Israël 2010-2019 : la décennie en 30 photos marquantes
Rechercher

Israël 2010-2019 : la décennie en 30 photos marquantes

Retour sur quelques-uns des principaux faits d’actualité, oubliés ou encore bien connus de tous, de cette dernière décennie dans le pays

Des Israéliens devant des feux d'artifice à la mairie de Tel Aviv, le 18 avril 2018, à l’occasion du 70e jour de l'indépendance d'Israël. (Crédit : Miriam Alster / Flash90)
Des Israéliens devant des feux d'artifice à la mairie de Tel Aviv, le 18 avril 2018, à l’occasion du 70e jour de l'indépendance d'Israël. (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

L’année 2019 se termine, et avec elle une décennie à la fois éprouvante et douloureuse pour les Israéliens, mais aussi riche et joyeuse, alors que le pays est, ces dernières années, parvenu à affermir toujours un peu plus sa position au sein de la communauté internationale, que ce soit au niveau scientifique, technologique, spatial, sportif, culturel ou économique, et ce, malgré les nombreux défis auxquels il fait face.

Si 2019 s’achève dans la tristesse suite à l’attaque qui a blessé cinq Juifs orthodoxes aux Etats-Unis, et dans la perplexité alors que le pays s’enfonce dans la plus grave crise politique de son histoire, elle apporte également un infime espoir de répit à la frontière sud avec Gaza – les groupes terroristes gazaouïs venant d’annoncer la fin des émeutes à la frontière jusqu’en mars, et des négociations de cessez-le-feu étant en cours, bien que niées par le Hamas.

La menace iranienne dans la région continue elle à être bien réelle, tandis que la République islamique s’implante toujours un peu plus en Syrie et en Irak et vient de confirmer son test de nouvelles centrifugeuses et de participer avec la Chine et la Russie à des exercices navals conjoints dans le golfe d’Oman et l’océan Indien.

À n’en pas douter, la décennie à venir sera aussi riche en évènements que celle qui se termine, et le Times of Israël en français, qui fêtera ses 6 ans d’existence en février prochain, continuera à couvrir pour vous tous les sujets liés à Israël, au Moyen-Orient et au monde juif avec toujours la même intégrité et volonté d’informer.

Mais avant, retour en trente images sur quelques-uns des principaux faits d’actualité, oubliés ou encore bien connus de tous, de cette dernière décennie dans le pays, trop souvent marquée par la violence et la haine.


(Crédit : Sergent Michael Shvadron, armée israélienne ; CC BY-SA 3.0)

26 juillet 2010 : Un hélicoptère de l’armée de l’air israélienne s’écrase dans les Carpates, en Roumanie, avec à son bord quatre pilotes et deux mécaniciens israéliens et un officier de liaison roumain. Ils participaient à un exercice conjoint entre les armées israélienne et roumaine.

(Crédit : Hila Shaked / Creative Commons 2.5)

2 décembre 2010 : Le plus grand incendie de forêt dans l’histoire d’Israël touche un bus et tue 44 personnes, dont 37 cadets du Service pénitentiaire israélien qui s’apprêtaient à aller secourir des prisonniers dans la région du mont Carmel. Le feu sera maitrisé trois jours plus tard.

(Crédit : CC BY Free Gaza Mouvement/Flickr)

31 mai 2010 : Les forces navales israéliennes interceptent une flottille de navires, organisée par le Free Gaza Movement et la Fondation turque pour l’aide humanitaire (IHH), qui tentaient de briser le blocus israélien et égyptien sur Gaza. Lors de l’opération des soldats israéliens, une violente confrontation éclate à bord du plus gros navire de la flottille, le Mavi Marmara (ci-dessus). Neuf activistes sont tués et plusieurs autres sont blessés, ainsi que sept soldats israéliens. Plusieurs flottilles suivront les mois suivants.

(Crédit : Kobi Gideon/Flash90)

12 mars 2011 : Deux adolescents palestiniens armés de couteaux poignardent à mort cinq membres de la famille Fogel dans l’implantation israélienne d’Itamar, en Cisjordanie, dont les parents et trois de leurs enfants, âgés de 11 ans, 3 ans et 4 mois. 20 000 personnes assisteront à leurs obsèques deux jours plus tard au cimetière de Givat Shaul, à Jérusalem. Les autorités israéliennes ont arrêté deux suspects originaires du village palestinien voisin d’Awarta un mois plus tard.
Ci-dessus, Tamar Fogel, deuxième à gauche, qui a perdu ses parents et trois de ses frères, participe à une cérémonie d’hommage deux mois après leur mort.

(Crédit : Armée israélienne)

7 avril 2011 : Le système de défense aérienne israélien du Dôme de fer intercepte avec succès et pour la première fois une roquette tirée depuis la bande de Gaza vers la ville – israélienne – d’Ashkelon.

(Crédit : Avivi / CC BY-SA 2.0)

14 juillet 2011 : Le mouvement de protestation pour des logements accessibles démarre, avec des milliers de manifestants qui campent sur le boulevard Rothschild, au cœur de Tel Aviv. Il durera jusqu’à octobre et de grandes manifestations seront organisées à travers le pays, attirant jusqu’à 450 000 personnes le 3 septembre. Rien qu’à Tel Aviv, 300 000 personnes participeront à la manifestation ce jour-là (ci-dessus).

(Crédit : Armée israélienne)

18 octobre 2011 : Le soldat Gilad Shalit est libéré, après une captivité de plus de cinq ans dans les geôles du groupe terroriste du Hamas dans la bande de Gaza. Dans le cadre des négociations, Israël a libéré 1 027 prisonniers palestiniens et Arabes israéliens détenus en Israël – dont de nombreux condamnés à perpétuité pour avoir planifié et commis des attentats terroristes.
Ci-dessus, Gilad Shalit est accueilli à son retour en Israël par le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

(Crédit : Dano Monkotovic/Flash 90)

18 juillet 2012 : Une bombe artisanale visant un car de touristes israéliens explose à l’aéroport de Bourgas, sur la côte de la mer Noire, en Bulgarie, tuant cinq Israéliens, leur chauffeur bulgare et l’auteur principal présumé, un Franco-Libanais lié au groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah.

(Crédit : Yuval Haker / Armée israélienne)

14 novembre 2012 : L’armée israélienne déclenche l’opération militaire « Pilier de défense » contre les groupes terroristes de Gaza afin de réduire leurs capacités militaires. En une semaine de combats, six Israéliens seront tués dont quatre civils. Le bilan fera également état de 219 civils et de 20 soldats israéliens blessés. Du côté palestinien, selon les chiffres du Hamas, 55 combattants et 105 civils ont été tués. Israël affirmera avoir tué 120 combattants palestiniens et 57 civils.
Ci-dessus, des enfants courent vers un abri anti-bombe dans la ville de Kiryat Malachi, dans le sud d’Israël, pendant l’opération militaire.

(Crédit : Hanay / Creative Commons 3.0)

12 décembre 2013 : La tempête Alexa arrive en Israël et au Moyen-Orient. Le pays est touché par de fortes chutes de neige et précipitations et est confronté à de longues coupures de courant, à la fermeture forcée de plusieurs autoroutes et de l’aéroport Ben-Gurion. La capitale Jérusalem se retrouve complètement bloquée pendant trois jours.

(Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

7 octobre 2013 : Le rabbin Ovadia Yossef, ancien grand-rabbin séfarade d’Israël, posseq de grande renommée et leader spirituel du parti Shas, décède à l’âge de 93 ans. Des dizaines de milliers de personnes participeront à son enterrement.
Le mois suivant, Arik Einstein, l’un des plus grands chanteurs israéliens, considéré comme la « voix d’Israël », meurt à son tour. Des dizaines de milliers de personnes participent là aussi aux funérailles.

(Crédit : Flash90)

11 janvier 2014 : L’ancien Premier ministre Ariel Sharon décède à l’âge de 85 ans après huit années passés dans le coma. Ancien général de l’armée, né en 1928, il a participé aux principales guerres israélo-arabes. Sa carrière a été notamment marquée par sa visite du mont du Temple le 28 septembre 2000 (ci-dessus), principal évènement déclencheur de la Seconde intifada, et par le retrait israélien unilatéral de la bande de Gaza qu’il décide en 2004. Il est enterré dans sa ferme, dans le désert du Negev.

(Crédit : Eli Segal / CC BY-SA 3.0)

2 mars 2014 : Jérusalem se retrouve paralysé par une manifestation de plusieurs centaines de milliers de Juifs orthodoxes qui s’opposent à un projet de loi contre la conscription militaire, qui obligerait les jeunes de la communauté à servir dans l’armée. La question se trouve encore aujourd’hui à l’agenda politique et provoque toujours des remous au sein de la société israélienne.

(Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

12 juin 2014 : Trois adolescents israéliens, Gilad Shaar, 16 ans, Naftali Frankel, 16 ans, et Eyal Yifrach, 19 ans, sont kidnappés par des membres du Hamas alors qu’ils font de l’auto-stop près du Gush Etzion en Cisjordanie. Leurs corps seront retrouvés plus de deux semaines plus tard à proximité de la ville palestinienne de Halhul. Le 2 juillet 2014, après leurs funérailles, un groupe de trois Israéliens extrémistes kidnappe et assassine en vengeance Mohammad Abu Khdeir, un jeune arabe palestinien de 16 ans résidant de Jérusalem-Est. Le corps sera retrouvé calciné quelques heures plus tard. Deux des Israéliens seront condamnés à la prison à perpétuité ; le troisième à 21 ans de prison.
Le mois précédent, Shelly Dadon, une Israélienne de 20 ans originaire de la ville d’Afula, était assassinée par un chauffeur de taxi arabe israélien.
Ci-dessus, un rassemblement spontané sur le Kikar Rabin à Tel Aviv en hommage aux trois adolescents après que leurs corps eurent été retrouvés sans vie.

(Crédit : Armée israélienne)

8 juillet 2014 : Israël lance l’opération militaire « Bordure protectrice » à Gaza. Celle-ci est déclenchée par l’enlèvement et le meurtre des trois adolescents israéliens le mois précédent et par l’arrestation d’environ 400 Palestiniens de Cisjordanie, dont une majorité membres du Hamas. Entre le 8 juillet et le 26 août, date de cessez-le-feu, Israël dénombre le lancement de 4 564 roquettes et mortiers depuis Gaza. 68 soldats israéliens ont été tués au combat, et six civils sont morts en Israël. Plus de 2 000 Palestiniens ont été tués dans le conflit, la plupart étant des combattants terroristes, affirme Israël.
Ci-dessus, un tank israélien circule dans la bande de Gaza pendant l’opération, le 31 juillet 2014.

(Crédit : Police israélienne / CC BY-SA 3.0)

18 novembre 2014 : Deux Palestiniens pénètrent dans la synagogue Kehilat Bnei Torah dans le quartier de Har Nof à Jérusalem et assassinent quatre religieux avec des haches, des couteaux et une arme à feu. Huit autres hommes dont un policier druze sont blessés. Ce dernier meurt peu après, ainsi qu’un autre homme après onze mois de coma. Les deux assaillants ont été tués sur place par la police. De nombreuses attaques contre des Israéliens ont eu lieu à l’été et l’automne 2014, certains médias estimant même qu’une nouvelle intifada démarrait.

(Crédit : Times of Israël)

30 juillet 2015 : Yishai Schlissel, un Juif ultra-orthodoxe homophobe atteint de troubles mentaux, poignarde à mort Shira Banki, 16 ans, lors de la gay pride de Jérusalem et blesse six autres personnes. Il venait d’être libéré de prison après une attaque au couteau pendant la gay pride de Jérusalem en 2005. Il purge désormais une peine de prison à perpétuité. Selon la police israélienne, Schlissel a organisé un an plus tard depuis sa cellule de prison une nouvelle attaque qui aurait été menée par son frère.
Ci-dessus, des participants à la gay pride 2016 rendent hommage à la jeune fille assassinée un an plus tôt.

(Crédit : GPO)

28 septembre 2016 : Shimon Peres, ancien Premier ministre et 9e président israélien de 2007 à 2014, décède à l’âge de 93 ans. Dernier survivant de la génération des pères fondateurs de l’État d’Israël, il a reçu le prix Nobel de la paix 1994 avec Yasser Arafat et Yitzhak Rabin suite à sa participation aux pourparlers de paix qui ont mené aux accords d’Oslo. Il avait mis fin à sa carrière politique deux ans avant sa mort. Il repose désormais au cimetière du mont Herzl. Reuven Rivlin lui a succédé au poste de président en 2014.
Ci-dessus, Shimon Peres prête serment à la Knesset pour son mandat présidentiel en 2007.

(Crédit : Afp Photo / Mandel Ngan)

22 mai 2017 : Le président américain Donald Trump, en visite officielle en Israël, se rend au mur Occidental. En décembre de la même année, la Maison Blanche annoncera reconnaître officiellement Jérusalem comme la capitale d’Israël. Le 14 mai 2018, à l’occasion du 70e anniversaire du pays, la nouvelle ambassade américaine ouvre à Jerusalem. Le président américain reconnaîtra également la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan en 2019.

(Crédit : AFP Photo / Menahem Kahana)

24 mai 2017 : Plus de 80 000 Israéliens, ci-dessus à la porte de Damas, célèbrent la 50e Journée de Jérusalem, suite à la réunification de la ville par les troupes israéliennes lors de la guerre des Six jours, en 1967.

(Crédit : AFP / Jack Guez)

10 février 2018 : Un avion F-16I israélien est abattu dans le nord d’Israël par les forces syriennes après avoir participé à une attaque d’envergure en Syrie contre des cibles militaires syriennes et iraniennes. C’est la première fois depuis 30 ans qu’Israël perd un F-16 au combat. Les deux pilotes qui se trouvaient dans l’appareil ont réussi à s’éjecter et ont par la suite été hospitalisés en Israël. Selon le brigadier-général Tomer Bar, l’avion abattu participait à la « plus grande et plus importante attaque menée par l’armée de l’air contre les défenses aériennes syriennes » depuis la Guerre du Liban en 1982.

(Crédit : Mahmud Hams / AFP)

30 mars 2018 : Le mouvement palestinien dit de la « Marche du retour » démarre, avec des manifestations et des émeutes organisées tous les vendredis à la frontière entre Gaza et Israël. Lancé par des activistes indépendants, le mouvement a depuis été récupéré par le groupe terroriste du Hamas. Des dizaines de Palestiniens qui participaient aux émeutes ont été tués et de nombreuses parcelles agricoles israéliennes ont été brûlées, après le lancement de cerfs-volants et de ballons incendiaires depuis Gaza (comme ci-dessus, le 15 mai 2019). Ces derniers jours, les groupes gazouïs ont annoncé la fin des émeutes à la frontière jusqu’en mars.

(Crédit : Maor Kinsbursky / Flash90)

26 avril 2018 : Dix jeunes Israéliens en académie pré-militaire, neuf filles et un garçon, randonnent quand ils sont emportés par une violente crue subite à Nahal Tzafit, rivière située dans le sud du secteur de la mer Morte. Plusieurs villes du sud du pays seront inondées à la même période après avoir été touchées par de fortes précipitations.

(Crédit : Miriam Alster/Flash90)

30 avril 2018 : Le Premier ministre Benjamin Netanyahu accuse l’Iran d’avoir « menti, et sacrément ! » et affirme qu’Israël dispose de nouvelles « preuves concluantes » d’un programme secret iranien pour se doter de l’arme nucléaire qui ne respecterait pas l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien signé en 2015 entre l’Iran, l’Union européenne et les pays du P5+1. Le responsable israélien explique lors de sa conférence que les « preuves » – des dizaines de milliers de documents originaux iraniens sur CD et dans des classeurs – avaient été récupérées par les services de renseignement israéliens dans un lieu secret et délabré à Téhéran. L’Iran qualifiera sa conférence de presse de « propagande » et les États-Unis se retireront de l’accord sur le nucléaire peu après les révélations.

(Crédit : AP Photo/Oded Balilty)

4 mai 2018 : Pour sa 101e édition, le Giro d’Italia, deuxième plus grande course cycliste derrière le Tour de France, part de Jérusalem pour un contre-la-montre, suivi de deux étapes en Israël. L’édition, organisée par le philanthrope Sylvan Adams, rend hommage à Gino Bartali, cycliste qui a remporté trois fois le Giro, reconnu Juste parmi les nations en 2013 pour avoir sauvé des centaines de Juifs pendant la Shoah. L’anglais Christopher Froome remportera l’édition 2018 trois semaine plus tard à Rome. En 2020, pour la première fois, une équipe israélienne, Israel Start Up Nation, anciennement Israel Cycling Academy, prendra le départ du Tour de France.

(Crédit : AFP / Francisco Leong)

12 mai 2018 : La chanteuse israélienne Netta Barzilai remporte le concours de l’Eurovision avec sa chanson « Toy ». Suite à cette victoire, Israël organise l’Eurovision à Tel Aviv en mai 2019, où chante durant l’entracte Madonna, invitée vedette, qui crée la polémique en chantant faux et en politisant l’évènement.

(Crédit : AP/Dan Balilty)

28 décembre 2018 : L’écrivain et journaliste Amos Oz décède à Tel Aviv à l’âge de 79 ans, après un bref combat contre le cancer. Considéré comme l’un des auteurs israéliens les plus lus et les plus connus, il a remporté des dizaines de prix, notamment le prix Israël, et ses œuvres ont été traduites en 45 langues. Il avait été pressenti de manière répétée comme lauréat potentiel du prix Nobel de littérature, sans jamais l’obtenir. Il faisait aussi partie des plus fervents militants de gauche et défenseurs d’une solution à deux États. Militant pour le Meretz, il est l’un des fondateurs du mouvement La Paix Maintenant, une organisation opposée aux implantations israéliennes en Cisjordanie.
Le 4 janvier de la même année est décédé l’écrivain et survivant de la Shoah Aharon Appelfeld.

(Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

9 avril 2019 : 4 340 253 Israéliens participent aux élections législatives. Remportées de peu par le Likud de Benjamin Netanyahu face à Kakhol lavan de Benny Gantz, les deux formations obtiennent chacune 35 sièges à la Knesset. Netanyahu, chargé de former une coalition gouvernementale par le président Reuven Rivlin, échoue, provoquant un vote de dissolution de la Knesset le 29 mai. En pleine impasse politique, avec un gouvernement intérimaire, des élections anticipées sont organisées le 17 septembre suivant. Alors que Benjamin Netanyahu (Likud ; 32 sièges) puis Benny Gantz (Kakhol lavan ; 33 sièges) sont tout à tour chargés de former une coalition, tous deux échouent, ne parvenant pas à obtenir des compromis avec les différentes factions, notamment en raison des affaires de corruption qui visent le Premier ministre. La nouvelle Knesset est à nouveau dissoute le 11 décembre, et de nouvelles élections – qui pourraient ne pas aboutir à une sortie de crise – doivent être organisées le 2 mars prochain.
Ci-dessus, le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et le chef du parti Kakhol lavan Benny Gantz lors d’une cérémonie commémorative marquant les 24 ans de l’assassinat de l’ancien Premier ministre Yitzhak Rabin, à la Knesset, le 10 novembre 2019.

(Crédit : SpaceIL/IAI)

11 avril 2019 : La sonde spatiale israélienne Bereshit s’écrase sur la Lune. Lancée le 21 février, la sonde, à peine plus grosse qu’une machine à laver, était le fruit d’une initiative privée, portée depuis 2010 par SpaceIL, une organisation à but non lucratif. Le projet était devenu objet de fierté nationale en Israël entre son lancement et son écrasement. Si SpaceIL avait annoncé initialement vouloir renouveler la tentative, la société est depuis revenue sur cette annonce, expliquant que cela ne serait pas « un challenge suffisant » et qu’elle avait des objectifs plus ambitieux. Prévue initialement à 10 millions de dollars, la mission en a finalement coûté 100. Seules trois nations ont jusqu’à présent réussi à alunir : les Etats-Unis, la Russie et la Chine, et seuls les Américains ont marché sur la Lune.
Ci-dessus, une photo de la Terre prise par la sonde Bereshit, sur laquelle se trouve une plaque installée sur sa paroi externe arborant le drapeau national israélien et les phrases « Am Yisrael Hai » (Vive le peuple d’Israël) et « Petit pays, grands rêves ».

(Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

2 juillet 2019 : La communauté éthiopienne d’Israël entame un grand mouvement de protestation peu après les funérailles de Solomon Tekah, l’un de ses membres, tué le 30 juin par un policier qui n’était pas en service au cours d’une altercation de rue à Haïfa. La mort de Tekah a immédiatement relancé les accusations de violence policière et de racisme à l’encontre de la communauté éthiopienne. Des manifestants, dans tout l’Etat juif, ont bloqué des routes, brûlé des pneus et dénoncé ce qui s’apparentait selon eux à une discrimination systémique à l’encontre de la communauté. Des dizaines de policiers et de manifestants ont été blessés dans les émeutes. Le mois dernier, l’inculpation du policier qui a tué Solomon Tekah a été revue à la baisse. Il devra ainsi répondre d’une accusation d’homicide par négligence, qui est sanctionnée par une peine maximale de trois ans d’emprisonnement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...