La loi de Régulation nuit à la crédibilité d’Israël, selon l’envoyée française en Israël
Rechercher

La loi de Régulation nuit à la crédibilité d’Israël, selon l’envoyée française en Israël

Hélène Le Gal affirme que la législation controversée est une mesure unilatérale qui éloigne la solution à deux états

Hélène Le Gal, ambassadrice de France en Israël, à la résidence présidentielle, à Jérusalem, le 12 décembre 2016. (Crédit : Isaac Harari/Flash90)
Hélène Le Gal, ambassadrice de France en Israël, à la résidence présidentielle, à Jérusalem, le 12 décembre 2016. (Crédit : Isaac Harari/Flash90)

L’ambassadrice de France en Israël a déclaré mercredi que la nouvelle loi légalisant les avant-postes construits en Cisjordanie sur des terrains palestiniens privés nuisait à la crédibilité d’Israël aux yeux de la communauté internationale.

Israël a été vivement critiqué depuis que la Knesset a adopté lundi la loi de Régulation, qui franchit une « épaisse ligne rouge » selon les Nations unies.

D’autres pays et instances internationales ont prévenu que la mesure rendrait les efforts de paix plus difficiles.

« C’est troublant pour la communauté internationale, qui se demande si elle doit faire confiance à Israël quand Israël dit qu’il est prêt à discuter avec son voisin, les Palestiniens, pour atteindre un accord sur la solution à deux états », a déclaré Hélène Le Gal à la radio militaire.

« Qu’Israël accumule les faits sur le terrain rend [l’atteinte d’] une solution plus difficile », a-t-elle déclaré.

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, à gauche, et le président français François Hollande, au cours d'une conférence de presse après leur rencontre au Palais de l'Elysée à Paris, le 15 avril 2016. (Crédit :  Dominique Faget/AFP)
Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, à gauche, et le président français François Hollande, au cours d’une conférence de presse après leur rencontre au Palais de l’Elysée à Paris, le 15 avril 2016. (Crédit : Dominique Faget/AFP)

Les Palestiniens ont condamné la loi, une tentative de « légaliser le vol » de leur terre et mardi, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, qui était à Paris pour rencontrer le président français François Hollande, a déclaré qu’il chercherait à lutter contre la nouvelle loi sur la scène internationale.

Le Gal a souligné que le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait à plusieurs occasions exprimé son soutien à la solution à deux états, mais que la nouvelle loi entraînait Israël sur « une voie qui ne conduit pas à la paix ou à une solution ».

« Le terrain dont nous parlons est un terrain privé, donc la Knesset ne peut pas légiférer sur ce terrain. Si Israël souhaite saisir ce terrain, cela doit être une vraie discussion avec les Palestiniens, pas une décision unilatérale », a-t-elle déclaré.

La loi très controversée a été condamnée par l’ancienne administration américaine de Barack Obama, l’Union européenne, les Nations unies et le propre procureur général d’Israël, Avichai Mandelblit, ainsi que par la France, le Royaume-Uni, la Ligue arabe, l’Egypte, la Jordanie, la Turquie et l’Allemagne.

Les Etats-Unis sont restés silencieux sur le sujet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...