Israël en guerre - Jour 227

Rechercher

Émeutes anti-juives dans un aéroport au Daghestan ; Tsahal frappe des cibles au Liban

Une foule s’est déchaînée à l'aéroport, voulant s’en prendre aux passagers d’un vol venant d’Israël * Le nombre d'otages confirmés à Gaza s'élève à 239 * Tsahal intensifie son incursion terrestre à Gaza

  • Des membres de la communauté juive organisent une veillée pour les Israéliens, dont 30 enfants, pris en otage par le Hamas, sur la colline du Parlement à Ottawa, Ontario, Canada, le 28 octobre 2023. (Crédit : Dave Chan / AFP)
    Des membres de la communauté juive organisent une veillée pour les Israéliens, dont 30 enfants, pris en otage par le Hamas, sur la colline du Parlement à Ottawa, Ontario, Canada, le 28 octobre 2023. (Crédit : Dave Chan / AFP)
  • Les familles et les amis des Israéliens retenus en otage par les terroristes du Hamas à Gaza ont organisé une manifestation sur la "Place des Otages", devant le Musée d'Art de Tel Aviv, appelant le gouvernement israélien à agir pour une libération immédiate des otages le 28 octobre 2023. (Crédit : Gili Yaari /FLASH90)
    Les familles et les amis des Israéliens retenus en otage par les terroristes du Hamas à Gaza ont organisé une manifestation sur la "Place des Otages", devant le Musée d'Art de Tel Aviv, appelant le gouvernement israélien à agir pour une libération immédiate des otages le 28 octobre 2023. (Crédit : Gili Yaari /FLASH90)
  • Des Palestiniens inspectent les dommages causés aux bâtiments détruits par les frappes aériennes israéliennes à Gaza City, le 28 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Abed Khaled)
    Des Palestiniens inspectent les dommages causés aux bâtiments détruits par les frappes aériennes israéliennes à Gaza City, le 28 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Abed Khaled)
  • A picture taken from Israel's southern city of Ashkelon shows rockets fired from the Gaza Strip on October 28, 2023, amid ongoing battles between Israel and the Palestinian group Hamas. (Photo by Yuri CORTEZ / AFP)
    A picture taken from Israel's southern city of Ashkelon shows rockets fired from the Gaza Strip on October 28, 2023, amid ongoing battles between Israel and the Palestinian group Hamas. (Photo by Yuri CORTEZ / AFP)
  • Manifestation anti-Israël à Los Angeles le 28 octobre 2023. (Crédit : DAVID SWANSON / AFP)
    Manifestation anti-Israël à Los Angeles le 28 octobre 2023. (Crédit : DAVID SWANSON / AFP)
  • Des Palestiniens collectent des sacs de légumes secs dans un centre d'approvisionnement géré par l'ONU, distribuant de la nourriture aux Palestiniens locaux et aux personnes déplacées à la suite de l'appel d'Israël à plus d'un million de résidents du nord de Gaza à se déplacer vers le sud pour leur sécurité, à Deir al-Balah le 28 octobre 2023, dans le cadre des batailles en cours entre Israël et le Hamas. (Crédit : MOHAMMED ABED / AFP)
    Des Palestiniens collectent des sacs de légumes secs dans un centre d'approvisionnement géré par l'ONU, distribuant de la nourriture aux Palestiniens locaux et aux personnes déplacées à la suite de l'appel d'Israël à plus d'un million de résidents du nord de Gaza à se déplacer vers le sud pour leur sécurité, à Deir al-Balah le 28 octobre 2023, dans le cadre des batailles en cours entre Israël et le Hamas. (Crédit : MOHAMMED ABED / AFP)
  • Le système de défense aérienne israélien du Dôme de fer déployé pour intercepter une roquette tirée depuis la bande de Gaza, dans le centre d'Israël, le 28 octobre 2023. (Crédit : Oded Balilty/AP Photo)
    Le système de défense aérienne israélien du Dôme de fer déployé pour intercepter une roquette tirée depuis la bande de Gaza, dans le centre d'Israël, le 28 octobre 2023. (Crédit : Oded Balilty/AP Photo)
  • Des Palestiniens inspectent les dommages causés aux bâtiments détruits par les frappes aériennes israéliennes à Rafah, le 29 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Hatem Ali)
    Des Palestiniens inspectent les dommages causés aux bâtiments détruits par les frappes aériennes israéliennes à Rafah, le 29 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Hatem Ali)
  • Une unité d'artillerie mobile israélienne est vue dans une position près de la frontière Israël-Gaza, le 28 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Tsafrir Abayov).
    Une unité d'artillerie mobile israélienne est vue dans une position près de la frontière Israël-Gaza, le 28 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Tsafrir Abayov).

L’armée a frappé des postes du Hezbollah en réponse à des tirs de roquettes

L’armée israélienne a déclaré avoir mené des frappes aériennes contre un certain nombre de positions du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah dans le sud du Liban en réponse à des tirs de roquettes et de missiles sur le nord d’Israël aujourd’hui.

Selon Tsahal, les cibles comprenaient « l’infrastructure pour mener à bien la terreur, et l’infrastructure militaire » appartenant au groupe terroriste.

L’armée a publié des images montrant les frappes.

Gallant : Le Hamas ne considère pas sérieusement un échange prisonniers contre otages

Le ministre de la Défense Yoav Gallant s'adressant à la presse israélienne depuis le quartier général de Tsahal, à Tel Aviv, le 26 octobre 2023. (Crédit : Elad Malka/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant s'adressant à la presse israélienne depuis le quartier général de Tsahal, à Tel Aviv, le 26 octobre 2023. (Crédit : Elad Malka/Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense Yoav Gallant a rencontré plus tôt des membres de familles d’otages détenus par des terroristes à Gaza et a souligné que la pression militaire sur le Hamas était plus susceptible d’obtenir la libération des captifs qu’un grand échange de prisonniers, arguant que le groupe terroriste palestinien n’était pas vraiment intéressé par cette dernière solution.

« S’il n’y a pas de pression militaire sur le Hamas, rien ne progressera », a déclaré Gallant, selon un communiqué du ministère de la Défense.

Il est le dernier haut responsable israélien à avoir rencontré des représentants des familles de captifs, après que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a tenu une réunion similaire samedi.

« Les histoires publiées par le Hamas font partie de leurs jeux psychologiques (…) Le Hamas utilise cyniquement ceux qui nous sont chers – ils comprennent la douleur et la pression », a déclaré Gallant aux parents de certains des 239 otages détenus par le Hamas dans la bande de Gaza, selon le communiqué.

Selon un enregistrement de la réunion diffusé par la Douzième chaîne, Gallant a déclaré aux familles qu’un échange de prisonniers « tout le monde pour tout le monde » (tous les otages israéliens contre tous les prisonniers du Hamas) n’était pas réalisable.

« Si c’était aussi simple [de procéder à un échange], il n’y aurait pas de problème », a déclaré Gallant. « Si c’était le cas, l’échange aurait lieu demain matin. Ce n’est pas le cas. »

Aucun autre détail n’était disponible. La Douzième chaîne a noté que certaines parties de l’enregistrement n’avaient pas été approuvées à la publication par la censure militaire.

Lors de la réunion, certains membres de la famille ont attaqué Gallant, le tenant pour responsable, ainsi que le gouvernement, de l’attaque du Hamas et des enlèvements qui ont eu lieu sous leur surveillance, et leur demandant de ne pas « abandonner » les otages.

Le procureur de la CPI se rend à Rafah pour enquêter sur l’attaque du Hamas et Israël

Karim Khan, procureur de la Cour pénale internationale, regardant vers le haut avant une conférence de presse à La Haye, au Pays-Bas, le 3 juillet 2023. (Crédit : Peter Dejong/AP Photo)
Karim Khan, procureur de la Cour pénale internationale, regardant vers le haut avant une conférence de presse à La Haye, au Pays-Bas, le 3 juillet 2023. (Crédit : Peter Dejong/AP Photo)

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Karim Khan, a déclaré que son institution menait des « enquêtes actives » sur les massacres perpétrés par le groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre, ainsi que sur la situation à Gaza et en Cisjordanie.

« Nous menons des enquêtes actives sur les crimes qui auraient été commis en Israël le 7 octobre, ainsi qu’à Gaza et en Cisjordanie, et notre juridiction remonte à 2014 », a déclaré Khan au point de passage de Rafah, à la frontière entre l’Égypte et la bande de Gaza.

Le procureur de la CPI a évoqué la Shoah et la Seconde Guerre mondiale pour expliquer la raison de sa mission dans la région, et a affirmé que la CPI travaillera de manière professionnelle pour « séparer les allégations des faits » et examiner toutes les preuves pertinentes.

« C’est un moment d’objectivité, un moment de réflexion. Il faut que la communauté internationale et l’architecture internationale – construites sur les décombres de la Seconde Guerre mondiale, les terribles chambres à gaz et la Shoah, les villes rasées dans toute l’Europe – [qui] avaient pour but de créer des institutions qui garantiraient que nous ne verrions plus jamais d’abominations où des personnes pourraient être ciblées pour leur race, leur religion, leur culture, leur origine ou le passeport qu’elles détiennent… Il faut que ces promesses soient tenues », a déclaré Khan.

« Nous examinons indépendamment la situation en Palestine, les événements en Israël et les allégations selon lesquelles des ressortissants palestiniens ont également commis des crimes, nous avons besoin de coopération et d’assistance. »

Khan a également insisté sur le fait « qu’il ne devrait y avoir aucun obstacle à l’acheminement de l’aide humanitaire destinée aux enfants, aux femmes et aux hommes, c’est-à-dire aux civils » et affirme que la restriction des droits des civils tels que définis par le droit international humanitaire, le droit international coutumier et les conventions de Genève pourrait donner lieu à une « responsabilité pénale » en vertu du statut de Rome, qui a institué la CPI.

Ronen Bar prévient que la Cisjordanie pourrait connaître un embrasement – Média

Ronen Bar, chef de l'agence de sécurité intérieure du Shin Bet, lors d'un service commémoratif marquant les 27 ans de l'assassinat du Premier ministre Yitzhak Rabin, au cimetière du mont Herzl, à Jérusalem, le 6 novembre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Ronen Bar, chef de l'agence de sécurité intérieure du Shin Bet, lors d'un service commémoratif marquant les 27 ans de l'assassinat du Premier ministre Yitzhak Rabin, au cimetière du mont Herzl, à Jérusalem, le 6 novembre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Le chef de l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet, Ronen Bar, a averti le cabinet de guerre et l’establishment de la Défense de « craintes d’un embrasement » de violences en Cisjordanie, a rapporté la Douzième chaîne.

« L’avertissement spécifique fait état d’une augmentation de la violence de la part des résidents d’implantations [et] d’incidents entre résidents d’implantations et Palestiniens qui entraînent la mort de Palestiniens. »

Les États-Unis et l’Union européenne ont également averti que la Cisjordanie était en ébullition.

« Ces incidents risquent d’embraser la région et de nuire à l’effort de guerre contre le Hamas, selon la chaine qui cite des sources israéliennes. Elle indique que certains « décideurs » israéliens pressaient les ministres d’extrême-droite Bezalel Smotrich et Itamar Ben Gvir « de prendre leurs responsabilités et de calmer le jeu ».

Plusieurs roquettes tirées depuis la Syrie sur le nord d’Israël

L’armée israélienne a déclaré qu’un certain nombre de roquettes avaient été tirées depuis la Syrie vers le nord d’Israël il y a peu.

Tous les projectiles ont atterri dans des zones ouvertes, ne causant ni dégâts ni blessures, a indiqué Tsahal.

Les troupes répondent par des tirs d’artillerie à la source des tirs de roquettes.

L’incident au Daghestan se poursuit, plusieurs Juifs sont sous bonne garde – Responsable

Un responsable israélien de la sécurité a déclaré que l’incident à Makhachkala, capitale du Daghestan, se poursuivait après qu’un avion en provenance d’Israël a failli être attaqué par une foule locale pro-palestinienne.

« Un nombre limité d’Israéliens et de Juifs sont actuellement isolés et sous bonne garde à l’aéroport. »

« Nous nous efforçons de les faire partir sur un vol de correspondance vers Moscou dès que les conditions le permettront », a-t-il ajouté.

« Les responsables de la sécurité israélienne et l’ambassadeur d’Israël travaillent avec les autorités de sécurité locales. »

Halevi à ses troupes : « Nous nous concentrons sur le démantèlement du Hamas »

Le chef d'état-major de l'armée israélienne, le général Herzi Halevi, s'adressant aux troupes à la frontière de Gaza, le 29 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Le chef d'état-major de l'armée israélienne, le général Herzi Halevi, s'adressant aux troupes à la frontière de Gaza, le 29 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, a déclaré plus tôt aux troupes à la frontière de Gaza que l’armée se concentrait uniquement sur le « démantèlement du Hamas ».

« Nous sommes en guerre, vous l’avez compris dès le premier jour. Ce sera un long processus et nous en sommes maintenant au stade où nous frappons durement l’ennemi, notamment à l’intérieur de la bande de Gaza », a déclaré Halevi.

« L’armée israélienne se concentre désormais sur une seule chose : la victoire, le démantèlement du Hamas, la frappe du plus grand nombre possible de commandants ennemis, du plus grand nombre possible de combattants ennemis et du plus grand nombre possible d’infrastructures ennemies », a-t-il ajouté.

Biden et al-Sissi discutent de l’aide à Gaza et de la nécessité de protéger les civils

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi assistant à la séance de clôture du sommet du nouveau pacte financier mondial, à Paris, le 23 juin 2023. (Crédit : Lewis Joly/AP)
Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi assistant à la séance de clôture du sommet du nouveau pacte financier mondial, à Paris, le 23 juin 2023. (Crédit : Lewis Joly/AP)

Le président américain Joe Biden s’est entretenu aujourd’hui avec le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, qui s’efforce d’acheminer de l’aide humanitaire à Gaza.

Joe Biden « a exprimé sa reconnaissance pour le rôle de premier plan joué par l’Égypte dans les efforts visant à faciliter l’acheminement de l’aide humanitaire à la population civile de Gaza », indique le communiqué des États-Unis.

« Les deux dirigeants se sont engagés à accélérer et à augmenter de manière significative l’aide apportée à Gaza à partir d’aujourd’hui et de manière continue », a indiqué la Maison Blanche.

« Ils ont également discuté de l’importance de protéger les vies civiles, de respecter le droit humanitaire international et de veiller à ce que les Palestiniens de Gaza ne soient pas déplacés vers l’Égypte ou tout autre pays », indique le communiqué américain, faisant un clin d’œil au rejet par l’Égypte des appels de certains Israéliens à accueillir des réfugiés de Gaza.

Ces propositions ont exaspéré Le Caire, notamment parce que Jérusalem a refusé de promettre publiquement qu’elle autoriserait les habitants de Gaza à retourner dans l’enclave après la guerre, avait déclaré un diplomate arabe au Times of Israel la semaine dernière.

Biden a également informé al-Sissi des « efforts des États-Unis pour s’assurer que les acteurs régionaux n’étendent pas le conflit et aussi des efforts continus pour obtenir la libération des otages », selon la Maison Blanche.

Biden à Netanyahu : Israël doit immédiatement augmenter l’aide à Gaza

Le président américain Joe Biden s'exprimant lors d'une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre australien Anthony Albanese, hors champs, lors d'une conférence de presse dans le jardin des Roses de la Maison Blanche, à Washington, le 25 octobre 2023. (Crédit : Manuel Balce Ceneta/AP Photo)
Le président américain Joe Biden s'exprimant lors d'une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre australien Anthony Albanese, hors champs, lors d'une conférence de presse dans le jardin des Roses de la Maison Blanche, à Washington, le 25 octobre 2023. (Crédit : Manuel Balce Ceneta/AP Photo)

Le président américain Joe Biden a déclaré au Premier ministre Benjamin Netanyahu, lors de leur conversation téléphonique, que le flux d’aide humanitaire à Gaza devait « augmenter immédiatement et de manière significative », selon la Maison Blanche.

Israël a rouvert ce week-end la deuxième des trois conduites d’eau qui alimentent la bande de Gaza, mais 90 % de l’eau de Gaza provient de l’extérieur et passe par des usines de désalinisation et de traitement de l’eau qui ne fonctionnent qu’à une capacité limitée en raison d’un manque de carburant. Israël affirme que le groupe terroriste palestinien du Hamas détourne le carburant destiné à l’usage civil et refuse tout approvisionnement supplémentaire depuis le début de la guerre, ce qui risque de pousser les hôpitaux au bord du gouffre.

Les Nations unies avaient déjà prévenu que « l’ordre civil » commençait à s’effondrer à Gaza après que des milliers de personnes ont saccagé les entrepôts de nourriture dans l’enclave palestinienne déchirée par la guerre.

La question a été soulevée lors de l’appel de Biden avec Netanyahu au sujet des derniers développements de la guerre à Gaza et le président a « souligné la nécessité d’augmenter immédiatement et de manière significative le flux d’aide humanitaire pour répondre aux besoins des civils à Gaza », selon le communiqué de presse américain.

Le reste du communiqué reprend les points de vue de la Maison Blanche sur la guerre.

Biden a « réaffirmé qu’Israël avait le droit et la responsabilité de défendre ses citoyens contre le terrorisme et a souligné la nécessité de le faire dans le respect du droit humanitaire international qui donne la priorité à la protection des civils ».

Les deux hommes ont également « discuté des efforts en cours pour localiser et obtenir la libération des otages, notamment des citoyens américains dont on est toujours sans nouvelles et qui pourraient être détenus par le Hamas », ajoute le communiqué, qui précise que les deux hommes ont convenu de « rester en consultation régulière, à la fois directement et par l’intermédiaire de leurs équipes de sécurité nationale respectives ».

Zelensky consterné par les émeutes au Daghestan contre les voyageurs israéliens

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'exprimant lors d'une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre belge Alexander De Croo, à Bruxelles, le 11 octobre 2023. (Crédit : Yves Herman/POOL/AFP)
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'exprimant lors d'une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre belge Alexander De Croo, à Bruxelles, le 11 octobre 2023. (Crédit : Yves Herman/POOL/AFP)

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’est dit consterné par les scènes qui se sont déroulées au Daghestan, en Russie, lorsqu’une foule s’est déchaînée dans un aéroport à la recherche d’Israéliens arrivant de Tel Aviv.

« Il ne s’agit pas d’un incident isolé à Makhachkala, mais plutôt d’un élément de la culture de haine généralisée de la Russie envers les autres nations, qui est propagée par la télévision d’État, les experts et les autorités », a-t-il déclaré.

« Le ministre russe des Affaires étrangères a fait une série de remarques antisémites au cours de l’année écoulée. Le président russe a également utilisé des insultes antisémites », a-t-il ajouté.

Daniel Hagari : « Nous poursuivrons Sinwar du Hamas jusqu’à l’avoir atteint »

Yahya Sinwar, chef du groupe terroriste palestinien du Hamas, faisant des gestes lors d'un rassemblement, à Beit Lahiya, le 30 mai 2021. (Crédit : Atia Mohammed/Flash90)
Yahya Sinwar, chef du groupe terroriste palestinien du Hamas, faisant des gestes lors d'un rassemblement, à Beit Lahiya, le 30 mai 2021. (Crédit : Atia Mohammed/Flash90)

Le porte-parole de Tsahal, Daniel Hagari, promet que l’armée « poursuivra » le chef du Hamas à Gaza, Yahya Sinwar, « jusqu’à l’avoir atteint ».

Il a affirmé que « la population de Gaza parle déjà de la façon dont Sinwar a provoqué le désastre ».

« Il est l’homme responsable de la destruction de Gaza, il pense et agit comme un meurtrier, qui a prouvé au monde entier que le Hamas était pire que l’État islamique », a ajouté Hagari.

Israël attend que la Russie assure la sécurité des Israéliens et des Juifs au Daghestan

Le bureau du Premier ministre et le ministère des Affaires étrangères ont déclaré suivre les événements au Daghestan et « attendent des forces de l’ordre russes qu’elles assurent la sécurité de tous les citoyens israéliens et des Juifs et qu’elles agissent avec détermination contre les émeutiers et l’incitation sauvage contre les Juifs et les Israéliens ».

« Israël prend très au sérieux les tentatives de nuire aux citoyens israéliens et aux Juifs, où qu’ils se trouvent », ont-ils ajouté.

L’ambassadeur d’Israël en Russie, Alex Ben Zvi, s’efforce d’assurer la sécurité des passagers de l’avion.

L’armée déclare que le nombre d’otages confirmés détenus par le Hamas s’élève à 239

Le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré que l’armée avait notifié aux familles de 239 otages que leurs proches étaient détenus dans la bande de Gaza.

Il précise que ce nombre n’est pas définitif, l’armée enquêtant sur de nouvelles informations.

« C’est un nombre insondable. Il y a des travailleurs étrangers parmi les otages, il nous faut du temps pour contacter les familles de chacun d’entre eux », a-t-il expliqué.

Ce nombre n’inclut pas les quatre otages libérés – la mère et la fille Judith et Natalie Raanan vendredi soir, et les femmes âgées Yocheved Lifshitz et Nurit Cooper lundi soir.

Il ajoute que le nombre de personnes disparues dont le sort est actuellement inconnu s’élève à 40.

L’armée frappe un groupe équipé de missiles antichars et des positions du Hezbollah

L’armée israélienne a affirmé que ses troupes avaient frappé un autre groupe équipé de missiles guidés antichars dans le sud du Liban, avant qu’ils ne puissent mener une attaque contre le nord d’Israël.

Tsahal a également affirmé avoir effectué une frappe de drone sur un agent terroriste qui pilotait un drone au-dessus de la frontière.

L’armée a également diffusé des images montrant des troupes de l’unité d’élite Maglan frappant des positions du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah à la frontière, ainsi que le renforcement des forces dans le nord d’Israël.

Des manifestants pro-palestiniens prennent d’assaut le terminal du Daghestan

Un vol en provenance d’Israël et à destination de la République russe du Daghestan a dû être détourné de sa destination prévue dans la capitale, Makhachkala, après que des manifestants pro-palestiniens ont pris d’assaut l’aéroport, cherchant à attaquer les arrivants israéliens, selon de nombreuses informations.

Des images ont montré une foule se déchaînant dans le terminal et même sur une partie du tarmac, où les avions sont stationnés, après avoir appris l’arrivée du vol.

Selon la Douzième chaîne, la foule était apparemment composée en grande partie d’expatriés palestiniens.

Le vol a été détourné vers un autre aéroport de la ville. On ne sait pas encore si les passagers ont pu quitter l’avion en toute sécurité.

Benjamin Netanyahu et Joe Biden s’entretiennent au téléphone au sujet de la guerre

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est de nouveau entretenu au téléphone avec le président américain Joe Biden au sujet des derniers développements de la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Aucun détail n’est encore disponible.

Auparavant, le conseiller américain à la Sécurité nationale, Jake Sullivan, avait déclaré à CNN que Biden soulignerait « la nécessité pour l’armée israélienne de faire tous les efforts possibles pour distinguer les terroristes des civils palestiniens au cours de l’opération terrestre à Gaza ».

« Des milliers de civils palestiniens sont morts dans ce conflit et c’est une tragédie absolue », a déclaré Sullivan.

« Ces personnes ne méritaient pas de mourir. Ces personnes méritent de vivre dans la paix, la sécurité et la dignité. »

Un général, qui a mené le sauvetage de Nahal Oz, exige la démission de Netanyahu

Le général (à la retraite) Noam Tibon, lors d'une interview sur la Douzième chaîne, demandant au Premier ministre Benjamin Netanyahu de démissionner, le 29 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran de la Douzième chaîne ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)
Le général (à la retraite) Noam Tibon, lors d'une interview sur la Douzième chaîne, demandant au Premier ministre Benjamin Netanyahu de démissionner, le 29 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran de la Douzième chaîne ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)

Noam Tibon, un général à la retraite qui s’est rendu en voiture au kibboutz de Nahal Oz le matin du 7 octobre et y a mené une opération de sauvetage contre les terroristes palestiniens du Hamas, notamment en sauvant son propre fils et sa famille, a demandé à Benjamin Netanyahu de démissionner avec effet immédiat.

Le maintien de Netanyahu au poste de Premier ministre nuit à la guerre contre le Hamas, a-t-il affirmé. Il a également comparé l’impératif de changement au sommet à la Grande-Bretagne, qui avait remplacé Neville Chamberlain par Winston Churchill pour vaincre les nazis.

« Lors de ce Shabbat noir, explique Tibon à la Douzième chaîne, le Hamas, une organisation de taille modeste, a humilié Tsahal et Israël. »

« Il y a des gens à blâmer pour ces échecs : le chef d’état-major a déjà pris ses responsabilités, et je ne doute pas qu’à la fin de l’opération, lui et tous ceux de Tsahal qui sont responsables de cet échec rentreront chez eux. Le chef de l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet a déjà pris ses responsabilités et je suis sûr qu’il y aura un processus similaire. »

« Le seul qui n’a pas pris ses responsabilités est Benjamin Netanyahu, et maintenant il tire depuis le char », a noté Tibon, faisant référence au tweet de Netanyahu, supprimé par la suite, dans lequel le Premier ministre blâmait les chefs des services de renseignement pour l’échec de la prévention de l’assaut du Hamas le 7 octobre.

Tibon estime que 80 % des Israéliens ne croient pas que Netanyahu mènera Israël à une victoire décisive sur le Hamas, et que 90 % des Israéliens ne croient pas que Netanyahu protégera leurs familles et leurs enfants.

« Les gens ont perdu tout sentiment de sécurité au cours des trois dernières semaines », a déclaré Tibon. « C’est pourquoi je dis directement à M. Netanyahu : ‘Prenez vos responsabilités. Démissionnez maintenant. Cela aidera l’opération.' »

« Les gens ont besoin de se sentir en sécurité – ils doivent être sûrs que nous allons être victorieux. Je ne pense pas qu’il puisse nous mener à la victoire. »

Il a ensuite indiqué que les membres de la Knesset devraient destituer Netanyahu s’il ne se retire pas. « Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Britanniques ont remplacé Chamberlain par Churchill. « Nous devons gagner. C’est plus important que Netanyahu. »

« D’ici un an, lorsque Gaza sera en ruines, que tous les dirigeants du Hamas seront morts et que tous ceux qui ont participé à ce meurtre, à ce massacre, seront morts, [il faudra qu’il y ait] un bloc prospère de communautés [dans la zone de l’enveloppe de Gaza où le massacre a eu lieu] – avec des gens retournés dans leurs communautés parce qu’ils sentent qu’ils peuvent y vivre en toute sécurité, et que je puisse retourner rendre visite à mes petits-enfants sans une arme à feu », a conclu Tibon.

Chef du Front intérieur : Cette guerre sera longue, des semaines ou des mois

Le général de division Rafi Milo, chef du Commandement du Front intérieur, sur les lieux où une roquette tirée de Gaza a touché et endommagé une maison à Rehovot, le 11 mai 2023. (Crédit : Jamal Awad/ Flash90/Dossier)
Le général de division Rafi Milo, chef du Commandement du Front intérieur, sur les lieux où une roquette tirée de Gaza a touché et endommagé une maison à Rehovot, le 11 mai 2023. (Crédit : Jamal Awad/ Flash90/Dossier)

Le chef du Commandement du Front intérieur de l’armée israélienne, le général de division Rafi Milo, a prévenu que la guerre en cours dans la bande de Gaza pourrait durer des mois et que l’économie devra finalement reprendre, même pendant les combats.

« Cette guerre sera longue, des semaines ou des mois », a déclaré Milo lors d’une conférence de presse dans la ville d’Ashkelon, dans le sud du pays.

Il a expliqué que le Commandement du Front intérieur procédait à des évaluations quotidiennes pour décider si les restrictions pouvaient être levées.

« Nous examinons les capacités et les intentions de l’ennemi », a expliqué Milo.

« Comme la guerre sera longue, la routine quotidienne reviendra lentement à la normale. L’économie doit reprendre », a-t-il ajouté.

Milo a ajouté que les soldats du Commandement du Front intérieur sont stationnés dans tout le pays pour donner un sentiment de sécurité aux civils israéliens, notant que « la sécurité personnelle et la résilience » ont été mises à mal à la suite des massacres du 7 octobre.

La France condamne les attaques des résidents d’implantations en Cisjordanie

La France a condamné les attaques « inacceptables » de résidents d’implantations israéliens contre des Palestiniens en Cisjordanie.

« La France condamne fermement les attaques de colons qui ont conduit à la mort de plusieurs civils palestiniens ces derniers jours à Qusra et Sawiya, ainsi qu’au départ forcé de plusieurs communautés », indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

La zone autour de l’hôpital de Gaza a été bombardée – Secouristes palestiniens

Le Croissant-Rouge palestinien a indiqué que l’armée israélienne avait bombardé à plusieurs reprises les alentours de son hôpital dans le nord de la bande de Gaza, causant des dommages et mettant les civils en danger.

« L’armée israélienne continue délibérément de lancer des roquettes directement près de l’hôpital al-Quds dans le but de forcer le personnel médical, les personnes déplacées et les patients à évacuer l’hôpital », a déclaré l’organisation médicale dans un communiqué.

« Cela a causé des dégâts importants aux services de l’hôpital et a exposé les résidents et les patients à la suffocation », ajoute le communiqué.

Israël a appelé tous les non-combattants du nord de la bande de Gaza à se déplacer vers le sud, alors que l’armée intensifie ses opérations contre les terroristes palestiniens du Hamas dans la région.

Le pays a également accusé le Hamas d’utiliser de nombreux hôpitaux de Gaza comme bases d’opérations et de s’en servir comme boucliers humains.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

L’armée mène des frappes au Liban en représailles des 10 roquettes tirées sur Israël

Des fusées éclairantes tirées depuis le nord d'Israël sur le village d'Aita al-Shaab, à la frontière sud du Liban, le 28 octobre 2023. (Crédit : Fadel Senna/AFP)
Des fusées éclairantes tirées depuis le nord d'Israël sur le village d'Aita al-Shaab, à la frontière sud du Liban, le 28 octobre 2023. (Crédit : Fadel Senna/AFP)

L’armée israélienne a indiqué qu’elle menait des frappes au Liban en réponse à des tirs de roquettes sur Israël.

L’armée a indiqué que 10 roquettes avaient pénétré en territoire israélien.

L’une d’entre elles a touché un bâtiment à Kiryat Shmona, sans faire de victimes.

Yad Vashem ouvre une école pour les enfants évacués

Illustration : Une vue aérienne de Yad Vashem et du mont Herzl, à Jérusalem. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)
Illustration : Une vue aérienne de Yad Vashem et du mont Herzl, à Jérusalem. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)

Yad Vashem a transformé une partie de ses installations en école afin de créer un environnement d’apprentissage pour les personnes évacuées des communautés de la région de Gaza, a annoncé le musée commémoratif de la Shoah.

Les élèves ne se concentreront pas sur l’étude de la Shoah.

« Aujourd’hui, Yad Vashem, le Centre mondial de la mémoire de la Shoah à Jérusalem, a ouvert le bâtiment de l’École internationale d’études sur la Shoah à quelque 300 élèves du CP à la Terminale, afin qu’ils puissent reprendre des activités éducatives régulières malgré la guerre en cours », a indiqué Yad Vashem dans un communiqué de presse, qualifiant cette initiative « d’opportunité de retourner à l’école, en rétablissant un certain sens de la résilience mentale et émotionnelle ».

L’établissement a été réorganisé et a fait l’objet de quelques ajustements, afin de le rendre plus adapté à l’apprentissage quotidien. Les élèves disposeront de matériel pédagogique et de repas chaque jour, et des conférences seront également organisées pour les parents.

Une cinquantaine de membres du personnel de Yad Vashem se sont portés volontaires pour apporter leur aide, a indiqué l’organisation.

« À l’heure où nous traversons l’une des crises les plus difficiles de l’Histoire de notre pays, il est de notre devoir de tendre une main secourable et de faire ce que nous pouvons pour soutenir les personnes touchées », a déclaré Dani Dayan, président de Yad Vashem.

Plus de 200 000 citoyens israéliens ont été déplacés à l’intérieur du pays en raison de la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas, qui a débuté le 7 octobre par un assaut du Hamas sur le Néguev occidental.

Rishi Sunak et Emmanuel Macron appellent à une aide d’urgence à Gaza

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak quittant le 10 Downing Street pour assister à la session hebdomadaire des questions des Premiers ministres, au Parlement de Londres, le 25 octobre 2023. (Crédit : Frank Augstein/AP Photo)
Le Premier ministre britannique Rishi Sunak quittant le 10 Downing Street pour assister à la session hebdomadaire des questions des Premiers ministres, au Parlement de Londres, le 25 octobre 2023. (Crédit : Frank Augstein/AP Photo)

Les dirigeants du monde entier multiplient les appels pour que l’aide humanitaire, qui fait cruellement défaut, parvienne à Gaza, déchirée par la guerre.

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak et le président français Emmanuel Macron ont souligné « l’importance d’acheminer une aide humanitaire urgente » dans le territoire palestinien, tandis que le chef de l’ONU Antonio Guterres a déclaré que la situation devenait « plus désespérée d’heure en heure ».

Sunak et Macron se sont entretenus par téléphone et « ont convenu de travailler ensemble sur les efforts à la fois pour acheminer de la nourriture, du carburant, de l’eau et des médicaments cruciaux à ceux qui en ont besoin, et pour faire sortir les ressortissants étrangers », a indiqué un porte-parole de Downing Street.

Ils ont exprimé « leur inquiétude commune face au risque d’escalade dans la région, en particulier en Cisjordanie » et se sont mutuellement informés « des conversations qu’ils ont eues avec les dirigeants de la région pour souligner l’importance d’œuvrer à la stabilité régionale », a ajouté le compte-rendu de leur conversation.

Sunak et Macron ont également « convenu qu’il était important de ne pas perdre de vue l’avenir à long terme de la région et, en particulier, la nécessité d’une solution à deux États ».

La Norvège estime que la réponse d’Israël à l’attaque du Hamas est disproportionnée

Le Premier ministre norvégien Jonas Gahr Store arrivant au sommet des dirigeants de la Force expéditionnaire conjointe (JEF) sur l'île baltique de Gotland, en Suède, le 13 octobre 2023. (Crédit : Jonathan Nackstrand/AFP)
Le Premier ministre norvégien Jonas Gahr Store arrivant au sommet des dirigeants de la Force expéditionnaire conjointe (JEF) sur l'île baltique de Gotland, en Suède, le 13 octobre 2023. (Crédit : Jonathan Nackstrand/AFP)

Le Premier ministre norvégien estime que la réponse de l’armée israélienne à l’attaque meurtrière du groupe terroriste palestinien du Hamas, qui a fait 1 400 morts et plus de 230 otages, est disproportionnée, et dénonce une situation humanitaire « catastrophique » à Gaza.

« Le droit international stipule que [la réaction] doit être proportionnée. Les civils doivent être pris en compte, et le droit humanitaire est très clair à ce sujet. Je pense que cette limite a été largement dépassée », a déclaré le Premier ministre Jonas Gahr Store à la radio publique NRK.

« Près de la moitié des milliers de personnes tuées sont des enfants », a-t-il ajouté.

« Israël a le droit de se défendre, et je reconnais qu’il est très difficile de se défendre contre des attaques provenant d’une zone aussi densément peuplée que Gaza », a déclaré Store.

« Des roquettes sont encore tirées de Gaza sur Israël, et nous le condamnons », a-t-il ajouté.

Madrid : Des milliers de manifestants pro-palestiniens demandent un cessez-le-feu

Des manifestants brandissant des drapeaux palestiniens et des pancartes lors d'une manifestation de soutien au peuple palestinien, à Madrid, en Espagne, le 29 octobre 2023. (Crédit : Javier Soriano/AFP)
Des manifestants brandissant des drapeaux palestiniens et des pancartes lors d'une manifestation de soutien au peuple palestinien, à Madrid, en Espagne, le 29 octobre 2023. (Crédit : Javier Soriano/AFP)

Agitant des drapeaux et des banderoles, des milliers de manifestants pro-palestiniens ont défilé dans les rues de Madrid pour exiger un cessez-le-feu immédiat dans la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Les cris de « Free Palestine » ont retenti alors que la foule serpentait dans les rues fermées de la capitale espagnole.

Environ 35 000 personnes y ont participé, selon la délégation du gouvernement central à Madrid, ce qui en fait l’un des plus grands rassemblements en Espagne en faveur des Palestiniens depuis que l’assaut meurtrier du groupe terroriste palestinien a déclenché la guerre avec Israël au début de ce mois.

Une mère d’otage : Sara Netanyahu, présente à la réunion, a fait l’éloge de son mari

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avec des représentants de familles dont les proches sont retenus en otage par le Hamas dans la bande de Gaza, le 28 octobre 2023. (Crédit : GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avec des représentants de familles dont les proches sont retenus en otage par le Hamas dans la bande de Gaza, le 28 octobre 2023. (Crédit : GPO)

Merav Leshem Gonen, dont la fille Romi fait partie des personnes retenues à Gaza, raconte à la Douzième chaîne que Sara, l’épouse du Premier ministre Benjamin Netanyahu, a assisté à leur réunion d’hier avec ce dernier et a profité de l’occasion pour faire l’éloge de son mari devant les familles.

« Sara a vraiment fait l’éloge du Premier ministre et a dit qu’il était l’homme à admirer et en qui il fallait avoir confiance », dit-elle.

L’épouse du Premier ministre est sous le feu des critiques pour s’être prétendument occupée de questions politiques depuis le déclenchement de la guerre de Gaza.

Elle aurait cherché à bloquer l’entrée du président du parti HaMahane HaMamlahti, Benny Gantz, dans le gouvernement, craignant qu’il ne soit crédité de la « photo de la victoire » si le cabinet parvenait à atteindre ses objectifs de guerre.

Gallant aux familles des otages : L’incursion est nécessaire pour acculer le Hamas

Le ministre de la Défense Yoav Gallant rencontrant les familles des otages de Gaza, le 29 octobre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant rencontrant les familles des otages de Gaza, le 29 octobre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense, Yoav Gallant, est le dernier haut responsable israélien à avoir rencontré des membres des familles d’otages actuellement détenus par les terroristes à Gaza.

« L’opération terrestre est étroitement liée à l’effort de restitution des otages », a déclaré Gallant aux familles, selon un communiqué du ministère de la Défense.

« S’il n’y a pas de pression militaire sur le Hamas, rien n’avancera », a-t-il ajouté.

« Nous combattons des bêtes, pas des personnes. C’est une aventure complexe, avec des espoirs et des déceptions. Je suis déterminé à gagner la guerre et le retour des otages fait partie de la victoire. »

Une roquette tombe à Kiryat Shmona, les autorités vérifient s’il y a des blessés

La scène de l'impact d'une roquette, à Kiryat Shmona, le 29 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran/X)
La scène de l'impact d'une roquette, à Kiryat Shmona, le 29 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran/X)

Une roquette est tombée à Kiryat Shmona, selon les autorités locales, peu après le déclenchement des sirènes dans la ville du nord.

Les autorités sont en route vers le site d’impact pour déterminer si quelqu’un a été blessé et quel est le niveau de dégâts subis par les infrastructures.

Des centaines de Londoniens devant l’ambassade du Qatar pour la libération des otages

Des centaines de personnes manifestant pour la libération des otages de Gaza devant l'ambassade du Qatar, à Londres, le 29 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran/X)
Des centaines de personnes manifestant pour la libération des otages de Gaza devant l'ambassade du Qatar, à Londres, le 29 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran/X)

Des centaines de personnes manifestent devant l’ambassade du Qatar à Londres pour demander la libération des otages de Gaza.

Le Qatar a été un médiateur clé dans les efforts de négociation de la libération des otages, mais il a également été critiqué pour avoir accueilli le bureau politique du Hamas à Doha.

Des diplomates américains et britanniques coordonnent leur engagement au Proche-Orient

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken, à gauche, et le ministre britannique des Affaires étrangères James Cleverly assis sur la scène lors de la séance d'ouverture du premier jour de la Conférence sur le redressement de l'Ukraine, à Londres, le 21 juin 2023. (Crédit : Henry Nicholls/Pool Photo via AP)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken, à gauche, et le ministre britannique des Affaires étrangères James Cleverly assis sur la scène lors de la séance d'ouverture du premier jour de la Conférence sur le redressement de l'Ukraine, à Londres, le 21 juin 2023. (Crédit : Henry Nicholls/Pool Photo via AP)

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a appelé hier le ministre britannique des Affaires étrangères James Cleverly pour discuter de la guerre de Gaza, selon le Département d’État américain.

Les deux hommes « ont affirmé le droit d’Israël à l’autodéfense, discuté de leur engagement avec les partenaires régionaux pour empêcher la propagation du conflit et assurer la libération des otages », indique le communiqué américain.

« Ils ont réaffirmé la nécessité d’assurer la continuité de l’acheminement de l’aide humanitaire aux civils de Gaza », ajoute le communiqué.

Plusieurs terroristes palestiniens tués lors d’affrontements dans le nord de Gaza

Les troupes israéliennes opérant à l'intérieur de Gaza, le 29 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran/X)
Les troupes israéliennes opérant à l'intérieur de Gaza, le 29 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran/X)

L’armée israélienne a déclaré que les troupes avaient tué un certain nombre de terroristes palestiniens au cours d’affrontements dans la partie nord de la bande de Gaza.

Un certain nombre de terroristes du Hamas sont sortis d’un tunnel dans le nord de la bande de Gaza, près du point de passage d’Erez, et ont affronté les forces de Tsahal.

L’armée affirme que les troupes ont tué plusieurs terroristes et en ont blessé d’autres.

Plusieurs autres tireurs palestiniens ont été tués dans d’autres combats à proximité, a ajouté Tsahal.

En outre, les forces terrestres ont demandé à l’armée de l’air d’effectuer des frappes de drones contre deux lieux de rassemblement du groupe terroriste palestinien du Hamas, ce qui a permis de tuer plusieurs agents.

Grèce : 5 000 manifestants à Athènes réclament la « fin du massacre » à Gaza

Des milliers de personnes manifestant en solidarité avec Gaza à Athènes, en Grèce, le 29 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran X)
Des milliers de personnes manifestant en solidarité avec Gaza à Athènes, en Grèce, le 29 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran X)

Quelque 5 000 personnes ont manifesté dans le calme dimanche à Athènes, réclamant de « mettre fin au massacre des Palestiniens à Gaza », selon la police grecque.

Les manifestants, qui ont marché jusqu’à l’ambassade d’Israël dans la banlieue d’Athènes, ont qualifié Israël « d’État meurtrier ». Ils ont aussi dénoncé « l’abstention du gouvernement grec lors d’un vote à l’ONU sur une résolution de la Jordanie demandant un cessez-le-feu humanitaire à Gaza ». Un premier rassemblement en solidarité avec les Palestiniens et contre Israël avait réuni environ 10 000 personnes à Athènes le 18 octobre.

Samedi, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté en soutien aux Palestiniens à Londres, en France et à New York.

La cellule terroriste du Sud-Liban qui a tiré sur le mont Dov visée par une attaque de drone

Images d'une attaque de drone contre une cellule terroriste dans le sud du Liban, le 29 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran/X)
Images d'une attaque de drone contre une cellule terroriste dans le sud du Liban, le 29 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran/X)

L’armée israélienne affirme avoir mené une attaque de drone contre une cellule terroriste au Sud-Liban qui a lancé des roquettes sur la région du mont Dov plus tôt aujourd’hui.

Tsahal ajoute que des avions de chasse ont également frappé une position du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah en réponse à l’attaque à la roquette.

Les sirènes du nord ont été déclenchées par 3 roquettes – 2 interceptées, la 3e tombée dans une zone ouverte

De la fumée s'élève après que des roquettes ont été tirées du Liban vers le nord d'Israël, le 22 octobre 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)
De la fumée s'élève après que des roquettes ont été tirées du Liban vers le nord d'Israël, le 22 octobre 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)

L’armée israélienne déclare que trois roquettes ont été lancées du Liban vers le nord d’Israël il y a peu de temps, déclenchant des sirènes dans les villes de Haute Galilée de Tuba-Zangariyye, Rosh Pina, Ayelet Hashahar, et Hatzor Haglilit.

Selon Tsahal, deux des projectiles ont été interceptés par les défenses aériennes, tandis que le troisième a atterri dans une zone ouverte, sans causer de dommages.

Plus tôt, des roquettes ont également été tirées depuis le Liban sur des zones proches des communautés de Malkia et d’Arab al-Aramshe, dans le nord du pays, sans faire de blessés.

L’armée a indiqué qu’elle répondait par des tirs d’artillerie contre les sources des tirs de roquettes.

Les habitants d’un hameau du sud de la Cisjordanie fuient la violence des résidents d’implantations

Les habitants d'Anizan emballant leurs affaires pour trouver un autre endroit où vivre en raison de la violence des résidents d'implantations, le 29 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran/X)
Les habitants d'Anizan emballant leurs affaires pour trouver un autre endroit où vivre en raison de la violence des résidents d'implantations, le 29 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran/X)

Les habitants d’Anizan font leurs bagages et quittent le petit hameau palestinien dans les collines du sud de Hébron en raison de la violence et du harcèlement répétés des résidents d’implantations, a tweeté Yehuda Shaul, militant des droits de l’Homme et co-directeur du Centre israélien Ofek pour les affaires publiques.

Anizan est composé de quatre familles totalisant quelque 35 résidents, dit-il, ajoutant qu’il est situé en face de Khirbet Zanuta – un autre hameau déserté par ses résidents en raison de la violence des résidents d’implantations, qui s’est intensifiée depuis le déclenchement de la guerre de Gaza.

Shaul a qualifié cette situation « d’évacuation forcée ».

Isaac Herzog rencontre les familles des otages de Gaza

Le président Isaac Herzog rencontrant des familles dont les proches sont retenus en otage à Gaza,  à Jérusalem, le 22 octobre 2023. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Le président Isaac Herzog rencontrant des familles dont les proches sont retenus en otage à Gaza, à Jérusalem, le 22 octobre 2023. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Le président Isaac Herzog rencontre des représentants des familles des otages de Gaza dans sa résidence de Jérusalem.

Environ 70 membres des familles de 35 otages participent à la réunion, et Herzog rencontrera d’autres parents dans les jours à venir.

La colère contre le gouvernement s’est accrue parmi les familles des otages ces derniers jours, alors qu’Israël a lancé la première phase de son incursion terrestre à Gaza, dont certains membres des familles craignent qu’elle ne mette en danger la vie des otages.

Les sirènes retentissent dans le nord ; les roquettes proviennent de Syrie ou du Liban

Un secouriste israélien se mettant à l'abri alors que retentit une sirène avertissant de l'arrivée de roquettes tirées depuis la Bande de Gaza, dans la ville de Sderot, dans le sud d'Israël, le 11 mai 2023. (Crédit : Ohad Zwigenberg/AP)
Un secouriste israélien se mettant à l'abri alors que retentit une sirène avertissant de l'arrivée de roquettes tirées depuis la Bande de Gaza, dans la ville de Sderot, dans le sud d'Israël, le 11 mai 2023. (Crédit : Ohad Zwigenberg/AP)

Les sirènes d’alerte aux tirs de roquettes ont retenti dans plusieurs villes de Haute Galilée.

Les alertes sont activées à Tuba-Zangariyye, Rosh Pina, Ayelet Hashahar, Hatzor HaGlilit et dans d’autres villes de la région.

Il n’est pas clair si les sirènes retentissent en raison de tirs de roquettes en provenance de Syrie ou du Liban.

L’armée israélienne enquête.

« Échecs et incompétence » : Le PDG de Mobileye demande l’éviction de Netanyahu

Le professeur Amnon Shashua, co-fondateur et PDG de Mobileye, s'exprimant après l'entrée en bourse de la filiale d'Intel, à la bourse du Nasdaq, à New York, le 26 octobre 2022. (Crédit : Nasdaq)
Le professeur Amnon Shashua, co-fondateur et PDG de Mobileye, s'exprimant après l'entrée en bourse de la filiale d'Intel, à la bourse du Nasdaq, à New York, le 26 octobre 2022. (Crédit : Nasdaq)

Amnon Shashua, qui dirige l’entreprise de voitures autonomes Mobileye, demande l’éviction du Premier ministre Benjamin Netanyahu, dans le contexte des retombées de l’attaque du groupe terroriste palestinien du Hamas du 7 octobre.

Shashua estime que le gouvernement de Netanyahu s’est rendu coupable « d’échecs, de dissonances et d’incompétence ».

« Nous devons réduire nos pertes et le faire rapidement. La seule solution à la situation actuelle en Israël est de remplacer le gouvernement, et cela doit se faire immédiatement », a écrit Shashua dans une tribune publiée dans le quotidien économique Calcalist.

Dans un tweet publié tard dans la nuit de samedi à dimanche, le Premier ministre Netanyahu a réitéré ses précédentes affirmations selon lesquelles il n’avait pas été averti par les chefs de la sécurité de l’imminence d’une attaque du Hamas, et a affirmé que tous les chefs de la sécurité lui avaient constamment assuré que le Hamas avait été dissuadé, s’attirant ainsi de vives critiques sur la tentative apparente de les blâmer et de se soustraire à la responsabilité du désastre. Il a supprimé le message quelque neuf heures plus tard et a présenté des excuses peu de temps après.

Shashua estime que le gouvernement de Netanyahu se préoccupe davantage de sa survie politique que du « bien du pays » et qu’il convient d’organiser de nouvelles élections législatives afin d’installer de nouveaux dirigeants.

Netanyahu a refusé à plusieurs reprises d’assumer la responsabilité des échecs en matière de renseignement et d’opérations qui ont conduit à l’assaut du 7 octobre et affirme qu’il ne fera l’objet d’une enquête sur ses actions qu’une fois la guerre terminée – une guerre qui, selon certains responsables israéliens, pourrait durer longtemps, très longtemps.

Assuta : Augmentation du nombre d’hémorragies cérébrales depuis le 7 octobre

L'hôpital Assuta de Ramat HaHayal, à Tel Aviv, le 20 mai 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/FLASH90)
L'hôpital Assuta de Ramat HaHayal, à Tel Aviv, le 20 mai 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/FLASH90)

Les médecins du service de neurologie de l’hôpital Assuta à Ashdod font état d’une augmentation du nombre de patients traités pour des hémorragies cérébrales dans tout le pays depuis le début de la guerre.

Une femme de 70 ans hospitalisée à Assuta a fait une hémorragie cérébrale la nuit dernière. Lorsque les sirènes de roquettes ont retenti, elle est entrée dans le mamad – pièce sécurisée – de sa maison. Cependant, lorsqu’elle en est ressorti, elle a constaté les dégâts causés par une roquette tombée à proximité. Elle a été prise d’une crise de panique qui a entraîné une hémorragie cérébrale.

« Depuis des années, des recherches menées en Israël et à l’étranger montrent qu’il existe un lien entre l’anxiété et l’augmentation des hémorragies cérébrales en temps de guerre. Ces hémorragies surviennent généralement dans les populations souffrant de maladies chroniques, notamment d’hypertension artérielle », explique le Dr. Salo Haratz, directeur du département de neurologie d’Assuta.

« C’est pourquoi, pendant cette période, il est particulièrement important de suivre son traitement antihypertenseur. »

Sullivan : Le sort des otages cher à Washington, les négociations se poursuivent

Le conseiller à la Sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, s'exprimant à la Maison Blanche à Washington, le 10 octobre 2023. (Crédit : Susan Walsh/AP Photo)
Le conseiller à la Sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, s'exprimant à la Maison Blanche à Washington, le 10 octobre 2023. (Crédit : Susan Walsh/AP Photo)

Le conseiller américain à la Sécurité nationale, Jake Sullivan, a déclaré que les négociations sur les otages se poursuivaient et que les États-Unis étaient en contact permanent avec Israël et des partenaires régionaux pour obtenir leur libération.

« Même si nous avons commencé à voir Israël intervenir sur le terrain, cela n’a pas changé notre point de vue selon lequel cette question doit rester une priorité absolue », a déclaré Sullivan.

S’agissant du sort des familles des otages, le conseiller à la Sécurité nationale a déclaré : « Il est impossible de comprendre ce qu’elles endurent lorsqu’elles ne connaissent pas le sort de leurs proches. »

« C’est quelque chose qui nous pèse émotionnellement, mais nous essayons de rester aussi concentrés et lucides que possible pour atteindre l’objectif de ramener les gens chez eux », a-t-il ajouté, précisant que l’un des objectifs des trêves humanitaires imposées dans les combats de Gaza est de permettre aux otages d’être libérés en toute sécurité.

Sullivan a précisé que les États-Unis s’efforçaient toujours de faire sortir les centaines de citoyens américains qui souhaitent quitter Gaza, un objectif qui s’est heurté à des obstacles répétés en raison de l’intransigeance d’Israël, de l’Égypte et du groupe terroriste palestinien du Hamas.

Biden parlera à Netanyahu aujourd’hui : Il faut distinguer terroristes et civils

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche recoit le président américain Joe Biden à Tel Aviv, le 18 octobre 2023. (Crédit : Brendan Smialowski/AFP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche recoit le président américain Joe Biden à Tel Aviv, le 18 octobre 2023. (Crédit : Brendan Smialowski/AFP)

Le conseiller américain à la Sécurité nationale, Jake Sullivan, a déclaré à CNN que le président américain Joe Biden s’entretiendrait à nouveau avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans les prochaines heures « et insisterait sur la nécessité pour Tsahal de faire tous les efforts possibles pour distinguer les terroristes des civils palestiniens au cours de l’opération terrestre à Gaza ».

« Des milliers de civils palestiniens ont été tués dans ce conflit et c’est une tragédie absolue », a déclaré Sullivan, devenant ainsi le premier responsable américain à donner un chiffre général des morts civiles à Gaza

« Ces personnes ne méritaient pas de mourir. Ces personnes méritent de vivre en paix, en sécurité et dans la dignité », a-t-il ajouté.

Sullivan a réaffirmé que l’utilisation de boucliers humains par le groupe terroriste palestinien du Hamas « créait un fardeau supplémentaire pour Israël, mais ne diminuait pas la responsabilité d’Israël, en vertu du droit international, de faire la distinction entre les terroristes et les civils et de protéger la vie des innocents, qui constituent l’écrasante majorité de la population de Gaza ».

Sullivan a insisté sur le fait que les États-Unis avaient posé à Israël des « questions difficiles » sur ses opérations à Gaza, des questions qu’ils se poseraient eux-mêmes s’ils menaient une telle opération anti-terroriste.

Il a ajouté qu’ils poussaient également Israël à « faire correspondre les moyens aux objectifs » dans la guerre, ce qui laisse entendre que Washington s’inquiète de la stratégie d’Israël pour l’opération au sol.

Israël se dit déterminé à renverser le Hamas, mais certains membres de l’administration américaine ne sont pas convaincus que cela soit possible et pensent que des raids plus chirurgicaux à Gaza seraient également plus propices à la libération des otages, comme l’a rapporté le Washington Post vendredi.

Sullivan : Netanyahu a la responsabilité de maîtriser les résidents d’implantations

Une photo de Palestiniens ligotés et déshabillés après avoir été appréhendés par des soldats israéliens et des résidents d'implantations dans le village central de Wadi al-Seeq en Cisjordanie, le 12 octobre 2023. (Crédit : Utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Une photo de Palestiniens ligotés et déshabillés après avoir été appréhendés par des soldats israéliens et des résidents d'implantations dans le village central de Wadi al-Seeq en Cisjordanie, le 12 octobre 2023. (Crédit : Utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Le conseiller à la Sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, a dénoncé la recrudescence « totalement inacceptable » de la violence des résidents d’implantations depuis le déclenchement de la guerre de Gaza et a déclaré que le Premier ministre Benjamin Netanyahu « avait la responsabilité de maîtriser les résidents d’implantations ».

« Il s’agit d’un défi permanent. Nous espérons qu’au fil du temps, le gouvernement israélien prendra des mesures dans ce domaine. Nous nous attendons à ce que les résidents d’implantations extrémistes qui se livrent à ce type de violence rendent des comptes », a déclaré Sullivan à CNN.

À LIRE – Cisjordanie : Soldats et résidents d’implantations agressent et urinent sur 3 Palestiniens

Des terroristes palestiniens sortis d’un tunnel pour affronter des soldats à Gaza

Des chars et des forces d'infanterie israéliens en train d'opérer dans la partie nord de la bande de Gaza, le 29 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Des chars et des forces d'infanterie israéliens en train d'opérer dans la partie nord de la bande de Gaza, le 29 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Des informations font état d’affrontements entre les troupes de Tsahal et des terroristes palestiniens dans la partie nord de la bande de Gaza, près d’Erez.

La Radio militaire a rapporté qu’un certain nombre de terroristes palestiniens étaient sortis d’un tunnel dans la bande de Gaza, à plusieurs centaines de mètres de la frontière israélienne, et avaient commencé à se heurter aux troupes israéliennes.

Les forces de l’armée israélienne ont tué un certain nombre d’hommes armés.

Au milieu des affrontements, des mortiers ont été tirés, certains déclenchant des sirènes à Netiv HaAsara.

Il n’y a pas eu de commentaire immédiat de la part de l’armée.

Un projet de loi permettant de désigner des individus comme des agents terroristes

Argent saisi par les forces de sécurité israéliennes, qui aurait été versé aux familles de terroristes par le Hamas, le 14 août 2017. (Crédit : Shin Bet)
Argent saisi par les forces de sécurité israéliennes, qui aurait été versé aux familles de terroristes par le Hamas, le 14 août 2017. (Crédit : Shin Bet)

La commission ministérielle des Lois a proposé un amendement à la loi anti-terroriste israélienne qui permettra à l’État de désigner des individus, et pas seulement des organisations, comme agents terroristes.

L’objectif de cet amendement est de « contrecarrer le financement d’individus opérant dans diverses organisations, et en particulier le groupe terroriste palestinien du Hamas », indique un communiqué commun des cabinets du ministre de la Justice Yariv Levin et du ministre de la Défense Yoav Gallant.

« Cet amendement renforcera les mesures administratives qui peuvent être prises à l’encontre des terroristes individuels et des organisations terroristes. Il abordera également les questions du recrutement, du financement et du transfert de fonds à des fins terroristes », précise le communiqué.

L’armée touche une cellule du sud Liban qui préparait une attaque de missiles antichars

L’armée israélienne affirme avoir frappé une cellule au Sud-Liban qui se préparait à mener une attaque au missile guidé antichar près de la communauté d’Avivim, dans le nord du pays.

Cet action survient alors que le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah multiplie les attaques de missiles et de roquettes contre le nord d’Israël.

Moshe Arbel veut savoir si l’on peut retirer la citoyenneté pour apologie du Hamas

Maisa Abd Elhadi dans "Tel Aviv on Fire". (Crédit : Cohen Media Group)
Maisa Abd Elhadi dans "Tel Aviv on Fire". (Crédit : Cohen Media Group)

Le ministre de l’Intérieur Moshe Arbel demande à l’Autorité de la population, de l’immigration et des frontières (PIBA) d’examiner la possibilité de retirer sa citoyenneté à Maisa Abd Elhadi, actrice arabe israélienne de premier plan, qui a été inculpée pour avoir vraisemblablement exprimé son soutien au Hamas après avoir publié sur les réseaux sociaux des messages célébrant le massacre perpétré par le groupe terroriste palestinien le 7 octobre.

Abd Elhadi a été inculpée aujourd’hui d’identification à une organisation terroriste et d’incitation au terrorisme, dans le cadre d’une vaste opération de répression menée par la police à l’encontre des Israéliens qui auraient exprimé en ligne leur soutien aux attaques.

On ne sait pas si Abd Elhadi possède des droits de résidence ou la citoyenneté d’un autre pays, ni s’il serait légalement possible de lui retirer sa citoyenneté israélienne.

Le ministre de l’Intérieur et de la Santé Moshe Arbel arrivant à une réunion du cabinet, au Bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 10 septembre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

Abd Elhadi « a exprimé des mots d’éloge et de sympathie pour le terrible acte de terrorisme, le pire de l’histoire du pays, et a même raillé l’une des personnes enlevées, une femme de 85 ans qui a été enlevée à son domicile à Gaza, comme l’indique l’acte d’accusation », a écrit Arbel, selon le site d’information Ynet.

L’actrice, surtout connue pour son rôle dans le film « World War Z » de 2013, ainsi que dans plusieurs séries israéliennes, a été arrêtée après avoir partagé sur Instagram des images de Yaffa Adar, 85 ans, prise en otage par le Hamas, accompagnées d’émojis de rire.

Yaffa Adar est l’une des 230 personnes au moins qui ont été faites prisonnières par les terroristes le 7 octobre, lors de leur carnage dans le sud d’Israël.

Dans un second message, Abd Elhadi a partagé une image des forces du Hamas franchissant la frontière de sécurité d’Israël, avec une légende indiquant « Let’s go, Berlin style », dans une référence apparente à la chute du mur de Berlin en 1989.

Sirènes de roquettes dans les villes frontalières de Gaza

Les sirènes de roquettes continuent de retentir régulièrement ce dimanche dans un certain nombre de localités proches de la frontière avec la bande de Gaza.

La plupart des villes proches de la frontière avec l’enclave ont été largement évacuées.

Il n’y a pas de blessés ou de dégâts signalés dans l’immédiat.

Un militant extrémiste pro-implantations placé en détention administrative

Ariel Danino, activiste du mouvement pro-implantations, a été placé en détention administrative pour quatre mois après que le ministre de la Défense Yoav Gallant a approuvé l’ordre.

L’ordre de détention administrative, qui aurait été approuvé par l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet, cite « une base raisonnable pour supposer que la sécurité de l’État/la sécurité publique exigeait » qu’il soit placé en détention.

L’ordre de détention administrative est daté du 29 octobre au 28 février.

Danino a été arrêté samedi soir dans l’avant-poste illégal de Kumi Ori, près de l’implantation de Yitzhar, dans le nord de la Cisjordanie, par les forces de la police des frontières et des agents du Shin Bet, dont certains étaient masqués. Ils ont bloqué les routes de l’avant-poste pendant l’opération d’arrestation, selon le site d’information en ligne d’extrême-droite Kol HaYehudi.

La détention administrative est principalement utilisée pour les Palestiniens soupçonnés de terrorisme, dont environ 1 000 sont actuellement détenus en vertu de cette pratique. Ces dernières années, elle a également été utilisée pour une poignée de Juifs israéliens soupçonnés de terrorisme.

Cet outil est généralement utilisé lorsque les autorités disposent de renseignements permettant de lier un suspect à un crime, mais qu’elles ne disposent pas de suffisamment de preuves pour que les accusations puissent être retenues par un tribunal. Son utilisation contre les résidents d’implantations extrémistes est devenue plus courante ces derniers temps, car nombre d’entre eux invoquent leur droit à garder le silence et refusent de coopérer aux enquêtes. En outre, la police met plus de temps pour arriver sur les lieux des crimes commis contre des Palestiniens en Cisjordanie et ne recueille souvent pas les preuves à temps, voire pas du tout.

Des vidéos téléchargées sur les réseaux sociaux montrent Danino faisant le signe V alors qu’il est assis à l’arrière d’un véhicule des services de sécurité après son arrestation.

Selon l’association « La paix maintenant », des résidents d’implantations extrémistes d’Yitzhar et des implantations et avant-postes environnants ont été impliqués dans des dizaines d’attaques contre des Palestiniens au cours des dix dernières années.

Samedi, un Palestinien qui récoltait des olives aurait été abattu par un résident d’implantation à l’extérieur du village d’As-Sawiya, à quelque 15 kilomètres au sud d’Yitzhar. Il s’agit du dernier d’une longue série d’attaques de résidents d’implantations contre des Palestiniens en Cisjordanie depuis les massacres du 7 octobre perpétrés par le Hamas dans le sud d’Israël.

Les forces terrestres ont tué des tireurs du Hamas et détruit des cibles terroristes

Des chars israéliens roulant sur la côte du nord de la bande de Gaza, le 29 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Des chars israéliens roulant sur la côte du nord de la bande de Gaza, le 29 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne a déclaré que les forces terrestres continuaient d’opérer dans la partie nord de la bande de Gaza, tuant des hommes armés du Hamas et détruisant des sites appartenant au groupe terroriste palestinien.

Tsahal a ajouté que les troupes avaient tué un certain nombre de terroristes du Hamas qui ont ouvert le feu sur les forces terrestres dans la bande de Gaza, ainsi que d’autres terroristes identifiés sur la plage de Gaza, près de la communauté de Zikim, dans le sud d’Israël.

Selon l’armée, les troupes au sol, dont les chars, ont également frappé des positions de missiles guidés antichars, des postes d’observation et d’autres infrastructures du groupe terroriste palestinien du Hamas.

Les forces ont également demandé à l’armée de l’air de mener des frappes contre des bâtiments utilisés par le groupe terroriste, a ajouté Tsahal.

L’armée a publié une vidéo montrant les troupes opérant à Gaza aujourd’hui, ainsi que certaines des récentes frappes aériennes sur la bande de Gaza.

L’assistante de Sara Netanyahu suspendue 14 jours pour ses propos contre les « traîtres de gauche »

Une assistante de Sara Netanyahu a été suspendue pour 14 jours pour une série de publications incendiaires sur Facebook s’en prenant aux soi-disant « gauchistes » dans le contexte de la guerre en cours à Gaza déclenchée par l’attaque meurtrière du groupe terroriste du Hamas dans le sud d’Israël.

La décision a été prise par Yossi Shelley, le directeur général du cabinet du Premier ministre, après plusieurs posts de Tzipi Navon utilisant les termes de « traîtres », « racailles » et « cinquième colonne ».

Dans un message sur Facebook dénonçant un groupe critiquant le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour le massacre du Hamas du 7 octobre, Navon a écrit que « les traîtres de gauche continuent d’inciter » contre le Premier ministre.

Dans un autre post, elle a écrit que la Douzième et la Treizième chaîne essayaient de « diviser et nuire au moral des Juifs » pendant la guerre actuelle avec Gaza, et elle a qualifié séparément la Douzième chaîne de « cinquième colonne ».

Dans un autre message, Navon a republié une photo de housses mortuaires, apparemment celles des victimes du massacre du Hamas, écrivant : « Eh bien, ami pédophile, Brothers in Arms, qui refusaient l’enrôlement dans l’armée de l’air et l’armée, vous êtes satisfaits maintenant ??? », en référence à l’ancien Premier ministre Ehud Barak et au mouvement anti-réforme judiciaire.

Le chef de cabinet de Sara Netanyahu occupe un poste rémunéré par l’État dans la fonction publique et travaille comme employé à la résidence du Premier ministre, qui se trouve sous l’autorité du bureau du Premier ministre.

Le Croissant-Rouge palestinien indique que Tsahal a demandé à l’hôpital Al-Qods de Gaza d’évacuer

Un porte-parole du Croissant-Rouge palestinien a déclaré que l’hôpital Al-Qods de la ville de Gaza avait reçu deux appels des autorités israéliennes exigeant son évacuation.

Un communiqué publié par l’organisation indique que ces appels constituent une « menace claire et directe que l’hôpital devait être évacué immédiatement, faute de quoi le Croissant-Rouge palestinien assumerait l’entière responsabilité de la vie de toutes les personnes à l’intérieur de l’hôpital ».

La porte-parole Nebal Farsakh a affirmé que 12 000 personnes se trouvaient actuellement à l’hôpital.

Elle a affirmé que l’unité de soins intensifs est principalement occupée par des enfants blessés lors des dernières frappes aériennes.

« La plupart d’entre eux sont connectés à des machines à oxygène », précise-t-elle. « Les évacuer serait les tuer. »

L’armée israélienne n’a pas fait de commentaire dans l’immédiat.

L’armée israélienne a demandé à environ un million de civils d’évacuer vers le sud de la bande de Gaza en prévision d’une invasion terrestre attendue.

L’armée israélienne a déclaré vendredi que la principale base d’opérations du groupe terroriste du Hamas se trouvait sous l’hôpital Shifa dans la ville de Gaza, fournissant des images et des enregistrements audio interceptés comme preuve des activités de l’organisation terroriste.

Les hôpitaux de Gaza sont un élément clé de la guerre à Gaza qui dure depuis maintenant trois semaines, le Hamas affirmant le 17 octobre qu’une frappe israélienne avait visé l’hôpital al-Ahli dans la ville de Gaza et tué plus de 500 civils. Cette affirmation a été réfutée en quelques heures par les services de renseignement israéliens et américains, qui ont découvert que l’explosion s’était produite juste à l’extérieur de l’hôpital, qu’elle avait été provoquée par une roquette du Jihad islamique dirigée vers Israël et qu’elle avait tué bien moins de 500 personnes.

L’hôpital de Bnei Brak dément avoir refusé de soigner une femme arabe atteinte d’un cancer

Vue de l’hôpital Mayanei Hayeshua à Bnei Brak, le 13 avril 2020. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Vue de l’hôpital Mayanei Hayeshua à Bnei Brak, le 13 avril 2020. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Le centre médical Mayanei Hayeshua de la ville Haredi de Bnei Brak a publié ce dimanche une déclaration réfutant l’affirmation du député Ahmad Tibi selon laquelle une femme arabe israélienne atteinte d’un cancer s’y serait vu refuser des soins jeudi dernier.

Écrivant sur X (anciennement Twitter), Tibi a déclaré avoir entendu directement ce qui s’était passé par la femme impliquée. Il a déclaré que la femme de la ville arabe de Kfar Qasim, une patiente régulière de l’hôpital, était arrivée ce soir-là aux urgences, se sentant mal à la suite d’une chimiothérapie qu’elle avait reçue plus tôt dans la journée. Tibi a écrit que le médecin responsable avait dit à la femme et à une amie juive qui l’accompagnait de quitter immédiatement l’hôpital.

Tibi a affirmé que le médecin avait dit aux femmes : « Nous ne soignons pas les Arabes ici. »

Tibi a en outre raconté qu’un autre médecin avait tenté d’intervenir, mais que le médecin responsable avait appelé la sécurité de l’hôpital, qui avait escorté les femmes dehors.

« Il s’agit d’un acte flagrant qui ne devrait pas se produire dans le système de santé, y compris en ces jours difficiles [de guerre] », a écrit Tibi.

« C’est une fausse nouvelle », a déclaré l’hôpital dans un communiqué. « En effet, il s’agit d’une femme qui a été traitée avec dévouement dans différents départements de Mayanei Hayeshua. Elle est arrivée aux urgences et a été reçue par le médecin responsable, le Dr. Mustafa. Elle a elle-même pris la décision de partir car elle ne voulait pas attendre un médecin expert extérieur.

« À Mayanei Hayeshua, il y a des soignants et des patients de toutes religions et de tous sexes, et nous continuerons à fournir des soins dévoués et professionnels à tous ceux qui viennent ici », a déclaré l’hôpital.

Tsahal : plusieurs roquettes ont été tirées du Liban en direction d’Israël

L’armée israélienne indique qu’un certain nombre de roquettes ont été lancées depuis le Liban vers la région du mont Dov, à la frontière nord, où se trouvent un certain nombre de positions militaires et aucune ville.

Tsahal précise que tous les projectiles ont atterri dans des zones ouvertes, sans faire de blessés.

Elle ajoute que les forces armées répondent par des tirs d’artillerie contre les sources des tirs de roquettes dans le sud du Liban.

Des fragments de roquettes interceptées tombent dans le centre d’Israël

Un gros fragment de roquette à Rishon Lezion après un tir de barrage sur le centre d'Israël le 29 octobre 2023. (Autorisation)
Un gros fragment de roquette à Rishon Lezion après un tir de barrage sur le centre d'Israël le 29 octobre 2023. (Autorisation)

Des photos et des vidéos circulant sur les réseaux sociaux montrent des fragments de roquettes apparemment interceptées qui sont tombées dans des endroits du centre d’Israël lors du dernier tir de barrage.

Un fragment est tombé dans une cour d’école à Ramat Hasharon.Tous les élèves étaient à l’intérieur et dans des abris à ce moment-là.

Des fragments sont également tombés à Rishon Lezion. Le Commandement du Front intérieur rappelle régulièrement au public qu’il ne faut pas quitter les abris au moment où les sirènes s’arrêtent, car les fragments – souvent volumineux – peuvent mettre un certain temps à tomber au sol.

Il faut rester dans la zone protégée pendant au moins dix minutes.

Pour rationnaliser l’import de denrées alimentaires, certains étiquetages temporairement supprimés

Des acheteurs font la queue dans un supermarché Rami Levy à Pardes Hannah Karkur, le 10 octobre 2023. (Crédit : Gavriel Fiske/Times of Israel)
Des acheteurs font la queue dans un supermarché Rami Levy à Pardes Hannah Karkur, le 10 octobre 2023. (Crédit : Gavriel Fiske/Times of Israel)

Afin d’assurer l’approvisionnement régulier d’Israël en denrées alimentaires, le ministère de la Santé supprime temporairement l’étiquetage de macarons rouges des produits alimentaires importés et l’étiquetage en hébreu sur les bouteilles d’eau minérale et d’eau de source importées pendant la guerre.

Dans un communiqué, le ministère indique qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter de voir dans les rayons des magasins un produit local portant le macaron rouge indiquant une teneur élevée en sucre, en graisse ou en sel, à côté d’un produit importé similaire ne portant pas ces étiquettes.

Tout en maintenant les normes de sécurité alimentaire, les autorités suppriment temporairement l’obligation d’apposer ces étiquettes afin d’éviter d’entraver le processus par lequel les aliments parviennent au consommateur israélien.

Les tableaux des valeurs notionnelles figureront toujours sur tous les produits, et les consommateurs sont invités à poursuivre leurs efforts pour réduire leur consommation de sucre, de graisse et de sel en excès.

De même, l’eau en bouteille importée qui était étiquetée en hébreu et en anglais ne le sera plus qu’en anglais mais le ministère certifie qu’il s’agit bien du même produit.

Le ministère de la Santé rappelle au public de faire bouillir toute l’eau – y compris l’eau minérale ou l’eau de source en bouteille – lorsqu’il s’agit de préparer du lait maternisé pour les bébés et les enfants en bas âge.

Israël rouvre la deuxième des trois conduites d’eau qui alimentent la bande de Gaza

Les Palestiniens remplissent des conteneurs d'eau dans la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 20 octobre 2023. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)
Les Palestiniens remplissent des conteneurs d'eau dans la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 20 octobre 2023. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Israël a rouvert la deuxième des trois conduites d’eau qui alimentent la bande de Gaza, permettant ainsi à un total de 28,5 millions de litres par jour de s’écouler dans le territoire dirigé par le Hamas.

Le coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT) annonce que la deuxième canalisation a été rouverte samedi.

La fourniture d’un total de 28,5 millions de litres par jour représente un peu plus de la moitié des quelque 49 millions de litres par jour fournis par Israël avant la guerre.

Le 9 octobre, Israël a coupé l’eau qu’il envoie à Gaza, ce qui représente 9 % de l’approvisionnement en eau de l’enclave côtière en temps de paix, selon un responsable du COGAT, mais a rouvert l’un des pipelines du sud la semaine dernière avec un débit réduit.

Le COGAT affirme qu’il y a maintenant suffisamment d’eau et de nourriture pour répondre aux besoins humanitaires de Gaza, ajoutant que l’agence surveille constamment la situation dans le territoire.

Le COGAT ajoute que le Hamas distribue du carburant aux hôpitaux de Gaza pour qu’ils continuent à fonctionner avec des générateurs diesel, en partie pour que les hôpitaux restent occupés puisque le Hamas a construit des centres de commandement et de contrôle sous ces établissements de santé.

« Les hôpitaux sont des infrastructures opérationnelles militaires », déclare un haut fonctionnaire du COGAT.

Barrage de roquettes sur le centre d’Israël

Les sirènes d’alerte à la roquette retentissent dans plusieurs villes du centre d’Israël, dont Tel Aviv, Herzliya, Raanana, Holon et Hod Hasharon.

Aucun blessé ni dégât n’est signalé dans l’immédiat.

Un certain nombre d’explosions sont entendues.

Selon la Douzième chaîne, ce tir de barrage a contraint 1,5 à 2 millions de personnes à se mettre à l’abri.

L’UNRWA fait état de pillage d’entrepôts et de centres de distribution d’aide alimentaire à Gaza

Des employés des Nations Unies et du Croissant-Rouge préparent l'aide à distribuer aux Palestiniens dans l'entrepôt de l'UNRWA à Deir Al-Balah, dans la bande de Gaza, le 23 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Hassan Eslaiah)
Des employés des Nations Unies et du Croissant-Rouge préparent l'aide à distribuer aux Palestiniens dans l'entrepôt de l'UNRWA à Deir Al-Balah, dans la bande de Gaza, le 23 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Hassan Eslaiah)

L’agence de l’ONU fait état de pillage d’entrepôts et de centres de distribution d’aide alimentaire qu’elle gère dans la bande de Gaza.

« Des milliers de personnes ont pénétré dans plusieurs entrepôts et centres de distribution de l’UNRWA dans le centre et le sud de la bande de Gaza », a affirmé l’agence onusienne dans un communiqué.

« C’est un signe inquiétant que l’ordre public commence à s’écrouler après trois semaines de guerre et un strict siège sur Gaza », a déclaré le directeur des opérations de l’UNRWA à Gaza, Thomas White. « Les gens sont effrayés, frustrés et désespérés ».

Alors que la situation humanitaire dans la bande de Gaza, déjà catastrophique selon des ONG, ne cesse d’empirer, un journaliste de l’AFP a vu samedi des dizaines de Palestiniens piller l’un des centres de distribution de l’UNRWA, à Deir el-Balah (centre).

Guerre Israël/Hamas: la Norvège juge la réponse israélienne disproportionnée

Le Premier ministre norvégien a jugé dimanche que la réponse de l’armée israélienne à Gaza était disproportionnée, après l’assaut meurtrier lancé par le Hamas, dénonçant une situation humanitaire « catastrophique ».

« Le droit international stipule qu’elle (la réaction) doit être proportionnée. Il faut tenir compte des civils, et le droit humanitaire est très clair à ce sujet. Je pense que cette limite a été largement dépassée », a déclaré Jonas Gahr Støre à la radio publique NRK.

« Environ la moitié des milliers de personnes tuées sont des enfants », a-t-il relevé.

« Israël a le droit de se défendre, et je reconnais qu’il est très difficile de se défendre contre des attaques provenant d’une zone aussi densément peuplée que Gaza », a-t-il ajouté.  « Des roquettes sont encore tirées de Gaza vers Israël, et nous le condamnons », a encore assuré le Premier ministre norvégien.

Israël a déclaré la guerre au Hamas et s’est engagé à éradiquer le groupe terroriste après que ce dernier a pris d’assaut le sud d’Israël et a tué plus de 1 400 personnes et pris 230 personnes en captivité à Gaza.

L’armée israélienne affirme cibler les infrastructures du Hamas dans la bande de Gaza.

Contrairement à ses voisins nordiques qui se sont abstenus, la Norvège a voté vendredi en faveur de la résolution non contraignante des Nations-Unies qui « demande une trêve humanitaire immédiate, durable et soutenue, menant à la cessation des hostilités ».

Cette résolution a recueilli à New York 120 votes pour (notamment la France et l’Espagne), 14 contre (dont Israël et les Etats-Unis), et 45 abstentions, sur les 193 membres de l’ONU.

« Nous sommes les amis d’Israël et nous condamnons l’attaque menée par le Hamas il y a trois semaines. Nous demandons également que les otages soient libérés, mais nous devons nous exprimer clairement », a insisté M. Støre.

« La situation est catastrophique et je pense qu’elle viole clairement ce que nous appelons les règles de la guerre ou le droit humanitaire », a-t-il dit.

Guterres : la situation à Gaza devient « de plus en plus désespérée »

Des Palestiniens inspectent les dommages causés aux bâtiments détruits par les frappes aériennes israéliennes à Rafah, le 29 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Hatem Ali)
Des Palestiniens inspectent les dommages causés aux bâtiments détruits par les frappes aériennes israéliennes à Rafah, le 29 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Hatem Ali)

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, s’est alarmé dimanche d’une situation « de plus en plus désespérée » dans la bande de Gaza, déplorant qu’Israël y ait « intensifié ses opérations militaires ».

« La situation à Gaza devient de plus en plus désespérée d’heure en heure. Je regrette qu’au lieu d’une pause humanitaire cruellement nécessaire, soutenue par la communauté internationale, Israël ait intensifié ses opérations militaires », a déclaré M. Guterres lors d’une visite à Katmandou, la capitale du Népal.

La semaine dernière, M. Guterres a déclaré que le massacre du 7 octobre par le Hamas « ne s’est pas produit hors de tout  contexte », un commentaire décrié par Israël comme une justification du terrorisme.

Israël combat le Hamas depuis l’attaque au cours de laquelle quelque 2 500 terroristes ont afflué en Israël, tuant plus de 1 400 personnes, dont une majorité de civils à leur domicile et lors d’un festival de musique en plein air.

Le Hamas et les factions terroristes alliées ont également emmené plus de 230 otages – dont une trentaine d’enfants – dans la bande de Gaza, où ils sont toujours captifs.

Israël affirme que son offensive à Gaza vise à détruire les infrastructures du Hamas et s’est engagé à éliminer l’ensemble du groupe terroriste, qui règne sur la bande de Gaza. Il affirme viser toutes les zones où le Hamas opère, tout en cherchant à minimiser les pertes civiles.

3 Palestiniens ont été tués lors de heurts nocturnes avec les troupes de Tsahal – AP

Les Palestiniens inspectent la maison démolie de Hassan Qatnani, auteur de l'attaque terroriste au cours de laquelle trois membres de la famille Dee ont été tués dans le camp de réfugiés d'Askar, près de la ville de Naplouse en Cisjordanie, le 29 octobre 2023. (Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90)
Les Palestiniens inspectent la maison démolie de Hassan Qatnani, auteur de l'attaque terroriste au cours de laquelle trois membres de la famille Dee ont été tués dans le camp de réfugiés d'Askar, près de la ville de Naplouse en Cisjordanie, le 29 octobre 2023. (Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90)

Le ministère de la santé de l’Autorité palestinienne déclare que trois Palestiniens ont été tués lors d’affrontements avec les troupes de Tsahal à Askar, Bayt Rima et Tammun.

Il y a eu de nombreux affrontements entre les forces de Tsahal et les Palestiniens en Cisjordanie au cours des deux dernières semaines, ainsi que plusieurs tentatives d’attaques terroristes, selon l’armée.

Selon le ministère de la santé de l’Autorité palestinienne, 118 Palestiniens de Cisjordanie ont été tués par les forces israéliennes, et dans certains cas par des résidents d’implantations, depuis le 7 octobre.

L’arme israélienne indique que les troupes ont arrêté 23 Palestiniens recherchés, dont quatre affiliés au groupe terroriste du Hamas, lors de raids d’arrestation nocturnes en Cisjordanie.

Tsahal déclare que depuis le début de la guerre dans la bande de Gaza le 7 octobre, les troupes ont arrêté plus de 1030 Palestiniens recherchés en Cisjordanie, dont environ 700 affiliés au Hamas.

L’armée israélienne fait également savoir que les troupes ont démoli, pendant la nuit, la maison de Hassan Qatnani, l’un des terroristes du Hamas qui a perpétré l’attentat meurtrier contre la famille Dee en avril, dans le camp de réfugiés d’Askar en Cisjordanie, à côté de Naplouse.

Tsahal déclare avoir également affronté des Palestiniens armés et des émeutiers à Jénine.

Raïssi : l’opération israélienne à Gaza « pourrait obliger tout le monde à agir »

Le président iranien Ebrahim Raisi s'exprime lors d'un rassemblement anti-israélien sur la place Enqelab-e-Eslami (Révolution islamique) à Téhéran, Iran, le 18 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Vahid Salemi)
Le président iranien Ebrahim Raisi s'exprime lors d'un rassemblement anti-israélien sur la place Enqelab-e-Eslami (Révolution islamique) à Téhéran, Iran, le 18 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Vahid Salemi)

Le président iranien Ebrahim Raïssi déclare que les frappes aériennes et l’opération terrestre menées par Israël à Gaza « pourraient obliger tout le monde à agir ».

« Les crimes du régime sioniste ont franchi les lignes rouges, ce qui pourrait obliger tout le monde à agir », a écrit M. Raïssi sur X, anciennement connu sous le nom de Twitter.

« Washington nous demande de ne rien faire, mais ils continuent à soutenir largement Israël. Les États-Unis ont envoyé des messages à l’axe de la résistance, mais ont reçu une réponse claire sur le champ de bataille », écrit M. Raïssi.

L’Iran prévient depuis longtemps que la guerre d’Israël contre le groupe terroriste Hamas, soutenu par Téhéran, pourrait être élargie.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président américain Joe Biden ont tous deux mis en garde Téhéran contre toute implication, y compris par l’intermédiaire de ses mandataires, au premier rang desquels le Hezbollah, groupe terroriste basé au Liban.

Netanyahu après avoir accusé les chefs de la sécurité pour l’échec du 7 octobre : « J’ai eu tort, je m’excuse ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'adressant aux médias lors d'une conférence de presse conjointe avec le chancelier allemand Olaf Scholz, à Tel Aviv, en Israël, le 17 octobre 2023. (Crédit : Maya Alleruzzo/AP Photo/Pool)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'adressant aux médias lors d'une conférence de presse conjointe avec le chancelier allemand Olaf Scholz, à Tel Aviv, en Israël, le 17 octobre 2023. (Crédit : Maya Alleruzzo/AP Photo/Pool)

Dans une rare volte-face, le Premier ministre Benjamin Netanyahu présente ses excuses pour une déclaration antérieure dans laquelle il semblait rejeter la responsabilité sur les services de sécurité et sur lui-même pour n’avoir pas réussi à empêcher l’attaque terroriste meurtrière du Hamas du 7 octobre, la plus importante contre Israël en 75 ans d’histoire.

« Je me suis trompé. Les choses que j’ai dites à la suite de la conférence de presse n’auraient pas dû être dites et je m’en excuse », écrit M. Netanyahu sur X, peu après avoir supprimé sa déclaration initiale sur la même plateforme.

« Je soutiens pleinement tous les chefs des services de sécurité. J’envoie de la force au chef d’état-major de Tsahal, aux commandants et aux soldats de Tsahal qui sont en première ligne et qui se battent pour notre maison », ajoute le Premier ministre.

Tard dans la nuit de samedi à dimanche, M. Netanyahu a publié un message sur X (anciennement Twitter), insistant sur le fait qu’il n’avait jamais reçu d’avertissements concernant les « intentions de guerre » du Hamas, et ajoutant que « tous les services de sécurité, y compris le chef du renseignement militaire et le chef du Shin Bet, étaient d’avis que le Hamas était dissuadé et souhaitait parvenir à un accord ».

Plus tôt dans la matinée, le bureau du Premier ministre a publié une déclaration pour expliquer le message de M. Netanyahu sur X, qui avait été supprimé depuis.
.
A la suite d’une conférence de presse tenue samedi soir, « de graves accusations selon lesquelles le Premier ministre aurait reçu des avertissements spécifiques concernant la guerre, ce qui n’était pas le cas, ont été répétées et ont refait surface », peut-on lire dans le communiqué, qui précise que « le Premier ministre a répondu à ces accusations » et qu’il a « pleinement confiance » dans les forces de sécurité et de défense.

Hagari sur le tweet controversé de Netanyahu : « nous sommes concentrés sur la guerre »

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, refuse de commenter directement le tweet du Premier ministre Benjamin Netanyahu, désormais effacé, qui attribue aux services de sécurité et de défense la responsabilité de l’échec avant les massacres du 7 octobre.

« Je ne répondrai pas à cette question. Nous sommes maintenant en guerre et nous nous concentrons sur celle-ci », déclare M. Hagari.

« Les forces israéliennes et le Shin Bet mèneront une enquête approfondie pour découvrir la vérité et présenteront tous les éléments au public », ajoute-t-il. « Nous nous battons maintenant et nous nous concentrons sur la guerre. »

Tsahal : nous « faisons tout pour ramener les otages de Gaza ».

Le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré qu’en dépit de l’élargissement de l’opération terrestre à Gaza, l’armée s’efforçait de ramener les otages détenus dans la bande de Gaza.

« Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour ramener les otages chez eux. C’est une priorité absolue », a-t-il déclaré.

Hagari a également déclaré qu’un nouveau groupe de soldates de surveillance était en train d’être incorporé dans l’armée, où ils effectueraient ce « travail important » pour la défense d’Israël.

Un certain nombre d’entre eux ont été tués ou enlevés le 7 octobre.

Les soldates de surveillance de Tsahal, appelés en hébreu tatzpitaniyot, appartiennent au Corps de renseignement de combat et opèrent le long des frontières du pays, ainsi qu’en Cisjordanie.

Les soldates de surveillance sont considérés par beaucoup comme « les yeux de l’armée », car elles fournissent des informations en temps réel aux soldats sur le terrain, 24 heures sur 24, sept jours sur sept.

Ben Gvir critique les politiques antérieures de Netanyahu à l’égard du Hamas

Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, à la Knesset, à Jérusalem, le 19 septembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, à la Knesset, à Jérusalem, le 19 septembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre de la Sécurité nationale et leader d’extrême droite, Itamar Ben Gvir, se joint aux critiques adressées au Premier ministre Benjamin Netanyahu à la suite d’un message du Premier ministre, désormais supprimé, critiquant les chefs de la sécurité à propos de l’invasion et des massacres perpétrés par le Hamas le 7 octobre.

« Le problème ne réside pas dans les avertissements spécifiques, mais plutôt dans l’ensemble du concept erroné. La politique d’endiguement, la dissuasion imaginaire et l’achat d’une tranquillité temporaire à un prix exorbitant » sont à l’origine de tout le problème, déclare Ben Gvir sur X, en référence au message de Netanyahu selon lequel il n’a jamais été averti d’une attaque imminente du Hamas.

Ben Gvir, le leader du parti d’extrême droite Otzma Yehudit, déclare toutefois qu’une telle discussion « n’est pas d’actualité », mais ajoute qu’il y aura « largement le temps après pour faire les comptes », faisant allusion à la position qu’il adoptera probablement après la guerre contre les politiques passées de Netanyahu qui ont tenté de contenir le Hamas.

Le système de santé observera une minute de silence à 10 heures pour les victimes de la guerre

Le ministère de la Santé annonce que l’ensemble du système de santé observera une minute de silence à 10 heures aujourd’hui en mémoire des 1 400 civils assassinés et soldats tombés au combat depuis le début de la guerre.

La guerre a commencé le 7 octobre lorsque 2 500 terroristes du Hamas et d’autres organisations terroristes ont fait irruption à la frontière avec Gaza.

Ils ont infiltré plus de 20 communautés et bases de Tsahal dans le sud-ouest d’Israël, détruisant nombre d’entre elles et massacrant leurs habitants.

L’organisation terroriste retient également en otage à Gaza au moins 230 Israéliens et ressortissants étrangers, dont une trentaine de bébés et d’enfants.

Netanyahu supprime son tweet sur la responsabilité des services de sécurité dans le massacre du Hamas

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprimant lors d'une conférence de presse sur la guerre contre le Hamas, le groupe terroriste qui contrôle Gaza, le 28 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran YouTube ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprimant lors d'une conférence de presse sur la guerre contre le Hamas, le groupe terroriste qui contrôle Gaza, le 28 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran YouTube ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)

Face à l’indignation suscitée par ses propos accusant les services de sécurité et de renseignement d’être à l’origine de l’attentat dévastateur du 7 octobre, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a supprimé sa déclaration.

Le Premier ministre a été attaqué par Benny Gantz, membre du cabinet de guerre et chef du parti HaMahane HaMamlahti, ainsi que par Yair Lapid, chef de l’opposition, pour avoir écrit un billet sur X insistant sur le fait qu’il n’avait jamais reçu d’avertissements sur les « intentions de guerre » du Hamas à quelque moment que ce soit.

M. Netanayhu a également écrit que « tous les services de sécurité, y compris le chef du renseignement militaire et le chef du Shin Bet, étaient d’avis que le Hamas était dissuadé et voulait parvenir à un accord ».

Lapid : Netanyahu affaiblit Tsahal en blâmant les services de sécurité pour le 7 octobre

Le chef de l'opposition Yaïr Lapid s'exprimant à la Knesset, à Jérusalem, le 26 octobre 2023. (Crédit : Carrie Keller-Lynn/Times of Israel)
Le chef de l'opposition Yaïr Lapid s'exprimant à la Knesset, à Jérusalem, le 26 octobre 2023. (Crédit : Carrie Keller-Lynn/Times of Israel)

Le chef de l’opposition Yair Lapid déclare que le Premier ministre a « franchi une ligne rouge » en attribuant aux services de sécurité et de défense la responsabilité de l’échec israélien du 7 octobre. »

Alors que les soldats et les commandants de Tsahal se battent vaillamment contre le Hamas et le Hezbollah, il tente de les blâmer au lieu de les soutenir », a écrit Lapid sur X.

« De telles tentatives d’échapper à la responsabilité et de rejeter la faute sur l’establishment de la sécurité affaiblissent Tsahal alors qu’il combat les ennemis d’Israël », poursuit Lapid. »Netanyahu doit s’excuser pour ses propos. »

Yossi Cohen: Israël peut simultanément éliminer le Hamas et négocier la libération des otages

L'ancien chef du Mossad, Yossi Cohen, assiste à la conférence du Jerusalem Post, qui s'est tenue à Jérusalem le 12 octobre 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)
L'ancien chef du Mossad, Yossi Cohen, assiste à la conférence du Jerusalem Post, qui s'est tenue à Jérusalem le 12 octobre 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

L’ancien chef du Mossad, Yossi Cohen, affirme que les négociations pour la libération des otages à Gaza peuvent se poursuivre alors même qu’Israël s’efforce d’atteindre son objectif d’éliminer le groupe terroriste du Hamas.

« Nous ne pouvons pas attendre tranquillement des propositions d’accords, sans entrer dans la bande de Gaza », a déclaré Cohen à la chaîne publique Kan.

« Il est possible et nécessaire d’éliminer le pouvoir du Hamas et simultanément, d’être ouvert à la médiation de futurs accords pour la libération de l’otage », ajoute-t-il.

Alors que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a nommé son allié Gal Hirsch en tant qu’émissaire pour les otages, Cohen serait également impliqué dans les négociations en coulisses.

Plus de 230 otages, dont une trentaine d’enfants, sont retenus captifs dans la bande de Gaza.

Gantz à Netanyahu: revenez sur vos propos sur la responsabilité du Shin Bet et du Mossad dans le massacre du 7 octobre

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprime (à gauche) aux côtés du ministre de la Défense Yoav Galant (au centre) et du chef du parti HaMahane HaMamlahti Benny Gantz (à droite) pendant une conférence de presse conjointe au ministère de la Défense, à Tel-Aviv. 28 octobre 2023. (Crédit : Dana Kopel/POOL)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprime (à gauche) aux côtés du ministre de la Défense Yoav Galant (au centre) et du chef du parti HaMahane HaMamlahti Benny Gantz (à droite) pendant une conférence de presse conjointe au ministère de la Défense, à Tel-Aviv. 28 octobre 2023. (Crédit : Dana Kopel/POOL)

Le président du parti HaMahane HaMamlahti, Benny Gantz, demande au Premier ministre Benjamin Netanyahu de revenir sur les propos qu’il a tenus en imputant aux chefs des forces de sécurité et de renseignement la responsabilité des massacres perpétrés par le Hamas le 7 octobre dans la nuit de samedi à dimanche, dans le premier signe public de tensions entre les deux dirigeants.

« Ce matin en particulier, je tiens à soutenir toutes les forces de sécurité et tous les soldats de Tsahal, y compris le chef d’état-major de Tsahal, le chef du renseignement militaire et le chef du Shin Bet », a déclaré Gantz.

« Lorsque nous sommes en guerre, les dirigeants doivent être responsables, décider de faire ce qu’il faut et soutenir les forces [de sécurité] de manière à ce qu’elles puissent accomplir ce que nous exigeons d’elles. Toute autre action ou commentaire nuit à la résilience du peuple et de ses forces.

« Le Premier ministre doit revenir sur les propos qu’il a tenus hier et cesser de s’occuper de cette question. »

Tard dans la nuit de samedi à dimanche, Netanyahu a écrit sur X (anciennement Twitter) et a insisté sur le fait qu’il n’avait jamais reçu d’avertissements sur les « intentions de guerre » du Hamas, ajoutant que « tous les services de sécurité, y compris le chef du renseignement militaire et le chef du Shin Bet, étaient d’avis que le Hamas était dissuadé et souhaitait parvenir à un accord ».

Tsahal dit avoir frappé 450 cibles du Hamas à Gaza au cours de la journée de samedi

De la fumée s'élève après une frappe israélienne dans la bande de Gaza, le 28 octobre 2023. (Crédit :AP Photo/Ohad Zwigenberg)
De la fumée s'élève après une frappe israélienne dans la bande de Gaza, le 28 octobre 2023. (Crédit :AP Photo/Ohad Zwigenberg)

Les avions de combat de Tsahal ont frappé quelque 450 cibles du Hamas dans la bande de Gaza au cours de la journée de samedi, a fait savoir l’armée israélienne

Les cibles comprenaient des centres de commandement du Hamas, des postes d’observation et des positions de lancement de missiles guidés anti-char, selon Tsahal.

L’armée a également étendu ses opérations terrestres dans la bande de Gaza au cours de la nuit, avec l’entrée de forces supplémentaires.

Tsahal indique que les troupes au sol ont frappé des cellules terroristes du Hamas et des escadrons préparant des attaques de missiles, et ont dirigé des avions pour cibler d’autres sites appartenant au groupe terroriste.

Un soldat grièvement blessé et un soldat modérément blessé dans le nord de Gaza

Un officier de Tsahal a été grièvement blessé par un impact de mortier et un soldat a été modérément blessé au cours d’un échange de tirs avec le Hamas, tous deux dans le nord de la bande de Gaza cette nuit, selon l’armée.

Les deux soldats ont été transportés à l’hôpital pour y être soignés.

Tsahal renforce ses effectifs sur le terrain à Gaza

Cette capture d'écran tirée d'une vidéo diffusée par l'armée israélienne le 26 octobre 2023 montre un "raid ciblé" dans le nord de la bande de Gaza avec des chars et le Corps d’Infanterie. (Crédit : Armée israélienne/AFP)
Cette capture d'écran tirée d'une vidéo diffusée par l'armée israélienne le 26 octobre 2023 montre un "raid ciblé" dans le nord de la bande de Gaza avec des chars et le Corps d’Infanterie. (Crédit : Armée israélienne/AFP)

L’armée israélienne a augmenté le nombre de militaires déployés sur le terrain dans le cadre de leur opération élargie dans la bande de Gaza.

Les forces opèrent également plus profondément dans l’enclave qu’elles ne l’ont fait depuis le début de la guerre.

Israël combat le Hamas depuis le 7 octobre, date à laquelle quelque 2 500 terroristes ont afflué en Israël, tuant plus de 1 400 personnes, dont une majorité de civils dans leurs maisons et lors d’un festival de musique en plein air.

Le Hamas et les factions terroristes alliées ont également emmené plus de 230 otages – dont une trentaine d’enfants – dans la bande de Gaza, où ils sont toujours captifs.

Tsahal démolit la maison du terroriste qui a tué Lucy, Rina et Maya Dee

De gauche à droite : Lucy Dee, avec ses filles Rina et Maia. Elles sont mortes toutes les trois après une fusillade terroriste en Cisjordanie le 7 avril 2023. (Autorisation)
De gauche à droite : Lucy Dee, avec ses filles Rina et Maia. Elles sont mortes toutes les trois après une fusillade terroriste en Cisjordanie le 7 avril 2023. (Autorisation)

L’armée israélienne est dans un camp de réfugiés palestiniens près de Naplouse et y a démoli la maison d’un terroriste impliqué dans l’attaque au cours de laquelle trois membres de la famille Dee ont été tués, selon les médias.

Les forces israéliennes auraient détruit l’appartement de Hassan Qatnani dans le camp de réfugiés d’Askar, à la périphérie de Naplouse.

Il n’y a pas eu de confirmation de la part de Tsahal.

Le 7 avril, les terroristes du Hamas Qatnani et Moaz al-Masri ont ouvert le feu sur Lucy Dee, 48 ans, et ses filles Maia Dee, 20 ans, et Rina Dee, 15 ans, alors qu’elles circulaient en voiture dans le nord de la vallée du Jourdain.

Les filles ont été déclarées mortes sur place, tandis que Lucy a été transportée d’urgence à l’hôpital dans un état critique, mais est décédée trois jours plus tard.

Qatnani et al-Masri, ainsi qu’un troisième tireur palestinien, ont été tués lors d’un raid israélien à Naplouse au début du mois de mai.

Tsahal réitère son appel à l’évacuation des Gazaouis vers le sud

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, lors de sa déclaration le 17 octobre 2023, affirmant que le groupe terroriste du Jihad islamique palestinien était responsable d’un tir de roquette raté qui a touché un hôpital de la bande de Gaza, tuant des centaines de personnes. (Capture d'écran)
Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, lors de sa déclaration le 17 octobre 2023, affirmant que le groupe terroriste du Jihad islamique palestinien était responsable d’un tir de roquette raté qui a touché un hôpital de la bande de Gaza, tuant des centaines de personnes. (Capture d'écran)

Israël veut « renforcer l’urgence » de son avertissement aux civils du nord de la bande de Gaza de se déplacer vers le sud, car l’armée « passe à la phase suivante » de la guerre contre le groupe terroriste palestinien Hamas à Gaza et « étend ses opérations », déclare le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, dans une vidéo en anglais publiée sur le profil Twitter de l’armée israélienne.

« Les civils du nord de la bande de Gaza et de la ville de Gaza devraient se déplacer temporairement au sud de Wadi Gaza vers une zone plus sûre, où ils pourront recevoir de l’eau, de la nourriture et des médicaments », déclare Hagari.

Il ajoute que demain (lundi), « les efforts humanitaires à Gaza, menés par l’Égypte et les États-Unis, s’intensifieront », sans donner plus de précisions.

« Israël est engagé dans une guerre qu’il n’a pas commencée et qu’il n’a pas cherchée », déclare Daniel Hagari. Le combat d’Israël est « avec le Hamas, pas avec la population de Gaza ».

« Le Hamas utilise les Gazaouis comme boucliers humains. Le Hamas a opéré à l’intérieur et sous des bâtiments civils, précisément parce qu’il sait que Tsahal font la distinction entre les terroristes et les civils », ajoute-t-il.

Gaza: le chef de la diplomatie de l’UE appelle à « une pause des hostilités »

Le haut-représentant de l'Union européenne aux Affaires étrangères et à la Politique de sécurité Josep Borrell lors d'une conférence de presse avec le ministre espagnol des Affaires étrangères  lors d'une rencontre informelle entre les ministres des Affaires étrangères de l'Union, à Tolède, en Espagne, le 31 août 2023. (Crédit : Pierre-Philippe Marcou/AFP)
Le haut-représentant de l'Union européenne aux Affaires étrangères et à la Politique de sécurité Josep Borrell lors d'une conférence de presse avec le ministre espagnol des Affaires étrangères lors d'une rencontre informelle entre les ministres des Affaires étrangères de l'Union, à Tolède, en Espagne, le 31 août 2023. (Crédit : Pierre-Philippe Marcou/AFP)

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a réclamé une « pause des hostilités » afin de permettre l’acheminement de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza, frappée par d’intenses bombardements israéliens qui ciblent les infrastructures du Hamas.

« Gaza est totalement privée d’électricité et complètement isolée alors que d’intenses bombardements continuent », a déclaré M. Borrell sur les réseaux sociaux. « Beaucoup trop de civils, notamment des enfants, ont été tués. C’est contraire au droit humanitaire international », écrit-il, ajoutant: « Une pause des hostilités est urgemment requise pour permettre un accès humanitaire ».

Borrell condamne également toutes les attaques contre les civils, « y compris la poursuite des tirs de roquettes aveugles contre Israël » et appelle à la « libération immédiate et inconditionnelle de tous les otages ».

Le ministre autrichien des Affaires étrangères, Alexander Schallenberg, a contesté ces commentaires sur les réseaux sociaux, estimant qu’ils allaient au-delà de la position adoptée par les dirigeants de l’UE en début de semaine.

« Il est impératif de s’en tenir aux positions clairement exprimées par les chefs d’État et de gouvernement », a déclaré le ministre, faisant référence à la réunion des dirigeants de l’Union européenne qui s’est tenue jeudi.

M. Schallenberg énumère les positions de l’UE, qui comprennent la condamnation des « attaques terroristes » du Hamas, le « droit d’Israël à se défendre conformément au droit international » et l’appel à la libération de tous les otages.

Les services de téléphonie mobile et d’Internet reviennent progressivement à Gaza

Les services de téléphonie mobile et d’Internet reviennent progressivement dans la bande de Gaza, rapporte Reuters en citant des médias palestiniens.

L’observatoire mondial des réseaux Netblocks indique également que la connectivité internet est en train d’être rétablie.

« Les données réseau en temps réel montrent que la connexion internet est en train d’être rétablie dans la bande de Gaza », a indiqué Netblocks sur X (ex-Twitter).

Paltel, principale compagnie téléphonique opérant dans la bande de Gaza, et sa filiale mobile Jawwal ont également annoncé sur Facebook « le retour graduel des services de communications (fixes, cellulaires et internet) qui avaient été coupés dans la bande de Gaza à cause de l’agression dans la soirée du vendredi ».

Un collaborateur de l’AFP dans la ville de Gaza a confirmé pouvoir accéder à internet et au réseau mobile, et avoir réussi à joindre des interlocuteurs dans le sud du territoire palestinien.

Le ministère de la Santé du Hamas annonce un bilan de plus de 8 000 morts à Gaza

Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé que plus de 8 000 personnes avaient été tuées dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre avec Israël.

« Le bilan des morts liés à l’agression israélienne dépasse les 8 000, dont la moitié sont des enfants », a indiqué le ministère à l’AFP dans la nuit de samedi à dimanche. Le dernier bilan communiqué tôt samedi matin faisait état de 7 703 morts.

Ces chiffres ne peuvent être vérifiés de manière indépendante et incluent les terroristes palestiniens tués par Israël ainsi que les civils palestiniens tués par des roquettes errantes lancées par des groupes terroristes à Gaza.

Israël affirme avoir tué 1 500 terroristes du Hamas à l’intérieur d’Israël le 7 octobre et après cette date.

Trump promet de restaurer son décret migratoire anti-musulmans

A l’occasion de la réunion de la Coalition juive républicaine (RJC), l’ex-président américain Donald Trump a promis samedi de réinstaurer son décret migratoire controversé ciblant des pays musulmans s’il était élu à nouveau.

Au début de son mandat en 2017, il avait interdit l’entrée sur le territoire américain aux ressortissants de sept pays à majorité musulmane (Iran, Libye, Somalie, Syrie, Yémen et, au départ, également l’Irak et le Soudan).

La mesure avait rapidement été contestée en justice jusqu’à son annulation par Joe Biden lors de sa première semaine au pouvoir en 2021, mais elle est restée populaire auprès des supporters de Donald Trump.

« Vous vous rappelez l’interdiction d’entrée ? Un jour, je réinstaurerai notre interdiction d’entrée », a lancé M. Trump, jurant de maintenir les « terroristes islamistes radicaux » hors des Etats-Unis.

« Les Etats-Unis sont entièrement avec Israël », a affirmé M. Trump, candidat le plus ovationné de l’événement, parlant d’un « combat entre la civilisation et la barbarie ».

« Les Etats-Unis se tiennent aux côtés des Israéliens dans leur mission de s’assurer que le Hamas soit décimé et que toutes ces atrocités soient vengées », a-t-il ajouté, promettant de défendre Israël « comme jamais personne ne l’a fait ».

Qatar : les liens avec le Hamas sont « utiles » dans la guerre actuelle

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères du Qatar, Majed al-Ansari, s'adresse au forum de Doha le 6 décembre 2018. (Capture d'écran/YouTube)
Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères du Qatar, Majed al-Ansari, s'adresse au forum de Doha le 6 décembre 2018. (Capture d'écran/YouTube)

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères du Qatar indique que son pays n’a pas l’intention de fermer le bureau politique du Hamas à Doha après l’assaut du 7 octobre, arguant que le canal de communication a été essentiel pour les pourparlers sur la libération des otages et pour les efforts de désescalade des combats entre le groupe terroriste et Israël.

Majed al-Ansari a déclaré à CNN que « diverses parties » avaient poussé le Qatar à ouvrir une ligne de communication avec le Hamas et même à autoriser le groupe terroriste à établir un bureau politique à Doha.

« Cette chaîne a joué un rôle essentiel dans la lutte contre les escalades qui ont eu lieu », déclare-t-il, affirmant que les pourparlers du Qatar avec le Hamas ont contribué à réduire les tensions en septembre, après deux semaines d’émeutes à la frontière par les Palestiniens.

« Par conséquent, tant que cette chaîne est utile à l’instauration de la paix, nous devons la conserver. Nous ne pouvons pas nous permettre de la perdre », explique M. al-Ansari. « Il est désormais utile dans le cadre de cette escalade. C’est le seul moyen pour nous de servir de médiateur pour la libération de ces otages et de leur permettre de rentrer chez eux et de retrouver leurs familles », ajoute-t-il.

Le rôle du Qatar dans le conflit actuel est une source de controverse en Israël, un nombre croissant de responsables estimant que Doha ne devrait pas accueillir le groupe terroriste après le carnage infligé par le Hamas le 7 octobre. Paralèllement, Jérusalem semble reconnaître que le Qatar est le pays le plus à même de servir de médiateur entre Israël et le Hamas, peut-être en raison des liens de longue date qu’entretient Doha avec le groupe terroriste.

Le président du Conseil national de sécurité, Tzachi Hanegbi, a même salué les efforts du Qatar dans un tweet en anglais en début de semaine, ce qui a suscité des critiques de la part de l’ancien premier ministre Naftali Bennett, mais a également conduit de nombreux analystes à penser qu’un accord majeur pour la libération des otages à Gaza était à l’horizon.

En 2020, Yossi Cohen, alors chef du Mossad, et Herzi Halevi, alors chef du commandement sud des forces de défense israéliennes (aujourd’hui chef d’état-major), se seraient rendus au Qatar pour encourager Doha à continuer d’acheminer des dizaines de millions de dollars d’aide mensuelle au Hamas, Jérusalem étant alors convaincue que le groupe terroriste pouvait être acheté pour qu’il s’abstienne d’attaquer Israël.

Ces versements s’inscrivent dans le cadre d’une politique plus large du Premier ministre Benjamin Netanyahu, accusé de favoriser le Hamas au détriment de l’Autorité palestinienne, plus modérée, afin d’éviter les négociations politiques et de maintenir la division entre les différentes factions palestiniennes.

Qatar: l’incursion terrestre complique « considérablement » les négociations sur les otages

Salman al-Ansari, président du nouveau Comité des affaires de relations publiques américano-saoudiennes de Washington D.C. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Salman al-Ansari, président du nouveau Comité des affaires de relations publiques américano-saoudiennes de Washington D.C. (Crédit : capture d'écran YouTube)

Le porte-parole du ministère des affaires étrangères du Qatar a déclaré que l’incursion terrestre israélienne lancée vendredi à Gaza a considérablement compliqué les efforts de Doha pour obtenir la libération des otages israéliens détenus à Gaza.

« Cette escalade rend les choses considérablement plus difficiles », a déclaré Majed al-Ansari, tout en notant que le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le chef du Hamas à Gaza, Yahya Sinwar, ont continué d’exprimer leur ouverture sur la question, y compris depuis qu’Israël a lancé une phase intensifiée de la guerre dans le nord de la bande de Gaza vendredi soir.

M. Sinwar a déclaré plus tôt que son groupe terroriste était prêt à échanger « immédiatement » avec Israël dans le cadre d’un accord comprenant « la libération de tous les détenus dans les prisons de l’ennemi sioniste d’occupation en échange de la libération de tous les prisonniers détenus par la résistance », a-t-il déclaré dans un commentaire posté samedi soir sur les groupes de médias du Hamas.

M. Netanyahu a déclaré que le gouvernement discutait de la question après avoir été interrogé sur la proposition, tout en affirmant que discuter publiquement des détails nuirait aux efforts déployés pour parvenir à un accord.

Le Premier ministre a également insisté sur le fait que « l’élargissement de l’offensive terrestre n’entrave en rien notre capacité à ramener les otages ».

Expliquant pourquoi il pensait le contraire, M. al-Ansari a déclaré à CNN qu’il était plus difficile de « déplacer des personnes pendant une incursion [terrestre] et [sous] des bombardements accrus. Mais aussi d’un point de vue politique, la médiation ne fonctionne que lorsqu’il y a des périodes de calme. »

Il souligne toutefois que les pourparlers sont « en cours » et que « personne dans la région ne peut se permettre d’abandonner la partie et de laisser aux militaires le soin de décider de ce qui se passera à l’avenir ».

La libération de quatre femmes otages les 20 et 22 octobre, a été attribuée au Qatar mais M. al-Ansari a indiqué que des libérations successives d’otages pourraient exiger d’Israël qu’il libère ses propres prisonniers.

« Nous parlons de l’idée que d’autres otages soient libérés, nous parlons de l’idée d’un échange de prisonniers », déclare M. al-Ansari.

« Nous sommes optimistes et pensons que les points se dirigent davantage vers tous les otages civils, mais il est évident que la situation est fluctuante sur le terrain », ajoute-t-il.

Le porte-parole du gouvernement qatari reconnaît que Doha ne dispose pas d’un chiffre définitif sur le nombre d’otages actuellement détenus à Gaza. « Je ne suis pas sûr, pour être honnête, que quiconque le sache », déclare-t-il, ajoutant que les listes fournies par Israël et le Hamas « ne sont pas nécessairement toujours les mêmes », tout en semblant confirmer les affirmations du Jihad islamique palestinien selon lesquelles il détient lui aussi un certain nombre d’otages.

M. Al-Ansari affirme qu’Israël et le Hamas « reconnaissent que les otages civils doivent être libérés immédiatement », bien qu’il ne dise pas pourquoi le Hamas continue de les détenir à Gaza.

L’armée a informé les familles de 230 otages que leurs proches sont actuellement détenus dans la bande de Gaza. Ce chiffre n’est pas définitif car l’armée enquête sur de nouvelles informations.

Le porte-parole du ministre qatari des affaires étrangères a déclaré que le Qatar donnait la priorité aux femmes et aux enfants, puis aux « citoyens étrangers » dans les négociations, sans préciser s’il se référait aux personnes ayant la double nationalité ou à celles qui n’ont pas de passeport israélien. Il insiste toutefois sur le fait que les dernières discussions concernent tous les civils détenus à Gaza, quels que soient leur âge, leur sexe ou leur nationalité.

M. Al-Ansari ne mentionne pas le sous-groupe des soldats qui font également partie des personnes retenues en otage. Les responsables du Hamas ont déclaré au début de la guerre qu’ils ne commenceraient à négocier leur libération qu’après la fin des combats, mais M. Sinwar a déclaré samedi que le groupe terroriste serait prêt à les libérer tous « immédiatement ».

Le porte-parole de l’armée, le contre-amiral Daniel Hagari, a qualifié cette offre de « terrorisme psychologique » et a déclaré qu’Israël travaillait sur plusieurs canaux pour libérer les otages.

Plus tôt dans la journée de samedi, M. Netanyahu a rencontré des représentants des familles dont les proches sont retenus en captivité à Gaza, et a promis qu’Israël « épuiserait toutes les possibilités » pour obtenir leur retour.

Les représentants ont exhorté M. Netanyahu à accepter un échange de prisonniers « chacun pour chacun » avec le Hamas.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.