Rechercher

Deux sondages à la sortie des urnes donnent 62 sièges au bloc de Netanyahu

Le taux de participation a été de 71,3 % ; Cette 5e élection en trois ans et demi pourrait consacrer le retour de Netanyahu

  • Les résultats préliminaires par bloc selon les sondages de sortie des urnes selon les trois principales chaînes israéliennes. (Capture d'écran)
    Les résultats préliminaires par bloc selon les sondages de sortie des urnes selon les trois principales chaînes israéliennes. (Capture d'écran)
  • De gauche à droite : le leader d’Otzma Yehudit, le député Itamar Ben Gvir, le chef de l’opposition et leader du Likud, Benjamin Netanyahu, et le chef de HaTzionout HaDatit, le député Bezalel Smotrich. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
    De gauche à droite : le leader d’Otzma Yehudit, le député Itamar Ben Gvir, le chef de l’opposition et leader du Likud, Benjamin Netanyahu, et le chef de HaTzionout HaDatit, le député Bezalel Smotrich. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
  • 
Le Premier ministre Yair Lapid votant dans un bureau de vote lors de la cinquième élection du pays en quatre ans, à Tel Aviv, le 1er novembre 2022. (Crédit : Jack Guez/AFP)
    
Le Premier ministre Yair Lapid votant dans un bureau de vote lors de la cinquième élection du pays en quatre ans, à Tel Aviv, le 1er novembre 2022. (Crédit : Jack Guez/AFP)
  • Un électeur israélien dépose un bulletin de vote lors de la cinquième élection d'Israël en moins de quatre ans dans un bureau de vote de Tel Aviv, le 1er novembre 2022. (Crédit : Jack Guez/Pool Photo via AP)
    Un électeur israélien dépose un bulletin de vote lors de la cinquième élection d'Israël en moins de quatre ans dans un bureau de vote de Tel Aviv, le 1er novembre 2022. (Crédit : Jack Guez/Pool Photo via AP)
  • Un Israélien se dirigeant avec sa fille vers l'urne pour voter lors de la cinquième élection en Israël en moins de quatre ans dans un bureau de vote de Tel Aviv, le 1er novembre 2022. (Crédit : Jack Guez/Pool Photo via AP)
    Un Israélien se dirigeant avec sa fille vers l'urne pour voter lors de la cinquième élection en Israël en moins de quatre ans dans un bureau de vote de Tel Aviv, le 1er novembre 2022. (Crédit : Jack Guez/Pool Photo via AP)
  • Illustration : un bureau de vote à Kiryat Arba, alors que les Israéliens vont voter pour les élections générales, le 1er novembre 2022. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)
    Illustration : un bureau de vote à Kiryat Arba, alors que les Israéliens vont voter pour les élections générales, le 1er novembre 2022. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)
  • Des juifs ultra-orthodoxes votent lors des élections israéliennes à Jérusalem, le mardi 1er novembre 2022. (Crédit :AP Photo/Oren Ziv)
    Des juifs ultra-orthodoxes votent lors des élections israéliennes à Jérusalem, le mardi 1er novembre 2022. (Crédit :AP Photo/Oren Ziv)
  • Un électeur juif ultra-orthodoxe dépose son bulletin de vote dans un bureau de vote à Bnei Brak, le 1er novembre 2022. (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)
    Un électeur juif ultra-orthodoxe dépose son bulletin de vote dans un bureau de vote à Bnei Brak, le 1er novembre 2022. (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)
  • Un jeune enfant attend que son père vote dans à Kiryat Arba, en Cisjordanie, lors des élections en Israël, le 1er novembre 2022. (Crédit : AP Photo/Tsafrir Abayov)
    Un jeune enfant attend que son père vote dans à Kiryat Arba, en Cisjordanie, lors des élections en Israël, le 1er novembre 2022. (Crédit : AP Photo/Tsafrir Abayov)
  • Un homme positif au COVID vote lors des élections israéliennes à Jérusalem, le 1er novembre 2022. (Crédit : AP Photo/Mahmoud Illean)
    Un homme positif au COVID vote lors des élections israéliennes à Jérusalem, le 1er novembre 2022. (Crédit : AP Photo/Mahmoud Illean)
  • Une électrice arabe israélienne dépose son bulletin de vote dans un bureau de vote du village de Maghar, dans le nord d'Israël, le 1er novembre 2022. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)
    Une électrice arabe israélienne dépose son bulletin de vote dans un bureau de vote du village de Maghar, dans le nord d'Israël, le 1er novembre 2022. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)
  • Un électeur israélien dépose un bulletin de vote lors de la cinquième élection d'Israël en moins de quatre ans dans un bureau de vote de Tel Aviv, le 1er novembre 2022. (Crédit : Jack Guez/Pool Photo via AP)
    Un électeur israélien dépose un bulletin de vote lors de la cinquième élection d'Israël en moins de quatre ans dans un bureau de vote de Tel Aviv, le 1er novembre 2022. (Crédit : Jack Guez/Pool Photo via AP)
  • Une Israélienne vote à Tel Aviv, le 1er novembre 2022. (Crédit : AP Photo/Oded Balilty)
    Une Israélienne vote à Tel Aviv, le 1er novembre 2022. (Crédit : AP Photo/Oded Balilty)

Le Times of Israël en français suit pour vous cette journée électorale, la cinquième élection législative en trois ans et demi.

Ben Gvir : « Le temps est venu pour nous de redevenir les maîtres de notre maison »

Le chef d'Otzma Yehudit, Itamar Ben Gvir, s'adresse aux partisans au siège de campagne du parti d'extrême droite après l'annonce des sondages à la sortie des urnes, le 1er novembre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le chef d'Otzma Yehudit, Itamar Ben Gvir, s'adresse aux partisans au siège de campagne du parti d'extrême droite après l'annonce des sondages à la sortie des urnes, le 1er novembre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le député du HaTsionout HaDatit Itamar Ben Gvir cherche à adopter un ton quelque peu conciliant alors qu’il s’adresse à des centaines de partisans en train d’hurler « mort aux terroristes », dans ses premières remarques après la publication de sondages de sortie des urnes encourageants pour son parti d’extrême droite.

« Je veux dire à ceux qui n’ont pas voté pour moi : nous sommes tous frères », déclare Ben Gvir au siège de sa sous-faction Otzma Yehudit à Jérusalem.

Il soutient que la fusion entre HaTsionout HaDatit de Bezalel Smotrich et sa faction Otzma Yehudit a réussi à satisfaire un large éventail d’électeurs : « Nous représentons tout le monde : laïcs et religieux, haredi et traditionnels, séfarades et ashkénazes ».

« Ils veulent tous un vrai changement », dit Ben Gvir sous les acclamations de la foule masculine en grande partie plus jeune.

« Notre héritage (juif) n’appartient pas seulement aux religieux mais aussi aux laïcs… et tous ont le droit de l’apprendre dans nos écoles », ajoute-t-il.

Il précise ensuite qu’il se battra pour faire la différence entre les sionistes et ceux qui travaillent « pour saper notre existence ici », ce à quoi la foule répond par de nouveaux cris de « mort aux terroristes !

« Le temps est venu pour nos enfants de pouvoir se promener en toute sécurité dans les rues », poursuit Ben Gvir. « Le temps est venu pour nous de redevenir les maîtres de notre propre maison. »

Le taux de participation électorale était de 71,3 %

La commission centrale électorale a annoncé que le taux de participation aux élections d’aujourd’hui a été de 71,3 %, le plus élevé depuis 2015.

Shtayyeh : les résultats des élections témoignent d’une « montée de l’extrémisme »

Le Premier ministre de l'Autorité palestinienne Mohammad Shtayyeh s'exprime lors d'une conférence de presse à l'Association de la presse étrangère dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 9 juin 2020. (Crédit : Abbas Momani/Pool Photo via AP)
Le Premier ministre de l'Autorité palestinienne Mohammad Shtayyeh s'exprime lors d'une conférence de presse à l'Association de la presse étrangère dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 9 juin 2020. (Crédit : Abbas Momani/Pool Photo via AP)

Le Premier ministre de l’Autorité palestinienne Mohammed Shtayyeh a réagi aux résultats préliminaires des élections israéliennes faisant état d’un bond des votes de l’extrême droite.

« La progression des partis religieux d’extrême droite aux élections israéliennes (…) témoigne de la montée de l’extrémisme et du racisme dans la société israélienne et dont notre peuple souffre depuis des années », a déclaré Shtayyeh dans un communiqué depuis Ramallah, siège de l’Autorité palestinienne.

Les sondages à la sortie des bureaux de vote prévoient que l’alliance d’extrême-droite HaTzionout HaDatit – dont fait partie Otzma Yehudit – remportera 14 à 15 sièges, ce qui correspond à peu près aux résultats obtenus par le parti ces dernières semaines et ce qui lui permet de doubler sa représentation actuelle à la Knesset.

 

« Liberman, rentre chez toi », scandent les partisans du Shas

Les partisans du parti ultra-orthodoxe Shas ont célébré les résultats des sondages de sortie des urnes qui indiquent que le ministre des Finances Avigdor Liberman, qui dirige le parti laïc de droite Yisrael Beytenu, siègera probablement dans l’opposition.

« Liberman, rentre chez toi », ont scandé les militants du parti alors que le leader du Shas, Aryeh Deri, prenait la parole lors d’un événement post-électoral.

« Vous n’avez pas besoin de crier cela, il est en chemin », a ajouté Deri en réponse aux appels à envoyer Liberman à la « décharge publique ».

L’année dernière, Liberman avait menacé d’envoyer les politiciens haredi à la « décharge publique ».

Smotrich : HaTzionout HaDatit continuera à coopérer avec Ben Gvir

Le parti HaTzionout HaDatit Bezalel Smotrich s’est réjoui des résultats des sondages de sortie des urnes qui indiquent 14 à 15 sièges pour son parti d’extrême droite, ce qui en ferait la troisième faction la plus représentée à la Knesset.

« Aujourd’hui, grâce à Dieu, HaTzionout HaDatit est entré dans l’histoire », a déclaré Smotrich lors de l’événement post-électoral.

Il a souligné que le parti continuera à coopérer avec la faction Otzma Yehudit du député Itamar Ben Gvir après que les deux formations politiques se sont présentées ensemble sur la même liste électorale.

Il n’a toutefois pas donné de détails sur ce que cette coopération impliquera.

Les cheffes de Avoda et Meretz ne prendront pas la parole ce soir

Les cheffes des partis de gauche Avoda et Meretz ne prendront pas la parole lors des événements post-électoraux de leurs factions respectives ce soir, invoquant « l’incertitude des résultats ».

Meretz et Avoda font tous deux parti de la coalition sortante, qui, selon les sondages de sortie des urnes, a remporté 54 à 55 sièges, contre 61 à 62 pour le bloc pro-Netanyahu.

Shaked se félicite que son parti soit resté dans la course malgré les prédictions

La dirigeante du parti HaBayit HaYehudi Ayelet Shaked, a félicité son parti pour être resté dans la course jusqu’à l’élection d’aujourd’hui, alors que les sondages de sortie des urnes prévoient qu’il se retrouverait bien en dessous du seuil minimum de voix.

« Nous nous sommes battus comme des lions. Nous savions que c’était une bataille très difficile, mais nous avons suivi notre vérité, notre idéologie », a-t-elle déclaré.

Elle a également félicité le chef de l’opposition, Benjamin Netanyahu, dont le bloc religieux de droite devait remporter une courte majorité selon les sondages de sortie des urnes.

Première réaction de Netanyahu : « C’est un bon début »

Le leader de l’opposition Benjamin Netanyahu a salué les résultats préliminaires annoncés dans les médias, qui prédisent que son bloc de droite-religieux remportera, d’une mince majorité, le scrutin d’aujourd’hui.

« C’est un bon début, c’est tout ce que je peux dire pour le moment », a déclaré Netanyahu. « Tout dépend du décompte réel. »

Commission électorale : les allégations de fraude électorale du Likud sont infondées

La commission centrale électorale a affirmé n’avoir aucune preuve d’irrégularités dans les bureaux de vote des communautés arabes, comme l’a prétendu le parti Likud du leader de l’opposition Benjamin Netanyahu.

« Étant donné que le dépouillement [des votes] vient juste de commencer, il n’y a absolument aucune base pour des rumeurs infondées sur de supposés ‘faux’ dans une communauté ou une autre », a déclaré la commission.

Shas salue son « incroyable réussite »

Des partisans du parti Shas réagissent à l'annonce des résultats des élections israéliennes, à Tel Aviv, le 1er novembre 2022. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)
Des partisans du parti Shas réagissent à l'annonce des résultats des élections israéliennes, à Tel Aviv, le 1er novembre 2022. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)

Le chef du parti Shas, qui fait partie du bloc religieux de droite de Netanyahu, a salué « l’incroyable réussite » de son parti ultra-orthodoxe après que les sondages de sortie des urnes ont prévu qu’il obtienne 10 sièges.

Aryeh Deri s’est engagé, dans un communiqué, à ce que Shas prenne soin des « secteurs les plus faibles » de la société israélienne et « renforce l’identité juive d’Israël et la lutte contre le coût de la vie. »

Le Likud suggère une fraude dans les communautés arabes, Balad étant proche du seuil

Le parti Likud du leader de l’opposition Benjamin Netanyahu a formulé des allégations de fraude potentielle alors que les sondages de sortie des urnes montrent que le parti nationaliste arabe Balad est tout près du seuil électoral.

Netanyahu a fait des allégations similaires de fraude dans les communautés arabes lors des élections précédentes.

En réponse au Likud, le parti travailliste de centre-gauche a demandé à ce que des observateurs électoraux restent dans les bureaux de vote jusqu’à la fin du dépouillement.

« Bibi est de retour ! » Les militants du Likud en extase

Des militants du Likud célébrant après que les sondages de sortie des urnes ont montré une courte majorité pour le bloc religieux de droite dirigé par le chef de l'opposition Benjamin Netanyahu, le 1er novembre 2022. (Crédit : Carrie Keller-Lynn/Times of Israel)
Des militants du Likud célébrant après que les sondages de sortie des urnes ont montré une courte majorité pour le bloc religieux de droite dirigé par le chef de l'opposition Benjamin Netanyahu, le 1er novembre 2022. (Crédit : Carrie Keller-Lynn/Times of Israel)

Les militants du Likud, le parti du leader de l’opposition Benjamin Netanyahu, se sont réunis pour l’événement officiel post-électoral, peu de temps après que les sondages de sortie des principaux réseaux ont prédit une victoire étroite du bloc de droite religieux qu’il dirige.

En scandant « Bibi est de retour ! » et « Bibi, roi d’Israël », les militants se serrent les uns contre les autres pour célébrer.

« Nous sommes victorieux ! » s’écrie un jeune partisan du Likud, en serrant un autre dans ses bras.

Balad, actuellement sous le seuil électoral, prédit qu’il sortira « victorieux »

Prenant la parole après que les sondages de sortie des urnes ont montré que le parti Balad n’a pas atteint le seuil minimum de voix dans plusieurs sondages de sortie, le leader du parti Sami Abou Shahadeh a déclaré qu’il a toujours l’espoir que son parti entre à la Knesset.

« Les sondages de sortie des urnes ne tiennent pas compte des dernières heures car ils ferment tôt et la hausse de la participation prouvera la victoire de Balad », dit-il.

Il a également accusé les sondages « de n’avoir jamais été justes envers Balad ».

Netanyahu téléphone aux chefs des partis de son bloc

Selon les médias israéliens, le chef de l’opposition Benjamin Netanyahu a contacté par téléphone les chefs des partis de son bloc de droite après que les sondages de sortie des urnes lui ont donné une courte majorité aux élections de la Knesset d’aujourd’hui.

Joie au QG d’Otzma Yehudit, les premiers résultats indiquant 14 à 15 sièges

Le siège de campagne du parti Otzma Yehudit après l'annonce des sondages de sortie des urnes, le 1er novembre 2022. (Crédit : Jacob Magid/Times of Israel)
Le siège de campagne du parti Otzma Yehudit après l'annonce des sondages de sortie des urnes, le 1er novembre 2022. (Crédit : Jacob Magid/Times of Israel)

Le quartier général du parti Otzma Yehudit, à Jérusalem, était en effervescence alors que les sondages à la sortie des bureaux de vote sur les trois principaux médias ont indiqué une forte progression de l’alliance d’extrême-droite ainsi qu’une majorité pour les partis du bloc religieux de droite pro-Netanyahu.

Les sondages à la sortie des bureaux de vote prévoient que HaTzionout HaDatit – dont fait partie Otzma Yehudit – remportera 14 à 15 sièges, ce qui correspond à peu près aux résultats obtenus par le parti ces dernières semaines.

La musique a retenti au moment où les sondages se sont affichés sur l’écran du projecteur de la salle de bal de l’hôtel Vert et plus d’une centaine de jeunes hommes se sont mis à danser et à agiter des drapeaux israéliens.

Une douzaine de militantes ont applaudi avec ferveur du fond de la salle de bal.

« La nation a parlé », a déclaré Yishai Fleischer, porte-parole d’Otzma Yehudit, au Times of Israel.

Administration pénitentiaire : 79 % des détenus inscrits ont voté

Un prisonnier vote pour les élections générales d'Israël dans une prison, le 1er novembre 2022. (Crédit : Service pénitentiaire israélien)
Un prisonnier vote pour les élections générales d'Israël dans une prison, le 1er novembre 2022. (Crédit : Service pénitentiaire israélien)

Le taux de participation des prisonniers a atteint 79 %, alors que les 55 bureaux de vote des différentes prisons du pays ont fermé deux heures avant les bureaux de vote nationaux.

L’administration pénitentiaire israélienne (IPS) a indiqué que parmi les 9 154 prisonniers éligibles, 7 302 ont voté, tandis que les autres ont refusé de le faire.

Parmi le personnel pénitentiaire, 1 298 des 1 500 officiers et gardiens éligibles ont voté, soit 86 %, selon l’IPS.

Résultats préliminaires des sondages de sortie des urnes – Douzième chaîne

La Douzième chaîne publie ses premières estimations de résultat.

Likud : 30
Yesh Atid : 24
HaTzionout HaDatit : 14
HaMahane HaMamlahti : 11
Shas : 10
Yahadout HaTorah :  7
Yisrael Beytenu : 4
Avoda : 6
Meretz : 5
Raam : 5
Hadash Taal : 4
HaBayit HaYehdi :

En termes de coalition, cela donnerait 61 sièges au camp pro-Netanyahu.

Le camp anti-Netanyahu de Yair Lapid compterait lui 55 sièges, le parti arabe Hadash-Taal n’étant inclus dans aucun des deux blocs.

 

Un ministre de Yesh Atid réagit aux sondages de sortie des urnes

Meir Cohen, député du parti Kakhol lavan et ancien maire de Dimona. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Meir Cohen, député du parti Kakhol lavan et ancien maire de Dimona. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Après que les sondages télévisés de sortie des urnes aient prédit une courte majorité pour le bloc du leader de l’opposition Benjamin Netanyahu, un membre important du parti Yesh Atid du Premier ministre Yair Lapid a appelé à la patience jusqu’à ce que les votes soient comptabilisés.

« Je demande d’attendre les résultats finaux », a déclaré le ministre Meir Cohen aux informations de la Douzième chaîne.

Résultats préliminaires des sondages de sortie des urnes – Treizième chaîne

La Treizième chaîne publie ses premières estimations de résultat.

Likud : 31
Yesh Atid : 24
HaTzionout HaDatit : 14
HaMahane HaMamlahti : 12
Shas : 10
Yahadout HaTorah :  7
Yisrael Beytenu : 4
Avoda : 5
Meretz :4
Raam : 5
Hadash Taal : 4
HaBayit HaYehudi : 0

En termes de coalition, cela donnerait 62 sièges au camp pro-Netanyahu.

Le camp anti-Netanyahu de Yair Lapid compterait lui 54 sièges, le parti arabe Hadash-Taal n’étant inclus dans aucun des deux blocs.

 

Le président de la CCE approuve des bulletins de vote troués ou griffonnés

Le président de la commission centrale électorale, Yitzhak Amit, au centre, à la Knesset, à Jérusalem, le 15 septembre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le président de la commission centrale électorale, Yitzhak Amit, au centre, à la Knesset, à Jérusalem, le 15 septembre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le président de la commission centrale électorale, Yitzhak Amit, a décidé que les bulletins de vote troués, sales ou qui ont été gribouillés devront quand même être comptabilisés, suite à diverses plaintes concernant des bulletins imparfaits.

Il en va de même pour les bulletins qui ont été imprimés de manière « décentrée ».

Le juge Yitzhak Amit a écrit que « la règle est de permettre que le bulletin de chaque électeur soit compté dans le résultat », sauf s’il ne peut absolument pas être accepté en tant que tel.

Résultats préliminaires des sondages de sortie des urnes – Kan

Le diffuseur public Kan publie ses premières estimations de résultat.

Likud : 30
Yesh Atid : 22
HaTzionout HaDatit : 15
HaMahane HaMamlahti : 13
Shas : 10
Yahadout HaTorah :  7
Yisrael Beytenu : 5
Avoda : 5
Meretz :4
Raam : 5
Hadash Taal : 4
HaBayit HaYehdi : 0

En termes de coalition, cela donnerait 62 sièges au camp pro-Netanyahu.

Le camp anti-Netanyahu de Yair Lapid compterait lui 54 sièges, le parti arabe Hadash-Taal n’étant inclus dans aucun des deux blocs.

Le leader de Hadash-Taal lance un dernier appel à voter pour les Arabes 

Le leader de la Liste arabe unie, Ayman Odeh (Hadash) lors d'une réunion de faction à la Knesset, le 7 mars 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le leader de la Liste arabe unie, Ayman Odeh (Hadash) lors d'une réunion de faction à la Knesset, le 7 mars 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le leader du parti Hadash-Taal a lancé un dernier appel aux électeurs arabes avant la fermeture des bureaux de vote.

« C’est incroyable et inacceptable que ceux qui votent pour les oppresseurs aient un taux de participation plus élevé que le peuple opprimé. C’est la réalité en ce moment, mais nous pouvons encore changer cette réalité », s’est exclamé Ayman Odeh dans un appel passionné à ses partisans au siège de Hadash-Taal, à Shfaram.

« Ce n’est pas à chaque élection que notre voix est décisive ; dans cette élection, elle l’est ! »

Odeh estime que Hadash-Taal a besoin de 160 000 voix au total pour atteindre le seuil. C’est 15 à 20 000 voix de plus que ce que le parti pensait avoir besoin, une augmentation attribuable à la forte participation générale, selon un initié du parti.

Faisant référence aux politiciens d’extrême-droite Bezalel Smotrich et Itamar Ben Gvir, Odeh a déclaré : « Soit ces salauds célèbrent la défaite de notre peuple, soit nous leur rendons la monnaie de leur pièce ! ».

Panel électoral : 66,3 % des électeurs israéliens avaient voté à 20 heures

Illustration : Des Israéliens déposant leur bulletin de vote pour les élections législatives, dans un bureau de vote à Jérusalem, le 1er novembre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Illustration : Des Israéliens déposant leur bulletin de vote pour les élections législatives, dans un bureau de vote à Jérusalem, le 1er novembre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

La commission centrale électorale a déclaré qu’à 20 heures, 66,3 % – soit 4 498 410 électeurs – des électeurs éligibles avaient voté, ce qui constitue un record depuis 1999.

Taux de participation à 18h : 57,7 % – le plus élevé à cette heure depuis 1999

Illustration : Des Israéliens déposant leur bulletin de vote pour les élections législatives, dans un bureau de vote à Jérusalem, le 1er novembre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Illustration : Des Israéliens déposant leur bulletin de vote pour les élections législatives, dans un bureau de vote à Jérusalem, le 1er novembre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

La commission centrale électorale a rapporté que 57,7 % des électeurs éligibles avaient voté à 18 heures, soit le taux de participation le plus élevé à cette heure-ci depuis 1999.

Lapid et Netanyahu déclarent tous deux que la course est « très serrée »

Montage photo du chef de l’opposition Benjamin Netanyahu, à droite, et du ministre des Affaires étrangères de l’époque Yair Lapid dirigeant la réunion de leur parti respectif, le Likud et Yesh Atid, à la Knesset, le 8 novembre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Montage photo du chef de l’opposition Benjamin Netanyahu, à droite, et du ministre des Affaires étrangères de l’époque Yair Lapid dirigeant la réunion de leur parti respectif, le Likud et Yesh Atid, à la Knesset, le 8 novembre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Le Premier ministre Yair Lapid et le leader de l’opposition, Benjamin Netanyahu, cherchant à renforcer le soutien à leurs blocs respectifs avant la fermeture des bureaux de vote dans un peu plus de 3 heures, ont tous deux affirmé que la course est au coude à coude.

« Nous avons reçu des données de tout le pays… Sans surprise, la course est en effet très, très, très serrée – ça se joue à un cheveu », a déclaré Lapid dans une déclaration vidéo depuis le siège de campagne de son parti Yesh Atid.

Netanyahu a fait une déclaration similaire.

« Nous sommes à égalité avec Lapid », a-t-il déclaré. « La course est très serrée ».

A 17 heures, 65 % des soldats de Tsahal avaient voté

Un soldat israélien votant sur une base de l'armée près du kibboutz Kerem Shalom, près de la frontière avec la bande de Gaza, le 31 octobre 2022. (Crédit : AP Photo/Tsafrir Abayov)
Un soldat israélien votant sur une base de l'armée près du kibboutz Kerem Shalom, près de la frontière avec la bande de Gaza, le 31 octobre 2022. (Crédit : AP Photo/Tsafrir Abayov)

Le taux de participation au vote des soldats israéliens a atteint 65 % à 17 heures, selon les données de Tsahal.

Les soldats israéliens votent dans 710 bureaux de vote situés dans des bases et des postes militaires à travers le pays, du poste d’observation d’Astra au sommet du mont Hermon, situé le plus au nord, au poste de Taba, situé le plus au sud, près du poste frontière avec l’Égypte.

Environ 22 % des postes, situés dans des endroits plus éloignés, ont été ouverts plus tôt, ce qui a permis à certains soldats de commencer à voter dès dimanche.

Le vote arabe toujours à la traîne, se situant à 23 % à 16 heures – aChord

Ahmad Tibi, le chef du parti Taal, marchant avec sa mère après avoir voté aux élections législatives, dans la ville majoritairement arabe de Taybeh, le 1er novembre 2022. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
Ahmad Tibi, le chef du parti Taal, marchant avec sa mère après avoir voté aux élections législatives, dans la ville majoritairement arabe de Taybeh, le 1er novembre 2022. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Le vote arabe s’élevait à 23 % à 16 heures, loin derrière la participation générale, selon le centre aChord de l’Université hébraïque.

Dans l’ensemble, 47,5 % des électeurs avaient voté à cette heure, selon la commission centrale électorale, le chiffre le plus élevé depuis 1999.

Selon aChord, ses chiffres sont basés sur une modélisation statistique et sur les rapports des bureaux de vote qui ont été échantillonnés.

Tentant de rallier ses électeurs, Netanyahu publie des photos des élections de 2019

Tentant de rallier ses électeurs, le leader du Likud Benjamin Netanyahu a tweeté des photos montrant de longues files d’attente dans un bureau de vote de la ville libérale de Tel Aviv et des salles vides dans un bureau de Holon, bastion du Likud.

« Faible participation dans les bastions du Likud – allez voter pour vous débarrasser de Lapid, Gantz et Abbas », peut-on lire.

Mais des informations indiquent que les photos datent de 2019, lorsqu’il avait tweeté les deux mêmes images.

Hadash-Taal fait appel aux électeurs juifs pour franchir le seuil électoral

La députée de la Liste arabe unie Aida Touma-Sliman à la Knesset à Jérusalem le 8 juin 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
La députée de la Liste arabe unie Aida Touma-Sliman à la Knesset à Jérusalem le 8 juin 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Aida Touma-Sliman, députée de Hadash-Taal, a lancé un appel aux électeurs juifs pour sauver son parti, qui risque de ne pas franchir le seuil électoral.

Semblant adopter la stratégie traditionnelle du « gevalt » politique israélien, qui consiste à crier au malheur, Touma-Sliman a déclaré que, selon les pourcentages de vote actuels, son parti n’intègrera pas la Knesset.

« Partenaires juifs », écrit-elle dans un tweet en hébreu. « Selon le taux de vote actuel, Hadash-Taal risque réellement de ne pas atteindre le seuil. Pour la première fois en 74 ans, il y a une réelle chance que la voix la plus claire contre l’occupation et pour le partenariat arabo-juif disparaisse de la Knesset. »

« Je vous implore : ne laissez pas les fascistes gagner ! Allez voter pour la paix, l’égalité et la justice sociale », poursuit-elle.

Des cas de violence signalés dans les bureaux de vote

Illustration : un bureau de vote à Kiryat Arba, alors que les Israéliens vont voter pour les élections générales, le 1er novembre 2022. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)
Illustration : un bureau de vote à Kiryat Arba, alors que les Israéliens vont voter pour les élections générales, le 1er novembre 2022. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

La directrice générale de la commission centrale électorale, Orly Ades, a déclaré qu’il y avait eu plusieurs incidents violents dans les bureaux de vote.

À Taibe, une ville arabe du centre d’Israël, des cas de jets de meubles ont été signalés. La commission électorale régionale s’occupe de l’incident en collaboration avec la police, dit-elle.

Dans le nord d’Israël, dans la zone des Krayot à Haïfa, un électeur a menacé un fonctionnaire. L’incident a été filmé et traité, dit Ades.

De même, à Carmiel, dans le nord d’Israël, et à Rehovot, dans le centre du pays, des électeurs se sont comportés violemment envers des membres de la commission électorale et ont été pris en charge par la police.

Il y a également d’autres incidents d’irrégularités de vote.

Dans la ville d’Akko, au nord du pays, une femme a essayé de voter avec la pièce d’identité d’une autre personne. Cela aussi a été filmé par un assesseur et la police est intervenue.

Un électeur s’est plaint que son nom ait été rayé à son arrivée. Il s’est avéré que deux électeurs s’appelaient Itay Cohen et que lorsque le premier a voté, le nom du second a été rayé par erreur. L’erreur ayant été découverte dans la vallée de Jezreel, dans le nord du pays, les deux Itay Cohen ont maintenant voté, a assuré Ades.

Elle a ajouté que malgré les demandes faites plus tôt dans la journée pour que les personnes valides ne votent pas dans les bureaux de vote spéciaux pour les personnes à mobilité réduite, ces dernières font toujours la queue. La commission centrale électorale tente d’ouvrir des salles supplémentaires dans les bâtiments où les problèmes sont importants afin d’alléger la pression.

Taux de participation à 16h : 47,5 % – le plus élevé à cette heure depuis 1999

Illustration : Des Israéliens déposant leur bulletin de vote pour les élections législatives, dans un bureau de vote à Jérusalem, le 1er novembre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Illustration : Des Israéliens déposant leur bulletin de vote pour les élections législatives, dans un bureau de vote à Jérusalem, le 1er novembre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

La directrice générale de la commission centrale électorale, Orly Ades, a annoncé qu’à 16 heures, 47,5 % des électeurs inscrits avaient voté.

Jusqu’à présent, quelque 3 224 35 Israéliens ont voté.

Lors des dernières élections, 42,3 % des électeurs avaient voté à la même heure.

Il s’agit du pourcentage le plus élevé depuis 1999, où 51,8 % des électeurs avaient voté à ce stade de la journée.

61 % des détenus, 71 % des gardiens de prison ont voté à 13h30

Un prisonnier vote pour les élections générales d'Israël dans une prison, le 1er novembre 2022. (Crédit : Service pénitentiaire israélien)
Un prisonnier vote pour les élections générales d'Israël dans une prison, le 1er novembre 2022. (Crédit : Service pénitentiaire israélien)

Le taux de participation au vote des prisonniers avait atteint 61 % à 13h30, selon les données de l’Administration pénitentiaire israélienne (IPS).

L’IPS a indiqué que parmi les 9 090 prisonniers éligibles, 5 580 ont voté jusqu’à présent et 1 510 autres ont refusé de voter.

Parmi le personnel pénitentiaire, 1 075 des 1 500 officiers et gardiens inscrits sur les listes électorales ont voté, soit 71 %.

L’IPS a ajouté que les 55 bureaux de vote dans les différentes prisons fermeront à 20 heures, deux heures avant les bureaux nationaux.

« Je ne pense pas que ma voix compte » : Certains Israéliens votent pour la plage

Des Israéliens à la plage Palmachim, le 1er novembre 2022. (Crédit : Carrie Keller-Lynn/Times of Israel)
Des Israéliens à la plage Palmachim, le 1er novembre 2022. (Crédit : Carrie Keller-Lynn/Times of Israel)

Même si le coucher du soleil se rapproche, la plage de Palmachim ne désemplit pas. Les Israéliens – dont certains n’ont pas l’intention de voter – sont venus nombreux pour profiter du jour férié.

« Je ne vote jamais », dit Sivan, 37 ans, de la ville voisine de Rishon Lezion. « Je ne pense pas que mon vote compte », ajoute-t-elle en plissant les yeux sous le soleil de fin d’après-midi.

Alors que Sivan, qui a refusé de donner son nom de famille, dit qu’elle n’a voté qu’une fois et qu’elle n’a pas de parti préféré, d’autres électeurs ne votent pas cette fois-ci parce qu’ils sont très remontés contre le système politique.

« Tout le monde est la même merde » et « c’est truqué depuis le début », dit Mark Ruvinov, 23 ans, d’Ashkelon. « Une fois que vous savez ça, pourquoi voter ? »

L’ancien électeur du Likud est exactement le type de boycotteur des urnes à l’attention de qui le chef du Likud, Benjamin Netanyahu, a fait inlassablement campagne pour ramener les électeurs dans les bureaux de vote.

S’exprimant à la marina d’Ashkelon peu de temps après la visite de Netanyahu pour mobiliser le soutien de la population, Ruvinov a déclaré qu’il profiterait plutôt de la journée pour faire du shopping et manger une glace avec sa petite amie.

De retour à la plage de Palmachim, Arkadi, qui a également refusé de donner son nom de famille, dit que non seulement il a voté, mais qu’il prévoit de pousser son collègue réticent à en faire de même.

« Il est encore temps », dit-il à leur ami commun.

Ben Gvir se rend dans le Sharon en hélicoptère pour y contrer l’essor de Gantz

Itamar Ben Gvir prend un hélicoptère alors qu'il fait campagne le jour des élections, le 21 novembre 2022. (Crédit : Jacob Magid/Times of Israel)
Itamar Ben Gvir prend un hélicoptère alors qu'il fait campagne le jour des élections, le 21 novembre 2022. (Crédit : Jacob Magid/Times of Israel)

BEER SHEVA – Affirmant que le parti HaMahane HaMamlahti de Benny Gantz bénéficie d’un élan dans la région du centre de Sharon, le député de HaTzionout HaDatit Itamar Ben Gvir s’est envolé en hélicoptère depuis un aéroport privé près de Beer Sheva.

Un porte-parole du parti a admis que Ben Gvir devait déjà se rendre dans la région, mais que l’idée de voyager en hélicoptère était nouvelle.

« C’est soit un gouvernement avec Gantz, soit un gouvernement avec Ben Gvir », a déclaré le législateur d’extrême droite avant de décoller.

Ben Gvir a prévenu que le président du Likud, Benjamin Netanyahou, acceptera à nouveau de former un gouvernement avec le centriste Gantz si HaTzionout HaDatit ne remporte pas suffisamment de sièges.

A 14 heures, le vote arabe s’élevait à 17 % – centre de recherche

Un citoyenne arabe israélien votant aux élections législatives dans un bureau de vote de la ville de Taibeh, en Israël, le 1er novembre 2022. (Crédit : AP Photo/Mahmoud Illean)
Un citoyenne arabe israélien votant aux élections législatives dans un bureau de vote de la ville de Taibeh, en Israël, le 1er novembre 2022. (Crédit : AP Photo/Mahmoud Illean)

Le vote arabe s’élevait à environ 17 % à 14 heures, loin derrière le vote global, selon le centre aChord de l’Université hébraïque de Jérusalem.

Dans l’ensemble, 38,9 % des électeurs avaient voté à cette heure, selon la commission centrale électorale, le chiffre le plus élevé depuis 1999.

Selon aChord, ses chiffres sont basés sur une modélisation statistique et sur les rapports des bureaux de vote qui ont été échantillonnés.

Taux de participation à 14h : 38,9 % – le plus élevé à cette heure depuis 1999

La directrice générale de la commission centrale électorale Orly Ades, a annoncé qu’à 14 heures, 38,9 % des électeurs avaient voté.

Ce chiffre est à comparer aux 34,6 % de électeurs inscrits qui avaient voté à cette heure lors des dernières élections.

Il s’agit du pourcentage le plus élevé depuis 1999, lorsque 41,7 % des électeurs avaient voté à ce stade de la journée.

A Lod, les électeurs sont confrontés à l’extrême droite et à la gauche radicale

Juifs et Arabes font des achats sur le marché en plein air de la ville centrale de Lod, le 1er novembre 2022. (Crédit : Jeremy Sharon/Times of Israel)
Juifs et Arabes font des achats sur le marché en plein air de la ville centrale de Lod, le 1er novembre 2022. (Crédit : Jeremy Sharon/Times of Israel)

Les électeurs du marché en plein air de Lod reflètent le plus large éventail possible de positions politiques en ce jour d’élection, et expriment leur intention de voter pour le parti d’extrême droite HaTzionout HaDatit, la faction antisioniste radicale Balad, et de nombreux partis entre ces extrêmes.

« J’ai voté pour HaTzionout HaDatit parce que pour moi, la chose la plus importante est l’identité juive du pays », a déclaré Yishai Lavi.

« Il doit être clair qu’il s’agit d’un pays juif, les personnes qui sont contre l’État d’Israël ne devraient pas être partenaires de la coalition… en général, l’État devrait être ouvertement un État juif. »

Montrant du doigt l’hétérogénéité de la clientèle du marché, Lavi estime que les relations entre Juifs et Arabes en Israël sont bonnes : « Nous vivons ensemble, mais il devrait être clair que c’est un État juif. »

Ahmad Mansour dit qu’il n’a pas encore voté et qu’il n’est pas sûr de le faire. Mais s’il le fait, il choisira entre Balad et le parti Raam de Mansour Abbas.

« Il faut faire baisser les prix – le coût de la vie est trop élevé, l’immobilier est trop cher », dit-il, mais il ajoute qu’il ne croit pas vraiment que les politiciens seront efficaces pour atteindre ces objectifs.

M. Mansour dit qu’il n’est pas inquiet de la montée du parti d’extrême droite et qu’il ne pense pas que celui-ci sera en mesure de mettre en œuvre ses politiques les plus extrêmes.

David Harhouhli, un vendeur de chaussures sur le marché, dit qu’il vote pour le parti ultra-orthodoxe Shas, même s’il affirme qu’il ne le représente pas. « Je vote pour eux uniquement parce que je veux qu’il y ait ici un peu de Torah, un peu de comportement correct. Mais je ne crois pas en eux, je ne sais pas qui ils sont, mais je veux un parti religieux pour que ce pays ait quelque chose d’un caractère juif », a dit Harhouhli.

A 13 heures, 44 % des soldats de Tsahal avaient déjà voté

Des soldats israéliens arrivent avec du matériel électoral pour faciliter le vote anticipé des militaires aux élections générales israéliennes, à la base militaire de Har Dov sur le Mont Hermon sur le plateau du Golan, le 31 octobre 2022. (Crédit : JALAA MAREY / AFP)
Des soldats israéliens arrivent avec du matériel électoral pour faciliter le vote anticipé des militaires aux élections générales israéliennes, à la base militaire de Har Dov sur le Mont Hermon sur le plateau du Golan, le 31 octobre 2022. (Crédit : JALAA MAREY / AFP)

Le taux de participation des soldats israéliens a atteint 44 % à 13 heures, selon les données de l’armée israélienne.

Les soldats israéliens votent dans 710 bureaux de vote situés dans des bases et des postes militaires à travers le pays, du poste d’observation d’Astra au sommet du Mont Hermon, situé le plus au nord, au poste de Taba, situé le plus au sud, près du poste frontière avec l’Égypte.

Environ 22 % des postes, situés dans des endroits plus éloignés, ont été ouverts plus tôt, ce qui a permis à certains soldats de commencer à voter dès dimanche.

Tsahal affirme qu’environ 29 % des soldats votent pour la première fois. Les soldats israéliens sont enrôlés à partir de 18 ans, ce qui est également l’âge minimum pour pouvoir voter.

Journée électorale plutôt calme chez les Druzes du Golan

Des habitants de Buqata assis devant le bureau de vote du lycée local, le 11 novembre 2022. (Crédit : Lazar Berman/Times of Israel)
Des habitants de Buqata assis devant le bureau de vote du lycée local, le 11 novembre 2022. (Crédit : Lazar Berman/Times of Israel)

Cette journée électorale est calme à Buqata, l’une des quatre villes druzes du plateau du Golan. Il n’y a pas de panneaux de campagne accrochés aux intersections, et de nombreux jeunes résidents ne savent pas quelle école a été transformée en bureau de vote pour l’occasion.

Les restaurants locaux servent des Israéliens juifs qui profitent de leur jour de congé pour visiter la région.

Dans un lycée situé à l’ouest du village, à un kilomètre de la frontière syrienne, les deux bureaux de vote sont calmes. À 14 heures, seuls 74 des 700 électeurs inscrits de Buqata ont voté.

Environ 10 % seulement des habitants ont pris la citoyenneté israélienne, ce qui leur donne le droit de voter aux élections nationales. Ce pourcentage est similaire à celui des communautés druzes voisines de Majdal Shams, Masade et Ein Qiniyye, qui faisaient toutes partie de la Syrie avant qu’Israël ne conquiert le plateau du Golan en 1967.

Niban, résidente de Majdal Shams, a déclaré au Times of Israel, au bureau de vote de Buqata, qu’elle avait déjà voté, mais a refusé de dire pour qui. Elle s’attend à ce qu’encore moins de Druzes du Golan votent lors de ce scrutin qu’à l’accoutumée.

« Il y a des gens qui votent habituellement, mais cette année, les gens ne veulent pas vraiment s’impliquer dans la politique », dit-elle. « Il y a beaucoup de choses qu’ils promettent et qu’ils ne font pas. Maintenant, au moment des élections, ils promettent des choses, puis après, plus rien. »

« En vivant dans cet endroit, ici, à la frontière, la sécurité est primordiale pour nous », a expliqué Niban.

Majdal Shams compte environ 1 300 électeurs, sur une population de plus de 12 000 habitants.

Son mari Samr, agent de voyage et pomiculteur, supervise les bureaux de vote de Buqata.

« En général, la plupart des gens ici penchent vers la droite », a-t-il dit, ajoutant qu’il y a aussi des électeurs du Meretz, en partie à cause du candidat Ali Salalha, originaire du village druze de Beit Jann en Galilée.

Majid, 55 ans, agent de sécurité de Buqata, n’a pas obtenu la citoyenneté et, à ce titre, ne vote pas. « À mon âge, je ne vois pas en quoi c’est important pour moi ».

Pourtant, il dit vouloir voir Benjamin Netanyahu sortir victorieux. « Dans le coronavirus, dans d’autres endroits, il a fait ses preuves », assure-t-il, ajoutant que la plupart de ses amis druzes sont d’accord.

La police déployée dans les bureaux de vote de Yarka après des irrégularités

La directrice de la commission centrale électorale Orly Ades, le 1er novembre 2022. (Capture d'écran)
La directrice de la commission centrale électorale Orly Ades, le 1er novembre 2022. (Capture d'écran)

La directrice générale de la commission centrale électorale (CEC), Orly Ades, a déclaré que la police était postée dans les bureaux de vote de la ville druze de Yarka, dans le nord du pays, après que des irrégularités ont été signalées.

Ades a précisé que des officiers seront placés à l’entrée de chaque salle où se déroule le vote. Jusqu’à présent, 18 agents ont été postés dans les 20 bureaux de vote de la ville.

En outre, les agents électoraux de la ville qui sont membres de partis politiques seront remplacés par des membres non affiliés de la CEC.

Ces mesures font suite à des informations selon lesquelles un grand nombre d’enveloppes vides ont été prises plus tôt dans la journée.

Malgré cela, le vote se poursuit normalement à Yarka, selon Ades.

Netanyahu à Ashkelon pour encourager les votes pour le Likud

Le leader du Likud, Benjamin Netanyahu, salue ses partisans à Ashkelon, en Israël, mardi 1er novembre 2022. (Crédit : AP Photo/Tsafrir Abayov)
Le leader du Likud, Benjamin Netanyahu, salue ses partisans à Ashkelon, en Israël, mardi 1er novembre 2022. (Crédit : AP Photo/Tsafrir Abayov)

ASHKELON – Fidèle à sa réputation de militant infatigable, le chef du Likud Benjamin Netanyahu est arrivé à Ashkelon pour encourager la participation dans ce bastion du Likud.

« Nous étions vraiment, vraiment excités », a déclaré Yossi Shlomai, 51 ans, en voyant Netanyahu et ses collègues candidats du Likud, les députés Avi Dichter et Boaz Bismuth surprendre les électeurs dans la marina d’Ashkelon bondée.

« Aujourd’hui, c’est comme Yom HaAtsmaout, notre Premier ministre est venu nous rendre visite », a dit Shlomai, ajoutant qu’il prévoit de voter pour le Likud plus tard dans la journée, une fois que sa famille et ses amis auront terminé leur sortie électorale.

Partageant le même sentiment que Shlomai, Maya Flato, 50 ans, habitante de Talmei Yaffe, a dit qu’elle votait pour le Likud parce qu’elle souhaitait un changement de direction après presque un an et demi avec Netanyahu dans l’opposition.

« Ce qui sera différent, c’est que quelqu’un d’expérimenté » occupera le siège de Premier ministre, contrairement à l’actuel Premier ministre intérimaire Yair Lapid, qui n’est en poste que depuis juillet.

Tout comme Shlomai et Flato, Adir Asher, 30 ans, habitant de Netivot, soutient également le Likud, mais n’a pas encore voté.

« Non, cela n’a rien changé », a déclaré Asher à propos de la visite de Netanyahu, ajoutant qu’il a l’intention de voter ce soir de toute façon.

Hadash-Taal : la participation arabe est de 12 % à midi

Ahmad Tibi, chef du parti (Taal , dépose son bulletin de vote dans un bureau de vote de la ville majoritairement arabe de Taybeh, dans le centre d'Israël, lors des élections nationales du 1er novembre 2022. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)
Ahmad Tibi, chef du parti (Taal , dépose son bulletin de vote dans un bureau de vote de la ville majoritairement arabe de Taybeh, dans le centre d'Israël, lors des élections nationales du 1er novembre 2022. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)

Le parti Hadash-Taal a affirmé qu’à midi, le taux de participation dans la communauté arabe n’était que de 12 %.

Le taux de participation global publié par la commission centrale électorale était de 28,4 % des électeurs à 10 heures du matin, le chiffre le plus élevé pour cette heure depuis 1999.

La commission ne donne pas de détails sur la participation des différentes communautés.

Rozin : l’homme arrêté pour avoir profané des tefillin est sûrement un « imposteur »

La députée Michal Rozin assiste à une réunion du Comité de la Constitution, du droit et de la justice à la Knesset, le 25 juillet 2017. (Yonatan Sindel/Flash90)
La députée Michal Rozin assiste à une réunion du Comité de la Constitution, du droit et de la justice à la Knesset, le 25 juillet 2017. (Yonatan Sindel/Flash90)

Une députée du parti Meretz a affirmé que l’homme arrêté pour avoir frotté des tefillin sur son entrejambe devant un bureau de vote alors qu’il portait un T-shirt Meretz était probablement un imposteur.

« Pour être clair, sans aucun doute, je condamne complètement ce comportement déplorable », a écrit la députée Michal Rozin. « Nous enquêtons sur l’incident ».

« En attendant, aucun de nos militants de terrain Meretz ne reconnaît cet homme, ce qui fait naître des soupçons sur le fait qu’il pourrait s’agir d’un imposteur », a-t-elle ajouté.

« A la fin de l’enquête, nous déposerons une plainte contre lui. »

Plus tôt, la police a déclaré avoir arrêté un résident de Netanya, soupçonné d’avoir « porté atteinte au sentiment religieux en faisant un usage inapproprié des tefillin. »

Une vidéo montre l’homme, âgé de 61 ans, vêtu d’une chemise Meretz, prendre des phylactères de prière traditionnels sur un étal et les frotter sur son entrejambe, par dessus sses vêtements, malgré les protestations des bénévoles sur place.

Hadash-Taal affirme que la participation arabe n’est que de 5% pour le moment

Une électrice arabe israélienne dépose son bulletin de vote dans un bureau de vote du village de Maghar, dans le nord d'Israël, le 1er novembre 2022. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)
Une électrice arabe israélienne dépose son bulletin de vote dans un bureau de vote du village de Maghar, dans le nord d'Israël, le 1er novembre 2022. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)

Le parti Hadash-Taal a affirmé qu’à 10 heures du matin, le taux de participation dans la communauté arabe n’était que de 5 %.

Le taux de participation global publié par la commission centrale électorale était de 15,9 % des électeurs à 10 heures du matin, le chiffre le plus élevé pour cette heure en 40 ans.

La commission ne ventile pas ses chiffres pour détailler la participation des différentes communautés.

« Hadash-Taal lance une campagne pour que chacun de ses partisans recrute au moins un électeur supplémentaire », a déclaré le parti.

Orly Ades : plusieurs irrégularités de vote font l’objet d’un examen

La directrice générale de la commission électorale centrale, Orly Ades, a déclaré que plusieurs irrégularités avaient été constatées lors du scrutin.

Dans le quartier ultra-orthodoxe de Beitar Illit, près de Jérusalem, un assesseur du bureau de vote aurait dit aux résidents de voter pour un parti particulier. Il a été immédiatement dénoncé par un autre fonctionnaire et a été remplacé, a-t-elle déclaré.

Dans le village druze de Yarka, dans le nord d’Israël, où des irrégularités ont été signalées lors de précédentes élections, la police enquête sur deux incidents de vol présumé d’enveloppes contenant des votes.

Il a été rapporté que plusieurs personnes sont entrées dans le bureau de vote et ont pris des quantités d’enveloppes, a dit Ades, ajoutant que l’ensemble du personnel du bureau de Yarka pourrait être remplacé.

Cinq autres incidents font l’objet d’une enquête, poursuit-elle, impliquant des personnes présentes dans des bureaux de vote de différentes localités qui ont signalé que leur nom avait déjà été rayé de la liste des électeurs inscrits lorsqu’elles sont arrivées.

Cela pourrait signifier que quelqu’un d’autre a voté en leur nom, a déclaré Ades, mais cela pourrait aussi être dû au fait qu’un fonctionnaire a rayé le mauvais nom sur la liste électorale.

Taux de participation à 12h : 28,4 % – le plus élevé à cette heure depuis 1999

Une femme vote à Bnei Brak le 1er novembre 2022. (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)
Une femme vote à Bnei Brak le 1er novembre 2022. (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)

La directrice générale de la commission centrale électorale, Orly Ades, a annoncé qu’à 12 heures, 28,4 % des électeurs avaient voté.

Ce chiffre est à comparer aux 25,4 % des Israéliens qui avaient voté à cette heure lors des dernières élections.

Il s’agit du pourcentage le plus élevé depuis 1999, lorsque 28,9 % des électeurs avaient voté à ce stade de la journée.

Ades a également indiqué que des informations faisaient état d’une surpopulation dans les isoloirs spéciaux pour les personnes à mobilité réduite. Ces isoloirs permettent aux personnes handicapées de voter n’importe où dans le pays, et non près de leur résidence comme c’est généralement le cas.

Ades a mis en garde contre les poursuites judiciaires à l’encontre des personnes qui signeraient de fausses déclarations d’invalidité.

Un militant du Meretz arrêté pour avoir frotté des tefillin sur ses parties génitales

La police a déclaré avoir arrêté un résident de Netanya soupçonné d’avoir « porté atteinte au sentiment religieux en faisant un usage inapproprié des tefillin ».

Une vidéo montre l’homme, âgé de 61 ans, vêtu d’une chemise du Meretz, prendre les phylactères de prière traditionnels disposés sur un étal et les frotter sur ses parties génitales, par-dessus ses vêtements, malgré les protestations des bénévoles sur place.

Les tefillin, deux boîtes noires contenant des parchemins avec des passages de la Torah, accompagnées de lanières en cuir noir, sont traditionnellement portées par les hommes juifs pendant les prières du matin.

Les militants religieux installent souvent des étals visant à encourager les hommes juifs à mettre les tefillin.

L’incident s’est produit à l’extérieur d’une école transformée, pour la journée, en bureau de vote.

Ben Gvir salué dans un marché de Sderot, mais pas par tous

Itamar Ben Gvir fait campagne à Sderot le jour des élections, le 1er novembre 2022. (Crédit : Jacob Magid/Times of Israel)
Itamar Ben Gvir fait campagne à Sderot le jour des élections, le 1er novembre 2022. (Crédit : Jacob Magid/Times of Israel)

« Les gars, Ben Gvir arrive ! », a clamé un forain du marché de Sderot, alors que la nouvelle de l’arrivée imminente du législateur de HaTzionout HaDatit qui fait campagne dans le sud du pays, en ce jour d’élection, s’est répandue.

Apparemment préparé à cette visite, le marchand de légumes excité a sorti un haut-parleur et un microphone de dessous ses nectarines et a commencé à jouer le jingle de campagne du parti d’Itamar Ben Gvir.

Quelques minutes plus tard, le convoi du législateur d’extrême droite est arrivé et a été pris d’assaut par plusieurs dizaines de clients excités qui l’ont embrassé et pris des selfies avec lui.

« Nous sommes ici pour dire à nos ennemis qui est le maître de la maison ! », s’est écrié Ben Gvir en recevant le micro.

Interrogé pour savoir s’il sentait une différence entre cette élection et la précédente où HaTzionout HaDatit avait obtenu sept sièges, Ben Gvir a répondu : « On sent le niveau de soutien cette fois-ci. »

« Je ne sais pas comment ça va se terminer, mais on le sent vraiment », a-t-il ajouté.

« Avec 17 sièges », s’est écrié un vendeur de raisins, avant de s’entendre répondre « Si D.ieu le veut » par Ben Gvir.

De retour au micro alors qu’il défilait sur le marché, Ben Gvir a déclaré que « le moment est venu de ramener la sécurité dans le Néguev ».

Mais tout le monde ne s’est pas montré très enthousiaste.

« Et Sderot alors ? », a murmuré un vendeur, parmi ceux qui n’ont pas quitté leur étal pour acclamer Ben Gvir.

L’homme, qui s’est identifié seulement comme Eli, a déclaré qu’il votait pour le Likud. « Qu’est-ce que cet homme a à voir avec moi ? »

Le Likud a remporté 40 % des voix à Sderot, une ville pauvre située près de la frontière de Gaza, lors des dernières élections, soit près de quatre fois plus que tout autre parti.

Sans se laisser décourager, Ben Gvir a commencé à faire son numéro derrière l’un des étals de fruits, en criant : « Les gars ! Des tomates, des concombres, des pastèques et des ananas. Un gouvernement de droite à part entière ! »

« Prenez une photo de moi avec notre roi », a dit un acheteur, passant son téléphone à un voisin pour qu’il puisse prendre une photo avec le législateur qui vise à devenir le prochain ministre de la Sécurité intérieure.

En votant, Bennett réitère son appel à un gouvernement d’unité large

L’ancien Premier ministre Naftali Bennett, qui s’est retiré de la vie politique peu après avoir cédé les rênes du pouvoir à Yair Lapid en juillet, appelle à la formation d’un gouvernement d’unité nationale après avoir voté.

« Nous allons mettre les slogans et la haine derrière nous, nous allons nous mettre au travail pour réparer les failles et nous reconnecter, avec l’aide de Dieu, en un gouvernement large et étendu – un gouvernement d’unité », a-t-il dit dans un communiqué.

« Nous sommes tous un seul camp, nous sommes tous la nation d’Israël », a-t-il ajouté. Il est peu probable que son appel soit entendu, Benjamin Netanyahu promettant un gouvernement de droite étroit, et Yair Lapid et Benny Gantz excluant de siéger avec Netanyahu.

Bennett a assuré qu’il « observait depuis les coulisses » après plus d’une décennie en politique.

Bennett n’a pas révélé pour qui il avait voté.

Le parti Yamina de Bennett s’est effondré après une année tumultueuse au sein de la coalition et le retrait de Bennett de la politique. Le parti HaBayit HaYehudi de son ancienne partenaire politique Ayelet Shaked a toujours obtenu des résultats bien inférieurs au seuil de 3,25 % des suffrages exprimés, impératifs pour accéder à la Knesset.

Bulletins manquants : HaBayit HaYehudi réclame la fermeture d’un bureau de vote

Illustration : un bureau de vote à Kiryat Arba, alors que les Israéliens vont voter pour les élections générales, le 1er novembre 2022. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)
Illustration : un bureau de vote à Kiryat Arba, alors que les Israéliens vont voter pour les élections générales, le 1er novembre 2022. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Le parti HaBayit HaYehudi d’Ayelet Shaked a demandé à la commission centrale éléctorale de fermer un bureau de vote dans l’implantation de Kiryat Arba, en Cisjordanie.

Le parti affirme que des bulletins de vote portant sa lettre « bet » ont été retirés des isoloirs.

« Nous appelons les citoyens à préserver l’intégrité de l’élection », a déclaré le parti.

Selon les sondages, HaBayit HaYehudi ne devrait pas franchir le seuil électoral;

Merav Michaeli : « assurez-vous que personne ne succombe au désespoir »

La cheffe du parti travailliste Merav Michaeli salue des électeurs à Tel Aviv le 1er novembre 2022. (Crédit : Raanan Cohen/Avoda)
La cheffe du parti travailliste Merav Michaeli salue des électeurs à Tel Aviv le 1er novembre 2022. (Crédit : Raanan Cohen/Avoda)

Peu après avoir voté à Tel Aviv, la cheffe du parti travailliste Merav Michaeli a réagi aux informations selon lesquelles une femme aurait été assassinée par son mari à Herzliya.

« C’est contre cela que nous nous battons chaque jour et chaque heure, notre sécurité personnelle partout, même à la maison. Nous ne lâcherons rien jusqu’à ce que cette violence cesse », a-t-elle dit.

Plus tôt ce matin, Michaeli a appelé les électeurs à se rendre aux urnes, affirmant que l’élection « est entre nos mains ».

Bien que les sondages aient crédité le parti travailliste d’environ cinq sièges, le plaçant ainsi au-dessus du seuil de 3,25 % pour entrer à la Knesset, les analystes l’ont placé sur la liste des candidats susceptibles d’être éliminés, en particulier si sa base électorale se tourne vers le leader du bloc, Yesh Atid, ou ne se manifeste pas aux urnes aujourd’hui.

« Allez-y, vous-mêmes, votre famille, vos amis, faites passer le mot, passez des appels téléphoniques, assurez-vous que personne ne succombe au désespoir, Dieu nous en préserve, car c’est entre nos mains, nous pouvons gagner », a-t-elle dit.

Abu Shehadeh: le problème n’est ni Netanyahu ni Lapid, le problème, c’est le racisme

Le chef de Balad, Sami Abu Shehadeh, vote à Jaffa le 1er novembre 2022. (Crédit : Jack Mukand/Times of Israel)
Le chef de Balad, Sami Abu Shehadeh, vote à Jaffa le 1er novembre 2022. (Crédit : Jack Mukand/Times of Israel)

Le chef du parti Balad, Sami Abu Shehadeh, a déposé son bulletin de vote à Jaffa, exhortant le public à voter pour le parti nationaliste arabe afin de lutter contre le racisme en Israël.

« Le problème en Israël n’est pas Netanyahu ou Lapid, le problème est le racisme. Il faut le combattre et c’est pourquoi les gens votent Balad », a déclaré Abu Shehadeh.

Abu Shahadeh est venu voter avec sa famille, dans la ville mixte judéo-arabe, où « les gens s’entendent bien », a dit un employé du bureau de vote.

Alors qu’il s’adressait à la presse, Abu Shehadeh s’est tourné vers sa femme, Ihsan Fary Abu Shehadeh, pour lui demander « pour qui as-tu voté ? ».

« Sami, seulement pour Sami », a-t-elle répondu en lui tapotant le torse.

Gantz : « Votez pour le parti le plus compétent, pas pour le plus grand »

Le ministre de la Défense Benny Gantz à l'extérieur d'un bureau de vote à Rosh Ha'ayin, le 1er novembre 2022. (Crédit : Elad Malka/HaMahane HaMamlahti)
Le ministre de la Défense Benny Gantz à l'extérieur d'un bureau de vote à Rosh Ha'ayin, le 1er novembre 2022. (Crédit : Elad Malka/HaMahane HaMamlahti)

Le ministre de la Défense Benny Gantz a appelé les électeurs à voter pour le parti qu’ils considèrent comme le plus compétent, plutôt que pour le plus grand.

« J’appelle tous les citoyens de l’État d’Israël à exercer leur droit [de vote] avec respect, tout en respectant les autres », a déclaré le leader du parti HaMahane HaMamlahti, alors qu’il votait près de son domicile dans la ville du centre de Rosh Haayin.

« Nous ne voulons pas plus d’incitation à la haine ni plus de division. Nous voulons plus d’unité, plus de sécurité, plus de réconciliation entre les gens », a-t-il dit.

« À mon avis, ces élections ne concernent pas le grand parti, elles concernent le parti le plus capable de lutter contre l’incitation, contre la division, et en faveur de l’unité », dit-il.

La plupart des sondages, bien que peu fiables, donnent au parti de Gantz, HaMahane HaMamlahti, 10 à 11 sièges.

Le ministre de la Défense est largement considéré comme un troisième candidat potentiel au poste de Premier ministre, après l’actuel Premier ministre Yair Lapid et le leader du Likud Benjamin Netanyahu.

Zehava Galon : premières élections où il faut choisir entre la démocratie et le kahanisme

La chef du parti Meretz, Zehava Galon, dépose son bulletin de vote à Petah Tikva, le 1er novembre 2022. (Crédit : Meretz)
La chef du parti Meretz, Zehava Galon, dépose son bulletin de vote à Petah Tikva, le 1er novembre 2022. (Crédit : Meretz)

En déposant son bulletin de vote à Petah Tikvah, la présidente du Meretz, Zehava Galon, a affirmé que l’élection d’aujourd’hui déterminera si l’idéologie libérale ou extrémiste l’emportera.

« Ce sont les premières élections de l’histoire du pays [on l’on doit faire le choix] entre la démocratie et le kahanisme », a-t-elle déclaré.

Galon a critiqué ouvertement le chef du parti d’extrême droite Otzma Yehudit, Itamar Ben Gvir, un disciple de l’ancien rabbin extrémiste Meir Kahane.

Selon Galon, le Meretz se trouve dans une « situation d’urgence » et pourrait ne pas franchir le seuil de 3,25 % pour entrer à la Knesset, ce qui favoriserait la formation d’un bloc de droite dirigé par le chef du Likud Benjamin Netanyahu et comprenant Ben Gvir.

15,9 % des électeurs ont voté avant 10 heures du matin

Des juifs ultra-orthodoxes regardent le rabbin Israel Hager voter lors des élections israéliennes à Bnei Brak, le 1er novembre 2022. (Crédit : AP Photo/Oded Balilty)
Des juifs ultra-orthodoxes regardent le rabbin Israel Hager voter lors des élections israéliennes à Bnei Brak, le 1er novembre 2022. (Crédit : AP Photo/Oded Balilty)

La directrice générale de la commission centrale électorale, Orly Ades, a annoncé qu’à 10 heures du matin, quelque 1 760 076 personnes, soit 15,9 % des électeurs inscrits, avaient déjà voté.

Lors des dernières élections, 14,8 % des électeurs avaient voté à la même heure.

Le taux de participation à 10 heures est le plus élevé depuis 1981.

Le président Isaac Herzog, qui visite le siège de la CEC à Jérusalem avec son épouse Michal, loue le professionnalisme des agents électoraux et se dit impressionné par l’opération « variée, sophistiquée, contrôlée et responsable ».

Selon lui, les chiffres élevés annoncés à 10 heures du matin reflètent la confiance du public dans un système démocratique, digne, juste et respectueux.

« Allez voter et ayez un impact, car chaque vote a un impact », dit-il.

A la dernière élection nationale, au printemps 2021, le taux de participation avait chuté de quatre points de pourcentage, avec une moyenne nationale d’environ 67 % contre 71 % un an plus tôt. Mais la participation reste bien deçà dans la minorité arabe.

« Après avoir atteint 40 % et 44 % lors des dernières élections, j’espère que dans cette élection nous atteindrons 53 % et 54 % de participation, ce qui sera une expression de confiance dans le processus (électoral) et d’affirmation de notre citoyenneté », a déclaré mardi Mansour Abbas, chef de file du parti Raam (islamiste modéré).

Selon les sondeurs, une participation de 50 % des électeurs arabes, dont les partis sont hostiles à Benjamin Netanyahu, réduirait les chances de ce dernier de revenir au pouvoir au terme de ces élections.

A Kiryat Malachi, les électeurs « en ont fini avec Shas ! »

Des jeuunes partisans d'Itamar Ben Gvir d'Otzma Yehudit à Kiryat Malachi, le 1er novembre 2022. (Crédit : Jacob Magid/Times of Israel)
Des jeuunes partisans d'Itamar Ben Gvir d'Otzma Yehudit à Kiryat Malachi, le 1er novembre 2022. (Crédit : Jacob Magid/Times of Israel)

KIRYAT MALACHI – Le député du parti HaTzionout HaDatit Itamar Ben Gvir est arrivé à un bureau de vote dans la ville de Kiryat Malachi, dans le sud du pays, sous les chants de plusieurs dizaines de garçons ultra-orthodoxes de l’école primaire : « Hé ho, regardez qui arrive, le prochain Premier ministre [d’Israël] ».

Le législateur d’extrême droite les a rapidement corrigés en disant qu’il voulait seulement être ministre de la Sécurité intérieure, comme il l’a annoncé plus tôt cette semaine.

Si Kiryat Malachi a longtemps été un bastion du Likud, l’engouement pour Ben Gvir et la présence quasi exclusive des militants de son parti indiquent que les vents politiques de la ville pourraient être en train de changer.

Un partisan solitaire du Shas tente de convaincre les électeurs qui entrent dans le bureau de vote, mais en vain, car les uns après les autres lui disent qu’ils « votent Ben Gvir ».

« Faites pleuvoir les Tet ! » a déclaré Almog Cohen, candidat sur la liste de HaTzionout HaDatit, en septième position, en faisant référence à la lettre en hébreu du parti qui figure sur les bulletins de vote. Répondant à l’appel, un jeune supporter a lancé en l’air des bulletins de vote factices sous les applaudissements de ses camarades.

Lorsqu’on leur demande si leurs parents soutiennent également HaTzionout HaDatit, les jeunes garçons ont répondu avec enthousiasme par l’affirmative. « Ils en ont fini avec Shas ! », a assuré un adolescent ultra-orthodoxe. « L’heure de gloire de Ben Gvir est arrivée ! »

Herzog : « Sans l’ombre d’un doute, chaque vote a un impact »

Le président israélien Isaac Herzog vote lors des élections générales israéliennes, dans un bureau de vote à Jérusalem,le 1er novembre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90
Le président israélien Isaac Herzog vote lors des élections générales israéliennes, dans un bureau de vote à Jérusalem,le 1er novembre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90

Le président Isaac Herzog a appelé les citoyens israéliens à voter. Il a assuré que chaque vote avait un impact et a rappelé que de nombreuses personnes dans le monde n’ont pas ce droit.

« C’est un énorme privilège de participer au processus d’élections libres, propres et égales. Des milliards de personnes dans le monde ne bénéficient pas de ce privilège », a déclaré le président.

« Sans l’ombre d’un doute, chaque vote a un impact. Toute personne qui pense que son vote n’a pas d’importance se trompe », a ajouté Herzog.

Liberman : « je pense que nous ferons un bon score »

Avigdor Liberman, membre du parti Yisrael Beytenu, et son épouse votent dans un bureau de vote de l'implantation de Nokdim, en Cisjordanie, le 1er novembre 2022. (Crédit : Gershon Elinson/Flash90)
Avigdor Liberman, membre du parti Yisrael Beytenu, et son épouse votent dans un bureau de vote de l'implantation de Nokdim, en Cisjordanie, le 1er novembre 2022. (Crédit : Gershon Elinson/Flash90)

Le chef du parti Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, a voté au bureau de vote situé près de son domicile dans l’implantation de Nokdim, en Cisjordanie.

« J’appelle tous les citoyens israéliens à sortir et à voter. Je suis très optimiste et je pense que nous ferons un bon score », a prédit Liberman.

La plupart des sondages, bien que notoirement peu fiables, prévoient que le parti laïc de droite du ministre des Finances obtiendra cinq à six sièges.

Beit Shemesh: des extrémistes pulvérisent un liquide nauséabond dans le bureau de vote

Des extrémistes ont pulvérisé un liquide nauséabond dans un bureau de vote de la ville centrale de Beit Shemesh dans le but apparent de décourager les électeurs.

Selon la chaîne publique Kan, le bureau de vote a été déplacé dans un local voisin.

Ben Gvir : votez HaTzionout HaDatit pour « un gouvernement de droite complet »

Itamar Ben Gvir vote dans un bureau de vote de l'implantation de Kiryat Arba, en Cisjordanie, le 1er novembre 2022.(Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)
Itamar Ben Gvir vote dans un bureau de vote de l'implantation de Kiryat Arba, en Cisjordanie, le 1er novembre 2022.(Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

KIRYAT ARBA, Cisjordanie – Le député du parti HaTzionout HaDatit Itamar Ben Gvir est dans l’implantation de Kiryat Arba, dans le sud de la Cisjordanie, pour déposer son bulletin de vote dans l’urne. On s’attend à ce que son parti d’extrême-droite fasse des progrès significatifs.

Le bureau de vote installé dans une école primaire pour filles de la ville était presque vide lors du dernier cycle électoral, il y a environ un an et demi, lorsque Ben Gvir est arrivé, mais c’était à l’époque où il était encore considéré comme un candidat marginal, qui n’avait réussi à entrer à la Knesset qu’après trois tentatives infructueuses grâce à une fusion négociée par le président du Likud, Benjamin Netanyahu.

Cette fois-ci, plus d’une dizaine de reporters et de cameramen attendaient Ben Gvir, et plusieurs gardes du corps l’entouraient.

« Avec un seul bulletin de vote, vous obtenez [le président du Likud Benjamin] Netanyahu comme Premier ministre, ainsi qu’un gouvernement de droite complet », a-t-il déclaré après avoir déposé son bulletin de vote.

Les photographes se tenaient derrière les assesseurs du bureau de vote pour prendre la photo typique du jour de l’élection, tandis qu’à l’extérieur de la salle était accroché un grand panneau stipulant que « photographier dans le bureau de vote est interdit par la loi ».

Alors qu’il retournait à sa voiture, assailli par les médias, Ben Gvir a déclaré en plaisantant, à l’adresse de l’auteur de ces lignes : « Vous étiez le seul ici la dernière fois ».

Le chef de l’opposition Benjamin Netanyahu a voté


Le leader du Likud, Benjamin Netanyahu, à droite, et son épouse Sara votant dans un bureau de vote à Jérusalem lors des cinquièmes élections du pays en moins de quatre ans, le 1er novembre 2022. (Crédit : Ronaldo Schemidt/AFP)

Le leader du Likud, Benjamin Netanyahu, à droite, et son épouse Sara votant dans un bureau de vote à Jérusalem lors des cinquièmes élections du pays en moins de quatre ans, le 1er novembre 2022. (Crédit : Ronaldo Schemidt/AFP)

« C’est un devoir et un grand honneur de pouvoir voter (…) j’espère que nous terminerons cette journée par un grand sourire », a déclaré mardi l’ex-Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu qui a voté à Jérusalem pour ces cinquièmes législatives en moins de quatre ans.

Netanyahu mise sur une bonne performance de sa formation, le Likud, des partis ultra-orthodoxes et de la liste d’extrême droite HaTzionout HaDatit pour former un gouvernement de droite au terme de ce scrutin.

Tsahal : 29 % des soldats votent pour la première fois

Un soldat de Tsahal votant pour les élections législatives d'Israël sur une base militaire dans le sud d'Israël, le 31 octobre 2022. (Crédit : Armée israélienne)
Un soldat de Tsahal votant pour les élections législatives d'Israël sur une base militaire dans le sud d'Israël, le 31 octobre 2022. (Crédit : Armée israélienne)

Les soldats de Tsahal voteront lors des élections de mardi dans 710 bureaux de vote situés dans des bases et postes militaires à travers le pays.

Le bureau de vote le plus au nord se trouvera au poste d’observation d’Astra, au sommet du mont Hermon, et le plus au sud au poste de Taba, près du poste frontière avec l’Égypte.

Environ 22 % des bureaux de vote, situés dans des endroits plus éloignés, ont été ouverts plus tôt, ce qui a permis à certains soldats de commencer à voter dimanche.

Tsahal s’attend à ce que le plus grand nombre de votes ait lieu à Ir Habahadim – la « ville » des bases d’entraînement de l’armée – dans le désert du Néguev, et à la Kiryah, le quartier général de l’armée à Tel Aviv.

Selon Tsahal, environ 3 000 soldats participeront en tant que personnel aux bureaux de vote.

Environ 29 % des soldats votent pour la première fois, a estimé Tsahal. Les soldats israéliens sont appelés sous les drapeaux à partir de 18 ans, ce qui est également l’âge minimum pour avoir le droit de vote.

Au total, 6,8 millions d’Israéliens sont inscrits sur les listes électorales

Bulletins de vote pour les élections à la Knesset, le 23 mars 2021. (Crédit : Avi Roccah/Flash90)
Bulletins de vote pour les élections à la Knesset, le 23 mars 2021. (Crédit : Avi Roccah/Flash90)

Selon le Bureau central des statistiques, quelque 6,2 millions d’électeurs sont attendus aux urnes. Il s’agit des Israéliens ayant établi leur résidence permanente en Israël. Au total, 169 000 Israéliens supplémentaires ont obtenu le droit de vote depuis les dernières élections, en mars 2021, soit une augmentation de 3,3 %.

Selon le site de la Knesset, au total, 6 788 804 Israéliens sont inscrits sur les listes électorales mais à l’exception des diplomates, les expatriés ou les Israéliens en déplacement ne pourront pas voter, Israël n’autorisant pas le vote par procuration.

Seuls les quelque 4 500 Israéliens en poste à l’étranger en tant que diplomates, représentants d’autres ministères, de l’armée et de la police, ainsi que leurs familles, ont pu voter au-delà des frontières de l’État. Ils ont achevé cette démarche le 20 octobre.

Les citoyens israéliens âgés de 18 ans et plus le jour de l’élection peuvent voter.

Les immigrants qui ont terminé leurs procédures de naturalisation au moins 60 jours avant la date du scrutin ont également le droit de voter. Cela inclut donc près de 45 000 nouveaux Israéliens qui sont arrivés avant la fin du mois d’août de cette année.

L’absence d’un système de vote par procuration émane en partie d’une inquiétude relative au Droit au retour – la loi qui offre la citoyenneté israélienne à tous les Juifs. Certains Israéliens craignent que des Juifs de la diaspora puissent utiliser cette législation pour devenir citoyens israéliens puis retourner dans leur pays d’origine, d’où ils voteraient à distance lors des scrutins sans avoir à assumer d’éventuelles conséquences de leurs choix.

– avec Marcy Oster

Lapid : « Allez voter aujourd’hui pour le futur de nos enfants »

Le Premier ministre israélien Yair Lapid vote dans un bureau de vote de Tel Aviv lors de la cinquième élection du pays en quatre ans le 1er novembre 2022. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)
Le Premier ministre israélien Yair Lapid vote dans un bureau de vote de Tel Aviv lors de la cinquième élection du pays en quatre ans le 1er novembre 2022. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

« Allez voter aujourd’hui pour le futur de nos enfants, pour le futur de notre pays. Votez bien ! », a déclaré mardi M. Lapid qui a voté dans son fief de Tel-Aviv après s’être rendu sur la tombe de son père, l’ex-ministre et journaliste Tommy Lapid.

« Mon père m’a dit toute sa vie : ‘Souviens-toi que le plus grand miracle qui nous soit arrivé, c’est que les Juifs aient leur propre pays’. Je lui ai promis ce matin que nous allons continuer à travailler dur pour assurer l’avenir de ce miracle », a ajouté M. Lapid.

Yair Lapid se recueille sur la tombe de son père, Tommy Lapid, le jour du scrutin électoral, le 1er novembre 2022 (Crédit : Elad Gutman/Yesh Atid)

Tommy Lapid est né en Serbie mais la famille a été déportée par les nazis puis envoyée dans le ghetto de Budapest. Le père de Tommy a été tué dans un camp de concentration, tandis que Tommy et sa mère ont été sauvés par Raoul Wallenberg, le diplomate suédois qui a sauvé des milliers de Juifs des nazis.

Ouverture des bureaux de vote pour les législatives

Les Israéliens ont commencé à voter mardi pour les cinquièmes législatives en moins de quatre ans.

Les bureaux de vote ouvrent à 07H00 à travers le pays et doivent fermer à 22H00. Puis tomberont des sondages à la sortie des urnes, suivis des premiers résultats officiels qui pourraient tenir l’Etat hébreu en haleine jusqu’à un décompte final jeudi tant cette élection semble incertaine.

Pour ce scrutin proportionnel, les 6,2 millions d’électeurs inscrits ont le choix entre une quarantaine de listes qui se réduisent principalement en deux camps : celui favorable à un retour au pouvoir du droitier Benjamin Netanyahu, jugé pour corruption dans une série d’affaires, et celui voulant un maintien aux affaires d’une jeune coalition hétéroclite menée par le centriste Yaïr Lapid.

Dans le système proportionnel israélien, une liste électorale doit obtenir au moins 3,25 % des voix pour faire son entrée au Parlement avec ainsi un minimum de quatre sièges. En deçà de ce seuil, les partis n’ont aucun député.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...