L’Egypte qualifie la loi de Régulation de “destructrice”
Rechercher

L’Egypte qualifie la loi de Régulation de “destructrice”

Le Caire fustige la nouvelle loi israélienne légalisant les avant-postes construits sur des terrains palestiniens privés, qui “contrevient au droit et aux conventions internationales”

Le président égyptien Abdel Fattah el-Sissi (au centre) au cours d'un sommet sur l'Afrique, à Charm el-Sheikh, le 10 juin 2015. (Crédit : Khaled Desouki/AFP)
Le président égyptien Abdel Fattah el-Sissi (au centre) au cours d'un sommet sur l'Afrique, à Charm el-Sheikh, le 10 juin 2015. (Crédit : Khaled Desouki/AFP)

L’Egypte a condamné mardi l’adoption par Israël d’une loi légalisant les avant-postes juifs construits sur des terrains palestiniens privés en Cisjordanie, déclarant qu’elle « détruit la possibilité d’atteindre une solution à deux états en consacrant le statut illégal des colonies en contravention avec le droit, les conventions internationales et les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies. »

Le ministère égyptien des Affaires étrangères a déclaré qu’une telle mesure unilatérale pourrait s’opposer aux tentatives de raviver le processus de paix latent entre Israël et les Palestiniens.

L’Egypte a ainsi rejoint les autres dirigeants arabes qui ont condamné la législation très controversée.

La Jordanie et la Turquie, les deux autres pays de la région qui entretiennent des relations diplomatiques avec Israël, ont fermement dénoncé la loi, jugée contreproductive dans le cadre d’une solution à deux états.

La Ligue arabe a accusé Israël de « voler la terre » des Palestiniens.

L'avant-poste d'Adei Ad, le 27 novembre 2003. Illustration. (Crédit : Flash90)
L’avant-poste d’Adei Ad, le 27 novembre 2003. Illustration. (Crédit : Flash90)

La loi de régulation, adoptée par 60 voix contre 52 dans une session nocturne lundi, légalise de manière rétroactive les avant-postes de Cisjordanie construits sur des terrains palestiniens privés. Elle ouvre la voie à la reconnaissance par Israël d’un peu moins de 4 000 logements construits illégalement. Les propriétaires palestiniens seront dédommagés financièrement ou par d’autres terrains. La loi sera présentée à la Haute cour de Justice d’Israël, qui pourrait l’annuler.

Les Palestiniens ont réagi sévèrement à l’adoption de la loi.

« Personne ne peut légaliser le vol de terres palestiniennes. Construire des colonies est un crime, construire des colonies est contraire au droit international », a déclaré mardi Rula Maayaa, le ministre du Tourisme et des Antiquités de l’Autorité palestinienne.

« Je pense qu’il est maintenant temps que la communauté internationale agisse concrètement pour empêcher les Israéliens de [commettre] ces crimes. »

Amman a fustigé la législation « provocatrice », une mesure qui pourrait « entraîner plus de violence encore dans la région, et torpiller tout effort de paix », a déclaré le ministre jordanien de l’Information, Mohammad Momani, cité par l’agence de presse officielle Petra.

« Le gouvernement israélien, par la vertu d’être une puissance occupante, doit maintenir le status quo », a déclaré Momani. La législation pourrait « enflammer les sentiments des musulmans et entraîner la région vers plus de violence et d’extrémisme. »

D’autre part, la France, le Royaume-Uni, et les Nations unies ont condamné l’adoption de la loi de Régulation, tandis que les Etats-Unis se sont abstenus de tout commentaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...