’ai déjà annoncé, je présiderai prochainement une cérémonie d’hommage national à la mémoire de nos compatriotes disparus (…) dès que leur nombre et leur identité seront établis avec certitude », a-t-il écrit au président du parti Les Républicains (droite), Eric Ciotti.

Dans une lettre envoyée il y a une semaine, M. Ciotti avait demandé au chef de l’Etat « un hommage solennel pour saluer la mémoire » des victimes françaises tuées dans les attaques du Hamas le 7 octobre contre Israël.

La présidence française avait annoncé le 26 octobre que M. Macron organiserait cet hommage « dans les prochaines semaines » à Paris.

Le bilan des victimes françaises dans les attaques du groupe terroriste islamiste palestinien contre Israël s’élève à 40 morts recensés et huit disparus, dont des otages.

Keren, la mère de Mia Schem, et des représentants des familles des personnes enlevées et détenues par des terroristes du Hamas à Gaza tiennent une conférence de presse après la diffusion d’une vidéo par le Hamas, dans laquelle on voit la jeune Israélienne de 21 ans. (Crédit : Ohad Zwigenberg/AP)

L’attaque du Hamas a fait environ 1 200 morts du côté israélien, en majorité des civils tués le 7 octobre, et 42 soldats ont été tués dans la bande de Gaza depuis le début des opérations militaires israéliennes au sol dans ce territoire, selon les derniers chiffres officiels israéliens. En outre,  quelque 240 personnes ont été emmenées en otages dans la bande de Gaza au cours de l’attaque initiale du Hamas.

Netanyahu promet une riposte toujours plus puissante face au Hezbollah

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu visite le bataillon de reconnaissance du désert de Tsahal, également connu sous le nom d'unité 585 ou bataillon bédouin, le 13 novembre 2023. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu visite le bataillon de reconnaissance du désert de Tsahal, également connu sous le nom d'unité 585 ou bataillon bédouin, le 13 novembre 2023. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a lancé un avertissement au Hezbollah face à l’escalade des tensions dans le nord, affirmant que le groupe terroriste libanais « jouait avec le feu ».

« Certains pensent pouvoir étendre leurs attaques contre nos troupes et contre les civils. C’est jouer avec le feu », a dit Netanyahu, sans mentionner explicitement le Hezbollah. « Ce feu rencontrera un feu beaucoup plus puissant. Ils ne doivent pas nous sous estimer, car nous n’avons déployé qu’une petite partie de notre puissance. Nous ferons du mal à ceux qui nous font du mal. »

Le Premier ministre a tenu ces propos lors d’une visite au bataillon de reconnaissance du désert de Tsahal, également connu sous le nom d’unité 585 ou bataillon bédouin, saluant les actions de l’unité pendant et depuis l’attaque du Hamas du 7 octobre, qui a également ciblé des membres de la communauté bédouine.

« Je vous salue. Notre partenariat est l’avenir pour nous tous contre ces sauvages », a-t-il dit aux soldats. « Nous allons gagner. Il n’y a pas de pause. Ce n’est pas une opération, ce n’est pas une nouvelle série de combats. Nous sommes là pour une victoire totale. »

« Nous rétablirons la sécurité au nord et au sud… Le Hamas sera éliminé. »

L’UNRWA affirme que la pénurie de carburant mettra fin à son travail d’aide à Gaza dans « 48 heures »

L’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens et leurs descendants (UNRWA) a affirmé que ses opérations dans la bande de Gaza déchirée par la guerre seraient interrompues d’ici deux jours en raison de la pénurie de carburant, alors que les combats font rage entre Israël et le Hamas.

« L’opération humanitaire à Gaza s’arrêtera dans les prochaines 48 heures car aucun carburant n’est autorisé à entrer à Gaza », a écrit le chef de l’UNRWA à Gaza, Thomas White, sur X.

La police affirme avoir déjoué une attaque au couteau à Tel Aviv le 2/11 et avoir arrêté 2 Palestiniens

La police israélienne a affirmé qu’une attaque terroriste à l’arme blanche avait été déjouée à Tel Aviv le 2 novembre, et qu’elle avait arrêté deux adolescents palestiniens qui portaient des couteaux.

La police a affirmé que les deux garçons de 14 ans étaient des étudiants d’Umm al-Fahm qui ont pris un bus pour Tel Aviv et qui prévoyaient de mener l’attaque contre des soldats de Tsahal près de la gare principale de Savidor.

Les policiers ont jugé leur comportement suspect et se sont approchés, fouillant leurs affaires et trouvant les couteaux.

Les suspects ont ensuite été interrogés, en collaboration avec l’agence de sécurité du Shin Bet, et l’affaire était tenue sous silence jusqu’à aujourd’hui, alors que les deux hommes – toujours en détention provisoire – ont été traduits en justice pour suspicion de tentative de meurtre à caractère terroriste.

La cheffe d’Avoda accuse la coalition de promouvoir la réforme judiciaire sous couvert de la guerre

La cheffe du parti Avoda, Merav Michaeli, rendant visite aux familles des Israéliens pris en otage par le Hamas à Gaza, lors d'une manifestation devant le ministère de la Défense, à Tel Aviv, le 14 octobre 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/FLASH90)
La cheffe du parti Avoda, Merav Michaeli, rendant visite aux familles des Israéliens pris en otage par le Hamas à Gaza, lors d'une manifestation devant le ministère de la Défense, à Tel Aviv, le 14 octobre 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/FLASH90)

La cheffe d’Avoda, le parti travailliste, Merav Michaeli, a affirmé que la coalition continuait de faire avancer son programme controversé de réforme judiciaire sous couvert de la guerre actuelle.

Le ministre de la Justice, Yariv Levin, aurait tenté de promouvoir deux rédacteurs de sa refonte judiciaire au poste de juges, en échange de l’acceptation du candidat de la Cour suprême en tant que prochain président de la Cour, selon des informations publiées hier.

Michaeli a appelé le ministre Benny Gantz, dont le parti centriste s’est associé au Premier ministre Benjamin Netanyahu pour former un gouvernement d’urgence, à « s’en tenir à leur accord initial et à ne s’occuper que de la sécurité d’Israël ».

Michaeli a également critiqué Netanyahu pour avoir évité hier une question sur la responsabilité des échecs qui ont permis les massacres du 7 octobre. Le Premier ministre a en effet soutenu que l’ancien président américain Franklin Roosevelt ne s’était pas vu poser la même question au lendemain de Pearl Harbor.

« Il n’y a aucune preuve que Roosevelt ait apporté des valises d’argent liquide à Yamamoto et aux nazis avant la guerre », a-t-elle dit, faisant référence à la politique des gouvernements successifs de Netanyahu consistant à autoriser l’entrée d’argent liquide qatari dans la bande de Gaza contrôlée par le Hamas, dans l’espoir de tenir le Hamas sous contrôle grâce à la stabilité économique. Le chef du parti Yesh Atid, Yair Lapid, a fait la même remarque, en utilisant les mêmes mots, lors de sa réunion de faction.

La Marine détruit des armes abandonnées au fond de la mer par des plongeurs du Hamas qui tentaient de s’infiltrer

L’armée israélienne a publié des images de l’unité de missions sous-marines de la marine – connue sous son acronyme hébreu YALTAM – récupérant des armes abandonnées par les terroristes du Hamas dans la mer lors de l’assaut du 7 octobre et de d’autres tentatives d’attaques menées depuis.

Lors des attaques du 7 octobre, des membres des forces navales du Hamas ont tenté de s’infiltrer en Israël par la mer. Les forces navales ont réussi à en tuer des dizaines, déjouant en grande partie l’attaque maritime. Le groupe terroriste a tenté à d’autres reprises d’envoyer des plongeurs s’infiltrer en Israël ces dernières semaines.

Les forces de plongée du YALTAM ont scanné les fonds marins ces derniers jours, trouvant des armes à feu, des engins explosifs, des munitions et des canots pneumatiques coulés par les tirs de la marine.

Les armes ont été transportées sur la côte, où elles ont été détruites par l’unité d’élite Yahalom du Corps du génie de combat, a indiqué l’armée israélienne.

Lapid demande à Netanyahu d’arrêter d’essayer de détourner les responsabilités

Le chef de l'opposition Yaïr Lapid lors d'une conférence de presse à Tel Aviv, le 26 octobre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Le chef de l'opposition Yaïr Lapid lors d'une conférence de presse à Tel Aviv, le 26 octobre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Le chef de l’opposition Yair Lapid a demandé au Premier ministre Benjamin Netanyahu de « se concentrer sur la guerre » et l’économie, plutôt que sur les questions de responsabilité dans l’échec d’Israël à empêcher le massacre du 7 octobre.

Netanyahu a refusé de rejoindre une liste de hauts responsables israéliens qui ont publiquement assumé la responsabilité des échecs qui ont précédé le 7 octobre, et a réitéré dimanche à CNN que de telles questions devraient être reportées à une enquête d’après-guerre.

« Le Premier ministre Netanyahu doit cesser de tenter de se soustraire à ses responsabilités. S’il veut que nous n’abordions pas maintenant la question de savoir qui est à blâmer, qu’il n’aille pas sur CNN pour se comparer à [président américain Franklin] Roosevelt », a dit Lapid.

« Roosevelt n’a pas livré des valises d’argent au général [japonais] Yamamoto et n’a pas renforcé les Japonais pendant 13 ans grâce à des politiques erronées et ratées qui ont conduit au désastre », a poursuivi Lapid, s’exprimant depuis la salle de conférence de son parti à la Knesset, aux côtés de photos de certains des 239 otages détenus par le Hamas à Gaza.

Netanyahu s’était comparé à Roosevelt après Pearl Harbor lorsqu’il lui avait été demandé dans une interview s’il démissionnerait après l’échec à arrêter l’assaut du 7 octobre.

Se référant aux membres de son propre parti, Lapid a déclaré que « les gens assis autour de la table font le travail du gouvernement. Ils sont allés aux funérailles et aux shivas [périodes de deuil de sept jours], ils étaient avec les évacués et les familles des personnes enlevées, ils ont aidé à résoudre les problèmes bureaucratiques et ont défendu Israël dans les médias internationaux. »

Il a accusé en revanche le gouvernement de ne pas débloquer des fonds qui pourraient servir à l’effort de guerre.

Lapid a critiqué en particulier le ministre des Finances Bezalel Smotrich pour avoir défendu des intérêts « sectoriels ».

« En pleine guerre, il transfère des centaines de millions [de shekels] à ses électeurs en Judée-Samarie », a-t-il déclaré, utilisant le terme biblique désignant la Cisjordanie.

En outre, Lapid acaffirmé que Smotrich s’apprêtait à transférer 1,3 milliard de shekels aux institutions ultra-orthodoxes qui n’enseignent pas les études de base.

L’armée affirme que les troupes ont tué 21 terroristes qui ont ouvert le feu depuis l’hôpital de la ville de Gaza

Capture d'écran d'une vidéo publiée le 13 novembre 2023 par l'armée israélienne montrant des terroristes armés de RPG dans l'hôpital Al-Quds de la ville de Gaza.
Capture d'écran d'une vidéo publiée le 13 novembre 2023 par l'armée israélienne montrant des terroristes armés de RPG dans l'hôpital Al-Quds de la ville de Gaza.

L’armée israélienne affirme que ses troupes ont tué des membres d’une cellule terroriste qui avait ouvert le feu sur les forces israéliennes depuis l’hôpital Al-Quds dans la ville de Gaza.

Selon Tsahal, la cellule avait ouvert le feu sur les soldats de la 188e brigade blindée avec des armes légères et des lance-roquettes (RPG), alors qu’elle se trouvait parmi « un groupe de civils à l’entrée de l’hôpital ».

L’armée israélienne affirme que les troupes, avec un appui aérien, ont riposté sur les membres du Hamas, tuant 21 d’entre eux. Aucun soldat n’a été blessé mais un char a été endommagé par un tir de lance-roquette, a indiqué l’armée israélienne.

Pendant l’échange de tirs, l’armée affirme que des civils ont été vus quittant l’hôpital et que d’autres agents sont sortis des bâtiments adjacents et se sont cachés parmi eux pour attaquer les forces israéliennes.

L’armée affirme que les agents terroristes se sont enfuis vers l’hôpital après avoir tiré au lance-roquettes sur les soldats.

« Cet incident est un autre exemple des abus continus du Hamas contre les structures civiles, y compris les hôpitaux, pour mener des attaques », a ajouté l’armée israélienne dans un communiqué.

L’armée a publié des images de la bataille qui semblent montrer des terroristes armés de lance-roquettes se précipitant vers l’hôpital.

L’armée affirme avoir mené des frappes contre le Hezbollah après une attaque dans le nord

L’armée israélienne affirme avoir mené une série de frappes contre plusieurs sites du Hezbollah dans le sud du Liban, en réponse aux attaques à la roquette, au missile et au mortier contre le nord d’Israël aujourd’hui.

Les sites comprenaient des infrastructures du Hezbollah, des complexes abritant des dépôts d’armes et un centre de commandement, selon l’armée israélienne.

La compagnie d’électricité déclare qu’un de ses employés a été tué lors d’une attaque du Hezbollah hier

La Compagnie israélienne d’Electricité (IEC) annonce que l’un de ses employés, Shalom Aboudi, 56 ans, a été tué lors de l’attaque menée hier par le Hezbollah contre le nord d’Israël.

Les responsables militaires et les médecins avaient précédemment déclaré que 14 civils avaient été blessés, dont un grièvement, lors d’une attaque au missile guidé antichar.

Le missile du Hezbollah a frappé un certain nombre de véhicules près de la communauté de Dovev, près de la frontière. Certaines des victimes étaient des employés de l’IEC qui étaient venus réparer des lignes électriques endommagées par des tirs antérieurs en provenance du Liban.

L’entreprise a déclaré qu’Aboudi était un travailleur expérimenté de 34 ans et qu’il laissait derrière lui sa femme et leurs deux enfants.

Le Premier ministre de l’AP appelle l’ONU et l’UE à « larguer de l’aide » sur Gaza

Le Premier ministre de l’Autorité palestinienne Mohammed Shtayyeh a appelé lundi l’ONU et l’UE à « larguer de l’aide » sur la bande de Gaza pour soutenir les civils pris au piège de la guerre entre Israël et le Hamas palestinien.

« J’appelle les Nations unies et l’Union européenne à larguer de l’aide sur la bande de Gaza, en particulier dans le nord, comme cela a été fait à maintes reprises dans le monde », a lancé M. Shtayyeh lors du conseil des ministres de l’Autorité palestinienne à Ramallah, en Cisjordanie.

Il a également souhaité davantage d’acheminement d’aide humanitaire par la route, avec « l’ouverture de couloirs d’aide, qui ne se limitent pas au point de passage de Rafah ».

Le terminal de Rafah, à la frontière avec l’Egypte, est le seul par lequel rentrent actuellement les camions transportant de la nourriture, des médicaments, des fournitures médicales, de l’eau en bouteille, des couvertures, des tentes ou encore des produits d’hygiène.

La Jordanie a déjà procédé à deux largages d’aide sur Gaza, coordonnés avec les autorités israéliennes.

Arrivée au port égyptien d’Al-Arish d’un navire turc transportant des hôpitaux de campagne 

Un navire humanitaire turc transportant des hôpitaux de campagne pour la bande de Gaza est arrivé au port égyptien d’Al-Arish, proche du terminal de Rafah frontalier du territoire palestinien, a déclaré lundi à l’AFP un responsable du port.

Il s’agit du premier navire de secours transportant des hôpitaux de campagne pour Gaza à arriver en Egypte, alors que tous les hôpitaux de la ville de Gaza sont désormais hors service car il n’y a plus d’électricité, selon le ministère de la Santé du Hamas.

Pour relancer les générateurs électriques, il faudrait du carburant, de plus en plus rare en raison du « siège total » imposé par Israël au territoire palestinien.

« Le navire qui est arrivé à l’aéroport d’Al-Arish transporte du matériel, des générateurs, des ambulances pour établir 8 hôpitaux de campagne », a déclaré à l’AFP un responsable du ministère turc de la Santé.

La Turquie attendait le feu vert des autorités égyptiennes pour mettre en place des hôpitaux de campagne à l’aéroport d’Al-Arish, a-t-il expliqué. « Nous avons reçu le feu vert des autorités égyptiennes. »

« Nous installerons ces hôpitaux dans les zones indiquées par les autorités égyptiennes », a-t-il ajouté.

Un militant pro-implantation fait appel de sa détention administrative

Ariel Danino, éminent militant du mouvement pro-implantation, fait appel de sa détention administrative de quatre mois, demandant à la Cour suprême d’annuler l’ordonnance ou de lui accorder une libération conditionnelle.

Danino a été arrêté le 28 octobre dans l’avant-poste illégal de Kumi Ori, près de l’implantation de Yitzhar dans le nord de la Cisjordanie, par les forces de la police des frontières et des agents du Shin Bet, qui le soupçonneraient d’avoir commis des actes violents, selon la chaîne publique Kan. Il est placé en détention administrative, c’est-à-dire qu’il est détenu sans inculpation.

« Il aurait été approprié, si les personnes interrogées [le ministre de la Défense et le service de sécurité interne Shin Bet] pensaient que l’appelant agissait de manière dangereuse, de l’avertir ou de limiter ses mouvements avant de signer cet ordre [de détention administrative] », indique un communiqué publié par le groupe d’aide juridique Honenu, qui fournit des services juridiques aux activistes et aux organisations de droite.

Les avocats de Danino affirment qu’il a été arrêté en raison de ses critiques virulentes de l’État et des services de sécurité sur des sites Web et des forums en ligne, et de sa présence fréquente lors de manifestations antigouvernementales.

Le 24 octobre, M. Danino a publié un message sur X dans lequel il s’opposait à ce qu’il considérait comme des commentaires offensants faits par des Palestiniens dans un groupe de discussion Telegram destiné aux habitants du village palestinien de Beita, dans le nord de la Cisjordanie, près de son domicile à Kumi Ori.

« J’attends d’entendre vos rires lorsque nous nous occuperons du village de Beita, bientôt ! Ils supplieront de mourir, ils supplieront. À la fin, nous les tuerons. Mais seulement à la fin », a écrit Danino.

Depuis les atrocités perpétrées le 7 octobre par le Hamas dans le sud d’Israël, des dizaines d’incidents violents ont eu lieu entre éléments extrémistes des implantations et Palestiniens en Cisjordanie, mais aucune inculpation n’a été prononcée jusqu’à présent.

Le syndicat demande à la police de protéger les journalistes qui travaillent en arabe

Le syndicat des journalistes israéliens demande à la police de protéger les correspondants qui font des reportages en arabe sur le terrain.

La lettre envoyée au chef de la police, Kobi Shabtai, indique qu’il y a eu plusieurs cas de journalistes accostés et même attaqués.

« Il ne devrait pas être nécessaire de noter que tous les journalistes qui font des reportages en arabe ne sont pas des ennemis », indique la lettre.

De nombreux médias israéliens et la chaîne publique ont des plates-formes en arabe.

« Chaque journaliste, dans toutes les langues, a droit à une protection totale et au droit de faire son travail en toute sécurité, en particulier en temps de guerre », précise la lettre.

Les ministères allouent 275 millions de shekels pour renforcer les hôpitaux

Le ministère de la Santé annonce qu’il a prévu un budget supplémentaire de 200 millions de shekels pour la fortification des hôpitaux contre les attaques de missiles et autres. Cette somme s’ajoutera aux 75 millions de shekels déjà transférés à cette fin depuis le début de la guerre, le 7 octobre.

L’annonce de ces fonds supplémentaires fait suite à un accord conclu entre le ministre de la Santé, Uriel Busso, et le ministre des Finances, Bezalel Smotrich.

Les combats des 38 derniers jours contre le Hamas à Gaza et le Hezbollah le long de la frontière nord ont clairement montré que les établissements de santé israéliens n’étaient pas suffisamment protégés.

Plus de la moitié des salles d’opération des hôpitaux israéliens ne sont pas protégées contre les attaques de missiles, selon un reportage de la chaîne publique Kan.

En conséquence, presque tout le personnel médical doit quitter les salles d’opération non fortifiées et se rendre dans des zones sûres lorsque les sirènes de roquettes retentissent – sauf pendant les opérations chirurgicales vitales.

En outre, seuls 30 à 40 % des lits d’hôpitaux en Israël se trouvent dans des espaces protégés.

Tsahal a effectué 4 300 frappes depuis le début de l’offensive terrestre

Les forces israéliennes déclarent avoir effectué, depuis le début de l’offensive terrestre d’Israël dans la bande de Gaza, il y a environ deux semaines, quelque 4 300 frappes.

Des centaines de sites de lancement de missiles guidés antichars et quelque 300 puits de tunnels ont été frappés par les forces terrestres et l’armée de l’air.

Trois mille autres sites contenant des infrastructures du Hamas, dont plus de 100 bâtiments piégés et des centaines de centres de commandement, ont été frappés, selon l’armée israélienne.

Tsahal publie de nouvelles images montrant les troupes opérant à Gaza, ainsi que les récentes frappes.

Royaume-Uni: Sunak rappelle David Cameron au gouvernement

David Cameron (Crédit : Flash90)
David Cameron (Crédit : Flash90)

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a rappelé lundi son prédécesseur David Cameron au gouvernement comme chef de la diplomatie, principale surprise d’un remaniement déclenché par le limogeage de sa controversée ministre de l’Intérieur.

Attendu depuis des mois, un changement du gouvernement semblait inéluctable avec le renvoi lundi de la très à droite Suella Braverman, dont les critiques formulées à l’encontre la police la semaine dernière ont constitué la provocation de trop.

Sur X (ex-Twitter), celui qui a été Premier ministre de 2010 à 2016 a dit vouloir mettre son expérience au service des « défis vitaux » du moment, citant « la guerre en Ukraine et la crise au Moyen-Orient ».

« Même si j’ai pu être en désaccord avec certaines décisions en particulier, il est clair pour moi que Rishi Sunak est un Premier ministre fort et compétent, qui fait preuve d’un leadership exemplaire à un moment difficile », a-t-il assuré.

Les alertes à la roquette et au drone dans le nord étaient de fausses alertes

Les sirènes de roquettes et les alertes d’infiltration de drones qui ont retenti dans le nord d’Israël il y a peu de temps étaient toutes de fausses alertes, selon l’armée israélienne.

Au même moment, des projectiles ont été tirés depuis le Liban sur des zones proches de la communauté septentrionale de Netu’a et sur un poste de l’armée près de Shtula, à proximité de la frontière.

L’armée israélienne riposte par des tirs d’artillerie.

Tirs de missiles antichars à la frontière nord

Un missile guidé antichar a été tiré depuis le Liban sur une zone proche de la communauté de Netua, selon l’armée israélienne.

Tsahal ne fournit pas immédiatement d’informations sur d’éventuels blessés dans cette attaque.

Les troupes répondent par des tirs d’artillerie contre la source du missile.

Plus tôt, quelque 18 mortiers ont été tirés depuis le Liban, déclenchant des sirènes dans le village d’Arab al-Aramshe, dans le nord du pays.

Tsahal précise que tous les projectiles ont atterri dans des zones ouvertes, sans faire de blessés ni de dégâts.

Des alertes à la roquette retentissent dans le nord

Les sirènes d’alerte aux roquettes ont retenti à Safed et dans les villes voisines de Haute Galilée, ainsi qu’à Akko et dans les banlieues de Galilée occidentale.

Ces alertes surviennent alors que le groupe terroriste Hezbollah et les factions palestiniennes alliées du Sud-Liban mènent des attaques répétées contre le nord d’Israël.

Alertes à l’infiltration de drones dans le nord d’Israël

Des alarmes d’infiltration présumée de drones retentissent en Haute Galilée.

Les alertes sont activées dans les communautés de Yir’on, Jish, Rehaniya, Alma, Avivim, Kerem Ben Zimra, Baram, Dalton, et la zone industrielle de Ramat Dalton.

Un responsable du Hamas semble exclure un échange partiel de prisonniers

Le représentant principal du Hamas au Liban, Osama Hamdan, à gauche, le chef des relations arabes du Hamas, Khalil al-Hayya, au centre, et le secrétaire général du Front populaire de libération de la Palestine, Talal Naji, arrivant pour une conférence de presse lors d'une visite à Damas, le 19 octobre 2022. (Crédit : Louai Beshara/AFP)
Le représentant principal du Hamas au Liban, Osama Hamdan, à gauche, le chef des relations arabes du Hamas, Khalil al-Hayya, au centre, et le secrétaire général du Front populaire de libération de la Palestine, Talal Naji, arrivant pour une conférence de presse lors d'une visite à Damas, le 19 octobre 2022. (Crédit : Louai Beshara/AFP)

Un haut responsable du Hamas semble exclure la possibilité d’un échange partiel d’otages, affirmant que le groupe terroriste exige un « échange complet » des prisonniers du Hamas dans les prisons israéliennes.

Oussama Hamdan, haut responsable du Hamas au Liban, a déclaré dans un discours prononcé hier soir que « notre position sur le dossier des prisonniers a été claire depuis le début, et qu’il s’agit d’un échange complet de prisonniers ».

Il dément les rumeurs concernant les pourparlers en cours pour une libération partielle et ajoute que les négociations pour la libération des otages détenant des passeports étrangers se déroulent en parallèle mais sont « entravées » par Israël.

Il demande que soit garantie la libre circulation des personnes qui, à l’intérieur de la bande de Gaza, recueillent des informations sur les otages détenus en divers endroits, et exige que toute proposition garantisse la sécurité des ravisseurs.

L’AP demande une réprimande internationale du « fasciste » Ben Gvir

Le ministre de la Sécurité nationale  Itamar Ben Gvir lors d'une réunion du cabinet au bureau du Premier ministre de Jérusalem, le 10 septembre 2023. (Crédit :  Chaim Goldberg/Flash90)
Le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir lors d'une réunion du cabinet au bureau du Premier ministre de Jérusalem, le 10 septembre 2023. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)

L’Autorité palestinienne demande à la communauté internationale de condamner le ministre israélien de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, qui aurait appelé hier à traiter certains civils de Gaza comme des terroristes, le qualifiant de « fasciste ».

« Nous demandons à tous les pays de condamner les justifications données par le fasciste Ben Gvir et ses partisans pour tuer des civils palestiniens », indique un communiqué publié par le ministère des affaires étrangères de l’Autorité palestinienne.

Selon les médias israéliens, Ben Gvir a demandé, lors d’une réunion du cabinet, que la distinction entre terroristes et non-terroristes ne soit pas appliquée dans le cas des civils qui ont rejoint les terroristes du Hamas et pillé les communautés israéliennes le 7 octobre, ainsi que dans le cas des Palestiniens qui ont distribué des bonbons pour célébrer l’assaut meurtrier.

Cette demande a été rejetée par le premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Justice Yariv Levin, selon les médias israéliens.

Ramallah accuse également le gouvernement israélien de mener une campagne de tromperie afin de justifier son « génocide » dans la bande de Gaza et de renforcer son emprise sur la Cisjordanie et Jérusalem-Est.

La déclaration appelle la communauté internationale à protéger le peuple palestinien « sans défense » et le Conseil de sécurité de l’ONU à mettre fin à la guerre à Gaza et à l’annexion de la Cisjordanie, « afin de préserver ce qui reste de la crédibilité de sa capacité à accomplir ses tâches ».

La ministre des Affaires étrangères allemandes Annalena Baerbock pendant une conférence de presse conjointe avec le ministre russe des Affaires étrangères à Moscou, le 18 janvier 2022. (Crédit : Ministère russe des Affaires étrangères via l'AP)
La ministre des Affaires étrangères allemandes Annalena Baerbock pendant une conférence de presse conjointe avec le ministre russe des Affaires étrangères à Moscou, le 18 janvier 2022. (Crédit : Ministère russe des Affaires étrangères via l'AP)

La ministre allemande des Affaires étrangères plaide à nouveau en faveur de « pauses humanitaires » solides dans la guerre entre Israël et le Hamas, mais rejette les appels en faveur d’un cessez-le-feu qui mettrait fin aux combats.

L’Allemagne a fermement soutenu Israël depuis l’attaque du Hamas le 7 octobre, tout en faisant pression pour que les civils de Gaza bénéficient d’une aide humanitaire.

« Je comprends la demande pour un cessez-le-feu, mais de telles demandes ne sont pas suffisantes pour garantir la paix », a affirmé Annalena Baerbock à son arrivée à Bruxelles.

Baerbock défend l’approche moins ambitieuse des pauses humanitaires, déclarant que même si elle « brise le cœur, c’est, de mon point de vue, la seule politique possible pour réellement réduire cette souffrance dans cette situation ».

GB: la ministre de l’Intérieur, qui accusait la police de complaisance avec les manifestants propalestiniens, limogée

La secrétaire d'État à l'intérieur Suella Braverman quitte une réunion du cabinet à Downing Street à Londres, le 13 décembre 2022. (Crédit :  AP Photo/Kirsty Wigglesworth)
La secrétaire d'État à l'intérieur Suella Braverman quitte une réunion du cabinet à Downing Street à Londres, le 13 décembre 2022. (Crédit : AP Photo/Kirsty Wigglesworth)

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a limogé lundi sa ministre de l’Intérieur Suella Braverman, sur la sellette depuis des critiques adressées à la police concernant le maintien d’une manifestation propalestinienne, dans le cadre d’un remaniement à l’approche des législatives de l’année prochaine, ont affirmé plusieurs médias britanniques.

« Aujourd’hui, @RishiSunak renforce son équipe gouvernementale pour mettre en œuvre des décisions à long terme pour un meilleur futur », a indiqué le parti conservateur au pouvoir sur X (ex-Twitter).

Marche contre l’antisémitisme: « Macron a raté un rendez-vous avec l’Histoire » – Bardella

Jordan Bardella, président du Rassemblement national par intérim, sur le plateau du Grand jury RTL-LCI-Le Figaro, le 27 mars 2022. (Crédit : Capture d’écran RTL.fr/Dailymotion)
Jordan Bardella, président du Rassemblement national par intérim, sur le plateau du Grand jury RTL-LCI-Le Figaro, le 27 mars 2022. (Crédit : Capture d’écran RTL.fr/Dailymotion)

Le président du Rassemblement national (RN) Jordan Bardella a regretté lundi l’absence d’Emmanuel Macron à la grande marche contre l’antisémitisme à Paris, jugeant que le chef de l’Etat avait « raté un rendez-vous avec l’Histoire ».

« Je regrette l’absence du président de la République, parce que je pense que sa présence aurait permis d’accorder plus de poids à cette cause qu’est la lutte contre l’antisémitisme », a déclaré M. Bardella sur RTL.

« Quand on est le président de la République, on n’est pas jugé à ce qu’on dit, on est jugé à ce qu’on fait », a affirmé M. Bardella, pour qui le chef de l’Etat « se serait grandi à participer à cette marche ».

« Sans doute avait-il de bonnes raisons » de ne pas y participer, mais « je m’interroge sur les calculs qui ont précédé ce choix », a-t-il ajouté, soulignant que « la lutte contre l’antisémitisme est aussi la cause de tous les Français ».

L’armée constate une forte baisse des alertes de roquettes et de drones depuis le début de la guerre

Des roquettes tirées depuis la bande de Gaza en direction d'Israël, le 19 octobre 2023. (Crédit : Mohammed Dahman/AP Photo)
Des roquettes tirées depuis la bande de Gaza en direction d'Israël, le 19 octobre 2023. (Crédit : Mohammed Dahman/AP Photo)

Le nombre d’alertes avertissant d’attaques de roquettes et de drones – et d’infiltrations de terroristes – a considérablement diminué ces dernières semaines, par rapport aux barrages lancés depuis la bande de Gaza au cours de la première semaine de la guerre.

Au cours des quatre premières heures de l’assaut du Hamas, le 7 octobre, plus de 3 000 roquettes ont été tirées. Depuis lors, on estime que 7 000 autres roquettes ont été tirées, mais à un rythme beaucoup plus lent.

Selon les données du commandement du front intérieur, 3 523 alertes ont été déclenchées entre le 7 et le 14 octobre.

La grande majorité des alertes ont été émises pour des attaques à la roquette, bien qu’il y ait eu une poignée d’attaques de drones et quelques alertes pour des infiltrations présumées.

Dans la semaine du 15 au 21 octobre, le Commandement du front intérieur a émis 818 alertes ; dans la semaine du 22 au 28 octobre, il a émis 802 alertes ; dans la semaine du 29 octobre au 4 novembre, il a émis 582 alertes.

Au cours de la dernière semaine, du 5 au 12 novembre, il a émis 455 alertes, poursuivant ainsi la tendance à la baisse.

L’armée israélienne estime que le Hamas stocke des roquettes en vue d’une longue guerre, mais le groupe terroriste a également des difficultés à lancer des attaques depuis le nord de la bande de Gaza, où l’armée a pris le contrôle du terrain.

Ces dernières semaines, certaines alertes ont été déclenchées en raison d’attaques lancées depuis le Liban par le groupe terroriste Hezbollah et des factions palestiniennes alliées contre le nord d’Israël, et d’attaques de missiles et de drones lancées par les Houthis, soutenus par le Yémen, contre Eilat.

United Airlines prévoit de rétablir certains vols vers Israël

Un avion United Airlines à l'aéroport international Ben Gourion, le 3 août 2013. (Crédit : Moshe Shai/FLASH90)
Un avion United Airlines à l'aéroport international Ben Gourion, le 3 août 2013. (Crédit : Moshe Shai/FLASH90)

La compagnie aérienne américaine United Airlines prévoit de reprendre ses vols vers Israël la semaine prochaine, selon la chaîne publique Kan.

United est l’une des compagnies aériennes qui a mis fin à ses vols vers Israël lorsque la guerre a éclaté après l’attaque du Hamas le 7 octobre.

Le reportage indique que les vols seront réintroduits progressivement et que les itinéraires et les horaires seront annoncés dans les prochains jours.

Le cabinet de sécurité approuve l’interdiction de la station d’information par satellite pro-Hezbollah al Mayadeen

La salle de rédaction d'Al-Mayadeen, à Beyrouth, le 11 juin 2012. (Crédit : AP Photo/Bilal Hussein)
La salle de rédaction d'Al-Mayadeen, à Beyrouth, le 11 juin 2012. (Crédit : AP Photo/Bilal Hussein)

Le cabinet de sécurité approuve l’ordre de fermer les émissions et les opérations en Israël de la chaîne d’information par satellite libanaise pro-Hezbollah Al-Mayadeen.

La demande de fermeture de la station a été faite par le ministre des Communications Shlomo Karhi, qui affirme que les émissions d’Al Mayadeen « servent les intérêts des ennemis d’Israël » et nuisent à la sécurité nationale d’Israël.

La demande de M. Karhi a été approuvée par le ministre de la Défense Yoav Gallant et le cabinet de sécurité.

Un ordre de blocage des opérations en ligne d’Al Mayadeen en Israël a déjà été émis, et un ordre de saisie et de confiscation de son matériel de diffusion sera émis plus tard dans la journée.

« Israël est en guerre. Sur terre, dans les airs, en mer, dans le cyberespace, dans le spectre électromagnétique et dans la conscience [du public] », déclare M. Karhi.

« Les émissions de ce type s’identifient à l’ennemi, tout en portant atteinte à la sécurité de l’État, et seront bloquées. Les émissions et les reportages de la chaîne Al Mayadeen sont au service d’organisations terroristes méprisables, et l’heure est venue de faire la part des choses avec elles.

L’ordre de fermeture d’Al Mayadeen est la première décision de ce type à être prise conformément à une mesure temporaire approuvée le mois dernier, qui permet au ministre des communications de fermer des médias étrangers considérés comme nuisibles à la sécurité nationale.

M. Karhi cherche également à fermer la chaîne Al Jazeera, basée au Qatar, pour les mêmes raisons.

Deux mortiers tirés depuis le Liban ; Tsahal frappe une cellule terroriste à la frontière

Deux mortiers ont été tirés du Liban vers le nord d’Israël plus tôt, déclenchant des sirènes à Gornot HaGalil, selon l’armée israélienne.

Les deux projectiles ont atterri dans des zones ouvertes, ne causant ni dégâts ni blessures.

Tsahal déclare qu’elle répond par des tirs d’artillerie à la source des tirs de mortier.

Tsahal ajoute qu’au cours de la nuit, elle a frappé une cellule terroriste qui se préparait à commettre une attaque près de la base militaire de Biranit.

Frappes américaines en Syrie: huit combattants affiliés à l’Iran tués

Huit combattants affiliés à l’Iran ont été tués dans des frappes américaines qui ont visé deux sites dans l’est de la Syrie, en réponse aux attaques contre du personnel américain dans la région, a indiqué lundi une ONG.

« Huit combattants pro-iraniens ont été tués, dont au moins un Syrien et des Irakiens » dans les frappes dimanche, a précisé l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). C’est la troisième fois en moins de trois semaines que l’armée américaine prend pour cible des sites en Syrie liés à l’Iran.

Tsahal trouve des caches d’armes du Hamas dans les écoles, les mosquées et les maisons

Les troupes israéliennes en opération dans le nord de la bande de Gaza sur une photo diffusée le 13 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Les troupes israéliennes en opération dans le nord de la bande de Gaza sur une photo diffusée le 13 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Les forces israéliennes déclarent que les troupes terrestres continuent de trouver des armes et des infrastructures du Hamas lors de raids dans la bande de Gaza, y compris à l’intérieur d’écoles, de mosquées et de maisons de terroristes.

Les troupes de la 401e brigade opérant à la périphérie du camp d’al-Shati ont trouvé des infrastructures du Hamas dans l’Université Al-Quds, et une cache d’explosifs à l’intérieur de la mosquée Abu Bakr, indique Tsahal.

Les troupes ont saisi des dizaines d’armes, du matériel militaire et des plans de bataille du Hamas.

Les troupes de la 551e brigade de réserve ont entre-temps perquisitionné le domicile d’un haut responsable du Jihad islamique palestinien dans la région de Beit Hanoun, et ont trouvé une cache d’armes, dont certaines se trouvaient dans la chambre d’un enfant.

Dans un autre raid à Beit Hanoun, les troupes ont trouvé un puits de tunnel, du matériel de renseignement et des armes, ajoute Tsahal.

 

Gantz opposé aux appels à remplacer Netanyahu en pleine guerre

De gauche à droite : Le Premier ministre Benjamin Netanyahu ; le ministre de la Défense Yoav Gallant et le ministre Benny Gantz lors d'une conférence de presse au ministère de la Défense à Tel Aviv, le 11 novembre 2023. (Crédit : Marc Israel Sellem/POOL)
De gauche à droite : Le Premier ministre Benjamin Netanyahu ; le ministre de la Défense Yoav Gallant et le ministre Benny Gantz lors d'une conférence de presse au ministère de la Défense à Tel Aviv, le 11 novembre 2023. (Crédit : Marc Israel Sellem/POOL)

Le ministre du cabinet de guerre Benny Gantz s’oppose aux appels publics en faveur du remplacement immédiat du Premier ministre Benjamin Netanyahu, rapporte la chaîne publique Kan, citant des sources proches de M. Gantz.

Ces sources indiquent que M. Gantz considère les appels à l’éviction de M. Netanyahu en pleine guerre comme « rien de moins que de la folie ».

Toutefois, elles ajoutent que M. Gantz est fermement convaincu que viendra le moment où il faudra examiner pleinement qui est responsable des échecs qui ont conduit à l’assaut du Hamas sur Israël le 7 octobre.

Un cimetière juif de Cleveland vandalisé par des graffitis de croix gammées

Des tombes d’un cimetière juif de Cleveland ont été vandalisées par des graffitis de croix gammées, selon la fédération juive locale.

Sur sa page Facebook, la Fédération juive de Cleveland indique qu’une vingtaine de personnes ont nettoyé les graffitis au cimetière Chesed Shel Emeth, qu’elle considère comme « une nouvelle preuve de la force de notre communauté et de l’engagement inébranlable qui nous lie les uns aux autres ».

Plus de 800 ressortissants étrangers auraient quitté la bande de Gaza dimanche

Des passagers évacuant la bande de Gaza arrivent dans la partie égyptienne du poste frontière de Rafah avec l'enclave côtière, le 12 novembre 2023, dans le cadre de la guerre entre Israël et le Hamas. (Crédit : AFP)
Des passagers évacuant la bande de Gaza arrivent dans la partie égyptienne du poste frontière de Rafah avec l'enclave côtière, le 12 novembre 2023, dans le cadre de la guerre entre Israël et le Hamas. (Crédit : AFP)

Un responsable égyptien des frontières a déclaré à CNN qu’au moins 826 ressortissants étrangers avaient quitté la bande de Gaza dimanche par le point de passage de Rafah, soit le plus grand nombre de personnes ayant quitté l’enclave en une seule journée dans le cadre de la guerre entre Israël et le Hamas.

La chaîne câblée américaine cite également un responsable du gouvernement égyptien qui affirme que neuf Palestiniens blessés ont traversé le poste de Rafah.

Tsahal annonce la mort de deux soldats de la Brigade Commando à Gaza

Le major Isachar Natan, 28 ans, de Kiryat Malachi, à gauche, et le sergent-chef Itay Shoham, 21 ans, de Rosh Ha'ayin. Tous deux, membres de la brigade Commando, ont été tués lors de combats dans la bande de Gaza le 12 novembre 2023. (Autorisation)
Le major Isachar Natan, 28 ans, de Kiryat Malachi, à gauche, et le sergent-chef Itay Shoham, 21 ans, de Rosh Ha'ayin. Tous deux, membres de la brigade Commando, ont été tués lors de combats dans la bande de Gaza le 12 novembre 2023. (Autorisation)

Les forces israéliennes déclarent que deux autres soldats ont été tués lors de combats dans le nord de la bande de Gaza, ce qui porte à 44 le nombre de morts dans l’opération terrestre contre le Hamas.

L’armée désigne les soldats tués comme le major Isachar Natan, 28 ans, de Kiryat Malachi, et le sergent-chef Itay Shoham, 21 ans, de Rosh Haayin. Tous deux étaient membres de la Brigade Commando.

Par ailleurs, un soldat de l’unité canine Oketz a été grièvement blessé lors de combats à Gaza hier, ajoute Tsahal.

Sirènes d’alerte à la roquette dans le nord d’Israël

Une sirène d’alerte à la roquette retentit à Gornot HaGalil, près de la frontière libanaise.

Aucun impact ou blessé n’est signalé dans l’immédiat.

Antisémitisme: les représentants des cultes reçus à l’Elysée

Le président Emmanuel Macron recevra lundi matin les représentants des cultes à l’Elysée, au lendemain des manifestations contre l’antisémitisme et après avoir lancé lui-même un appel à l’unité du pays dans une lettre aux Français, a annoncé la présidence.

« Dans le prolongement de l’appel à l’unité de la Nation et à la fraternité qu’il a lancé dans sa lettre aux Français, le président de la République recevra les représentants des cultes aujourd’hui (lundi) à 9h30 au palais de l’Elysée », a indiqué un communiqué, sans préciser exactement qui participerait à ces réunions.

Le Grand rabbin de France Haïm Korsia et Elie Korchia, président du consistoire central israélite de France, ont été invités, aux côtés du président de la Confédération des évêques de France Éric de Moulins-Beaufort, du recteur de la Grande mosquée de Paris Chems-Eddine Hafiz et de Mohammed Moussaoui, président de l’Union des mosquées de France.

Le forum de l’islam de France, lancé fin 2021 et censé structurer le culte musulman mais qui peine à s’imposer, sera représenté par un de ses membres Sadek Beloucif.

Pour le culte orthodoxe, Dimitrios Ploumis sera présent, de même qu’Antony Boussemart pour les bouddhistes et Christian Krieger pour les protestants.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin participera également à cette réunion.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.